Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pline le Jeune ou le refus du pessimisme

 | 
Étienne Wolff

1re partie. Pline et son temps

Texte intégral

Contexte historique, religieux, littéraire

1La floraison de Pline correspond grosso modo au règne de Trajan (98-117), c’est-à-dire aux débuts de la dynastie antonine (96-192), qui fera régner ce qu’on appelle souvent la « paix romaine », avec pour corollaire la prospérité. Cette période marque un retour à un relatif libéralisme après la tyrannie de Domitien, assassiné en 96.

2Si Pline peut sembler flatter Trajan, c’est qu’il a les moyens de comparer : sa jeunesse et le début de sa carrière se sont passés sous Domitien (voir par exemple Lettres VIII, 14, 2-10), et il connaît les risques liés à la parole et à l’écriture. On reviendra sur son appréciation de la vie politique. Globalement, Pline admet le pouvoir absolu, s’il est juste, providentiel, non-héréditaire et soutenu par un consensus qui fait du prince un citoyen couronné préservant la dignitas commune : telle est la leçon du Panégyrique de Trajan.

3Tous les écrivains du temps ont applaudi à l’arrivée au pouvoir des Anronins. Suétone, dans ses Vies des douze Césars, termine ainsi la biographie de Domitien :

Domitien lui-même rêva, rapporte-t-on, qu’il lui poussait derrière le cou une bosse d’or, et il vit là un présage certain que l’empire serait après lui dans un état plus heureux et plus florissant ; ce qui en effet ne tarda pas à se vérifier, grâce au désintéressement et à la modération des princes qui lui succédèrent.

4Assurément luit alors un nouvel espoir, celui de la liberté retrouvée — dans les limites définies par la nature du régime, une monarchie —, même s’il demeure des séquelles de l’époque précédente : des scélérats (notamment des délateurs) qui prospéraient sous Domitien sont toujours en vie, soit parce qu’ils jouissent de protections, soit parce que le Sénat ou le nouvel empereur ont préféré tourner la page (voir Lettres IX, 13). Ces problèmes d’épuration, excessive ou insuffisante, consécutifs à la disparition d’un mauvais prince, ont en effet été bien connus des Romains.

5Dans le domaine religieux, si le christianisme a pris un certain développement, surtout dans la partie orientale de l’empire, comme l’attestent les célèbres Lettres X, 96-97, il ne constitue pour le moment en rien une menace pour l’Etat romain ou le paganisme dominant. Le cas de Flavia Domitilla, petite-fille de Vespasien, qui était chrétienne, paraît isolé. Et les auteurs païens de cette époque (Tacite par exemple à propos de la persécution sous Néron) parlent de la nouvelle religion comme d’un phénomène marginal, que d’ailleurs ils ne connaissent guère et distinguent mal du judaïsme. La répression des chrétiens reste quantitativement limitée.

6La décrispation de l’atmosphère politique favorise le foisonnement de la littérature. La tendance générale serait plutôt un retour au classicisme cicéronien, illustré par Quintilien. Cependant, si le baroquisme néronien a été mis à mal sous les Flaviens, ce courant esthétique persiste. Et la manière d’un Martial ou celle d’un Tacite, deux contemporains de Pline, s’écartent fort, chacune dans son genre, de l’idéal classique, peut-être aussi parce que les vrais talents dépassent les cloisonnements et les schémas. En fait, il existe un éventail de styles, dans l’éloquence (les anciens et les modernes) comme dans les aunes genres littéraires.

Vie de Pline

7On la connaît essentiellement par sa correspondance, par le Panégyrique de Trajan, et par quelques inscriptions. Nous en exposons ici les grandes lignes, en laissant autant que possible de côté les points discutés ou incertains.

8Pline le Jeune n’avait pas encore dix-huit ans lors de l’éruption du Vésuve (Lettres VI, 20, 5), qui eut lieu en août 79 et fut fatale à son oncle. Il est donc né à la fin de l’année 61 ou au début de l’année 62. Sa famille était originaire de Côme, en Cisalpine, et Pline témoigne souvent de son attachement à sa ville natale (sa « patrie », comme il l’appelle en reprenant la terminologie de Cicéron pour Arpinum) et au beau lac qui la baigne (II, 8). Son père, Lucius Caecilius, de rang équestre, exerça des fonctions religieuses et administratives à Côme : il est un bon exemple de cette élite provinciale qui, à partir de Vespasien, fut amenée à remplacer la noblesse romaine épuisée par les persécutions, les vices et l’absence d’enfants. La famille était aisée.

9Le jeune Pline perdit son père avant d’atteindre sa majorité (II, 1, 8), et fut confié à un tuteur, Verginius Rufus, un homme de grand mérite qui le traita toujours comme son fils. La tutelle cependant n’impliquait pas une demeure commune, et Pline vécut des lors, avec sa mère, chez son oncle maternel, Pline l’Ancien (Caius Plinius Secundus), un savant qui eut également une importante activité politique sous Vespasien. Ils sont ainsi auprès de lui lors de l’éruption du Vésuve. Pline l’Ancien adopta son neveu, sans doute par testament (V, 8, 5 : auunculus meus idemquepcr adoptionem pater) ; en 79 donc, Pline le Jeune devint, de Caius Caecilius qu’il était, Caius Plinius Caecilius Secundus (on attendrait Caius Plinius Secundus Caecilius, mais le témoignage des inscriptions est formel).

10Pline fréquenta d’abord le grammaticus à Côme (I, 19, 1), puis continua ses études à Rome, où il eut pour maître de rhétorique Quintilien (II, 14, 9 : Quintiliano, praeceptore meo), mais aussi Nicetes Sacerdos (VI, 6, 3), un rhéteur originaire de Smyrne, considéré comme le fondateur de la seconde sophistique, et que Tacite tenait en piètre estime (Dialogue des orateurs 15, 3). Son oncle, jusqu’à sa mort, surveilla aussi sa formation intellectuelle et morale.

11La carrière de Pline a été favorisée par de puissants protecteurs (et en premier lieu son oncle, un proche de l’empereur Vespasien, mais aussi Verginius Rufus et Corellius Rufus), qui lui permirent d’entrer dans l’ordre sénatorial et ainsi d’accéder aux honneurs publics. À partir de là, il mena de front carrière d’avocat et carrière administrative, plaidant apparemment pour la première fois sous Titus (Lettres V, 8, 8) et obtenant ensuite de nombreux succès oratoires (IX, 23, 1). Son activité d’avocat, ses fonctions au Sénat et les postes importants qu’il occupe lui laissent peu de loisir.

12Comme Tacite (voir Histoires I, 1, 5), Pline a accompli une bonne partie de sa carrière publique sous Domitien, et comme lui, il a trouvé une voix moyenne entre les dangers et la compromission avec le tyran. Il s’explique dans le Panégyrique de Trajan 95, 3-4 :

poussé dans la carrière par le plus odieux des empereurs avant qu’il n’affiche sa haine des gens de biens, je me suis arrêté après qu’il l’eut affichée, et voyant quels raccourcis donnaient accès aux honneurs, j’ai préféré une voie plus longue.

13Deux fois même il fit preuve de courage : en 93, quand il fut chargé par le Sénat de soutenir en justice les intérêts de la Bétique contre l’ancien gouverneur de la province, Baebius Massa, un ami de Domitien (Lettres VII, 33) ; et la même année, en aidant le philosophe Artémidore, au moment où l’empereur expulsa de Rome les philosophes (III, 11). La mort de Domitien peut avoir sauvé Pline, puisqu’on trouva dans les papiers du tyran une dénonciation du délateur Mettius Carus qui le visait (VII, 27, 14).

14Pline atteint le sommet du cursus honorum en 100, où il est nommé consul par Trajan. Cette magistrature alors ne procurait plus guère de pouvoir, mais restait glorieuse. Comme il était de règle depuis l’époque augustéenne, Pline prononça à son entrée en charge un discours pour remercier l’empereur de l’avoir choisi (III, 13 et 18 ; VI, 27). Mais il remania son discours et le publia : on le connaît sous le nom de Panégyrique de Trajan. Ce texte est, avant le Bas-Empire, le seul discours de ce type qui nous soit conservé. Pline y met en relief les qualités de Trajan en l’opposant à Domitien, noirci au-delà de l’objectivité historique. Il est tout à fait absurde d’accuser ici Pline de flatterie. Car d’abord l’éloge est constitutif de cette éloquence épideictique de cérémonie. Ensuite sous le compliment affleure l’avertissement ou du moins le conseil : Trajan doit correspondre au portrait idéal que trace de lui Pline ; dans cette mesure d’ailleurs, l’œuvre préfigure le genre médiéval du miroir des princes.

15En 111 enfin, Pline est nommé administrateur du Pont-Bithynie, poste de confiance puisque plusieurs des gouverneurs précédents s’y étaient montrés soit maladroits soit coupables. Il n’est pas sûr cependant que cette nomination, qui l’arrachait à ses terres et à ses lectures, ait enthousiasmé Pline ; mais on n’opposait pas un refus à l’empereur. C’est en Bithynie sans doute qu’il est mort, en 113 ou 114, victime de sa santé fragile ; il avait de peu dépassé la cinquantaine. Son activité durant cette période est assez bien connue par les lettres qu’il échangea avec Trajan, empereur devenu ami (Trajan appelle Pline mi Secunde carissime, voir par exemple X, 36).

16Pline, on vient de le dire, n’était pas physiquement très résistant. S’il n’avait pas l’embonpoint de sa mère et de son oncle (voir le chapitre « Pline et sa famille »), il semble avoir été à l’inverse de constitution chétive. Une grave maladie l’immobilise à la fin de l’année 96 (VII, 1 ; X, 5 et 8). Au printemps suivant, il doit encore veiller sur sa santé, souffrant notamment des yeux (VII, 21). Un peu plus tard, en 98 ou 99, il est de nouveau malade (X, 11). Lorsqu’il plaide, l’empereur lui conseille de ménager sa voix et ses poumons (II, 11, 15), et lui-même souligne l’effort physique que représente une plaidoirie (IV, 9, 10). En 111 enfin, quand il gagne son gouvernement de Bithynie, il apprend à Trajan que la traversée de l’Asie mineure lui a été pénible, en raison de la chaleur de l’été (X, 1 7).

17Homme de contact, Pline avait des relations dans de nombreux cercles qui parfois se recoupent : les Cisalpins ; les politiques ; les gens de lettres. Le réseau de ses amis mériterait d’être systématiquement examiné, même si la chose présente des difficultés en raison du caractère elliptique de l’en-tête des lettres.

18Il s’était marié deux fois (plutôt que trois, quoique les deux théories aient leurs partisans et leurs arguments) : d’abord avec une jeune fille dont nous ignorons le nom et qui mourut au début du règne de Nerva (IX, 13, 4). Pline conserva de bonnes relations avec sa première belle-mère, Pompeia Celerina (I, 4) ; même après son remariage il la qualifie de socrus, « belle-mère » (VI, 10, 1 ; X, 51, 1), ce qui fait croire que sa nouvelle femme était orpheline (V, 11 le confirme). En secondes noces donc il épousa Calpurnia, petite-fille d’un notable de Côme, Fabatus : il est question d’elle pour la première fois en IV, 1, et on date l’union de 104. Le couple vivait en bonne entente (IV, 19 ; VI, 4 et 7 ; VII, 5 ; Calpurnia accompagna son époux en Asie), mais ne semble pas avoir eu d’enfants, quoique Pline en désirât (VIII, 10 et 11 ; X, 2) : car l’événement eût certainement fourni matière à une lettre de faire-part.

19En philosophie, Pline penche pour le stoïcisme : il a fréquenté les philosophes stoïciens Euphrates (I, 10), Artémidore et Musonius Rufus (III, 11) ; il a été très lié aussi avec les opposants à Domitien d’obédience stoïcienne, Arulenus Rusticus et son frère Junius Mauricus, Helvidius Priscus, Herennius Senecio. Mais cette préférence n’a jamais pris chez lui la forme de l’austérité ombrageuse qu’adoptaient certains membres du Portique. Pline est adepte d’un stoïcisme discret qui avait alors les faveurs d’une bonne partie des classes supérieures de la société.

Œuvres de Pline

20De Pline il ne nous reste que le Panégyrique de Trajan et les dix livres des Lettres. Mais il s’est intéressé à presque tous les genres littéraires (IX, 29).

21Son œuvre oratoire est la plus liée à ses activités sociales et politiques. Que ses discours appartinssent à l’éloquence démonstrative ou judiciaire, Pline les remaniait (voir IV, 9, 23 ; IX, 10, 2-3), puis les publiait. Citons le plus célèbre d’entre eux, le De Heluidi ultione (IX, 13, 1), où il défendait la mémoire d’Helvidius, victime de Domitien.

22Pline écrivait aussi des vers, occupation qu’il conçoit comme un délassement (IV, 27, 3-5 ; VIII, 21, 1-2) et à laquelle il s’est livré dès son plus jeune âge (VII, 4). Sa production d’adulte comprend surtout (mais pas seulement, voir VII, 4, 7-8 ; VII, 9, 11) des hendécasyllabes, c’est-à-dire des épigrammes écrites dans ce type de vers (IV, 14, 8-9), qu’il regroupait en recueils marqués par la variété (IV, 14,3 ; VIII, 21, 4) ; leur sujet était parfois un peu leste. Certains critiquaient ce divertissement innocent (V, 3) comme indigne de son personnage : Pline se justifie par l’exemple d’écrivains illustres et graves qui l’ont précédé dans cette voie (IV, 14,4-5 ; V, 3 ; VII, 9, 12-13).

23Quoiqu’il qualifie ses vers de bagatelles (lusus, uersiculi, libellus, nugae, ioci, ineptiae), dans la tradition catullienne (Catulle, lui aussi originaire de Cisalpine, était alors très en vogue, témoignant d’un renouveau de la poésie néotérique), Pline les publie avec soin, non sans les avoir préalablement soumis au jugement de ses amis par une lecture publique. Et ceux-ci les appréciaient, si du moins on en croit l’auteur (IV, 27, 4).

24On considère habituellement que les échantillons qu’il nous a laissés (VII, 4, 6 : hexamètres inspirés d’une épigramme de Cicéron ; VII, 9, 11 : un éloge de la cire qui est une métaphore de la création littéraire) ne doivent pas nous faire regretter la perte du reste. En réalité il est assez difficile de juger de la valeur de la poésie latine, qui souvent ne nous paraît bonne que parce qu’elle nous est familière ; il vaut mieux ici suspendre son jugement. En tout cas l’attitude de Pline à l’égard de la poésie traduit chez lui un idéal de vie : il faut savoir, aussi, être enjoué.

25Une remarque sur un texte précis pour clore ce développement sur Pline poète : il s’agit d’un passage de la lettre VII, 4, où Pline rappelle qu’avant lui, d’illustres orateurs ont, à côté de leurs occupations sérieuses, composé des poésies frivoles. Il vient de lire, dans un ouvrage d’Asinius Gallus, fils d’Asinius Pollion, une épi-gramme de Cicéron sur son fidèle secrétaire Tiron, qui atteste sans équivoque l’existence de relations homosexuelles entre l’orateur et son affranchi. Un savant moderne note scandalisé que même les plus violents adversaires de Cicéron n’ont pas porté de telles accusations contre lui, et que nous sommes évidemment en présence d’une invention d’Asinius Gallus. Il semble qu’on soit ici largement à côté du problème. La question est en effet la suivante : si cette épigramme est, selon les critères de Pline, injurieuse à l’égard de Cicéron, pourquoi la rapporte-t-il, et cela sans commentaire, alors qu’il est un grand admirateur de l’Arpinate ? Il est clair qu’il ne met pas en cause 1 authenticité de l’épigramme, et il n’y a donc que deux solutions possibles : soit Pline considère que ces relations ont vraiment existé, soit, beaucoup plus vraisemblablement, il sait que la pédérastie est un thème traditionnel de la poésie épigrammatique et qu’elle n’implique rien sur les mœurs de l’auteur, la littérature n’étant pas la vie. Pline a retenu la leçon de Catulle — ma page est libertine, mais ma vie est honnête — qu’il cite (IV, 14, 5), et ce badinage en fait l’a amusé, sans nullement entamer son estime pour Cicéron.

26Nous reviendrons plus loin sur l’ensemble de la pratique littéraire de Pline.

27Le Panégyrique de Trajan semble avoir connu succès et diffusion dans l’Antiquité : Pline lui-même nous explique que, après l’avoir prononcé dans les circonstances officielles dont nous avons parlé, il en donna une lecture publique qui suscita l’enthousiasme (III, 18). Beaucoup plus tard, au ive siècle, quand on édita divers éloges d’empereurs prononcés entre 289 et 389, on plaça en tête du corpus le discours de Pline, qui prit alors le nom sous lequel nous le connaissons. En revanche, cette œuvre que le Père Dominique Bouhours, au xviie siècle, trouvait « semé(e) de sentences délicates » (Pensées ingénieuses des anciens et des modernes, 1689, 2e éd. Paris, 1693, p. 125), est peu appréciée des modernes. Même les défenseurs de Pline la jugent sévèrement. Voici par exemple quelques lignes, non dénuées d’humour, extraites de l’Histoire de la littérature latine de René Pichon :

Pline avoue qu’il a peur que son héros ne trouve ses louanges un peu forcées. En effet, avec son bon sens robuste, Trajan a dû être agacé de cette admiration à jet continu, de ce procédé d’enjolivement qui ne laisse passer aucun détail sans un commentaire sympathique. Le règne de Trajan, dit en commençant l’orateur, prouve l’existence d’une Providence bienveillante […]. Mais en débutant ainsi, Pline s’engage à prouver que tout est merveilleux chez Trajan, et il le prouve. Sa haute taille, la beauté de sa figure, sa longue chevelure, contribuent à rehausser sa majesté. S’il accepte le consulat, on le remercie de son dévouement ; s’il refuse, on le rélicite de son désintéressement. S’il combat contre les barbares, on le loue de sa valeur ; s’il ne les combat pas, on le loue de sa modération. Lorsque Trajan entre à Rome, il marche à pied, alors que ses prédécesseurs entraient à cheval ou en litière, et, dans cette seule différence, l’orateur trouve des abîmes de réflexions. Quelquefois les actes de Trajan contredisent ceux de son père adoptif Nerva […]. Grand embarras pour le panégyriste ! Il se tire d’affaire par un sophisme ingénieux […]. Le Panégyrique est peut-être l’arsenal le plus complet des figures de rhétorique (Paris, Hachette, 11e éd., 1928, p. 662-663).

28En réalité, nous avons trop perdu le sens de la rhétorique, surtout d’apparat, pour juger de telles œuvres.

29Les Lettres de Pline enfin, qui nous occuperont principalement ici, comme l’indique notre sous-titre, sont au nombre de 247, groupées en 9 livres de taille équivalente mais contenant un nombre de lettres différent (de vingt à quarante selon les livres, et de longueur très variable, la plus longue étant V, 6). À cela s’ajoute un dixième livre, plus étendu (121 lettres), réunissant la correspondance de Pline avec l’empereur Trajan. Cet ensemble hétéroclite (aux lettres privées, majoritaires, se mêlent soixante lettres officielles) pose de très nombreux problèmes que nous aborderons progressivement.

Qu’est-ce qu’une lettre ?

30La lettre est un substitut de l’entretien oral. On peut définir la lettre comme un écrit envoyé à une personne absente pour lui faire savoir ce que nous lui dirions si nous étions en état de lui parler. La lettre présente donc avec la conversation des similitudes fondamentales. Cependant la correspondance et l’entretien oral diffèrent sur un point essentiel : la lettre est une communication à distance et donc une communication différée. Les mots n’y jouissent pas du soutien des gestes, des mimiques, des intonations, etc. En compensation, la lettre affiche plus de contraintes conventionnelles. Surtout, si elle perd la matérialité de la présence physique, elle est elle-même un objet en principe durable.

31La définition de la lettre comme genre littéraire pose de nombreux problèmes. En effet toute personne cultivée écrit (ou du moins écrivait) des lettres, sans se considérer pour autant comme un écrivain. On peut parler de littérature épistolaire quand la visée esthétique devient essentielle. Mais il arrive que le souci esthétique soit important sans qu’il y ait publication du texte. Doit-on alors considérer que seule la publication définit l’écrit littéraire — notion de publication difficile à cerner pour l’Antiquité ? Et si la publication est posthume, la lettre devient littérature malgré la volonté de son auteur (ce qui est nettement vrai pour les Lettres à Atticus). Dans le cas d’une publication, le dispositif de renonciation se trouve modifié. Aux deux interlocuteurs de base vient s’en ajouter un troisième, multiple et anonyme, le public réel ou potentiel. La lettre s’adresse dans ce cas à deux interlocuteurs différents ou situés sur deux plans. De toute façon, la publication de lettres privées est toujours un peu un paradoxe (nous y reviendrons). Il n’en va pas de même, bien entendu, des lettres officielles.

32Parallèlement, on peut distinguer la lettre en prose de l’épître en vers. La lettre en vers, appelée épître, a été pratiquée par Lucilius et après lui par Horace, qui reprend sous forme versifiée le modèle de la lettre morale qu’Épicure, ou Caton (s’adressant à son fils Marcus) avaient pratiquée en prose.

33Dans le genre de la lettre en prose, on séparera les auteurs païens et les auteurs chrétiens : chez les païens, ce sont Cicéron, Sénèque, Pline, Fronton (correspondance avec Marc Aurèle), Symmaque ; mais on voit bien qu’il y a une grande différence entre les lettres qu’ils écrivent. Chez les chrétiens, ce sont Cyprien, Ambroise, Jérôme, Paulin de Nole, Augustin, Sidoine Apollinaire, Grégoire le Grand ; leurs lettres consistent en déclarations doctrinales, en décisions administratives, etc. ; là aussi il existe une grande diversité.

34La lettre peur également être une pure forme pour un traité, un propos polémique, etc. Ainsi, au dernier siècle de la République, plusieurs hommes politiques ont utilisé la lettre ouverte pour exposer leurs idées, tandis qu’on voyait circuler un grand nombre de lettres apocryphes qui servaient de pamphlets politiques. On a là un nouveau type de distinction : lettre authentique/lettre apocryphe. La longue lettre que Cicéron adresse à son frère Quintus en 60 (Ad Quintum fratrem I, 1), et dans laquelle il développe sa théorie de l’administration des provinces, est un véritable traité, de même que le Commentariolum petitionis qu’adresse à son frère Quintus Cicéron en juillet 65, alors que Cicéron prépare sa candidature au consulat ; mais ce sont des exceptions dans la correspondance de Cicéron. En revanche c’est souvent le cas dans les lettres d’auteurs chrétiens, celles de Jérôme par exemple (ainsi donne-t-il lui-même à sa lettre XXII le qualificatif de liber ou libellus, voir Lettres 31, 2 et 123, 17).

35La lettre en vers peut elle aussi être une pure forme. Pour nous limiter à un exemple, l’œuvre d’Ovide, Héroïdes d’un côté (où Ovide a l’originalité de faire écrire des lettres par des femmes, pour les quinze premières pièces en tout cas, qui formaient la première édition), Tristes et Pontiques (dont le titre latin est Epistulae ex Ponto) de l’autre, appartient pour partie au genre épistolaire.

36Pour conclure sur la définition de la lettre, le plus simple est sans doute de s’en tenir à un critère purement formel, et de considérer, avec René Martin et Jacques Gaillard* (t. II, p. 206), comme appartenant au genre épistolaire tout texte, quels que soient sa longueur, son contenu, son degré d’élaboration stylistique et son destinataire (individuel ou collectif, fictif ou réel), qui commence et se termine par les formules employées traditionnellement à Rome en tête et à la fin d’une lettre — et non pas seulement qui est adressé à quelqu’un, car depuis Hésiode des œuvres sont adressées à quelqu’un sans qu’il s’agissse de lettre.

La lettre dans l’Antiquité romaine

37Il est difficile de déterminer quand on commence à écrire des lettres à Rome, car les historiens anciens commettent dans ce domaine de manifestes anachronismes. Ce qui est sûr, c’est que pour Plaute à la fin du iiie siècle la correspondance est manifestement d’un usage très courant. Trois raisons à ce développement : l’Italie est maintenant plus sûre, le papyrus fournit un support commode, l’acheminement se fait plus aisément. Cependant la transmission d’une lettre est parfois exceptionnellement longue, et certaines n’arrivent jamais à destination, qu’elles soient perdues ou interceptées ; le sérieux du porteur est ici essentiel.

38Ces aléas des échanges épistolaires peuvent avoir des conséquences importantes, comme le montre un exemple dans l’Antiquité tardive. La relation tendue entre Jérôme et Augustin vient d’abord de ce que Jérôme n’a reçu la deuxième lettre que lui adressait Augustin, dont toute l’Italie a eu connaissance avant lui, que cinq ans après sa rédaction ; et, naturellement susceptible, il ne manqua pas de s’emporter contre l’impudence du jeune Augustin (Jérôme, Lettres 105).

39À la fin de la République, les échanges épistolaires ont acquis une grande ampleur. Alors qu’il s’est réfugié à Formies, au début de la guerre civile, Cicéron demande à sa femme à Rome (à plus de 150 km), d’établir des courriers réguliers et de lui adresser une lettre par jour (Ad familiares XIV, 18, 2).

40Au reste les échanges épistolaires n’avaient habituellement pas une destination privée comme nous la concevons. Une lettre était généralement (nous schématisons, au-delà des variations selon les époques et les personnes) dictée à un secrétaire (l’auteur de la lettre n’écrivant de sa main que la formule finale), à la réception elle pouvait être lue devant plusieurs personnes, le destinataire recourant alors parfois aux services d’un lecteur (anagnostes). Si l’on voulait que le contenu ne soit pas diffusé, des précautions s’imposaient : écrire soi-même, utiliser des surnoms pour désigner les personnages redoutables (ainsi Clodius chez Cicéron), se censurer (ainsi les critiques envers César sont-elles mesurées dans les lettres de Cicéron), recourir à la cryptographie, brûler la lettre à la réception.

41Pour l’essentiel, on écrit pour donner et demander des informations. Mais écrire à ses amis est aussi considéré comme un officium dans le cadre de l’amicitia Cicéron se juge ainsi obligé de tenir ses amis absents de Rome informés de ce qui s’y passe (voir aussi Pline, Lettres IX, 15, 3). À partir du ier siècle, où la politique confisquée disparaît, la lettre permet de s’associer ou d’associer autrui aux événements fastes ou tristes de l’existence. Dans cette optique plus mondaine, on n’hésite pas à écrire même si l’on n’a rien à dire, simplement pour rappeler au destinataire qu’on pense à lui. Mais comme auparavant, la fréquence des lettres est de rigueur, ainsi que le devoir de réciprocité (qu’exprime chez Pline l’adverbe inuicem ainsi dans I, 22, 12), et personne ne saurait se contenter de quelques mots de réponse (voir Pline, Lettres I, 11 ; II, 2 ; II, 11, 25 ; II, 12, 7 ; III, 17 ; IV, 11, 15-16).

42Prenons pour exemple la lettre II, 2 de Pline, adressée à Valerius Paulinus :

Je suis en colère (irascor) ; j’ignore si je dois l’être, mais je le suis. Tu sais combien l’amitié (amor) est injuste parfois, impatiente (impotens) souvent, pointilleuse (mikraitos en grec) toujours. Cependant mes motifs sont sérieux, à défaut d’être justes. En tout cas, comme s’ils n’étaient pas moins justes que sérieux, je suis violemment en colère de n’avoir depuis déjà longtemps aucune lettre de toi. Tu ne peux m’apaiser qu’en inenvoyant dès aujourd’hui plusieurs très longues lettres. Telle est la seule excuse que je tiendrai pour vraie, toutes les autres seront sans valeur à mes yeux. Je ne veux pas entendre : « Je n’étais pas à Rome » ou « J’étais trop occupé » ; et que les dieux nous préservent de : « J’étais souffrant ». Pour ma part, je me consacre avec délices, dans ma campagne, alternativement à l’étude et au repos (partim studiis partim desidia fruor) que permettent l’un et l’autre les vacances (utrumque ex otio naschur) Adieu.

43Ce billet ne vise pas à donner des nouvelles de soi au correspondant, mais rappelle qu’écrire des lettres est une obligation des relations d’amitié. En même temps, le lieu commun sert de prétexte pour développer un beau morceau. Dès le début le ton se veut faussement grave. On ignore jusqu’au milieu du texte la raison de la colère. Le terme amor contraste singulièrement avec le irascor du début, de telle manière que le lecteur en est égaré. Plus loin, l’usage d’un mot grec souligne la recherche mais aussi le caractère familier de la lettre. C’est dans la dernière phrase seulement du premier mouvement que l’énigme est résolue. Ensuite, Pline énonce avec humour tous les arguments habituellement invoqués pour excuser la négligence épistolaire, puis finit sur ses propres activités à la campagne.

Théories des Anciens sur la lettre

44Dans un premier temps les Anciens, ne percevant pas la lettre comme un genre, ne 1 ont pas théorisée ni intégrée dans leurs catégories littéraires. Le traité grec Sur le style, attribué à Demétrios de Phalère, lui consacre quelques paragraphes (c’est là qu’on trouve la célèbre formule que la lettre est le miroir de l’âme) ; Cicéron et Pline de leur côté n’ont livré qu’incidemment des réflexions sur la lettre. À Rome, seul Caius Julius Victor, au ive siècle, en dit quelques mots à la fin de son Arsrhetorica. C’est à cette époque que se systématise une rhétorique épistolaire. En même temps, la lettre a tendance à perdre tout contenu au profit d’une forme sclérosée et contrainte, illustrée par Symmaque : les modèles théoriques de cette épistolographie sont Cicéron et Pline, fréquemment imités.

45Les points fondamentaux de la rhétorique antique concernant l’épistolographie peuvent se résumer ainsi :

46– le but d’une lettre est de donner des nouvelles à une personne absente, comme on le ferait par une conversation de vive voix si la personne était présente. Cicéron le dit à Curion :

Tu n’ignores pas qu’il existe bien des genres de lettres (epistolarum genera multa), mais le plus authentique de tous, pour lequel fut inventée la chose même, consiste à informer les absents (ut certiores faceremus absentis) de ce qu’il est de leur intérêt et du notre qu’ils connaissent (Ad familiares II, 4, 1).

47Au ive siècle, saint Ambroise reprend la même idée (Lettres 47, 4 et 66, 1, dans Patrologie Latine, t. 16, col. 1 125 et 1150-1151), et saint Jérôme déclare également, quoique ses propres lettres contredisent cette affirmation :

Le rôle d’une lettre est de donner par écrit des nouvelles de la famille ou de la vie quotidienne. Ainsi, des absents se rendent en quelque sorte présents l’un à l’autre, en se faisant mutuellement part de leurs désirs ou de leurs actions (Lettres XXIX, 1).

48– la lettre privée est différente de la lettre publique ou officielle.

49– la lettre doit être adaptée à la personne du destinataire et aux circonstances de son envoi (théorie du prépon).

50– la lettre a une structure claire, basée sur des formules précises de début (aliquis alicuis. [p.] [d.]), à quoi peut s’ajouter la formule de courtoisie s(i) u(ales) b(ene) e(st) e(go) q(uidem) u(aleo), dont il est question par exemple chez Pline, Lettres I, 11) et de fin (uale, ou cura ut ualeas, parfois optote bene ualere) ; ces formules ont au reste varié avec les époques.

51– elle présente des caractéristiques constantes : brièveté, clarté, refus du traitement spécialisé. À la fin de sa plus longue lettre, Pline, sentant qu’il a contrevenu aux règles du genre, indique que celle-ci peut, de par sa structure, se lire en plusieurs fois (Lettres V, 6, 41).

52– elle use du sermo cotidiamus, qui évite les excès de l’ornatus autant qu’un style excessivement bas.

53Par ailleurs on constate, sans que ceci soit forcément théorisé, que la lettre recourt souvent aux proverbes, aux citations (Homère et les poètes latins archaïques notamment), et au grec (conçu comme la langue de la conversation familière). Et on y rencontre certains topoi : l’auteur de la lettre se préoccupe de la bonne santé de son correspondant ; promet de lui communiquer au plus tôt tout événement nouveau ; espère, tout en compensant l’absence physique par la présence en esprit, une prochaine rencontre avec lui, l’un et l’autre étant en bonne santé ; se lamente de l’absence de nouvelles du correspondant.

La publication des lettres

54En principe, nous ne devrions posséder qu’occasionnellement des lettres privées. Cicéron souligne avec d’autres (Apulée, Apologie, 84) qu’il n’est pas permis de divulguer des lettres privées :

Qui, sous prétexte qu’est survenue une brouille, a jamais rendu publique et lu devant tous une lettre reçue d’un ami ? Que de plaisanteries qui émaillent habituellement les correspondances paraîtraient déplacées si on les rendait publiques, que de choses sérieuses on y trouve aussi qui cependant ne sont faites en aucune façon pour être divulguées ! (Quis unquam… litteras ad se ab amico missas offen-sione aliqua interposita in médium protulit palamque recitauit ?… Quant multa ioca soient esse in epistulis quae, prolata si sint, inepta uideantur, quam multa séria neque tamen ullo modo diuulganda !, Philippiques II, 7).

55En effet la lettre est, selon la formule déjà mentionnée, le miroir de l’âme. Et pourtant Cicéron lui-même divulgua certaines de ses lettres (par exemple Ad familiares V, 12 ou la lettre à Lucceius sur l’historiographie, qu’il conseille à Atticus de lire, Ad Atticum IV, 6, 4). Pourquoi a-t-il agi ainsi ? Dans Ad Atticum IV, 6, 4, il dit qu’il trouvait sa lettre à Lucceius ualde bella. La lettre est appréciée d’un point de vue littéraire, et c’est là ce qui justifie, au-delà de l’usage de conserver les lettres envoyées et reçues, sa divulgation. Un ami de Pline, Pompeius Saturninus, lui lit ainsi des lettres de sa femme :

Il m’a lu récemment des lettres ; il les disait de sa femme, mais j’ai cru lire du Plaute ou du Térence, en prose. Qu’elles soient de sa femme, comme il l’affirme, ou de lui-même, comme il le nie, une même gloire lui revient, soit qu’il écrive de si belles choses, soit qu’il ait donné tant d’instruction et de goût à sa femme qu’il a épousée toute jeune fille. (Legi mihi nuper epistulas ; uxoris esse dicebat, Plautum uel Terentium métro solutum legi credidi. Quae siue uxoris surit, ut adfirmat, siue ipsius, ut negat, pari gloria dignus, qui aut illa comportat aut uxorem, quant uirginem accepit, tant doctam politamque reddiderit, I, 16, 6).

56C’est par ce biais que l’usage de la publication des lettres s’est imposé.

57L’habitude de conserver les lettres reçues et une copie des lettres envoyées est ancienne. Cicéron conservait un double de ses propres lettres : « J’ai donc, là-dessus, envoyé à César un second exemplaire de la même lettre » (eodern illo exemplo litteras. Ad Quintum fratrem II, 10, 5 ; voir aussi Ad familiares VII, 25, 1), et il gardait les lettres de ses correspondants, par exemple celles d’Atticus (Ad Atticum, IX, 10, 4). Et Atticus conservait les lettres de Cicéron (Ad Atticum XVI, 5, 5).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540