Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Lectrices : éducation

La lectrice est-elle toujours laide ou vieillissante ? Regards croisés de M. le Marquis de Lezay-Marnézia et de Mme Le Prince de Beaumont

Marianne Charrier-Vozel

Texte intégral

  • 1 Viala A. et Schmitt M.-P., Savoir-lire, Paris, 1982, p. 43.
  • 2 Van Dijk S., « Lire ou broder : deux occupations féminines dans l’œuvre de Mmes de Graffigny, Ricco (...)
  • 3 Mis de Lezay-Marnezia, Plan de lecture pour une jeune dame, Paris, chez Prault, 1784.
  • 4 Mme Le Prince De Beaumont, Le Magasin des enfants ou Dialogues entre une sage gouvernante et plusie (...)
  • 5 Magasin, ou Instructions pour les jeunes dames qui entrent dans le monde, se marient : leurs devoir (...)

1Dans Savoir-lire, Alain Viala et Michel-Pierre Schmitt soulignent que la lecture est « un acte social qui n’est pas idéologiquement neutre 1. » Etudier la figure de la lectrice sous l’Ancien Régime revient donc à s’interroger sur le rôle socio-économique de la femme et sur la part qu’elle prend dans la vie culturelle et intellectuelle de son temps. N’est-ce pas ce que S. Van Dijk montre dans son article « Lire ou broder : deux occupations féminines dans l’œuvre de Mmes de Graffigny, Riccoboni et de Charrière 2 ? » Nous proposons ainsi de comparer les situations de lecture et la motivation des lectrices aristocrates dans le Plan de lecture pour une jeune dame3 (1784) de M. le Marquis de Lezay-Marnézia et dans deux écrits pédagogiques de Mme Le Prince de Beaumont, le Magasin des enfants4 (1756) et le Magasin des adolescentes5 (1764). Ces textes présentent une problé commune révélatrice des préoccupations de l’époque : la lectrice est-elle toujours laide ou vieillissante, ou comment l’esprit vient aux filles ? En définitive, il semble que le véritable enjeu de la lecture au féminin soit celui de l’accès des femmes à l’écriture.

2Si la femme belle trouve sa place dans la société par le seul charme de ses traits, la femme laide ou vieillissante, en revanche, doit intéresser son entourage par son esprit, celui précisément que donnent les livres. Ainsi, M. le Marquis de Lezay-Marnézia rédige son plan de lecture afin d’aider les femmes qui entrent dans la maturité de l’âge :

  • 6 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 2

« Il est un temps, et c’est rapidement qu’il arrive, où les plaisirs suivent la jeunesse ; les succès, qui sont le prix de la beauté […] s’éclipsent, et ne laissent après eux que le vide du néant. […] Enseigner aux femmes à vieillir sans humeur et sans ennui, serait le plus grand service qu’on pourrait leur rendre 6. »

  • 7 Op. cit., p. 73.
  • 8 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des enfants, Vingt-sixième Dialogue, p. 375.

3La lecture évitera de se « jeter dans la dévotion », de se livrer aux intrigues et au jeu qui est une « âpre et triste passion des vieilles 7. » Dans le Vingt-sixième Dialogue du Magasin des enfants, Mlle Bonne raconte l’histoire de deux sœurs, Bellote et Laideronnette, que la nature a en apparence injustement rétribuées. Sachant qu’elle ne peut être aimée pour son aspect physique, Laideronnette s’est appliquée, dès l’enfance, à cultiver son esprit en lisant les livres de la bibliothèque de son père, plus sérieux que ceux qui figurent dans la bibliothèque de sa mère. Elle épouse un ministre de 45 ans à qui elle devient indispensable par la justesse de son discernement. Pendant ce temps, Belotte, dont la seule apparition suscite l’admiration de tous, fréquente les bals et se distrait aux spectacles. Elle épouse un jeune prince avec qui elle connaît un bonheur conjugal parfait jusqu’à l’âge de 30 ans. Mais les années passent et Belotte maigrit ; son mari la délaisse. Devant son désespoir, Laideronette invite Belotte à « cultiver son esprit […] ; il faut l’orner par la lecture et les réflexions 8. » Bellote suit si bien ses conseils que la philosophie la console de son malheur. Sereine, elle regrossit et séduit de nouveau son époux lors d’un bal masqué au cours duquel elle fait preuve d’une grande finesse d’esprit. Ce sont donc bien les livres qui permettent de compenser un physique disgracieux, comme en témoigne cet échange entre Lady Spirituelle et deux amies de son père :

  • 9 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des enfants, Premier Dialogue, p. 5.

« Où avez-vous pris votre esprit, qui vous rend aimables malgré votre visage ? Nous l’avons pris dans les livres, m’ont-elles répondu, en nous appliquant à nos leçons, quand nous étions jeunes 9. »

4Depuis cette rencontre, Lady Spirituelle lit toute la journée et délaisse ses poupées. Mais par excès de lectures, elle est devenue railleuse et moqueuse au point que son père préférerait qu’elle soit ignorante :

  • 10 Mme Le Prince de Beaumont, Ibidem, Deuxième Dialogue, p. 7.

« Je vous disais que je lisais beaucoup pour avoir de l’esprit et me faire admirer : eh bien, je ne veux plus lire ! Je vais vous raconter ce qui m’est arrivé ce matin : vous verrez que j’ai raison d’être fâchée contre mon esprit et contre mes livres qui me l’ont donné 10. »

5Dans le Vingt-troisième Dialogue, Lady Spirituelle utilise une métaphore culinaire afin d’évoquer une activité débridée :

  • 11 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., Vingt-troisième Dialogue, p. 324.

« Quand j’ai des livres, je suis comme une gourmande devant une bonne table ; je voudrais les lire tous à la fois ; je me dépêche : je les avale pour en lire d’autres 11. »

6Sa gouvernante, à la suite de son père, la met en garde :

  • 12 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., p. 325.

« Et comme le gourmand n’engraisse pas toujours et qu’au contraire il a souvent des indigestions, vous vous donnez des indigestions de lecture qui ne vous rendent pas plus savante. Il faut vous corriger de ce défaut, ma chère. Lady Sensée lit moins que vous, mais elle tire profit des ses lectures 12. »

7Car la femme est naturellement excessive et vaniteuse, comme le souligne Rétif de la Bretonne dans Les Gynographes ou idées de deux honnêtes-femmes sur un projet de règlement :

  • 13 Rétif de la Bretonne, Les Gynographes ou idées de deux honnêtes-femmes sur un projet de règle, A la (...)

« La jeune femme mettra en général la plus grande retenue dans toutes ses actions ; elle ne s’abandonnera jamais à d’indécents éclats de rire ; tous ses propos seront réservés 13. »

  • 14 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des enfants, Deuxième Dialogue, p. 8.

8La lectrice ne doit pas devenir une femme savante, orgueilleuse et imbue de sa personne. La lecture, encadrée et régulée par un pédagogue averti, la rendra « aimable, douce et vertueuse 14 », qualités qui feront le bonheur de son époux. Dans le Trente-troisième Dialogue, la fée Bienfaisante, à la demande de Crapaudine, répare les imperfections de la nature. Mais quelque temps plus tard, elle surprend les lamentations de la jeune fille assise à l’endroit même où elle l’avait vue pour la première fois :

  • 15 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des Enfants, Trente-troisième Dialogue, p. 509

« Au lieu d’un livre, elle tenait un miroir, et en considérant les ravages que la petite vérole venait de faire sur son visage, elle fondait en larmes 15. »

9Crapaudine, emportée comme Lady Spirituelle ou Belotte par la vanité, ne s’est consacrée, depuis la visite de la fée, qu’à des futilités comme la toilette et le spectacle ; son « esprit » tel une peau de chagrin, « s’est rétréci à force de bagatelles » :

  • 16 Mme Le Prince de Beaumont, Ibidem, p. 510

« Si je prends un livre, je baille, il me tombe des mains et je m’endors 16. »

  • 17 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., p. 511.

10La gouvernante constate donc que la « Providence lui avait refusé la beauté pour lui donner envie et loisir de cultiver son intelligence 17 ». La femme belle est, par conséquent, nécessairement sotte.

  • 18 Mme Le Prince de Beaumont, Ibidem, p. 426.
  • 19 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin ou Instructions pour les jeunes dames, t. 1, p. 126.
  • 20 Mme Le Prince de Beaumont, Ibidem. t. 1, p. 115.
  • 21 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., t. 4, p. 45.
  • 22 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., t. 4, p. 10.

11Pour M. le Marquis de Lezay-Marnézia, la lecture revêt une fonction essentiellement sociale, concurrente du bal, des spectacles et des conversations de salon. En revanche, Mme Le Prince de Beaumont rappelle qu’elle est également un enrichissement personnel ; c’est une activité réflexive par laquelle ses élèves s’instruisent pour se corriger, pour servir de modèle à leurs enfants, et se divertir 18. Dans le Magasin des enfants, tous les personnages féminins n’ont pas la « fureur de lire » comme Lady Spirituelle. Lady Frivole, animée par la passion du jeu, « n’aime ni le travail, ni la lecture 19. » A 12 ans, Lady Babiole, qui joue toujours à la poupée, annonce avec provocation à sa gouvernante que, plus tard, elle ne lira pas. Un débat l’oppose à Lady Spirituelle qui souhaite la convaincre de sa futilité. Le temps social confisque à la femme son identité. Lady Louise confie, dans la Deuxième Journée, avoir passé une demi-heure à « vider son esprit de la comédie et du bal 20. » Pour Crapaudine, le temps de la lecture marque un retour dans la sphère privée et la conquête d’une vérité intérieure : il est la condition du bonheur. Dans l’intimité, la lecture est concurrente de la musique, de la peinture, de l’ouvrage, et de la toilette. Mlle Bonne rapporte, dans un tableau évocateur, que la Présidente d’Ambrée s’en remet à ses femmes de chambre pour le choix de sa parure : « elles la taponnaient à leur fantaisie tandis qu’elle lisait un livre 21. » La narratrice explique la singularité de cette situation par un tempérament qui associe le caractère féminin « par le cœur » et le caractère masculin « par l’esprit 22. »

  • 23 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., t. 4, p. 105.
  • 24 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 65.
  • 25 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 7.

12La lecture au féminin est l’aliment de l’esprit chez M. Le Marquis de Lezay-Marnézia et chez Mme Le Prince de Beaumont. Elle n’est pas celui du jugement, qui consiste à « peser sur les objets pour les bien connaître, les examiner avant d’en parler et agir 23 » ; elle ne débouche donc pas sur l’action. Dans un effet de mise à l’abîme, le discours pédagogique élabore la figure idéale de la lectrice qu’il prétend accompagner dans son projet. M. le Marquis de Lezay-Marnézia et Mme le prince de Beaumont projettent sur la lectrice deux horizons d’attente. Le pre satisfait les exigences de la méditation ; le second alimente la sensibilité et la rêverie. M. le Marquis de Lezay-Marnézia imagine la lectrice « s’attendrir et sangloter sur la tombe de Clarice 24 » selon un mouvement conforme à la nature des femmes qui « analysent mieux le cœur humain et suivent mieux la marche des passions dans une conversation rapide et dans quelques pages rapidement tracées 25. »

  • 26 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 9.
  • 27 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 3.

13La rhétorique de la lecture définie par M. le Marquis de Lezay-Marnézia et Mme le Prince de Beaumont, élabore en filigrane, une certaine vision de la femme qui détermine son accès à l’écriture. Modeste, la lectrice doit se contenter de « faire valoir ses naturelles richesses », c’est-à-dire ses « vertus douces et paisibles, ses talents enchanteurs, son esprit et ses grâces 26 » qu’elle utilise afin de captiver son époux. « Charmer » est « son devoir 27. » Dans son essai, M. le Marquis de Lezay-Marnézia prépare la femme à acquérir « une élocution exacte, élégante », ce qui la prédispose à la littérature orale et au genre épistolaire. N’est-ce pas le sens de la remarque de Philippon de la Madeleine, dans son secrétaire :

  • 28 Philippon de la Madeleine, Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse, contenant toutes les instru (...)

« Les règles épistolaires doivent entrer dans l’instruction des demoiselles. En effet, si l’on excepte quelques femmes beaux esprits, qui peut-être feraient encore mieux de n’être que de bonnes femmes, les autres n’ont jamais composé que des lettres. La littérature proprement dite n’est pour elles qu’un objet de curiosité ; le style épistolaire est le seul qu’elles ne puissent ignorer sans inconvénient 28 » ?

  • 29 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 55.
  • 30 Mis de Lezay-Marnezia, op.cit., p. 71.
  • 31 Nous retrouvons ce topos de la femme bavarde mis en scène par l’abbé COYER, L’Année Merveilleuse, d (...)
  • 32 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 6.
  • 33 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des Enfants, Trente et Unième Dialogue, p. 468.

14M. le Marquis de Lezay-Marnézia apprécie le naturel de l’expression et la « molle négligence 29 » des lettres de Mme de Sévigné. Il conseille aux femmes de transformer leurs lectures en « une correspondance exacte et suivie » afin d’y trouver un nouvel intérêt. Mais cet échange sera établi avec un homme instruit afin de susciter « des réflexions solides, des pensées fines et de bons raisonne », « fondements d’une amitié tendre peut-être très préférable à l’amour 30. » La femme entretient un rapport privilégié avec l’oralité 31. Mme Le Prince de Beaumont et M. le Marquis de Lezay-Marnéza lui conseillent de lire les Mémoires car elles sont précisément « rapprochées du ton facile de la conversation 32. » Dans les contes, Mlle Bonne apporte un soin particulier à la lecture à haute voix qui transforme l’histoire en un « petit drame animé » dont les spectatrices voient et entendent les personnages 33. Dans le Trente et unième Dialogue, elle donne des conseils afin de procurer le plus grand plaisir à son auditoire. A ceux qui lui reprochent de négliger son style, Mlle Bonne oppose le plaisir de l’écriture et la satisfaction personnelle que lui procure son activité de conteuse. Mme le Prince de Beaumont, elle, répond avec ironie à ses détracteurs :

  • 34 Cité par Katlz B., dans Jeanne Marie Le Prince de Beaumont, Contes et autres écrits, Oxford, Voltai (...)

« Il serait inutile que je vous déguisasse mon sexe : la négligence de mon style aussi bien le peu d’arrangement que vous trouverez dans mon ouvrage, vous l’eût indiqué 34. »

  • 35 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 9.
  • 36 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 53.
  • 37 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 55.
  • 38 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 69.
  • 39 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 89.
  • 40 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin ou Instructions pour les jeunes dames, Douzième Journée, p. 2 (...)

15La rédaction, spontanée, suit les caprices de la plume. Dans le plan de lecture, M. le Marquis de Lezay-Marnézia souligne à propos des Lettres sur l’Education de Mme de Genlis, l’absence de « sécheresse didactique », et les attraits de la grâce. Il laisse aux hommes les « connaissances vastes et profondes, les vertus fortes et actives 35 » qui trouveront leur expression privilégiée dans la forme plus austère des traités et des essais. Le pédagogue souligne le talent de Mme de Lafayette, de Mme de Tencin, de Mme de Graffigny et de Mme Riccoboni dont les romans réunissent « les grâces et le sentiment 36. » C’est dans ce genre, à ses yeux, que les femmes connaîtront un succès auquel les hommes « voudraient en vain prétendre 37 » car elles excellent dans l’expression de l’imagination. Plus prudente que M. le Marquis de Lezay-Marnézia qui considère la Nouvelle Héloïse comme « une œuvre admirable 38 », Mme le Prince de Beaumont dénonce « une peinture sale et propre à exciter les passions 39. » Selon elle, le roman est un genre dangereux qui provoque la perte des jeunes lectrices inexpérimentées. Lors de la Douzième Journée, Mlle Bonne raconte comment un perfide Baron, répétant « mot à mot une scène dont les Romans modernes offrent des modèles 40 » séduisit la jeune Henriette. Mme Le Prince de Beaumont préfère la lecture d’ouvrages historiques et de l’Evangile, seul recueil qui peut être lu à livre ouvert, sans la tutelle d’une gouvernante ou du père.

16Au terme de cette étude, nous espérons avoir montré les véritables enjeux d’une problématique en apparence badine qui articule beauté, laideur et activité de lecture. La représentation de la figure de la lectrice sous l’Ancien Régime se fonde sur une image de la femme qui réunit l’imagination, la sensibilité et le goût de la conversation. Bien que le projet de Mme Le Prince de Beaumont s’inscrive dans un cadre traditionnel qui destine la femme à être une bonne épouse et une mère dévouée, la pédagogue exprime le bonheur que procure la lecture, enrichissement né d’une réflexion sur soi et sur le monde. Mais l’ultime enjeu que nous relevons est bien celui de l’inscription et de la place qu’occupe l’écriture féminine dans le champ littéraire de son temps : en associant la lecture à la conversation, M. le Marquis de Lezay-Marnézia et Mme le Prince de Beaumont désignent le genre épistolaire et la littérature orale comme l’expression privilégiée des femmes.

Notes

1 Viala A. et Schmitt M.-P., Savoir-lire, Paris, 1982, p. 43.

2 Van Dijk S., « Lire ou broder : deux occupations féminines dans l’œuvre de Mmes de Graffigny, Riccoboni et de Charrière », Herman J. et Pelckmans P., l’Epreuve du lecteur, livres et lectures dans le roman d’Ancien Régime, Louvain, Paris, Ed. Peeters, 1995, p. 351-360.

3 Mis de Lezay-Marnezia, Plan de lecture pour une jeune dame, Paris, chez Prault, 1784.

4 Mme Le Prince De Beaumont, Le Magasin des enfants ou Dialogues entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction, dans lesquels on fait penser, parler, agir les jeunes gens suivant le génie, le tempérament et les inclinations de chacun. : on s’applique autant à leur former le cœur que l’esprit, Paris, Garnier Frères, 1865, p. 375 [1ère édition : Londres, J. Haberkorn, 1756].

5 Magasin, ou Instructions pour les jeunes dames qui entrent dans le monde, se marient : leurs devoirs dans cet état, et envers leurs enfants. Pour servir de suite au Magasin des adolescentes, A Lyon, chez Pierre Bruyset-Ponthus, 1782, 4 tomes [1ère édition : Lyon et Paris, Desaint et Saillant, 1764].

6 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 2

7 Op. cit., p. 73.

8 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des enfants, Vingt-sixième Dialogue, p. 375.

9 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des enfants, Premier Dialogue, p. 5.

10 Mme Le Prince de Beaumont, Ibidem, Deuxième Dialogue, p. 7.

11 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., Vingt-troisième Dialogue, p. 324.

12 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., p. 325.

13 Rétif de la Bretonne, Les Gynographes ou idées de deux honnêtes-femmes sur un projet de règle, A la Haie, chez Gosse et Pinet, 1777.

14 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des enfants, Deuxième Dialogue, p. 8.

15 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des Enfants, Trente-troisième Dialogue, p. 509

16 Mme Le Prince de Beaumont, Ibidem, p. 510

17 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., p. 511.

18 Mme Le Prince de Beaumont, Ibidem, p. 426.

19 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin ou Instructions pour les jeunes dames, t. 1, p. 126.

20 Mme Le Prince de Beaumont, Ibidem. t. 1, p. 115.

21 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., t. 4, p. 45.

22 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., t. 4, p. 10.

23 Mme Le Prince de Beaumont, Ibid., t. 4, p. 105.

24 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 65.

25 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 7.

26 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 9.

27 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 3.

28 Philippon de la Madeleine, Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse, contenant toutes les instructions nécessaires sur les divers genres de correspondances et un grand nombre d’exemples puisés dans les meilleurs écrivains, Paris, Garnier, 17e édition, 1804, p. 5

29 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 55.

30 Mis de Lezay-Marnezia, op.cit., p. 71.

31 Nous retrouvons ce topos de la femme bavarde mis en scène par l’abbé COYER, L’Année Merveilleuse, dans Bagatelles Morales, Londres, chez Duschêne, 1748, p. 61.

32 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 6.

33 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin des Enfants, Trente et Unième Dialogue, p. 468.

34 Cité par Katlz B., dans Jeanne Marie Le Prince de Beaumont, Contes et autres écrits, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, p. 11.

35 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 9.

36 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 53.

37 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 55.

38 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 69.

39 Mis de Lezay-Marnezia, op. cit., p. 89.

40 Mme Le Prince de Beaumont, Le Magasin ou Instructions pour les jeunes dames, Douzième Journée, p. 274.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540