Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

IV. Lectrices : séduction

Lecture et séduction dans la 13e nouvelle de l’Heptaméron

Nancy Erickson Bouzrara

Texte intégral

1L’intérêt que je porte à la géographie et à Marguerite de Navarre est né de ma surprise dans la salle des fichiers de la bibliothèque de l’université du Michigan. Je cherchais ses œuvres que j’ai fini par trouver cataloguées à la fois sous le nom de Marguerite d’Angoulême, Marguerite de Valois, Marguerite d’Alençon et Marguerite de Navarre — et rangées sous la lettre M de la section PQ au quatrième étage. L’existence de deux séries de cartes au nom de Marguerite de Valois n’a fait qu’aggraver mon incompréhension. La persistance de cette multiplicité onomastique me semble toujours curieuse, vu le fait que Marguerite a commencé à publier ses écrits seulement en 1531, bien après être devenue la reine de Navarre.

2Fille de Louise de Savoie et de Charles d’Angoulême — de la maison de Valois —, Marguerite a épousé d’abord Charles, duc d’Alençon, en 1509, et deux ans après la mort de ce dernier en 1525, Henri d’Albret, roi de Navarre. Sœur de François Ier, Marguerite a influencé la politique royale et a protégé certains écrivains humanistes persécutés par le Parlement de Paris et la Faculté de Théologie de la Sorbonne. Les historiens et les critiques littéraires signalent sa préoccupation des questions morales, son enthousiasme pour la réforme de l’Eglise catholique souhaitée par le Cercle de Meaulx — Lefèvre d’Etaples et Briçonnet en particulier — et son désir de comprendre les idées nouvelles. Son écriture — poésies, nouvelles, pièces de théâtre, lettres — témoigne d’une active participation aux débats intellectuels et religieux de son époque.

  • 1 Voir les deux études fascinantes de Catherine Delano Smith, Maps in Bibles, 1500-1600, Genève, Libr (...)

3Que Marguerite de Navarre s’intéresse beaucoup à l’écriture et à la lecture, c’est un fait incontestable, bien qu’il ne nous soit parvenu que peu de détails sur son éducation. Elle avait certainement accès à bien des bibliothèques, entre autres, celle de sa mère qui comptait 200 volumes en 1496, celles de Cognac, Blois, Amboise et Paris, et il faudrait peut-être signaler que, selon les inventaires des bibliothèques de l’époque, les Protestants possédaient trois fois plus de livres que les Catholiques 1. De tous les livres à sa disposition, c’est la Bible qu’elle connaît le mieux, ce qui est mis en évidence par ses discussions épistolaires avec Briçonnet. Nous pouvons imaginer que Marguerite de Navarre avait une certaine connaissance des Chroniques de France, des contes de Pogge, du Decameron de Boccace et des Cent Nouvelles Nouvelles pour souligner les influences principales de l’Heptaméron. Les inventaires de la bibliothèque de Blois (1519) et de Paris (1544) signalent plusieurs exemplaires de la Géographie et de la Cosmographie de Ptolémée, diverses mappemondes, des cartes de France d’Oronce Finé, cartographe de François Ier, ainsi qu’une grande variété d’autres œuvres sur la géographie.

  • 2 Nouvelles 4, 6, 8, 9, 11, 12, 14, 19, 20, 22, 23, 25, 26, 27, 28, 29, 31, 32, 33, 36, 37, 38, 39, 4 (...)
  • 3 Voir la discussion de Nicole Cazauran où elle démontre que « chacun des quatre poèmes, non content (...)

4Le thème de la lecture imbibe l’Heptaméron, bien qu’à peu près soixante-quinze pour cent des nouvelles ne comporte aucune référence explicite à la lecture 2 et que d’autres ne font qu’une petite référence au passage à ce thème. Le plus souvent, il s’agit de la Bible (N. 5, 34, 61, 67), d’un livre (N. 2, 10, 15, 21, 54, 61) ou de lettres de rémission (N. 1, 70). Dans le cas de trois nouvelles (N. 13, 24, 64), un poème est inséré au texte en prose 3, mais c’est sous forme de lettres ou de mots échangés entre deux protagonistes que l’on trouve la majorité des références à la lecture dans l’Heptaméron. (N. 1, 10, 13, 15, 16, 17, 21, 24, 35, 51, 60, 64) La 67e nouvelle nous offre l’exemple le plus frappant d’une lectrice extraordinaire : isolée sur une des îles du Canada, elle survit à peine, son corps « amaigry et demi mort » grâce au Nouveau Testament qui lui sert, à la fois, de « sauve-garde, nourriture, et consolation » (550). Enfin, sauvée par un navire, elle est ramenée à La Rochelle où elle apprend à lire et à écrire aux filles des grandes dames de cette ville.

  • 4 Toutes les citations sont tirées de l’édition de L’Heptaméron de Nicole Cazauran, Paris, Gallimard, (...)

5Par contre, dans le Prologue de l’Heptaméron, les divers membres du groupe examinent la lecture en long et en large, et c’est une des rares instances où quasiment tous les membres du groupe partagent le même avis, à savoir qu’ils aiment la lecture, mais la rejettent comme le seul passe-temps de la journée, et ne la retiennent que pour ouvrir chaque journée. Parlamente et Oisille entament leur dialogue en associant la lecture à un « passetemps pour adoulcir l’ennuy » (62), « quelque occupation plaisante et vertueuse » (62) ; Ennasuitte, quant à elle, l’associe à un « plaisant exercice (62) », et Oisille à « la vraye et parfaicte joye de l’esprit dont procede le repos et la sante du corps (63) », au « contentement (63) » et à la leçon 4. Hircan rejette la lecture comme passe-temps principal car seule l’activité corporelle a pour lui quelque valeur. C’est pourquoi Parlamente suggère qu’ils se racontent des nouvelles, comme a fait Boccace dans le Décaméron et elle propose que ces histoires, à leur tour, soient mises sous forme écrite et lues un jour.

  • 5 Voir le premier essai « Communities of Readers » de Roger Chartier dans The Order of Books, trans. (...)

6Dans le Prologue de l’Heptaméron, la lecture reste surtout une activité individuelle, solitaire, pieuse et quotidienne dont on tire des conséquences positives — ou une solution ou un remède à l’ennui ou au repos de l’âme. Par contre, à l’ouverture de chaque journée, la lecture ou la leçon de la Bible est avant tout collective : Oisille choisit un thème ou un passage, souvent du Nouveau Testament, et le lit au groupe qui écoute ensemble 5. Si la lecture matinale des passages de la Sainte Ecriture se voit remplacer par des nouvelles profanes, ce n’est pas que le texte saint soit mis à l’écart. Il faudrait souligner le fait que le sous-texte de l’Heptaméron est très clairement la Bible, car innombrables sont les références implicites aux passages bibliques tout au long de l’Heptaméron. Les paroles des divers narrateurs et devisants confirment la constatation d’Hircan dans le Prologue : les membres du groupe sont tous lettrés et ont lu — et lisent encore — la Bible, même si Hircan, lui, ne veut pas privilégier la lecture biblique comme passe-temps.

  • 6 Les discussions géographiques ont lieu dans la chambre du couple, souvent pendant que le mari dort, (...)

7Prenons un exemple précis, celui de la 13e nouvelle, que je vais raconter brièvement avant d’en parler dans plus de détails. C’est donc Parlamente qui raconte l’histoire d’un vieux mari et de sa jeune femme qui décident de faire un voyage de Marseille en Terre Sainte. Pour mener à bien ce projet, le mari trouve à la cour de France un capitaine de vaisseau qui avait souvent été à la guerre contre les Turcs et qui accepte de les amener à Jérusalem, une fois ses obligations à la guerre terminées. Le capitaine vient régulièrement à la maison du couple pour parler du voyage, et tombe amoureux de la femme qui ne se rend pas du tout compte de son amour pour elle 6. Le capitaine s’en va à la guerre ; après une absence d’un mois, il envoie par messager un pli à la jeune femme, lequel contient un diamant et une déclaration d’amour sous forme d’une épître de 164 vers. La dame passe la nuit à songer à une solution à cet embarras, et le lendemain décide de remplacer le poème par une lettre qu’elle ferait au nom d’une religieuse de Tarascon qui aurait vu le capitaine avant son embarquement. Elle invente donc une confession, étale les regrets du capitaine, l’expression de son amour pour sa femme, et ses promesses d’un meilleur comportement à son retour de la guerre, le tout concrétisé par le diamant. La mort du capitaine, racontée en grand détail, s’ensuit, mort qui le fait remonter dans l’estime des deux femmes. A un moment donné, la cour se déplace en Normandie où habite la veuve du capitaine. C’est l’occasion de la rencontre de la jeune Marseillaise et de la veuve du capitaine qui lui explique la « parfaicte amitye » entre elle et son mari, ce qui provoque une telle envie de rire chez la Marseillaise qu’elle se retire dans une chapelle pour se calmer.

8En premier lieu, ce sont quelques repères implicites à la lecture qui lient le couple et le capitaine. Le désir du couple de voir la Terre Sainte a pu naître soit à l’Eglise soit à travers la lecture de la Bible tandis que c’est la participation du capitaine à la guerre contre les Turcs — et peut-être également sa consultation des cartes des mers méditerranée et baltique (portulans) — qui ont développé ses connaissances géographiques. La première tactique que le capitaine déploie pour séduire le femme provient de cette possession de la géographie de la Terre Sainte : cela le rapproche de la jeune femme et le met en position de séducteur, bien que la beauté de celle-ci soit telle, qu’il perd la parole ainsi que le nord :

« Et, pour ceste occasion, parloit souvent au cappitaine, lequel, regardant plus à elle que à sa parolle, fut si fort amoureux d’elle, que, souvent, en lui parlant des voyages qu’il avoit faictz sur la mer, mesloit l’embarquement de Marseille avecques l’Archipelle, et, en voulant parler d’un navire, parloit d’un cheval, comme celluy qui estoit ravy et hors de son sens » (177).

9Le capitaine s’embrouille dans ses notions géographiques, se rend compte de ses erreurs qui passent inaperçues pourtant par son auditoire. En fait, pour eux, Marseille et l’Archipelle sont complètement interchangeables, et pour bien des étudiants (ou élèves) de nos jours, c’est également la même chose.

10Parlamente n’offre qu’un survol de sa deuxième tactique pour séduire la jeune femme, laquelle consiste à se montrer bon chrétien. La religion lui sert de couverture pour séduire la Marseillaise ; bien qu’il montre une certaine connaissance de la Bible et qu’il fréquente l’église où il écoute des sermons et se confesse, qu’il discute des saints lieux de Jerusalem « où estoient signes de la grande amour que Jesus-Christ nous a portée » (178), sa deuxième tentative ne marche guère mieux que la première.

11Si des références implicites à la Bible ne servent pas le projet de séduction, la lecture des lettres insérées dans la nouvelle y parvient très bien. Nous allons faire un arrêt sur la discussion de chaque lettre avant de faire le bilan du rôle de la lecture épistolaire dans la 13e nouvelle. Tout d’abord, l’épître, ou la déclaration d’amour qu’écrit le capitaine à la Marseillaise : elle occupe un tiers de la nouvelle et en ralentit donc énormément le débit. Non seulement nous voilà témoins du contenu de sa lettre, mais Parlamente choisit de nous faire part de tous les détails de sa réception : nous voilà donc spectateurs de la scène de séduction. Tout y est : l’ouverture de l’enveloppe, l’endroit où la jeune femme la lit — près d’une fenêtre à part —, ses premières réactions une fois sa lecture terminée — émerveillement et peine —, ses rêves et sa décision de ré-écrire l’épître et d’envoyer le diamant à la femme du capitaine.

12Le style de l’épître rappelle celui de Clément Marot, ou des Grands Rhétori. La nature des rimes et des jeux de mots confirme cette association. A titre d’exemple, prenons la rime concaténée du vers 3 au début du 4e vers :

« Que je ne puis trouver nul reconfort,
Fors de parler ou de souffrir la mort. »

13ou le jeu de mots du vers 159 « O diamant, dy : « Amant si m’envoye ». Trois aspects de l’épître méritent un certain détour. D’abord, il faudrait remarquer l’emploi fréquent d’une succession de deux éléments en opposition : au passage, ne retenons que ceux de la vie et la mort, le parler et le silence, la maladie (la souffrance) et le remède, la vertu et le déshonneur, l’espérance et le désespoir, l’amour et la mort. Les formules choisies par le capitaine pour sa troisième tenta de séduction relèvent alors de toutes les images les plus banales de l’époque.

14Pour animer ce long poème, le capitaine choisit le dialogue, comme l’a fait fréquemment Clément Marot. Si face à la dame, le capitaine reste interdit, loin d’elle, par le biais de l’écriture – et la lecture anticipée de son texte — il arrive à s’exprimer très clairement. L’illusion d’une conversation à plusieurs voix est créée par des apostrophes éparpillés dans le texte — « o ma dame » (vers 33), « Las ! » (vers 56, 62, 101), « O diamant » (vers 159) — ainsi que par les diverses séries de questions et de réponses où, à tour de rôle, le capitaine fait un monologue, s’adresse à son Parler (sa propre voix dédoublée) ou à la femme qu’il cherche à séduire. Le changement de voix narratives fonctionne à plusieurs niveaux. Cela enlève une certaine monotonie au niveau du ton ; le fait qu’il s’adresse directe à la femme n’a rien de très nouveau.

15Le plus important, c’est que la présence de la voix du Parler du capitaine lui permet de prendre une certaine distance par rapport à son comportement de séducteur. Il se met dans la position d’objet de réflexion plutôt que dans celle d’un sujet qui cherche à séduire une jeune femme mariée. Du coup, il semble moins intéressé, voire moins agressif, et donc plus sympathique aux yeux de sa bien aimée. Son Parler lui sert de deuxième voix, une voix à travers laquelle il lui révèle ses pensées les plus intimes — craintes, faiblesses, regrets et espérances — face à son amour et à sa mort :

« Que diras-tu ? O Parler trop hardy,
Que diras-tu ? Je te laisser aller, dy ?
Pourras-tu bien luy donner cognoissance
De mon amour ? Las ! tu n’as la puissance
D’en demonstrer la milliesme part :
Diras-tu point, au moins, que son regard
A retiré mon cueur de telle force,
Que mon corps n’est plus qu’une morte escorce,
Si par le sien je n’ay vie et vigueur ?
Las ! Mon Parler foible et plein de langueur,
Tu n’as povoir de bien au vray luy paindre
Comment son œil peult un bon cueur contraindre ?
Encores moins à louer sa parolle
Ta puissance est pauvre, debille et molle
Si tu as pouvoir au moins luy dire ung mot,
Que, bien souvent, comme muet et sot,
Sa bonne grace et vertu me randoit,
Et, à mon bon œil qui tant la regardoit,
Faisoit gecter par grande amour les larmes,
Et à ma bouche aussy changer ses termes ;
Voire et un lieu dire que je l’aymois,
Je luy parlois des signes et des mois
Et de l’estoille Arcticque et Antarticque. » (vers 53-75)

16La voix du Parler joue un très grand rôle dans le texte, bien que le capitaine la qualifie de six adjectifs négatifs : « foible », « pauvre, debille et molle », « muet et sot ». Son insistance sur les difficultés d’une expression verbale, de vive voix ou par écrit, montre son anticipation d’une réponse négative de la Marseillaise — non pas à cause de la nature de son Amour ou de ses intentions, mais à cause de la représentation imparfaite de tout ce qu’il souhaiteraient pouvoir exprimer.

17Après avoir cédé sa voix à son Parler pendant un quart du poème (44 vers), le capitaine la reprend pour évoquer la nature de son amour (« saige et raisonnable », vers 121) et ses qualités de « serviteur » parfait (Il veut préserver sa vertu, vers 109-11). Le capitaine se sert de plusieurs répétitions du superlatif — « le/la plus parfait(e) — et du chiasme pour souligner qu’il souhaite partager un amour réciproque, et sinon accepter seulement un rôle de serviteur au sens courtois du terme :

aymer te veulx comme la plus parfaicte
Qui oncques fut (vers 113-4)

Le serviteur plus parfaict qui fut oncques : (126-29)

Le plus parfait serviteur de ce monde (vers 142)

18La voix du capitaine sert donc à exposer le discours tout à fait classique de l’amour courtois.

19A la fin du poème, le capitaine adopte la voix de la femme qui répond favorablement pour mettre en évidence les rôles interdépendants de « serviteur » et de « dame ». Cette voix suggère que la jeune femme accepte de jouer son rôle, vu les « œuvres et faits » du capitiane. Par contre, c’est la voix de Parlamente qui donne la véritable réaction de la jeune Marseillaise : l’émerveillement, une grande réflexion, le refus d’écrire le moindre message au capitaine avant la fin de la guerre, et puis en définitive, la ré-écriture de l’épître sous forme de lettre à la femme du capitaine au nom d’une religieuse de Tarascon, réponse qui lui permet de se libérer du diamant non-voulu. Ses explications suite à sa lecture de l’épître démontrent ses grandes qualités : elle anticipe la lecture de sa réponse négative par le capitaine ainsi que les bénéfices d’une lettre fictive par sa femme.

20La lettre en prose que la Marseillaise fait à la femme du capitaine est plutôt courte, et ne reprend quasiment aucun thème développé dans l’épître. Il reste cependant un aspect de l’épître qui aide à faire la transition entre les deux textes à lire : deux nouveaux changements de voix — la femme se met à la place d’une religieuse, la religieuse à celle du capitaine. Ce qui est peut-être curieux, c’est une absence totale de clarification, justification ou explication pour ce deuxième changement de voix, car on comprend très bien pourquoi la Marseillaise ne dévoile pas son identité. Aucune explication n’est offerte pour justifier que la lettre soit écrite par quelqu’un d’autre que lui-même.

21La lettre comporte deux parties — les regrets du mauvais comportement et les promesses d’une transformation une fois de retour de la guerre. Comme sa femme ne doit connaître que trop bien son mauvais comportement, un tel changement d’attitude à expliquer ou à justifier et devrait sembler peu plausible. En effet, la Marseillaise évoque ses confessions, Parlemente, au début, met en évidence qu’il y a deux types de confession, l’un étant un pur argument littéraire destiné à la séduction et l’autre plus honorable et véritable avant qu’il ne parte. C’est cette dernière confession qui permet à la Marseillaise de trouver les informations nécessaires pour rendre la lettre intelligible à sa femme. En tout, la lettre comporte six références à la religion, y compris le fait qu’il a reçu « son créateur comme bon Chrestien ». (185) Vu le contenu de cette lettre, qui montre une certaine humanité pour sa destinataire de la part de la Marseillaise, la réception ou la lecture de celle-ci ne peut être que positive :

« Et quand la bonne vieille vit la lettre et l’anneau, il ne fault demander combien elle pleura de joye et de regret d’estre aimée et estimée de son mary, de la veuë duquel elle se voyoit estre privée. Et en baisant l’anneau plus de mil fois, l’arrousoit de ses larmes, benissant Dieu que sur la fin de ses jours luy avoit redonné l’amitié de son mary, laquelle elle avoit tenuë pour perdue par long temps » (186).

22Cette fois-ci, ce n’est pas la raison et la logique qui dominent les sentiments, mais l’émotion qui prend le dessus.

23Enfin, il est question d’une dernière lettre dans la nouvelle, la réponse faite de la « bonne vieille » à la religieuse de Tarascon, expédiée par le messager de la Marseillaise. Parlamente mentionne quand-même la réception de cette lettre, surtout de l’intention de nous montrer les réactions de la Marseillaise : son rire aux dépens de l’autre femme, et sans doute du capitaine, et son « contentement » vue sa bonne action. Ce qui est curieux, c’est la réduction de cette lettre de re à une sorte de conclusion. C’est le seul texte intègre de la nouvelle : la femme ne se sert que d’une voix narrative et dit ce qu’elle a sur le cœur. Parlamente donne peut-être le texte intégral des deux premières lettres car elles sont « mensongières » : leurs auteurs se servent de plusieurs voix narratives, dont certaines faussées par leur propre intérêt. La présence des lettres dans la nouvelle permet donc aux devisants de déchiffrer, lire, voire juger eux-mêmes les actions et les paroles des personnages, en même temps que les personnages qui participent aux actions de la nouvelle.

24Si la forme des trois lettres de la 13e nouvelle n’est pas la même — épître, prose et résumé (lettre absente), ces lettres ont plusieurs points en commun. Écrire et lire, c’est avant tout une activité solitaire. L’expéditeur (l’expéditrice) écrit seul et sa destinataire le lit seule — sauf dans le 3e cas où il n’est pas clair si le messager est à côté de la jeune Marseillaise ou pas quand elle lit la lettre de la vieille. Chaque lettre montre que son expéditeur ou expéditrice a une certaine connaissance ou compréhension psychologique de sa destinataire, toutes les trois, des femmes dévotes — même si dans le cas de la deuxième lettre, la religieuse reste un personnage fictif créé par la Marseillaise.

25L’écriture des lettres est liée au thème de la distance — séparation géographique, bien sûr, car le capitaine est à la guerre, la femme à Marseille, la religieuse fictive à Tarascon et la femme du capitaine en Normandie ; mais c’est surtout une autre distance sur le plan affectif qui engendre la série de lettres. Aucun des personnages principaux n’exprime ses pensées les plus intimes directement à la personne concernée. Le capitaine n’arrive pas à déclarer son amour face à la dame ; la dame ne veut pas répondre au capitaine, mais choisit de relater les confessions du capitaine à sa femme, mais sous le nom de la religieuse de Tarascon ; la femme du capitaine ne remercie pas son mari mais son intermédiaire. Le pouvoir de la lettre est né de ces deux formes de distance. Son écriture a pour mission la séduction, grâce à la distanciation qu’elle opère ou dont elle procède.

Notes

1 Voir les deux études fascinantes de Catherine Delano Smith, Maps in Bibles, 1500-1600, Genève, Librairie Droz, 1991 ; et « Maps as Art and Science : Maps in Sixteenth Century Bibles », Imago Mundi 41 (1990), 65-83 où elle explique la signification de l’insertion des cartes dans les Bibles au début du seizième siècle.

2 Nouvelles 4, 6, 8, 9, 11, 12, 14, 19, 20, 22, 23, 25, 26, 27, 28, 29, 31, 32, 33, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 52, 53, 55, 56, 57, 58, 59, 62, 63, 65, 66, 68, 69, 71 et 72.

3 Voir la discussion de Nicole Cazauran où elle démontre que « chacun des quatre poèmes, non content de servir ainsi le progrès de l’action, reprend, répète en quelque sorte la part qui en est alors accomplie, proposant comme un reflet du passé éclairé par le héros devenu poète. » (p. 177) L’Heptameron de Marguerite de Navarre, Paris, SEDES, 1976, 173-77.

4 Toutes les citations sont tirées de l’édition de L’Heptaméron de Nicole Cazauran, Paris, Gallimard, 2000.

5 Voir le premier essai « Communities of Readers » de Roger Chartier dans The Order of Books, trans. Lydia G. Cochrane (Stanford, Stanford University Press, 1994, 1-24 ainsi que Public Reading and the Reading Public in Late Medieval England and France de Joyce Coleman, New York, Cambridge University Press, 1996.

6 Les discussions géographiques ont lieu dans la chambre du couple, souvent pendant que le mari dort, et c’est une des rares dans une chambre où il n’y a aucune tentative de viol.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540