Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. Lectrices : représentation

Figure de lectrice : portrait de la belle Circassienne lisant La Logique de Port-Royal

Carole Martin

Volltext

  • 1 Cf. Histoire d’une Grecque moderne, Paris, Flammarion, 1990. La pagination des citations sera indiq (...)

1Toute figure intratextuelle de lecteur ou de lectrice ne peut pas ne pas provoquer, par effet de miroir entre représentation et actualité de la lecture, chez ceux-là mêmes qui s’y adonnent, un certain nombre de questions concernant leur propre statut. Ainsi de la figure de la « Grecque moderne » que met en scène l’abbé Prévost dans l’Histoire du même nom qu’il publie en 1740 1. Esclave arrachée à son état de concubine dans un sérail de Constantinople par le protagoniste et narrateur de ce récit à la première personne, celle-ci passe d’une vie où la ségrégation spatiale concrétisait l’appréhension hiérarchique du monde à une existence relativement indépendante, dont les modes de discrimination se sont mutés en processus de spécialisation et d’internalisation par le sujet de « sa place » dans l’Ordre des Choses. Or, parmi ces instruments de formation, la lecture joue sans doute le rôle le plus important. L’enfermement est devenu discipline, for aux disciplines, introduites par le livre.

2Mais quel livre ? Quels sont-ils ces textes que lit et relit l’affranchie durant la majeure partie du récit ? Outre les Essais de morale de Pierre Nicole, La Logique de Port-Royal l’exerce continuellement, et procure ainsi au lecteur une manière de double de l’Histoire que lui-même parcourt, une réplique pour le moins inattendue à ce « roman à clés », dont l’enjeu ne manque d’intriguer. Que l’héroïne lit-elle dans la Logique qui puisse se superposer à notre lecture ? Et ne serait-ce là, en filigrane, toute la problématique de l’identification qui se pose ? Problématique inscrite au coeur même du récit, l’Histoire d’une Grecque moderne ne nous étant en effet transmise qu’à travers le « je » du héros narrateur, personnage qui va d’autre part nous interpeller, abandonnant, déclare-t-il d’emblée, « le jugement » de ses mésaventures « à mes lecteurs » (H 55). Appelés à nous identifier à la seule perspective qui nous permette d’entrer dans le récit, paradoxalement, nous devrions aussi pouvoir nous en détacher afin d’en juger, d’établir la véridicité des pièces de ce procès dont nous n’entendrons jamais qu’un témoin. Cette double postulation, imposée au lecteur, rend pour le moins instable son identification, primaire, au narrateur, à moins que ne vienne l’équilibrer une identification secondaire portée par la figure de la lectrice, une deuxième identification nous mettant en mesure « d’arrêter » le sens du texte, de remplir la tâche que celui-ci nous prescrivait, en départageant le vrai du faux. Pour relever l’injonction, s’identifier à qui lit et discerne, relisons donc avec l’héroïne son Art de penser.

  • 2 On utilisera la réimpression de l’édition de Paris (1662) publiée à Genève, Slatkine Reprints, 1972 (...)

3De l’aveu du pacha Chériber, le maître de la jeune esclave grecque dont il est ici question, on « ignore des mains de qui elle sortoit. Le seul agrément de sa figure et de son esprit me l’a fait prendre au hazard, continue-t-il, et vous la voyez aussi contente de son sort que le reste de ses compagnes […] je n’en puis trouver d’autre raison que la force de l’exemple et de l’habitude » (H 59-60). La question de l’identité de l’objet considéré est, dans le récit de Prévost comme dans la Logique de Port-Royal, qui nous servira donc « d’art de penser » le roman de l’abbé, la première se posant au lecteur 2. Quelle idée, quelle conception me ferai-je de cet objet ? Telles sont en effet et l’interrogation servant d’amorce à toute pensée chez les auteurs de la Logique, et la suite logique du titre que Prévost donne à son manuscrit : Histoire d’une Grecque moderne.

4En réponse à cette question inaugurale, la Logique va poser trois « attributs essentiels » ou « modes » propres à déterminer cet objet : et tout d’abord, ce qui le distingue essentiellement des autres, sa différence ; vient ensuite ce qui lui appartient en essence, son propre, considéré comme une « dépendance » du premier trait ; enfin, le mode sous lequel il existe communément, mais « qui peut estre separé au moins par l’esprit de la chose dont il est dit accident » (L 66). De ces trois déterminations, seule la dernière et la plus faible nous est présentée dans le portrait initial que Chériber dresse de son esclave : elle est « assujettie » aux usages du sérail. Du reste ni l’interlocuteur du pacha et futur narrateur de ce récit autobiographique, ni le lecteur ne savent rien. Aussi est-ce ce reste, la question des attributs essentiels de l’héroïne, qui sert d’embrayage à la narration.

5Or, l’un des obstacles fondamentaux à une conception juste des choses et de leurs attributs, que soulève immédiatement la Logique, consiste en ce que le processus d’attribution interfère avec le simple relevé d’attributs. L’esprit où se développe l’idée de la chose contemplée ne se contente pas de l’observer pour en rendre compte ; il y projette des qualités tirées d’autres objets comparables, qu’il évoque tout en croyant ne s’adresser qu’au sujet qui l’occupe : « L’equivoque arrive seulement parceque l’esprit au lieu de ce sujet confus [indéterminé] y substituë souvent un sujet distinct & determiné » (L 81-82). Ainsi la conversation « sur la force de l’éducation et de l’habitude », qui sert de cadre à la présentation de la jeune Grecque, tenue au sujet (indéterminé) des « plus belles femmes soumises et tranquilles en Turquie » (H 59), en se concentrant soudain sur l’exemple de l’esclave, tourne-t-elle dans le texte de Prévost à l’équivoque, une équivoque qui de par son caractère inaugural semble bien en situer le procès sous les auspices du malentendu, de l’ambiguïté et de la méconnaissance. A l’erreur commune, selon la Logique de Port-Royal, qui substitue à la recherche des différences inté à l’exacte conception des choses leur assimilation, s’ajoutent deux autres obstacles liés d’une part à la projection proprement dite, d’autre part à la représentation. En effet, d’un côté, « l’ame » aurait cette tendance qui tient à croire « que ce qui estoit dans ces objets estoit entierement semblable aux sentimens ou aux idées qu’elle avoit à leur occasion » (L 87). Telle projection des impressions de l’observateur sur l’objet de l’observation, succédant à la comparaison déjà établie entre celui-ci et ses analogues supposés, contribue encore à en fausser la perception. Le premier entretien du narrateur et de l’héroïne prévostiens l’exemplifie sans conteste, suscitant chez le protagoniste non seulement la « comparaison qui se fit dans mon esprit entre les principes de nos dames [des pays chrétiens] et les siens », mais le « regret de la voir née pour un autre sort que celui qu’elle méritoit » et la convoitise « du bonheur d’un mari françois qui trouveroit dans la compagne de sa vie des vertus qui étoient comme perdues pour les dames turques » (H 60-61). La réflexion dont la jeune esclave n’est que l’occasion, celle d’un homme pris de nostalgie à l’évocation d’une heureuse union, se voit immédiatement projetée dans l’objet à qui on s’adressait, et conduira aux dires du protagoniste « la jeune esclave, charmée de l’image que je lui avois tracée […] du bonheur de nos femmes », à « souhaiter de lier avec moi quelque intrigue d’amour » (H 62).

6L’idée qu’il se fait de l’odalisque, rapportée soit à celle qu’il a des femmes ici européennes, là turques, soit à sa propre conception des relations entre les sexes, loin de répondre aux critères de clarté et à la circonspection préconisés par la Logique, est enfin voilée par le troisième écueil que l’Art de penser oppose à la perspicacité. Il s’agit de l’écart entre l’idée et le mot supposé la représenter, manifesté par un rapport purement arbitraire, quoique l’on considère à l’occasion et abusivement ses composants comme liés d’affinité, un rapport d’ailleurs obscurci par l’histoire de l’usage du mot et ses connotations.

7Ainsi, lorsque s’amorce la discussion du premier attribut de la jeune Grecque, c’est-à-dire de son statut d’esclave ou d’être libre, le mot « liberté » désigne dans l’esprit de chacun des protagonistes un état sensiblement différent. Si c’est en effet un « attribut essentiel » marquant la « différence que les Turcs mettent » entre les femmes qu’on honore et celles dont on se sert (H 69), ce n’est qu’un accident, un mode « point necessairement lié avec l’idée d’une chose » (L 71), pour le protagoniste français se proposant de racheter l’esclave qui « avoit perdu sa liberté » (H 72). Quant à celle-ci, elle semble bien en faire son propre, ou sa propriété, « prenant l’air et la contenance qu’elle crut convenable au changement de son sort », affichant « la modestie et la décence » dès que son « libérateur » lui « rend tous les droits qu’il a sur elle et sur sa liberté » (H 69-70). Sa liberté : « un attribut qui lui appartient en effet », mais dont l’appartenance dépend du premier trait qui la distingue et signifie sa différence (L 66), mais dont elle est redevable, mais dont la dette témoigne de la conception qu’elle aura dès lors d’elle-même, déterminée par l’obligation, celle de « se rendre digne des bienfaits » de ce libé, « que toutes ses forces et tout son sang ne pouvoient jamais la mettre en état de payer » (H 72). Essentiellement esclave, née « dans le desordre » (H 74) pour ses interlocuteurs turcs ; liée, quant à elle, par la seule obligation qu’elle doit à celui qui l’a rachetée et, de ce fait, libre envers tout autre ; enchaînée, non par la reconnaissance, mais l’intérêt et « l’espérance d’une vie plus libre » à ses côtés selon le narrateur (H 94), nous avons là trois conceptions manifestement divergentes de l’objet du récit.

8Ainsi se nouent, comme à partir de la structure que se donne la première partie de la Logique de Port-Royal consacrée à « la premiere action de l’esprit, qui s’appelle concevoir » (L 31), les termes initiaux dont va se nourrir l’ensemble du roman de Prévost, qu’il s’agisse de la question centrale de l’identité de celle qui, à la sortie du harem, se rebaptise Théophé, de l’identification des différents attributs propres à la caractériser, ou des trois opérations entravant cette identification — que ce soit l’assimilation (à son acquis personnel), la projection (de ses propres impressions), la représentation (en des termes ambigus) — opérations qui, tout en caractérisant au plus près l’activité psychologique du narrateur, menacent toujours d’obscurcir son jugement et de laisser en suspens la résolution du problème d’identité sur lequel s’ouvrait le récit.

9Or ce sont justement « les reflexions que les hommes ont faites sur leurs jugemens » qui viennent composer la seconde partie de la Logique (L 122) et éclairer les erreurs d’appréciation que commet le narrateur, dès la conclusion de l’autobiographie qu’il requiert bientôt de sa protégée. S’il reconnaît spontanément à ce récit « tout l’esprit que Chériber lui avoit vanté » chez la jeune fille, il l’associera en définitive à de l’adresse, « le soin qu’elle avoit eu de me faire remarquer plusieurs fois sa simplicité, étant précisément ce qui me la rendoit suspecte ». Ce jugement hâtif superpose aux prédicats convenant à l’auteur d’une relation de prime abord « arrangée avec tant d’ordre » qu’elle en prenait « un tour philosophique », « sensible », un « air de naïveté et d’innocence », une autre série d’attributs incompatibles avec un tel présupposé de franchise. Ce qui n’était en premier lieu que « riche naturel » devient, réflexion faite, artifice et « chaleur de tempérament » (H 93-94), alors que l’incompatibilité des idées, que donne d’elle-même Théophé et qu’en retient son auditeur à travers une interprétation prenant a posteriori le contre-pied des paroles de l’héroïne, aggrave le problème d’identification relevé en première partie, et illustre le motif le plus fréquent que la Logique attribue aux erreurs de jugement : « Et l’on peut mesme dire que c’est de là que naissent la plus grande partie de nos erreurs. Car ayant l’idée d’une chose, nous y joignons souvent une autre idée qui y est incompatible. » (L 151) Les auteurs de la Logique modèrent ce principe en faisant la distinction entre un prédicat galvaudé par l’opinion publique et son analogue accordé par le seul observateur — « quand une personne est l’auteur d’un tître qu’il donne à un autre, & qu’il le luy donne parlant de luy-mesme non selon l’opinion des autres, ou selon l’erreur populaire […] on luy peut alors imputer avec raison la fausseté de ces propositions » (L 148-49). Fausseté dont se défend, comme en réponse à l’observation, le narrateur en utilisant précisément la restriction citée pour justifier son dénigrement de Théophé, puisque, « aujourd’hui comme du tems des anciens, rapporte-t-il, la bonne-foi grecque est un proverbe ironique » (H 94).

10Passons du motif du jugement au raisonnement, qui constitue le thème de la troisième partie de la Logique, et notamment aux « fausses consequences » qu’on tirera nécessairement des « faux principes » sur lesquels on raisonne (L 213-14). Si le prédicat d’intérêt — et ce, au double sens de recherche de son avantage per et d’attention favorable portée à autrui — est celui sur lequel s’arrête le narrateur pour caractériser Théophé, la conséquence qu’il en tire, « que j’avois rendu à une jolie femme un service dont je ne devois pas me repentir […] flatté sans doute du desir que je lui supposois de me plaire » (H 95), n’est pas moins fautive que la prémisse. La résolution escomptée, et de l’intrigue et du raisonnement qu’y applique le protagoniste, dans l’offre des faveurs de Théophé est bien ce qui, à aucun moment de l’Histoire, ne se concrétisera, entraînant son narrateur à la recherche inachevée de toutes les causes possibles à l’inexplicable comportement de l’héroïne. Il retrouve en cela le tableau exhaustif que dresse la Logique de la causalité, évoquant alternativement les « causes efficientes » — « sensibles » ou « éloignées », « prochaines » ou « instrumentales », « morales » ou « intellectuelles », « contingentes » ou « necessaires » — et les « causes finales », « parce que les hommes agissent ordinairement selon leur interest » (L 304-07). Mais ce sont aussi les différents sophismes que relève la Logique qui servent à alimenter les « mauvais raisonnemens » du narrateur, prenant « pour cause ce qui n’est point cause » (L 318), « assez satisfait, avoue-t-il, d’avoir ce prétexte pour me déguiser ma foiblesse » (H 129), supposant « pour vray ce qui est en question » (L 313), supposant « des droits, poursuit-il, qu’elle ne m’avoit point accordés sur elle » (H 129). « Juger d’une chose par ce qu’il ne luy convient que par accident » (L 327), ou « passer de ce qui est vray à quelque égard, à ce qui est vrai simplement » (L 332), est encore ce dont son raisonnement, devenu l’assise défectueuse de la passion, multiplie les instances. Outre cet excès de discours « trop remplis de matiere », « amas confus de raisonnemens bons & mauvais » (L 299), auquel se livre un cœur de plus en plus dérouté, les exemples de dilemmes, dont discute aussi la Logique, vont s’accumulant pour signifier la confusion de l’amant éconduit.

11Enfin, c’est l’ensemble du dernier chapitre de cette troisième partie sur « les faux jugemens que les hommes forment dans les matieres des mœurs » qu’il faudrait considérer en regard de l’œuvre de Prévost, pour rendre un compte exact de l’influence thématique et structurelle que le traité exerce sur le roman (L 340-65). Pour abréger cet exposé, nous n’en ferons pas ici le détail. Néanmoins, le nombre et la précision des diverses rencontres que je viens d’expliciter suffisent à éclairer la façon dont l’Histoire, dans sa trame et la formulation de ses questions fondamentales, reprend point par point le découpage et certains des développements les plus remarquables de la Logique, tant et si bien qu’en laissant de côté les péripéties et les figures propres au genre on peut lire les analyses du narrateur comme une démonstration par l’absurde de la valeur de vérité émanant du traité. A l’inverse, le personnage de Théophé, avant même d’en devenir la lectrice et d’en suivre les recommandations, va faire preuve de l’attention précise aux choses que requièrent ses auteurs. On comparera la première phrase du Discours ouvrant leur texte à l’observation initiale que fait le narrateur sur la nature réfléchie de sa protégée.

« Il n’y a rien de plus estimable que […] la justesse de l’esprit dans le discernement du vray & du faux. » (L 5)

« Son esprit, porté de lui-même à méditer, ne saisissoit rien qu’il n’étendît aussi-tôt pour le considérer sous toutes ses faces… » (H 102)

12Ne sortant jamais des bornes que lui fixe son attribut essentiel — la reconnaissance qu’elle doit, dit-elle, à celui à qui « elle croyoit devoir la naissance, puisque c’étoit lui en donner une seconde que de la délivrer de l’infamie de la prémière » (H 108) — Théophé est la « logique » même, et c’est bien cette prédisposition qui détermine le narrateur, après l’avoir libérée, à la former aux disciplines et tout d’abord à la lecture : « Ce fut de moi-même qu’elle reçut les prémières leçons de notre langue […] Je lui avois vanté les fruits qu’elle en pourroit tirer par la lecture, et son impatience étoit de se voir à la main un livre françois qu’elle pût entendre. » (H 152-53)

13Si le développement même de la Logique apparaît éclairer chacune des erreurs de conception, de jugement, de raisonnement, que commet le protagoniste, et pouvoir ainsi servir de trame à qui veut « déconstruire » l’aberration de ses analyses pour transformer ce « roman à scandale » en histoire morale, peut-on maintenant relever semblable correspondance entre la constitution de Théophé en « sujet pensant » et la méthode que préconise l’Art de penser destiné à sa formation ? Celui-ci postule deux pôles à prendre en considération pour parvenir à la pleine compréhension des choses : en premier lieu la connaissance, dont l’instrument — l’analyse — doit « passer toûjours de ce qui est plus connu à ce qui l’est moins » (L 371) et « ne comprendre rien de plus en ses jugemens, que ce qui se presente clairement à l’esprit », dont le mode est « d’éviter soigneusement la precipitation & la prevention » (L 374), et dont l’axiome majeur pose « l’existence au moins possible […] de tout ce que nous concevons clairement & distinctement » (L 405). Le second pôle est celui de la « creance », dont l’instrument est « l’autorité […] de deux sortes, de Dieu, ou des hommes » (L 433), dont le mode est le bon sens, et l’axiome que le « témoignage d’une personne infiniment puissante, infiniment sage, infiniment bonne, & infiniment veritable, doit avoir plus de force pour persuader notre esprit, que les raisons les plus convaincantes » (L 407). A ceci s’ajoute un principe de modération articulant les rapports entre connaissance et créance, selon lequel la soumission à l’autorité, le fait de devoir « captiver son entendement pour obeïr » (L 435), ne s’opposera jamais fondamentalement à l’usage de la raison, quand inversement la notion de « certitude morale », « qui se doit mesme contenter en plusieurs rencontres de la plus grande probabilité », peut se substituer à l’apport de « preuves positives », « sur-tout dans la conduite de la vie » (L 442-44).

14Or ces deux pôles que la Logique donne à « l’art de penser » — la connaissance et la créance, le désir d’être éclairé et celui d’être persuadé — sont pré-cisément les deux postures qu’adoptera Théophé, qui d’un côté se livre à ses propres efforts d’analyse, retraçant « toutes les circonstances de son histoire […] et rai sur cette exposition avec plus de force et de justesse qu’on n’en a jamais vu dans nos meilleurs livres », et de l’autre aux conseils, culminant en ce « juste empire » du narrateur qu’elle surnomme « son maitre dans la vertu » (H 204). Analyse et foi sont non seulement co-extensives à sa formation mais harmonisées entre elles : si la foi qu’elle accorde de suite aux explications de son protecteur précède leur examen, l’extrême attention qu’elle leur prête et « l’étude continuelle » qu’elle « s’en fait dès ce moment » transforment bientôt sa confiance initiale en volonté de savoir (H 88), quand, à l’inverse, l’approfondissement de ses connaissances ne contrarie pas les maximes que son « éducateur » lui a d’abord inculquées. C’est enfin le souci « du vray ordre », de la « suite naturelle » des idées — s’accordant à « la nature de nostre esprit », et contribuant dans la Logique à « une connoissance beaucoup plus nette, plus entiere, & plus parfaite des choses », à « une facilité incomparablement plus grande » (L 426) — c’est donc cet ordre méthodique qu’on retrouve mis en évidence dans le discours de Théophé.

15L’héroïne, en lectrice attentive de la Logique, en fidèle émule des auteurs de Port-Royal, y puise l’essentiel de ses qualités intellectuelles et morales. Et ce, paradoxalement, au grand dam du protagoniste qui devra subir, à son corps défendant, les conséquences de cette lecture suivie dont il avait sous-estimé les effets. Demeuré longtemps perplexe devant l’invincible résistance de son obligée, il l’attribue enfin aux « quelques ouvrages de morale » — nommément les Essais de Nicole et La Logique de Port-Royal — « dont les principes, comme il arrive dans la plupart des livres, étoient portés à la rigueur, et pouvoient avoir été pris trop à la lettre par une fille qui les avoient médités pour la prémière fois » (H 206). Ce que la lecture a en effet inculqué à Théophé, outre un « art de penser », c’est une discipline qui, mieux encore que ne l’ont fait les murs du harem, la garantit de la séduction — qu’elle se présente sous la forme de l’adoration presque maniaque que lui voue son bienfaiteur, ou des avances indésirables que multiplient à son égard les différents protagonistes du roman. Incrédules, eux aussi opposeront « la douceur qu’on trouve à son âge dans les plaisirs de l’amour » et le « goût qu’elle a pour la lecture » (H 178-79).

16Or c’est justement cette application studieuse, cette intériorisation de la méta-discipline qu’est la lecture, qui la préserve de tentatives réitérées de subornation et lui assure de fait sa liberté, son statut, aussi rare en France qu’en Turquie, de femme libre : liberté « de vivre tranquille sous la protection » du narrateur, sans qu’aucun engagement autre que l’amitié ne les lie (H 227) ; « liberté de suivre ses inclinations » (H 250), absence de maître ou de mari dont Théophé condamne vite les attributs en un même rejet, se sentant « de l’éloignement pour l’état du mariage » (H 269), comme elle regarde encore avec horreur les souvenirs de son passé d’esclave. Outre sa propre liberté et le devoir qu’elle se fait de la revendiquer à chaque occasion, l’émancipation de ses semblables, de « plusieurs filles malheureuses […] qui se trouvoient engagées malgré elles dans cette triste condition » (H 247), et qu’elle va entreprendre de racheter, se donne à lire telle la conséquence de son éducation et du devoir d’exemplarité qu’elle tire de ses lectures. De l’aveu du héros : « Soit caractère naturel, soit vertu acquise par ses études et par ses méditations, je la regardai comme une femme unique, dont la conduite et les principes devoient être proposés à l’imitation de son sexe et du nôtre. » (H 235)

17A ce rachat des malheurs d’autrui, Théophé consacre, avant de quitter Constantinople, la vente « de toutes les pierreries qu’elle avoit reçues de Chériber, et de plusieurs présens considérables », se défaisant ainsi des biens qui lui appartiennent en propre (H 247). Car ce dont la lecture, parallèlement à une conception irréductible du libre arbitre, a instruit l’héroïne, c’est aussi de l’incompatibilité entre l’ambition et la liberté personnelle. Ce « mépris du monde », cette « manière de penser, qui l’éloignoit extrèmement de toutes les vues de fortune et d’élévation » (H 216), le narrateur va en effet les imputer à la crainte « que la lecture et la méditation ne lui eussent gâté l’esprit » (H 229), exactement comme il avait attribué son intraitable résistance à l’influence des auteurs de Port-Royal — « des ouvrages de cette nature ayant pu causer plus de mal que de bien dans une imagination vive, et en un mot n’ayant fait que lui gâter l’esprit » (H 206).

  • 3 Cf. Introduction (H 16).

18La doctrine de Port-Royal, qu’incrimine ici directement le protagoniste, à laquelle peuvent renvoyer d’autres remarques incidentes sur la « conversion » (H 94) de Théophé et, dans les dernières pages du texte, « la résolution qu’elle avoit formée de se retirer dans un couvent » (H 281), se reconnaît donc non seulement à la méthode de raisonnement dont relève le discours de l’héroïne, mais aux trois règles de vie que lui assigne l’enseignement issu de ses lectures : l’individu se doit à lui-même d’être libre, d’en faire état pour en répandre la conscience chez autrui, de mépriser les biens du monde entravant à sa liberté, tout en restant persuadé que ce libre arbitre n’a d’efficacité que lorsqu’il se résout en l’obéissance due à ce qui établit d’abord cette liberté — Dieu en l’occurrence chez les jansénistes et leur Art de penser pour Théophé. Ainsi pourrions-nous proposer une autre clé à ce roman qu’on lit d’habitude sur fond d’histoire scandaleuse — celle d’Aïssé, la jeune Circassienne que l’ambassadeur de France à Constantinople acheta sur un marché d’esclaves, pour la ramener à Paris. La réforme d’Angélique Arnauld, l’abbesse de Port-Royal, y viendrait redresser la séduction et l’abandon de l’affranchie aux « désirs ardens » de son « parrain 3 ». Mais sans entrer plus à fond dans cette interprétation sans doute forcée du personnage de Théophé, ni vouloir débattre des sympathies jansénistes de Prévost ou, a fortiori, de la lettre de l’enseignement de Port-Royal, je voudrais tirer de cet exemple de lecture quasi exclusive du grand Arnauld et de Pierre Nicole chez une héroïne vivant, à part entière et jusqu’au terme de son existence, dans le monde quelques conclusions sur l’allégorie qu’elle compose.

19Or quel nouveau paradigme nous propose-t-elle cette figure de lectrice venue se substituer à celle de l’esclave ? D’un sujet captif, essentiellement dépendant de la volonté d’autrui, nous passons à un sujet discipliné, trouvant dans son obéissance à la méthode à laquelle est due cette discipline la force de lutter contre toute intervention autoritaire, de quelque part qu’elle advienne. Ne serait-ce là la définition même du sujet de la modernité, qui ne jouira de sa liberté que dans la mesure où il sera prêt à l’aliéner aux lois qui la protègent, et ne trouverait-on dans la doctrine — « l’art de penser » — de Port-Royal l’une des premières manifestations de la discipline, intellectuelle et morale, à laquelle devra se plier l’individu pour accéder à la condition moderne et pouvoir poser en contrepartie de l’autorité institutionnelle (que ce soit celle de l’Eglise ou de l’Etat) sa propre liberté ? L’enseignement janséniste intègre en effet un certain nombre d’éléments qui, notamment de par leur opposition à la tradition jésuite, préludent à la constitution d’un individu conscient de son inaliénabilité comme de la déférence due au principe la garantissant. Nommons-en quelques-uns : la détermination à résister à toute forme d’autorité abusive, sinon le devoir de repousser ses abus ; le mépris du monde en tant qu’il requiert de l’individu la renonciation à son intégrité et la subordination de son libre arbitre aux règles de la représentation ; l’hypothèse d’un sujet « fort », mais fort de l’obéissance à ce qui garantit sa liberté ; enfin, la primauté donnée à la formation du discernement à travers l’étude des disciplines et le développement d’une discipline conçue en terme de sanction purement intérieure. Au contraire, la règle jésuite a eu pour fondement le respect dû aux institutions, cléricales avant tout mais aussi séculières, et la prise en considération des conditions délimitant de l’extérieur la formation du sujet, qu’elles relèvent des instances de pouvoir ou des us et coutumes. La discipline y tend à l’assujettissement, non à l’auto-détermination, quand bien même l’indulgence qu’on y conçoit pour les faiblesses séculières peut sembler permissive et multiplier les « libertés » d’un individu périodiquement absous de ses offenses.

20Conscient de la différence entre ces deux formes d’encadrement du sujet, le protagoniste de Prévost, pour « réduire » l’intransigeant refus que Théophé réserve à ses offres, prétend en dernier recours effacer la lecture de la Logique en lui suggérant pour antidote, non « pas des livres dissolus, mais […] quelques livres de morale, dont les auteurs [jésuites] ont été de bonne composition avec les desirs du cœur et les usages du monde » (H 206). Vaine rééducation que l’héroïne, sans s’être « écartée un moment des principes qu’elle porte au fond du cœur », reproche avec détermination à son hôte : « J’apprens tous les jours dans les livres que vous me mettez entre les mains, qu’il faut s’accommoder aux foiblesses d’autrui, se rendre propre à la société, passer avec indulgence sur les défauts et les passions de ses amis. » (H 278-79) Mais à telle « contre-réforme » elle objecte, avant qu’une mort opportune ne vienne l’enlever à plus longue considération, sa décision d’entrer au couvent, comme si cet abandon aux voies terrestres que lui impose son « libérateur » renouait avec la clôture du sérail. A lire l’accommodement aux vicissitudes du siècle, la soumission à l’autorité, que préconisait la tradition jésuite, Théophé continue de raisonner juste en préférant à ce paradigme de sujet « faible » — celui dont elle s’est défaite en quittant son nom d’esclave — son nouveau statut d’être libre, même au prix d’un irrévocable rejet du « monde comme il va ». Ce faisant, elle découvre l’objection de conscience et avorte en mourant du sujet de la modernité.

Anmerkungen

1 Cf. Histoire d’une Grecque moderne, Paris, Flammarion, 1990. La pagination des citations sera indiquée dans le texte après la mention (H).

2 On utilisera la réimpression de l’édition de Paris (1662) publiée à Genève, Slatkine Reprints, 1972, en indiquant la pagination des citations dans le texte après la mention (L).

3 Cf. Introduction (H 16).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540