Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Lectrices : éducation

Lectures pour adolescentes et leurs paradoxes au dix-huitième siècle

Nadine Bérenguier

Texte intégral

  • 1 Constant Paule, Un monde à l’usage des demoiselles, Paris, Gallimard, 1987 ; Kniehbieler Yvonne et (...)
  • 2 Parmi les traités sur l’éducation féminine, on compte Projet pour perfectionner l’éducation des fil (...)

1Au dix-huitième siècle se développa l’opinion — défendue dès la fin du siècle précédent par Fénelon et madame de Maintenon — que les filles méritaient une éducation plus étendue que celle qu’elles avaient reçue jusqu’alors. Selon les historiennes de l’adolescence féminine Paule Constant et Yvonne Kniehbieler, cette conscience accrue des besoins éducatifs des filles (de l’élite en particulier) s’explique par l’allongement de la période entre la puberté et l’état adulte. Une meilleure « gestion » des années intermédiaires, déjà appelées « adolescence », s’imposait 1. La reconnaissance de ce besoin, établie à un moment où la culture de l’écrit poursuivait son essor, engendra alors non seulement une myriade d’ouvrages sur l’éducation féminine où les filles étaient objets de discours 2, mais aussi un certain nombre de manuels qui leur étaient directement destinés. Certains visaient à leur instruction dans diverses disciplines (histoire, grammaire, botanique par exemple) tandis que d’autres s’occupaient davantage de leur éducation morale et sociale. Ces derniers visaient à faciliter l’entrée des jeunes filles dans la vie adulte en leur procurant des commentaires sur les mœurs et pratiques sociales contemporaines et des conseils sur la conduite à tenir. Bien qu’ils n’aient pas été, à l’époque, désignés par un terme particulier, il est cependant utile d’utiliser l’étiquette de « livres de conduite ».

  • 3 Leprince de Beaumont Marie, Magasin des adolescentes, ou dialogues entre une sage gouvernante et pl (...)
  • 4 « Femme (Anthropologie) », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des méti (...)
  • 5 Ce n’est pas la lecture de textes religieux qui est en cause, mais la lecture d’écrits profanes par (...)

2L’adolescence était perçue comme une période fort délicate dans la vie d’une femme. Dans l’« Avertissement » de son Magasin des adolescentes, Marie Leprince de Beaumont ne laisse aucun doute à ce sujet : « De toutes les années de la vie, les plus dangereuses, à ce que je crois, commencent à quatorze ou quinze ans. C’est à cet âge qu’une jeune personne entre dans le monde, où elle prend pour ainsi dire une nouvelle manière d’exister 3. » En effet, une trop profonde ignorance des « choses de la vie » pouvait lui faire courir des risques graves mais elle ne devait pas non plus en savoir trop sous peine de ternir son innocence et sa réputation. Par conséquent, l’accès à la source de savoir qu’étaient les livres était loin de faire l’unanimité, ce dont témoigne l’un des articles « femme » de l’Encyclopédie. Son auteur, Barthez, choisit l’éminente Anna-Maria van Schurman comme porte des partisans de la lecture féminine. A son argument que « l’étude des lettres éclaire, et donne une sagesse qu’on n’achète point par les secours dangereux de l’expérience » Barthez réplique qu’« on pourrait douter si cette prudence précoce ne coûte point un peu d’innocence 4. » Ce débat fictif souligne l’enjeu moral de la lecture féminine puisqu’en procurant le savoir elle met en danger ce qui fait la valeur de la femme dans un ordre social qui ne reconnaît pas ses droits à part entière 5.

3Malgré ces réticences apparurent un certain nombre d’ouvrages spécifiquement adressés à un public d’adolescentes, publiés pour la plupart pendant la seconde moitié du siècle. Ils forment un corpus limité mais suffisamment riche pour donner matière à une analyse dont voici les principaux éléments : Avis d’une mère à sa fille d’Anne-Thérèse de Lambert (publié en 1727 à l’insu de son auteur) ; Conseils à une amie publiés anonymement par Madame de P*** (Puisieux) en 1749 ; L’ami des filles de Barthélémy-Claude Graillard de Graville (1761) ; le Magasin des adolescentes de Marie Leprince de Beaumont (1764) ; La gamologie, ou l’éducation des filles destinées au mariage publié sous le pseudonyme énigmatique de Chevalier de Cerfvol en 1772 ; Les conversations d’Emilie de Louise d’Epinay publiées anonymement en 1774 ; L’école des jeunes demoisellesde l’abbé Joseph Reyre réédité en 1786 sans indication de la date de la première édition ; les Conseils d’une mère à ses filles publiés anonymement par Pierre-Louis Rœderer en 1795. Qu’ils soient professionnels de l’éducation (Leprince de Beaumont, Reyre), parents soucieux de l’éducation de leurs propres enfants (Lambert, Epinay, Rœderer), moralistes portant un regard critique sur la société contem (Puisieux, Graillard de Graville) ou encore réformateurs sociaux désireux d’améliorer les rapports conjugaux (Cerfvol), tous insistent sur la nécessité de mieux guider les jeunes filles, sans pouvoir toutefois cacher les difficultés engendrées par la gestion de ce savoir.

4Le malaise suscité par la situation délicate des lectrices de cet âge donne lieu à des stratégies d’écriture qui visent à privilégier l’espace privé où la relation d’origine avait été établie : dialogues, lettres et avis parentaux dominent le champ narratif. Ce malaise a aussi un effet sur la construction d’un lectorat à niveaux multiples : à la destinataire initiale du message éducatif — lectrice-personnage qui appartient au schéma narratif du manuel — s’ajoute la lectrice virtuelle, moins prévisible, qui aura l’ouvrage imprimé en main. En outre, le manque d’autonomie de l’adolescente justifie l’existence plus ou moins explicite d’une troisième catégorie de lecteur : l’adulte qui supervise la lectrice virtuelle, cerbère dont les objections potentielles doivent être prises en compte.

5En dépit de la variété des modèles, ces manuels se situent dans la longue tradition — remise à l’honneur au dix-septième siècle par Télémaque de Fénelon et, soixante ans plus tard, par l’Emile de Rousseau — qui fonde la relation pédagogique sur un lien exclusif entre mentor et élève. Ces personnages sont les filles ou petites-filles de femmes vigilantes (Avis d’une mère à sa fille, Conseils d’une mère à ses filles, Ecole des jeunes demoiselles, Conversations d’Emilie), les protégées d’hommes et de femmes qui se substituent à leurs mères pour leur inculquer des règles de conduite (Conseils à une amie, L’ami des filles, La gamologie). La seule exception, le Magasin des adolescentes où Leprince de Beaumont se met en scène comme gouvernante d’un petit groupe d’élèves, parvient cependant à doter chaque adolescente d’une individualité propre.

  • 6 Constant Paule, op. cit., p. 16. Ce phénomène se manifeste dans la transcription de contes de fées (...)

6L’exclusivité de la relation donne à ces éducateurs un moyen de contrôler aisément des jeunes filles aux besoins desquelles ils adaptent le savoir à transmettre et la méthode d’enseignement. La transmission du savoir de la femme adulte à la jeune fille s’est longtemps faite oralement, rappelle Paule Constant dans Un monde à l’usage des demoiselles, et c’est au dix-septième siècle que s’est opéré « le passage d’une civilisation orale, avec tout ce que cela comporte de traditions et de savoir-faire dont les femmes tiennent le dernier bastion, à une civilisation de l’écrit proprement masculine 6. » Comme si ces auteurs hésitaient à abandonner la tradition orale qui avait longtemps prévalu dans l’éducation des filles, ils situent ces manuels au seuil entre culture orale et culture écrite. Par conséquent, dans l’arsenal de formes narratives à leur disposition, ils marquent une nette prédilection pour celles qui témoignent d’une interaction directe entre individus : le dialogue, la lettre et l’avis parental à la première personne.

7Que les conversations soient des transcriptions « fidèles », comme c’est le cas pour les Conversations d’Emilie et le Magasin des adolescentes, ou qu’elles aient été transformées en aphorismes et maximes comme dans les Conseils à une amie, la forme dialoguée constitue la jeune fille en interlocutrice plutôt qu’en lectrice. Ce contact sans médiation apparaît comme le moyen le plus efficace de transmettre le savoir et de former de jeunes esprits. Mais l’oubli étant l’ennemi de la communication orale, l’écrit se révèle nécessaire pour fixer ce que le temps risque d’anéantir. C’est parce qu’elle se défie de sa mémoire que madame de P*** (qui était la jeune fille des Conseils à une amie) prend l’initiative de mettre par écrit les conseils que son amie expérimentée lui avait transmis pendant son séjour au couvent. C’est dans le même but qu’Epinay décide de transcrire les conversations qu’elle refuse de voir perdues à jamais pour l’édification de la jeune Emilie. Dans un premier temps, donc, l’écrit reste à usage privé avec la simple mission de sauvegarder de précieux échanges entre source et destinataire du savoir. Il assure de surcroît la pérennité de l’influence du mentor sur celle qui a bénéficié de sa présence.

8La forme épistolaire, bien qu’elle repose sur l’écrit et ne soit pas aussi immédiate que le dialogue, reste cependant dans le registre de l’intime. Très populaire dans la fiction du dix-huitième siècle, elle apparaît dans La gamologie de Cerfvol et L’école des jeunes demoisellesde Reyre, des manuels publiés par des hommes. Les lettres permettent à Cerfvol d’évoquer un sujet très privé — les plaisirs de la vie conjugale — tout en maintenant la distance nécessaire avec Sophie, l’orpheline de quinze ans dont il est le tuteur. En se faisant l’éditeur de la correspondance entre Emilie et sa mère, l’abbé Reyre trouve un moyen d’incorporer dans l’intimité de la relation mère-fille les principes chrétiens qui lui sont chers. La relation épistolaire permet à Cerfvol et Reyre d’instaurer — chacun à sa manière — un équilibre salutaire entre confiance et distance.

9Même s’ils n’ont pas recours aux formes dialoguées et épistolaires, Lambert, Graillard de Graville et Rœderer inscrivent leurs conseils dans le registre de l’intime en s’adressant exclusivement à des jeunes filles qui leur sont proches. Que l’identité maternelle soit véritable (Avis d’une mère à sa fille de Lambert) ou « usurpée » (Conseils d’une mère à ses filles de Rœderer), elle traduit une proximité affective entre la source de savoir et sa destinataire. Quant à Graillard de Graville, qui déplore de n’avoir jamais été père, il dédie son livre L’Ami des fillesà une jeune amie, Mademoiselle de Font***, et considère celles qui profiteront de ses conseils comme les filles qu’il regrette de n’avoir jamais eues. Comme le dialogue et la lettre, l’avis parental donne témoignage d’une relation dont l’existence précède l’émergence de l’écrit.

10La prédilection de tous ces auteurs pour l’axe narratif « je/vous » traduit un besoin de situer, dans un premier temps, la jeune fille à éduquer dans un espace relationnel qui ne soit pas encore investi par l’écrit. Bien que ces formes narratives ne soient pas exclusivement réservées à ces livres de conduite, elles sont pertinentes dans ce contexte : elles permettent en effet d’éloigner les jeunes filles des dangers associés à la culture livresque en préservant des vestiges de la culture orale qui leur est traditionnellement associée. Paradoxalement, ces livres tentent d’apparaître aussi peu « livresques » que possible afin de rendre plus acceptable l’acte audacieux d’écrire pour celles qui ne devraient pas lire.

  • 7 Epinay Louise Tardieu d’Esclavelles (d’), Les conversations d’Emilie, Studies on Voltaire and the e (...)
  • 8 Reyre Joseph (Abbé), L’école des jeunes demoiselles ou lettres d’une mère vertueuse à sa fille avec (...)

11La lectrice-personnage apparaît donc comme une interlocutrice façonnée au gré des idéaux de son créateur ou de sa créatrice. Les leçons dont elle a appliqué les principes avec zèle lui ont permis de réussir au-delà de toute espérance. Elle a beau ne pas toujours être parfaite, elle sort suffisamment du lot pour servir de modèle à d’autres jeunes filles. Lambert souligne la capacité hors du commun de sa fille à comprendre les principes moraux qu’elle lui transmet dans l’Avis.Puisieux fait aussi de la jeune amie des Conseils à une amie une jeune fille plus apte que toute autre à profiter de l’expérience de sa protectrice. Mademoiselle de Font***, à qui est dédié l’Ami des filles, incarne les principes que Graillard propose dans son manuel. Sophie, la jeune pupille de la Gamologie, suit à la lettre les préceptes de son tuteur et devient une épouse heureuse et une mère comblée. Même Leprince de Beaumont, qui n’hésite pas à donner des défauts à ses élèves, ne manque pas de faire part d’un de ses succès dans la préface du Magasin des adolescentes. Epinay vante les dons exceptionnels de la jeune Emilie ainsi que « la docilité et la douceur de son caractère 7. » Il en est de même pour Reyre qui décrit la jeune Emilie comme digne d’être « l’exemple d’une docilité et d’une piété filiale 8. » Les excellentes dispositions de ces jeunes filles les ont rendues particulièrement aptes à appliquer les leçons de leurs mentors. L’évocation de leur succès constitue, en outre, un moyen de suggérer que la publication des manuels, loin d’être préméditée, n’a été conçue qu’après-coup, afin de ne pas perdre le bénéfice de conseils qui ont fait leurs preuves.

12Mais la publication — même fondée sur le succès — annule l’exclusivité de la relation et élimine la garantie d’une efficacité sans bavure. Si la lectrice-personnage peut être contrôlée et fait honneur à l’enseignement dispensé, qu’en sera-t-il des jeunes filles anonymes — rebelles peut-être — qui auront le manuel en main ? Ce public est autant souhaité que craint car il risque, en ne suivant pas les directives à la lettre, de mettre le projet en échec. Nombreux sont les signes du malaise occasionné par cette donnée inconnue : ce sont les réticences vis-à-vis de la publication, les difficultés à définir un public-cible et la propension à s’effacer en faisant du manuel un testament.

  • 9 Puisieux Madeleine Darsant (de), Conseils à une amie, publiés par Nadine Bérenguier en annexe de L’ (...)
  • 10 Ibidem, p. 422.
  • 11 Ibid., p. 423.
  • 12 Ibid., p. 423.

13Comme s’ils hésitaient à trahir la relation privilégiée avec la lectrice-personnage, de nombreux auteurs font part de leur refus initial à publier leur manuscrit. Bien qu’une telle hésitation soit monnaie courante dans les préfaces de l’époque, cette stratégie trahit ici le malaise engendré par l’abandon du domaine privé où la relation d’origine était inscrite. Dans le « Discours préliminaire » des Conseils à une amie, Madame de P***, l’éditrice du texte, décrit en détail sa répugnance à publier ses réflexions malgré les encouragements de son ami M. D*** (Diderot). Ses hésitations — « Je fis l’enfant, je rougis, je lui dis qu’il se mocquoit de moi ; que je ne voulois point qu’on m’imprimât, que cela n’en valoit pas la peine 9 » — sous-tendent son désir d’être publiée sans en porter toute la responsabilité. En effet, elle empêche M. D. de lui restituer le manuscrit, et le chargeant de la publication, lui impute le « mauvais succès » dont son ouvrage aura peut-être à souffrir 10. Le malaise de madame de P*** vis-à-vis de l’élargissement de son audience est confirmé, quelques pages plus loin, par son refus de définir l’audience à laquelle s’adresse son manuel. Elle élimine « celles qui voudront conserver de la simplicité » et déclare ne pas partager les intérêts de « la plupart des femmes 11. » Seules « en tireront le parti qui leur conviendra celles qui voudront ou qui pourront entendre ce que je dis dans cet ouvrage 12. » La formule tautologique qui couronne le passage souligne la position paradoxale d’un auteur qui rend un texte public tout en craignant le public anonyme susceptible de discréditer la valeur de ses principes.

  • 13 Epinay Louise (d’), op. cit., p. 47.
  • 14 Ibidem, p. 47.
  • 15 Ibid., p. 47.
  • 16 Ibid., p. 48.

14Dans la seconde édition des Conversations d’Emilie (1781), Epinay commence son « Avertissement » par la révélation que « ces conversations n’étaient pas destinées à voir le jour 13. » Parlant d’elle-même à la troisième personne, elle se déclare « éloignée de la prétention de fixer les regards du public sur ses productions » et se juge « dépourvue des talents nécessaires pour se le faire pardonner 14. » Mais encouragée par « l’indulgence de quelques amis, qui pensèrent que ces essais pouvaient n’être pas sans utilité pour l’éducation des filles en général » et « après bien des incertitudes, elle se détermina à envoyer son manuscrit en Allemagne 15. » Comme Puisieux qui évoquait l’influence de son ami M. D*** pour ne pas porter seule la responsabilité d’un tel acte, Epinay implique ses amis dans sa décision de publier. Elle ne dissimule pas non plus ses doutes sur les bienfaits de son ouvrage pour une audience élargie. Son admission « qu’il n’existe pas deux enfants qui se ressemblent en tout point d’esprit et de tête » l’amène à se demander si « ces entretiens ne peuvent, à la rigueur, convenir à aucun autre enfant 16. » Dans de tels passages émerge un autre paradoxe de ces livres de conduite : l’environnement créé à la mesure de la lectrice-personnage pour minimiser le danger associé à la lecture limite simultanément leur portée générale.

  • 17 Lambert Anne-Thérèse de Coucelles, marquise de, « Avis d’une mère à sa fille », Œuvres, éditées par (...)

15Un moyen de diminuer l’anxiété générée par le décalage entre l’espace fermé de la familiarité et l’espace ouvert de l’anonymat est d’envisager la disparition du mentor. Pour ce faire, de nombreux auteurs apparentent leur ouvrage à un testa : comme un testament, le texte acquiert toute sa valeur au moment où la source des conseils s’éloigne ou disparaît, prolongeant l’influence du mentor au-delà de la séparation. L’analogie avec le testament a l’avantage de transformer l’écrit — source de suspicion — en bienfait17.

  • 18 Puisieux Madeleine (de), op. cit., p. 468.
  • 19 M** W** (Roederer), Conseils d’une mère à ses filles. 1789, Paris, 1795, p. 4-5.

16Dans l’Avis d’une mère à sa fille la valeur testamentaire se manifeste indirectement dans l’hésitation qui marque la dernière page. Lambert y admet que sa propre imperfection est susceptible de donner des armes contre elle à sa fille. « Je vous permets d’en user », poursuit-elle, « si vous voyez que j’ai les vices opposés aux vertus que je vous recommande ; car les conseils sont sans autorité, dès qu’ils ne sont pas soutenus par l’exemple 18. » Dans la mesure où la théorie est plus facile que la pratique, Lambert admet que le manuel acquiert son efficacité maximale en étant désincarné. Dans les Conseils à une amie, c’est en prévision de leur séparation que l’amie expérimentée instruit sa jeune protégée, dans la mesure où « nous avons besoin de maximes sages quand nous sommes char de nous conduire nous-mêmes 19. » La sagesse de son amie constitue ce qui lui restera une fois qu’elle aura quitté le couvent pour se marier. Dans La gamologie également, le tuteur de Sophie annonce ses lettres comme son ultime acte éducatif avant de s’effacer devant le mari de Sophie. En concentrant son attention sur la période conjugale, le tuteur prolonge sa mainmise sur la jeune fille quand elle aura échappé à son contrôle. L’absence imaginée de l’adulte est un élément-clef de la rhétorique de ces éducateurs.

17Rien n’est plus approprié à la métaphore du testament que l’évocation de la mauvaise santé du mentor. Dans la préface des Conversations d’Emilie, Epinay expose la fragilité de son état de santé non seulement pour expliquer sa grande disponibilité auprès d’Emilie mais aussi pour souligner la précarité de sa vie. Elle légitime ainsi l’existence du témoignage écrit de son rôle d’éducatrice. Dans les Conseils d’une mère à ses filles c’est également la maladie qui pousse la mère à laisser à ses filles « un testament où je dispose de mes plus précieuses propriétés, de mes principes, et, j’ose le dire, de mes vertus 19 ». Le texte écrit prendra toute sa valeur le jour où leur mère ne pourra plus les guider par son exemple et ses conseils. En d’autres termes, l’image du « testament » tout en présentant le texte écrit comme un substitut imparfait, rend son existence tolérable. Elle a en outre l’avantage d’établir un lien entre la précieuse lectrice initiale et les lectrices inconnues qui auront accès au texte sans avoir bénéficié de l’influence directe du mentor.

  • 20 L’incapacité des religieuses est également mise en relief puisqu’elles ignorent tout du monde qui a (...)

18L’absence potentielle du mentor se conjugue avec la présence virtuelle de lecteurs adultes aux côtés d’adolescentes qui manquent d’autonomie sociale. Dans ce public adulte se trouvent, d’une part, les mères et les gouvernantes, fréquem désignées comme bénéficiaires des leçons adressées aux jeunes filles dans la mesure où elles ont elles-mêmes besoin d’apprendre à les éduquer. Elles deviennent vite la cible d’accusations dont la véhémence fluctue quelque peu d’un texte à l’autre mais dont les mobiles sont constants : les mères sont critiquées pour leur négligence et les gouvernantes fustigées pour leur incompétence 20. Le besoin de légitimer leur projet en tant que source privilégiée de principes rationnels mène les auteurs, paradoxalement, à attaquer celles dont ils doivent simultanément gagner l’approbation.

19D’autre part, plus subrepticement, se manifestent les lecteurs aux objections hypothétiques desquels les auteurs de manuels se voient dans l’obligation de répondre. Dans ce cas, les arguments dépendent du sexe de l’auteur : tandis que les femmes supposent à ces lecteurs des doutes sur la maturité intellectuelle de leur public-cible, les hommes s’inquiètent davantage de leurs réactions à l’implication d’un homme dans l’éducation d’une jeune fille.

  • 21 Lambert Anne-Thérèse (de), op. cit., p. 98.
  • 22 Leprince de Beaumont Marie, op. cit., p. xxiv.
  • 23 Epinay Louise (d’), op. cit., p. 48.

20Dans les manuels écrits par des femmes émerge fréquemment la question de la conformité du manuel aux aptitudes de jeunes lectrices anonymes. Lambert admet que ses réflexions sont « trop fortes pour une jeune personne » et adaptées à « un âge plus avancé 21 » bien que sa fille soit capable de les comprendre. Leprince de Beaumont et Epinay, au contraire, garantissent l’adéquation parfaite entre leurs leçons et les capacités intellectuelles de leur audience. Dans l’« Avertissement » du Magasin des adolescentes, Leprince de Beaumont rétorque aux « quelques personnes [qui] trouveront peut-être les leçons du matin qui vont suivre, trop sérieuses pour des dames de quinze à dix-huit ans » « qu’elles ne sont point hors de leur portée » puisqu’elle en a fait l’expérience avec ses propres élèves 22. Dans son « Avertissement » aussi, Epinay insiste sur le fait que ses dialogues conviennent à des filles de l’âge d’Emilie puisque « c’est l’enfant qui en a fourni tous les matériaux ; qui sans le savoir a appris à la mère le secret d’en tirer parti 23. » Toutes deux font confiance au potentiel intellectuel des filles sans pouvoir totalement cacher leur inquiétude vis-à-vis des préjugés qui règnent sur leurs compétences.

  • 24 Graillard de Graville, Barthélémy-Claude, L’ami des filles, Paris, 1761, p. 1.
  • 25 Ibidem, p. 2. Aristarque était un précepteur grec dont le nom dénote une juste sévérité dans les ju (...)
  • 26 Cerfvol, Chevalier de, La gamologie, ou l’éducation des filles destinées au mariage, Paris, 1772, v (...)
  • 27 Il est assez significatif à cet égard que l’abbé Reyre se prétende simple éditeur d’une correspon e (...)

21Les auteurs masculins, quant à eux, trouvent nécessaires de justifier la relation privilégiée qu’un homme mûr entretient avec une jeune fille. Graillard de Graville, qui ne dissimule pas son identité masculine dans l’Ami des filles, exprime d’emblée son malaise dans une attaque contre ses potentiels détracteurs : « Je suis l’Ami des filles, j’ose l’avouer, je m’en fais gloire. Censeurs atrabilaires, n’armez point vos fronts de sévérité ; ce titre n’est effrayant que pour quelques prudes, qui se choquent mal-à-propos de tout 24. » Il traite d’« Aristarques injustes » ceux qui osent douter de la pureté de ses intentions 25. Le malaise de Cerfvol se manifeste, moins agressivement, dans un passage sur la pudeur de la jeune Sophie : « Je ne crois pas non plus que vous regardiez comme des atteintes données à votre pudeur, les détails dans lesquels je serai quelquefois obligé d’entrer sur la conduite réciproque des époux : vous savez trop le cas que je fais de cette vertu 26. » Tout sujet peut être abordé, poursuit-il, pourvu que l’on adapte le choix du vocabulaire à la pudeur de la destinataire. Son désir d’être explicite tout en respectant la pudeur virginale suppose de la part de ses jeunes lectrices la connaissance préalable d’un code linguistique dont il ne procure pas la clef. Son effort de justification, dont il n’a pas envisagé toutes les ramifications, laisse entrevoir combien il se sent vulnérable. Son intervention dans l’éducation d’une jeune fille ne va en aucun cas de soi 27. Ces lecteurs hypothétiques servent de catalyseurs aux doutes qui assaillent les auteurs masculins et féminins de manuels. Les hommes craignent la latence de leur désir pour leurs jeunes lectrices alors que les peurs des femmes concernent plutôt la légitimité de ce nouveau public dans une société qui ne voit pas la lecture féminine d’un bon œil. Dans les deux cas, ils attirent l’attention sur ce qu’ils tentent précisément de dissimuler. De tels paradoxes et maladresses, tout en devant être soulignés, ne méritent pas d’être l’objet de notre dédain car ils font précisément l’intérêt de ces textes pionniers.

22Les livres de conduite, inscrits dans le projet de réforme sociale des Lumières, lieu d’une promesse de changement du rôle des femmes, contribuèrent à faire émerger un lectorat de jeunes filles des marges où il était relégué. Même si l’absence de documentation historique sur l’accès « réel » de ces jeunes lectrices à ces ouvrages oblige à se contenter de leur existence virtuelle au sein des textes, il est indéniable que ce public n’allait pas encore de soi à la fin du dix-huitième siècle. Il ne finirait par accéder à l’autonomie et devenir un public à part entière qu’à l’issue d’un long parcours qui ne faisait que commencer.

Bibliographie

Bibliographie

Constant Paule, Un monde à l’usage des demoiselles, Paris, Gallimard, 1987.

Cerfvol Chevalier (de), La gamologie, ou l’éducation des filles destinées au mariage, Paris, 1772.

Epinay Louise Tardieu d’Esclavelles (d’), Les conversations d’Emilie, Leipzig, 1774 ; Paris, 1782.

Graillard de Graville Barthélémy, L’ami des filles, Paris, 1761.

Kniehbieler Yvonne et al., De la pucelle à la minette. Les jeunes filles de l’âge classique à nos jours, Paris, Messidor/Temps actuels, 1983.

Lambert Anne-Thérèse Marguenat de Courcelles (marquise de), Avis d’une mère à sa fille, Paris, 1727.

Leprince de Beaumont Marie. Magasin des adolescentes, ou dialogues entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction, Londres, 1760.

M** W** (Pierre-Louis Roederer), Conseils d’une mère à ses filles. 1789, Paris, 1795.

Puisieux Madeleine Darsant (de), Conseils à une amie, 1749.

Reyre Joseph (abbé), L’école des jeunes demoiselles ou lettres d’une mère vertueuse à sa fille, Paris, 1786 (deuxième édition).

Sonnet Martine, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Editions du Cerf, 1987.

Notes

1 Constant Paule, Un monde à l’usage des demoiselles, Paris, Gallimard, 1987 ; Kniehbieler Yvonne et al., De la pucelle à la minette. Les jeunes filles de l’âge classique à nos jours, Paris, Messidor/Temps actuels, 1983.

2 Parmi les traités sur l’éducation féminine, on compte Projet pour perfectionner l’éducation des filles de l’Abbé de Saint-Pierre (1730), Lettre sur l’éducation des femmes du Chevalier Méhégan (1755), Lettres sur l’éducation des femmes et sur leur caractère en général du Chevalier de Ranto de Laborie (1757), le cinquième livre de l’Emile de Jean-Jacques Rousseau (1762), « Discours sur la question proposée par l’Académie de Châlon-sur-Marne » (1783) et « Des femmes et de leur éducation » de Choderlos de Laclos, Sophie ou l’éducation des filles de Marie-Joseph Monbart (Berlin, 1777), De l’éducation physique et morale des femmes d’Ambroise Riballier (1779), Traité de l’éducation des femmes et cours complet d’instruction d’Anne de Miremont (1779-89), Lettre à Madame la Comtesse de *** sur l’éducation des jeunes demoiselles (1789) et le Discours sur la suppression des couvents et l’éducation publique des femmes de Stéphanie de Genlis (1790). Liste composée à l’aide de la bibliographie établie par Martine Sonnet dans L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Editions du Cerf, 1987.

3 Leprince de Beaumont Marie, Magasin des adolescentes, ou dialogues entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction, Lyon, 1775, p. ix. La bibliographie en fin d’article procure la date de l’édition originale tandis que les notes indiquent l’édition utilisée.

4 « Femme (Anthropologie) », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (mise en ordre et publié par Diderot, quant à la partie mathématique, par d’Alembert), 1751-1772 ; Stuttgart-Bad Connstatt, Friedriech Frommann Verlag, 1966, vol. 6, p. 469.
Anna-Maria van Schurman (1607-1678) fit partie des femmes les plus cultivées de son temps. Elle se distingua dans de nombreux domaines, dont la linguistique, la littérature et la religion, et fut également une miniaturiste de talent.

5 Ce n’est pas la lecture de textes religieux qui est en cause, mais la lecture d’écrits profanes parmi lesquels les romans sont les plus attaqués.

6 Constant Paule, op. cit., p. 16. Ce phénomène se manifeste dans la transcription de contes de fées issus de la tradition orale et transcrits par Marie-Catherine d’Aulnoy et Marie-Jeanne L’Héritier, puis par Charles Perrault quelques années plus tard avec les Contes de ma mère l’Oye (1697). Les Conversations morales de Madeleine de Scudéry en constituent un autre exemple. Conversations imaginaires (tirées de ses romans ou composées séparément) publiées dans divers recueils entre 1680 et 1690, elles furent un moment utilisées comme outils pédagogiques par Madame de Maintenon à Saint-Cyr avant d’être abandonnées à cause du peu d’insistance sur les vertus inculquées aux pensionnaires. Voir Goldsmith Elizabeth, « Exclusive conversations ». The Art of Interaction in Seventeenth-Century France, Philadelphia, University of Pennsylvenia Press, 1988.

7 Epinay Louise Tardieu d’Esclavelles (d’), Les conversations d’Emilie, Studies on Voltaire and the eighteenth-century, vol. 342, Oxford, The Voltaire Foundation, 1996, p. 48. Editées par Rosena Davison.

8 Reyre Joseph (Abbé), L’école des jeunes demoiselles ou lettres d’une mère vertueuse à sa fille avec la réponse de la fille à sa mère, Paris, Boiste et Dufour, 1825, p. vii.

9 Puisieux Madeleine Darsant (de), Conseils à une amie, publiés par Nadine Bérenguier en annexe de L’infortune des alliances : contrat, mariage et fiction au dix-huitième siècle, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 329, Oxford, The Voltaire Foundation, 1995, p. 421-22.

10 Ibidem, p. 422.

11 Ibid., p. 423.

12 Ibid., p. 423.

13 Epinay Louise (d’), op. cit., p. 47.

14 Ibidem, p. 47.

15 Ibid., p. 47.

16 Ibid., p. 48.

17 Lambert Anne-Thérèse de Coucelles, marquise de, « Avis d’une mère à sa fille », Œuvres, éditées par Robert Granderoute, Paris, Librairie Honoré Champion, 1990, p. 134.

18 Puisieux Madeleine (de), op. cit., p. 468.

19 M** W** (Roederer), Conseils d’une mère à ses filles. 1789, Paris, 1795, p. 4-5.

20 L’incapacité des religieuses est également mise en relief puisqu’elles ignorent tout du monde qui attend les jeunes filles à marier. Ne sont pas épargnés non plus les « tyrans de l’éducation » que sont les hommes, attaqués pour leur responsabilité dans une organisation sociale qui nie aux femmes l’accès à une éducation digne de ce nom.

21 Lambert Anne-Thérèse (de), op. cit., p. 98.

22 Leprince de Beaumont Marie, op. cit., p. xxiv.

23 Epinay Louise (d’), op. cit., p. 48.

24 Graillard de Graville, Barthélémy-Claude, L’ami des filles, Paris, 1761, p. 1.

25 Ibidem, p. 2. Aristarque était un précepteur grec dont le nom dénote une juste sévérité dans les jugements. Par définition un Aristarque ne saurait être injuste.

26 Cerfvol, Chevalier de, La gamologie, ou l’éducation des filles destinées au mariage, Paris, 1772, vol. I, p. 43-44.

27 Il est assez significatif à cet égard que l’abbé Reyre se prétende simple éditeur d’une correspon entre une mère et sa fille et que Rœderer dissimule complètement son identité en se « déguisant » en mère mourante.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540