Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

IV. Lectrices : séduction

Les amantes de la fiction au tournant du Grand Siècle

Felizitas Ringham

Texte intégral

  • 1 Paris, Fayard, 1996, p. 19.
  • 2 De la Connoissance des bons livres, Paris, Pralard, 1671, p. 136.

1Le livre de Maurice Lever, Romanciers du Grand Siècle1, nous informe que « ce sont les femmes qui […] font la plus grande consommation » de romans car selon Sorel « elles trouvent qu’ils sont faits principalement pour leur gloire, et qu’à proprement parler, c’est le triomphe de leur sexe 2 ». La lettre de Monsieur Huet, De l’origine des romans (1670), explique qu’en France :

  • 3 Huet, Pierre Daniel, Lettre de Monsieur Huet à Monsieur de Segrais : De l’origine des romans, 2e éd (...)

« les Dames vivant sur leur bonne foy, & n’ayant point d’autres défenses que leur vertu ; leur propre coeur, elles s’en sont fait un rampart […]. Les hommes ont donc esté obligez d’attaquer ce rampart par les formes, & ont employé tant de soin ; d’adresse pour le réduire, qu’ils en ont fait un art presque inconnu aux autres peuples. C’est cet art qui distingue les Romans François des autres Romans, & qui en a rendu la lecture si délicieuse, qu’elle a fait negliger les lectures plus utiles. Les Dames ont esté les premieres prises à cet appas : elles ont fait toute leur étude des Romans… 3 »

2Suivant Huet, l’énonciation romanesque tire donc son origine d’un affrontement des sexes dont les enjeux sont moral et sentimental. Ce combat donne la position d’énonciateur/agresseur aux hommes et celle d’énonciataire/agressée aux dames bien que ce soient elles les responsables de l’activité et qu’elles en aient tiré profit.

  • 4 Le Roman jusqu’à la Révolution, Paris, Armand Colin, 1967, p. 289.
  • 5 Le Roman à la première personne : Du classicisme aux Lumières, Paris, Armand Colin, 1975, p. 177-39 (...)

3Toutefois, vers la fin du dix-septième siècle, les grands romans ne semblent plus jouir de la même faveur chez les dames. Un nouveau genre de fiction commence à se dessiner, une petite littérature de divertissement : des histoires secrètes ou véritables, des contes, des petits romans, des nouvelles galantes et/ou historiques. C’est le genre romanesque lui-même qui est en crise. Coulet parle d’une période de « bouillonnement et de renouvellement 4 » et Démoris l’appelle un « temps de vertige 5 ». Dans son introduction à Ildegerte, Reyne de Norvvége (1694), Le Noble le décrit de la façon suivante :

  • 6 Edition de 1695 intitulée : Histoire d’Ildegerte, Reine de Danemark et de Norwege ou l’amour magnan (...)

« Les goûts sur les livres changent de mode chez les François comme les habits. Les longs Romans pleins de paroles & d’avantures Fabuleuses, […], étoient en vogue dans le tems que les Chapeaux pointus étoient trouvez beaux. On s’est lassé presqu’en même temps des uns & des autres, & les petites Histoires ornées des agrémens que la vérité peut soufrir ont pris leur place, & se sont trouvées plus propres au génie François qui est impatient de voir en deux heures le dénoüement & la fin de ce qu’il commence à lire… 6 »

4Quel est l’engagement du lectorat féminin face à ce développement du roman ? Qui lit la nouvelle ou le petit roman ? Et surtout, où sont repérables les répercussions du changement de l’écriture romanesque ? Pour trouver une réponse nous nous adresserons au discours qui entoure le texte littéraire, autrement dit, le paratexte. Car l’espace paratextuel est le lieu où l’oeuvre littéraire se présente à ses lecteurs, c’est là que l’interaction entre l’auteur, l’ouvrage et ses lecteurs laisse ses traces.

5A partir d’analyses de quelques extraits de paratexte, mon interrogation porte primo sur l’image qui s’y construit de la nouvelle liseuse de roman. Ensuite nous examinerons les mesures que prennent les auteurs/énonciateurs pour courtiser les lectrices, les stratégies de manipulation proposant le texte comme objet désirable et désiré. Finalement, la réponse des lectrices est visée telle qu’elle est perceptible au niveau textuel et paratextuel.

  • 7 Berger, Günter, « Du mécène au marché ? Roman et épître dédicatoire au xviie siècle », in Ouverture (...)

6L’incertitude littéraire au tournant du siècle s’exprime aussi dans un foisonnement paratextuel. La plupart des petits textes publiés à l’époque se trouvent accompagnés d’un grand nombre de textes liminaires : non seulement d’avertissements, d’avant-propos, de préfaces mais encore de déclarations de l’auteur, de lettres d’amis et, bien sûr, d’épîtres dédicatoires. Ces dernières s’adressent souvent aux femmes : à la Princesse de Conty, à Madame, à Mademoiselle, (bien que la tradition du mécène royal soit en train de disparaître 7), mais aussi à des femmes anonymes comme la Baronne D., la Marquise d’O, ou bien, on les dédie tout simplement, « Aux Dames », ou « Au beau sexe ». L’éloge des dédicataires dans ce cas subvertit la convention. L’auteur anonyme — par implication masculin — demande la protection de son livre aux personnes remarquables par le seul fait qu’elles sont féminines. Le mérite de ces dédicaces réside tout d’abord dans le fait qu’elles désignent un destinataire féminin tout en inaugurant une situation de communication privilégiée.

  • 8 [Anonyme] Les Amours d’Eumene et de Flora, ou Histoire Véritable des Intrigues amoureuses d’une gra (...)

7Cependant, l’épître dédicatoire du libraire aux Dames qui introduit Les Amours d’Eumene et de Flora (1704) 8 est plus explicite. On y trouve, venant en plus de la louange habituelle des dédicataires, une définition du nouveau genre de fiction jointe à une évaluation de sa lecture. « C’est une Histoire véritable », affirme l’énonciateur, « on y verra un récit exact & curieux des Intrigues Amoureuses d’une grande Princesse de nôtre Siécle. » « mesdames », exhorte-t-il les lectrices potentielles, « lisez la, non sur le pied de Roman, car ce n’est pas un ; mais sur le pied qu’elle vous est offerte […] vous y trouverez ce que vous cherchez ordinairement dans ces sortes d’ouvrages, je veux dire, le délassement de l’esprit & la satisfaction », car, ajoute-t-il, « rien n’y manque des choses qui sont requises ou nécessaires pour plaire, & c’est tout ce qu’on doit attendre, & souhaitter de la lecture d’un Livre. » Ce qu’il faut relever de ces remarques, ce sont l’actualité du sujet et la curiosité et le plaisir qu’il est censé provoquer chez la liseuse. Le fait même qu’il s’agit de personnes vivantes, connues de tous est garant de la vérité de l’histoire ; les noms empruntés joints « au portrait […] naïf des principaux personnages » présupposent chez la lectrice le désir de savoir, de démêler les intrigues des Grands et de prendre plaisir à connaître leurs secrets.

8Quelques textes liminaires donnent une description plus détaillée de la nouvelle lectrice, telle qu’on la souhaite. L’avertissement qui précède La Nouvelle Astrée (1713) commence de la sorte :

  • 9 Choisy, François Timélon (abbé de), La Nouvelle Astrée, dédiée à son altesse royale Madame, Paris, (...)

« Une Dame que la naissance & les biens de la fortune rendent moins recommendable que les qualitez personelles, m’a donné sans y penser, la premiere idée de ce petit Ouvrage : Elle avoit oüi dire, qu’une jeune persone, qui veut avoir de l’esprit, doit lire & relire le Roman d’Astrée, & cependant, malgré sa prévention & son courage, elle n’avoit jamais pu aller jusqu’à la fin du premier Volume. Les Episodes continuels, l’affectation d’une vaine science, dont elle ne s’imaginoit pas avoir grand besoin, l’étalage de la Doctrine profonde des Anciens Druides, les Poësies fréquentes & froides, tout cela l’avoit assez rebutée, pour ne pas continuer une lecture qu’elle trouvoit ennuïeuse […]. Persuadée que tout ce qui lui avoit déplû […] devoit lui déplaire, je lui proposé [sic] d’en ôter tous les défauts qu’elle avoit sentis par un bon goût naturel [et] d’en faire un petit Ouvrage de galanterie champêtre… 9 »

9La jeune lectrice dépeinte ici se caractérise et par sa situation sociale inférieure et son impatience, et par ses qualités personnelles qui comprennent à part le courage et le désir de se former ou plutôt d’avoir de l’esprit, du bon goût naturel et un jugement fin des façons littéraires. De plus, par implication, elle désire le livre pour combler le manque du texte originaire.

10Le jeune Marivaux aussi introduit Les avantures de***Ou Les effets surprenants de la sympathie (1713) en construisant l’image de sa lectrice idéale. « L’Avant-propos que l’auteur des ces Avantures fait lui-même en parlant à une Dame, pourroit leur servir de Préface », dit-il. Et il continue :

  • 10 Marivaux, Pierre Carlet de Chamblain de, Les avantures de ***, ou Les effets surprenans de la sympa (...)

« Il écrivit ces mêmes Avantures pour amuser cette Dame qu’il aimoit. Elle avoit le goût fin ; & malgré le caractère insensible qu’il lui attribuë par tout, & qu’elle pouvoit effectivement s’être fait à force de sagesse ou d’indolence, elle étoit née, comme tout le beau sexe, avec ce sentiment interieur presque toûjours aussi noble que tendre, & qui seul fait juger sainement des faux ou des vrais mouvemens qu’on donne au coeur. C’est au goût et à ce sentiment secret, indépendant des lois stériles de l’art, que l’auteur a tâché de conformer le langage et les actions de ses personnages. C’est à sa maîtresse, c’est à tout le sexe qu’il veut plaire. Pour y réüssir, il a tâché de copier la nature, & l’a prise pour règle… 10 »

11Cette description vante aussi le goût de la destinataire tout comme le sentiment noble et tendre qui est le propre du sexe féminin (selon l’auteur) et qui mène au jugement fin. L’esprit rationnel y perd sa dominance. Comme l’énonciateur l’affirme plus loin, « L’auteur […] ne se sert presque de l’esprit que pour peindre le cœur. Il écrivoit pour une dame, dont tout l’esprit était beaucoup de goût sans art, et beaucoup de sentiment… » Ainsi, comme dans la première préface que j’ai citée, il y a opposition entre le naturel, la nature que l’auteur glorifie, et l’art dans le sens de l’artifice.

12C’est dans cette image de la jeune personne sensible et spontanée, d’un milieu social indifférent, que les textes liminaires invitent la lectrice réelle à se reconnaître, une personne qui s’intéresse au présent plutôt qu’au passé, qui est curieuse de connaître les secrets du coeur et avide de nouveauté et de plaisir.

13Toutefois, la préface ne s’arrête pas à la description des liseuses imagées ou réelles. L’énonciateur paratextuel prend d’autres mesures afin de les engager à lire. Marivaux, par exemple, ajoute un élément très important : l’auteur écrit pour amuser la dame qu’il aimait, qu’il appelle sa maîtresse et à qui il veut plaire. De prime abord, il s’agit d’une anecdote qui explique la naissance du roman. Mais il y a plus. L’auteur se construit comme l’amant de la lectrice à qui il offre l’écriture en tant que don d’amour. C’est donc elle qui est désirable et désirée (par l’auteur) et c’est sa bonne opinion qui est recherchée. En dehors de la flatterie, cette manière de traiter la destinataire de l’écriture représente une autre tentative de manipulation. Car l’auteur est en train de construire un second roman d’amour qui engage la lectrice personnellement et qui lui assigne les rôles d’objet désiré et, par implication, celui de sujet/héroïne. Le faire de l’énonciateur, dans ce cas, est censé l’entraîner dans un procès narratif extra-diégétique où l’amant, de par sa qualité fictive, occupe la place de la fiction qui suit. L’assentiment à la lecture équivaut alors à un aveu d’amour de la fiction.

14Bien qu’il s’agisse d’abord, bien entendu, de séduire le lectorat féminin pour avoir son approbation et assurer le succès du livre, une définition précise de la destinataire est également nécessaire pour l’émergence du nouveau genre. L’insistance sur la curiosité et la mondanité, par exemple, coïncide avec l’écriture mettant à l’essai des sujets contemporains et même d’une actualité un peu risquée, à preuve l’histoire secrète qui excuse son côté voyeuriste par la vérité des faits qu’elle expose. De même, le sentiment tendre, le bon goût naturel, le jugement fin qui embellissent la lectrice idéale, annoncent déjà la sensibilité qui devient si importante dans le roman du dix-huitième siècle. Par contre, le discours amoureux qui se fait jour dans les textes liminaires, joint au récit narratif littéraire, renvoie, lui aussi, à la désignation générique de quelques-uns des petits textes de l’époque, à savoir la nouvelle galante, l’histoire galante, les contes galants.

  • 11 Furetière, Antoine, Dictionnaire universel, 3 vols., La Haye & Rotterdam : Arout & Reinier Leers, 1 (...)

15Selon le dictionnaire de Furetière, galant se dit « d’un homme qui a l’air de la Cour, les manières agréables, qui tâche à plaire, & particulierement au beau sexe ». Comme substantif masculin, galant désigne un « Amant qui se donne tout entier au service d’une maistresse… », mais, « se dit aussi de celuy qui entretient une femme ou une fille, avec laquelle il a quelque commerce illicite 11 ». En qualifiant le titre générique, l’attribut galant caratérise ainsi non seulement le texte et la manière dont il traite le sujet mais il construit en même temps un cadre énonciatif qui conditionne la lecture. Il appelle la notion de lettres galantes instituant ainsi la lectrice dans la position de réceptrice épistolaire qui partage le désir et le plaisir de la missive amoureuse. Plusieurs textes liminaires de l’époque utilisent cette formule pour charmer le lectorat féminin. L’incipit de l’Histoire veritable de Monsieur Du Prat et de Mademoiselle Angelique (1703), par exemple, se présente sous forme de lettre galante et sert de préface au texte. « Ne vous plaignez plus, Mademoiselle, » c’est ainsi que commence le narrateur,

  • 12 Par Mademoiselle Daunois, La Haye, chez Arnoud Leers, 1703, p. 3-4

« que mes lettres sont sont trop courtes, & que vous vous trouvez à la fin avant que de vous être aperceuë que vous avez commencé à les lire. Que pouvois-je vous mander, depuis que j’ai été confiné au pied des Pirennées ? Ou de quoi pouvois-je vous entretenir que des larmes, que l’amour, que vous m’avez donné, me fait verser continuellement, & des nuits, que je passe à soûpirer, & à penser à vous ? […]. C’est ce qui a fait, & qui feroit encore la breveté de mes lettres, si quelques officiers ne m’avoient entraînez, comme par force, aux eaux de Bagneres […]. J’y ai […] trouvé quelque plaisir dans la compagnie d’un Capitaine de vaisseau, qui m’a fait le recit des avantures de son Frere, qu’il m’a assuré être tres-veritables. Mais, en verité, Mademoiselle, le plus grand plaisir que cette histoire me donne, c’est que je crois que vous la trouverez à votre gré… 12 »

  • 13 Le Gage touché, Histoires galantes. Par Monsieur D ***. Sur la cnpie [sic] de Paris, Amsterdam, J. (...)

16Tout en courtisant sa belle, le narrateur ici construit un contexte qui lui fournit la matière de sa nouvelle. Le langage de la galanterie a toujours pris des détours : se servant de tournures spirituelles, on dit une chose quand on veut parler d’une autre. Il faut savoir lire ce langage pour le comprendre. La même chose s’applique aux textes liminaires. Le peu de réalité de la situation amoureuse venant en plus de l’artifice du langage et de la mascarade sous-entendue, établit la lectrice comme partenaire conspiratrice dans un jeu suivant les règles précisées par l’auteur. On joue au badinage amoureux, à la crédibilité des récits, au cache-cache de l’énonciateur. L’auteur se cache derrière l’amant fictif qui, lui, se cache derrière le narrateur qui, dans le cas présent, renvoie la responsabilité de la vérité des faits à son frère absent. Qui, finalement, est le garant de l’histoire ? Ce genre de passe-temps était très à la mode à la fin du Grand Siècle. Il fut même le sujet d’un petit livre par Le Noble, Le Gage touché (1697) 13.

  • 14 [Anonyme], Le grand Alcandre frustré ; ou les derniers efforts de l’Amour et de la Vertu. Histoire (...)
  • 15 Les Amours et les Avantures d’Arcan et de Belize, Histoire veritable, traduite du Latin en François (...)

17Pour que ces petits textes de badinage galant plaisent aux lectrices il faut donc que les destinataires soient jeunes, aiment les histoires et qu’elles aient l’esprit enjoué et ludique. Cependant, toutes les préfaces aux histoires galantes ne qualifient pas ce qu’elles introduisent de simple passe-temps. Parfois elles se veulent plus sérieuses et moralisatrices 14. Ou bien, les introductions se moquent de la fiction romanesque. La lettre à Mademoiselle La Baronne D., qui précède Les Amours et les Avantures d’Arcan et de Belize (1714) 15, sert d’exemple de cette sorte de raillerie. L’auteur-narrateur commence sa missive en disant : « Mademoiselle, Vous étes la seule, que je sache, qui m’avez pris pour un faiseur de Romans : je ne comprens pas d’où vous est venu cette pensée. » Et ayant protesté de son manque de talent, il continue : « Plût au Ciel que je fusse en état de vous contenter, & que je jouisse des talens que vous m’atribuez avec tant d’emphase : assurez vous que vous seriez la personne au monde, qui en ressentiriez le mieux les éfets », ajoutant, « Je remplirois vôtre chateau, […] d’historiettes, de contes plaisans, de chansons, de balades, de comédies, de farces, & de toutes les piéces, qui pourroient le plus contribuer à vôtre diverstissement. Mais hélas ! » Il ridiculise également la pratique de l’écriture :

« Je vous ferai un Roman, puis que vous le desirez : j’en ai déjà dressé le plan, les Héros en sont nommez : je cherche dans tous les coins de mon cerveau, les incidens, & les circonstances, dont le contenu en doit être enrichi, […]. Mais atendez : […] Il me souvient d’avoir un jour acheté dans une auction, entre quelques manuscrits d’un homme docte, un petit livre, qui semble avoir été fait à votre sujet… »

18Le crescendo haletant du processus créateur aboutit au simple achat d’un « petit livre ». De plus, la morale traditionnelle est inversée : l’auteur a le désir de rendre le petit texte public « pour le faire servir d’exemple à toutes celles du beau sexe, qui font trop les fiéres, dans un temps où la guerre, qui extermine tant d’hommes, n’en laisse qu’à peine assez pour les dimer… ». Malgré le fait qu’elle s’adresse à une dame prétendument intéressée aux romans, c’est de la lectrice elle-même, finalement, que cette préface semble se moquer, du sexe féminin tout entier, par son ton persifleur et par l’attitude arrogante de l’énonciateur si bien qu’elle semble interpeller plutôt un lectorat masculin et frivole.

19L’anonymat auctorial que l’on trouve aussi dans cette préface, ajoute une autre facette à la manipulation du lectorat féminin en dirigeant sa curiosité. La plus grande partie des livres publiés à l’époque ne donnaient pas le nom de leurs auteurs. Parfois on le trouvait dans l’extrait du privilège à la fin du livre. En général c’était l’éditeur qui prenait le texte en charge et comme beaucoup d’ouvrages se faisaient publier à l’étranger ou clandestinement, souvent les liseuses ne connaissaient ni l’auteur ni l’éditeur d’un livre. La publicité se faisait de bouche-à-oreille ; on se procurait son texte d’un colporteur. Pour les lectrices s’ajoutaient alors au goût pour la lecture d’intrigues amoureuses, le secret et même le danger qui entrouraient la publication et l’acquisition du livre. Il en résulte une érotisation de la lecture, conséquence directe des conditions de réception et de la galanterie des textes liminaires.

  • 16 Mlle Caumont (Charlotte Rose) de la Force, Histoire secrète des amours de Henri IV, Roi de Castille (...)
  • 17 Ildegerte (1695), Au Lecteur.
  • 18 [Anonyme] Scarron aparu à Madame de Maintenon, Cologne, Jean le Blanc, 1694.

20Dans ces circonstances, quelle est la réaction des lectrices ? Nombre d’introductions invitent expressément l’opinion du lectorat, témoin les formules qui closent beaucoup d’entre elles, telles que : « Si [cette histoire] plaît, elle sera bientôt suivie de quelques autres qui paraissent de la même main 16. » Ou bien : « Voilà lecteur ce que j’avais à te dire avant que ta Critique juge de ce petit ouvrage qui sera suivi de l’Esclave Heureux si celui-ci t’agrée 17. » La tradition paratextuelle et dédicatoire est donc en train de se transformer : on ne fait plus appel à la protection et la générosité d’un mécène mais, en revanche, on institue le ou la destinataire de l’ouvrage comme juge final et par là comme générateur de nouveaux textes. De plus, l’écrivain/producteur s’établit comme lecteur si bien qu’en fin de compte, les positions se chevauchent et on se réfère — comme Cotolendi dans une de ses préfaces — aux Lecteurs Auteurs. Dans cette situation, il ne s’agit plus simplement de plaire à la lectrice à qui l’auteur fait la cour. On cherche également son propre plaisir. « Je serois […] ravie qu’elle [cette petite histoire] eût le bonheur de vous plaire », nous explique l’énonciatrice de la préface à Scarron aparu à Madame de Maintenon (1694), « vous assurant que cette satisfaction me feroit oublier avec plaisir toutes les peines que j’ai euës de la faire tenir en ce païs secretement 18 ».

  • 19 Du Plaisir, La Duchesse d’Estramène, Paris, C. Blageart, 1682.
  • 20 Dusfresny, Charles Rivière, Amusemens sérieux et comiques, Paris, C. Barbin, 1699. Variantes de l’é (...)

21Le titre de ce dernier texte établit l’héritage de lecture commun aux destinataires et à l’auteur qui, dans ce cas précis, est une femme. Car un autre changement est en train de s’opérer. L’écriture romanesque ne revendique plus une seule paternité masculine. A présent, les lectrices qui prennent la plume commencent à avouer leur statut d’écrivaine romanesque. Mme de La Fayette et Mlle de Monpensier se servaient d’un prête-nom masculin pour publier leurs ouvrages. Les romans de Mlle de Scudéry paraissaient sous le nom de son frère. A la fin du siècle, bien que le plus souvent on se cache toujours derrière l’anonymat, le récit galant et sentimental s’associe officiellement à l’écriture des femmes. On reconnaît leur supériorité en matière de sensibilité et de spontanéité si bien que Du Plaisir se sert comme introduction à sa Duchesse d’Estramène (1682) de fragments d’une lettre écrite au libraire de la part d’une dame 19. Dufresny l’exprime de cette manière (1699) : « Faire sentir en même temps la joüissance & le desir, c’est l’art le plus rafiné des coquettes ; hé pourquoy non des Auteurs ? C’est quasi la même espece 20. »

  • 21 Aulnoy, Marie Catherine (comtesse d’), Le comte de Warwick, Paris, Compagnie de Libraires Associez, (...)
  • 22 La Roche-Guilhen, Anne (de), Histoire des favorites, Amsterdam, P. Marret, 1697.

22A l’instar de Mme de Villedieu, plusieurs femmes se déclarent ouvertement auteurs de romans, parmi lesquelles Madame d’Aulnoy (qui reconnaît ses œuvres dans la préface au Comte de Warwick21) et Mlle de La Roche-Guilhen. La dernière dévoile sa familiarité avec la lecture contemporaine dans la préface à son Histoire des favorites (1697), où elle attaque la curiosité « [de] ceux qui aiment à pénétrer les Intrigues des Rois : […] je dois les avertir de bonne foi qu’ils ne trouveront point ici de ces secrets modernes 22 ».

  • 23 Murat, Henriette (comtesse de), Voyage de campagne, Paris, Barbin, 1699.

23Les romans rédigés par les femmes s’adressent parfois expressément à un lectorat féminin. On peut citer comme exemples les incipits de quelques-uns tel que le Voyage de campagne (1699) de Mme de Murat qui commence : « Vous me demandez, Madame, le récit du voyage que j’ai fait à Selincourt ; il m’a été trop agréable pour que le souvenir ne m’en plaise pas ;… 23 »

24Les premières lignes d’un texte représentent le seuil où le paratexte devient texte, où l’énonciation énoncée se transforme en diégèse. L’importance de ce moment est marquée ici par l’utilisation du temps présent établissant ainsi le point de départ du procès énonciatif, le hic et nunc, avant de se lancer dans le récit propre. Dans le cas présent l’interlocuteur fictif est une femme, Madame, déléguée de la lectrice réelle. Bien qu’anonyme, le texte lui-même se veut aussi féminin puisque écrit par Madame la comtesse de M***. Il établit donc un échange entre deux femmes dans une atmosphère d’amabilité où l’une a le désir de savoir et l’autre est prête à fournir le savoir désiré. Le titre annonce déjà le but instructeur : de tout temps l’expression ‘voyage’ connote un processus de découvertes, la formation de l’esprit. Ce qui est intéressant et qui paraît nouveau dans le contexte de l’époque, c’est qu’il s’agit d’un récit fictif d’une écrivaine qui instruit sa lectrice en une matière non exclusivement amoureuse.

25De même pour Mme d’Aulnoy dont le récit Relation du voyage d’Espagne (1691) est divisé en quinze lettres. La première commence :

  • 24 Aulnoy, Marie Catherine (comtesse d’), Relation du voyage d’Espagne, Paris, C. Barbin, 1691.

« Puisque vous voulez être informée de tout ce qui m’arrive & de tout ce que je remarque dans mon voyage ; il faut vous résoudre, ma chere cousine, de lire bien des choses inutiles, pour en trouver quelqu’unes qui vous plaisent. Vous avez le goût si bon & et si délicat… 24 »

26Ce passage décrit clairement la lectrice souhaitée et la compétence qu’on lui demande, tout en façonnant son attente. « Ma chere cousine » est donc une femme, tendrement aimée et appartenant à la même famille, c’est-à-dire du même milieu social et ayant des goûts similaires à ceux de la narratrice/héroïne. S’y ajoute le jugement subtil : « Vous avez le goût si bon & si délicat », et avant tout, « vous voulez être informée ». Ce qui distingue cependant ce paragraphe c’est la relation d’intimité et de confiance que le texte construit entre l’écrivaine et sa lectrice. Le lien qui les unit est émotionnel, construisant une situation de secret et de complicité. Le contrat de lecture et l’image de la liseuse sont, en conséquence, tout autres que ceux construits par le paratexte de la littérature de galanterie.

27Disons en conclusion qu’à ce moment charnière dans l’histoire du roman, les textes liminaires révèlent la confusion du genre. En adoptant un discours amoureux, ils font la cour au lectorat féminin pour s’assurer de son appui dans la définition du nouveau genre. A cette fin, le paratexte évoque l’image d’une lectrice idéale à laquelle la lectrice réelle est censée s’identifier, une amante éprise de la fiction, qui de par son assentiment à la lecture, réaffirme l’amour comme thème central de la nouvelle écriture mais d’un amour modernisé, d’une actualité alléchante et soutenu par la vérité de faits qui vont jusqu’à la licence. En outre, leur position d’objet désiré par l’auteur élève les liseuses au rang de critiques et leur confère le pouvoir d’influer sur l’évolution du genre. De leur côté, les lectrices écrivaines opposent résistance apportant leurs propres modifications à la scène générique. Elles revendiquent l’autonomie scripturale et se construisent une lectrice amie avec qui elles partagent, hormis les secrets de la vie amoureuse, des connaissances plus généralisées ou d’un intérêt particulièrement féminin.

Notes

1 Paris, Fayard, 1996, p. 19.

2 De la Connoissance des bons livres, Paris, Pralard, 1671, p. 136.

3 Huet, Pierre Daniel, Lettre de Monsieur Huet à Monsieur de Segrais : De l’origine des romans, 2e éd., Paris, Mabre-Cramoisy, 1678, p. 209/10 (1re éd. comme préface à Zayde, nouvelle de Madame de La Fayette, 1670).

4 Le Roman jusqu’à la Révolution, Paris, Armand Colin, 1967, p. 289.

5 Le Roman à la première personne : Du classicisme aux Lumières, Paris, Armand Colin, 1975, p. 177-394.

6 Edition de 1695 intitulée : Histoire d’Ildegerte, Reine de Danemark et de Norwege ou l’amour magnanime, Par M. D ***, suivant la copie de Paris, à Amsterdam, chez Jean-Louis de Lorme, Au Lecteur.

7 Berger, Günter, « Du mécène au marché ? Roman et épître dédicatoire au xviie siècle », in Ouverture et Dialogue : Mélanges offerts à Wolfgang Leiner, ed. Ulrich Döring, Tübingen, Günter Narr, 1988, p. 3-17.

8 [Anonyme] Les Amours d’Eumene et de Flora, ou Histoire Véritable des Intrigues amoureuses d’une grande Princesse de nôtre Siècle, dédiée aux dames, Cologne, Guillaume le Sincere, 1704, Le Libraire aux Dames.

9 Choisy, François Timélon (abbé de), La Nouvelle Astrée, dédiée à son altesse royale Madame, Paris, N. Pépie, 1713.

10 Marivaux, Pierre Carlet de Chamblain de, Les avantures de ***, ou Les effets surprenans de la sympathie, Paris, P. Prault, 1713-1714, Avis au lecteur.

11 Furetière, Antoine, Dictionnaire universel, 3 vols., La Haye & Rotterdam : Arout & Reinier Leers, 1690.

12 Par Mademoiselle Daunois, La Haye, chez Arnoud Leers, 1703, p. 3-4

13 Le Gage touché, Histoires galantes. Par Monsieur D ***. Sur la cnpie [sic] de Paris, Amsterdam, J. Desbordes, 1697. L’Avant-Propos explique que l’énonciateur se trouvait en province en compagnie de jeunes gens qui jouaient à différents jeux, y compris au pied de boeuf. Une jeune Demoiselle fort spirituelle proposa alors « que ceux qui seroient pris donnassent des gages, & que pour les retirer ils seroient obligez de conter leurs propres avantures, ou du moins une histoire où ils auroient quelque part ».

14 [Anonyme], Le grand Alcandre frustré ; ou les derniers efforts de l’Amour et de la Vertu. Histoire galante, Cologne, P. Marteau, 1696. L’avertissement nous apprend que « cette illustre comtesse, dont on fait ici l’histoire, se défend avec une vertu tout à fait héroïque, se tire adroitement de tous les pièges que l’amour lui tend, et en étouffant une passion criminelle, elle gagne l’estime et l’admiration de celui qui la voulait déshonorer… ».

15 Les Amours et les Avantures d’Arcan et de Belize, Histoire veritable, traduite du Latin en François, Par le Chevalier De P, A Leyde, chez Theodore Haak, 1714.

16 Mlle Caumont (Charlotte Rose) de la Force, Histoire secrète des amours de Henri IV, Roi de Castille, surnommé l’impuissant, La Haye, L & H van Dole, 1695, Avis du libraire au lecteur.

17 Ildegerte (1695), Au Lecteur.

18 [Anonyme] Scarron aparu à Madame de Maintenon, Cologne, Jean le Blanc, 1694.

19 Du Plaisir, La Duchesse d’Estramène, Paris, C. Blageart, 1682.

20 Dusfresny, Charles Rivière, Amusemens sérieux et comiques, Paris, C. Barbin, 1699. Variantes de l’éd. E, Premier Amusement, Préface.

21 Aulnoy, Marie Catherine (comtesse d’), Le comte de Warwick, Paris, Compagnie de Libraires Associez, 1703.

22 La Roche-Guilhen, Anne (de), Histoire des favorites, Amsterdam, P. Marret, 1697.

23 Murat, Henriette (comtesse de), Voyage de campagne, Paris, Barbin, 1699.

24 Aulnoy, Marie Catherine (comtesse d’), Relation du voyage d’Espagne, Paris, C. Barbin, 1691.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540