Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

IV. Lectrices : séduction

« Le plaisir du texte » dans les Dames galantes de Brantôme

Cathleen M. Bauschatz

Testo integrale

  • 1 On peut trouver ces deux recueils dans la nouvelle édition par Etienne Vaucheret : Brantôme, Recuei (...)

1Pierre de Bourdeille, abbé de Brantôme (1540-1614) écrivit deux livres sur les femmes, que l’on appelle aujourd’hui les Dames Illustres et les Dames Galantes1. Il nous montre la lecture et les lectrices dans les deux livres, bien que celles ci n’en constituent pas le sujet principal. Les Dames Illustres (Recueil des Dames — tome I — écrit plus tard, pendant les années 1590), dans la tradition des Claris Mulieribus de Boccace, raconte les vertus et les accomplissements des grandes dames de France au xvie siècle. Parmi leurs activités il inclut la lecture pieuse, l’étude, etc.

  • 2 Voir Roland Barthes, Le Plaisir du texte, Paris, Seuil, 1973.

2Les Dames Galantes (le Second Volume des Dames, commencé plus tôt, pendant les années 1580), enlève le voile de modestie de devant les dames de France, et montre (anonymement) ce que font vraiment la plupart d’entre elles, la plupart du temps. Brantôme suit ici la tradition d’un autre livre de Boccace sur les femmes, le Décameron. On penserait que la lecture serait absente de ce livre, et certainement la lecture « pieuse » ne figure pas dans les Dames Galantes. Mais Brantôme décrit, ici et là, la lecture divertissante et même érotique. Il y a des descriptions de ce genre de lecture qui nous donnent l’impression que la lecture peut non seulement se substituer à l’activité sexuelle, mais aussi qu’elle devient quelquefois une forme de sexualité même plus douce que l’acte lui-même. Brantôme anticipe le « plaisir du texte » de Roland Barthes, ici 2.

  • 3 Il commence la dédicace, par exemple : « Monseigneur, d’autant que vous m’avez fait cet honneur sou (...)
  • 4 Par exemple, Boccace explique dans la Préface au Décaméron : « … j’entends, pour le secours et le r (...)

3Pour qui écrit-il ? Les Dames Galantes sont dédiées au Duc d’Alençon, et donc le livre paraît pour la plupart avoir été écrit pour les hommes. Comme les Dames Illustres, le livre se divise en sept « discours », mais cette fois sur une variété de thèmes qui ont à voir avec les femmes, l’amour, la sexualité, etc. Le livre est rempli d’anecdotes paillardes, d’un genre que Brantôme et le Duc d’Alençon ont dû partager eux-mêmes, de temps en temps 3. Mais Brantôme fait aussi allusion aux lectrices, quelquefois, comme le fit Boccace dans le Décaméron3. Les femmes ne devraient pas être offensées par ses anecdotes lubriques, par exemple, car il a omis des histoires plus effroyables encore, et surtout parce qu’il n’a pas inclus les noms 4.

  • 5 A la fin du livre, il s’excuse auprès des dames : « Or, mes dames, je fais fin : et m’excusez si j’ (...)

4Un des thèmes majeurs du livre est exprimé ici : les femmes pourront apprécier les lectures érotiques, si personne ne le découvre, et donc s’il n’y a pas de scandale. Brantôme semble supposer que les femmes liront en effet son livre, qui est (selon Madeleine Lazard) une sorte de « rapport Kinsey » du l6e siècle5. Mais quelles seront leurs réactions en tant que lectrices ? Pour répondre à cette question, il faudra examiner quelques uns des commentaires sur la lecture féminine éparpillés ici et là à travers le livre.

  • 6 Madeleine Lazard donne pour titre à ses deux chapitres sur les Dames Galantes, « le rapport Kinsey (...)

5Au premier abord, où lisent les femmes ? Souvent, au lit, surtout à cette époque avant le chauffage central. Cet endroit nous rappelle une anecdote de l’Heptaméron, lequel livre est omniprésent dans les Dames Galantes6. Non seulement des contes transposés de l’Heptaméron, mais plusieurs anecdotes au sujet de la première Marguerite sont retransmis à travers les souvenirs de Louise de Daillon, la grand-mère de Brantôme.

  • 7 Voir Maurice Rat, qui dit que L’Heptaméron est le livre le plus souvent cité dans les Dames Galante (...)

6Le conte que j’ai en tête est le n° 54. Il raconte l’histoire d’un homme et de sa femme, qui lisent tous les deux au lit, le soir, pendant que deux servantes tiennent des chandelles pour les aider à voir 7. Ce conte nous donne l’impression que l’activité de « lire au lit », au l6e siècle, est une sorte de double entente pour les autres activités qui se font là. D’abord, le couple ne lit dans leur chambre que parce qu’ils doivent dormir séparément, mais, deuxièmement, quand une autre opportunité se présente, la lecture est vite abandonnée.

  • 8 Mais une nuit, la femme voit à travers les rideaux du lit que les deux « lecteurs » sont allés un p (...)

7Une anecdote semblable se trouve dans les Dames Galantes, au 7e Discours. Bien que le thème central de ce conte ne soit pas la lecture, il y a une référence à la lecture comme n’étant qu’une des activités qui se poursuivent au lit. Une servante écoute à la porte de la chambre, pendant que sa maîtresse est au lit avec un amant :8

« Elle l’oyoit gazouiller tout bas, mais elle cogneut bien que ce n’estoit point la lecture qu’ell’avoit accoutumé, quelques jours avant, faire en son lict, avec sa bougie, pour mieux collorer son fait » (Vaucheret, p. 466).

8Le rapport entre la lecture au lit et les autres activités qui se font là est clairement établi, ici. Une de ces activités peut se substituer ou camoufler l’autre. S’il fallait choisir entre les deux, la plupart des gens ne choisiraient pas la lecture. Cependant, la lecture est une bonne alternative, s’il n’y a pas de partenaire disponible.

  • 9 « Femme pudicque ne s’empeschera de lyre livres d’amours, ne de batailles, & moins de les reciter ; (...)
  • 10 Voir mon article : « Marie de Gournay’s ‘Préface de 1595’ : A Critical Evaluation », Bulletin de la (...)

9Une seconde catégorie de lecture féminine : Brantôme nous montre plusieurs exemples de femmes et de filles séduites par le moyen de la lecture — telles Paolo et Francesca chez Dante — et comme Vives avait déjà annoncé dans son Institution de la Femme Chrétienne9. Il n’est pas possible de traiter ce sujet en détail, ici. Mais une idée est sous-jacente dans la discussion de la séduction des femmes par le moyen de la lecture : c’est la conviction assez répandue au xvie siècle que les lectrices (à la différence des lecteurs) ne peuvent pas s’empêcher de faire tout ce qu’elles lisent dans un livre. L’étape critique de réflexion et de choix, présente chez les hommes, ne paraît pas exister pour les femmes, selon la plupart des commentateurs du siècle. Marie de Gournay va sévèrement critiquer ce point de vue, dans sa « Préface de l595 » aux Essais. Elle ridiculise les gens qui croient « qu’on ne peut seulement ouyr parler de la table sans rompre son jeusne ». Et plus loin, elle approuve Livia, la Romaine, qui disait que « A une femme chaste, un homme nud n’est non plus qu’un image 10 ».

10La plupart des écrivains du l6e siècle qui soutiennent ce point de vue masculin, comme Vives, s’inquiètent pour la moralité féminine, menacée par la lecture des romans. Mais il est même plus intéressant d’analyser ces restrictions pour ce qu’elles indiquent sur la conception de la lecture féminine elle-même, et sur le rapport perçu entre la lecture et l’action. Brantôme participe à cette fin de siècle qui commence à douter de l’humanisme, mais il est encore assez humaniste pour croire qu’il existe un lien étroit entre la pensée et l’action.

11Troisièmement, donc, il faut se demander comment la lecture influence les actions, chez les femmes ? Brantôme paraît quelquefois écrire une parodie des oeuvres didactiques qui encouragent les lecteurs, et surtout les lectrices, à développer la vertu à travers la lecture. Par exemple, cette discussion se trouve près du début du Premier Discours : « Sur les Dames qui font l’amour et leurs maris cocus ». Brantôme décrit les maris qui s’attirent leur propre cocuage. Parmi eux sont ceux qui apprennent à leurs femmes des postures impudiques qui viennent du livre de l’Aretin, Les Figures. Ces femmes, comme un cheval auquel on a appris plusieurs tours, voudront ensuite les essayer avec d’autres cavaliers (Vaucheret, p. 261). Il ne blâme vraiment pas ces femmes, qui veulent simple montrer à d’autres ce qu’elles savent faire !

  • 11 L’on a beaucoup étudié récemment l’impact de l’œuvre d’Aretino en Angleterre, au xvie siècle. Cet i (...)
  • 12 « J’ay cogneu un bon imprimeur venetien à Paris… qui tenoit sa boutique en la rue de Sainct-Jacques (...)
  • 13 Voir surtout les écrits de Jean-Marie Goulemot, par exemple : Ces livres qu’on ne lit que d’une mai (...)

12Mais ce qui est plus frappant dans cette discussion est la grande importance attribuée à l’Aretin lui-même, qui apparaît à d’autres moments dans les Dames Galantes, et dont l’œuvre semble signaler le lien entre la lecture et la sexualité 11. Nous apprenons plus loin dans le premier discours l’anecdote souvent citée qui raconte que Brantôme connaissait un libraire vénitien à Paris, qui avait du mal à garder en magasin les exemplaires de l’Aretin, car plusieurs grandes dames demandaient le livre 12. Il poursuit son histoire en prétendant que « toutes ces formes et postures sont odieuses à Dieu » (Vaucheret, p. 267). Mais ce qui intéresse vraiment Brantôme, dans la plupart de ses discussions sur l’Aretin est la question de la réaction des lecteurs et de ce dont elle témoigne. La psychologie du lecteur ou de la lectrice, sa réaction subjective, l’intéressent plus que ne font les questions de moralité. On voit ici la modernité de Brantôme, ce qui mérite une ré-évaluation à la lumière des recherches actuelles sur la réception des écrits érotiques du l6e siècle au l8e, en Italie et en France, aussi bien qu’en Angleterre (y compris le rôle de l’imprimerie dans la diffusion de ces écrits) 13.

13Quand un homme sait qu’une femme a lu l’Aretin, cela lui offre accès au monde de son imagination, ce qui est vraiment la clé à l’amour, comme on l’apprend au « Second Discours » (« Sur le sujet qui contente plus en amours, ou le toucher, ou la veue, ou la parolle »). Le premier chapitre raconte l’histoire d’un gentilhomme qui est amoureux d’une dame qui possède un exemplaire illustré de l’Aretin :

« Je cognois un autre honneste gentilhomme qui, estant bien amoureux d’une belle et honneste dame, sçachant qu’elle avoit un Aretin en figure dans son cabinet, que son mary sçavoit et l’avoit veu et permis, augura aussitost par-là qu’il l’attraperoit ; et sans perdre esperance, il la servit si bien et continua qu’enfin il l’emporta : et cognut en elle qu’elle y avoit appris de bonnes leçons et pratiques, ou fust de son mary ou d’autres, niant pourtant que ny les uns ny les autres n’en avoyent point esté les premiers maistres, mais la dame nature, qui en estoit meilleure maistresse que tout [sic] les arts. Si est-ce que le livre et la pratique luy avoyent beaucoup servy en cela, comme elle luy confessa puis aprés » (Vaucheret, p. 262).

  • 14 Montaigne, Œuvres Complètes, ed. Maurice Rat, Paris, Gallimard, 1962, III, v, p. 834, b.

14Le livre et la pratique lui avaient servi ensemble. Il n’est pas clair que la lecture soit vraiment la cause de la séduction de cette femme, puisque la Mère Nature lui avait déjà tout appris. Mais la lecture l’a encouragée à suivre ces conseils. On voit ici la suggestion que la connaissance sexuelle est féminine — « la dame nature » en est la source. Montaigne avait déjà suggéré cette même idée dans son « Sur des vers de Virgile » (« nous ne sommes qu’enfans au pris d’elles en cette science… ») 14. Quand les femmes lisent l’œuvre de l’Aretin, il les met en contact avec des vérités qu’elles savent déjà, mais plus important, il les encourage à agir en conformité avec ces vérités ; ou à suivre ces conseils. Brantôme joue avec un vocabulaire didactique, ici, comme il le fait souvent : « leçons », « les maistres », etc.

15Plusieurs exemples pareils se trouvent dans le livre de Brantôme, qui prétend lui-même être un de ces documents puissants qui peuvent allumer l’imagination et inspirer à ses lecteurs d’abandonner la contrainte pour se lancer dans des actes d’amour. Nous apprenons que les femmes pendant l’antiquité lisaient un livre pareil, écrit par une femme qui s’appelait Elefantina, plus osé que l’Aretin, « auxquelles les dames grandes et princesses faisant estat de putanisme estudioyent comme un tres-beau livre » (Vaucheret, p. 262). Brantôme joue évidemment sur le sens du verbe « étudier », ici.

16Le Duc d’Alençon avait une coupe où des figures de l’Aretin étaient taillées, lesquelles se révélaient quand on la vidait. Brantôme lui-même avait appris de nouvelles choses de la coupe, par exemple les « diverses manieres de cohabitations de bestes » (Vaucheret, p. 263). Plus important encore, les inclinations du buveur ou du « lecteur » s’étaient révélées au même moment. Le Duc s’était servi de cette coupe comme une sorte d’expérience ou d’épreuve pour les femmes et les filles, pour savoir si elles étaient vraiment aussi innocentes qu’elles le prétendaient. Quelques unes riaient, d’autres rougissaient, d’autres encore étaient embarassées, et quelques unes ne savaient pas quoi dire. Les réactions variaient énormément de femme en femme. Brantôme lui-même aimait surtout regarder les réactions des jeunes filles innocentes, ou de celles qui prétendaient l’être, mais qui ne l’étaient vraiment pas :

« Enfin elles s’y avezarent si bien qu’elles ne firent plus de scrupule d’y boire ; et si firent bien mieux aucunes, qu’elles se servirent de telles visions en temps et lieu ; et, qui plus est, aucunes s’en desbaucherent pour en faire l’essay : car toute personne d’esprit veut essayer tout. Voilà les effets de cette belle coupe si bien historiée. A quoy se faut imaginer les autres discours, les songes, les mines et les paroles que telles dames disoyent et faisoyent entre elles, à part ou en compagnie » (Vaucheret, p. 265).

17Comme dans les discussions ci dessus de « l’éducation » des femmes, Brantôme a l’air d’être ambivalent ici envers la quête de la « connaissance » par ces femmes, et envers leur désir de mettre en pratique ce qu’elles ont « appris ». La phrase « toute personne d’esprit veut essayer tout » paraît ironique ou parodique des discussions humanistes du « soif du savoir », sous-jacentes à cette discussion de la coupe et de ce que l’on pouvait y boire et lire. On pense à l’œuvre de Rabelais, par exemple.

18L’on a souvent vu les Dames galantes comme un livre sale ou obscène, qu’on ne lit que pour se divertir, comme si « plaire et instruire » ne pouvaient pas se passer ensemble. Mais Brantôme, en vrai analyste de la nature humaine, nous offre des vérités profondes sur la psychologie et sur le topos cher à la Renaissance, de se connaître à travers la lecture. En dépit des efforts des moralistes du temps pour réprimer les connaissances sexuelles chez les femmes, Brantôme nous mon à travers son œuvre des femmes qui furent éveillées à leur propre sexualité par la lecture, et qui sont ensuite passées de la pensée à l’acte. Cette connaissance sexuelle fait partie du monde de l’expérience, comme la plupart des connaissances que l’on trouve dans l’œuvre de Brantôme, aussi bien dans les contes militaires que dans les anecdotes érotiques. Mais ces connaissances sont intimement liées, ici, au monde de l’imagination.

19L’on compare souvent Brantôme à son contemporain, Montaigne, et assez défavorablement, car le soldat ne paraît pas si complexe que l’essayiste, et il ne développe pas ses idées sur la nature humaine en autant de profondeur. Mais le thème de la relation entre la lecture et la connaissance de soi est assez semblable, chez les deux. Dans les Essais, Montaigne (comme plus tard Rousseau) montre que la lecture lui révèle sa vraie identité. Brantôme nous montre également des femmes, dans les Dames Galantes, qui poursuivent ces mêmes buts. Les femmes, à vrai dire, paraissent avoir le loisir de se mettre en quête de cette connaissance de soi, à la différence des hommes, trop souvent préoccupés par la politique et par la guerre. Ce n’est que l’accident qui l’immobilisa qui permit à Brantôme de réfléchir sur son expérience, comme les femmes chez Boccace qui, enfermées dans leurs chambres, pensent constamment à l’amour :

« … elles restent le plus souvent recluses dans l’étroite enceinte de leurs chambres, s’y tenant assises, presque inoccupées, voulant et ne voulant pas en un même moment, roulant en elles-mêmes diverses pensées qui ne peuvent être toujours gaies » (ed. Bec, p. 33).

20Brantôme, pendant les dernières années de sa vie, et grâce à l’oisiveté forcée dûe à son accident, avait beaucoup en commun avec ce premier modèle littéraire, Boccace.

21Mais le parallèle avec l’Aretin mérite aussi d’avantage de réflexion. Brantôme était fasciné par le pouvoir de ce second écrivain italien, dont l’oeuvre provoqua les plus absurdes réactions chez les gens sensés, les poussant à agir de façon contraire à leur conception première. Brantôme, je crois, aspirait à écrire un livre semblable dans les Dames Galantes, qui déchire l’extérieur poli de la vie à la cour, et qui montre ce que les gens pensent et font vraiment, mais sans juger ni moraliser.

22En faisant ainsi, Brantôme montre l’empire de la sexualité. Mais aussi, au premier siècle de l’imprimerie, il montre le pouvoir des livres et de la lecture à plonger aux profondeurs de l’âme humaine, pour nous révéler notre identité réelle. Brantôme, comme Montaigne, est typique de son époque à ce point de vue. Mais Brantôme est précoce, en montrant les femmes aussi bien que les hommes, ou même plus que les hommes, utiliser la lecture pour corriger une fausse impression d’elles-mêmes imposée par la société.

23Le topos de la lectrice, donc, dans l’oeuvre de Brantôme, n’est pas seulement un moment de courtoisie ou de galanterie, comme c’était souvent le cas chez Boccace. On peut rire à la forme de cette « interprétation » dans les Dames Galantes, mais elle montre les femmes comme des lectrices actives, qui savent mettre en pratique ce qu’elles apprennent. Le « plaisir du texte », pour Brantôme, n’est pas seulement un moment d’évasion de soi-même, mais il amène le plus grand plaisir de la découverte de soi.

Note

1 On peut trouver ces deux recueils dans la nouvelle édition par Etienne Vaucheret : Brantôme, Recueil des dames, poésies et tombeaux, ed. Etienne Vaucheret, Paris, Gallimard, 1991.

2 Voir Roland Barthes, Le Plaisir du texte, Paris, Seuil, 1973.

3 Il commence la dédicace, par exemple : « Monseigneur, d’autant que vous m’avez fait cet honneur souvent à la cour de causer avec moy fort privement de plusieurs bons mots et contes… » (p. 235, Vaucheret).

4 Par exemple, Boccace explique dans la Préface au Décaméron : « … j’entends, pour le secours et le refuge de celles qui aiment… raconter cent nouvelles, fables, paraboles ou histoires… », Boccace, Décaméron, tr. Christian Bec, Paris, Livre de Poche, 1994, p. 33.

5 A la fin du livre, il s’excuse auprès des dames : « Or, mes dames, je fais fin : et m’excusez si j’ay dit quelque chose qui vous offance. Je ne fus jamais nay ny dressé pour vous offancer ny desplaire. Si je parle d’aucunes, je ne parle pas de toutes ; et de ces aucunes, je n’en parle que par noms couvertz et point divulguez. Je les cache si bien qu’on ne s’en peut apercevoir, et l’escandalle n’en peut tumber sur elle que par doubte et soupcons, et non par vrayes aparances » (p. 585, Vaucheret).

6 Madeleine Lazard donne pour titre à ses deux chapitres sur les Dames Galantes, « le rapport Kinsey du xvie siècle, I et II », Madeleine Lazard, Pierre de Bourdeille, Seigneur de Brantôme, Paris, Fayard, 1995.

7 Voir Maurice Rat, qui dit que L’Heptaméron est le livre le plus souvent cité dans les Dames Galantes : « … l’Heptaméron de la reine de Navarre est peut-être le livre qu’il a le plus pratiqué — celui du moins dont on retrouve le plus de traces dans les discours des Dames… », Brantôme, Les Dames Galantes, ed. Maurice Rat, Paris, Garnier, 1967, Intro., p. ix.

8 Mais une nuit, la femme voit à travers les rideaux du lit que les deux « lecteurs » sont allés un peu plus loin : « Mais, ung soir qu’ilz eurent leu plus longuement que de coustume, regardant la damoiselle de loing du costé du lict de son mary où estoit la jeune chamberiere qui tenoit la chandelle… et contre la dicte muraille voyoit très bien le pourtraict du visaige de son mary et de celluy de sa chamberiere, s’ilz s’esloignoient, s’ilz s’approchoient, ou s’ils ryoient, elle en avoit bonne congnoissance, comme si elle les eust veu », Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, ed. Michel François, Paris, Garnier, 1967, p. 342-343.

9 « Femme pudicque ne s’empeschera de lyre livres d’amours, ne de batailles, & moins de les reciter ; racompter : car c’est peste d’applicquer buschettes seiches pour corrompre les corps de la personne, ja ardens ; fomentez de delectations ; de vices », Livre de l’Institution de la Femme Chrestienne, par Jehan Loys Vives, tr. Pierre de Changy, Le Havre, 1891 ; Genève, Slatkine, 1970, p. 40.

10 Voir mon article : « Marie de Gournay’s ‘Préface de 1595’ : A Critical Evaluation », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, nos 3-4, Jan. – Juin, 1986, pp. 73-82 ; p. 78.

11 L’on a beaucoup étudié récemment l’impact de l’œuvre d’Aretino en Angleterre, au xvie siècle. Cet intérêt est accompagné par une conscience croissante du rôle de l’imprimerie dans la dissémination des écrits érotiques, aussi bien que du besoin de distinguer entre érotisme et pornographie à la Renaissance. Voir par exemple : Ian Frederick Moulton, Before Pornography : Erotic Writing in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 2000. Voir aussi : Lynn Hunt (ed.), The Invention of Pornography : Obscenity and the Origins of Modernity, 1500-l800, New York, Zone Books, 1993, surtout l’essai de Paula Findlen « Humanism, Politics and Pornography in Renaissance Italy », pp. 49-108.

12 « J’ay cogneu un bon imprimeur venetien à Paris… qui tenoit sa boutique en la rue de Sainct-Jacques, qui me dit et jura une fois qu’en moins d’un an il avoit vendu plus de cinquante paires de livres de l’Aretin à force gens mariés et non mariés, et à des femmes, dont il m’en nomma trois de par le monde, grandes, que je ne nommeray point… » (Vaucheret, p. 267).

13 Voir surtout les écrits de Jean-Marie Goulemot, par exemple : Ces livres qu’on ne lit que d’une main : Lecture et lecteurs du livre pornographique au xviiie Siècle (Paris, Alinéa, 1991).

14 Montaigne, Œuvres Complètes, ed. Maurice Rat, Paris, Gallimard, 1962, III, v, p. 834, b.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540