Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pline le Jeune ou le refus du pessimisme

 | 
Étienne Wolff

4e partie. Pline, l’écrivain

Texte intégral

Pline et la vie littéraire

1C’est le point dont on parle le plus souvent à propos de Pline, et nous ne nous y étendions donc pas trop. Nous étudierons d’abord le rôle de Pline dans la vie littéraire, avant de nous pencher ensuite sur ses théories et son activité littéraires.

2Pline veut jouer le rôle d’animateur de son temps dans le domaine littéraire. Il souligne d’ailleurs le renouveau des lettres (I, 10, 3 ; III, 18, 5 ; IV, 16, 1) consécutif, on l’a dit, à la chute de Domitien. Lui-même encourage la vie littéraire à la fois en fréquentant de manière systématique les recitationes et en incitant les autres à publier.

3La recitatio (« lecture publique ») est, on le sait, la pratique consistant, pour un auteur, à lire devant un public choisi l’œuvre qu’il vient d’achever. Asinius Pollion, sous Auguste, en serait l’instigateur, si l’on en croit Sénèque le Père. Le succès que connurent les lectures publiques est difficilement imaginable pour un moderne. Mais elles sont unanimement décriées par les auteurs des ier et iie siècles, qui considèrent qu’elles sclérosent l’élan créateur et favorisent le clinquant aux dépens de la profondeur. Seul Pline fait exception.

4Il se rend systématiquement aux lectures publiques auxquelles il est invité, alors que la plupart des gens se dérobent ou, s’ils viennent, se conduisent grossièrement (I, 13 ; VI, 17). On le voit ainsi faire part de lectures qui l’ont enthousiasmé ou suscitent ses réflexions, par exemple celles d’un éloge funèbre (IV, 7), d’un recueil de poèmes (IV, 27), d’un ouvrage d’astronomie en distiques élégiaques (V, 17), d’élégies (VI, 15), d’une comédie (VI, 21), d’un ouvrage historique (IX, 27). Il raconte également avec complaisance le succès de ses propres lectures, où il s’agit de discours (III, 18 ; IV, 5) et de poésies (VIII, 21) ; il ne dit nulle part qu’il ait donné lecture de ses lettres.

5On comprend par ce qu’il nous dit de lui-même pourquoi il est favorable aux lectures publiques. Les recitationes lui servent à améliorer ses propres œuvres, comme il l’explique très clairement en V, 3, 7-1 1, V, 12, VII, 17 et VIII, 21, 4-6 : la lecture a pour objet de corriger les débuts de l’œuvre d’après les réactions de l’auditoire, dont tient compte le livre publié. Et à défaut de donner une lecture, Pline envoie ses ouvrages à des amis choisis, pour qu’ils lui indiquent les corrections à leurs yeux nécessaires (I, 2 ; I, 8, 2-4 ; II, 5 ; III, 13, 5 ; VIII, 19).

6On a soutenu qu’en corrigeant ses plaidoiries pour la publication, Pline les transformait en objets purement littéraires, susceptibles de satisfaire un nouveau public plus large dépassant les seuls indices, celui des lecteurs et auditeurs. Mais il ne faisait là que suivre l’exemple de Cicéron, et tien ne prouve au reste qu’il y ait eu une différence radicale entre ses textes avant et après correction (voir I, 20, 9-10).

7Ce qui est remarquable chez Pline, c’est d’une part qu’il a clairement pris conscience du rôle nouveau de l’oral dans la création et la diffusion des œuvres littéraires ; d’autre part qu’il ne dénigre pas la littérature d’intérieur face à la littérature d’extérieur : alors que tous les auteurs du temps nous expliquent que les avocats, formés dans les salles de déclamation, sont incapables de parler dès qu’ils plaident dans un procès véritable, devant un public réel, éblouis qu’ils sont par la lumière même, lui déclare au contraire que les scholastici, les conférenciers en salle, sont plus honnêtes, francs, et moraux, parce qu’ils n’ont pas besoin comme les vrais avocats de faire des entorses à la vérité (II, 3, 5-6).

8Pline incite aussi ses amis auteurs à publier : ainsi fait-il avec Octavius Rufus (II, 10), Silius Proculus (III, 15), Suétone (V, 10), un certain Maximus (IX, 1). Les arguments employés sont toujours plus ou moins les mêmes : un ouvrage que personne ne connaît n’a pas d’existence réelle ; il risque en outre d’être diffusé par indiscrétion et de paraître sous le nom d’autrui (le plagiat existait, Martial nous l’atteste, voir Épigrammes I, 29, 38, 52, 53, où il accuse un certain Fidentinus) ; enfin il faut savoir mettre un terme aux remaniements (cf. IX, 35).

9Il est difficile d’apprécier l’influence qu’a exercée Pline sur la promotion de la vie littéraire. Certes il ne fait pas fonction de ministre de la culture comme un siècle plus tôt Mécène. Mais force est de constater que la plupart des grands écrivains latins de son temps se rencontrent dans sa correspondance : Frontin (IV, 8, 3), Martial, que Pline a aidé (III, 21), Quintilien (praeceptore meo, II, 14, 9, cf. VI, 6, 3), Silius Italiens (III, 7), Suétone (destinataire de I, 18 ; III, 8 ; V, 10 ; IX, 34), pour qui Pline intervient auprès de Trajan (X, 94-95), Tacite (destinataire de I, 6 ; I, 20 ; IV, 13 ; VI, 9 ; VI, 16 ; VI, 20 ; VII, 20 ; VII, 33 ; VIII, 7 ; IX, 10 ; IX, 14), auxquels on ajoutera le Grec Dion Chrysostome (X, 81) ; et Pline cite avec éloges quantité d’auteurs dont nous ne savons rien, Vergilius Romanus (VI, 21), Caninius Rufus (VIII, 4), Titinius Capito (VIII, 12), Pompeius Saturninus (I, 16), Passenus Paulus (IX, 22), etc. Trois absences seulement : Valerius Flaccus (rarement mentionné par les Anciens eux-mêmes), Stace (peut-être parce que son nom était associé au règne de Domitien), et surtout Juvénal (soit par hostilité littéraire, soit en raison de leur différence de statut social).

10L’activité littéraire de Pline s’exerce dans tous les domaines, on l’a dit : éloquence, lettre, poésie (IV, 18 ; V, 3, etc.). Étant, nous dit-il (IX, 29), incapable de créer un chef-d’œuvre, il compense la qualité par la quantité et la diversité. C’est peut-être un moyen de nous dire qu’il a conscience de ne pouvoir atteindre la gloire par son œuvre oratoire, à une époque où l’éloquence n’a plus dans la vie publique le même rôle que sous Cicéron. Il écrivait bien sûr aussi en grec, on y reviendra.

11Pline ne peut être rattaché à aucune école rhétorique déterminée, ses déclarations sur le sujet sont contradictoires. Il pratique une sorte d’éclectisme qu’il croit cicéronien. Ainsi admire-t-il les anciens, sans toutefois mépriser les talents des contemporains, car il n’est pas vrai que la nature dégénérée ne produise plus rien qui soit digne d’éloge (VI, 21, 1). Il se fixe pour modèles (en I, 2) Démosthène (le plus grand des orateurs attiques) et Calvus (représentant intransigeant de l’atticisme, selon le Brutus 283-285), mais ne renonce pas pour autant à un style plus Henri et abondant (II, 5 ; IX, 26). Bref il hésite entre atticisme et asianisme, parfois dans la même lettre (I, 20 ; III, 18).

12En fait Cicéron lui aussi (René Martin et Jacques Gaillard* le soulignent à juste titre, t. II, p. 185), rejetait récriture sèche et dépouillée des atticistes tout comme la surcharge ornementale des asianistes, et niait qu’on pût systématiser le style oratoire, reprochant aux uns d’aboutir à la nudité et aux autres de tomber dans la boursouflure. Car le style oratoire est l’heureuse combinaison de plusieurs tonalités, selon le moment, le sujet, l’auditoire : il faut modeler son langage à son propos. La contradiction qu’on croit relever chez Pline n’est donc peut-être qu’une tentative — tout à fait conforme à son tempérament — d’harmoniser des positions différentes.

13Pline, on l’a rappelé, composait aussi des vers. Certes il ne met pas ses poésies sur le même plan que ses discours, mais il ne réduit pas non plus l’écriture poétique à un simple divertissement formateur, comme on l’a parfois déduit rapidement de VII, 9, 9-10.

14Cependant la poésie de Pline s’exprime également dans ses lettres. Certaines d’entre elles (par exemple I, 15) sont des badinages à la manière de Catulle, son compatriote de Cisalpine, ou de Martial. Henri-Irénée Marron rapprochait déjà sous le même terme de culture mondaine la poésie légère de Catulle et la lettre d’art de Pline (Saint Augustin et la fin de la culture antique, Paris, De Boccard, 1938, p. 94-95). En ce qui concerne Martial, la critique, à l’exception d’Anne-Marie Guillemin, n’a pas assez noté ce que Pline a en commun avec lui (paradoxalement, sans doute, vu tout ce qui les sépare, et sans que la chose implique une influence de l’un sur l’autre). Comme les épigrammes de Martial, les lettres de Pline sont des pièces d’art brèves avec un seul sujet ; de même que les épigrammes de Martial se terminent souvent sur une pointe, les lettres de Pline s’achèvent parfois sur un mot d’esprit (mais sans cruauté : I, 6) ; de même que les épigrammes de Martial désignent souvent leur victime à un tiers interpellé au vocatif et faisant fonction de témoin (I, 24 et 98, etc.), de même les lettres de Pline font-elles fréquemment, au destinataire pris comme témoin, l’éloge d’un personnage nommé lui à la troisième personne (II, 3 obéit parfaitement à ce schéma).

15Quoi qu’il en soit, le nombre de lettres consacrées aux questions littéraires montre que là est bien la préoccupation majeure de Pline. Il a accepté, par traditionalisme, les obligations d’une carrière politico-administrative. Mais il rêve d’une vie où l’étude aurait plus de place, on l’a dit, et qui serait relevée d’échanges studieux entre écrivains. Le caractère social de sa pratique littéraire est en effet remarquable : il lit en public, assiste aux lectures de ses amis, envoie des textes, en reçoit d’autrui, complimente (IV, 3 ; IV, 18 ; IV, 20 ; V, 15), est félicité (VIII, 3). Cette vie littéraire peut paraître un peu convenue et compassée. Cependant une telle impression tient certainement à la manière qu’a Pline de présenter toutes choses. Significatif à cet égard son refus de nommer les orateurs avec lesquels il est en désaccord ou qu’il critique (I, 20, 1 ; IX, 26, 1) : ici comme ailleurs, il veut éviter à tout prix de beurrer. Mais, doit-on vraiment regretter qu’un homme de lettres, pour une fois, ne s’acharne pas à dénigrer ses confrères ? Enfin sa courtoisie n’est pas absence de sens critique : ses jugements sur Silius Italicus (III, 7, 5) et Martial (III, 21, 1) sont sûrs et nuancés. Et si Pline nous paraît parfois contestable dans l’ordre de la critique littéraire, la chose vient surtout d’un manque de recul, puisqu’il a privilégié les auteurs de son temps et garde le silence sur les auteurs classiques.

Pline, le grec, la Grèce

16Pline ne nous parle pas beaucoup de la formation qui lui fut dispensée. En tout cas il est bilingue (dès quatorze ans il avait écrit une tragédie en grec, VII, 4, 2), comme il est normal pour un homme cultivé de ce temps, et a donc accès directement aux textes grecs. II possède une bonne connaissance de la littérature grecque, notamment des orateurs et d’Homère (I, 20 ; IX, 26), mais cite aussi Euripide (IV, 11, 9 ; IV, 27, 6), Aristophane (I, 20, 19) ou Platon (IV, 25, 5). Et il parsème ses lettres de mots et de citations grecs.

17On le voit assister à une controverse du rhéteur Isée, prononcée en grec (II, 3, 1-2). Il admire Arrius Antoninus d’écrire des épigrammes et des mimes en un grec si pur (IV, 3), et essaie de les traduire en latin (IV, 18 ; V, 15). Il recommande d’ailleurs comme exercice la traduction du grec en latin et du latin en grec (VII, 9, 2). Il converse en grec avec Terentius Junior (VII, 25, 4). Dans sa propriété de Toscane, il déclame en grec ou en latin pour fortifier sa voix (IX, 36, 3).

18Certes la Grèce est le berceau de la civilisation et de la littérature (VIII, 24, 2 : ueram et meram Graecam, in qua primum humanitas, litterae, etiam fruges inuentae esse creduntur), comme l’explique Pline dans une lettre imitée de Cicéron (et dont nous reparlerons). Il faut alors les qualités exceptionnelles des hendécasyllabes de Pline pour que des Grecs se mettent au latin afin de les lire (VII, 4, 9). Cette notation peu modeste nous autorisera une parenthèse : si les érudits s’occupent beaucoup de l’influence des Grecs et de leur littérature sur les Romains, l’aspect inverse n’est que très rarement étudié (on citera tout de même le nom de Br. Rochette). Qui s’intéresse à la lecture de Virgile dans le monde grec ?

19Revenons à Pline. À côté de cette admiration pour la Grèce intemporelle, il y a un préjugé romain, hostile aux Grecs réels, qui nous est bien attesté à la même époque par Juvénal (Satires III). Aucun rapport évidemment entre la bienséance courtoise de Pline et la violence du satiriste : mais la généralisation à l’ensemble des Grecs d’un défaut oratoire obsetvé chez l’un d’eux (V, 20, 4 : Respondit… plu-rimis uerbis, paucissimis rébus. Est plerisque Graecorum ut illi pro copia uolubilitas), ou l’emploi du terme Graeculi, dans une critique des Grecs (X, 40, 2), sont à eux seuls déjà révélateurs.

20Cette contradiction n’est pas spécifique à Pline. Les Romains n’ont jamais contesté leur dette envers la Grèce, mais, à fréquenter les Grecs, ils les ont trouvés bien différents de l’image qu’ils s’étaient formée d’eux d’après leur art et leur littérature. Le dédain pour les Graeculi coexistait donc avec le respect pour la Grèce, ou plutôt on n’admirait la Grèce qu’au passé. Lisons Cicéron :

Voici ce que je dis des Grecs en général : je leur concède la littérature, je leur accorde la connaissance dans beaucoup d’arts, je ne leur refuse ni la grâce du langage, ni la pénétration de l’esprit, ni la richesse de l’éloquence, enfin même, je ne leur conteste aucun des autres talents qu’ils s’attribuent. Mais pour ce qui est du scrupule dans les témoignages et de la bonne foi, jamais ce peuple ne les a pratiqués ; ils ignorent complètement la signification, la valeur, l’importance de la chose (Pour Flaccus IV, 9).

Ton et style des lettres

21La lettre est une œuvre d’art fort éloignée du degré zéro de l’écriture qu’évoquait Barthes. Pline considère la littérature épistolaire comme un prolongement naturel de la littérature d’apparat, et l’art épistolaire comme une forme particulière de l’art oratoire, même si la situation de l’épistolier par rapport à son correspondant n’est pas celle de l’orateur face à son public, et que les règles de la rhétorique doivent être adaptées en conséquence. Son appréciation de la littérature repose en effet surtout sur des critères esthétiques et formels, et il se soucie donc peu de la distinction des genres.

22L’art des lettres de Pline consiste dans un travail rigoureux et soigné de la forme qui ne doit pas laisser de trace (ars est celare artem, selon l’idéal horatien). Le court billet VII, 13 suggère indirectement par l’exemple d’autrui que Pline travaillait ses lettres. A Julius Ferox qui vient de lui écrire, Pline répond que sa lettre indique à la fois qu’il travaille et qu’il ne travaille pas ; en effet elle dit qu’il ne travaille pas, mais elle est si bien rédigée qu’elle ne peut avoir été écrite que par quelqu’un qui travaille (tam polita quam nisi a studente non potest scribi) ; ou bien, conclut Pline en une pointe, tu es le plus heureux des hommes, si tu parviens à un tel résultat sans effort (aut es tu super omnes beatus, si talia per desidiam et otium perficis). Cette stratégie d’écriture est clairement évoquée aussi par Pline lui-même dans une lettre oit il raconte le procès de Classicus : « Je crois avoir donné de tout cela un compte rendu aussi bref que minutieux » (Quae omnia uideor mihi non minus breuiter quam diligenter persecutus, III, 9, 28).

23Il n’y a pas d’écart stylistique majeur, si l’on considère la différence des sujets, entre les livres I-IX et le livre X, on l’a dit. Si Pline tient peut-être compte de la personnalité de chaque destinataire dans le choix de son propos, il ne semble pas adapter la forme à la qualité de ce destinataire : en effet on constate plutôt une uniformité du ton, qui n’est jamais ni familier ni savant. En revanche il y a une adéquation entre la longueur des lettres et le sujet : ainsi I, 20 est une longue lettre qui critique la concision dans l’éloquence.

24De l’enseignement de Quintilien Pline a retenu que le style doit être sobre, mais son tempérament le pousse à préférer le style abondant. C’est pourquoi on voit ses théories varier, sans doute en fonction de ses correspondants : ainsi certaines lettres présentent-elles le style atticiste comme le meilleur, tandis que d’autres louent plutôt le style fleuri. Pline choisit les deux à la fois, de même qu’il aime à la fois les anciens et les modernes (VI, 21, 1 ; IX, 22, 1). On a déjà fait allusion à la chose.

25Les lettres de Pline sont claires et structurées. Parfois il annonce en introduction le sujet (V, 6, 3), mais préfère généralement commencer in médias res, l’attaque de la lettre pouvant être soulignée par une formule recherchée ou un mot rare (ainsi un diminutif dans IV, 30, 1 : munusculum ; V, 12, 1 : oratiuncula ; VI, 17, 1 : indignatiuncula). Souvent en revanche une phrase finale explique quelle était l’intention de la lettre et/ou en résume le contenu (I, 5, 17 : haec tibi scripsi, quia I, 24, 4 : haec tibi exposui, quo magis scires, III, 20, 10 : haec tibi scripsi, primant ut…, deinde ut ; IV, 24, 7 : quae ratio huius epistolae fuit ; V, 1, 12 : haec tibi scripsi, quia…, deinde quod, VI, 22, 7 : quod tibi scripsi, ut ; VI, 33, 7 : haec tibi exposui, primum ut…, deinde… ut) ; VII, 1,7 : quae tibi scripsi, primum ut te non sine exemplo monerem, deinde ut ; VIII, 20, 10 : haec tibi scripsi, quia). Assez rare est la composition circulaire, l’épilogue reprenant une idée de l’exorde (VIII, 24, 1 et 10).

26Pline soigne particulièrement la fin de la lettre, par une sententia brillante, une pointe paradoxale ou humoristique, et cela surtout dans les courts billets, proches parfois de l’épigramme à la Martial, la méchanceté en moins (I, 6 ; V, 18 ; IX, 10). Car il ne répugne pas aux jeux de mots : il qualifie les lettres administratives que ses fonctions lui imposent d’écrire de inlitteratissimas litteras (I, 10, 9), et les spectacles auxquels la foule perd son temps de otiosissimis occupationibus (IX, 6, 4) ; il déclare d’un orateur qu’il a pour seul défaut de n’en pas avoir (nihil peccat, nisi quod nihil peccat, IX, 26, 1) ; il ne veut adresser à Sabinus, légat en Dacie et à ce titre exposé au soleil des campagnes militaires, des lettres écrites à l’ombre du cabinet (umbraticas litteras, IX, 2, 4) ; à Mamilianus, légat en Bretagne, il envoie ses moineaux et ses colombes (des poèmes), qui pourront ainsi voler au milieu des aigles (les insignes de la légion romaine, IX, 25, 3).

27Dans le cours de la lettre, on constate que les phrases sont souvent brèves, ce qui est obtenu par l’absence de subordination (parataxe) et de coordination (asyndète), et par l’ellipse (en particulier du verbe esse, mais aussi de groupes de mots, ou d’un substantif, ainsi dans l’expression intra primam noctis, III, 5, 13). Cependant d’autres procédés contribuent au contraire à l’amplification, comme l’anaphore (V, 18, 1 : bene est mihi, quia tibi bene est, VII, 5,1 : inde est quod…, inde quod ; VII, 19, 6 : tulitque in exsilium exsilii causam ; IX, 6, 3 : capio aliquam uoluptatem quod bac uoluptate non capior), le redoublement d’un mot ou d’un groupe par un synonyme (I, 16, 1 : nunc uero totum me tenet, habet, possidct ; II, 9, 1 : anxium me et inquietum habet ; V, 6, 1 : curam et sollicitudinem tuam ; VI, 8, 8 : ne in bilem et amaritudinem uertat iniuria ; VI, 8, 9 : rogo, oro des operam), ou l’abondance énumérative (IV, 20, 2 : est opus pulchrum, ualidum, acre, sublime, uarium, elegans, purum, figuratum, spatiosum etiam et cum magna tua laude diffusum). Bref, l’abondance (copia) cicéronienne alterne ou se conjugue avec la concision (breuitas) sénéquienne.

28Une des figures les plus chères à Pline est la symétrie de plusieurs membres, trois surtout, ce que les Anciens nomment tricolon (IV, 1,4 : aduentus meos célébrat, profectionibus angitur, honoribus gaudet), avec parfois anaphore (I, 20, 12 : fréquenter egi, fréquenter iudicaui, fréquenter in consiliofui ; IV, 4, 2 : obligabis me, obligabis Caluisium nostrum, obligabis ipsum, non minus idoneum debitorem ; VI, 33, 10 : dedimus uela indignationi, dedimus irae, dedimus dolori ; IX, 18, 1 : qua intentione, quo studio, qua denique memoria legeris) et homéotéleute (IV, 22, 5 : non uerebatur, non erubescat, non miserebatur). Cette symétrie peut également prendre la forme d’un balancement binaire, avec ou sans chiasme, introduit par et… et (VII, 27, 1 : et mihi discendi et tibi docendifacultatem otiumpraebet), aut… aut (VI, 16, 3 : aut facere scribenda aut scribere legenda ; VI, 24, 1 : aut tolluntur altissime aut humillime deprimuntur), primum… deinde (VII, 5, 1 : in causa amor primum, deinde quodnon consueuimus abesse), hic… ille (V, 8, 9-10), ou un système comparatif (IV, 16, 3 : magno cum labore, maiore cum fructu ; V, 21, 4 : maxima consecutus, summa consecuturus, si uirtutes cius maturauissent) ; parfois au contraire il y a asyndète et antithèse (IV, 20, 3 : nam dolori sublimitatcm et magnificentiam ingenium, ingenio uim et amaritudinem dolor addidit ; VI, 6, 16 : apud illum quidem ratio rationcm, apud alios timorem timor uicit ; VI, 27, 1 : facilis inuentio, non facilis electio). Fréquemment dans ces jeux de parallélisme interviennent des pronoms personnels qui associent Pline à son interlocuteur, selon une thématique dont nous avons déjà parlé (II, 10, 2 : quousque et tibi et nobis inuidebis, tibi maxima laude, nobis uoluptate ? ; V, 6, 3 : quae et tibi auditu et mihi relatu iucunda erunt ; V, 13, 1 : et tu rogas et ego promisi, si rogasses ; IX, 8, 2 : nam et tu, quae de amicis, optime scribis, et ego, quae de me, ut optima lego ; IX, 26, 13 : aut enim tu me timidum aut ego te temerarium faciam).

29La correspondance enfin pratique les clausules métriques, mais souvent Pline sacrifie les exigences de la métrique à un effet de style (bon mot, pointe).

30Un point mérite par ailleurs d’être particulièrement souligné, c’est la manière dont Pline maîtrise l’art du récit. Trois lettres retiendront ici notre attention : II, 20, VII, 27 et IX, 33.

31En II, 20, Pline parodie les bateleurs qui, après avoir assemblé sur une place un public et tait la quête, racontaient une histoire : « Prépare une piécette d’un as et écoute une belle histoire » (assempara et accipe auream fabulam, II, 20, 1). En réalité il nous donnera trois histoires, conformément à la règle des écoles de rhétorique (scholastica lege, II, 20, 9), qui mettent toutes en scène le captateur de testaments Regulus ; mais les trois anecdotes ont chacune une issue différente. La lettre finit sur une remarque désabusée inhabituelle de la part de Pline : il note que la malhonnête est mieux récompensée à Rome que la probité.

32En VII, 27, Pline, sous prétexte de demander à Licinius Sura s’il croit aux fantômes (phantasmata), lui raconte trois — toujours le même chiffre — histoires de fantômes ou d’apparition concernant respectivement Curtius Rufus (nous avons donné le texte dans un chapitre précédent), le philosophe Athénodore et enfin deux serviteurs de l’épistolier lui-même. À la fin de sa lettre, Pline renouvelle sa question à son destinataire. Mais celle-ci cache mal le plaisir qu’il prend à son récit. Et en associant la troisième histoire (qui pour nous a tout d’une plaisanterie de collégiens d’internat) aux dangers qu’il a courus sous Domitien, Pline montre bien que, comme la majorité de ses contemporains, il ne met pas en doute la réalité des fantômes.

33On s’étendra un peu plus sur la lettre IX, 33, qui contient la célèbre histoire du dauphin. Elle est adressée à Caninius Rufus qui, comme nous l’a appris VIII, 4, songeait à écrire une épopée historique, en grec, sur la guerre menée par Trajan contre les Daces. Pline lui propose cette fois le sujet d’un poème et, non content de le lui indiquer rapidement, il le développe assez abondamment : la démarche présente une certaine analogie avec celle de la lettre VI, 16, où Pline, prétendant fournir à Tacite une relation brute de la mort de son oncle lors de l’éruption du Vésuve, lui envoie en fait, comme nous l’avons montré, un récit soigneusement élaboré qui s’apparente à une tragédie en miniature.

34Le récit de IX, 33 est encadré par une courte introduction où Pline annonce son sujet et en indique la source, et par une conclusion, plus brève encore, où il réaffirme sa conviction que Caninius tirera de la chose un magnifique poème. Pline dit avoir entendu cette histoire à table, parmi d’autres miracula, de la bouche d’un informateur digne de foi ; on pourrait la croire inventée, tant elle sort de l’ordinaire, mais elle est vraie (authenticité affirmée trois fois, paragraphes 1, 8 et 11) ; on est dans la tradition des mirabilia. Aussi Caninius n’aura-t-il rien à ajouter pour la rendre poétique.

35Le récit lui-même est structuré en plusieurs épisodes. Le fait est localisé (la colonie d’Hippone en Afrique), le lieu est décrit avec précision (la lagune qui se remplit ou se vide selon la marée), les circonstances sont expliquées (rivalité à la nage des enfants). Ici se produit la première intervention du dauphin auprès de l’enfant. Le bruit s’en répand dans la colonie : les habitants viennent voir le phénomène comme un prodige. Deuxième intervention du dauphin, qui revient ensuite régulièrement ; la familiarité s’installe entre l’enfant et lui. Rebondissement : le dauphin est désormais accompagné par un de ses congénères, qui lui tient lieu de chaperon. Cela ne l’empêche pas de sortir de l’eau pour jouer avec les enfants. Incident : le légat du proconsul fait une libation d’huile parfumée sur l’animal, soupçonnant sans doute en lui l’action de quelque divinité. Ce geste que Pline critique (religione praua, IX, 33, 9) provoque la fuite provisoire du dauphin, anticipation de sa disparition finale. Le cadre s’élargit encore : de partout accourent des magistrats, attirés par ce spectacle d’un type nouveau. La ville, qui devait prendre en charge leur logement et leur entretien, trouve la contrainte insupportable. Aussi les habitants décident-ils de supprimer discrètement l’animal ; cette conclusion tragique illustre le triomphe du principe de réalité sur les sentiments. Rien n’est dit de la réaction de l’enfant. On notera que le dénouement n’est pas à la gloire de l’autorité romaine, cause indirecte de la mort du dauphin.

36Si la chose n’est que suggérée (puer… agnosci se, amari putat, amat ipse, IX, 33, 6), l’histoire est pourtant bien une histoire d’amour. Les dauphins passaient en effet pour éprouver parfois à l’égard des jeunes garçons une véritable passion (voir Aulu-Gelle, Nuits attiques VI, 8). En tout cas, l’art consommé de la narration explique sans doute la célébrité de cette anecdote parmi les nombreuses histoires de dauphin que nous a léguées l’antiquité ; Pline l’Ancien par exemple fait presque le même récit, en plus court (Histoire naturelle IX, 26), mais il n’est pas sûr que son neveu s’inspire de lui.

Pline et Cicéron

37On ne saurait manquer d’être frappé par le nombre de points sur lesquels Pline se rapproche de Cicéron, à telle enseigne qu’on est en droit de se demander s’il s’agit de ressemblance fortuite ou de mimétisme volontaire. Passons d’abord en revue ces points de contact, quitte à répéter une ou deux choses que nous avons déjà dites.

38L’un et l’autre viennent non de Rome, mais d’une ville municipale d’Italie, Arpinum pour Cicéron, Côme pour Pline, et ils célèbrent chacun leur petite patrie (Cicéron, Traité des lois II, 3-5 ; Pline, Lettres I, 8 ; II, 8 ; IV, 13). Issus d’une famille où l’on n’avait pas dépassé le rang équestre, ils font tous deux une carrière d’avocat et d’homme politique, en commençant par un procès courageux contre un homme proche du pouvoir : Cicéron attaqua Chrysogonus, un affranchi de Sylla, dans le Pour Roscius d’Amérie, Pline plaida contre le gouverneur de Bétique Baebius Massa, un ami personnel de Domitien. L’un et l’autre ont été ensuite proconsuls en Asie mineure (province de Cilicie pour le premier, de Bithynie pour le second), et ont émis de sages conseils sur le comportement d’un gouverneur de province (Cicéron, Ad Quintum fratrem I, 1 ; Pline, Lettres VI, 22 ; VIII, 24 ; IX, 5). Enfin chacun d’eux a défini à sa manière le prince idéal, Cicéron dans les livres V et VI du. De la république, Pline dans lePanégyrique de Trajan. Ajoutons qu’ils ont également eu en commun la dignité d’augure (Pline, Lettres IV, 8).

39On trouve des ressemblances aussi dans le caractère : tous deux se soucient de la postérité et désirent échapper à l’oubli après leur mort (Pline, Lettres V, 8, 2-3 ; IX, 14), tous deux sont contents d’eux-mêmes voire vaniteux. Cicéron demande à Lucceius, qui écrivait une histoire romaine, d’accélérer le récit des événements pour parvenir plus vite à son fameux consulat, ou, comme la chose paraît difficile, d’interrompre ce travail pour rédiger aussitôt une monographie sur la période allant de l’origine de la conjuration de Catilina à son propre retour d’exil en 57 (Ad familiares V, 12, de juin 56) ; Pline veut pour un acte de courage trouver place dans les Histoires de Tacite (Lettres VII, 33).

40Dans le registre littéraire, les traits communs sont non moins évidents. Laissons pour le moment de côté l’art oratoire et l’art épistolaire, et commençons par la poésie et l’histoire. Cicéron, dont on sait qu’il célèbre la mission du poète dans le Pour Archias, commença dès sa prime adolescence à taire des vers (selon Plutarque, Vies parallèles, « Cicéron » II, 3), et écrivit dans le cours de sa vie plusieurs ouvrages poétiques, qui vont de l’alexandrinisme à l’épopée historique en passant par les traductions du grec. Il avait une haute idée de sa production poétique, n’hésitant pas à en insérer dans ses traités de complaisants extraits.

41Pline de son côté a une vénération pour la poésie (Lettres III, 15, 2 : poeticen ipsam religiosissime ueneror), qu’il pratique depuis son plus jeune âge sous toutes ses formes (ibid. VII, 4, 2-3 et 7-8), et il encourage les poètes (ibid. I, 13, 1) comme le faisait Cicéron (ibid. III, 15, 1 : adicis M. Tullium mira benignitate poetarum ingénia fouisse). Il lui arrivait aussi de traduire du grec (ibid. IV, 18), mais il a surtout écrit des hendécasyllabes phaléciens, dans le but de se détendre l’esprit ou quand il est de loisir (ibid. IV, 14, 2 : accipies cum hac epistula hendecasyllabos nostros, qui bus nos in uehiculo, in balineo, inter cenam oblectamus otium temporis ; V, 3, 2 ; IX, 25, 2). Et quand on lui reproche ses vers légers (uersiculos seueros parum, ibid. V, 3, 2), il répond en alléguant le précédent de nombreux personnages illustres (ibid. IV, 14, 4), parmi lesquels Cicéron, gens dont il est louable d’imiter non seulement les travaux mais encore les divertissements (ibid. V, 3, 1-6, notamment 4 : quorum non séria modo, ucrum etiam lusus exprimere laudabile est) ; les orateurs en particulier se sont, selon lui, délassés avec ce genre de poésie (ibid. VII, 4, 4 : coepi reputare maximos oratores hoc studii genus et in oblectationibus habuisse et in laude posuisse ; VII, 9, 12). En tout cas Pline paraît assez content des poèmes de son cru (ibid. IV, 14, 10).

42S’il n’a pas écrit d’ouvrage historique, Cicéron, poussé par Atticus, en a eu la tentation (Traité des lois I, 5 ; Ad Atticum XVI, 13a, 2). Pline (Lettres V, 9, 1) est de même incité par Titinius Capito à écrire une œuvre historique. À début d’écrire une histoire, ils ont tous deux beaucoup réfléchi sur l’histoire.

43Passons à présent à l’œuvre épistolaire de l’un et de l’autre. S’il ne l’indique pas directement (voir cependant Lettres IX, 2, 2), Pline suit le modèle de Cicéron, fondateur à Rome (de fait, sinon par choix) du genre épistolaire. On sait par une lettre à Atticus du 9 juillet 44 (Ad Atticum XVI, 5, 5) que Cicéron songeait à livrer au public un recueil, restreint et expurgé, de ses lettres les plus intéressantes. Ce projet qui ne vit jamais le jour, Pline le réalisa pour sa propre correspondance, on l’a vu. S’il se place sous le patronage de Cicéron, Pline — dont on ignore sous quelle forme il lisait la correspondance de celui-ci — sait bien que son recueil n’a rien à voir avec ceux de Cicéron, d’où il tire seulement sa justification. En effet, comme on l’a dit, d’abord ses lettres à lui ne constituent pas une véritable correspondance, ensuite il a bien conscience de vivre, au contraire de l’Arpinate, à une époque où l’on n’a plus l’occasion de parler des affaires de l’Etat. A première vue la filiation dont Pline se réclame est donc formelle, et trouve son fondement dans son admiration pour le style épistolaire de Cicéron. Elle le pousse à l’imiter, mais sans servilité ; et de fait son écriture épistolaire diffère beaucoup de celle de Cicéron.

44En ce qui concerne, en troisième lieu, l’éloquence, Pline se réclame de Cicéron. Dans la querelle qui sévit alors dans les milieux de l’éloquence et dont témoigne le Dialogue des orateurs de Tacite, il a pris parti, en théorie du moins, pour Cicéron, le plus grand représentant des anciens. Il écrit en effet (Lettres I, 5, 12-13) : est enim mihi cum Cicerone aemulatio, nec sum contentus eloquentia saeculi nostri ; nam stultissimum credo ad imitandum non optima quaeque proponere. Quand il prône l’abondance par opposition à la concision, il affirme à l’appui de sa thèse que les meilleurs discours de Cicéron sont les plus longs (ibid. I, 20, 4). Ensuite, en expliquant que l’orateur doit parfois s’élever, c’est-à-dire en détendant l’ornement contre la simplicité outrée, il invoque encore, à côté de Démosthène, l’exemple de Cicéron, qui sait selon lui être hardi et prendre son vol (ibid. IX, 26, 8). Dans la pratique néanmoins son style oratoire, à lire le Panégyrique de Trajan, est fort loin de celui de Cicéron.

45On dit souvent que Pline souffre de la comparaison avec Cicéron. Que la chose soit vraie ou non, il est certain en tout cas qu’il a cherché ce rapprochement avec l’Arpinate (Lettres IV, 8, 4-5, notamment 4 : [Cicero] quem aemulari in studiis cupio), sans être dupe peut-être, malgré sa fausse modestie, qu’il se ferait à son désavantage. Cicéron offrait un modèle élevé de vie et d’action, il était le flambeau de l’éloquence et de l’épistolographie latines. Pline a rêvé d’être le successeur de Cicéron ou le Cicéron de son temps, pour l’art oratoire et l’art épistolaire en tout cas. Cependant il avait bien conscience de la diversité de leurs époques respectives et de la distance qui, à tous points de vue, les sépataient. Il a le désir d’écrire des lettres qui soient dignes de Cicéron, mais sait qu’il n’a pas la matière pour cela, cette matière étant la vie politique (ibid. IX, 2, 2) ; car une lettre sans contenu n’a pas d’intérêt (ibid. III, 20, 10-12). Il y a chez Pline une sorte de nostalgie de l’action politique que sa tâche d’avocat et ses fonctions dans l’administration ne peuvent combler. La littérature, sur laquelle il se rabat, ne saurait non plus remplacer l’action, puisqu’elle ne se justifie que liée à l’action, comme chez Cicéron.

46La référence à Cicéron exprime alors une véritable dimension existentielle de Pline : elle traduit son insatisfaction devant le petit rôle à quoi le réduit le principat — sans du reste qu’il y ait là, on l’a dit, quelque marque d’opposition que ce soit au régime impérial. L’espèce de mimétisme que Pline a développé à l’égard de Cicéron est donc la traduction de ses aspirations, l’expression nostalgique d’un idéal qu’il sait ne pouvoir atteindre, et dépasse largement les problèmes stylistiques.

La postérité des Lettres de Pline le Jeune

47On lit souvent que le Panégyrique de Trajan a rencontré plus de succès que les Lettres. Cette affirmation, globalement exacte, doit néanmoins être nuancée selon les époques, et de toute façon le Panégyrique semble souvent n’avoir été connu que de nom. Le discours de Pline fut au ive siècle, on l’a dit, mis en tête du corpus des Panégyriques, comme modèle et patron de cette éloquence impériale. Le roi goth Athalaric y fait encore allusion en 526 dans deux lettres conservées par Cassiodore (Variae VIII, 3 et 13), et Isidore de Séville au début du viie siècle l’utilise dans l’Institutionum Disciplinae (voir P. Pascal, « The « Institutionum Disciplinae » of Isidore of Seville », Traditio 13, 1957, p. 424-431) ; enfin un palimpseste de Bobbio du vie siècle en contient quelques fragments (voir L. D. Reynolds (éd.), Texts and Transmission. A Survey of the Latin Classics, Oxford, Clarendon Press, 1983, p. 289). Mais on perd ensuite sa trace, jusqu’à ce qu’un exemplaire du texte soit redécouvert en 1433 à Mayence par Giovanni Aurispa. Et cette éloquence d’apparat a peu séduit les modernes.

48Pas plus que du Panégyrique, il n’est question des Lettres de Pline entre le iie et le ive siècle, à l’exception du livre X, cité notamment pat Tertullien ; mais, on l’a dit, ce livre peut avoir circulé séparément des autres.

49Au ive siècle en tout cas, la correspondance de Pline était encore accessible, puisque l’orateur Symmaque (vers 340-fin 402) l’avait, selon nous, vraisemblablement lue. Nous avons dit en effet que la répartition en dix livres de la correspondance de Symmaque (neuf livres de lettres privées suivis d’un dixième de rapports aux empereurs) rappelait la division du corpus épistolaire de Pline. À cela on objecte que cette division ne remonte pas à Symmaque lui-même, mais à son éditeur. Certes, mais si l’éditeur de Symmaque connaissait les Lettres de Pline, Symmaque lui-même ne devait pas les ignorer. De plus certaines lettres de Symmaque présentent, sinon des recoupements textuels précis, du moins de nettes ressemblances thématiques avec celles de Pline : ainsi la lettre I, 53 de Symmaque développe un sujet abordé deux fois par Pline (I, 6 et IX, 10), celui du lettré à la chasse ; la lettre II, 35 de Symmaque rappelle la fin de la lettre III, 20 de Pline, où celui-ci explique qu’il s’écarte pour une fois du vide habituel aux correspondances de son temps.

50En outre plusieurs auteurs du ive siècle mentionnent notre Pline. Ausone fait allusion à une de ses lettres (IV, 14 ou V, 3) à la fin de son Centon nuptial, et Jérôme (Lettres 125, 12), contemporain de Symmaque, évoque la lenitatem Plinii, qu’il avait lu dans sa jeunesse (voir H. Hagendahl, Latin Fathers and the Classics, Göteborg, 1958, p. 186-187 et 324-325). Enfin, dans la première moitié du ve siècle, Macrobe loue le style riche et fleuri (pingue et floridum) de Pline (Saturnales V, 1, 7 : il est probable cependant que le passage renvoie plutôt au Panégyrique), et dans la seconde moitié du même siècle, l’aristocrate Sidoine Apollinaire, homme politique puis évêque, l’imite souvent dans ses Lettres, et notamment dans sa préface (I, 1). Par ailleurs, un manuscrit italien de la même époque, dont il nous reste un fragment, contient le texte de II, 20, 13 à III, 5, 4 (voir Texts and Transmission…, op. cit, p. 317). Il serait alors étonnant que Pline ait été connu au ve siècle sans l’avoir été au ve cela supposerait une redécouverte. Cependant il est impossible de prouver absolument que Symmaque ait lu les Lettres de Pline (alors que la chose est presque certaine pour le Panégyrique de Trajan). Tout au plus peut-on supposer qu’il les ait remises à la mode.

51Comme l’a excellemment montré Avril Cameron*, la connaissance des lettres de Pline n’exclut pas une confusion entre les deux Pline : en effet Pline l’Ancien n’est jamais désigné par son nom dans le recueil et quelques lettres seulement parlent de lui comme écrivain. On constate ainsi que Jérôme, qui a pourtant lu au moins une partie de la correspondance, fait la confusion. Et si l’on en croit un curieux passage de Macrobe (Saturnales III, 16, 6-7), l’érudit Serenus Sammonicus, au début du iiie siècle, pourtant qualifié de uir suo saeculo doctus, faisait vivre Pline l’Ancien jusqu’à l’époque de Trajan, c’est-à-dire qu’il assimilait déjà le naturaliste et l’orateur. En revanche Sidoine Apollinaire (Lettres IV, 3, 1) distingue explicitement l’oncle et le neveu.

52Ensuite Pline disparaît. En tout cas, la circulation de ses œuvres est alors faible. Durant le Moyen Âge, il est confondu avec son oncle. Les textes parlent d’un Pline philosophe et orateur, c’est-à-dire qu’on connaît l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien et que la réputation d’orateur de Pline le Jeune s’est conservée ; mais il n’est pas question de ses lettres. Quelques exceptions pourtant : Éginhard, écrivant à Loup de Ferrières en 836, imite, sans citer nommément Pline, un passage de la lettre II, 1, 10 (M.G.H., Epistolae VI, ed. E. Perels et E. Dümmler, Berlin, Weidmann, 1925, p. 10, 1. 6-7). Ratifier de Vérone au xe siècle, dans sa Phrenesis, se fonde sur les précédents de Cicéron, Sénèque et Pline pour donner à un ensemble de lettres le nom de livre (Phrenesis proemium 7), et cite ensuite une sententia extraite de la correspondance de Pline 1,5, 16 (Phrenesis 22) ; ceci néanmoins n’implique pas une connaissance de l’œuvre de première main. Vincent de Beauvais († 1264) enfin cite dans le Spéculum historiale (X, 66-67) quelques extraits des cinq premiers livres des lettres, tout en leur assignant le même auteur qu’à l’Histoire naturelle ; ils ont cependant de bonnes chances de provenir d’un florilège.

53Pline refait surface dans les premières décennies du xvie siècle, avec Giovanni de Matociis, qui distingue à nouveau les deux Pline, mais c’est pour redisparaître aussitôt. Pétrarque ainsi ne le connaît pas. Il est redécouvert en 1419 par le lettré Guarino de Vérone (le manuscrit qu’il a vu et dont il s’est servi, archétype de la famille dite des huit livres, est malheureusement perdu). La première édition des Lettres est donnée en 1471 par Lodovico Carbone, à Venise. Elle est incomplète, ne comprenant ni le livre VIII ni le X. En effet le seul manuscrit complet n’a été découvert qu’à la fin du xve siècle, à Paris, par le dominicain Jucundus de Vérone ; il est perdu depuis mais a servi de base à la première édition complète des Lettres, sortie des presses d’Aide Manuce, à Venise, en 1508.

54Pendant cette période, c’est-à-dire avant que l’imprimerie ne répande son œuvre, les témoignages d’une connaissance de Pline sont assez rares, à quelques exceptions près. Citons-en deux remarquables. La Comedia sine nomine, pièce anonyme du xve siècle, est farcie de reprises plus ou moins littérales de textes antiques parmi lesquels la correspondance de Pline occupe une place de choix ; en outre l’auteur semblait disposer d’un manuscrit de Pline ignoré des érudits du temps. Si l’on admet que la parodie est un hommage, il est ici appuyé ; on ignore quelle actualité a pu susciter cet intérêt particulier. Second cas : l’humaniste frison Rodolphe Agricola (1444-1485) donnait à Heidelberg des cours sur Pline le Jeune, et copia ses lettres de sa main à Ferrare en 1478 (voir F. Akkerman and A.J. Vanderjagt (ed.), Rodolphus Agricola Phrisius 1444-1485. Proceedings of the International Conference at the University of Groningen 28-30 october 1985, Brill, Leiden, 1988, les articles de J.M.M. Hermans et F. Römer).

55Au xvie siècle, Pline est pratiqué par la plupart des humanistes. Beatus Rhenanus (1485-1547) édite ses Lettres (Argentorati = Strasbourg, 1514) et fait son éloge dans la brève épître dédicatoire. On a dit déjà combien Érasme (1467-1536) l’utilisait pour son De conscribendis epistolis. En revanche Montaigne se montre très sévère à son égard dans les Essais (I, 40), le taxant de vanité, et lui reprochant d’avoir voulu faire servir à sa gloire des lettres privées.

56À l’époque moderne, Pline a eu naturellement des admirateurs nombreux : car la désaffection dont il souffre, et à laquelle nous faisions allusion dans notre introduction, est, sauf exceptions comme Montaigne, un phénomène récent. On se contentera ici de quelques exemples français : Voltaire emploie Pline comme comparant pour dire un épistolier de talent (lettres à Frédéric prince héritier de Prusse, vers le 1er janvier 1737, à Étienne-Noël Damilaville du 4 janvier 1765, à Paul-Claude Moultou du 7 avril 1765, respectivement dans Voltaire, Correspondance, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964-1993, 13 vol, t. 1, n° 808, p. 902 ; t. VII, n° 8635, p. 982 ; t. VIII, n° 8821, p. 13). Le journaliste Jules Janin, au xixe siècle, consacre un opuscule à Pline le Jeune et Quintilien ou l’éloquence sous les empereurs (1846), où il écrit (p. 8) « qu’on ne peut trop honorer et trop aimer » Pline le Jeune, et son contemporain Sainte-Beuve parle plusieurs fois de Pline en termes flatteurs dans les Premiers lundis (notamment au t. II, dans l’édition du xixe siècle des Nouveaux lundis en 15 vol., chez Garnier). Plus près de nous Proust, vers l’âge de treize ou quatorze ans, à la question d’un album anglais « If not yourself, who would you be ? », répondait qu’il aurait « bien aimé être Pline le Jeune » (Proust, Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, p. 335-336). Enfin dans « Devoirs de vacances », un chapitre d’Enfantines, le jeune Vilery Larbaud, se préparant à entrer en troisième, mettait au compte des « deux meilleures journées que nous vécûmes pendant ces grandes vacances » le temps employé à traduire une lettre de Pline le Jeune où il décrit « la ville de Côme » (Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1957, p. 491 ; il s’agit sans doute de la lettre IV, 13, sur le projet de création d’une école à Côme), et rêvait de donner une fois adulte une traduction commentée des Lettres.

57Il serait injuste de ne pas mentionner pour terminer l’avocat Louis de Sacy (1654-1727), à qui sa traduction française des Lettres de Pline, souvent rééditée, ouvrit en 1701 les portes de l’Académie. Nous avons donné dans un chapitre précédent sa version d’une lettre du livre VI.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540