Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Le roman de la lectrice

Lectrice de mère en fille ou des inconvénients d’avoir une mère et une grand-mère lectrice

Les mémoires d’Anne-Marie de Moras, Comtesse de Courbon, écrits par elle-même ; adressés à Mlle d’Au ***, Pensionnaire au Couvent du Cherche-Midi, Mouhy, 1739.

Florence Dujour

Texte intégral

  • 1 Pierre Nagy, Libertinage et Révolution, Gallimard, 1975, p. 127.

1De nombreuses héroïnes romancières de la première partie du xviiie siècle sont aussi des lectrices assidues qui, en général, se disent l’esprit gâté par leurs lectures. Anne-Marie de Moras dans le roman de Mouhy m’intéresse particulièrement, parce que sa relation aux livres met en cause sa relation à sa mère de manière très profonde. La mère d’Anne-Marie de Moras en tant que lectrice joue un rôle déterminant dans l’histoire de sa fille et pas seulement comme censeur ; le parcours de lectrice de l’héroïne éponyme est déterminé par la mère et même la grand-mère et il engage tout son être. Ce roman a été très critiqué ; Pierre Nagy parle « d’échec esthétique », notamment à cause d’une forme hybride : « Le roman n’a pas d’unité de ton, et l’histoire malgré sa longueur n’est pas achevée. 1 » or il semble extrêmement riche pour le sujet qui nous intéresse et l’hétérogénéité formelle peut, semble-t-il, parfaitement faire sens.

2Le roman est constitué de deux parties qui pourraient être indépendantes si la narratrice ne justifiait la première partie, l’histoire de sa mère, par le lien étroit avec la sienne propre. L’une explique l’autre. Dans la première partie, la narratrice principale emprunte la voix de sa mère qui devient narratrice secondaire. Sur un ton comique, Mlle de Farges, raconte comment, adolescente, elle est tombée amoureuse du commis de son père, et comment elle a pu l’épouser malgré le désir du père de voir sa fille faire une alliance beaucoup plus illustre.

3La deuxième partie relate l’histoire de la fille de l’ex Mlle de Farges. Anne-Marie de Moras est pensionnaire au couvent. Alors qu’elle n’a qu’une dizaine d’années, sa mère lui présente un cavalier tombé amoureux d’elle lors d’une prise d’habit, un an auparavant. Anne-Marie ne parvient pas à aimer cet amant choisi par sa mère. De chagrin, le cavalier meurt, tandis que la jeune-fille tombe passionnément amoureuse du cousin du cavalier, de quarante ans son aîné, engagé auparavant par Mme de Moras pour convaincre Anne-Marie d’épouser le cavalier. Alors que la mère d’Anne-Marie s’oppose rageusement à cette liaison, Anne-Marie s’enfuit et les amants se marient en secret. Le roman est inachevé, la narratrice promet la suite de ses aventures comprenant le « détail funeste des suites terribles de son mariage ». L’histoire finit très mal puisque Anne Marie est maudite et déshéritée par sa mère, « calomniée et déshonorée par le Public » et c’est tenue recluse dans une cellule de couvent qu’elle écrit en cachette.

4Il n’est pas rare de débuter ses mémoires par l’histoire de ses parents. Mais ici la première partie est particulièrement développée pour ce qui n’est qu’un récit secondaire, le ton est très différent de la seconde partie, on a presque l’illustration de deux tendances du roman au féminin : le versant comique et le versant tragique qu’entraîne la passion amoureuse. D’où ce reproche fait à la forme pour le moins hétérogène. Pourtant un lien souterrain unit les deux parties : la lecture. La mère et la fille sont toutes deux des dévoreuses de romans. Ce lien annule la dichotomie comique-tragique, entre la première partie, l’histoire de la mère et la deuxième partie, l’histoire de la fille. Le roman de Mouhy est comme l’illustra des effets possibles et opposés mais néfastes dans tous les cas d’une trop grande consommation de romans, l’une en milieu bourgeois, l’autre en milieu aristocratique.

  • 2 Simon, Mémoires de la Comtesse d’Horneville, 1739, p. 341.

5Il est paradoxal et en même temps c’est un cliché que de dénoncer la fiction, ses effets pernicieux et ses dangers au coeur même de la narration, mais l’originalité ici provient du fait que la critique n’est pas frontale mais indirecte et que les effets des lectures sont très profonds et à long terme. En outre, le roman de Mouhy en se faisant accusateur du genre même qu’il pratique peut se démarquer des autres romans et se désigner comme utile. On retrouve ici le dilemme du roman analysé par Georges May. En nous indiquant les effets désastreux de la lecture, Mouhy, par l’intermédiaire de son héroïne, indique de manière négative ce qu’il faut faire ou plutôt ne pas faire et le roman répond à l’impératif classique qui consiste à instruire en amusant. Ainsi le roman peut échapper à d’éventuelles critiques d’immoralité à l’instar des romans lus par une autre narratrice, la Comtesse d’Horneville : « Que je ressemble à présent à ces personnes que je blâmais en lisant leurs aventures dans des livres faits exprès pour m’instruire & me mettre en garde contre des tentations que je croyais pouvoir surmonter aisément. 2 »

Lectrice de mère en fille

  • 3 Mouhy, Mémoires d’Anne-Marie de Moras, 1739, p. 9.

6L’avertissement à la troisième personne place d’emblée le roman sous le signe du tragique : il y est question des malheurs dus à la jeunesse de l’héroïne et de calomnie. Les mémoires eux mêmes débutent de manière pathétique : l’activité d’écriture des mémoires d’Anne-Marie de Moras se place sous le signe de la contrainte : « Je vois bien que vous ignorez l’esclavage où je suis réduite […] Je ne vois ni ne parle à personne, quatre religieuses, qui se relèvent de jour en jour, me gardent à vue […] L’usage du papier, de l’encre, & des plumes m’est interdit […] Malgré la vigilance de mes religieuses, je trouve le secret d’écrire : il m’est resté de plusieurs bijoux une plume d’or qui suffira, je l’espère à finir cette histoire 3 ». Ainsi c’est d’abord à la figure de l’héroïne-écrivain que nous avons affaire, mais cette posture est déterminée par son passé de lectrice et encore davantage par celui de sa mère.

La mère lectrice

  • 4 Ibidem, I, p. 10.
  • 5 Ibid., I, p. 10.

7« Croiriez vous, Mlle que bien longtemps avant que je fusse née, l’espèce de mes dernières aventures avait été tracée par celle qui m’a donné le jour 4 ». Le lien de causalité entre le destin tragique de la fille et l’histoire de la mère est annoncé et l’histoire de la mère qui ouvre les mémoires est donc justifiée. Or de la mère, on va apprendre que c’est une grande lectrice de romans ; le fil rouge qui court de la grand-mère, à la mère, à la petite fille, est constitué des lectures. La mère est responsable du destin tragique de sa fille à cause de ses lectures et sous forme de dénégation, Anne Marie accuse sa mère : « Cette anecdote (l’histoire de sa mère) est trop intéressante pour ne point vous en faire part. La voici telle que ma mère me l’a apprise elle même. Si cet aveu de sa part était prudent, c’est ce que je ne déciderai point : ce sera à vous d’en juger 5 ». A ce que nous jugeons, l’aveu n’est pas prudent parce qu’il établit très clairement la responsabilité de la mère dans le sort de la fille. Il est à noter en outre que si la mère d’Anne-Marie est une grande lectrice, c’est à cause de sa mère, c’est à dire de la grand-mère d’Anne-Marie.

  • 6 Ibid., I, p. 23.

8En effet, la mère d’Anne-Marie a été initiée à la lecture par sa propre mère : « A peine ai-je su lire que feu ma mère, qui avait un goût décidé pour les ouvrages où la tendresse domine, se servit de moi pour la soulager dans cette dissipation aimable. Je répondais avec empressement aux soins qu’elle se donnait pour que je comprisse le noeud des aventures qui y étaient insérées. Ma mère charmée de la vivacité avec laquelle je dévorais les livres, m’en fournissait tous les jours de nouveaux ; insensiblement mon coeur s’attendrissait. 6 »

  • 7 Cf. l’analyse que R. Démoris fait de ce roman dans Le Roman à la première personne du classicisme a (...)

9Pas de titres ; on sait qu’il s’agit de « grands romans » mais ces lectures sont jugées trop sérieuses et Mlle de Farges passe aux romans modernes « où il est permis d’avoir un cœur »… Ici sont désignés les romans contemporains et on a un titre : L’histoire de la Comtesse de Gondez (1724) par Mme de Lussan dont René Démoris montre que c’est une histoire selon le modèle de La Princesse de Clèves mais heureuse, sans tragique 7. Le roman raconte l’histoire sentimentale de l’héroïne éponyme qui après avoir épousé un ami de son père de son plein gré, avec amitié en guise d’amour, tombe amoureuse d’un jeune homme et est courtisée par le neveu de son mari. Le vieux mari meurt, l’amant trahit l’héroïne et part pour Malte, et le neveu avec la bénédiction posthume de son oncle et du père de l’héroïne épouse Mme de Gondez qui reste Mme de Gondez. La boucle est bouclée, pas de heurts, pas de tragique, une histoire harmonieuse et consensuelle. C’est en lisant ce roman que Mlle de Farges s’endort et rêve. Son rêve est donc à lire en rapport avec l’histoire romanesque de Mme de Gondez : elle rêve qu’un homme attaché à son père lui fait une déclaration d’amour qu’elle reçoit en engageant sa foi et en se promettant de refuser tous les partis qui lui seraient proposés. Grâce à la caution de ce rêve littéraire, la jeune fille décide qu’en effet elle engagera sa foi au commis M. Perrin :

  • 8 Ibid., p. 24.

« A mon réveil, je fis réflexion à ce rêve, je le trouvai si suivi si singulier qu’il ne me sortit plus de l’esprit. Mon coeur, qui jusqu’à là ne s’était trouvé rempli d’au idée, se décida sur le compte de celui qui était apparu dans mon sommeil […] A peine le vis-je, que je lui confirmai secrètement l’aveu que je lui avais fait en songe. 8 »

  • 9 Ibid., p. 26.

10Le lien entre les rêves et les lectures est donc clairement établi, les rêves se nourrissent de lectures. Ce rêve détermine la conduite à suivre : « Plus j’allais en avant & plus j’avais dessein de lui tenir réellement la parole que je lui avais donné en rêvant ». Cette folle équation est condamnée par l’intéressé même (le commis qui ignore le rôle essentiel qu’il joue dans l’affaire) : « La lecture de ces livres dangereux vous a donné des idées chimériques 9 ». Or cette équation pour dangereuse qu’elle paraisse, pour condamnée qu’elle soit verbalement, ne va pas être remise en cause par la réalité. Lectures et rêves en effet se concrétisent dans le mariage de Mlle de Farges et du commis M. Perrin pas encore de Moras. Après plusieurs péripéties et quiproquos qui relèvent du registre comique, les amants s’enfuient, se marient, et obtiennent finalement le consentement du père de la jeune fille, qui fait même croire que ce mariage a lieu de son plein gré et organise une fête de mariage « solennelle et brillante ».

11Cette histoire de la mère sous le signe du rêve et des romans est légère, badine, et ne semble posséder aucune portée moralisante. Les lectures ne sont pas condamnées et on peut même penser qu’au contraire elle sont louées puisqu’elles amènent le bonheur. La portée critique est en fait réservée pour la deuxième histoire, celle de la fille, fruit de ce mariage romanesque dont les conséquences se révèlent à long terme catastrophiques. Ainsi se déroule une chaîne de causes à effets dont la principe originel est l’amour des romans de la mère de Mlle de Farges, la grand-mère d’Anne-Marie.

La fille lectrice

  • 10 Ibid., p. 80.

12L’histoire de la narratrice principale commence comme celle de la mère sous les auspices du comique et de la lecture. Certains épisodes de lecture d’Anne-Marie avec son amie Julie, sont parmi les plus comiques du roman. Anne-Marie est élevée au couvent et supporte sa retraite grâce à la lecture « Je dévorais tous les ouvrages nouveaux ». Mais à la différence de sa mère, elle ne dispose pas de la bénédiction de sa mère pour lire et doit au contraire en essuyer les réprimandes. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de Mme de Moras que d’interdire à sa fille les lectures romanesques dont elle s’est elle même abreuvée et d’interdire aussi ce que ces romans autorisent, c’est-à-dire un mariage selon son cœur. La pratique de lecture, qui est encouragée par la mère de Mlle de Farges et assumée ouvertement par cette dernière, est sous le signe de la transgression pour la fille. Cette dernière en effet s’est vu interdire la lecture de romans par sa mère : « Je n’avais lu jusqu’à là des romans, qu’en cachette […] Mme de Moras l’avait expressément défendu 10 ». Cependant la complaisance de sa nouvelle femme de chambre lui permet de lire malgré tout :

  • 11 Ibid., II, p. 80-81.

« la Gauri qui devenait de jours en jours plus complaisante, en allait acheter elle même toutes les fois qu’elle sortait, & je lisais ces dangereux ouvrages avec une avidité qui n’est pas concevable. Un jour que j’avais lu de bonne heure un roman de nos jours, & que je me trouvai oisive, je parcourus un catalogue de livres qui était à la fin de l’ouvrage, comme cela est assez ordinaire : le titre de plusieurs m’intéressa, & j’en fis sur le champ un liste pour les avoir le lendemain. Je n’y entendais, je vous assure, Mlle, aucune malice : l’imprudence de la Gauri me mit au fait de ce que je ne savais pas, elle revint & ne m’apporta qu’une partie des livres que j’avais demandés […] Savez-vous bien que ces livres sont bons à jeter au feu 11… »

13Anne-Marie apprenant qu’il y a des livres interdits est fortement désireuse de les lire : « il était question de choses cachées, je vous ai avoué mon vice ; je n’ai jamais pu résister à celui de la curiosité. » Elle avoue se plonger avec délices dans ces romans. Les effets physiques des lectures de sa mère étaient rapidement mentionnés : « état rêveur », « mélancolie sombre » à la lecture des « grands romans », « mélancolie douce » et enfin « saisissement » à la lecture des romans modernes. Dans le cas d’Anne-Marie, les effets relatifs à des lectures dont un seul nom est mentionné (il s’agit de Petrone, probablement du Satyricon) sont complaisamment décrits. Les effets physiologiques de la lecture son immédiats :

  • 12 Ibid., II, p. 83-84.

« je vous épargne le nom des livres que j’ai lus ; il ne tiendrait qu’à moi de vous dire qu’aux premières pages d’un certain connu de tout le monde, je le refermai, & que je le rejetai avec horreur : mais pourquoi vous en imposer ? Non, je veux m’humilier & vous dire la vérité. Je trouvais à mesure que je lisais, que j’apprenais des choses que j’ignorais. La rougeur me montait au front, je sentais une chaleur qui se glissait dans mes veines, & je me trouvais dans un état que seule l’occasion peut définir […] je passai la nuit à lire mes livres. 12 »

14Elle raconte ensuite les séances de lecture avec son amie Julie :

  • 13 Ibid., II, p. 91.

« Nous les relîmes ensemble, nous les commentâmes. Jamais femme du monde ne s’est vu parée d’un plus beau rouge que le nôtre. Cette lecture nous avait si fort animées, que nous ne parlions presque que par syncope. 13 »

  • 14 J.-M. Goulemot évoque des traités de médecine qui insistent sur « le rôle des mauvaises lectures da (...)

15Ces effets de la lecture rappellent ceux qu’évoque J.-M. Goulemot à propos des lectures érotiques et que redoutent les médecins de l’époque 14.

16Anne-Marie décharge sa mère de toute responsabilité dans ce vice de lectrice, mais étant donné ce qui a été raconté dans la première partie il est difficile d’adhérer à son ton moralisateur qui tombe de manière incongrue :

  • 15 A.-M. de Moras, II, p. 85.

« S’il me convenait de publier ce que je vous mande en secret, Mlle, combien de réflexions ne ferais-je pas ici, sur l’aveugle complaisance de certaines mères que nous connaissons, qui souffrent que leurs filles lisent indifféremment toutes sortes de livres & qui sous prétexte de leur ouvrir l’esprit, permettent qu’avec l’air du monde, celui de l’indécence soit respiré. Je suis un triste exemple de ce que j’avance ici, à la différence près, que Mme de Moras n’a jamais trempé en rien dans tous mes égarements ; je dois cette justice à ses tristes mânes, & je voudrais qu’il me fut permis de le publier à tout l’univers 15. »

17L’histoire de la mère, racontée par elle même à sa fille, a pu encourager la fille dans ses lectures. La différence des conséquences et des destins des deux lectrices tient probablement à la différence de milieu (bourgeois pour la mère et aristocratique pour la fille, le premier milieu autorisant un traitement comique, le second entraînant le tragique) mais aussi au fait que dans le premier cas, la lecture n’est pas une pratique transgressive alors qu’elle l’est dans l’histoire de la fille. Cependant, si la pratique de lecture de Mlle de Farges n’est pas transgressive, en revanche les conséquences de ces lectures (un mariage avec le commis de son père contre la volonté paternelle) le sont et c’est peut-être la fille qui en fait les frais.

« Me voici enfin parvenue à mon histoire » : conséquences tragiques d’un mariage comique

18Le récit ne cesse de mélanger les différents tons, les différents registres, comique, tragique, pathétique, à l’exemple d’ailleurs d’un certain nombre de romans au xviiie siècle, particulièrement de romans au féminin, comme si l’usage de la voix féminine permettait de ne pas choisir, de mélanger sérieux, gravité et comique. L’héroïne de notre roman est représentée en tant que lectrice de manière comique, sa mère plus encore, mais par delà ce comique, un tragique souterrain lié à une sorte de déterminisme opère.

  • 16 Ibid., II, p. 47.
  • 17 Ibid., II, p. 64.

19Dans l’histoire de la mère, ce qui fait le nœud de bon nombre d’histoire tragiques : une passion amoureuse (encore que le terme passion ne soit pas approprié justement parce qu’on est dans le registre bourgeois et comique) malgré les interdits qui pèsent sur elle et un mariage clandestin, est ici traité sur le mode comique, à la manière des comédies de Molière. On retrouve le même nœud dramatique dans la deuxième partie : passion amoureuse et mariage transgressif parce qu’elle est très riche, lui est pauvre, elle est très jeune, il a quarante ans de plus, et comme dans la première histoire les parents s’opposent au mariage, (pour des raisons assez troubles d’ailleurs pour Mme de Moras) mais ici comme c’est traditionnellement le cas, le mariage contre le gré des parents a des conséquences absolument tragiques. La démonstration de Mouhy passe par un traitement duel d’un même thème. Démonstration indirecte qui peut justifier cette forme hybride que l’on a reprochée au roman : le mariage de la fille découle du mariage de la mère qui lui-même découle des lectures romanesques encouragées par sa mère : les effets du goût pour la lecture de la grand-mère d’Anne-Marie de Moras sont donc à analyser sur le très long terme. En outre, si la petite fille elle-même est intoxiquée par les lectures romanesques c’est qu’elle est comme « déterminée » par l’héritage maternel et grand-maternel et elle envisage son destin sous les auspices du romanesque. Or si cette médiation des livres a réussi pour sa mère, elle s’avère catastrophique pour elle-même. En effet, c’est parce qu’Anne-Marie est intoxiquée par les romans qu’elle refuse le premier parti proposé par sa mère. L’amant choisi a pourtant toutes les qualités requises pour faire un parfait époux : il aime Anne Marie, est d’une naissance illustre, d’une fortune plus que convenable, il est beau et charmant. Mais il a le tort de ne pas s’annoncer sous les auspices de l’amant des romans et cela à cause d’une machination très trouble de la mère. L’histoire va donc mal finir et cela parce que dit la narratrice « le roman a mal commencé 16 » ; or, si le roman a mal commencé, c’est à cause du machiavélisme de la mère. Rien en effet dans cette première rencontre qui corresponde aux rencontres amoureuses décrites dans les romans qu’Anne-Marie a pu lire, rien du coup de foudre, signe incontournable du romanesque : lors de la première rencontre, l’amant se montre très peu empressé auprès de l’héroïne et au contraire se montre galant avec son amie. Anne-Marie apprendra que le comportement de l’amant, le Comte de la Motte, est dicté par les consignes de la mère : cette dernière a simplement voulu voir si sa fille « serait sensible à la rigueur de se voir préférée à son amie 17 ». Comportement suspect de la part de la mère qui montre un comportement artificieux qui sera confirmé par la suite, et qui traduit en tout cas une volonté d’emprise et de maîtrise des êtres et de leur destin qui caractérise peut-être tout romancier et donc une trop grande pratique de la lecture. Après avoir été lectrice, peut-être Mme de Moras se veut-elle romancière. Son comportement par la suite montre surtout un narcissisme et un égoïsme peu maternels. En effet, Anne-Marie dit d’elle :

  • 18 Ibid., II, p. 105

« Je vis avec joie que ma mère s’admirait en moi… Madame de Moras s’écriait par réflexion que j’étais son portrait ; que je lui ressemblais en tout ; & qu’à mon âge ; on admirait en elle tout ce qu’on avait la complaisance de trouver bien en moi. 18 »

20C’est probablement ce qui explique la rage de la mère quand elle découvre la passion amoureuse qui unit sa fille avec un homme qui l’a autrefois courtisée et au charme duquel elle n’est pas restée insensible. Par dépit, elle essaiera de manigancer le mariage de l’amant de sa fille âgé de cinquante ans avec une autre femme, faisant preuve d’un machiavélisme digne d’une Madame de Merteuil.

21En tout cas, le roman commence bien mal en effet puisque l’amant mal aimé meurt de chagrin, comme dans les romans justement, et se termine très mal aussi. On ignore ce qu’est devenu le mari d’Anne-Marie épousé en secret, mais on sait que le mariage n’a pas été consommé. En effet, Anne-Marie met une condition au mariage qu’elle ne dévoile qu’après la cérémonie :

  • 19 Ibid., IV, p. 203.

« De vivre avec moi, Monsieur, lui dis-je […] comme si je ne vous appartenais pas : nous aurons, s’il vous plaît un appartement séparé ; la Gauri couchera dans ma chambre ; j’en fermerai moi même les portes ; & jusqu’à ce que mon mariage soit ratifié par ma famille, les choses resteront dans le même état. 19 »

22La mère continue de jouer son rôle souterrain de censeur interdisant les livres autant que la consommation du mariage. Du moins la fille a-t-elle intégré cet interdit non prononcé par sa mère.

La morale de l’histoire

23Anne Marie de Moras, on l’a vu, est une lectrice assidue, et cette pratique de la lecture est dénoncée de manière topique :

  • 20 Ibid., II, p. 9

« Autant un bon livre affermit la raison, & les préjugés, autant, & plus un roman, où les tendres sentiments dominent tout seuls, & les préjugés, amollissent le cœur, & le rendent susceptibles de faiblesse. On commence par s’intéresser pour les acteurs de la scène, on finit par les imiter. Il me semble qu’un auteur ne devrait jamais parler du vice, que pour amener la punition 20 ».

24Tout un programme donc, que l’auteur glisse discrètement dans les propos de sa narratrice. Si la première partie pouvait pécher par son apparente immoralité — les amants ne sont pas condamnés et au contraire leur amour est validé « quoiqu’en ait dit la rumeur publique » dit Anne-Marie de Moras — au contraire la seconde partie assène le message de façon spectaculaire : les amants qui se marient contre le gré de parents connaissent un sort tragique. Si le vice est peint, il est donc sévèrement puni et voilà le roman de Mouhy justifié. C’est l’objet de l’histoire d’Anne-Marie de Moras qui supplée à l’absence de moralité de l’histoire de sa mère.

25Malgré tout, au terme de la lecture, le message est assez ambigu. Il est probable qu’il ne faille pas prendre au pied de la lettre la condamnation du roman chez ce grand lecteur de Marivaux qu’est Mouhy et le prénom même de l’héroïne est peut-être un clin d’œil à Marianne. Les topoï sur les dangers du roman semblent être utilisés de manière ironique et non dans une perspective morale et l’intention parodique n’est sans doute pas absente. Les garants de la moralité sont fortement sujets à caution, à commencer par la mère d’Anne-Marie de Moras qui réprimande sévèrement sa fille quand elle apprend par la femme de chambre qu’elle lit des romans interdits, mais cette mère est éminemment suspecte, d’autant qu’elle s’est elle même adonnée à une pratique assidue de la lecture. Les effets en sont, on l’a vu dramatiques. D’autre part, Anne-Marie en condamnant le roman se complaît aussi à en évoquer les effets sensuels et le plaisir que ces lectures lui procurent. Enfin, la coexistence de ces deux destins opposés de lectrices, l’un comique et heureux, l’autre tragique brouille le message moral à moins de comprendre que l’apparente opposition n’en est pas une si l’on lit dans l’histoire de la mère, le programme de celle de la fille ou encore si l’on analyse le roman comme l’illustration double des possibles effets de la lecture, en milieu bourgeois (Mlle de Farges épouse un commis) puis en milieu aristocratique (Mlle de Moras épouse un Comte) d’un point de vue presque sociologique avant la lettre. Deux destins de femmes donc, réunis dans ce prénom double, Anne-Marie, qui se trouve remotivé si l’on se souvient que, dans la Bible, Anne est la mère de Marie.

Notes

1 Pierre Nagy, Libertinage et Révolution, Gallimard, 1975, p. 127.

2 Simon, Mémoires de la Comtesse d’Horneville, 1739, p. 341.

3 Mouhy, Mémoires d’Anne-Marie de Moras, 1739, p. 9.

4 Ibidem, I, p. 10.

5 Ibid., I, p. 10.

6 Ibid., I, p. 23.

7 Cf. l’analyse que R. Démoris fait de ce roman dans Le Roman à la première personne du classicisme aux Lumières, A. Colin, 1975 ; réédition Droz, 2002, p. 289-292.

8 Ibid., p. 24.

9 Ibid., p. 26.

10 Ibid., p. 80.

11 Ibid., II, p. 80-81.

12 Ibid., II, p. 83-84.

13 Ibid., II, p. 91.

14 J.-M. Goulemot évoque des traités de médecine qui insistent sur « le rôle des mauvaises lectures dans la genèse des excès sexuels », Ces livres qu’on ne lit que d’une main, Alinéa, 1991, p. 147.

15 A.-M. de Moras, II, p. 85.

16 Ibid., II, p. 47.

17 Ibid., II, p. 64.

18 Ibid., II, p. 105

19 Ibid., IV, p. 203.

20 Ibid., II, p. 9

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540