Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Lectrices : éducation

La lectrice : une figure sous haute surveillance dans les Gynographes de Rétif de la Bretonne

Marie-Françoise Bosquet

Texte intégral

  • 1 Rétif de la Bretonne, Les Gynographes, Genève-Paris, Slatkine Reprints, 1988. L’orthographe de cett (...)

1Pour rétif, la femme est un problème ! Problème qu’il a expérimenté dans sa vie conjugale et qui nourrit l’invention romanesque et le moralisme de son œuvre : il faut dire, si l’on considère Les Gynographes1 parues en 1777, que ses exigences sont extrêmes. Il veut tout simplement réformer la conduite de la femme qu’il juge trop libre. Dure entreprise ! Et le ton de ses Gynographes est extrêmement cinglant bien que Rétif ait placé ce projet réformiste dans le cadre d’une vague fiction romanesque et épistolaire : deux femmes correspondent sur le mode amical et élaborent un règlement particulièrement rigide, fait d’un bloc de quatre-vingt douze articles dans la neuvième lettre, précédé de tout un discours justificatif et suivi de commentaires masculins et de notes complémentaires, le tout formant ce qu’on peut appeler une utopie programmatique.

2La réforme rétivienne de la féminité implique une éducation spécifique dont Les Gynographes proposent le programme : la lecture en est l’un des enjeux. La femme peut-elle être lectrice ? Si oui, selon quelle réglementation ? Car le statut de lectrice est tributaire de la fonction que la société patriarcale accorde à la femme ; il devient alors emblématique de toute une conception de la féminité au point de cristalliser le problème de sa liberté et de représenter de façon exemplaire la liberté qu’une société s’accorde.

Un principe d’interdiction

3Or, force est de le constater, c’est d’abord un principe d’interdiction qui régit l’accès à la lecture et toute une argumentation théorique et expérimentale soutient ce principe.

41 — Rétif, avant même de proposer son projet de réforme de la condition féminine, s’emploie à justifier sa nécessité ; et l’une des justifications alléguées réside dans l’influence néfaste des lectures romanesques sur les filles : la finalité de l’éducation d’une fille étant le mariage, il est la plus haute importance qu’elle s’en fasse une idée juste. Rétif dénonce donc les fausses idées sur l’amour qu’à son avis les romans transmettent. Dès la seconde lettre la question est abordée :

  • 2 G, p. 5-6.

« Vous me disiez autrefois […], que toutes ces chimères sur l’inclination, que les jeunes gens des deux sexes se mettent dans l’esprit, qui sont autorisées par les pièces de Théâtre et les Romans ; chimères qui les rendent si malheureus ! qui les font désobéir à leurs parens ; les fuir ; contracter des engagemens indiferents, ou se pré dans un cloître, ne sont en effet qu’une misérable illusion 2. »

5« Chimères », « misérable illusion », telles sont les expressions qui stigmatisent la lecture d’œuvres imaginaires car elles dénaturent l’amour en le peignant sous les traits d’une passion irrésistible justifiant toute inconduite au regard des règles sociales généralement admises. Rétif illustre son propos par une « Nouvelle » de portée didactique qui met en scène une jeune écervelée : elle s’imagine que la vie est semblable à un roman. Rétif apporte ici la preuve expérimentale qu’une jeune fille dont l’esprit est devenu romanesque sous l’influence de ses lectures, fait son malheur :

  • 3 G, p. 9.

« Elle se comporta en véritable Héroïne de Roman et donna des marques scanda de son attachement au petit Fat 3

6Comme son mariage est une catastrophe, la nouvelle se conclut ainsi :

  • 4 G, p. 10-11.

« Il serait à souhaiter que le spectacle de ce mariage fût présent à toutes ces Liseuses à grands sentimens ; il leur serait plus utile que la Nouvelle Héloïse, la Mariane, Clarisse, ou Grandisson4. »

7On ne peut démontrer plus clairement le danger d’être « Liseuse » de romans.

8Ce n’est évidemment pas une spécificité rétivienne que de refuser d’accorder, pour les filles, une quelconque valeur à ce type de livres qui a toujours suscité la réticence dans les traités d’éducation féminine ; le Traité de l’Education des Filles de Fénelon en 1685 en est un exemple :

  • 5 Fénelon, Traité de l’Education des Filles, éd. B. Jolibert, Paris, Klincksieck, 1994, chap. vi, p. (...)

« Pour les fables païennes, une fille sera heureuse de les ignorer toute sa vie, à cause qu’elles sont impures et pleines d’absurdités impies 5. »

92 — Mais ce refus de faire de la femme une lectrice de romans correspond, dans cette utopie, à toute une conception de la féminité, au refus de lui accorder l’importance que le prisme amoureux du roman lui donne. Héroïne, la femme risque de se sentir l’égal de l’homme. Or Mme Des-Tianges, l’une des Gynographes le précise :

  • 6 G, p. 41.

« Les deux sexes ne sont […] pas égaux ; les égaler c’est les dénaturer. C’est pourtant le grand axiome de notre siècle. Ecoutez nos Célibataires, et les Péronèles […] : Les Femmes devraient avoir la même éducation que les Hommes, s’appliquer aux memes sciences ; elles ont autant de capacité, plûs de délicatesse, et mille autres fadaises. Il est si faux qu’il y ait une égalité physique entre les deux sexes, et qu’on doive établir l’égalité morale, que les déférences des Hommes, même les plus marquées, ne sont que l’annonce de notre infériorité ; c’est l’égard, la modération du Fort à l’égard du Faible 6. »

  • 7 G, p. 228.

10C’est donc un rapport de hiérarchie qu’établit Rétif entre l’homme et la femme, tout comme Fénelon et l’ensemble de la société ; et Rétif précise : « La raison des femmes reste toujours jeune […] celle d’un homme de seize ans 7. » Que les romans puissent laisser penser aux jeunes filles qu’elles sont en mesure d’imposer leur loi aux hommes au nom de l’amour est contre nature !

  • 8 G, p. 503.

113 — La nature même du sentiment amoureux, de l’vis de Rétif, est dévoyée par les romans : ils privilégient l’mour-passion. Or Le Gynographes affirment que la femme n’est pas capable d’un véritable amour : elle éprouve seulement « l’envie de plaire8 » auquel Rétif conserve la domination d’amour — sans doute parce que ce sentiment lui ressemble — mais qu’il fait suivre systématiquement d’un complément : il explique longuement que la femme ne peut trouver son bonheur et faire celui de son époux qu’en éprouvant pour lui ce qu’il nomme un « amour de soumission »

  • 9 G, p. 487.

« Une Femme qui aime sincèrement, et qui d’ailleurs est vraiment pénétrée des faiblesses et des infirmités de son sexe, n’a pas de plus grand plaisir que de s’abais et de s’humilier aux yeux de son Epous. Elle le regarde comme son Souverain, son Seigneur et son Maître 9. »

  • 10 G, Septième nouvelle, p. 269.

12Ici se trouve justifiée l’interdiction de lire des romans d’amour puisqu’ils proposent un modèle amoureux contraire aux principes du projet de réforme. La septième nouvelle des Gynographes met en scène un mariage qui n’est consenti « qu’après avoir purgé la passion […] de tout ce qu’elle avait de romanesque 10 ».

13Le « romanesque » est antinomique de la stabilité que cherche à construire ce projet de société utopique. La femme, faible de corps et d’esprit par nature, est donc interdite de toute lecture romanesque.

Une lectrice sous surveillance

14Mais, en dehors de ce principe d’interdiction qui frappe les lectures romanesques, rares sont les lectures autorisées que Rétif note soigneusement en suivant non seulement l’ordre chronologique des âges de la femme depuis son enfance jusqu’à sa vieillesse, mais aussi les différences sociales.

151 — Une constante se dégage : seuls les devoirs spécifiques d’un état peuvent engager une femme à lire, d’où une réglementation serrée.

  • 11 G, p. 85.

16Ce sont les filles d’artisans et de la bourgeoisie qui ont le plus de possibilités, mais une surveillance constante infantilise l’image de la lectrice : un système d’« Inspectrices de conduite publique », de Comités d’Anciennes au nombre de vingt quatre dans chaque Paroisse, eux mêmes placés sous le contrôle souverain de Vieillards, délivre un « certificat du Comité » autorisant l’apprentissage de la lecture qui leur est alors donné gratuitement par des « Maîtresses » ; toujours si le besoin s’en fait sentir, c’est-à-dire si elles ont à « tenir des Livres », elles pourront également apprendre à écrire. Ce sont les Anciennes qui choisiront les filles susceptibles « d’apprendre soit à lire, soit à écrire ; cette dangereuse permission devant être aussi difficilement accordée au second-sexe, qu’elle sera d’obligation pour le premier 11 ».

17Les articles du projet de règlement distinguent nettement la lecture de l’écriture, ce qui est fréquent à cette époque. Lorsque l’écriture n’a pas de finalité rigoureusement utilitaire, son emploi pernicieux est dénoncé :

  • 12 G, p. 86.

« Les Filles de condition et opulentes, n’aprendront jamais à écrire, sous quelque prétexte qu’on puisse alléguer ; si quelqu’une d’elles était convaincue d’avoir violé cette défense, elle sera punie sévèrement et dans le cas où une Demoiselle, ou une fille des autres classes aurait écrit à un Homme, par galanterie, elle subira une peine infamante, et sera enfermée aux Repenties 12. »

18Derrière ce refus de l’écriture, c’est tout simplement la hantise de la galanterie féminine qui se découvre ; hantise mise en scène par Molière dans son personnage d’Arnolphe.

  • 13 G, p. 86 (article xxxvi).

19La « Demoiselle », celle qui normalement a le plus de chance dans la société du xviiie siècle d’avoir accès aux livres, ne peut, dans ce Projet, que lire des « Ouvrages solides, et choisis par le Collège des Inspectrices, ausquelles cependant ils seront indiqués par une Assemblée d’Hommes vertueus, non ecclésiastiques, formée à cet effet et nommée l’Académie des mœurs13 ».

20Une double chape pèse donc sur la lectrice qui ne lui permet jamais d’exercer son libre-arbitre dans le choix de ses lectures.

  • 14 G, p. 102.

212 — Rétif ne précise pas quels sont ces « Ouvrages solides », mais il délimite le temps qui doit lui être accordé : une heure par jour après dîner sous les yeux maternels. Leur utilité consiste à apprendre aux filles à « parler correctement 14 » ; donc un usage essentiellement grammatical du texte qui rend agréable la conversation féminine.

22Il est certain que Rétif ne recommande pas les livres qui pourraient rendre dévotes les femmes ; au contraire, il s’en méfie. L’écart est ici remarquable avec un homme tel que Coménius qui, en plein xviie siècle, proposait à toute l’Europe un programme éducatif révolutionnaire en ce sens qu’il stipulait que garçons et filles de toutes les classes sociales aillent obligatoirement à l’école afin que leur intelligence s’éveille aux clartés de la Bible. Il était conscient de la nouveauté de son exigence :

  • 15 Coménius, La Grande Didactique (1627-1632), éd. B. Jolibert, M.-F. Bosquet-Frigout, D. Saget, Paris (...)

« Aucune raison ne justifie l’exclusion du sexe faible […] de l’étude […]. Les femmes sont aussi également à l’image de Dieu […] ; elles sont douées d’une intel vive et d’une aptitude à la connaissance égale, voire supérieure à la nôtre 15. »

  • 16 G, p. 130 (article lxxiii).

23De cette dignité féminine hautement chrétienne, il ne reste rien chez Rétif. Si la lecture de certains passages de l’Ancien Testament est solennellement pres au moment où la femme est reçue au rang des femmes dites « faites », c’est-à-dire au moment où son enfant atteint douze ans, elle ne se fait guère dans une atmosphère d’élévation spirituelle. Les Ecritures qui composent le « Livret […] mis sous les yeux de Mères-de-famille 16 » sont systématiquement choisies pour abattre toute trace de fierté féminine : sur seize pages (p. 130-146), elles exacerbent la noirceur de l’image féminine.

  • 17 G, p. 149.

24Cet « Imprimé » constitue sans doute le seul livre qu’elle possède avec un autre de la même trempe, distribué également par le Comité des Anciennes aux nouvelles mères. Il s’agit d’« un second livret, tiré de nos Ecritures sacrées, qui contiendra tous les Devoirs des Parens envers les Enfans, et réciproquement les devoirs de ceux-ci 17 ».

25Le livre, pour la femme, se résume donc essentiellement à deux anthologies composées de textes injonctifs susceptibles de guider sa conduite et de lui former une conscience morale en s’appuyant sur l’autorité sacrée du texte biblique. Le but de ces lectures n’est donc pas spirituel, mais social : elles soutiennent la volonté d’ordre patriarcal qui parcourt toute cette utopie programmatique.

263 — En dehors de l’aspect utilitaire de la lecture, tant grammatical que moral, ses qualités de divertissement ne sont pas niées, mais mesurées avec soin pour soutenir une éducation à l’art de plaire.

  • 18 G, p. 67 (pour l’ensemble des citations du paragraphe).

27Si l’article VI du règlement affirme que la lecture est préjudiciable lorsqu’elle est pratiquée de façon solitaire, l’article suivant la prévoit pour remplacer « la Danse et différens jeux d’exercice au grand air » lorsqu’il « fera mauvais ». Ces lectures dites « récréatives » peuvent être faites « tout-haut, par celle qui saura le mieux lire, dans un endroit tranquille, et où il n’y aura que celles qui goûteront ce genre de plaisir 18 ».

28L’image de la lectrice chez Rétif, n’offre donc pas la vision d’une femme solitaire penchée sur un livre en une sorte d’intimité, mais le spectacle d’une oratrice partageant avec ses compagnes une lecture divertissante. La lecture est incluse dans un ensemble de divertissements qui sont prévus dans une optique bien définie : contribuer à faire de la femme un être « agréable ».

29Car le programme mis au point par Rétif pour former la femme est l’œuvre d’un Pygmalion qui sculpte la femme idéale à ses yeux : si la lecture peut contribuer à son utilité et à sa gaîté, elle est la bienvenue, mais toujours dans les limites de la soumission où la femme est tenue.

La lectrice, une figure emblématique

30Car lecture et soumission risquent, selon Rétif, d’être antinomiques, et c’est en ce sens que la figure de la lectrice érigée par cette utopie programmatique, semble emblématique de la liberté que la société concède à la femme et même, tout simplement, de la liberté qu’une société s’accorde. La lecture représente pour la femme la possibilité d’accéder à une culture et donc à une liberté qui, infailliblement, dans la société rétivienne, va se heurter à la conception de la nature féminine réduite à sa destinée physiologique. Une femme vouée à la nature est-elle apte à devenir femme de culture, une femme libre dans sa pensée et son action ? Surtout, est-ce souhaitable ?

311 — On devine la réponse de Rétif ! S’il est un rêve chez cet utopiste, c’est bien celui d’une femme incapable de lire, c’est-à-dire d’une femme rendue à la nature. Et c’est en ce sens que la figure de la lectrice devient aussi représentative de l’opposition entre nature et culture que le xviiie siècle pose lorsqu’il s’interroge sur le statut de la féminité dans la société. L’homme incarne le pôle culturel et Rétif l’affirme hautement en faisant de la lecture une obligation pour lui, tandis que la femme doit incarner celui de la nature : son plus grand bonheur serait de n’avoir aucun savoir livresque. Aussi le commentaire du règlement revient-il sur l’article VI consacré aux « Etudes des Filles », et en arrive-t-il à cette conclusion :

  • 19 G, p. 183 (commentaire de l’art. vi).

« L’Article n’a pas été assez loin ; pour opérer parfaitement la réforme que voudraient les Gynographes, il faudrait que l’écriture et même la lecture, fussent interdites à toutes les Femmes ; ce serait le moyen de resserrer leurs idées, et de les circonscrire dans les soins utiles du ménage ; de leur inspirer du respect pour le premier-sexe, qui serait instruit de ces mêmes choses avec d’autant plus de soin, que le second-sexe serait plus négligé 19. »

32« L’écriture et même la lecture » sont rayées du programme d’éducation de la femme au nom du principe de la différenciation sexuelle qui est poussé à l’extrême. Entre le « premier-sexe » et le « second » la distance doit être la plus grande possible. Or la lecture, comme instrument privilégié de culture, contribue à établir cet écart tant intellectuellement que matériellement : l’absence de lecture circonscrit l’espace féminin à la maison et réduit la compétence féminine au ménage. Aussi ce même commentaire préconise-t-il « l’ignorance absolue » des femmes :

  • 20 G, p. 203 (commentaire de l’art. xliv).

« Si le principe de J.-J. Rousseau est vrai, que l’ignorance contribue au bonheur, ce n’est qu’à l’égard des Femmes ; leur ignorance absolue serait un bien réel ; elles seraient contentes, paisibles, avantages qui surpassent tous ceux qu’elles veulent se procurer par la science et les arts 20. »

33L’ignorance pour les femmes est donc gage de paix et de contentement tandis que l’étude, qui est le propre de l’homme, ne peut que déstabiliser ces êtres faibles de corps et d’esprit :

  • 21 G, p. 203.

« Que l’être actif, l’Homme, s’exerce, éprouve, sache, invente, s’élance au delà des bornes connues ; il a raison ; rien ne doit le retenir ; il n’a d’entraves ni physiques ni morales : La Femme au contraire ne peut faire ces mêmes choses sans une teinte de ridicule ; disons plus, sans une sorte d’indécence 21. »

342 — « Entraves physiques et morales », « ridicule », « indécence », par ces termes, Rétif entérine un point de vue largement partagé à son époque : pour la femme, l’accès au livre s’oppose à la préservation de sa vertu inhérente à sa destinée maternelle : en étant mère, une femme se réalise, c’est-à-dire réalise ce pourquoi elle est née au regard de la société. Rousseau, toujours au Livre V d’Emile, en a établi la théorie : pour la femme, l’accomplissement de sa nature physiologique est gage de vertu car son bonheur en découle spontanément ; nulle entrave, telle que la lecture qui pourrait lui insuffler d’autres désirs, ne doit s’y opposer. De plus, reprenant encore la théorie rousseauiste, Rétif insiste sur l’obligation morale pour une femme d’être vertueuse afin qu’elle puisse donner avec sûreté un héritier à son mari ; la forme sociale du patriarcat implique la nécessaire vertu de l’épouse. Or la lecture risque de perturber l’esprit naturellement instable d’une femme :

  • 22 G, p. 203.

« Eh ! pourquoi, pourquoi donc de prétendus philosophistes ont-ils aujourd’hui la perfidie de vouloir égarer ce sexe timide qu’ils devraient guider ? Nous ne savons ; mais il nous semble que leur but, en l’enlevant aux devoirs qui lui sont propres, est de lui ôter en même temps sa vertu 22. »

35Il semble donc qu’ouvrir son esprit à différents domaines de connaissances, c’est l’ouvrir au vice. Les femmes venant à acquérir les mêmes connaissances que l’homme, leur comportement en vient aussi à se calquer sur le leur, ce que ne peut tolérer Rétif parce que cela est contraire à l’ordre social tel qu’il le conçoit dans Les Gynographes : un patriarcat renforcé.

  • 23 H. J. Du Laurens, Imirce ou la Fille de la Nature (1676), éd. A. Rivara, Publications de l’Universi (...)
  • 24 F. Poullain de la Barre, De l’Education des dames pour la conduite de l’esprit dans les sciences et (...)
  • 25 Ibidem.

36Cette position qui relie étroitement la vertu à l’état naturel de la femme, et ici à une ignorance entretenue par l’absence de lecture, ne repose sur aucune théorie sensualiste telle que nous l’avons vue en action chez la lectrice libertine dans l’exposé de Marc-André Bernier, ou telle que l’abbé Du Laurens 23 l’expérimente à travers son personnage d’Imirce en mettant à la source de toutes ses idées l’expérience sensible. Aussi le point de vue rétivien entretient-il un conflit dont Les Gynographes sont bien la marque. Or ce conflit avait été résolu un siècle plus tôt par le christianisme de Coménius et ensuite par le cartésianisme de Poullain de la Barre. Ces deux auteurs estiment au contraire que l’instruction est source de vertu aussi bien pour les hommes que pour les femmes, alors que « la mollesse où la coûtume les [les femmes] réduit » ne peut aboutir qu’à des vices divers. Dès qu’une personne, précise encore Poullain, « se met à rechercher la vérité », elle « en reçoit […] une joye pure et entière, à laquelle le corps n’a presque point de part 24 ». Et il ajoute : « Comme les Dames aiment fort les plaisirs […] et que la connoissance de la vérité en donne de si grans, je leur conseillerois […] de la rechercher 25. »

37Pour Poullain comme pour Coménius, il n’existe pas de conflit entre nature féminine et aptitude à devenir une lectrice cultivée : la lecture affermit la raison et assure, en toute connaissance, la vertu souvent mise en échec par l’ignorance. Cependant, la clarté de leurs idées n’a pas modifié la doxa qui voit en la féminité un être de nature, faible et fragile, qu’il faut préserver en l’éloignant des dangers de la lecture parce qu’elle met en péril sa vertu au sens moral du terme.

383 — Mais à force de nature et de vertu, le Pygmalion en Rétif a-t-il réussi à animer véritablement son idéal féminin ? De quelle conscience sera douée sa femme si elle ne peut l’éclairer par la lecture puisque la statue rétivienne de la femme n’est pas animée du souffle sensualiste ?

  • 26 Emile, v, p. 518.
  • 27 E, V, p. 489.

39Rétif, à la différence de Rousseau, ne se pose pas la question ; Rousseau pensait que la conscience, « le plus éclairé des philosophes 26 », s’acquérait au seul contact du monde : « Le monde est le livre des femmes 27 », affirmait-il. Or, dans l’univers des Gynographes, que devient le livre du monde rousseauiste lorsqu’on sait que les femmes y sont « renfermées » dans leurs maisons et dans le monde clos de la compagnie féminine ? Peut-on alors avoir une conscience développée sans lecture ? Rétif n’envisage pas clairement le problème ou l’englobe dans l’image de Pygmalion qu’il confère au mari. L’homme insuffle un reflet de sa propre conscience à son épouse et pour cela, Rétif conseille de la choisir très jeune, tout comme l’Agnès d’Arnolphe, pour qu’elle soit plus malléable.

40Dans ces conditions, la lecture ou plutôt sa quasi absence, s’instaure en métaphore de l’étroitesse de la conscience que l’utopie rétivienne concède à la femme. Or cette étroitesse est elle-même à l’image de l’absence de liberté qui en résulte : refuser l’outil privilégié de l’ouverture de la conscience, n’est-ce pas refuser le statut d’individu libre à la femme ? Pour Rétif, cette absence de liberté découle de la nature féminine et constitue une évidence :

  • 28 G, p. 40.

« Le plus grand bien de l’homme, c’est la liberté ; mais ce n’est pas celui de la femme 28. »

41Que la moitié de la société se voit volontairement privée de conscience éclairée, a des conséquences sur son ensemble. Pour qui partage les points de vue de Coménius et Poullain de la Barre, cette quasi absence de lecture devient synonyme de liberté restreinte pour la société entière : la société utopique que Rétif construit dans Les Gynographes est parfaitement étouffante, pour la femme, c’est une évidence, mais pour l’homme également ; les Comités de surveillance qui réglementent la lecture s’insinuent au cœur de chaque famille :

  • 29 G, p. 156-157 (article lxxxiii).

« [Les] perquisitions [du Comité] seront chose sacrée, que nul ne pourra empê : ses jugements, seront respectés, et suivis d’une prompte exécution, après néanmoins qu’ils aient reçu le sceau du Comité des Vieillards ; ces derniers devront répondre en leur nom de la justice des ordonnances qu’ils auront autorisées 29. »

42Sous le contrôle de la lecture, se découvre la peur de la liberté : pour la femme d’abord parce que cet être qualifié de faible et donc aux tendances irrationnelles, risque de faire éclater la rigidité rationalisatrice de la construction sociale des Gynographes ; pour l’homme ensuite qui, par ricochet, n’a plus guère d’intimité dans sa vie familiale.

  • 30 Voir Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, t. ii, éd. P. Testud, Paris, Gallimard, La Pléiade, 19 (...)

43En fait, à travers la lecture, l’homme est atteint dans ce qu’il a de plus intime, sa relation amoureuse avec une femme : si, comme l’affirme Rétif dans Monsieur Nicolas30 le couple amoureux se forme selon un principe narcissique, peut-il se reconnaître dans un être privé de liberté, en particulier de la liberté de lire qui représente l’accès aux connaissances, à la compréhension du monde, au développement de l’esprit critique ? L’image renvoyée par une telle femme risque d’être fort terne, réductrice de sa personnalité et de l’amour même ; car l’éros est alors réduit au plaisir sensuel et à une morne solitude de l’esprit.

44Or si, dans un élan libertaire, certains hommes s’autorisent à introduire la femme dans le monde des livres, Rétif les condamne :

  • 31 G. p. 156-157 (article lxxxiii).

« Femmes, ô Femmes ! défiez-vous de tout Homme qui veut vous faire prendre nos occupations ; c’est un Séducteur, qui tâche de vous tirer des retranchemens où votre pudeur est en sureté 31. »

45La diabolisation de « tout Homme » qui inciterait la femme à se cultiver est révélatrice de la charge sulfureuse qui s’appesantit sur la figure de la lectrice et qui traduit un sentiment de peur : le livre est un instrument d’évasion contraire aux « retranchemens » de la « pudeur » et à la « sureté » où l’homme rétivien préfère tenir la femme. Ce « retranchemen » devient une véritable amputation qui rend boiteuse la société entière, et la « sureté » un emprisonnement pour toute la société.

46En définitive, Rétif refuse une figure de la lectrice qui incarnerait la liberté d’investir le monde culturel, de se forger un esprit critique et s’imposerait comme une libération au regard de sa destinée physiologique. Rétif n’admet pas les positions de Poullain de la Barre et de Coménius, et durcit celles de Fénelon et Rousseau. Il conçoit le bonheur de la société dans une différenciation sexuelle appuyée pour établir l’autorité de l’homme dans le prestige d’un savoir livresque et la soumission de la femme dans l’accomplissement de sa destinée maternelle. La féminité est alors dite préservée dans sa nature, modelée pour le plaisir de l’homme par ses attraits physiques et la douceur d’un caractère soumis. Le statut de lectrice ne lui est donc accordé qu’avec la plus grande réticence : en fait, une heureuse ignorance apparaît aux yeux de Rétif comme le plus grand bienfait qu’une société puisse concevoir pour le bonheur commun de sa population.

47Mais de quel bonheur s’agit-il ? Un bonheur d’où la liberté est absente ? Car la pesanteur du système de surveillance de la lecture démasque l’absence de liberté généralisée de cette utopie. D’autres sont allés jusqu’à brûler les livres !

48En excluant le féminin du monde livresque, le logos se veut l’apanage du masculin ; mais, de ce fait, il se prive partiellement de sa puissance érotique : l’éros s’affaiblit à ne pouvoir s’incarner que dans une féminité amputée de la puissance du logos, cette capacité à comprendre et à s’exprimer. La figure de la lectrice symbolise la tristesse de l’utopie rétivienne !

Bibliographie

Bibliographie

Coménius, La Grande Didactique (1627-1632), éd. B. Jolibert, M.-F. Bosquet-Frigout & D. Saget, Paris, Klincksieck, 1992.

Du Laurens H. J., Imirce ou la Fille de la Nature (1676), éd. A. Rivara, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1993.

Fénelon, Traité de l’Education des Filles, éd. B. Jolibert, Paris, Klincksieck, 1994.

Rétif de la Bretonne, Les Gynographes, Genève-Paris, Slatkine Reprints, 1988 ; Monsieur Nicolas, t. II, éd. P. Testud, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1989.

Poullain de la Barre F., De lEducation des dames pour la conduite de l’esprit dans les sciences et dans les mœurs (1674), éd. B. Magné, PU de Toulouse le Mirail, 1980.

Frigout-Bosquet M.-F., La femme, une utopie ? Ou le discours sur le féminin dans la littérature utopique française des xviie et xviiie siècles, thèse sous la direction de J.-M. Racault, Université de La Réunion, 1999.

Notes

1 Rétif de la Bretonne, Les Gynographes, Genève-Paris, Slatkine Reprints, 1988. L’orthographe de cette édition est respectée. Désormais, Les Gynographes seront abrégées par G.

2 G, p. 5-6.

3 G, p. 9.

4 G, p. 10-11.

5 Fénelon, Traité de l’Education des Filles, éd. B. Jolibert, Paris, Klincksieck, 1994, chap. vi, p. 57.

6 G, p. 41.

7 G, p. 228.

8 G, p. 503.

9 G, p. 487.

10 G, Septième nouvelle, p. 269.

11 G, p. 85.

12 G, p. 86.

13 G, p. 86 (article xxxvi).

14 G, p. 102.

15 Coménius, La Grande Didactique (1627-1632), éd. B. Jolibert, M.-F. Bosquet-Frigout, D. Saget, Paris, Klincksieck, 1992, p. 82.

16 G, p. 130 (article lxxiii).

17 G, p. 149.

18 G, p. 67 (pour l’ensemble des citations du paragraphe).

19 G, p. 183 (commentaire de l’art. vi).

20 G, p. 203 (commentaire de l’art. xliv).

21 G, p. 203.

22 G, p. 203.

23 H. J. Du Laurens, Imirce ou la Fille de la Nature (1676), éd. A. Rivara, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1993.

24 F. Poullain de la Barre, De l’Education des dames pour la conduite de l’esprit dans les sciences et dans les mœurs (1674), éd. B. Magné, PU de Toulouse le Mirail, 1980, p. 19.

25 Ibidem.

26 Emile, v, p. 518.

27 E, V, p. 489.

28 G, p. 40.

29 G, p. 156-157 (article lxxxiii).

30 Voir Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, t. ii, éd. P. Testud, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1989, p. 213, par exemple.

31 G. p. 156-157 (article lxxxiii).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540