Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Lectrices : éducation

Des livres pour les demoiselles, XVIIe siècle-1re moitié du XIXe siècle 1

Isabelle Havelange

Texte intégral

Première période : les prémices

  • 1 Cet article s’appuie sur la constitution d’une base de données des livres destinés à la jeunesse, d (...)
  • 2 Voir la contribution de Danièle Alexandre-Bidon, consacrée aux lectures enfantines au Moyen Âge, da (...)

1Dès le Moyen Âge il existait en France, comme en Angleterre, un lectorat féminin 2. Dans la noblesse, on offrait aux jeunes personnes des abécédaires, des psaumes, des livres d’heures. Mais, hormis quelques très rares exceptions, elles ne disposaient pas de livres différents de ceux qui étaient proposés aux garçons.

2Apanage d’une frange étroite de la population, l’accès à la lecture ne s’élargit réellement qu’au xvie et surtout xviie siècle avec l’instauration du premier réseau scolaire féminin. S’inscrivant dans la mouvance de la Réforme protestante et de la Contre-Réforme catholique, cette première scolarisation, qui propose une instruction profane rudimentaire, consiste en une formation essentiellement religieuse.

  • 3 Sous le titre de Instruction chrétienne des jeunes filles… tirée [par M. Marquot]… du livre de l’«  (...)
  • 4 Les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne. Divisées en deux parties. À l’usage des é (...)

3Les fillettes s’instruisent alors à partir d’un « fonds commun » d’ouvrages élémentaires. À cette époque commencent cependant à paraître les premiers livres écrits spécifiquement pour elles. Il s’agit d’abord de livres de piété produits au sein des nouvelles communautés religieuses, ou encore d’adaptations d’ouvrages initialement destinés aux garçons. C’est le cas par exemple de deux grands succès de librairie, l’Instruction de la jeunesse en la piété chrétienne de Charles Gobinet (de 1655) dont une première adaptation pour les filles paraît en 1682 3 et, un peu plus tard, les très célèbres Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne de Jean-Baptiste de La Salle : publiées en 1703, une version féminine en est donnée moins de vingt ans plus tard 4. L’une et l’autre de ces versions seront rééditées jusqu’au xixe siècle.

4À ces adaptations s’ajoutent quelques traités de morale qui adoptent la forme du discours d’un parent s’adressant à son enfant. Les Avis d’une mère à son fils et à sa fille de la marquise de Lambert (vers 1647-1733) constituent le plus notable de tous les livres de cette catégorie. Ils sont publiés en 1728, plus de trente ans après leur composition, et regroupent les deux textes initialement séparés. Les rééditions se succèdent jusque dans la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 5 1689 et 1691.

5Dans un tout autre genre, l’exemple prestigieux mais marginal des pièces que Racine rédige à l’intention des pensionnaires de Saint-Cyr (Esther et Athalie) 5 clôt pour le xviie siècle cet éventail étroit de livres spécifiquement écrits pour les demoiselles.

  • 6 Nous nous fondons ici sur la publication du Traité faite à Paris chez Klincksieck en 1994, avec une (...)

6Fénelon n’en aborde pas moins le chapitre de la lecture dans son Traité de l’éducation des filles (1689) 6, qui fera autorité tout au long des deux siècles suivants en fait de pédagogie féminine.

7Il faut rendre la lecture attrayante, en faire un plaisir, mais attention : elle ne doit pas être uniquement délassante ou récréative. Elle doit contribuer d’abord à la formation de l’esprit et de la morale. S’opposant au goût des enfants pour les contes et les aventures merveilleuses, Fénelon insiste sur la nécessité de leur donner avant tout du goût pour les lectures solides ; il recommande les livres d’histoire, les ouvrages d’éloquence ou de poésie. Il condamne bien sûr les romans, les comédies, les récits où l’amour entre en jeu, en bref tout ce qui peut distraire les filles de leurs devoirs futurs.

8Il fait un tri parmi ce qui existe, mais n’envisage pas ce qui pourrait être une littérature élaborée pour elles seules, taillée à la mesure de leur éducation. Il faut attendre la seconde moitié du xviiie siècle pour assister dans ce domaine à un changement significatif.

Seconde période : explosion de la littérature de jeunesse (1750-1830)

9Dans les années 1750, le bouleversement profond de la conjoncture intellectuelle remet notamment en question l’équilibre scolaire établi depuis près de deux siècles. En ce qui concerne les garçons, le débat quitte le niveau strictement académique au moment de l’expulsion des Jésuites (1762) qui oblige à une réorganisation de l’enseignement. De cette époque date toute une série de projets d’éducation relatifs au contenu des programmes et au statut des professeurs chargés de les diffuser. Ces projets véhiculent aussi le souci de produire des ouvrages mieux adaptés à l’enfance.

10Peu à peu, aux formes traditionnelles du livre pédagogique (rudiments et contes de la « Bibliothèque bleue », classiques de collège, colloques scolaires ou livres « ad usum delphini ») s’ajoutent des ouvrages d’un type neuf, dont la caractéristique essentielle est bien le souci d’adaptation au monde enfantin et à sa psychologie.

11Pour les seules années 1750-1789, le nombre d’ouvrages destinés aux enfants en général est presque quatre fois plus élevé que pendant les cinquante premières années du siècle, totalisant près de cinq cents titres, auxquels on peut ajouter une centaine de rééditions. La Révolution ne marque pas de césure significative. En revanche la production explose sous le Consulat et l’Empire, suivant en cela l’évolution de la production générale des livres.

12En termes d’éducation féminine, le débat pédagogique des Lumières remet en cause la formation traditionnelle des couvents et lui oppose les bienfaits de l’éducation privée. Rousseau joue ici un rôle important. Par ses écrits, il a participé à une mutation qui, au xviiie siècle, légitime le bonheur par la famille, l’amour conjugal et l’amour des enfants. La place des femmes s’en est trouvée redéfinie. Dans cette optique, l’importance mise sur les responsabilités maternelles dans l’éducation des enfants nécessite une réelle « mise en condition » de la petite fille, qui suppose une ouverture sur le monde réel (par opposition à l’éducation conventuelle) soutenue par une instruction plus solide. La nouvelle littérature de jeunesse est un vecteur important de cette nouvelle pédagogie.

  • 7 Les titres seuls indiquent le plus souvent l’intention de l’auteur. Dans les autres cas, une préfac (...)

13Des titres écrits uniquement pour les filles 7 commencent donc à se multiplier, à côté des livres « pour les jeunes gens » ou « à l’usage des deux sexes ». Entre 1750 et 1830, ils forment un corpus de près de 200 ouvrages, en constante augmentation : dans la dernière décennie étudiée, ils sont dix fois plus nombreux que dans les années 1750.

14Notre étude s’arrête en 1833, avec la loi Guizot qui organise l’instruction primaire en France. Pour la première fois étaient établis les fondements d’un système d’instruction primaire cohérent, complet et revêtant le caractère d’un service public. Le contexte scolaire et celui de son édition changent alors radicalement. La définition de la littérature de jeunesse s’en trouve par conséquent profondément modifiée.

Les différents types d’ouvrages proposés aux demoiselles entre 1750 et 1830

15Nous ne comptons donc pas, dans cette nomenclature au féminin, les livres pédagogiques évoqués plus haut, les contes de fées, fables, récits de voyages ou d’aventures, qui font partie du fonds général de la littérature enfantine ou qui sont plus explicitement destinés aux garçons.

16Parmi les livres écrits pour les demoiselles, on peut dégager une dizaine de genres différents, qui s’articulent autour de quatre thèmes principaux : la morale, l’instruction, la piété et les loisirs ou « récréation ». Souvent étroitement imbriqués sous l’Ancien Régime, ces thèmes vont se dissocier progressivement.

17Le premier groupe d’ouvrages qui, dès les années 1750-60, marque l’essor de la littérature destinée aux demoiselles tient des quatre aspects à la fois. Son modèle est celui des célèbres « magasins » mis à la mode par madame Leprince de Beaumont.

18Le principe du « magasin » est de mêler des textes et des extraits de divers types présentés ici sous forme de dialogues entre une gouvernante et ses élèves : les parties didactiques sont entrecoupées de contes, d’historiettes, d’éléments de morale et de règles de bienséance. Les parties amusantes ou instructives destinées aux enfants alternent avec la mise en scène d’une réflexion plus proprement pédagogique destinée aux éducatrices. L’auteur insiste dans la préface de son premier Magasin sur la volonté — audacieuse à son époque — qu’elle a de se mettre au niveau de ses jeunes lectrices :

« […] Je communiquai mon manuscrit à un grand nombre de personnes. Quelle fut ma surprise ! Plusieurs d’entre’elles, dont le goût éprouvé peut servir de règle, m’avouèrent qu’il les avait amusées assez, pour ne l’avoir pu quitter avant de l’avoir achevé. Ce succès inespéré me découragea absolument. J’ai voulu travailler pour les enfans, me disais-je, j’ai manqué mon but, puisque les personnes faites s’amu de mon ouvrage. Cette crainte me fit suspendre l’impression ; il me fallait d’autres juges, et je les ai cherchées parmi mes écolières de tous les âges. Elles ont toutes lu mon manuscrit. L’enfant de six ans s’en est divertie, aussi bien que celle de dix ou de quinze. Plusieurs d’entre elles, à qui je désespérais de faire naître le goût pour l’étude, en ont écouté la lecture avec une avidité, qui ne me laisse rien à souhaiter, et qui me répond du succès. Je me suis convaincue absolument par cette expérience d’une chose que je soupçonnais. Le dégoût d’un grand nombre d’enfans pour la lecture, vient de la nature des livres qu’on leur met entre les mains ; ils ne les comprennent pas, et de là naît inévitablement l’ennui […]. »

  • 8 Leprince de Beaumont (Marie), Magasin des enfans, ou dialogues entre une sage gouvernante et ses él (...)

19Mme Leprince de Beaumont développe ainsi en trois temps un traité complet d’éducation (pour les enfants, pour les adolescentes, pour les jeunes dames prêtes à entrer dans le monde) 8 qui, destiné d’abord à ses élèves de la noblesse anglaise, lui attire en peu de temps la notoriété. Ils seront largement utilisés dans l’éducation familiale mais aussi dans les réseaux scolaires féminins français ou étrangers, dans les établissements huppés comme dans les écoles plus modestes.

20Mais l’influence de madame Leprince de Beaumont va s’atténuer en même temps que s’impose le partage entre livre de récréation et livre d’instruction, entre livre de l’enfant et manuel de l’éducateur. Madame Campan l’exprime sans ambages dès le début du xixe siècle :

  • 9 Campan (Mme), De l’éducation, suivi des Conseils aux jeunes filles, d’un théâtre pour les jeunes pe (...)

« Le premier de tous les livres d’éducation est parfait, mais on en a méconnu l’emploi. Ce premier ouvrage est le Magasin des enfans de Mme Leprince de Beaumont. Les dialogues sont écrits pour les gouvernantes et les institutrices ; les contes seuls sont faits pour être lus aux enfans ou par eux. J’ai su par une parente de Mme de Beaumont que telle était son intention. En effet, il ne faut pas dévoiler à la jeune fille le petit « mécanisme » que l’on fait jouer pour la diriger et lui faire lire la faute et la réprimande sur le même ton. Que la gouvernante apprenne dans ce livre comment il faut reprendre son élève, le modèle est parfait, je le répète 9. »

21Les rééditions n’iront pas au-delà des années 1820. Seuls resteront célèbres quelques contes comme La Belle et la Bête, que madame Leprince de Beaumont avait inséré dans le premier de ses Magasins.

22Parallèlement à cette première catégorie d’ouvrages se développe l’important registre des livres de morale. On y trouve aussi bien d’austères « traités », qui n’ont recours à aucune mise en scène, que des « récits » qui font un appel même embryonnaire à la fiction.

23Ces récits se transforment progressivement en histoires plus construites, mettant en scène les enfants et leur univers familier. Ils prennent en quelque sorte le relais (temporaire) du conte et du merveilleux. L’historiette morale connaît un extraordinaire développement, puisqu’elle représente en 1830 la plus grande partie des ouvrages destinés aux filles. C’est à Berquin (1747-1791) que l’on en doit l’introduction en France. Elles donneront lieu tout au long du xixe siècle à la longue série des « berquinades » : ainsi qualifie-t-on ces petites pièces mièvres et sentimentales qui véhiculent la morale conventionnelle de l’époque. Du moins ces fictions morales, dépourvues de situations romanesques et de toute description de vice, détournent-elles des romans si redoutés pour la moralité féminine.

24La littérature didactique, quant à elle, est marquée jusque dans les années 1830 par trois traits principaux. D’une part, elle illustre l’idée, prégnante à l’époque et pas seulement pour les filles, selon laquelle l’éducation se doit d’être « amusante ». Au-delà de la traditionnelle forme catéchistique par questions et réponses, ce prin d’une présentation ludique du savoir cherche à se matérialiser de diverses manières, dans la forme (typographie, iconographie) et dans le fonds : mise en scène sous forme de lettres, d’entretiens, de promenades, ou encore alternance de passages didactiques avec des parties plus récréatives.

25D’autre part, les auteurs ne peuvent toujours concevoir pour les filles qu’une instruction inféodée à la morale, qu’il s’agisse de l’apprentissage du français, de la géographie, de la mythologie ou à plus forte raison de l’histoire, à laquelle elles n’ont d’ailleurs accès, à la différence de leur frères, qu’en français.

26La superficialité, enfin, est la marque obligée du savoir féminin. De même que, dans le domaine artistique, le génie est apanage masculin, l’érudition est de mauvais aloi chez une jeune fille. L’aventure de l’esprit ne doit pas la distraire de ses futures fonctions d’épouse et de mère. Seule exception à la règle, l’économie domestique. Jugée autrefois indigne des préoccupations aristocratiques, si ce n’est dans l’éducation des Saint-Cyriennes, elle occupe vers 1830 une place de premier plan dans l’éducation féminine.

27Les « biographies exemplaires », qui relèvent à la fois de la morale, de la piété et de l’histoire, constituent une autre catégorie spécifique d’ouvrages. Ecrites à l’usage des jeunes filles, elles présentent des modèles exclusivement féminins, palette de saintes, de reines, de femmes de lettres ou de sciences.

28La Révolution n’inspira pas, à de rares exceptions près, les auteurs de répertoires biographiques féminins. Il en va de même d’ailleurs des auteurs de catéchismes nationaux, qui ne s’adressent presque jamais aux seules filles : cette absence manifeste sans doute la méfiance ou le désintérêt des révolutionnaires pour la question féminine.

  • 10 Blanchard (Pierre), Modèle des jeunes personnes, ou traits remarquables, actions vertueuses, exempl (...)

29Comme pour les répertoires de biographies masculines, une évolution se dessine qui, au xixe siècle, privilégie la vertu par rapport au prodige ou à la célébrité. L’exemple de Blanchard, qui d’auteur se fait bientôt libraire-éditeur pour la jeunesse, illustre cette évolution : après l’accueil flatteur réservé par le public à son Modèle des enfans, il écrit et publie lui-même en 1811 un Modèle des jeunes personnes10 qui, en 1836, en est à sa 14e édition ! À l’exception de rares exemples puisés dans les familles royales ou l’aristocratie, il met en scène tout un petit monde de rosières, d’orphelines, de nourrices et de servantes. Leur vertueux profil cautionne l’image paternaliste et rassurante que voulaient alors se faire du peuple les classes plus favorisées.

  • 11 Comme les Instructions familières d’une institutrice sur les vérités de la religion, pour disposer (...)

30Vient ensuite la catégorie des livres de piété ou fictions pieuses qui offrent des itinéraires de retraite et surtout des préparations à la communion 11. Il est à remarquer que la religion, dans l’ensemble de cette littérature destinée à la jeunesse qu’elle imprègne largement, est toute orientée vers l’accomplissement des devoirs de la vie civile. L’encouragement à la vie religieuse n’a pas sa place ici.

  • 12 Paris, Panckoucke, 1779.

31Après les dévotions, les loisirs. Revenons à la seconde moitié du xviiie siècle, où le théâtre de société fait fureur. En 1779, Madame de Genlis, qui allait être sous peu consacrée « gouverneur » des enfants de la famille d’Orléans, révolutionne le genre en le mettant à la portée de l’enfance avec son Théâtre à l’usage des jeunes personnes12. L’intrigue ne contient aucun rôle d’homme ni aucun sentiment d’amour et s’inscrit dans le quotidien. Le succès est énorme et le genre fait florès. Voulant sans doute profiter du marché ouvert trois ans auparavant par madame de Genlis, les 24 petits volumes de L’ami des enfansde Berquin, par exemple, contiennent presque tous un drame, de un à trois actes, généralement imité de l’allemand.

32Au xixe siècle ensuite apparaissent, d’abord peu nombreux, des ouvrages d’un nouveau type.

  • 13 Friedel (L. B. A.), La petite cuisinière habile, ou l’art d’apprêter les aliments avec délicatesse (...)

33Parmi eux, nous regroupons sous l’intitulé d’« arts et métiers » les manuels de travaux féminins ou encore les livres de recette, comme La petite cuisinière habile de madame Friedel 13. Ils font partie de toute une série de manuels pratiques et correspondent à un élargissement du public désormais préoccupé d’efficacité et d’utilité.

  • 14 Lefranc, Gouffé (Armand), Naudet, etc., Jeux des jeunes filles de tous les pays, représentés en 25 (...)
  • 15 Anonyme, Petit chansonnier des pensions, pour 1810, étrennes aux jeunes demoiselles, Paris, Favre, (...)

34Pour clore cette nomenclature des genres, évoquons la rubrique assez modeste de jeux de société ou d’adresse 14. Et enfin quelques titres de chansons 15 proprement destinées aux filles.

  • 16 Voir Havelange (Isabelle), « Les auteurs pionniers », dans Livres d’enfance et de jeunesse en Franc (...)

35Les auteurs qui ont marqué de leur empreinte de « pionniers » cette première période d’une véritable littérature pour la jeunesse 16 ont activement participé à sa « féminisation ». À mesdames Leprince de Beaumont et de Genlis, joignons madame d’Épinay, l’amie des philosophes, qui avec ses Conversations d’Émilie (1774) obtient en 1783 la première attribution du prix Monthyon, fondé pour récompenser l’ouvrage le mieux écrit et le plus utile aux moeurs. Reconnaissance morale mais aussi littéraire à une époque où la production à l’usage de l’enfance cherche ses lettres de noblesse.

  • 17 Ce qu’elle évoque dans la préface de deux de ses ouvrages : Étrennes à ma fille, ou soirées amu de (...)

36Pendant le premier tiers du xixe siècle, apparaissent les premiers — et encore relativement modestes — éditeurs et libraires pour l’éducation (Pierre Blanchard, Alexis Eymery ou Eugène Balland). Ils ont non seulement publié et écrit pour les filles, mais également sollicité dans la même optique des auteurs connus, comme Mme Dufrénoy 17, consacrant le succès de ce nouveau type d’écriture.

La bibliothèque féminine idéale

  • 18 Bérenger (L.-P.), Morale chrétienne en action, ou choix d’histoires édifiantes, d’anecdotes, de con (...)

37Cet examen des différents types d’ouvrages écrits pour les demoiselles ne nous renseigne évidemment que partiellement sur les lectures féminines, ce que démontre notamment l’examen des conseils de lecture que les auteurs pour la jeunesse dispensent régulièrement. La littérature enfantine en effet, encouragée d’abord avec enthousiasme par les pédagogues, ne tarde pas à provoquer des critiques. À côté des « bons ouvrages » se trouvent des livres médiocres « vantés par les libraires au retour de chaque nouvelle année, et que les gens du monde, vrais enfans, s’empressent d’acheter à cause des belles images et des belles reliures 18 ».

38Apparaissent donc des listes de livres qui constituent ce que nous appelons les « bibliothèques idéales ». La comparaison de deux de ces listes, insérées respectivement dans des ouvrages publiés en 1798 et 1816, est instructive à plus d’un égard.

  • 19 Lenoir (Marie-Antoinette), L’institutrice et son élève ou dialogues à l’usage des jeunes demoiselle (...)

39La première est publiée par une certaine Mlle Lenoir 19, gouvernante française en Angleterre. Elle propose un classement en fonction de l’âge des élèves (de huit à dix-huit ans) : en tout 169 titres, dont une vingtaine sont écrits pour la jeunesse, et douze seulement pour les filles, le reste appartenant au domaine de la littérature générale.

  • 20 Idem, préface, p. X.

« J’ai ajouté la liste des livres que j’ai fait lire à mon élève dans le cours de dix années d’éducation, parce que j’ai pensé qu’elle pourroit être utile à l’institutrice qui n’a pas encore une longue expérience. Il faudra cependant avoir soin d’observer l’ordre dans lequel ils sont placés, et ne les donner que graduellement et à mesure que l’esprit se développe, de peur de gâter le goût en se pressant trop de le former. Il faut en excepter les Fables de La Fontaine, dont la simplicité convient à l’enfance, et qui sont faites pour plaire dans tous les âges. L’expérience m’a convaincue que c’est le livre des enfans, ce qu’ils retiennent le mieux, et qu’il est impossible de lui en substituer un autre 20. »

40L’auteur, afin de satisfaire au goût nouveau du public pour les langues, inclut dans sa liste trente-trois titres en anglais et quinze en italien. Elle offre aux jeunes filles des livres de religion, de morale, d’histoire, de géographie, de littérature, des récits de voyage et des ouvrages d’astronomie. Elle recommande quelques auteurs classiques, en traduction française, insistant encore et toujours sur les vertus morales dont leurs écrits sont porteurs :

  • 21 Dont elle propose le Roland furieux en italien.
  • 22 Lenoir (Marie-Antoinette), op. cit., préface, pp. X-XI.

« Il est bon d’avertir aussi qu’il est des livres de ce catalogue dont la lecture est indispensable dans l’éducation littéraire, mais dont beaucoup de morceaux blessent la délicatesse et font rougir la pudeur : ce sont cependant des auteurs classiques : il faut les connoître, mais il faut les faire lire avec prudence. L’Arioste 21, par exemple, ne doit pas être confié à la jeunesse. Il faut que l’institutrice le lise elle-même, qu’elle en fasse remarquer les beautés, et qu’elle sache jeter un voile sur les défauts par une prudente omission, et cela sans y mettre de mystères 22 ».

41À côté d’Arioste, elle propose aux plus âgées des lectrices les œuvres de Corneille, de Molière, de Racine… Les philosophes sont également représentés dans sa liste, principalement Voltaire avec l’Histoire de Charles XII, l’Histoire de Pierre le Grand, les Comédies ou le Théâtre.

  • 23 Dans le Tableau des exercices et de l’enseignement en usage dans un pensionnat de jeunes demoiselle (...)

42La seconde liste est insérée dans un ouvrage qu’Antoine Caillot, ancien maître ès arts, franc-maçon, publie pour les demoiselles en 1816 23, soit près de vingt ans plus tard. Elle contient cent onze titres, dont douze sont écrits pour la jeunesse, et seulement sept pour les filles. La présentation ne s’en fait plus par âge, mais selon les règles du classement des bibliothèques : théologie et piété ; morale ; sciences ; grammaire et littérature ; histoire et géographie ; voyages.

43La place de plus en plus grande que prend la science est flagrante : il y a cinq fois plus d’ouvrages que dans la première liste.

  • 24 L’école des moeurs de Blanchard ; les Conversations d’Émilie de madame d’Épinay ; les Œuvres de mad (...)
  • 25 Caillot, op. cit., p. 234.

44Nous n’avons pas la place ici d’entrer dans une étude approfondie de ces deux listes. Disons seulement que le choix de livres opéré par les deux auteurs est très différent. Dix-huit titres à peine se retrouvent à la fois chez l’un et chez l’autre 24, ce que l’on peut imputer partiellement à l’évolution des mentalités : Voltaire, cette fois, n’est représenté que par La Henriade. Dans la rubrique « morale », l’auteur exprime d’ailleurs nettement son opposition à « la secte philosophique qui dominait en France il y a quelques années 25 ». Ces disparités expriment surtout les hésitations qu’éprouvaient alors les contemporains face au choix des lectures féminines, et plus généralement à la place des femmes face au savoir et à la culture.

45Nos deux listes cependant ont un point commun, avec lequel nous allons conclure. Au même titre que le souci de définition des « bons livres » ou que le désir d’une censure souvent réclamée, elles renouvellent un besoin de contrôle tout entier déterminé par la vision sociale du rôle féminin, aristocratique puis bourgeois.

46Un siècle et demi plus tôt, Fénelon déjà ne redoutait-il pas que l’univers protégé des demoiselles ne se brise au simple contact de lectures « dangereuses » ?

Notes

1 Cet article s’appuie sur la constitution d’une base de données des livres destinés à la jeunesse, du Moyen Âge au xxe siècle, qui compte actuellement quelque 10 000 titres.

2 Voir la contribution de Danièle Alexandre-Bidon, consacrée aux lectures enfantines au Moyen Âge, dans Les livres d’enfance et de jeunesse en France de Charlemagne à Guizot./ Sous la dir. de Michel Manson (à paraître à Paris chez Picard en 2003).

3 Sous le titre de Instruction chrétienne des jeunes filles… tirée [par M. Marquot]… du livre de l’« Instruction de la jeunesse » fait par M. Gobinet, Paris, F. Le Cointe et Élie, 1682.

4 Les Règles de la bienséance et de la civilité chrétienne. Divisées en deux parties. À l’usage des écoles chrétiennes de filles, Reims, chez Regnauld Florentin, imprimeur du Roi, 1722.

5 1689 et 1691.

6 Nous nous fondons ici sur la publication du Traité faite à Paris chez Klincksieck en 1994, avec une introduction de Bernard Jolibert. Voir les chapitres V (Instructions indirectes : il ne faut pas presser les enfants), p. 51 et le chapitre XII (Suite des devoirs des femmes), p. 90-92.

7 Les titres seuls indiquent le plus souvent l’intention de l’auteur. Dans les autres cas, une préface sans équivoque ou le choix d’héroïnes strictement féminines ont déterminé nos critères de sélection.

8 Leprince de Beaumont (Marie), Magasin des enfans, ou dialogues entre une sage gouvernante et ses élèves de la première distinction, Londres, J. Haberkorn, 1756, 2 vol. ; Magasin des adolescentes, ou dialogues entre une sage gouvernante et plusieurs de ses élèves de la première distinction, Londres, 1760, 2 vol. ; Magasin pour les jeunes dames qui entrent dans le monde, se marient, leurs devoirs dans cet état et envers leurs enfans, pour faire suite au Magasin des adolescentes, Londres, J. Nourse, 1764, 4 t. en 3 vol.

9 Campan (Mme), De l’éducation, suivi des Conseils aux jeunes filles, d’un théâtre pour les jeunes personnes et de quelques essais de morale, Paris, Baudoin frères, 1824, t. 2, p. 399.

10 Blanchard (Pierre), Modèle des jeunes personnes, ou traits remarquables, actions vertueuses, exemples de bonne conduite, et morceaux extraits des meilleurs écrivains qui se sont occupés de l’éducation des filles, Paris, P. Blanchard et Cie, 1811.

11 Comme les Instructions familières d’une institutrice sur les vérités de la religion, pour disposer ses élèves à la première communion de Mme Mallès de Beaulieu, Paris, Le Cerf, 1824.

12 Paris, Panckoucke, 1779.

13 Friedel (L. B. A.), La petite cuisinière habile, ou l’art d’apprêter les aliments avec délicatesse et économie, suivi d’un traité sur les confitures et sur la conservation des fruits et légumes les plus estimés, nouv. éd., Paris, Friedel et Gasc, 1821.

14 Lefranc, Gouffé (Armand), Naudet, etc., Jeux des jeunes filles de tous les pays, représentés en 25 lithographies ; d’après ou par MM. Xavier Le Prince, Colin et Noël, offrant des costumes de toutes les nations ; avec l’explication détaillée des règles de chaque jeu, accompagnés de fables nouvelles […] suivis d’anecdotes relatives à chaque jeu, Paris, Nepveu et Giroux, 1823.

15 Anonyme, Petit chansonnier des pensions, pour 1810, étrennes aux jeunes demoiselles, Paris, Favre, 1810.

16 Voir Havelange (Isabelle), « Les auteurs pionniers », dans Livres d’enfance et de jeunesse en France, de Charlemagne à Guizot, op. cit.

17 Ce qu’elle évoque dans la préface de deux de ses ouvrages : Étrennes à ma fille, ou soirées amu de la jeunesse (Paris, Alexis Eymery, 1815) et Biographie des jeunes demoiselles, ou vies des femmes célèbres depuis les hébreux jusqu’à nos jours ; ouvrage destiné à l’instruction de la jeunesse (Paris, A. Eymery, 1816).

18 Bérenger (L.-P.), Morale chrétienne en action, ou choix d’histoires édifiantes, d’anecdotes, de contes moraux, de dialogues, de lettres etc. ; propres à servir de lectures instructives et amusantes dans les pensionnats de jeunes personnes, Lyon : A. Leroy, 1810, Avis de l’éditeur, p. VII.

19 Lenoir (Marie-Antoinette), L’institutrice et son élève ou dialogues à l’usage des jeunes demoiselles, Londres : impr. de Baylis, et se trouve chez B. Dulau, 1798, t. 1, pp. 177-188.

20 Idem, préface, p. X.

21 Dont elle propose le Roland furieux en italien.

22 Lenoir (Marie-Antoinette), op. cit., préface, pp. X-XI.

23 Dans le Tableau des exercices et de l’enseignement en usage dans un pensionnat de jeunes demoiselles dirigé par une sage institutrice, Paris, Brunot-Labbé, 1816, t. II, pp. 218 et suivantes.

24 L’école des moeurs de Blanchard ; les Conversations d’Émilie de madame d’Épinay ; les Œuvres de madame de Lambert ; les Lettres d’Adèle et Théodore de madame de Genlis ; Les veillées du château du même auteur ; Les aventures de Télémaque de Fénelon ; les Œuvres de J. B. Rousseau ; les Lettres de madame de Sévigné ; Le spectacle de la nature de Pluche ; le Dictionnaire des synonymes de l’abbé Girard ; l’Histoire universelle de Bossuet ; l’Histoire ancienne de Rollin ; l’Histoire d’Angleterre de Hume ; Les Révolutions romaines, de Suède, et de Portugal de Vertot ; Les Révolutions d’Angleterre par le P. d’Orléans ; Le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce par l’abbé Barthélemy.

25 Caillot, op. cit., p. 234.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540