Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. Lectrices : représentation

La critique des femmes savantes. La satire des salons littéraires dans le théâtre antiphilosophique de la fin de l’Ancien régime

Dominique Lanni

Texte intégral

  • 1 Sur la fortune de Molière au dix-huitième siècle : Jacques Truchet, « Deux imitations des Femmes sa (...)
  • 2 Charles Palissot de Montenoy, Le Cercle ou les Originaux, Paris, s. éd., 1755 ; Les Philosophes, Pa (...)

1Les salons littéraires animés par des femmes sont particulièrement actifs dans la seconde moitié du dix-huitième siècle. Madame du Deffand, Madame Geoffrin, Madame de Genlis, Madame Necker rivalisent d’ingéniosité pour réunir chez elles les esprits les plus éclairés et les plus en vue du moment. Les comédies satiriques prenant pour cibles les philosophes abondent. Inspirées des Femmes savantes, de la Critique de l’Ecole des Femmes1 ou inscrites dans la lignée du Cercle ou des Philosophes2, ces médiocres comédies ne sauraient être assimilées à de violentes philippiques.

  • 3 Antoine Poinsinet, Le Cercle ou la soirée à la mode, Paris, Duchesne, 1764. Comédie épisodique en u (...)
  • 4 Jean-Jacques Rutlidge, Le Bureau d’esprit, Liège, 1776 et Londres [Paris], s. éd., 1777. Comédie en (...)
  • 5 Claude-Joseph Dorat, Les Prôneurs ou Le Tartuffe littéraire, Hollande & Paris, Delalain, 1777. Comé (...)

2En composant ces comédies, les dramaturges antiphilosophes s’appliquent à fustiger les coteries littéraires, les tartufferies et ces cultes ridicules rendus aux grands… Lorsqu’ils mettent en scène les femmes savantes en leur salon, c’est certes pour les ridiculiser en tant que femmes, mais également pour les tourner en dérision en tant que lectrices. Renvoyer les femmes savantes à l’école des femmes : n’est-ce pas là le dessein que poursuivent Poinsinet dans Le Cercle ou la soirée à la mode3, Rutlidge dans Le Bureau d’esprit4, Dorat dans Les Prôneurs ou le Tartuffe littéraire5, via la satire féroce qu’ils brossent des salons littéraires ? On s’intéressera tout d’abord aux formes et enjeux des représentations des pratiques de lecture de la salonnière, en montrant en quoi elles sont source de comique, comment toute une sociabilité mondaine est tournée en dérision, dans quel sens il s’agit moins d’un théâtre résolument antiphilosophique que d’un théâtre parodique. On analysera ensuite la satire des salons littéraires à laquelle se livrent les dramaturges sur le plan de l’idéologie et de la dramaturgie, en montrant que si la représentation d’une comédie comme Le Cercle ou la soirée à la mode vise à s’assurer les rires et les vivats des esprits forts, et que si la lecture d’une comédie comme Le Bureau d’esprit, non jouée et semble-t-il non destinée à être représentée, cherche à déclencher un autre rire, celui des femmes savantes en leur cénacle, ces productions s’inscrivent dans la plus pure tradition moliéresque du genre comique en corrigeant les mœurs par le rire. On s’appliquera enfin à montrer que via ces pièces, les dramaturges exploitent une veine comique dont l’efficace ressortit à la fois du modèle moliéresque de dénonciation des ridicules de caractères et de la tradition parodique du théâtre forain.

Splendeurs et misères des salonnières : formes et enjeux des représentations de la lectrice

3 Le Cercle, Le Bureau d’esprit et Les Prôneurs ont en commun de prendre pour cibles des salons littéraires animées par des femmes. Araminte, Madame de Norville et Madame de Folincourt sont toutes trois montrées dans l’univers dans lequel elles sévissent, occupées à lire, à mettre en scène leur lecture ou à la préparer. Dans Le Cercle ou la soirée à la mode, Araminte, Cidalise et Ismène ne prêtent aucun intérêt à la tragédie que leur lit Damon. Dans Les Prôneurs, Monsieur de Norville confie que la nuit, son épouse bat des mains en lisant et peine à trouver le sommeil tant elle est agitée. Si certaines lectures enthousiasment ces femmes, elles leur sont parfois insupportables. Aussi est-ce en ces termes qu’Araminte fustige la tragédie :

  • 6 Antoine Poinsinet, Le Cercle ou la soirée à la mode, op. cit, 3, p. 21. Cette dépréciation de la tr (...)

araminte. — « Et qu’est-ce que tout cela, s’il vous plaît ? Un tintamarre d’incidents impossibles, des reconnoissances que l’on devine, des princesses qui se passionnent si vertueusement pour des héros que l’on poignarde quand on n’en sçait plus que faire, un assemblage de maximes que tout le monde sçait et que personne ne croit, des injures contre les grands et par-ci par-là quelques imprécations ; en vérité cela vaut bien la peine d’avoir les yeux battus et le teint flétri. 6 »

4La salonnière ne maîtrise pas nécessairement l’art de la répartie. C’est en feuilletant son memorandum, « qui doit être très gros », précise le dramaturge dans la didascalie qui précède la réplique, que Madame de Folincourt prépare sa soirée :

  • 7 Jean-Jacques Rutlidge, Le Bureau d’esprit, op. cit., I, 8, p. 35. Comme l’écrit fort justement Didi (...)

madame de folincourt. — « Bons mots pour la cour de Varsovie… Ce n’est point cela… Elements politiques applicables à toutes sortes de sujets & d’occa… Je n’aurai pas besoin de ce chapitre aujourd’hui… Ripostes adroites & spirituelles à toutes sortes de louanges. Oh ! Lisons cet article ; enfonçons nous y tout-à-fait. J’en aurai besoin, sur-tout au dessert. 7 »

5Ces quelques exemples l’attestent : les pratiques de lecture des salonnières sont source de comique dans le sens où elles révèlent leur ignorance, leur manque de tact et leur absence de goût. Pourquoi se comportent-elles ainsi ? Sans doute Lisette apporte-t-elle un élément de réponse :

  • 8 Jean-Jacques Rutlidge, Le Bureau d’esprit, op. cit., I, 8, p. 11.

lisette. — « Notre conduite est le résultat des sentimens de la société qui nous environne ; et jeunes encore, aimables et riches, nous travaillons moins à jouir de la vie qu’à nous étourdir sur notre propre existence. 8 »

  • 9 Roger Chartier, « Loisir et sociabilité : lire à haute voix dans l’Europe moderne » in La Voix au d (...)
  • 10 Ainsi certaines salonnières sont-elles accusées de favoriser de misérables plumitifs au détriment d (...)

6Les dramaturges ne se contentent pas de stigmatiser les ridicules de ces femmes. Ils s’appliquent également à tourner en dérision les travers du petit cercle sur lequel elles règnent. Dans Le Cercle, s’illustrent tout particulièrement dans la société d’Araminte, « Cidalise la prude » et « la minaudiere Ismene qui ne peut dire un mot sans l’accompagner de la plus jolie petite grimace. » Lisette, la domestique du Bureau d’esprit, parle latin mais ne l’entend pas. Le monde est un théâtre et le salon une société du spectacle par excellence. La lecture est une pratique de sociabilité « lettrée et amicale, mondaine et cultivée 9 ». Que ce soit dans Le Cercle, Le Bureau d’esprit ou Les Prôneurs, cette pratique est dévoyée 10.

7Les dramaturges tournent enfin en dérision le culte que les salonnières vouent aux grands hommes et en particulier à Voltaire. Ainsi dans Le Bureau d’esprit, les officiants prennent-ils place autour d’un buste de Voltaire et le célèbrent-ils en le couronnant de lauriers et en brûlant devant lui une traduction de Shakespeare :

  • 11 Jean-Jacques Rutlidge, Le Bureau d’esprit, op. cit., IV, 8, p. 118

madame de folincourt. — « O ! Homme immortel ! Puisse cet holocauste appaiser ton génie irrité ! Marquis, acte dans les Archives de cette grande exécu. L’Apothéose de Frétillon ne fut pas accompagnée d’un pareil sacrifice. 11 »

8Si Le Cercle, Les Prôneurs et Le Bureau d’esprit visent les philosophes, la figure de la salonnière offre au théâtre antiphilosophique un type avec ses défauts et ses ridicules : la suffisance, la naïveté, la tyrannie domestique… Ni Poinsinet, ni Rutlidge, ni Dorat ne sont des thuriféraires doctrinaux ou des contempteurs acharnés des philosophes. Leur théâtre est moins antiphilosophique que parodique. Ce qu’ils cherchent à vilipender, ce sont les processus d’adhésion factices aux discours philosophiques et le ridicule culte des grands auxquels s’abaissent à souscrire les salonnières.

Du rire des esprits forts au rire des femmes savantes : lecture, idéologie et dramaturgie

  • 12 Didier Masseau, Les Ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au siècle des Lumières, op. cit., p. (...)

9Ce sont le rire et les grâces des esprits forts que cherchent d’abord à s’attirer des dramaturges comme Poinsinet ou Dorat. Les comédies satiriques antiphilosophiques font florès dans la seconde moitié du dix-huitième siècle. L’engouement que suscite le théâtre, la popularité de certains comédiens, les substantiels émoluments que garantit un succès attirent les polygraphes qui voient dans ce théâtre où il est aisé de polémiquer, une opportunité de s’imposer sur la scène littéraire 12.

10Une dizaine de comédies sont inspirées de Tartuffe, de La Critique de l’Ecole des femmes ou encore des Femmes savantes. Tantôt ce sont de mièvres imitations, tantôt ce sont des plagiats, tantôt ce sont d’habiles transpositions. Le Cercle, ou la soirée à la mode, qui puise ses sources dans L’Ecole des femmes de Molière et L’Été des coquettes de Dancourt, est joué à la Comédie-Française en 1764. C’est un triomphe. Les Prôneurs, qui puise ses sources dans Tartuffe, est également joué à la Comédie-Française en 1776. Le Cercle et Les Prôneurs ne sauraient être assimilés à de simples galéjades contre les auteurs à la mode. Le théâtre est un espace de désenchantement : il est le lieu privilégié de la dérision. Aussi Poinsinet et Dorat ne manquent-ils pas de ridiculiser les femmes savantes par ce sur quoi elles fondent leur savoir : leurs pratiques de lecture et ce sont leurs lectures des œuvres des grands philosophes qui se trouvent plus particulièrement incriminées.

  • 13 « Cette pratique du type comique, écrit Christophe Cave, a donc un triple intérêt : rendre lisible (...)

11La femme savante se voit donc investie d’une fonction proche de celle du pédant, du vaniteux, ou encore de l’hypocrite, dont les discours excessifs prêtent à rire. En matière de philosophie, la femme savante est une novice : à défaut de pouvoir imiter ses modèles, elle célèbre leur buste ou les singe. Le Méchant de Gresset, L’Été des coquettesde Dancourt mais surtout Tartuffe, Les Femmes savantes, La Critique de L’Ecole des femmes sont des modèles précieux dans le sens où ils suggèrent au spectateur du Cercle et des Prôneurs une double disqualification quasi immédiate : celle des femmes savantes et celle des philosophes, le regard et le jugement des spectateurs étant guidés par la tradition moliéresque et l’antiphilosophie du temps 13.

12La scène facilite la diffusion du message antiphilosophique, comme sa légitimation et entérine la contestation de l’illusoire plénipotentat exercé par les femmes savantes via le ridicule. A travers la femme savante, les esprits forts rient aussi aux dépens des philosophes, et c’est la raison pour laquelle Le Cercle et Les Prôneurs attirent autant le public.

  • 14 Furetière définit en ces termes la pratique de la récitation : éciter, c’est « […] Faire une lectur (...)

13A l’inverse du Cercle et des Prôneurs, Le Bureau d’esprit n’a pas été joué sur une grande scène : son cas est tout différent. Les spécialistes du théâtre antiphilosophique s’accordent à penser que cette comédie a été écrite moins pour être jouée que pour être lue ou récitée 14. Finette, la Dorine des Prôneurs, décrit en ces termes le lecteur d’une tragédie qu’elle a eu le loisir d’observer par le trou d’une serrure :

  • 15 Claude-Joseph Dorat, Les Prôneurs ou le Tartuffe littéraire, op. cit., I, 1, p. 13.

finette. — « Quelquefois, recueilli dans une horreur profonde,
Il poussait les sanglots les plus plaisans du monde
Et culbutant soudain des cieux, sur des hélas !
Pour attendrir le cercle, il se tordoit les bras. 15 »

  • 16 Pierre Dumonceaux, « La lecture à haute voix des oeuvres littéraires » [in] Littératures classiques (...)

14Une salonnière comme Madame de Folincourt est incapable d’apprécier les œuvres qui lui sont soumises à leur juste valeur et inapte à percevoir leur médiocrité. A défaut d’être en mesure de les juger, elle et les membres de son petit cercle les applaudissent avec frénésie, imitant les gens de qualité qui composent les bons salons. Si l’auteur donne fréquemment lecture de son œuvre, la lecture est dans le salon une pratique collective. Comme l’a bien vu Pierre Dumonceaux : « Que ce soit l’auteur qui « récite » ou qu’un membre du groupe fasse la lecture, il y a là une simulation du théâtre, le lecteur jouant les personnages, faisant vivre les scènes […]. Cette mise en forme dramatique cherche à reproduire le plaisir attachant de la scène, auquel est liée d’autre part toute littérature dialoguée. 16 »

  • 17 « Les sottises & les ridicules des hommes » étant sans bornes « le champ où Thalie peut moissonner (...)

15Cette idée de simulation est capitale. En lisant ou en récitant une comédie comme Le Bureau d’esprit, ne s’agit-il pas d’abord pour les salonnières dont les cercles figurent parmi les plus prisés de rire aux dépens des coquettes et des pré qui s’évertuent à rivaliser avec elles… les lectrices se voyant alors introni comédiennes d’une comédie qu’elles ne connaissent que trop bien, le théâtre comique renouant alors avec sa finalité : corriger les mœurs par le rire 17 ?

Des précieuses aux femmes savantes : de la tradition moliéresque à la tradition du théâtre forain

16Le modèle moliéresque de dénonciation et de condamnation des ridicules de caractères à l’œuvre dans ces trois comédies est essentiel. Les femmes savantes du Cercle, des Prôneurs, du Bureau d’esprit ne sont pas sans rappeler les Précieuses, ces femmes qui ont une teinture de culture et d’agrément et dont le Grand Dictionnaire des Précieuses de Somaize et Le Cercle des Femmes savantes de La Forge livrent de mémorables portraits.

  • 18 Paul Bénichou, Morales du grand siècle, Paris, Gallimard, 1948. Rééd. Paris, Gallimard, 1998, « Fol (...)

17« La préciosité ridicule, écrit Paul Bénichou, une fois écartées les invraisemblances et les exagérations inséparables de toute caricature, n’apparaît plus que comme un ensemble de travers universellement condamnés, et dont chacun refuse d’autant plus de se reconnaître coupable qu’ils ne font qu’exagérer des habitudes communes à tous, recherche de l’agréable et du brillant, du beau et de l’ingénieux. » Et c’est bien cette préciosité ridicule qui est brocardée dans les comédies de notre corpus. Le ridicule des précieuses ou des femmes savantes procède la disproportion qui existe entre leurs visées et le rang qu’elles occupent. Ce ne sont ni plus ni moins que « des bourgeoises singeant les grandes dames. 18 »

  • 19 « Quelques gens bien intentionnés ont répandu que cette Comédie étoit une Satyre personnelle, écrit (...)

18Ce théâtre n’est pas résolument antiphilosophique. Il ne fustige pas l’idéologie des Lumières. Ces comédies satiriques procèdent moins de l’esprit des anti-Lumières que de la tradition parodique du théâtre forain. L’exploitation habile d’une veine polémique qu’a récemment finement étudiée Didier Masseau, l’emporte sur la revendication d’une quelconque appartenance à un système idéologique. Il s’agit de discréditer des pratiques, mais aussi de les décrire, de les exhiber, d’en montrer les traits grossis dans un espace de contestation souvent ambivalent 19.

  • 20 « Quand l’imitation est fidelle, écrit encore Claude-Joseph Dorat, que le trait primitif est pur, v (...)

19Dans la plus pure tradition parodique du théâtre forain, les dramaturges se livrent à une exploitation caricaturale du matériau que constituent les rituels des salonnières et notamment celui de la lecture. Ces comédies offrent donc un miroir mais un miroir déformant d’une société désireuse de briller. C’est un rire moqueur que les dramaturges cherchent à provoquer et ce sont des travers immémoriaux qu’ils vilipendent : l’orgueil, la fatuité, la sottise…20Comme dans le théâtre forain, le petit monde qui tente de rivaliser d’intelligence et de sagacité avec le grand n’est pas épargné. Ses tentatives d’élévation sont tournées en dérision. Irrévérence, insolence et cynisme sont les maîtres-mots de ces comédies dont l’efficace ressortit bien à la fois de la tradition moliéresque de dénonciation des ridicules de caractères et de la tradition parodique du théâtre forain.

20Au seizième siècle, l’érudit Vivès défend avec force, dans son Institution de la Femme chrétienne, les enseignements du vieux temps, intimant l’ordre à la femme d’éviter conversations et visites, et de s’occuper exclusivement de son ménage et de ses enfants, d’ignorer, avec les romans, tous les ouvrages dans lesquels il est question d’amour. Les femmes représentées dans Le Cercle ou la soirée à la mode, dans Le Bureau d’esprit et dans Les Prôneurs ou le Tartuffe littéraire ne sont soumises à aucune autorité masculine. Elles n’obéissent ni à la théorie d’un père, ni à celle d’un mari, ni à celle d’un barbon. Les dramaturges ne cherchent pas à montrer des femmes qui prennent en main leur destinée, qui refusent farouche d’être les instruments de pratiques et arrangements matrimoniaux. Si passé le milieu du dix-septième siècle, les femmes refusent de n’avoir qu’une fonction subalterne et décorative, au dix-huitième siècle, les dramaturges s’appliquent subtilement à replacer ces femmes dans cette fonction en tournant en dérision leurs qualités morales et leurs pratiques de lecture c’est-à-dire précisément ce par quoi elles s’efforcent de se distinguer. Il s’agit donc pour eux sans doute moins de condamner vertement les philosophes et de les railler que de renvoyer les femmes savantes à l’école des femmes.

Notes

1 Sur la fortune de Molière au dix-huitième siècle : Jacques Truchet, « Deux imitations des Femmes savantes au Siècle des Lumières, ou Molière antiphilosophe et contre-révolutionnaire » in Approches des Lumières. Mélanges offerts à Jean Fabre, Paris, Klincksieck, 1974, p. 470-485.

2 Charles Palissot de Montenoy, Le Cercle ou les Originaux, Paris, s. éd., 1755 ; Les Philosophes, Paris, s. éd., 1760. Comédie en trois actes et en vers.

3 Antoine Poinsinet, Le Cercle ou la soirée à la mode, Paris, Duchesne, 1764. Comédie épisodique en un acte et en prose. Poinsinet est également l’auteur d’une autre comédie antiphilosophique. Antoine Poinsinet, Le Petit Philosophe, Paris, Prault, 1760. Comédie en un acte et en vers libres.

4 Jean-Jacques Rutlidge, Le Bureau d’esprit, Liège, 1776 et Londres [Paris], s. éd., 1777. Comédie en cinq actes et en prose. Seconde édition, revue, corrigée et augmentée. Sur le Chevalier Rutlidge : Raymond Las Vergnas, Le Chevalier Rutlidge, « Gentilhomme anglais », 1712-1791, Paris, Champion, 1932, « Bibliothèque de la Revue de littérature comparée » ; Pierre Gobin, « Rutlidge praticien et théoricien du théâtre » [in] Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, n° 304, 1992, p. 1228-1232 ; Pierre Peyronnet, « Jean-Jacques Rutlidge » in Revue d’Histoire du Théâtre, n° 44 :, 176, 1992, p. 330-359.

5 Claude-Joseph Dorat, Les Prôneurs ou Le Tartuffe littéraire, Hollande & Paris, Delalain, 1777. Comédie en trois actes et en vers.

6 Antoine Poinsinet, Le Cercle ou la soirée à la mode, op. cit, 3, p. 21. Cette dépréciation de la tra n’est pas sans rappeler la critique à laquelle se livre Dorante dans La Critique de l’École des femmes : « Car enfin, je trouve qu’il est bien plus aisé de se guinder sur de grands sentiments, de braver en vers la Fortune, accuser les Destins, et dire des injures aux Dieux, que d’entrer comme il faut dans le ridicule des hommes, et de rendre agréablement sur le théâtre des défauts de tout le monde. Lorsque vous peignez des héros, vous faites ce que vous voulez. Ce sont des portraits à plaisir, où l’on ne cherche point de ressemblance ; et vous n’avez qu’à suivre les traits d’une imagination qui se donne l’essor, et qui souvent laisse le vrai pour attraper le merveilleux. Mais lorsque vous peignez les hommes, il faut peindre d’après nature. On veut que ces portraits ressemblent ; et vous n’avez rien fait, si vous n’y faites reconnaître les gens de votre siècle. En un mot, dans les pièces sérieuses, il suffit, pour n’être point blâmé, de dire des choses qui soient de bon sens et bien écrites ; mais ce n’est pas assez dans les autres, il y faut plaisanter ; et c’est une étrange entreprise de faire rire les honnêtes gens. » Molière, La Critique de l’École des femmes, Paris, 1663, 4.

7 Jean-Jacques Rutlidge, Le Bureau d’esprit, op. cit., I, 8, p. 35. Comme l’écrit fort justement Didier Masseau : « A en croire les comédies satiriques, rien ne serait donc moins spontané que les conversations pratiquées dans les ‘bureaux d’esprit’ et le chef d’orchestre étudierait soigneusement sa partition avant d’entrer en scène. » Dans ces différentes comédies, la lecture à voix haute d’œuvres littéraires semble résulter d’une minutieuse esthétisation « appliquée et outrancière, voire d’une manipulation des esprits. » Didier Masseau, Les Ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, « Bibliothèque Albin Michel/Idées », p. 315.

8 Jean-Jacques Rutlidge, Le Bureau d’esprit, op. cit., I, 8, p. 11.

9 Roger Chartier, « Loisir et sociabilité : lire à haute voix dans l’Europe moderne » in La Voix au dix-septième siècle. Littératures classiques, n° 12, 1990, p. 127-147. Cit. p. 129. Voir aussi sur cette pratique : Roger Chartier, Histoire de la vie privée. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1986.

10 Ainsi certaines salonnières sont-elles accusées de favoriser de misérables plumitifs au détriment des vrais écrivains. Dans Les Prôneurs, c’est en ces termes que Madame de Norville s’extasie sur l’un de ses protégés, Callidès : « […] Enfin, voilà des vers, des formes poétiques, / Et des transitions tout à fait didactiques. / Quel train cela va faire ! Oui, l’Auteur est divin. / Il faut une Statue à ce jeune écrivain. / (elle met le signet, pose le livre & se leve.) / Mais, que ne dois-je point à notre illustre secte ! / On me cite par-tout, par-tout on me respecte. / Tout l’esprit de la France est ici rassemblé. / Et j’ai toujours bien dit, avant d’avoir parlé. » Cette extase n’a d’égale que la prétention de la salonnière qui ajoute : « […] Mais, que ne dois-je point à notre illustre secte ! / On me cite par-tout, par-tout on me respecte. / Tout l’esprit de la France est ici rassemblé. / Et j’ai toujours bien dit, avant d’avoir parlé. » (Les Prôneurs ou le Tartuffe littéraire, III, 1, p. 57) Dans Le Cercle, c’est tandis que Damon s’apprête à lire que la coquette Ismene propose un divertissement : « Mais puisque monsieur veut nous lire, ma toute bonne, si nous demandions des cartes ? » (Le Cercle ou la soirée à la mode, 10, p. 50) Le petit groupe faisant fi des efforts déployés par l’auteur pour tenter de se faire entendre, ce dernier finit par vider les lieux (Le Cercle ou la soirée à la mode, 12, p. 55). Ce qui seul semble préoccuper Araminte est la fuite de son serin que Lisidor commente en ces termes : « On ne peut douter que cet oiseau ne lui soit cher, puisqu’elle lui sacrifie les suites d’une partie dont la mort d’un de ses amis n’a pu la distraire. » (Le Cercle ou la soirée à la mode, 13, p. 61)

11 Jean-Jacques Rutlidge, Le Bureau d’esprit, op. cit., IV, 8, p. 118

12 Didier Masseau, Les Ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au siècle des Lumières, op. cit., p. 315 sq. Sur les visées des polygraphes : Robert Darnton, « The High Enlightenment and the low-life of literature in prerevolutionary France » [in] Past and Present : a journal of historical studies, The Past and Present Society, Corpus Christi College, Oxford, n° 51, 1971, p. 81-115. Trad. fr. : « Dans la France prérévolutionnaire : des philosophes des Lumières aux ‘Rousseau des ruisseaux’ in Robert Darnton, Bohême littéraire et révolution : le monde des livres au xviiie siècle, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1983, « Hautes études », p. 7-41.

13 « Cette pratique du type comique, écrit Christophe Cave, a donc un triple intérêt : rendre lisible le message, puisque la reconnaissance des caractères permet d’anticiper, d’adhérer en tout cas à ce que l’on reconnaît ; légitimer le propos par le recours au modèle moliéresque ; réaffir une certaine conception du monde, puisque cette catégorisation théâtrale est le reflet d’une hiérarchie et d’une certaine organisation du monde que les débats théâtraux entérinent ou au contraire contestent. Diderot le philosophe est précisément à ce moment même celui qui remet en cause la notion de caractère, qui en conteste la validité théâtrale, en théorie et en pratique. Il n’est qu’à lire les textes critiques de Palissot pour s’apercevoir alors que le lien est explicitement établi entre les conceptions théâtrales de Diderot et la remise en cause de l’ordre de la Société établi par les philosophes. Défendre une conception moliéresque du caractère, du portrait, et de la fonction morale et sociale du théâtre-qui corrigerait les ridicules au bénéfice de la société-c’est donc aussi une manière de refuser une idéologie nouvelle. » Christophe Cave, « Le rire des anti-philosophes » in Dix-huitième siècle, n° 32, 2000, p. 227-239. Cit. p. 237.

14 Furetière définit en ces termes la pratique de la récitation : éciter, c’est « […] Faire une lecture de quelque ouvrage. Les Poètes sont sujets à aller réciter, lire leurs pièces dans des compagnies de femmes, pour briguer de l’approbation et prévenir le jugement du public. Il y en a eu qui soient exempts du vice de réciter leurs vers à tous venants. »

15 Claude-Joseph Dorat, Les Prôneurs ou le Tartuffe littéraire, op. cit., I, 1, p. 13.

16 Pierre Dumonceaux, « La lecture à haute voix des oeuvres littéraires » [in] Littératures classiques. La Voix au dix-septième siècle, op. cit., p. 117-125. Cit. p. 122. Pierre Dumonceaux ajoute qu’il est inutile d’insister sur la passion du théâtre chez les contemporains de Louis XIV. La remarque est valable chez les contemporains de Louis XV et Louis XVI

17 « Les sottises & les ridicules des hommes » étant sans bornes « le champ où Thalie peut moissonner est inépuisable… » lit-on dans la « Préface » de la première édition du Bureau d’esprit (Jean-Jacques Rutlidge, « Préface », Le Bureau d’esprit, op. cit., p. 1.) Ces auteurs et leurs piètres productions qui fustigent les mœurs littéraires et les sociétés de pensée ne sont pas des anti-philosohes acharnés, des apologistes doctrinaux, des thuriféraires de l’orthodoxie chrétienne. Ces auteurs demeurent prudents : lorsqu’ils s’en prennent aux philosophes et notamment au patriarche, ils veillent à le traiter avec certains égards afin de ne pas rompre définitivement avec le parti des philosophes et en cela Le Bureau d’esprit donne lieu à une mise en abîme extrêmement révélatrice dans le sens où les personnages passent pour avoir déjà lu une « nouveauté » intitulée Le Bureau d’esprit, et décident de brûler cette « satyre pitoyable », l’auteur annihilant par cet habile autodafé l’efficace de sa satire antiphilosophique. De fait, le philosophe ressort grandi et la salonnière plus ridicule que jamais. Le Cercle de Poinsinet ressortit de la parodie plus que de l’imitation. Les Philosophes de Palissot profitent du succès des parodies qui la brocardent.

18 Paul Bénichou, Morales du grand siècle, Paris, Gallimard, 1948. Rééd. Paris, Gallimard, 1998, « Folio », p. 247 et 233. « C’était là, ajoute Paul Bénichou, un élément de comique encore plus fortement perceptible à cette époque qu’aujourd’hui. Ce n’est pas que Molière n’ait ridiculisé dans les précieuses certains traits empruntés à une philosophie incontestablement aristocratique, et notamment la spiritualité romanesque. Mais il embourgeoise ces idées pour les rendre ridicules, les imprègne de médiocrité roturière, les présente comme des modes vieillies mal imitées par un monde inférieur, et apparaît ainsi lui-même comme le champion, non pas du bon sens bourgeois, mais du bon ton aristocratique. » Idem, p. 233-234.

19 « Quelques gens bien intentionnés ont répandu que cette Comédie étoit une Satyre personnelle, écrit Claude-Joseph Dorat. Pour toute réponse, je la fais imprimer. Depuis trois ans qu’elle est faite, je ne me suis occupé, ni de la lire aux Comédiens, ni d’en hâter la Représentation. En dépit qu’on en ait, le Public rassemblé est quelquefois malin ; & comme je n’ai garde de l’être, j’ai été bien-aise d’échapper à l’injustice des interprétations. Le rôle de Callidès est, en quelque sorte, l’assemblage de plusieurs traits, saisis d’après un coup d’œil général, & réunis sur un seul Personnage. J’ai formé un tableau de nuances éparses sur différens modèles. Je plaindrois celui à qui pourroit convenir un pareil caractère. S’il n’étoit qu’une production de la haine, il seroit manqué : la haine voit & inspire mal. On a tâché de me nuire ; je n’ai voulu que m’amuser. C’est à peu près tout ce que j’ai accueilli jusqu’ici du tres faible talent que j’ai reçu de la nature ; & c’est bien quelque chose. Quand j’ai entrepris d’esquisser les ridicules des Prôneurs, j’ai jetté les yeux sur toute la masse de la Société & je me suis aperçu que c’est un des travers dominans qui y regnent aujourd’hui. On prône à tort & à travers, aux dépens de qui il appartiendra. Des Enthousiastes sans nombre, & si peu de Juges ! voilà ce que j’ai vu, & ce que j’ai tâché de peindre. […] J’ai tâché qu’une composition, faite particulièrement d’après les mœurs, le ton, les conventions de ce pays-ci ne fût étrangère nulle part ; c’est-à-dire, dans aucun des lieux, où, cultivant les Lettres, on doit être accoutumé à tous les abus qui les dégradent. (v)/ S’il y a des Prôneurs à Londres, à Pétersbourg, à Pékin, ils doivent ressembler, ou peu s’en faut, à ceux de ma Comédie. » Claude-Joseph Dorat, « Avant-propos », Les Prôneurs ou Le Tartuffe littéraire, op. cit., i-iii et v-vi.

20 « Quand l’imitation est fidelle, écrit encore Claude-Joseph Dorat, que le trait primitif est pur, vigoureux, approfondi, pris dans le cœur humain, les différences nationales ne sont plus en pouvoir de l’altérer. C’est l’amour-propre dont je surprends le secret à tout moment, & ce secret, là sera saisi par-tout où il y aura des hommes, interessés à punir l’arrogance, & à humilier la présomption. Que cette Comédie soit bonne ou mauvaise, j’en ai tiré un grand fruit pour moi ; c’est de me convaincre plus que jamais, combien l’orgueil est bête, même dans les gens d’esprit. A force de s’exagérer son propre mérite, on l’anéantit. Tel qui pourroit obtenir l’estime, s’il restoit bonnement ce qu’il est, finit par faire pitié, en se donnant sans cesse pour ce qu’il n’est pas. Les talens sont aussi rares que les vertus ; mais, dans les deux cas, bon Dieu ! que les masques sont communs. Quoi qu’il en soit, en risquant cette production, je n’ai, au fond du cœur, aucune intention dont je ne puisse m’applaudir dans tous les tems de ma vie. Si en riant, j’ai dit quelques vérités, tant mieux. Si, par hasard, elles font quelque bien, tant mieux. Si elles m’attirent de nouveaux ennemis, tant mieux encore. Il y a des gens dont, peut-être, il faut être haï, pour avoir le droit de s’estimer soi-même. Molière ne s’est surement pas repenti de ces vers prophétiques des Femmes Savantes. » Claude-Joseph Dorat, « Avant-propos », Les Prôneurs ou Le Tartuffe littéraire, op. cit., vi-vii.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540