Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Lectrices : éducation

Statut et représentation de la lectrice chez madame Leprince de Beaumont

Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Texte intégral

  • 1 Elle est née à Rouen en 1711 et morte en 1780. Elle entre dans la carrière littéraire par un roman, (...)
  • 2 Pour le Magasin des enfants, notre édition de travail est celle L. Duprat-Duverger, s. d. Paris, ab (...)
  • 3 Cet ouvrage paraît d’abord sous le titre d’Instructions pour les jeunes dames qui entrent dans le m (...)
  • 4 I. Nières, « Les Contes du Magasin des enfants », Actes du 2e colloque d’Aspe, « Ouvrages de dames, (...)
  • 5 G. Artigas-Menant, « La Vulgarisation scientifique dans Le Nouveau Magasin français de Mme Leprince (...)

1Aborder les textes pédagogiques de Mme Leprince de Beaumont sous l’angle de la lectrice, c’est soulever un certain nombre de problèmes liés au statut du magasin. L’œuvre de Mme Leprince de Beaumont s’inspire directement de son expérience d’enseignante en Angleterre (de 1748 à 1762 1). Elle-même se met en scène sous le nom de Bonne avec ses élèves, sous leur prénom ou sous des pseudonymes à valeur morale, à trois périodes cruciales de leur vie d’où trois gros volumes : le Magasin des enfants (1758) 2, le Magasin des Adolescentes… (1760), le Magasin des jeunes dames… (1772) 3 qui connaissent tous un immense succès jusque dans les années 1820. Les textes, conformément à la tradition, adoptent le genre du dialogue instructif. La lecture intervient à un premier niveau puisque Bonne et ses élèves lisent en dehors des cours et nourrissent les entretiens de leurs réflexions. D’autre part, les dialogues font une large place au récit. Bonne relate des contes dans le Magasin des enfants4, des nouvelles édifiantes dans le Magasin des adolescentes et enfin des anecdotes dans le dernier volume. Les jeunes filles elles-mêmes racontent tour à tour des fragments de l’Écriture sainte, ainsi que des petites histoires que Bonne leur a fait lire ou écrire. Enfin, à un dernier niveau, l’originalité du magasin est d’être un manuel unique comme l’indique le titre complet du premier volume Magasin des enfants ou Dialogues d’une sage gouvernante avec ses élèves de la première distinction, dans lesquels on fait penser, parler, agir les jeunes gens suivant le génie, le tempérament et les inclinations de chacun… on y donne un abrégé de l’histoire sacrée, de la fable, de la géographie, etc., le tout rempli de réflexions utiles et de contes moraux. Le magasin allie donc un enseignement disciplinaire vaste pour l’époque et pour le public féminin auquel il s’adresse (physique, biologie, anatomie, chimie, mathématiques… 5) et un enseignement moral fondé sur les Écritures.

2Dans cet ensemble à facettes, la lecture apparaît comme un moyen éducatif et culturel, un enjeu moral et social et les lectrices présentes dans le texte sont les reflets du lectorat, parents et enfants, auxquels s’adresse l’ouvrage, ce qui fait surgir au moins trois questions autour de la lectrice : pourquoi lire, que lire et que faire de ses lectures ?

Pourquoi lire ?

La lecture : un enjeu moral et social

3L’enseignement de Mme Leprince de Beaumont, en dépit de sa forme oralisée, fait une large part au livre et à la lecture. Un principe demeure intangible au fil des trois volumes : la nécessité du livre au sein du dispositif éducatif. Dans cette pédagogie si axée sur les âges, lire est d’abord une étape pour sortir de l’enfance. C’est ensuite la voie du savoir pour les femmes : « Oui, messieurs le tyrans, j’ai dessein de les tirer de cette ignorance crasse, à laquelle vous les avez condamnées […] Si je n’avais pas l’espoir de parvenir à cette fin, je renoncerais dès ce moment à écrire, à enseigner » (M. E., xii). Le programme s’accroît avec l’âge comme le montre cet extrait du Magasin des adolescentes : « histoire politique, ouvrages de philosophie, de religion, il faut donc les mettre en état de porter un jugement sûr par rapport à ce qu’elles lisent et leur apprendre à discerner le vrai du faux » (xxvi-xxvii).

4La lecture et ses comptes rendus occupent une place considérable. Ne faire que jouer est un déni d’éducation : « Lady Babiole […] sera une ignorante, une sotte toute sa vie : et quoiqu’elle ait de bonnes dispositions, elle restera dans la conversation comme une imbécile » (M. E.IV, 56). Quand la lecture est bien conduite dans ses choix comme dans son appréciation, loin d’être un risque, c’est un gain moral comme l’explique Bonne à ses élèves adolescentes : « On trouve dans les bons livres quantité d’exemples qui nous encouragent à la vertu, comme vous voyez que Lady Charlotte s’est aidée de l’exemple de Mademoiselle de Beaujolais pour réparer sa faute » (M.A., 45). C’est de plus un atout privé et social, le moyen, par exemple pour l’épouse, d’écouter son mari, de parler avec lui sans outrepasser la décence féminine et de le retenir chez lui.

5La lecture entre en symbiose avec la conversation raisonnée dans une stratégie éducative qui consiste à « faire des être pensants » (M. E., viii). Le but suprême est l’acquisition de la raison ou « esprit géométrique » (M. E., ix) qui, selon Mme Leprince de Beaumont, n’entre aucunement en conflit avec la religion.

  • 6 Mme Leprince de Beaumont critique notamment l’inadaptation des ouvrages de langue étrangère par rap (...)

6Parce que l’enjeu est de taille, Mme Leprince de Beaumont s’interroge sur la nature des ouvrage que l’on donne à lire aux enfants et sur l’inappétence de certains : « Le dégoût d’un grand nombre d’enfants pour la lecture vient de la nature des livres qu’on leur met entre les mains ; ils ne les comprennent pas et de là naît inévitablement l’ennui » (M. E., iv) 6. C’est pourquoi les corpus d’histoires racontées par Bonne et ses élèves au cours des entretiens tiennent étroitement compte des âges du public et varient au cours des trois volumes avec une constante valorisation du vrai au dépens de l’imagination (« cela sera bien plus joli qu’un conte de fées, car tout ce que je vous dirai sera vrai » M. E., XXIV, 25) tout en faisant état du plaisir de l’écoute. (après La Belle et la Bête, une élève déclare : « Je passerais une semaine à vous entendre sans m’ennuyer », M. E., V, 90).

Une lecture surveillée

  • 7 La prévention contre les romans et plus particulièrement les romans sentimentaux est une constante. (...)

7Cependant, il ne s’agit pas de lire à corps perdu. Dans la constellation actancielle dessinée par Bonne et ses écolières, on peut entrevoir une typologie des lectrices : la lectrice par nécessité (Bonne dont le corpus de lecture se justifie par son emploi : lire pour réécrire, pour conseiller et déconseiller), la lectrice par passion (Lady Spirituelle qui cristallise certaines critiques portant sur les modalités de lecture et les mauvais livres, relayée par les personnages de filles perdues qui apparaissent au fil des histoires 7), la bonne lectrice comme Lady Sensée (« j’étudie, parce que cela m’amuse et m’instruit ; et j’espère que cela me rendra bonne quand je serai grande » M. E., I, 29) ou Lady Lucie et les lectrices ordinaires.

  • 8 Mme Leprince de Beaumont file ainsi à plusieurs reprises la métaphore de la nourriture et de la dig (...)

8La question du juste équilibre revient à plusieurs reprises dans le texte et clôt l’avant-dernier dialogue du Magasin de enfants8. La discussion part de Mahomet dont l’influence, selon Bonne, s’explique par l’ignorance voulue de ses partisans (« tous les livres se bornaient à L’Alcoran » M. E., XXVIII, 131). Lady Spirituelle déplore l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie et la conversation roule alors sur le temps consacré à la lecture. Comme il est de règle, Bonne laisse s’exprimer ses élèves pour conclure : « J’avoue que c’est un défaut d’aimer la lecture avec cet excès ; mais, ma chère, c’en est un bien plus grand de ne point du tout aimer la lecture. C’est le défaut des sottes ; et si j’avais ce défaut, je me hâterais de m’en corriger ; et je le cacherais bien soigneusement, de peur que l’on me prît pour une stupide » (M. E., XXVIII, 133).

Que lire ? Le corpus de lectures

  • 9 Dans ce cas, le nom de l’auteur est précisé et Mme Leprince de Beaumont déplore que l’on n’ait pas (...)
  • 10 L’éloge de Marmontel et de ses Contes moraux est loin d’être unanime chez les auteurs pédagogues.
  • 11 Le genre théâtral n’apparaît qu’à travers le souvenir de représentations, donc lié à l’agencement d (...)

9Si valorisée que soit la lecture, on se doute qu’elle passe à travers des filtres. Le premier est celui du programme de lectures. La principale lecture dont la récitation occupe une part importante et immuable quelles que soient les circonstances ajoutées à la situation de dialogue est l’Histoire Sainte. Tour à tour, à chaque leçon, les élèves des trois volumes récitent une partie des Écritures en commençant par la Genèse dans le Magasin des enfants pour finir à la Passion du Christ dans le Magasin des jeunes dames. Seule l’Écriture sainte recueille les suffrages moraux et esthétiques de toutes alors que leur esprit critique s’exerce à l’égard des textes profanes. Bonne a lu tous les recueils de contes merveilleux comme elle le dit dans l’avertissement du Magasin des enfants, quoiqu’elle ne cite que ceux de Perrault (à qui elle emprunte le Conte des trois souhaits et l’intrigue du Prince spirituel dérivée de Riquet à la houppe), de Mme de Villeneuve (La Belle et la bête, La Jardinière de Vincennes9) et ceux de Thémiseul de Saint-Hyacinthe à qui elle prend Le Prince Tity. S’adressant aux adolescentes, elle cite Mme de Sévigné (XVIII, 39), Robinson Crusoé (X, 73). Devant les jeunes épouses, elle loue Marmontel 10 (83). Plus généralement, elle lit les romans avec une défiance constante vis-à-vis du genre, impur et dangereux parce qu’il ne revendique pas l’arsenal merveilleux identifiable du conte, tout en étant entaché de fabuleux à la différence de l’anecdote édifiante 11. Contrairement à Mme de Genlis, elle revendique une pratique d’autocensure dans ses lectures personnelles. Elle lit peu d’ouvrages de physique et de philosophie, car elle « n’aime pas chercher la vérité dans toutes sortes de livres » (M.A., XXXIII, 221). Cette attitude paradoxale trouve son explication dans la conviction religieuse de Mme Leprince de Beaumont. Dieu a mis suffisamment de lumières dans le cœur des hommes pour découvrir sa vérité. Personne n’est laissé de côté (ni les ignorants, ni les sauvages) dès que l’esprit est éveillé. Faire de chacun un être pensant est donc un devoir, qui conduit à la religion, jamais à l’inverse et le livre ne peut être qu’un auxiliaire : « autrement il faudrait dire qu’un homme qui ne saurait pas lire ou qui serait privé de l’usage des yeux et des oreilles serait un homme que Dieu aurait créé pour être le jouet de l’erreur et du mensonge » (M.A., XXXIII, 222-223). Il n’y a donc pas à proprement parler de livres dangereux, dès que la raison a été formée, tout au plus des livres inutiles.

  • 12 L’exemple le plus achevé se trouve à la fin d’Adèle et Théodore de Mme de Genlis avec le Plan de le (...)

10Que lisent alors les écolières de Bonne ? Hérodote, Rollin, Locke, Clarke, Fontenelle, The Spectator, The Adventurer, Les Causes célèbres… (Amsterdam, 1757) dont l’histoire de la marquise de Gange racontée dans le Magasin des adolescentes (X, 45-60), les fables de La Mothe. Lady Spirituelle lit plus que les autres, mais ses lectures restent extérieures au cours de Bonne. Non conseillées par Bonne, elles ne font pas l’objet d’une récitation, mais elles sont mentionnées et suscitent un commentaire favorable ou non qui fait office de liste, suivant cet usage répandu de la bibliothèque idéale, tel que vont la pratiquer un grand nombre d’auteurs pour la jeunesse 12.

11Un certain nombre d’ouvrages sont ainsi franchement déconseillés. Notons d’abord que toute lecture doit faire l’objet d’une autorisation. Le livre est donné par Bonne ou les parents des jeunes filles, Il en doit jamais être pris sans un avis éclairé. Il n’y a pas de lecture indépendante ou aventureuse. Mme Leprince de Beaumont déconseille ainsi le Coran dont Bonne a arrêté la lecture (« C’est un recueil de sentences et de prières sans aucun ordre ; j’en ai lu une partie, mais comme il m’ennuyait, je n’ai pas eu le courage de l’achever (M. E., XXVIII, 131), Candide que Bonne a fermé à la sixième page (M. J. D.,)les Lettres persanes à cause de l’apologie du suicide (M.A., XIII, 143), La Nouvelle Héloïse que Lady Lucie demande à Bonne de « purger » de toutes ses « sottises » (M. J. D., 82) et Richardson en général.

Que faire de ses lectures ?

Lire pour réécrire

  • 13 Voir J. Barchilon, Le Conte merveilleux français de 1690 à 1790, Paris, Champion, 1975 et Raymonde (...)
  • 14 Une des rares exceptions concerne La Jardinière de Vincennes de Mme de Villeneuve dont le titre n’e (...)

12Si la lecture est valorisée, c’est parce qu’elle s’intègre dans un projet éducatif qui demeure prioritaire, ce qui explique que le texte soit donné à lire sous la meilleure forme possible, quitte à passer par la réécriture. Mme Leprince de Beaumont donne l’exemple en la préconisant pour son propre ouvrage : « je conjure ici les personnes chargées du soin de l’éducation, de suppléer à ce qui manque à mon travail ; qu’elles réforment ce qu’elles trouveront obscur, qu’elles le traduisent, l’abrègent » (M. E., xxiii). Cette modestie, fréquente chez les auteurs de littérature pédagogique et plus particulièrement chez les femmes, alliée à un souci d’efficacité pratique, a des incidences sur le statut de l’auteur et du texte. Les contes merveilleux, largement connus au dix-huitième siècle par leur transcription, voire leur transformation littéraire 13, tout comme les anecdotes édifiantes qui circulent dans la mémoire collective avant de figurer dans d’innombrables recueils de nouvelles, traits de bienfaisance et autres morales en action, constituent une matière littéraire dans laquelle chacun puise librement. La conséquence est une intense intertextualité, une circulation très dense des textes et, on s’en doute, des questions hasardeuses d’attribution. Mme Leprince de Beaumont ne précise jamais ses sources 14. Lecture et écriture de seconde main sont des pratiques courantes. Conséquence pratique : les récits insérés, contes ou histoires, ne se distinguent pas toujours typographiquement du corps du texte. Tous sont annoncés dans le dialogue par des formules variées, type « Je vais vous raconter un joli conte que j’ai lu quelque part » (M. E., XIII, 61). Certains sont en plus précédés d’un titre, mais ils sont toujours rattachés au dialogue par un système d’annonce et une discussion finale.

  • 15 Bonne précise au début de Magasin des enfants la différence entre le conte et l’histoire : « Une hi (...)

13Le texte sacré récité par les élèves de Bonne et donné à lire aux jeunes lecteurs du Magasin est également amputé et simplifié dans son expression puisqu’il est dit par un enfant pour des enfants, comme les textes profanes, c’est-à-dire les contes, les fables et les histoires édifiantes de Bonne et de ses élèves qui procèdent également par réécriture. Les hésitations morales de Mme Leprince de Beaumont devant le genre du conte merveilleux et le corpus dont elle dispose se retrouvent tout au long du siècle chez la plupart des auteurs de littérature d’éducation et ses réserves annoncent celles de Mme de Genlis dans Les Veillées du château. La morale du conte merveilleux entre en conflit avec ses spécificités stylistiques (« le peu de morale qu’on y fait entrer est noyé sous un merveilleux ridicule » (M. E., vi), d’où la nécessité d’une réécriture pour aboutir à un conte rationalisé et moralisé 15. A l’univers du conte merveilleux, Mme Leprince de Beaumont emprunte ses signes les plus extérieurs d’identification. Au niveau des personnages, fées et enchanteurs se disputent le pouvoir auprès de rois et de reines en mal d’enfants, bergers et bergères, animaux mystérieux à la beauté ou à la laideur hyperbolique et symbolique. Les motifs et leur agencement appartiennent sans conteste à ce même univers : naissances, dons, souhaits, enlèvements, chasses aventureuses, demeures mystérieuses, rencontres avec des auxiliaires, substitution des vrais héros aux faux héros, mariages, batailles, héritages de royaumes. Tout l’univers du conte est là avec ses motifs doublés ou triplés, ses effets d’annonce à travers des oracles, ses intercesseurs et ses opposants. Les contes des Magasins peuvent donc plaire et figurer dans des recueils génériques ce que ne manquera pas d’exploiter ultérieurement l’édition. Pourtant, Mme Leprince de Beaumont retravaille le merveilleux traditionnel. Ainsi les personnages des contes des Magasins obéissent à la dichotomie traditionnelle entre bons et méchants, entre vice et vertu, mais cette opposition repose toujours sur un problème éducatif. Au méchant donné comme tel par le conte merveilleux, Mme Leprince de Beaumont substitue un contre-héros mal éduqué, retrouvant ainsi la distribution actancielle de la littérature d’éducation. L’éducation devient une donnée essentielle du texte. Elle y importe son personnel : fées, parents, précepteurs, courtisans et conseillers. Les péripéties du conte (les motifs chez Propp) deviennent les étapes progressives de la conversion. Les objets merveilleux, les talismans ne sont plus que les masques aisément décelables de métaphores lexicalisées de la vie morale. Un exemple suffira. La fée Candide donne au prince Chéri une bague merveilleuse « plus précieuse que tous les diamants : toutes les fois que vous ferez une mauvaise action, elle vous piquera le doigt » (M. E., III, 37). Le commentaire achève de mettre à plat ce nouveau merveilleux, si cela était nécessaire : « Bonne : mais je veux vous apprendre une chose, nous avons tous une bague comme celle-là. » (M. E., III, 53). Le merveilleux est non seulement réduit à un effet de langage, mais éliminé d’un certain nombre d’intrigues puisque les fées sont sans pouvoir sur l’éducation et qu’elles ne peuvent conférer magiquement les vertus que les héros doivent obtenir par leurs seuls mérites, ce qui donne cette poétique du conte, suivie par Bonne et ses élèves-auteurs : « Il me semble qu’il n’y a pas une seule circonstance inutile, et que tout y est propre à exciter la confiance en Dieu et l’amour de ses devoirs […] Voilà tout ce qu’on peut souhaiter dans un conte » (M.A.XVI, 249).

Lire pour édifier

14La lecture est assujettie à l’édification dans toutes ses modalités. On ne lit jamais seul dans la mesure où les livres sont prêtés par une tierce personne, qu’ils peuvent avoir été réécrits, qu’on lit souvent le même ouvrage à deux et jamais pour soi puisque le livre est discuté en groupe. Autrement dit, la lectrice idéale de Mme Leprince de Beaumont n’est jamais en tête-à-tête avec un texte. On ne lit pas non plus au hasard, car le catalogue de livres et le corpus de textes composés par les écolières entre dans un cheminement prévu par Mlle Bonne, proposé comme modèle aux lecteurs des Magasins. La disposition des textes insérés obéit non pas à une logique littéraire, mais à des impératifs moraux. De même que la stylistique adoptée sert à faire passer une leçon morale, le texte littéraire est conçu dans une visée utilitaire. Il vient illustrer et justifier le commentaire moral qui reste premier. Certes, Mme Leprince de Beaumont respecte en apparence une vraisemblance narrative. Mais c’est l’incident moral qui fait émerger le souvenir littéraire. Le texte inséré s’intègre dans une logique reconstituée après coup par Mme Leprince de Beaumont. Le scénario est même mis en œuvre dans le Magasin des jeunes dames. Bonne sauve Miss Molly du déshonneur grâce à l’intervention d’une de ses amies qui devra laisser sur sa table « comme par hasard » un extrait (64) qui s’adapte parfaitement à la situation de la jeune fille, ce qui autorise Bonne à dire que « vous seriez autorisée à croire que je l’ai fait extraire exprès » (78). Il faut voir là le triomphe d’une conception de la lecture, non pour le plaisir du texte, mais pour comprendre l’idée sous-jacente, pour s’appliquer la leçon dans une relation de proximité et d’identification à la fable.

15Les Magasins de Mme Leprince de Beaumont ne sont pas seulement le compte-rendu d’une expérience pédagogique, déjà originale par la personnalité de leur institutrice et par sa durée qui rencontre ce souci d’exhaustivité caractéristique des projets éducatifs du xviiie siècle soucieux de s’adresser à tous, en différenciant les âges et les groupes sociaux. Plus profondément, en devenant auteur, c’est-à-dire en donnant à lire son ouvrage, Mme Leprince de Beaumont passe d’une relation singulière (« Je ne fais qu’écrire mes conversations avec mes écolières » M.A., xxvi) à une analyse de pratiques et à une réflexion analytique (« L’éducation ne consiste ni dans l’acquisition, ni dans la culture des talents, ni dans l’arrangement extérieur » M.A., xiv). Ses choix éducatifs, ses méthodes d’entretien alternés, ses corpus anthologiques fondés sur l’invention ou sur la réécriture deviennent autant de modèles, voire de prescriptions qui s’intègrent dans la librairie pédagogique du siècle, en dessinant un parcours original, sujet à une longue postérité. Le programme de lectures, assez vaste au regard de certains autres, se comprend en fonction d’une éducation morale progressive imposée par une main cachée, celle de l’institutrice, qui donne à lire, fait écrire, conduit la discussion et dispose souvenirs et réflexions. Plus profondément, cette conception de la lecture invite à s’interroger sur les rapports entre littérature et morale, entre lecture et commentaire, entre création et médiation.

Notes

1 Elle est née à Rouen en 1711 et morte en 1780. Elle entre dans la carrière littéraire par un roman, en 1748, Le Triomphe de la vérité, qu’elle présente au roi de Pologne, puis elle part en Angleterre où elle se charge de l’éducation de plusieurs jeunes filles anglaises dont Sophie Carteret, petite-fille de Lady Pomphret, Louise North, Charlotte et Mary Hillsborough, filles de premier ministre et compose alors ses traités d’éducation. Son œuvre comprend environ 70 volumes : les Magasins, des ouvrages historiques, des romans, des manuels et des contes.

2 Pour le Magasin des enfants, notre édition de travail est celle L. Duprat-Duverger, s. d. Paris, abrégée en M. E. Pour le Magasin des adolescentes, abrégé en M.A., notre édition de travail est celle de 1760 publiée à Londres pour les parties I et II qui regroupent les seize premiers dialogues et l’édition de 1825 pour les parties III et IV pour les dix-sept dialogues suivants. Pour le Magasin des jeunes dames, abrégé en M. J. D., il s’agit de l’édition de 1764 (Londres, J. Nourse). A chaque fois, le grand chiffre romain indique le numéro du dialogue, le chiffre arabe la page (les petits chiffres romains renvoient aux pages des introductions).

3 Cet ouvrage paraît d’abord sous le titre d’Instructions pour les jeunes dames qui entrent dans le monde, se marient, leurs devoirs dans cet état et envers leurs enfants pour servir de suite au « Magasin des Adolescentes » (1764). Il existe également un Magasin des pauvres, artisans, domestiques et gens de la campagne daté de 1768.

4 I. Nières, « Les Contes du Magasin des enfants », Actes du 2e colloque d’Aspe, « Ouvrages de dames, miroirs de femmes : les contes », mai 1997, n° spécial 123 de la revue Nous voulons lire !, Médiathèque de Bordeaux, pp. 13-26.

5 G. Artigas-Menant, « La Vulgarisation scientifique dans Le Nouveau Magasin français de Mme Leprince de Beaumont », Revue d’histoire des Sciences, I, 1991, pp. 343-357.

6 Mme Leprince de Beaumont critique notamment l’inadaptation des ouvrages de langue étrangère par rapport à la tranche d’âge concernée, comme Gil Blas et Télémaque (M. E., iv).

7 La prévention contre les romans et plus particulièrement les romans sentimentaux est une constante. Elle trouve une application, non dans les aventures prêtées aux écolières de Bonne ce qui signerait l’échec de son entreprise éducative, mais dans des diatribes préventives, comme celle-ci contre Lady Frivole qui « l’esprit farci d’aventures amoureuse, [a] cru que tous les hommes devaient être épris de [ses] charmes » et se croit spirituelle en disant que « la vue d’une bibliothèque suffisait pour lui donner la migraine » (M.A., XVIII, 24-25) ou encore dans les récits insérés. L’Histoire de Fidelia parcourt ainsi l’ensemble des Dialogues XVII à XXIII du Magasin des adolescentes, preuve de sa longueur, de ses rebondissements narratifs et de sa propension à susciter la discussion. De John Hawkesworth, elle est publiée la première fois dans The Adventurer sous le titre « The Mischiefs of Superstition and Infidelity » (numéros 77-79 les mardi 31 juillet, samedi 4 août et mardi 7 août 1753), puis dans divers journaux et ouvrages (cf. Roger Pisapia, Bibliographie du conte moral, de Marmontel à madame de Genlis, thèse de doctorat de 3e cycle sous la direction de Henri Coulet, Aix-Marseille I, 1979) (renseignements donnés par Katherine Astbury, University d’Exeter).

8 Mme Leprince de Beaumont file ainsi à plusieurs reprises la métaphore de la nourriture et de la digestion (M. E., XXIII, 147).

9 Dans ce cas, le nom de l’auteur est précisé et Mme Leprince de Beaumont déplore que l’on n’ait pas rendu justice à l’ouvrage.

10 L’éloge de Marmontel et de ses Contes moraux est loin d’être unanime chez les auteurs pédagogues.

11 Le genre théâtral n’apparaît qu’à travers le souvenir de représentations, donc lié à l’agencement des spectacles contemporains qui juxtapose à la tragédie des petites pièces d’un comique bas (M.A., VIII, 20 et sq.). De toute façon, les tragédies montrent souvent « des sentiments bien opposés au christianisme », et les comédies comportent « bien des sottises » (M.A., XI, 81), jugement négatif confirmé par l’histoire de l’homme qui rêvait d’aller au spectacle à Londres et qui est fort déçu (M.A., VIII, 20 et sq.). Seul fait exception, on s’en doute, Racine, avec Athalie (« Miss Sophie fait l’éloge de Joas », (M.A., XIII, 143).

12 L’exemple le plus achevé se trouve à la fin d’Adèle et Théodore de Mme de Genlis avec le Plan de lectures d’Adèle.

13 Voir J. Barchilon, Le Conte merveilleux français de 1690 à 1790, Paris, Champion, 1975 et Raymonde Robert, Le Conte de fées littéraire en France de la fin du xviie à la fin du xviiie siècle, Presses universitaires de Nancy, 1981.

14 Une des rares exceptions concerne La Jardinière de Vincennes de Mme de Villeneuve dont le titre n’est pas donné, mais dont Bonne précise l’auteur (M. J. D.).

15 Bonne précise au début de Magasin des enfants la différence entre le conte et l’histoire : « Une histoire est une chose vraie ; et un conte est une chose fausse, qu’on écrit, qu’on raconte pour amuser les jeunes gens » (III, 34).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540