Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

IV. Lectrices : séduction

Rétif de la Bretonne et sa lectrice. Une liaison dangereuse

Françoise Le Borgne

Texte intégral

  • 1 N.-E. Rétif de La Bretonne, Les Gynographes, La Haie, 1777, p. 183.
  • 2 « pourvu que les jeunes Couturières, Lingères, Feseuses-de-modes, qui ont goûté mes autres Ouvrages (...)
  • 3 Elle est l’héroïne du Quadragénaire, des 52ème et 53èmeNuits de Paris (« Le Frère jalousé »), de la (...)

1La critique de la lecture féminine est poussée dans le discours théorique de Rétif de La Bretonne à un degré de radicalité exceptionnel : l’article VI du troisième paragraphe des Gynographes précise en effet qu’« il faudrait que l’écriture et même la lecture fussent interdites à toutes les femmes ; ce serait le moyen de resserrer leurs idées, et de les circonscrire dans les soins utiles du ménage ; de leur inspirer du respect pour le premier sexe, qui serait instruit de ces mêmes choses avec d’autant plus de soin, que le second serait plus négligé 1 ». Pourtant Rétif, qui reconnaît dès 1773 que son public se compose essentiellement de femmes du peuple 2, ne cesse d’imaginer des lectrices enchanteresses dont le statut oscille, du fait de la forte composante autobiographique de son œuvre, entre celui de personnage, de muse et de destinataire idéale. Elise Tulout, la plus complexe de ces figures de lectrices, apparaît ainsi dans une douzaine de romans, pièces et nouvelles 3 avant de trouver place dans Monsieur Nicolas où est évoqué comme authentique l’essentiel de ce qui faisait déjà la trame des ouvrages précédents :

  • 4 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, op. cit., tome II, p. 202.

« Dans ce même temps, un petit parent de ma femme, appelé Martinville, alors garçon marchand, […] me parla de sa cousine Elise Tulout, fille d’esprit, qui désirait fort de me connaître, d’après la lecture de La Famille vertueuse. 4 »

2Rétif la rencontre. Il est charmé par sa grâce et son intelligence.

  • 5 Idem, p. 203.

« Je lui lus Le Pied de Fanchette, qui ne paraissait pas encore. Elle me fit beaucoup d’observations très judicieuses ; malheureusement, l’ouvrage était imprimé. Il fut convenu entre nous, à une seconde visite que je lui rendis seul, que je lui montre les épreuves de mon premier ouvrage. Ce furent celles de La Fille naturelle.5 »

  • 6 dans La Semaine nocturne et Le Drame de la Vie.

3La collaboration se poursuit entre l’écrivain et sa lectrice tandis que s’ébauche entre l’homme de quarante ans et la jeune fille de dix-neuf une relation amoureuse dans laquelle Rétif refuse néanmoins de s’investir. Il finit donc par quitter celle qu’il surnomme « l’amante du mérite 6 » et ne la reverra plus qu’épisodiquement, à plusieurs années d’intervalle.

  • 7 Pour ce qui est de la difficulté d’une dénomination adéquate du statut générique des œuvres rétivie (...)

4La condamnation théorique de la lecture féminine et sa valorisation parallèle au sein de la fiction d’inspiration autobiographique et de l’autobiographie 7, me semblent cependant, en dépit de leur apparente opposition, étroitement solidaires. Je montrerai ainsi, à partir de l’étude du traitement du personnage d’Elise Tulout, comment les enjeux érotiques qui surdéterminent le rapport plus ou moins médiatisé que Rétif entretient avec ses lectrices le conduisent à réglementer une liaison dont le bénéfice narcissique risque à tout moment de lui échapper.

Commerce littéraire et parade amoureuse

  • 8 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, op. cit., tome I, en particulier pp. 662 à 665.
  • 9 Voir le début de Sâra ou la dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans et « Filette reconnue (...)

5La relation à la lecture féminine s’inscrit chez Rétif dans le cadre d’une entre de séduction. Qu’il apprenne à lire à la servante Toinette dans la maison de Madame Parangon 8 ou qu’il fournisse à Sara et Filette ses volumes par dizaines 9, il se projette toujours dans un rôle d’initiateur qui l’auréole de prestige et lui procure généralement les faveurs de la femme aimée.

6On retrouve ce type de relation dans La Malédiction paternelle, un roman épistolaire d’inspiration autobiographique publié en 1779 qui fait la part belle aux déboires amoureux d’un écrivain, N******, incarnation transparente de Rétif lui-même. N****** en vient à fréquenter Virginie, une jeune prostituée dont il est passionnément amoureux, et Elise, qu’il n’aime pas mais grâce à laquelle il espère oublier Virginie. Dans les deux cas, le livre et la lecture sont les indispensables médiations d’un commerce qui va progressivement se déplacer vers le terrain amoureux. Le rapport littéraire apparaît donc comme une forme d’expérimentation de la relation érotique. Virginie et Elise n’en sont pas moins des partenaires fort différentes.

7Virginie est analphabète lorsqu’elle rencontre N****** et celui-ci se propose donc de lui apprendre à lire pour la soustraire à la corruption que l’ennui et l’oisiveté favorisent. En même temps, son compte rendu des séances de lecture montre bien qu’il s’agit moins pour lui de tirer Virginie de la débauche que d’accaparer à son profit l’attention de la jeune fille :

  • 10 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, 1780, Slatkine reprint, 1988, tome I, pp. 319-320

« Etre le Maître d’école d’une Fille jeune & jolie n’est pas un plaisir médiocre : cela donne occasion à mille petites familiarités charmantes, qui me font sentir mieux que tous les beaux vers & la belle prose, combien Abeilard devait être heureux avec son Heloïse. C’est un des amusemens les plus délicieux que l’Homme puisse goûter, & si j’étais de nos gros Millionaires, je me donnerais souvent ce plaisir-là… Mais il faut avoir une certaine délicatesse pour le sentir. Je lui ai fait un présent pour l’encourager. 10 »

8Le savoir est clairement donné ici comme pouvoir symbolique et comme le substitut d’un pouvoir plus contraignant, en particulier financier, dont N****** voudrait également se prévaloir auprès de Virginie.

9Le même type de mécanisme est à l’œuvre dans la relation avec Elise mais le rapport de domination s’exerce à un niveau plus élevé puisque ce sont ses propres talents d’écrivain que N****** utilise pour séduire une lectrice déjà formée et capable d’apprécier son génie. Sous couvert de solliciter l’avis de la jeune fille en effet, l’écrivain cherche surtout à la subjuguer comme elle le lui fait elle-même remarquer dans la lettre 93 :

  • 11 idem, p. 416.

« Je ne trouve rien du tout à contrôler pour cette fois. Ne trouvez-vous pas vous-même que je joue au beau rôle ! Critiquer quelqu’un qui a beaucoup d’esprit, beaucoup de feu dans l’imagination ; soi-même avoir assez de sens commun pour sentir son incapacité… Oh ! c’est le comble de l’humiliation. 11 »

10Les représentations de lectrices cristallisent donc chez Rétif les éléments d’une rêverie qui confond puissance créatrice de l’écrivain et pouvoir de séduction de l’individu. Mais si les impressions de lecture d’une Elise sont à cet égard plus valorisantes que les ânonnements d’une Virginie, elles sont aussi plus menaçantes pour un auteur qui s’identifie à son œuvre et refuse d’envisager la lecture autrement que comme un déchiffrement.

La hantise d’une inversion des rôles

11Le rejet rétivien de l’instruction féminine semble en effet lié à la crainte que la complémentarité hiérarchisée qui constitue pour l’auteur des Gynographes la relation souhaitable entre l’homme et la femme — et a fortiori entre l’écrivain et sa lectrice — ne vienne à s’inverser.

12Tout fonctionne dans le discours de Rétif comme si une lecture avertie, et éventuellement critique, plaçait de facto l’auteur, par l’intermédiaire d’un texte avec lequel il ne ferait qu’un, dans une situation d’intolérable passivité. De fait, il s’agit pour N****** de soumettre son texte à la lectrice, et, par là même, de se soumettre à son jugement :

  • 12 Il s’agit du Pied de Fanchette, ouvrage de Rétif lui-même.
  • 13 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, p. 404.

« Mad.lle.J’ai prié M… de vous remettre ces trois petits Volumes 12, pour que vous m’en disiez votre sentiment. […] Je ne saurais vous dire combien j’ai de confiance dans votre goût & dans vos lumières. […] être lu par vous est une faveur. 13 »

  • 14 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, op. cit., tome II, p. 630.
  • 15 La lettre 88 de La Malédiction paternelle (op. cit., tome I, pp. 404-406) comporte ainsi des sugges (...)

13La tournure passive employée par N****** en conclusion de sa lettre me semble tout à fait révélatrice de la fusion, caractéristique de l’imaginaire rétivien, entre l’auteur et son œuvre. Pour celui qui, dans Monsieur Nicolas, se désigne comme un « livre vivant 14 », il n’y a pas de médiation reconnue entre le moi et l’œuvre : le moi est l’unique source de l’œuvre et celle-ci se veut écrite à l’image de son créateur. Cette confusion participe de l’érotisation de la lecture féminine puisque livrer son œuvre c’est pour Rétif se remettre, pour ainsi dire au sens propre, entre les mains de sa lectrice. Mais elle permet également de comprendre à quel point, en se livrant, l’écrivain s’expose. Car les corrections et suppressions, si mineures soient-elles, suggérées par une Elise qui a naïvement pris au sérieux son rôle critique 15 s’assimilent dans cette perspective à une véritable violence perpétrée à l’encontre de l’écrivain.

  • 16 Détail révélateur, l’écriture même d’Elise est qualifiée par N ****** de masculine : « Mais ne jure (...)
  • 17 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, op. cit., tome II, p. 204.
  • 18 Rétif de La Bretonne, Les Gynographes, op. cit., p. 115.

14Elise, se permettant de dicter des corrections à N******, usurpe en fait un rôle masculin 16 et contraint son amant à accepter un rôle passif, c’est-à-dire, selon ses propres critères, féminin. Cette inversion contamine la caractérisation de la relation proprement amoureuse des protagonistes confirmant les liens étroits que nous avons déjà repérés entre lecture et érotisme. Evoquant la façon dont Elise expérimente sur lui ce qu’elle juge propre à rendre heureux son futur mari, Rétif avoue dans Monsieur Nicolas qu’il « étai [t] entre ses mains comme une sorte de poupée 17 ». Dans La Malédiction paternelle, c’est la violence même de l’amour qu’Elise porte à N****** qui est dénoncée comme étant contre nature. Là où l’amour de l’homme est impérieux et actif, explique N******, celui de la femme s’apparente davantage à de la tendresse et n’a pour fondement que sa dépendance à l’égard de l’homme. Dans Les Gynographes, Rétif va jusqu’à expliquer que « les Femmes ne sont capables ni d’amour, ni d’amitié, ni même de vouloir, dans le sens que les hommes donnent à ces termes […] les Femmes n’ont qu’un sentiment naturel, l’envie de plaire 18 ». Or Elise aime passionnément N******. Elle se met en colère chaque fois qu’il lui parle d’amitié, est prête à devenir sa concubine puisqu’il est déjà marié et manque de mourir lorsqu’il la quitte. Un tel attachement ne fait que confirmer, aux yeux de l’écrivain, l’ambivalence sexuelle de la jeune fille et la menace qu’elle représente pour sa propre virilité :

  • 19 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, op. cit., tome II, p. 818.

« S’il est des femmes qui éprouvent l’amour à la manière des hommes ; c’est l’effet de la corruption sociale ; ce sont de vrais monstres, des tribades, des femmes dénaturées, & qui ne sont point ce qu’elles doivent être. 19 »

  • 20 Mohammed bakkali-yedri, Monsieur Nicolas ou le héros maudit. Essai de lecture du personnage romanes (...)

15Dans sa thèse de doctorat 20, Mohammed Bakkali-Yedri a proposé une lecture psychanalytique des fantasmes récurrents de l’œuvre rétivienne (malédiction paternelle, inceste, fétichisme du pied, mégalomanie) et mis en évidence les angoisses de castration et l’homosexualité latente qui sous-tendent la caractérisation du héros rétivien. Sans vouloir m’engager ici dans les problèmes méthodologiques liés à l’application d’outils psychanalytiques à des textes littéraires, je ne peux que constater la convergence des indices que le traitement du personnage d’Elise fait émerger à cet égard. L’hostilité de Rétif à l’éducation féminine s’enracine manifestement dans une véritable hantise du pouvoir féminin, hantise liée à la crainte de voir ce pouvoir s’exercer aux dépens de son identité virile.

« votre mérite ne servira qu’à vous rendre malheureuse 21 »

  • 21 Idem, p. 408. Cette affirmation qui se trouve dans une lettre que N ****** adresse à Elise est repl (...)

16C’est dans cette perspective que le discours phallocrate de Rétif prend tout son sens : il correspond, me semble-t-il, à une volonté de réaffirmer sur le double terrain littéraire et érotique un pouvoir menacé par l’émancipation féminine. Le sort réservé au personnage d’Elise est à cet égard limpide : la lectrice amoureuse sera châtiée par où elle a péché, dans son amour et par la lecture.

  • 22 Voir en particulier Le Drame de la vie et Les Nuits de Paris. Dans la nouvelle de La Semaine noctur (...)

17Alors que dans les ouvrages où ses talents de lectrice ne sont pas mis en valeur, Elise est dépeinte comme une femme exceptionnellement attirante, convoitée par une foule de prétendants dont ses trois frères et son propre père 22, dans La Malédiction paternelle, son impuissance à séduire N****** est explicitement attribuée à son mérite intellectuel. Cruauté suprême, Rétif met à profit le dispositif épistolaire de son roman pour infliger à son héroïne une humiliation raffinée : lectrice d’exception, Elise est représentée déchiffrant et interprétant à merveille sa propre condamnation.

  • 23 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, op. cit., tome II, p. 448.

18La lettre 115 du roman est ainsi conçue comme une véritable explication de texte. Elise y soumet à une relecture systématique l’incohérente lettre 107, dans laquelle N****** évoquait en vrac sa sensibilité au mérite féminin, son goût pour la laideur et des qualités qui n’étaient pas précisément celles de sa destinataire (« un esprit simple & naïf, sans être bouché, liant, gai ; dans un cœur solide, difficile à prendre, facile à garder ; dans une âme sensible, mais non pas ombrageuse 23 ») avant d’avouer de mystérieux chagrins. La lecture que propose Elise, reprenant phrase après phrase la prose sibylline de son amant, met en évidence sa lucidité supérieure. Alors que, contrairement au lecteur, elle ne dispose que d’informations lacunaires sur les sentiments véritables de N******, la jeune fille s’avère capable de déduire la vérité d’une explication rigoureuse de sa prose :

  • 24 Idem, tome II, p. 464-465.

« Comment répond-on à ma Lettre, qui jusqu’aux reproches était tendre… Croyez ; l’excès du bienfait produit l’excès de la reconnaissance… Mais ce bienfait existe-t-il ?La question est honnête. Je ne devais pas y répondre. Ensuite… Je suis un thermomètre que le moindre degré de mérite dans votre sexe hausse… C’est me faire sentir clairement, que n’ayant point assez de mérite pour fixer seule, je ne dois m’attendre qu’au changement. […] Une Laide adorable … eh ! qui vous dit le contraire ? Une femme laide possède souvent des talents dont une insipide Beauté ne se doute même pas ;… parce qu’elle dédaignerait de les mettre en usage, croyant sa figure trop aimable pour employer d’autres moyens, non moins efficaces… Cependant, dans votre bouche, c’était une ironie,… peu faite, très-peu faite pour moi. Ensuite vient un tableau, non pas de ce qui existe, mais de ce qu’on désire ; car on ne désire plus ce qu’on croit posséder… On a du chagrin ; on en avait en sortant de chés-moi. Qui avait pu l’occasionner ? Comment comprendre, comment deviner cet entortillage, de chagrin, d’extravagance, cette singulière situation d’esprit ?… Vous aimez quelqu’un, Dulis ? Tant-mieux ! Puisse-t-on vous fixer ! 24 »

  • 25 En fait, la tradition semble avoir confondu deux Sapho (ou Sappho) différentes : la poétesse de Les (...)

19Par cette lettre, l’écrivain se venge de sa lectrice et se moque de ses talents, employés au déchiffrement douloureux de sa dépendance amoureuse à l’égard de N******. Sapho moderne, Elise est finalement contrainte à l’abandon de ses prétentions littéraires et érotiques au profit d’une reconnaissance humiliante du pouvoir masculin 25.

20A cette vengeance épistolaire Rétif ajoute dans La Malédiction paternelle l’énoncé d’un discours normatif qui lui permet également de réaffirmer comme incontournable la prééminence du sexe masculin. Ce discours d’autorité fait significativement son apparition sous la plume de N****** en réponse à la lettre dans laquelle Elise émettait des critiques à l’encontre du Pied de Fanchette. On voit d’ailleurs dans cette lettre que la théorie soi-disant universelle n’est qu’une généralisation abusive du point de vue singulier de l’énonciateur :

  • 26 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, op. cit., tome I, p. 407-408.

« L’heureux entretien que celui d’hier ! quel caractère charmant il m’a montré ! c’est la nature cultivée, mais non étouffée. Je m’oubliais moi-même auprès de vous. Cependant, avant l’arrivée de m. r votre Frère, j’éprouvais un sentiment assez pénible. Devinerez-vous ?… c’est que j’étais humilié. Nous sommes si orgueilleux, nous autres Hommes, que nous ne voulons pas de la perfection. […] Femmes ! êtres charmans, ne croyez pas le devenir davantage, en acquérant beaucoup ! restez Femmes ; tout ce que vous acquerreriez en raisonnement, vous le perdriez en grâces. Je vous avouerai, Madlle, que je tremble quelquefois pour vous ! Vous avez déjà trop du mérite qu’il ne faut pas acquérir. A quoi cela vous mènera-t-il ? A devenir très-dédaigneuse. Le Ciel ne fera pas un miracle ; il ne vous enverra pas un Homme fait exprès : & votre mérite ne servira qu’à vous rendre malheureuse. 26 »

21Là encore, le piège se referme sur la lectrice, victime d’une confusion systématique des fonctions du discours. Sous la plume de N******, l’aveu personnel se mue sans examen en vérité générale ; la vérité générale est aussitôt érigée en norme contraignante et la prophétie désintéressée s’avère être une véritable menace dans la mesure où elle est prononcée par l’homme même qu’Elise cherche à conquérir. Rétif pousse d’ailleurs la rouerie jusqu’à imaginer une réponse dans laquelle sous couvert d’ironie, Elise reconnaît de fait l’autorité du discours phallocrate de son amant :

  • 27 Idem, tome I, p. 411.

« Adieu, Monsieur : si mon Amant me veut Cruche, je m’y conformerai. Pour vous, recevez mes remercîmens ; les avis que vous avez la complaisance de me don les méritent. 27 »

  • 28 Dans La Découverte australe par un homme volant (1781), la Philosophie de Monsieur Nicolas (1796), (...)

22Le bref traité intitulé « Education de ma fille Henriette » qui conclut La Malédiction paternelle met un point final à cette entreprise de laminage. Au nom de l’autorité paternelle, sacralisée dans la mythologie analogique rétivienne 28 en tant qu’incarnation humaine de la puissance créatrice universelle, N****** mourant y réaffirme avec force la nullité du sexe féminin et la nécessité de sa soumission absolue à l’autorité masculine :

  • 29 Idem, tome II, p. 800.

« Toutes nos institutions, tous nos usages, toutes nos lois, toutes nos coutumes ne valent rien. Je te le dis, moi qui suis ton père ; crois-moi : ton mari sera ton maître ; moi, je suis ton dieu : mon père était le mien ; j’ai le même droit sur toi. 29 »

23Eliminée depuis 400 pages d’un roman dans lequel elle n’est qu’une héroïne parmi d’autres, Elise, cette fois, n’est pas invitée à répondre.

  • 30 Idem, tome II, p. 811.

24Dans l’« Education de ma Fille Henriette », N****** expose une « vérité physique 30 » destinée à persuader l’adolescente de l’infériorité de son sexe : l’homme transmet à la femme le principe de vie qu’elle se contentera de porter, neuf mois durant, et de mettre au monde. La conception que Rétif se fait de la lecture féminine ressemble étrangement à celle qu’il se fait de la grossesse. La lectrice reçoit passivement un message déjà constitué, clos, révélateur de la puissance créatrice et de la supériorité virile de l’écrivain.

  • 31 Le patronyme d’Elise varie selon les œuvres. Si Tulout est le plus fréquent, on la trouve aussi sou (...)

25Dans cet imaginaire de la lecture, où se mêlent rêverie érotique et sacralisation du texte pour un double bénéfice narcissique auctorial, le personnage d’Elise Tulout fait figure de trouble-fête : celle qui a tout lu31 conçoit la lecture comme une activité interprétative et adopte à l’égard des ouvrages de son amant une attitude critique. L’inversion anagrammatique du nom d’Elise occulte cette maîtrise et fait émerger le phonème [ty] et le nom d’une bête féroce : celle qui a tout lu devient Tulout. Faut-il y voir une mise en évidence du double enjeu de la représentation de cette lectrice d’exception ? La nier puis tuer/faire taire ce(lle) qui menace. Le fait est que ce personnage est particulièrement maltraité dans La Malédiction paternelle : délaissée à cause de son mérite, humiliée par son mérite, source et cible d’un discours qui la nie et l’écrase, Elise tend, comme la Justine de Sade, à devenir un personnage d’apologue, sacrifié à une démonstration brutale mais efficace et à la jouissance de son créateur.

  • 32 Le titre complet de l’œuvre est La Malédiction paternelle : Lettres sincères & véritables de N **** (...)
  • 33 Voir note 23.

26Reste la profonde ambiguïté du dispositif textuel censé véhiculer la condamnation de la lectrice émancipée. Cette ambiguïté tient d’abord au statut générique bâtard de La Malédiction paternelle, autobiographie inavouée supposée livrer « les lettres sincères et véritables 32 » d’Elise Tulout. Les parallèles évidents entre N****** et Rétif — ils portent le même prénom (Nicolas), ont écrit les mêmes ouvrages et possèdent les mêmes idées sur les femmes — invitent à prendre l’intrigue pour argent comptant. Rétif y réglerait ses comptes, par personnages et correspon interposés. Mais force est de remarquer que l’entreprise lui échappe en cours de route. Les lettres d’Elise, écrites ou réécrites par Rétif, sont touchantes. L’esprit, l’amour, l’orgueil blessé s’y expriment avec une force qui fait d’Elise une lointaine cousine de la religieuse portugaise, plus propre à susciter la compas, voire l’admiration, que l’horreur ou le mépris. Tout fonctionne en fin de compte comme si, entre fascination et répulsion, vanité d’écrivain et angoisse de castration, enjeux romanesques et surenchère philosophique, Rétif avait renoncé à trancher laissant à ses lecteurs à venir le soin de décrypter, comme disait Elise, « cet entortillage, de chagrin, d’extravagance, cette singulière situation d’esprit33.

Notes

1 N.-E. Rétif de La Bretonne, Les Gynographes, La Haie, 1777, p. 183.

2 « pourvu que les jeunes Couturières, Lingères, Feseuses-de-modes, qui ont goûté mes autres Ouvrages, lisent encore celui-ci, je suis content, & brâve tous les Esprités. » Restif de La Bretonne, Le Ménage parisien, 1773, Slatkine reprint, 1988, p. lxiv.

3 Elle est l’héroïne du Quadragénaire, des 52ème et 53ème Nuits de Paris (« Le Frère jalousé »), de la 5ème Nuit de La Semaine nocturne (« L’Amante du mérite »), de la nouvelle des Françaises intitulée « La Fille d’esprit », des nouvelles des Provinciales intitulées « La Philosophe Elise », « Belles Olérones amantes de l’âme et du talent » et « La Pauvre Babet, maîtresse de son tuteur et de ses trois frères » et de la cinquième pièce du Drame de La Vie intitulée « Elise ou L’Amante du mérite ». Elle apparaît également dans La Femme infidèle, dans La Malédiction paternelle et dans Monsieur Nicolas (voir les notes que Pierre Testud lui consacre dans Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, tome II, pp. 1181 et 1182).

4 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, op. cit., tome II, p. 202.

5 Idem, p. 203.

6 dans La Semaine nocturne et Le Drame de la Vie.

7 Pour ce qui est de la difficulté d’une dénomination adéquate du statut générique des œuvres rétiviennes d’inspiration autobiographique, je me permets de renvoyer à mon article « Les Autobiographies sans pacte de Rétif de La Bretonne », in Littératures sous contrats, sous la direction d’Emmanuel Bouju, P. U. R., 2003.

8 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, op. cit., tome I, en particulier pp. 662 à 665.

9 Voir le début de Sâra ou la dernière aventure d’un homme de quarante-cinq ans et « Filette reconnue » dans Le Drame de la Vie.

10 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, 1780, Slatkine reprint, 1988, tome I, pp. 319-320.

11 idem, p. 416.

12 Il s’agit du Pied de Fanchette, ouvrage de Rétif lui-même.

13 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, p. 404.

14 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, op. cit., tome II, p. 630.

15 La lettre 88 de La Malédiction paternelle (op. cit., tome I, pp. 404-406) comporte ainsi des suggestions de modifications du Pied de Fanchette ayant trait à la toilette, à la politesse, aux usages de la table ou au beau style, bref à des usages mondains qu’un homme de génie est dispensé de connaître. La lettre 92 (op. cit., tome I, pp. 414-415) comporte également des conseils relatifs au style de La Fille naturelle.

16 Détail révélateur, l’écriture même d’Elise est qualifiée par N ****** de masculine : « Mais ne jurerait-on pas que celle d’Elisabeth est d’un Homme ? on peut s’y tromper… » (La Malédiction paternelle, op. cit., tome II, p. 468).

17 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, op. cit., tome II, p. 204.

18 Rétif de La Bretonne, Les Gynographes, op. cit., p. 115.

19 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, op. cit., tome II, p. 818.

20 Mohammed bakkali-yedri, Monsieur Nicolas ou le héros maudit. Essai de lecture du personnage romanesque chez Rétif de la Bretonne, thèse de doctorat soutenue le décembre 1985 (Université de Paris VIII), 572 pages dactylographiées. Voir aussi Raymond Joly, Deux études sur la préhistoire du réalisme, « Les Contemporaines et la personnalité de Rétif », Les Presses de l’Université de Laval, 1969, pp. 128 à 169.

21 Idem, p. 408. Cette affirmation qui se trouve dans une lettre que N ****** adresse à Elise est replacée ci-après dans son contexte.

22 Voir en particulier Le Drame de la vie et Les Nuits de Paris. Dans la nouvelle de La Semaine nocturne intitulée « L’Amante du mérite » Rétif explique qu’il avait contraint Elise à adopter un accoutrement répugnant pour se garantir contre ses charmes.

23 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, op. cit., tome II, p. 448.

24 Idem, tome II, p. 464-465.

25 En fait, la tradition semble avoir confondu deux Sapho (ou Sappho) différentes : la poétesse de Lesbos et la courtisane et cithariste amoureuse du batelier Phaon qui, par désespoir, se jeta du rocher de Leucate, en mer ionienne.

26 Restif de La Bretonne, La Malédiction paternelle, op. cit., tome I, p. 407-408.

27 Idem, tome I, p. 411.

28 Dans La Découverte australe par un homme volant (1781), la Philosophie de Monsieur Nicolas (1796), ou Les Posthumes (1802) Rétif développe la thèse selon laquelle le cosmos est sexué et hiérarchisé : les soleils, émanations directes de l’énergie divine, sont des principes mâles qui donnent néanmoins naissance aux planètes. Ces dernières leur restent inféodées et, au terme de leurs révolutions, retournent se fondre dans l’astre dont elles proviennent. Calqué sur l’idéal familial et social que Rétif défend dans ses utopies (et sur ses obsessions incestueuses), cette « physique » sert de caution à sa politique. « La base de toute notre morale, explique le sage mégapatagon Teugnil dans La Découverte australe, c’est l’ordre. Il faut disons-nous, que l’ordre moral ressemble à l’ordre physique ».

29 Idem, tome II, p. 800.

30 Idem, tome II, p. 811.

31 Le patronyme d’Elise varie selon les œuvres. Si Tulout est le plus fréquent, on la trouve aussi sous le nom de Martinville, Lescun ou Tulove. Le nom de Toutlu, qu’elle porte dans « La Fille d’esprit », révèle sans doute l’origine de son nom.

32 Le titre complet de l’œuvre est La Malédiction paternelle : Lettres sincères & véritables de N ******, à ses Parens, ses Amis, & ses Maîtresses ; avec les Réponses : Recueillies & publiées par Timothée Joly, son Exécuteur testamentaire.

33 Voir note 23.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540