Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Lectrices : éducation

Pour ou contre la lecture. L’affrontement de la nature et de la culture dans l’éducation des filles

Marie-Laure Girou-Swiderski

Texte intégral

  • 1 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Garnier-Flammarion, 1966. C’est au début du livre V, intit (...)
  • 2 Mme Élie de Beaumont, Lettres du marquis de Roselle in Œuvres de MmeÉlie de Beaumont, de Mmede Genl (...)
  • 3 Mme de Charrière, Sainte Anne, édition établie, présentée et annotée par Yvette Went-Daoust, Rodopi (...)

1Est-il important qu’une femme apprenne à lire ? Deux ans après le succès de l’Émile1, dans Lettres du marquis de Roselle2 (1764) de Mme Élie de Beaumont, Mlle de Ferval prononce un vibrant plaidoyer en faveur du droit des femmes à la lecture. En 1799, Mme de Charrière publie un énigmatique petit roman, Sainte Anne3, où une protagoniste analphabète devient l’épouse du héros lettré qui l’a préférée à deux rivales instruites.

2Rien de plus opposé, au départ, que ces deux textes, où chaque romancière semble s’ingénier à pousser à l’extrême la position qu’elle adopte. A l’examen, pourtant, on remarque entre eux de curieuses concordances. Chaque texte soutient une thèse et met en place sa réfutation. Sur tous deux plane la grande ombre de Rousseau enfermant la femme dans une spécificité qui la destine à l’homme et la prive d’un destin individuel.

3Les romancières essayent de s’opposer à l’idée de « nature féminine », donné initial immuable. Elles contestent le lien obligé entre la condition et l’être de la femme. Elles montrent que la lecture voit son efficacité limitée par les contraintes de la condition féminine et les peurs de la société face aux appétits intellectuels des femmes. Telle qu’elle leur est permise, sa valeur est tributaire d’aptitudes que les femmes doivent développer par d’autres moyens. Ainsi, paradoxalement, la primauté de la « nature » que les deux textes voulaient réfuter se trouve finale réaffirmée.

4Chez Rousseau, Sophie apparaît quand est venu le temps de donner à Émile une compagne. Dans les deux œuvres retenues, c’est aussi au moment où un mariage est en vue qu’est soulevée la question de l’instruction féminine. Ste. Anne est immédiatement tombé amoureux. Dans les Lettres du marquis de Roselle, on pressent que le marquis va bientôt épouser Mlle de Ferval. Ce prélude à l’entrée dans l’institution du mariage suscite une interrogation angoissée : à quelles conditions, l’héroïne sera-t-elle une bonne épouse et une bonne mère ? Les deux textes, on va le voir, proposent à cette question des réponses opposées.

Sainte Anne (1799) ou l’inutilité de la lecture ?

5Cette œuvre surprenante semble le résultat d’une gageure : prouver qu’il est inutile de savoir lire pour devenir une bonne épouse.

  • 4 Telle est bien la graphie utilisée dans l’édition ci-dessus ainsi que dans Isabelle de Charrière, B (...)

6Ste. 4 Anne rentre d’exil en 1797, en âge de se marier. Au château familial il se trouve en présence de trois épouses possibles. Il est aussitôt charmé par l’analphabète, Mlle d’Estival. Ses rivales s’empressent de révéler : « Elle ne sait pas lire, figurez-vous qu’elle ne sait pas lire », croyant ainsi la disqualifier. C’est pourtant elle que le jeune homme épousera à la fin. Cette idylle servira de prétexte à une réflexion sur l’importance de l’instruction pour les jeunes filles. Les réponses à cette question seront multiples et divergentes, comme si Mme de Charrière cherchait à dérober au lecteur son opinion véritable.

7La découverte graduelle des qualités de Mlle d’Estival convainc qu’une femme n’a pas besoin de savoir lire pour être parfaite. L’héroïne est belle, intelligente, sensible. Elle est aussi gracieuse et aimable. Elle possède tous les dons qu’on peut désirer dans une future mère et épouse : elle sait soigner avec des simples, est sensible aux beautés de la nature et prend soin des animaux. Franche et spontanée, elle se méprend rarement sur la valeur réelle des êtres. Son langage est souvent fautif mais elle possède sur toutes sortes de sujets un savoir profond. Si elle ne lit pas la musique, elle possède la plus belle voix du monde. Situant l’action en Bretagne, la romancière se permet enfin de doter la jeune fille de certaines croyances superstitieuses qui heurtent la raison du héros, vrai fils des Lumières.

8L’absence d’instruction ou de fréquentation du couvent explique peut-être aussi qu’elle montre librement ses sentiments, en particulier le penchant que lui inspire d’emblée son cousin, Ste. Anne, à la différence de sa rivale malheureuse, Mlle de Rhedon qui les cache timidement.

9Mais Mlle d’Estival retient surtout par le mélange de lucidité, d’humilité et de respect de soi qu’elle manifeste face à son manque d’instruction. Elle le reconnaît, souligne elle-même ses carences sans pourtant se sentir inférieure ni minimiser ce qu’elle a appris.

10Ste. Anne est déjà amoureux quand il affirme l’inutilité de la lecture. Est-ce parti en faveur de sa bien aimée ou reflet de convictions profondes ? On l’ignore. Sommé par Mlle de Kerber de justifier son goût pour l’inculte Mlle d’Estival, il prend son interlocutrice à témoin : Les femmes lisent-elles pour se cultiver et apprendre à bien penser ; la lecture n’est-elle pas simplement un loisir futile qui n’améliore en rien leur culture et leurs capacités ? « Avez-vous lu une seule ligne qui en vaille la peine ? » lui demande-t-il. La cause semble donc entendue : Mlle d’Estival ne perd rien à ne pas savoir lire, les autres en faisant un si piètre usage.

11En fait, les choses sont moins simples. Les réponses de Ste. Anne aux questions de Mlle de Kerber le révèlent opposé aussi à l’instruction publique : à la question [voudriez-vous] « que les enfants des paysans, des villageois, n’apprissent plus à lire » il répond : « j’en serais bien aise. Cela ôterait à la liberté de la presse tout ce qu’on peut lui trouver d’inconvénients. » (SA, p. 37). Dans ce contexte, son opposition au savoir-lire des femmes se comprend autrement. D’autant qu’il affirme aimer les lectures sérieuses : Histoire, Classiques latins, qui effarouchent, bien entendu, ses interlocutrices.

  • 5 Rousseau avait écrit « elles doivent apprendre beaucoup de choses mais seulement celles qu’il leur (...)

12Plus tard, en réponse à une lettre de Mlle de Kerber qui lui donnait raison, Ste. Anne modifie encore la portée du débat. Émule de Rousseau, il exalte la supériorité de Mlle d’Estival : « elle a l’esprit plus net et la mémoire plus fidèle »., et surtout : « ignorant totalement beaucoup de choses, elle [sait] plus parfaite celles qu’il lui [a] été utile de savoir 5 ». Ce lui est l’occasion de dénoncer le peu d’efficacité de l’instruction traditionnelle. Selon lui, la plupart des lectures et des connaissances sont inutiles car elles n’aident pas à devenir meilleur, but ultime de l’éducation.

13Il poursuit en dénonçant les demi-savoirs et souhaite que la voie étroite de la science ne s’ouvre que pour ceux qui en sont vraiment dignes, réitérant pour conclure sa certitude de l’inutilité de la culture pour le plus grand nombre, à commencer par les femmes. A la fin du roman, fidèle à lui-même, Ste. Anne répète que peu lui chaut que sa femme apprenne ou non à lire, s’il réussit à la débarrasser de ses croyances superstitieuses.

14Grâce au personnage « naturel » de Mlle d’Estival, Mme de Charrière s’attache donc à prouver que si la lecture peut être utile aux femmes au plan social, l’essentiel de ce qu’elles doivent savoir ne leur vient pas des livres mais résulte d’un apprentissage dans lequel la mère et son amour, le monde et sa présence jouent un rôle plus déterminant que l’école ou le couvent.

  • 6 Sylvain Maréchal, Sur l’interdiction d’apprendre à lire aux filles, 1801, cité dans M. Albistur et (...)

15Mais la créatrice de la mère de Cécile et de Caliste des Lettres de Lausanne pouvait-elle s’en tenir à cette position, au moment où un Sylvain Maréchal allait bientôt envisager sérieusement de priver les femmes du droit à la lecture 6 ?

16En s’interrogeant plus largement sur la culture, Mme de Charrière peut remet en cause son utilité pour les deux sexes. Les échanges du début entre Ste. Anne et Mlle de Kerber seront suivis de deux discussions entre hommes déplorant le peu d’efficacité morale de la littérature et l’indigence particulière de l’inspiration contemporaine.

17Ces remises en question successives estompent l’argument initial : l’utilité de la lecture pour les femmes. Mme de Charrière brouille encore davantage les pistes en introduisant des contrepoints ironiques.

18Les lettres jouent un rôle décisif dans la vie amoureuse de Ste. Anne. S’il écrit à Mlle de Rhedon et à Mlle de Kerber, c’est d’abord pour s’en faire des alliées qui plaideront en faveur de Mlle d’Estival Il a tant loué celle-ci dans ses lettres à Tonquedec que ce dernier arrive, décidé à l’épouser. Et lui qui ne voulait pas que le peuple sût lire verra son mariage sauvé in extremis par la lettre de son fidèle valet à Mlle d’Estival. Quelle chance que Mlle de Rhedon sache lire ! Et qu’elle soit assez généreuse, en outre, pour communiquer la lettre à Tonquedec qui, renonçant à Mlle d’Estival, la demande alors en mariage ! En faisant dépendre le bonheur de Ste. Anne de la lecture d’une lettre par une jeune fille, Mme de Charrière ridiculise les positions trop catégoriques du jeune homme.

19Les mariages hâtifs du dénouement accentuent l’ambiguïté de l’œuvre en prouvant qu’être instruite ne vous fait pas plus apprécier des prétendants. L’union de Ste. Anne et de Mlle d’Estival, épris au premier regard, relève du conte de fées. Les autres jeunes femmes, elles, trouvent preneur dans des unions de convenance dont la réussite paraît douteuse. Pourtant, Mme de Charrière s’est ingéniée à les peindre aussi parfaites que leur rivale inculte.

20La maîtrise de la lecture paraît donc un mauvais critère des qualités des prota qui ne sont pas tributaires de la culture ou de son absence. Ainsi Mlle de Rhedon utilise son savoir pour faire le bonheur de sa rivale. Et l’indépendance d’esprit de Mlle de Kerber ne l’empêche pas de travailler au bonheur de Mlle de Rhedon.

21Mme de Charrière redouble la leçon en montrant les deux mères, également opposées, bien que pour des motifs inverses, au choix amoureux de leur enfant. Que l’une sache lire et l’autre non ne change pas le fait qu’elles se soucient plus de leur propre bien-être que du bonheur de l’enfant unique qu’elles disent aimer.

  • 7 Contrairement à ce qu’affirme J. Letzer : Mlle d’Estival « repeatedly asks Sainte-Anne to teach her (...)

22La leçon finale, d’un réalisme nuancé suggère que c’est dans la vie et pas dans les livres qu’on apprend à être généreuse ou sociable. Dans les conditions où la lecture est alors permise aux femmes, leur progrès intellectuel ne saurait dépendre de la seule culture, dont Mme de Charrière souligne l’insuffisance pour les hommes aussi. Mlle de Kerber avait reconnu que les lectures ne modifient pas vraiment le caractère des lecteurs ; Mlle d’Estival demande à Ste. Anne : « Voulez-vous l’hiver prochain m’apprendre à lire 7 ? » ; mais, ajoute-t-elle, « jusqu’à l’hiver, je me passerai bien de lire ; j’aime mieux me promener pendant la belle saison et m’occuper en automne de la récolte des fruits ». (SA, p. 34)

23Plus que savoir lire, ce qui compte, c’est de savoir penser. Comme l’affirmait Ste. Anne dans sa lettre à Mlle de Kerber : « Il ne s’agit que d’être ce qu’on peut être de mieux pour soi et les autres, n’importe […] si c’est de lire ou de réfléchir, de lire ou de voir et d’entendre. » (SA, p. 48). Et, pour ce faire, comme l’œuvre le suggère aussi, peu importe à quel sexe on appartient.

Les lettres du marquis de Roselle : utilité et bonheur de la lecture

24Le roman épistolaire de Mme Élie de Beaumont relate le sauvetage moral du riche et vertueux marquis de Roselle que la courtisane Leonor tentait d’entraîner dans une mésalliance. Il épousera finalement Mlle de Ferval, la jeune fille qui, provoquée par son frère, va défendre brillamment le droit des femmes à la lecture et à l’instruction. Sainte-Anne s’ouvrait sur l’exclamation : «  elle ne sait pas lire » ; cette fois, le débat entre frère et sœur n’intervient qu’aux deux tiers du roman (lettre 103), au moment où l’idylle entre Mlle de Ferval et le marquis se précise.

  • 8 Mme de Charrière, Caliste ou Lettres de Lausanne (sic), Des femmes, 1979, Cinquième lettre, p. 42.
  • 9 Dans ces deux cas, les pères ne sont jamais mentionnés, à la différence des Lettres neuchâteloises, (...)

25Depuis la Nouvelle-Héloïse, le thème de l’éducation féminine donne lieu, dans les romans surtout féminins, aux exposés pédagogiques de mères émules de Julie. Dans les Lettres de Lausanne8, la mère de Cécile évoquait pour sa cousine l’éducation toute pragmatique qu’elle avait dispensée à sa fille. De même ici, Mme de Ferval détaille minutieusement son programme éducatif 9 dans la lettre 97.

26Il est très rare par contre qu’on donne aux jeunes filles l’occasion de s’exprimer sur ce sujet qui les intéresse au premier chef. Et Mlle de Ferval va se démarquer encore davantage en abordant le sujet autrement : déjà éduquée, elle s’intéresse ici à la lecture en tant qu’instrument d’une formation que les femmes pourront poursuivre seules. On comprend que de telles vues ne puissent être soutenues qu’en privé. Aussi la discussion a-t-elle lieu dans la maison familiale, en présence de Mme de Ferval, Mme de Narton et Roselle, le futur prétendant.

  • 10 Ferval résume ici les principales objections de Rousseau contre l’instruction des filles, op. cit., (...)

27Ferval, le frère, joue les provocateurs : « rien n’est plus inutile que l’étude pour les femmes » affirme-t-il, « les sciences […] nuisent à leurs agréments et leur font négliger leurs devoirs 10 » et il conclut, sentencieux : « une femme lettrée est un être insupportable » (MR, p. 149). Pour lui répondre, encouragée par le marquis, Mlle de Ferval se place d’abord modestement sous l’égide de sa mère qui les a toujours poussées, dit-elle, à se fier à la raison. Forte de cet appui et sans oublier pour autant la Nature, elle osera défendre pied à pied le droit des femmes au bonheur d’apprendre.

28L’instruction, rappelle-t-elle, vise à se former l’esprit par la lecture et la réflexion. Il est donc essentiel qu’une femme apprenne à penser, « car cela s’apprend » remarque-t-elle. « Où […] ? dans de bons livres » (ibid., p. 151). Au nombre de ceux-ci, l’Histoire, choix traditionnel des pédagogues, de Mme de Maintenon à Fleury. Pour ne pas fournir d’armes à son frère, elle ne parle pas des romans ; on sait pourtant que sa mère lui a fait lire Clarisse ; Sophie avait bien lu Télémaque !

  • 11 Cf. le beau livre de Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Les éditions du (...)

29Bien sûr, nombre de ses arguments se font l’écho des positions traditionnelles sur la question : c’est pour autrui essentiellement qu’une femme se doit d’être instruite, pour le mari qui aura une compagne plus agréable, pour les enfants qui auront une meilleure mère, et surtout pour la société tout entière qui n’aura pas à craindre son dévergondage. On retrouve ici la notion de la lecture-préservatif. Lire vaut mieux que médire en société, être coquette, joueuse ou dévergondée. La raison principale pour enseigner la lecture aux fillettes fut longtemps de leur fournir un moyen de faire leur salut et d’éviter les tentations 11. Pas question pourtant, Mlle de Ferval y insiste, qu’une femme puisse s’adonner au plaisir de la lecture tant qu’elle ne s’est pas acquittée de tous ses devoirs.

  • 12 On aura noté cette formule remarquable dans sa discrétion.
  • 13 Ainsi, dans ses Avis à sa fille, Mme de Lambert reprend la formule, déjà présente chez Fénelon et F (...)

30Mais, demande-t-elle, ses devoirs étant remplis, « une femme, rendue à elle-même 12 ne peut-elle cultiver son esprit ? » ; « pourquoi nous sevrer du plus innocent des plaisirs ? » (MR, p. 152-153). Dotées, elles aussi, de raison, les femmes peuvent apprendre. S’instruire répond, chez elles aussi, à un besoin personnel qu’il faut satisfaire. Et d’ailleurs, il y a du plaisir à savoir. Forte de cette certitude, audacieuse pour l’époque, Mlle de Ferval s’oppose catégoriquement à l’injonction constante des éducateurs 13, que son frère rappelle en ces termes : « elles cacheront leurs connaissances et il n’en sera jamais question dans leurs discours ». Elle rétorque aussitôt : « je n’aurais point la petitesse de feindre une ignorance hon » (MR, p. 154). Quand son frère souligne qu’elle paraîtra pédante et humiliera par son savoir celles qui ne savent rien, elle réplique vivement : « Tant pis pour celles qui s’en trouvent humiliées, qu’elles [les] apprennent ou qu’elles aient moins d’orgueil » (ibid.).

  • 14 Cf. Rousseau, op. cit., p. 474 : « prenez le parti de les élever comme des hommes ; […] Plus elles (...)

31L’efficacité de son plaidoyer provient d’une conviction intime : elle refuse une spécificité définie par la soumission entière de la femme à sa « nature ». À partir du constat initial : « la nature lui a donné, comme à l’homme, une raison susceptible de perfection et de culture » (MR, p. 150), elle compare constamment les deux sexes. Quand son frère veut interdire l’Histoire aux femmes, sous prétexte qu’elles n’auront jamais d’états à gouverner, elle répond : « en aurez-vous davantage vous-même ? » (MR, p. 151). Quand, à court d’arguments, son frère l’accuse finalement de vouloir « se faire homme 14 » : « je ne cherche […] point du tout, réplique-t-elle, à empiéter sur les droits du vôtre (sexe). » Elle souhaite simplement, souligne-t-elle, que les femmes « soient instruites » pour que « les hommes daignent les compter au nombre des êtres pensants et raisonnables » (MR, p. 155).

32Victorieuse, Mlle de Ferval abandonne pourtant le débat : « il me semble, que notre dispute a pris un tour bien sérieux. » remarque-t-elle simplement, « en souriant ».

33Dans sa présentation, déjà, la sage Mme de Narton avait ramené à une « petite dispute » un affrontement qui remplit pourtant sept pages de sa lettre. Selon elle, l’intérêt principal du débat fut de mettre en valeur « les agréments et les charmes » de Mlle de Ferval dont « la beauté paraissait s’embellir de sa raison et de sa sagesse ».

34Le dénouement anodin ramène la dispute à une scène où l’intelligence et le talent polémique de Mlle de Ferval ont prouvé l’excellence de son éducation qui lui a appris, entre autres… à rester à sa place. Il ne saurait s’agir d’un débat susceptible de modifier l’ordre des choses dont Mme de Ferval et Mme de Narton ne cessent, au contraire, de rappeler les contraintes. Elles suggèrent, entre autres, que les femmes ne peuvent étudier les sciences. Mlle de Ferval souligne au contraire que quelques-unes y ont réussi et que la plupart en sont empêchées, non par la faiblesse de leurs organes (sic), mais par la multiplicité de leurs devoirs.

35Ferval avoue qu’il a puisé ses critiques dans Rousseau : « rendons hommage aux talents des écrivains célèbres », concède Mlle de Ferval qui s’empresse d’ajouter : « qu’il nous soit permis de discuter leurs opinions et de ne céder qu’à la raison » (MR, p. 155).

36Les réticences de l’époque devant l’indépendance d’esprit des femmes expliquent l’ambivalence du texte. Les appréhensions de Mme Élie de Beaumont l’ont d’ailleurs poussée à mettre en place une véritable « captatio benevolentiae ». L’instruction soignée de Mlle de Ferval, son goût de l’étude sont connus avant qu’elle parle. Sa profonde générosité aussi : pour libérer son frère d’une dette, elle a sacrifié en secret de précieuses boucles d’oreille. Par contre, détail plus ambigu, la discussion s’est ouverte sur la mention que Mlle de Ferval a appris seule l’italien, cette langue redoutée des éducateurs parce que trop propice à l’expression de la passion. Et sa mère a avoué de surcroît qu’elle avait même dû brimer un temps son goût excessif de la lecture. Aussi sera-ce bien seulement à condition que la scène n’ait aucun impact sur la suite de l’histoire que la jeune fille se trouvera chargée de dénoncer audacieusement les vues de son temps sur l’instruction féminine, telles que Rousseau venait de les exposer dans Émile.

37Comparée à leur audace initiale, la portée finale des deux textes déçoit, du fait des ambiguïtés qu’ils entretiennent. Certes la jeune analphabète a séduit le lettré, mais elle va maintenant apprendre à lire bien que son mari n’ait pas changé d’opi sur la superfluité de ce talent pour les deux sexes et surtout pour les dames.

38L’avocate enflammée du plaisir d’apprendre ne s’est exprimée qu’en privé, devant un auditoire déjà gagné à sa cause. Ayant réduit son frère a quia, elle a vite battu en retraite et les propos lénifiants de la mère admirable et de la mentor de l’œuvre se sont chargés d’amoindrir encore la portée du débat.

39Les deux romans peignent des femmes remarquables mais les prises de position théoriques sur cette question qui les concerne au premier chef restent l’apanage des hommes.

  • 15 Histoire des Femmes en Occident, t. iii (xvi-xviiie siècles), sous la direction de Natalie Zemon Da (...)

40Une même audace unit pourtant les deux romancières : malgré le succès de Rousseau, elles refusent l’idée d’une spécificité féminine qui justifierait les contraintes pesant sur les femmes et soulignent au contraire que l’appétit de savoir et le désir de penser par soi-même sont communs aux deux sexes. A leur conviction hardie fait écho cette remarque de la récente Histoire des Femmes : « tant que le principe de l’égalité des sexes reste une chimère, […] l’accès des femmes à la connaissance demeure entravé 15. »

41En même temps ces textes, comme nombre d’écrits pédagogiques féminins de la même époque, mettent en évidence la dureté du sort féminin : poids écrasant des devoirs, déni d’une identité propre et dépendance à l’égard des attentes sociales. C’est à cela qu’il faut préparer les jeunes filles. Sans souscrire au pessimisme méfiant de Rousseau, les deux romancières montrent que les mères aimantes, analphabètes ou lettrées, sont les mentors désignés des futures femmes. Qu’elles lisent des livres ou le grand livre du monde, c’est là qu’elles apprendront à penser par elles-mêmes et à conquérir la parcelle d’autonomie que leur consent leur difficile condition. Le problème ne tient donc pas tant à la « nature » féminine qu’à la fonction sociale qui s’y trouve attachée. Tant que leur destin obligé reste le mariage, la question des bienfaits de l’instruction pour les femmes elles-mêmes reste piégée.

42La lecture n’est donc pas une panacée : elle n’a pas de valeur en soi mais seulement par l’usage qu’il est possible d’en faire ; aussi l’instruction, si tous y ont droit, devrait-elle du moins se mériter comme un privilège par l’effort de progrès personnel qui l’accompagnerait.

Bibliographie

Bibliographie

Letzer J., Intellectual Tackling : Questions of Education in the Works of Isabelle de Charrière, Rodopi, 1998.

Sonnet M., L’éducation des filles au temps des Lumières, éditions du Cerf, 1987.

Notes

1 J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Garnier-Flammarion, 1966. C’est au début du livre V, intitulé Sophie ou la femme, que Rousseau traite de l’éducation féminine, surtout p. 455-511.

2 Mme Élie de Beaumont, Lettres du marquis de Roselle in Œuvres de Mme Élie de Beaumont, de Mme de Genlis, de Fiévée et de Mme de Duras, Bibliothèque amusante, Garnier frères, 1865, p. 3-216. Toute citation de ce texte sera suivie de l’indication suivante, entre parenthèses : (MR, p. x).

3 Mme de Charrière, Sainte Anne, édition établie, présentée et annotée par Yvette Went-Daoust, Rodopi, 1998. Toute citation de ce texte sera suivie de l’indication suivante : (SA, p. x).

4 Telle est bien la graphie utilisée dans l’édition ci-dessus ainsi que dans Isabelle de Charrière, Belle de Zuylen, Œuvres complètes, IX, Slatkine, Genève, 1979.

5 Rousseau avait écrit « elles doivent apprendre beaucoup de choses mais seulement celles qu’il leur convient de savoir », op. cit., p. 474 (nous soulignons). On aura noté la différence de « convenir » à « être utile ». Voir J. Letzer, Intellectual tacking : Questions of education in the works of Isabelle de Charrière, Rodopi, 1998, p. 149.

6 Sylvain Maréchal, Sur l’interdiction d’apprendre à lire aux filles, 1801, cité dans M. Albistur et D. Armogathe, Histoire du féminisme français, Éditions des Femmes, Paris, 1977, p. 235.

7 Contrairement à ce qu’affirme J. Letzer : Mlle d’Estival « repeatedly asks Sainte-Anne to teach her how to read and write » (op. cit., p. 150, n. 54) (nous soulignons), après cette première demande, Mlle d’Estival n’en reparlera que lorsque la lettre d’Henfrey l’aura convaincue de l’importance de savoir lire : « A l’avenir pourtant il me serait plus agréable de savoir lire et vous m’apprendrez, vous me l’avez promis ; » (SA, p. 111).

8 Mme de Charrière, Caliste ou Lettres de Lausanne (sic), Des femmes, 1979, Cinquième lettre, p. 42.

9 Dans ces deux cas, les pères ne sont jamais mentionnés, à la différence des Lettres neuchâteloises, où M. de la Prise semble avoir joué un rôle dans l’éducation non-conformiste de Marianne.

10 Ferval résume ici les principales objections de Rousseau contre l’instruction des filles, op. cit., p. 474.

11 Cf. le beau livre de Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Les éditions du Cerf, Paris, 1987. En particulier, au début du chap. VI, « Sortir de l’école, entrer dans la vie, Les finalités morales et sociales de l’éducation des filles », p. 263-270.

12 On aura noté cette formule remarquable dans sa discrétion.

13 Ainsi, dans ses Avis à sa fille, Mme de Lambert reprend la formule, déjà présente chez Fénelon et Fleury  : « Songez que les filles doivent avoir sur les Sciences une pudeur presque aussi ten que sur les vices. » in Œuvres de Mme la marquise de Lambert, Amsterdam, 1747, p. 82-83.

14 Cf. Rousseau, op. cit., p. 474 : « prenez le parti de les élever comme des hommes ; […] Plus elles voudront leur ressembler, moins elles les gouverneront ».

15 Histoire des Femmes en Occident, t. iii (xvi-xviiie siècles), sous la direction de Natalie Zemon Davis et Arlette Farge, Plon, Paris, 1991, p. 139.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540