Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pline le Jeune ou le refus du pessimisme

 | 
Étienne Wolff

En guise de préliminaires

Texte intégral

1Pline le Jeune — dont, par commodité, on abrégera au cours de cet ouvrage le nom en Pline, sauf quand il pourrait y avoir une contusion avec son oncle le polygraphe érudit Pline l’Ancien — est un auteur qui n’a pas bonne presse, et beaucoup de gens adhéreraient volontiers, s’ils le connaissaient, au jugement sévère de Montherlant à son égard :

Ce dominus scholasticus — propriétaire homme de lettres — est disert, informé, superficiel, sociable, bienveillant, optimiste, rancunier (il se pourléche de tuer son homme avec un discours [on ne lit rien de tel chez Pline]), inlassablement moral et prudhommesque, toujours surmené et de loisir (mais quels loisirs distingués !), toujours en scène mais sur une petite scène, vaniteux comme un pet, farfelu au-delà de ce qui est possible. Il nous entretient de chacune de ses largesses, dans une correspondance censément privée, mais écrite pour le public : le testament d’Auguste a fait des petits [en réalité le testament d’Auguste, dont parle Suétone, n’est pas un texte à usage privé]. Il décrit ses libéralités, puis il décrit ses propriétés, puis il décrit ses plaidoiries, et toujours de telle façon qu’on a envie de lui dire : « T’as fini ? » Il est le père de la correspondance truquée, le père du faux, le père de la pommade, le père du cossu fleuri. C’est un brillant causeur, un brillant épistolier, un brillant conférencier, un brillant avocat. Un pet. Un académicien [Montherlant a pourtant été académicien, mais plus tard]. Je ne sais pas s’il est répugnant, mais il me répugne. Il est chargé de grâces, et cependant je ne voudrais pas lui serrer la main. Avec tout cela il faut le lire (Carnets, 1931, dans Montherlant, Essais, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1963, p. 1013-1016).

2La cause d’une telle situation est diverse. L’idéologie de gauche, longtemps majoritaire dans les milieux intellectuels et favorable à une littérature engagée, a certainement contribué à cette hostilité : « le type même du grand bourgeois à la bonne conscience sans fissures » (comme le qualifient significativement René Martin et Jacques Gaillard’, t. II, p. 209) qu’est ou que serait Pline ne pouvait susciter la sympathie, et ses flatteries à Trajan (on y reviendra) aggravaient son cas. Mais même de l’autre bord politique, Pline passe pour un auteur « de second ordre », « qui révèle l’épuisement d’une littérature qui allait languir pendant plus d’un siècle », comme l’écrit Jean Bayet dans sa célèbre Littérature latine (Paris, Armand Colin, 1934, p. 596 et 606). Et un homme aussi éclairé que Jacques Chomarat (Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, 2 vol., t. II, p. 1037) s’étonnait que l’humaniste Érasme, dans son De conscribendis epistolis, consacre tant de place à Pline, « écrivain mineur ». Bref, si lui-même osait se comparer à Tacite (Lettres VII, 20 ; IX, 14 et 23), les modernes, eux, le jugeaient et le jugent bien inférieur à l’historien, qui l’a rejeté dans l’ombre. Apprécier Pline passe, au mieux, pour une faute de goût. Il semble cependant qu’un renversement de tendance se dessine doucement, sans doute lié au reflux de la littérature engagée. Comme il arrive souvent, la relation des modernes à Pline nous apprend moins sur celui-ci que sur les modernes eux-mêmes.

3Une conséquence, peut-être, de ce phénomène, est que Pline, s’il fournit abondamment matière à versions latines, figure assez rarement au programme de l’agrégation de lettres classiques et ne suscite, eu égard à l’inflation générale des publications scientifiques, qu’un nombre réduit d’études, en France notamment : la dernière monographie qui lui soit consacrée dans notre langue, due à Anne-Marie Guillemin, date de 1929* ; or, si ses mérites ne sont pas en cause, certains points de vue seraient aujourd’hui abordés autrement, et formulés différemment. Bref, seules les lettres sur les villas de Pline (II, 17 ; V 6), sur l’éruption du Vésuve (VI, 16 et 20) et sur les chrétiens (X, 96 et 97, dont l’authenticité n’est plus contestée que pat les fantaisistes) suscitent une floraison d’articles ou même des livres, ainsi que, dans un autre domaine, les lettres traitant du fonctionnement de la justice, analysées par les historiens du droit romain.

4C’est dommage, car Pline vaut mieux que cela, comme l’ont souligné récemment plusieurs chercheurs (notamment Paul Jal*). Encore faut-il vouloir l’étudier de près, sans préjugé d’aucune sorte, et ne pas chercher dans son œuvre ce qu’il n’a pas voulu y mettre.

5L’étude que nous entreprenons ici, si elle est solidement documentée, ne se veut pas d’érudition, surtout dans sa forme. Nous ne nous sommes donc pas cru obligé de signaler par une note en bas de page nos emprunts à tel ou tel savant. En revanche tous les ouvrages que nous avons utilisés de manière suivie figurent dans la « Bibliographie » en fin de volume. Faire des lectures ne signifie pas compiler, l’accumulation ne s’opposant pas à la pensée spéculative : il va de soi que si nous n’avions pas eu quelques vues personnelles à exprimer, nous nous serions entièrement abstenu. En l’occurrence, nous insistons particulièrement sur certains points qui nous paraissent insuffisamment mis en relief ailleurs. L’ensemble se présente sous la forme d’une succession de micro-chapitres denses, de consultation aisée, destinés à balayer un large éventail de sujets. Toutefois, conscient du fait qu’une telle organisation kaléidoscopique risquait de dérouter, nous avons procédé à un regroupement des micro-chapitres dans des sections plus larges, ce qui nous paraissait avoir l’avantage de mettre en relief l’unité synthétique du travail, sans gommer pour autant l’approche pat coups de projecteur que nous avions recherchée.

6Comme tout ouvrage critique, celui-ci ne saurait se substituer à la lecture du texte dont il parle (c’est-à-dire la correspondance de Pline, le reste de son œuvre n’étant évoqué qu’à titre d’illustration), qui est au contraire un préalable nécessaire (on le trouve aisément en version française, voir la « Bibliographie »). Car, en dehors des quelques « textes traduits » qui viennent après la conclusion, nous avons limité autant que possible les citations pour ne pas alourdir le volume à l’excès. Quand la chose se produit, soit le latin a été paraphrasé juste auparavant, soit (à moins qu’il ne soit transparent) il est accompagné d’une traduction française qui, sauf explicite mention contraire, est de nous, soit encore celle-ci figure seule, si la présence de l’original ne s’imposait pas. Quant aux références, elles renvoient au livre, puis à la lettre, enfin, éventuellement, au paragraphe (cette dernière numérotation, indispensable pour le repérage, n’apparaissant que dans les éditions dites savantes).

7Ce livre est dédié à la mémoire de mon père.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540