Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Lectrices : éducation

De la femme savante à l’épouse soumise : les idées de l’Abbé du Bosc, de mademoiselle de Scudéry et de madame de Maintenon sur la femme comme lectrice

Helje Porré

Texte intégral

1La lecture est-elle une activité propre à la femme ou est-ce que la sainte ignorance est préférable pour le sexe dit faible est une question débattue pendant des siècles. Evidemment c’est un débat qui s’applique uniquement aux femmes des classes privilégiées car la majorité de la population — hommes et femmes — était analphabète sous l’Ancien Régime. L’éducation pour les femmes acquise par les lectures a ses détracteurs et ses défenseurs. La misogynie est loin d’avoir disparu au dix-septième siècle, néanmoins la sotte est moins à la mode et il y a de nombreuses voix qui préconisent la lecture comme un moyen excellent pour former le jugement et pour développer l’intellect des femmes. Dans ma communication je propose d’examiner trois opinions énoncées à des moments différents du Grand Siècle — celle de l’Abbé Du Bosc, auteur du traité L’Honneste Femme paru en 1632, de Mademoiselle de Scudéry qui aborde la question dans une con dans le volume dix de son roman Le Grand Cyrus dont la date est 1653 et de Madame de Maintenon qui commente en 1696 dans un « Entretien » avec les maîtresses à Saint-Cyr le sermon d’un prédicateur qui avait fulminé contre les « livres profanes ».

2L’Abbé Du Bosc, prêtre cordelier et bachelier de Sorbonne, s’est fait une réputation en publiant des ouvrages de morale et de religion dont le plus connu est L’Honneste Femme. Le premier chapitre de cet ouvrage, chose assez surprenante, traite de la lecture, de la conversation et du savoir des femmes. Il se montre favorable à la femme cultivée qui s’est manifestée dans les salons, phénomène social à son apogée au moment de la parution de son livre. Il y parle même avec admiration des femmes qui ont pris la plume et il déclare que « la musique, l’histoire, la philosophie et d’autres pareils exercices sont plus convenables à la femme accomplie de qui nous faisons l’image que ceux [les qualités] d’une bonne ménagère ». (p. 115)

3Les longs romans précieux de Mademoiselle de Scudéry contiennent à côté de l’intrigue principale avec ses péripéties et à côté d’une analyse minutieuse de l’amour, des discussions et des débats sur un nombre de sujets aptes à intéresser les honnêtes gens. Dans « L’Histoire de Sapho » ses amis lui posent des questions et dans ses répliques Sapho, porte-parole de Mademoiselle de Scudéry, donne les opinions de celle-ci sur l’éducation, les occupations et le rôle de la lecture dans la vie des femmes de son monde.

4L’Abbé Du Bosc et Mademoiselle de Scudéry dans leurs textes ont en vue surtout les dames privilégiées de la société parisienne, dames libérées des soins quotidiens du ménage, habituées des salons, participant à la vie culturelle de la capitale. Leurs ouvrages seront lus surtout par les honnêtes gens et la bonne compagnie de leur temps. Madame de Maintenon avait un public, si on peut employer ce mot, bien plus restreint. Après avoir fondé l’Ecole de Saint-Cyr pour l’éducation des demoiselles nobles et pauvres, destinées à une existence modeste, elle inondait son établissement de lettres, générales et particulières, d’avis, d’instructions et de conseils qui nous renseignent amplement sur sa conception de la vie et de l’éducation aussi bien que sur sa pédagogie. En plus on a d’elle de nombreux entretiens où elle discute une question de morale ou de comportement par la méthode socratique que les maîtresses à Saint-Cyr ont copiés pour leurs archives.

5En examinant les trois textes on peut y tracer le changement d’attitudes envers la femme, son éducation et son rôle comme lectrice. L’Abbé Du Bosc encourage l’éveil intellectuel de la femme en lui recommandant la lecture et l’acquisition des connaissances. Il écrit à la grande époque des salons où la femme a commencé à donner le ton à la société et à y jouer un rôle important. Mademoiselle de Scudéry, une génération plus tard, continue cette tradition mais d’une façon plus nuancée en insistant sur la nécessité de la modestie chez la femme et le rejet de la femme savante. Vers la fin du siècle avec l’absolutisme de Louis XIV fermement établi, signifiant moins de liberté pour tout le monde, l’idéal féminin a régressé comme en témoigne le texte de Madame de Maintenon et la situation ne s’améliorera pas avant la mort du Roi Soleil au début du siècle suivant.

6Il y a un côté traditionnel aussi bien qu’innovateur chez l’Abbé Du Bosc. Certes il ne manque pas de donner une grande importance à la morale et à la chasteté et il s’exprime souvent sur un ton moralisateur. Mais il recommande aussi fortement que les femmes se cultivent l’esprit et possèdent des connaissances. Pour arriver à ce but la lecture est d’une importance primordiale. En quelque sorte la lecture est à la base des autres qualités souhaitables chez les femmes et elles devraient donc s’adonner à la lecture avec assiduité.

7Pour souligner la primauté de la lecture, l’Abbé Du Bosc y consacre le premier chapitre de son livre, intitulé « De la Lecture ». Au premier paragraphe il indique « trois nobles occupations de l’âme — la Lecture, la Conversation, la Resverie » dont selon lui la plus grande est la lecture :

« Il n’y a rien de si vray que la Lecture, la Conversation, et la Resverie, sont les trois choses du Monde les plus belles et les plus utiles. Par la Lecture nous entretenons les morts, par la Conversation les vivans, et nous-mêmes par la Resverie ; la Lecture enrichit la memoire ; la Conversation polit l’esprit et la Resverie forme le jugement. Mais entre ces nobles occupations de l’âme, pour dire icy laquelle est la plus importante, il faut confesser que la Lecture entretient les deux autres, et que sans elle la Resverie est sans fruit, et la Conversation sans plaisir. » (p. 1)

8La lecture va perfectionner une femme qu’elle soit de nature intelligente et spirituelle ou non. Continuons à écouter l’Abbé Du Bosc lui-même :

« Elle [la lecture] est nécessaire à toutes les Dames, quelle sorte d’esprit qu’elles puissent avoir, puis qu’elle donne encor un grand esclat à celles qui l’ont excellent, et qu’elle diminuë de beaucoup l’imperfection de celles qui n’en ont pas tant. Elle rend celles-cy supportables, et les autres admirables. » (p. 1-2)

9Tandis que celles qui n’aiment pas les livres « ne peuvent rien dire que d’importun et […] leur entretien ne sert qu’à persecuter les compagnies. » (p. 2) En d’autres termes de telles personnes n’ont rien à dire d’intéressant ou de valable. Tandis que la lecture forme le jugement et raffine le goût. Elle fait que « nous ayons plus de solidité dans nos pensées et plus de douceur dans nos discours. Elle acheve ce que la nature ne fait que commencer ». (p. 2)

10L’Abbé Du Bosc ne mentionne aucun auteur ni aucune œuvre précise. Il n’indique même pas les domaines généraux dans lesquels la lecture produirait ces effets bénéfiques. On peut supposer qu’il s’agit des auteurs de l’antiquité et des ouvrages qui se conformaient à la morale de l’époque car notre abbé fait une remarque sur « les importuns qui ne parlent que de livres de Hollande » (p. 3) voire les livres qui ont été imprimés en Hollande pour échapper à la censure française. C’est dans la lecture solide selon l’Abbé Du Bosc que les Dames trouvent un contrepoison si elles sont exposées à de telles conversations.

11Mais pour l’Abbé Du Bosc la lecture n’est pas seulement le chemin du développement personnel. Elle a aussi un rôle social à jouer. L’Honneste Femme a paru au moment où les salons parisiens fleurissaient, ces salons où l’art de la conversation savante et spirituelle était hautement prisé. Pour faire bonne figure dans ces assemblés où les femmes tenaient une place égale aux hommes, il était nécessaire qu’une femme accomplie soit instruite, que sa conversation ne se borne pas à des banalités. Selon l’Abbé Du Bosc : « Il est impossible sans se mettre à la gesne, de demeurer longtemps avec celles qui ne vous peuvent entretenir que du nombre de leurs moutons si elles sont de la campagne, ou si elles sont de la ville qui ne parlent que de collets et de juppes à la mode. » (p. 115) Pour bien parler il faut des connaissances — l’Abbé Du Bosc mentionne la musique, l’histoire et la philosophie comme sujets souhaitables — et on acquiert les connaissances par la lecture. Ce sont ses connaissances et son intelligence qui valorisent la femme dans la société mondaine et lui garantissent une place dans la bonne compagnie.

12De plus la lecture donne des avantages à la femme dans le domaine de la morale et de la vertu. Elle permet à une femme d’occuper d’une façon agréable et utile le temps qu’elle passe seule. L’Abbé Du Bosc déclare que « […] les Dames qui ont quelques sciences et quelque lecture, donnent beaucoup de plaisir dans la conversation, et n’en reçoivent pas moins dans la solitude, alors qu’elles s’entretiennent toutes seules. Leur idée a de quoy se contenter ». (p. 113) Leur vie privée est enrichie aussi bien que leur vie mondaine. En plus la lecture protège leur vertu. Selon l’Abbé Du Bosc, ce sont les ignorantes qui sont sujettes aux mau pensées dans la solitude car elles n’ont rien de valable pour occuper leurs pensées ou leurs rêveries. Elles sont en danger de succomber quand elles trouvent « une occasion ou un importun » à cause de leur « niaise simplicité de village ». (p. 113) Tandis que les dames qui lisent se corrompront bien moins facilement.

13Comme on l’a vu pour l’Abbé Du Bosc, la pratique de la lecture offre des avantages considérables à la femme — avantage de l’épanouissement personnel, avantage social et mondain, avantage moral. Elle rendra la femme accomplie, vertueuse et intégrée dans la bonne société. Son conseil aux « honnestes femmes » est de devenir des lectrices.

14Dans le texte de Mademoiselle de Scudéry, Sapho, son porte-parole, critique dans le cercle d’amis qui l’entoure l’éducation souvent frivole des femmes et l’oisivité de leur existence qui en résulte « Je ne sçais rien de plus injurieux à nostre Sexe, que de dire qu’une femme n’est point obligée de rien apprendre ». (LGC, vol. 10, livre second, p. 397) Selon elle on apprend aux jeunes filles à bien s’habiller et elles passent des heures avec leurs maîtres à danser et à chanter. Cependant leur éducation intellectuelle est négligée et on ne prend pas la peine de former leur jugement :

« […] Ce qu’il y a de rare, est qu’une Femme qui ne peut dançer avec bien-seance que cinq ou six ans de sa vie, en employe dix ou douze à apprendre continuelle, ce qu’elle ne doit faire que cinq ou six : et à cette mesme Personne qui est obligée d’avoir du jugement jusques à la mort, et de parler jusques à son dernier soûpir ; on ne luy aprend rien du tout qui puisse ny la faire parler plus agréablement, ny la faire agir avec plus de conduite. » (p. 398)

15Le résultat d’une telle éducation est funeste et Sapho esquisse une caricature amusante d’une femme oisive et frivole :

« […] En mon particulier, j’en sçay une qui dort plus de douze heures tous les jours ; qui en employe trois ou quatre à s’habiller ; […] En suite elle en employe bien encore deux ou trois à faire divers repas : et tout le reste à recevoir des Gens à qui elle ne sçait que dire ; ou à aller chez d’autres qui ne sçavent dequoy l’entretenir : jugez apres cela si la vie de cette Personne n’est pas bien employée. » (p. 399)

16Ce n’est pas que Sapho veuille supprimer l’apprentissage des arts d’agrément — elle les appelle « les choses divertissantes » — mais elle insiste pour « former le jugement d’une jeune fille et de lui apprendre à bien parler et à bien écrire. » (pp. 397-8) Pour arriver à ce but la femme doit avoir « l’esprit fort éclairé » et elle « connaistra finement les beaux Ouvrages ». (p. 401) La pratique de la lecture lui est donc absolument nécessaire. Sapho souhaite que les femmes aiment la lecture et qu’elles lisent avec application. Ses idées sont très proches de celles de l’abbé Du Bosc. Leur différence réside dans leurs priorités respectives. L’Abbé Du Bosc donne la première place à la lecture, la deuxième à l’art de conversation. C’est l’inverse chez Mademoiselle de Scudéry. Comme elle le fait dire à Sapho : « Il ne faut pas qu’on s’imagine que je veüille que cette Femme que j’introduis, soit une liseuse éternelle, qui ne parle jamais : au contraire je veux qu’elle ne lise que pour apprendre à bien parler. » (p. 405) Pour l’Abbé Du Bosc, la lecture avait aussi une fonction morale. Elle pourrait protéger la vertu de la femme en l’occupant quand elle se trouve seule. Sapho recommande aussi la lecture aux femmes si elles se trouvent sans compagnie. Cependant son point de vue est mondain et non moral. La lecture protégera les femmes non de mauvaises pensées mais de l’ennui :

« […] Cependant il s’en trouve [des femmes] qui ont naturellement beaucoup d’esprit qui ne lisent presque jamais : et ce qu’il y a selon moy de plus estrange, c’est que ces Femmes qui ont infiniment de l’esprit aiment mieux s’ennuyer quelques fois horriblement lors qu’elles sont seules, que de s’accoustumer à lire, et à se faire une Compagnie telle qu’elles la pourraient souhaiter, en choisissant une Lecture enjoüée, ou sérieuse, selon leur humeur. » (p. 404)

17Pour Sapho la lecture meublera la solitude du moment et donnera du plaisir à la lectrice tout en enrichissant sa vie et ses connaissances.

18Madame de Maintenon n’a que faire des femmes spirituelles et/ou savantes. Elle veut éduquer et former les jeunes filles de Saint-Cyr pour les rendre épousables, la dot modeste fournie par le Roi y aidant, pour qu’elles puissent occuper une place dans la société de leur temps. Une place modeste, certes, comme épouses de la petite noblesse provinciale et des fonctionnaires bourgeois, mais une place respectée. Elles ne seront pas du monde des dames privilégiées à qui pensent l’Abbé Du Bosc et Mademoiselle de Scudéry quand ils abordent le sujet de la femme et la lecture. Madame de Maintenon veut faire de ses pensionnaires des femmes modestes, bonnes épouses, soumises à leur mari, bonnes mères, bonnes ménagères et avant tout bonnes chrétiennes. Elle ne les veut pas ignorantes. Elles acquerront des connaissances élémentaires et la langue française occupe une place importante dans son programme d’études. Mais la lecture en soi est très surveillée, limitée et pas fortement recommandée. Dans un des entretiens avec les maîtresses de son établissement, on lui pose la question de savoir ce qu’elle entend par « les livres profanes » dont la lecture est à déconseiller. Dans sa réponse, Madame de Maintenon mentionne tout d’abord les romans qui sont « mauvais par eux-mêmes, parce qu’ils ne parlent que de vices et de passion ». (Prévot, p. 134) Mais elle va plus loin et rejette aussi les livres sur l’histoire romaine et l’histoire universelle, en fait tous les livres qui ne sont pas pieux. La raison donnée par elle est que de tels livres « n’ont pas une vraie utilité et qu’ils peuvent dégoûter les jeunes personnes de livres de piété et enfler l’esprit ». Prévot, p. 134) Par conséquent ils sont dangereux pour les élèves de Saint-Cyr. Les exemples de générosité et d’héroïsme qu’on peut trouver dans ces ouvrages « peuvent encourager les demoiselles de faire les savantes et les héroïnes » et de les éloigner de « l’humilité, de la petitesse, du mépris de soi-même et des vertus vraiment chrétiennes ». (Prévot, p. 134) Qu’est-ce qu’il reste à lire pour Madame de Maintenon ? Les livres de piété, un champ bien restreint.

19Madame de Maintenon n’encourage d’ailleurs pas les femmes à passer trop de temps à la lecture. Elle exhorte ainsi les maîtresses de Saint-Cyr : « Apprenez à vos Demoiselles à être extrêmement sobres sur la lecture, à lui préférer toujours l’ouvrage des mains, les soins du ménage, les devoirs de leur état et si enfin elles veulent lire, ce ne soit que des livres bien choisis, propres à nourrir leur piété, à former leur jugement et à régler leurs moeurs. » (Prévot, p. 134) La notion de la femme comme lectrice qui se cultive et s’épanouit n’a aucune place à Saint-Cyr.

20En parcourant nos trois textes on voit les changements produits à une et à deux générations d’intervalle dans les opinions émises sur la femme comme lectrice. Ces changements sont liés à l’attitude envers la femme, sa position et son rôle dans la société française. De l’indépendance relative des salonnières, on passe à un climat bien plus autoritaire et rétrograde vers la fin du règne de Louis xiv. Mais les femmes se reprendront au Siècle des Lumières.

Bibliographie

Bibliographie

Du Bosc Jacques (abbé), L’Honneste femme, 4e éd., Lyon, Jean Grégoire, 1665.

Prévot Jacques, La Première institutrice de France – Madame de Maintenon, Paris, Éditions Belin, 1981.

Scudéry Madeleine (de), Artamène ou Le Grand Cyrus, 10 vols., Paris, 1649-1653. Slatkine Reprint, Genève, 1972.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540