Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

IV. Lectrices : séduction

La leçon de lecture. Joconde dans l’Histoire comique de Francion de Charles Sorel

Daniel Riou

Texte intégral

  • 1 Jean-François Maillard, Essai sur l’esprit du héros baroque (1580-1640), Nizet, 1973, p. 147.
  • 2 Op. cit., p. 148.

1Diane, Luce, Emilie, Laurette, Joconde, Nays… ainsi s’établit la liste des noms qui constituent le groupe de femmes participant aux aventures de Francion et variable caractérisant, pour Jean Rousset, chaque version du mythe de Don Juan, chez Tirso de Molina, Molière etc. Francion entretient en effet des liens avec le donjuanisme. « …Francion, et Don Juan, affirment les valeurs de l’instant, c’est-à-dire de la dépense, qui enlève même aux choses leur prix 1 », l’érotisme devant alors être « interprêté comme une valeur positive, une affirmation du héros baroque, liée à son sentiment de la gratuité qui est le mouvement même de la vie 2. » Mais ceci n’épuise pas les questions posées par l’itinéraire de Francion, qui s’inscrit entre deux figures féminines antithétiques, deux pôles symboliques.

2D’un côté Laurette, la prostituée incarnant le désir charnel et conforme à la philosophie libertine du héros. De l’autre Nays, antithèse spirituelle de Laurette, dont le héros est tombé amoureux à la vue d’un portrait et qu’il finira pas épouser. Au moment du mariage qui conclut le roman, Francion n’a plus de point commun avec Don Juan.

3Or, dans ce groupe de femmes qui caractérise les « nompareilles avantures » de Francion, deux d’entre elles sont des personnages construits, pour une part, sur des compétences culturelles liées à des lectures qui vont susciter les réactions du héros. Nays est à l’image de son rôle actantiel : celle qui va vaincre l’inconstance de Francion a toutes les qualités, morales et intellectuelles. Le cas de Joconde est plus complexe. Mais avant de faire la connaissance de ce personnage examinons les modèles idéologiques qui structurent la pensée et les actes de Francion.

  • 3 Romanciers du xviie siècle, éd. Antoine Adam, Gallimard, La Pléiade, 1958.
  • 4 Op. cit., p. 64.
  • 5 René Démoris, Le roman à la première personne, Armand Colin, 1975, p. 8.
  • 6 Op. cit., p. 85.

4Charles Sorel déclare dans son Advertissement3 : « … il m’est advis que faisant profession de garder religieusement les statuts de la Noblesse, je pourrois appeler si je voulois mes adversaires au combat de la plume, ainsi qu’un Chevalier en appelle un autre au combat de l’espée 4 ». Ainsi Sorel exprime-t-il avec ironie les contradictions d’un roturier qui s’est inventé un lignage conforme à ses préten nobiliaires. Il a du mal à admettre qu’il n’est que « la figure métonymique du bourgeois » dont « le savoir-écrire est l’attribut culturel 5 ». « En regard de l’homme d’action » qu’est, dans son essence, tout grand Seigneur, c’est-à-dire « acteur, donc propriétaire de l’histoire, l’écrivain qui est condamné à n’en posséder que le signe, a plus ou moins figure d’usurpateur 6 ». Sorel, plus ou moins obscurément coupable de n’être qu’un petit Jean de lettres, oppose donc l’épée et le livre, rappelant la double symbolique de l’effigie pédestre de Don Quichotte qui tient une lance d’une main, encore une arme blanche, et un livre de l’autre. Nous sommes entre deux mondes, celui de la vaillance féodale dont le courage physique est l’expression la plus archaïque et la plus pure, et celui de la connaissance diffusée par l’imprimerie, et que l’humanisme de la Renaissance a déjà célébré au xvie siècle.

  • 7 Op. cit., p. 169.
  • 7 Ibidem.
  • 9 Op. cit., p. 175.

5Le héros éponyme exprime le même type de contradictions. Comme les libertins du siècle précoce, esprits critiques mais qui restent attachés à l’idée de supériorité de naissance de la noblesse, le jeune Francion prétend avoir cet « instinct » qui, dit-il, « m’incitoit a hayr les actions basses, les paroles sottes, et les façons niaises de mes compagnons d’escole, qui n’estoient que les enfants des sujets de mon pere, nourris grossierement dans leurs cases champestres 7 ». Francion entend bien leur montrer « de quelle façon il faloit qu’ils se comportassent7 ». Il n’hésite donc pas à les charger « d’appointement », c’est-à-dire à les battre s’ils ne suivent pas ses recommandantions. Mais, quelques années plus tard, une brêche s’ouvre dans cette morale élitiste, le cours de la vie et l’évolution du siècle mettant à mal ce sentiment d’âme bien née. La vie au Collège est marquée par la débauche et la corruption. Francion reconnaît que cela l’a rendu « méchant et fripon », lui qui s’amuse dès lors à jeter par la fenêtre « des pétards, des cornets pleins d’ordure et quelquefois des estrons volants 9 ». Francion anti-héros admet implicitement l’existence de déterminations sociales face auxquelles la vertu de nature a bien peu de poids. Francion aurait-il quelques dispositions à s’ouvrir à des valeurs nouvelles permettant une autre saisie de la nature humaine ?

  • 10 Op. cit., p. 174.

6Or, Francion subit aussi l’influence de ses lectures : « C’estoit […] mon passe-temps que de lire des Chevaleries […] cela m’espoinçonnait le courage […] il me sembloit qu’il me seroit aussi facile de couper un homme d’un seul coup par la moitié, qu’une pomme. J’estois au souverain degré des contentemens quand je voyois faire un chapelis horrible de Geants dechiquetez menu comme chair a pasté. 10 »

  • 11 Op. cit., p. 213.
  • 12 Op. cit., p. 214.

7Revenu dans son pays Francion déclare : « J’employois ce que je pouvois de temps à lire indifféremment toute sorte de livres, où j’appris plus en trois mois, que je n’avois fait en sept ans au College, a ouyr les grimauderies pedantesques, qui m’avoient de telle maniere perdu le jugement, que je croyois que toutes les fables des Poëtes qu’ils racontoient, fussent des choses veritables… 11 » Ainsi Francion est-il sur la voie de la lucidité : « ces vieilles erreurs furent chassées de mon entendement 12 ». De fait Sorel ne fait que reprendre une double problématique du Quichotte : la référence désuète au monde féodal, et les désordres mentaux suscités par l’illusion romanesque.

  • 13 Op. cit., p. 169.
  • 14 Op. cit., p. 380.
  • 15 Note 2 de la page 380, p. 1404.
  • 16 p. 217.
  • 17 p. 241.
  • 18 p. 359.

8Or, si Francion est sur la bonne voie, c’est un peu grâce à son père qui a su anticiper sur l’évolution du monde et de son fils : « Mon pere voyant que mon naturel me portait fort aux lettres, ne m’en vouloit point distraire, parce qu’il scavoit que de suivre les armes comme luy, c’estoit un tres meschant mestier. 13 » Francion devient donc poète, ayant par ailleurs confirmé son évolution sur la question de la naissance. Chef d’une bande, la compagnie des « braves et genereux 14 » dont l’une des missions est de combattre la sottise et l’ignorance — allusion au mouvement libertin dominé par la figure de Théophile de Viau — Francion recrute ainsi ces jeunes hommes « de toutes sortes de qualitez, comme de nobles, de fils de Justiciers, de fils de Financiers et de Marchands 15 » : « il n’importoit pas d’estre fils de Marchand, ny de Financier, pourvu que l’on blasmast le traffic et les Finances 16. » D’un côté, cette diversité de la Compagnie témoigne de la recomposition sociale qui est à l’œuvre dans l’élite. D’un autre côté Francion garde cette distance caractéristique de la noblesse vis-à-vis de tout ce qui touche à l’argent, notamment la vénalité des charges permettant l’ennoblissement : « Ah bon Dieu, quelle villenie : Comment est-ce donc que l’on reconnaît maintenant la vertu ? 17 » En revanche Francion est résolument moderne sur un autre point : « Nous ne regardions point a la race, nous ne regardions qu’au mérite. 18 »

9C’est ce qui fait la richesse du personnage, la contradiction entre des modèles idéologiques hérités de la morale nobiliaire, et une ouverture manifeste à des valeurs nouvelles dont on va voir quelle part celles-ci font, d’une part à la femme qui est un agent de dégradation de la morale héroïque, chez Corneille par exem, d’autre part à la culture humaniste du livre, l’humanisme dans ses extensions philosophiques ultérieures parlant pour longtemps d’un humain asexué.

10Quelle est donc la place, auprès de Francion, l’aristocrate moderne (!), de femmes cultivées qui lisent une littérature principalement écrite par des hommes et alors que se développe la culture des salons (qui permettent à des femmes de devenir des agents culturels, elles les tiennent ces salons, mais sans que cela leur permette, à de rares exceptions près, de devenir des auteures elles-mêmes), en même temps que la préciosité qui est le vecteur d’idés que nous appelons aujourd’hui féministes ?

11Revenons donc à Nays, mais surtout à Joconde.

  • 19 Ibid.
  • 20 p. 380.

12Nays, la future épouse de Francion, est donc caractérisée par une compétence culturelle qu’apprécie beaucoup le héros. « Bien souvent, elle permettoit qu’il entrast dedans son carrosse et s’amusoit à discourir avec luy de differentes choses 19 ». C’est là que le héros « cognoissoit toute la vivacité de son esprit qui par la lecture des bons livres, s’estoit garanti des tenebres de l’ignorance 20. »

  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid
  • 24 Note d’Antoine Adam, op. cit., p. 1404.
  • 25 p. 218.

13Mais nous ne sommes qu’au 9ème livre sur 12, et Francion, encore volage, continue vis-à-vis des femmes, dans une logique de la prédation encore manifeste au livre 10 : « Environ ce temps là, Francion eut desir de posseder la fille d’un riche marchand qui estoit venu passer quelque temps dans une sienne metairie avec toute sa famille. 21 » Poursuivi par des rivaux jaloux qui convoitent Nays, Francion se fait passer pour un berger, et c’est sous l’habit de paysan qu’il va approcher Joconde, alors qu’il été chargé d’un travail de jardinage par le père de celle-ci : « Joconde [qui ne se méfie pas] tenoit un livre en sa main où elle lisoit par fois apres l’avoir regardé travailler. 22 » Francion ne tarde évidemment pas à engager la conversation : « Quel beau livre est ce là, Mademoiselle, luy dit il, ne trouvant point d’autre occasion de l’accoster. 23 » Réaction de Joconde : « Quand je vous l’auray dit, respond elle, que vous servira cela ? vous aurez entendu un nom incognu qui vous semblera estrange : Car vous autres Paysans qui ne lisez guere en toute vostre vie, vous croyez qu’il n’y a point d’autres livres au monde que vos heures. 24 » Joconde parle des « livres qu’on porte à l’église, et qui contiennent des prières pour les diverses heures de la journée du chrétien 25 ».

  • 26 Au xviiie siècle encore, Rousseau refusera d’accorder à une femme la compétence requise pour avoir (...)

14Que dire de cette réaction ? Joconde est la fille d’un riche marchand, elle appartient à la bourgeoisie enrichie, intègrant une élite sociale qui effacera progressivement les clivages entre noblesse de sang, noblesse de robe et bourgeoisie parvenue. Mais on n’est qu’au début du xviie siècle et Francion, qui connaît un moment la misère, s’est d’ailleurs fait injurier sous le nom de « bourgeois ». Les préjugés sont vivaces, et même plus tard, dans le Bourgeois gentilhomme (1670), on voit bien encore de qui on se moque. Mais le monde est en marche dont profite cette bourgeoisie enrichie qui, comme Monsieur Jourdain, aspire essentiellement à ressembler à la noblesse, en l’imitant, notamment dans ses choix culturels. Il est donc normal que Joconde lise un livre, qui plus est un roman, ce qui a aussi de l’importance. L’accès au livre passe par la compétence culturelle, mais aussi par la capacité financière. En effet, frappé d’interdits moraux, par l’Eglise et par le pouvoir politique, le roman coûte encore plus cher que les autres livres. (Sous Louis XIV, le prix d’un roman équivalait au salaire mensuel du valet de Racine !) Ainsi, comme Monsieur Jourdain qui peut s’offrir un Maître de danse ou un Maître de philosophie, Joconde peut s’offrir des livres grâce à la richesse de son père. 26

  • 27 p. 381.

15Ainsi se présente la situation : le hèros déguisé utilise le livre de Joconde comme objet médiateur de séduction, ce dont l’intéressée n’a a priori pas conscience face à ce paysan. C’est en tant que femme d’une certaine élite que Joconde est lectrice de roman. Ce genre, officiellement discrédité, est considéré comme frivole, tout juste bon pour le public féminin qui va en assurer le succès, à peine aidé par quelques lecteurs masculins issus des milieux mondains et significativement oisifs comme le lectorat féminin. Livres frivoles quoique très onéreux, pour un public féminin jugé négativement au plan intellectuel 27, livres de plaisir qui tendent à échapper à l’exigence morale que les doctes assignent à la littérature à mesure qu’on entre dans le classicisme, tout ceci se tient au plan de le hiérarchie des valeurs, préjudiciable à la femme comme au roman, mais contredite par l’expansion considérable du phénomène romanesque moderne.

  • 28 Paul Bénichou, Morales du grand siècle, Gallimard, Folio, p. 45.

16Or quel type de roman Joconde lit-elle ? « Bien donc pour satisfaire a votre demande », déclare-t-elle à Francion, « je vous appren que c’est icy un livre où il est traicté des amours de Bergers et de Bergeres. 28 » On se souvient que Don Quichotte est devenu fou pour avoir trop lu de ces romans de chevalerie fondés sur le modèle épique. Plus récente dans les genres qui promulguent une vison spirititualisée et aristocratique de l’humain, il y a la veine pastorale, les romans de bergerie dont l’Astrée d’Honoré d’Urfé est le parangon. Reprenant la stratégie hypertextuelle de Cervantes, Sorel, à la même époque, publie un autre histoire comique, le Berger extravagant, où le héros, Lysis, est devenu fou pour avoir lu trop de romans pastoraux. Chez Don Quichotte, comme chez Lysis : confusion mentale entre une fiction romanesque idéalisant des valeurs anciennes, et le monde réel.

  • 29 Ibid.
  • 30 Adam, p. 381.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.

17Mais chez Sorel, dans le Berger extravagant comme dans l’épisode des lectures de Joconde, c’est, malgré le succès récent de l’Astrée, l’univers pastoral qui est visé, et non plus le monde de la violence chevaleresque. La cible de la satire est un univers où l’exaltation de l’élite sociale de naissance ne s’investit plus en priorité dans la bravoure guerrière, apanage des hommes, mais dans le raffinement des sentiments, avec une large part accordée à la casuistique amoureuse, avec des personnages nobles qui se sont retirés du monde urbanisé pour vivre comme des bergers et selon un état de nature conforme à leur naissance. L’Astrée promulgant en outre une conception spiritualisée de l’amour accordant une place essentielle à la femme, conception qui a été véhiculée par la poésie courtoise du Moyen-Age, « qui fait de l’amour l’aliment du bien 29 ». Conception qui a été par ailleurs « renouvelée au xvie siècle par l’influence du platonisme et l’essor général de la vie intellectuelle 30 ». Le succès du roman pastoral témoigne assurément d’un changement par rapport à la violence épique incarnant des valeurs strictement masculines. Or Joconde, en tant que femme, ne semble pas sensible à cette évolution des choses. Quand Francion-paysan lui dit tout le bien qu’il prétend penser de ces livres qui contiennent des « delices » qui sont « representées par le discours 31 », Joconde oppose son désaccord. C’est la curiosité qui l’incite à tourner les pages. Car, dit-elle, « je me plais fort en la vray-semblance, et je n’en sçaurois trouver en pas une histoire que je puisse voir dedans un tel livre 32 ». En effet, « les Bergers sont icy dedans Philosophes, et font l’amour [font leurs compliments en matière de galanterie] de la mesme sorte que le plus galant homme du monde 33 ».

  • 34 Ibid.

18C’est en effet une préoccupation essentielle de Sorel, cette invraisemblance des bergeries littéraires qui motive le récit du Berger extravagant. Joconde pré : « L’histoire veritable ou feinte, doit representer les choses au plus prez du naturel, autrement c’est une fable qui ne sert qu’a entretenir les enfans au coin du feu 34 » (ibid.). Ainsi Joconde apparaît-elle comme porte-parole de Sorel sur une question très actuelle préoccupant les esprits critiques du temps.

  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.
  • 37 pp. 381-82.

19Par ailleurs ces bergers de romans qui parlent comme des philosophes participent, selon Joconde d’un « ordre du monde renversé 35 » On pourrait imaginer des « Chevaliers a qui l’on fasse parler les patois des paysans, et a qui l’on fasse faire des badineries de village ». Cette chose, précise-t-elle, ne serait pas « plus estrange que celle cy qui est sa contraire 36 ». C’est pourquoi, face à Francion paysan dont elle pensait qu’il n’avait accès qu’aux livres de prières et qui la détrompe en lui déclarant : « je scay bien ce que c’est toutes sortes de livres et n’y en a guere que je n’aye leus », sa surprise est totale : « Mon Dieu ! C’est un miracle 37 ».

  • 38 p. 382.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.
  • 45 pp. 383-84.

20Dès lors Francion va continuer sur sa lancée. Du livre à la réalité il n’y a qu’un pas, puisque l’un des enjeux essentiels apparaît être le problème de la représentation de l’une par l’autre. « … il s’est trouvé quelque fois dedans les villages » ajoute Francion, « des hommes vestus en Paysans qui estoient capables de faire l’amour avec autant de civilité, de prudence et de discretion que les personnes qui sont dans la plus florissante Cour de la terre 38 ». Devant le doute exprimé par Joconde il ajoute : « vous trouverez en ce pays-ci de ces Bergers Amans, et moy qui suis Berger je diray bien sans vanité, que quand l’on me mettra en ce rang, l’on ne fera rien que de tres à propos 39 ». Arrivé à ce point de la discussion Joconde commence à se rendre aux arguments de son interlocuteur. Mais elle reste réticente. Si elle veut bien admettre ce qu’affirme Francion, même contre ses préjugés — ce qui est une manière de céder un peu à des manœuvres qui sont d’abord de séduction — il reste un point d’achoppement. Je veux bien reconnaître vos qualités, dit en substance Joconde qui précise : « mais vous aurez bien de la peine a trouver une fille de vostre estoffe. Il n’y en a guere icy que de tres maussades. » (ibid.) A quoi Francion répond que ce ne sont pas les villageoises qui l’intéressent : « Il y en a icy d’autres qui ne sont pas seulement dignes d’estre aymées d’un accomply Berger, mais aussi d’un accomply Courtisan. Je puis bien tenir asseurement ce discours, puis que j’ay le bon-heur de vous voir. 40 » Francion affine encore son dispositif auquel Joconde semble se laisser prendre, « bien estonnée d’avoir entendu si bien discourir un Berger », croyant même « plusieurs fois que c’estoit un songe 41. » L’admiration de Joconde s’accroît encore lorsqu’elle entend Francion « chanter et jouër du luth devant ses fenestres », le reconnaissant « par les paroles d’un air qu’il venoit de faire, où il la supplioit de ne point mespriser le Berger a qui elle avoit parlé 42 ». Tout ceci lui apparaît miraculeux qu’un berger « fist des vers si bons que ceux qu’elle entendoit, et chantast encore et jouast du luth aussi bien que les meilleurs maistres 43 ». Mais cette admiration n’est rien toutefois « au prix d’une lettre d’amour qu’elle reçoit de […] [la] part [de Francion] où elle trouve les plus belles fleurs de l’Eloquence 44 ». Bref, Francion-Berger a donc bien, aux yeux de Joconde, toutes les qualités requises en matière de galanterie mondaine. Elle reste cependant dans l’expectative vis-à de Francion « dont la condition ne lui plaisoit pas 45 ».

  • 46 p. 388.

21Arrivées à ce stade les choses sont pour ainsi dire figées. Joconde va-t-elle céder au berger Francion ? Le héros lui-même n’y croit pas : « Quand vous ne m’auriez pas prié de vous dire qui je suis, il faudroit tousjours bien que je vous l’apprisse, si je voulois que vous eussiez esgard a l’affection que je vous porte. 46 » L’aveu de Francion suit immédiatement, autant sur son déguisement que sur sa condition réelle.

  • 47 p. 395.
  • 48 p. 381.

22Dès lors la situation va évoluer dans le sens initial du donjuanisme, réservant à Joconde le sort de bien d’autres, ce qui donne lieu à des stratagèmes des deux amants pour échapper à la vigilance des parents de la demoiselle. Et après avoir « gousté avec […] [Joconde] toutes les delices que l’on se peut imaginer », Francion a même le cynisme de faire « entendre a sa Maistresse qu’il avoit besoin d’argent : elle luy donna tout ce quelle avoit, ne luy pouvant rien refuser 47 ». Au terme de ces péripéties Francion, « venant à songer a Nays, il ne fut pas aussi d’advis d’executer ce qu’il avoit promis a Joconde, [c’est-à-dire de se faire engager par le père de celle-ci, de manière à ce qu’ils pussent continuer à se rencontrer] veu que la jouyssance avoit esteint si peu de passion qu’il avoit eu pour elle 48 ». Francion reste dans une logique masculine de prédation renforcée, comme chez Don Juan, par un ressort idéologique essentiel, l’affirmation aristocratique de soi.

23Il reste cependant le chemin parcouru par Francion, entre Laurette, simple objet d’investissement érotique, et Nays, perçue par le héros dans le cadre d’une relation exclusivement spirituelle.

  • 49 p. 382.

24On a vu l’admiration que Francion voue à sa future épouse pour sa culture et son esprit éclairé. Dans le cas de Joconde Francion évalue sa proie à l’aune de sa compétence à exploiter ses lectures par des questionnements pertinents, sur la vraisemblance et la critique des romans pastoraux mettant indûment en scène des Bergers se comportant comme des hommes de condition : « Francion cognoissant par ce discours, que Joconde avoit un de ces beaux esprits qu’il avoit coustume de rechercher passionnément, fut le plus content du monde d’avoir logé ses affections en si digne lieu 49. »

25Ainsi Francion exprime-t-il un donjuanisme contaminé par la logique livresque, et oriente-t-il sa logique de prédation en fonction d’un critère moderne, la culture du livre.

  • 50 Ibid.

26Tout ce dispositif profite-t-il à la femme, aux valeurs féminines ? Sur certains points on peut l’affirmer, par exemple le choix des lectures de Joconde : c’est l’Astrée qu’elle est sans doute en train de lire, et non pas les Amadis de Gaule, c’est-à-dire un genre de romans qui, bien que proche de l’idéalisme aristocratique, n’entretient plus de liens avec la violence chevaleresque qui réapparaîtra cependant un peu plus tard dans le roman héroïco-précieux, comme chez Mademoiselle de Scudéry. On remarquera aussi la valorisation des compétences intellectuelles d’une femme. Joconde est de celles « dont le bel esprit se cognoissoit a toutes choses 50 ». Elle apparaît dans la même disposition que Francion et que le narrateur lui-nême en saisissant la très actuelle et redoutable question de la mimesis et de la représentation romanesque, à une époque où s’impose un souci de vraysemblance doublement cautionné par le rationalisme promu par les libertins, et par l’esthétique dite classique qui s’annonce. Cela dit l’actualité de la pensée littéraire de Joconde reste investie dans une vision du monde qui reste figée dans une hiérarchie immuable. Cette vision ne bénéficie pas de la recomposition sociale qui a fait que c’est grâce à la situation de son père que Joconde est promue dans une élite dont elle épouse les options culturelles définies par la noblesse. C’est-à-dire que Joconde, dans le roman pastoral qu’elle lit, comme dans le réel face à Francion tant qu’elle le prend pour un berger, ne réfléchit qu’en fonction du clivage, à ses yeux incompressible, entre l’élite qui a accès à une compétence culturelle, notamment littéraire, rhétorique et comportementale, et le peuple qui, en soi, ne peut pas avoir accès à ces compétences. D’où ses résistances à la lecture de son livre, d’où son incrédulité face à Francion qui parvient à peine à lui faire admettre ce qui est contraire à ses préjugés.

  • 51 « GESCHLECHT, Différence ontologique, différence sexuelle », in Heidegger, Cahiers de l’Herne, 1983 (...)

27Elle avoue d’ailleurs ses lacunes : « Ah Dieu ! s’escria Joconde, vrayment j’ay esté bien trompée jusques icy, croyant qu’il n’y eust qu’a la Cour qu’on se meslast de donner des flatteries 51. » Tout en restant inconsciente des valeurs qu’elle porte touchant à une ascencion sociale qui n’est pas due à la naissance.

28Différemment celui qui a appris à jouer sur les apparences garde une certaine avance sur Joconde. Si Francion reste attaché à son idée de supériorité de naissance, il a plus ou moins confusément compris que la valeur et le mérite peuvent s’acquérir. Alors que Joconde, qui est porteuse de ce qui commence à caractériser l’acquis contre l’inné, reste attachée à une vision figée du dispositif social en pleine mouvance, et qui ne sera bien sûr mise explicitement en doute qu’au siècle suivant.

29Francion, par rapport à Joconde, reste donc intellectuellement dominant, ce qui lui permet de continuer à agir dans le sens de cette logique de prédation qui lui vient de l’état de nature, mais en empruntant les chemins nouveaux de la culture, du questionnenment littéraire et du raffinement comportemental. Paradoxalement c’est donc l’homme qui profite encore de la nouvelle situation, une situation culturelle liée à l’essor du roman dont on sait que celui-ci est pourtant redevable au public féminin. Il ne s’agirait donc encore que d’un donjuanisme investi dans une sphère plus moderne, la sphère des lettres débarrassée de l’héroïsme guerrier.

30J’ai parlé tout à l’heure d’un humanisme moderne inauguré à la Renaissance. Or, dans ses développements les plus récents notre pensée contemporaine relative au sujet moderne, malgré tout ce temps passé, reste encore très attachée à un humain considéré comme catégorie générique. C’est à peine si on retient que la phénoménologie de Merleau-Ponty se libère partiellement de Descartes en introduisant la question du corps. C’est à peine si on s’intéresse, du côté des littéraires, à la psychanalyse lacanienne dont le sujet du désir ne peut laisser le sujet métaphysique indemne. Et le moment est encore plus récent (1983) où Jacques Derrida essaie de lire chez Heidegger l’articulation possible entre différence ontologique et différence sexuelle. Ce genre de questionnement nous engage cependant à saisir à nouveaux frais les rapports entre nature et culture. Il reste que j’oublierais mes propres options idéologiques si je n’introduisais pas aussi la question de la différence sociale. On l’a sans doute entendu dans ce que je viens de prononcer.

Notes

1 Jean-François Maillard, Essai sur l’esprit du héros baroque (1580-1640), Nizet, 1973, p. 147.

2 Op. cit., p. 148.

3 Romanciers du xviie siècle, éd. Antoine Adam, Gallimard, La Pléiade, 1958.

4 Op. cit., p. 64.

5 René Démoris, Le roman à la première personne, Armand Colin, 1975, p. 8.

6 Op. cit., p. 85.

7 Op. cit., p. 169.

7 Ibidem.

9 Op. cit., p. 175.

10 Op. cit., p. 174.

11 Op. cit., p. 213.

12 Op. cit., p. 214.

13 Op. cit., p. 169.

14 Op. cit., p. 380.

15 Note 2 de la page 380, p. 1404.

16 p. 217.

17 p. 241.

18 p. 359.

19 Ibid.

20 p. 380.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Ibid

24 Note d’Antoine Adam, op. cit., p. 1404.

25 p. 218.

26 Au xviiie siècle encore, Rousseau refusera d’accorder à une femme la compétence requise pour avoir pu écrire Les Lettres portugaises.

27 p. 381.

28 Paul Bénichou, Morales du grand siècle, Gallimard, Folio, p. 45.

29 Ibid.

30 Adam, p. 381.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 pp. 381-82.

38 p. 382.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 pp. 383-84.

46 p. 388.

47 p. 395.

48 p. 381.

49 p. 382.

50 Ibid.

51 « GESCHLECHT, Différence ontologique, différence sexuelle », in Heidegger, Cahiers de l’Herne, 1983, Biblio Essais, Le livre de poche, 1986, pp. 571-595.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540