Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Le roman de la lectrice

Pour une rhétorique de la lecture féminine évolution des images de lectrices dans les fictions françaises du XVIIe au XIXe siècle (de 1656 à 1856)1

Sandrine Aragon

Texte intégral

  • 1 Pour plus d’informations voir ma thèse soutenue à l’université de Paris III -Sorbonne (...)

1Comment définir une image de lectrice dans un texte littéraire ?

  • 2 Honoré de Balzac, Le Père Goriot, Folio Classiques, Paris, Gallimard, 1971, (...)

2Il s’agit de la représentation d’un personnage féminin, qui au cours d’un roman ou d’une pièce de théâtre, lit, déchiffre un texte écrit. Je ne traiterai donc ni de lectrices réelles ni de lectrices virtuelles, destinataires du récit, telle celle « aux blanches mains » évoquée par Balzac 2, mais de personnages de lectrice. J’appelle lectrice tout personnage qui lit un livre publié ou une œuvre circulant de façon manuscrite, à l’exclusion des lettres. Les lectures prises en compte peuvent être solitaires, à deux ou en groupe ; j’ai donc considéré comme lectrice l’auditrice d’un texte lu à haute voix mais non celle d’un récit oral ou d’une pièce de théâtre, l’acte de déchiffrage d’un texte écrit étant la condition sine qua non.

  • 3 Georges Molinié et Alain Viala, Approches de la réception : pour une sociopoétique, (...)
  • 4 Etudier « la rhétorique de la lectrice » consiste à étudier cinq temps dans l’acte de (...)

3Pour appréhender les images de lectrices, j’ai utilisé une grille de lecture que j’ai appelée « la rhétorique de la lectrice », en référence à la « rhétorique du lecteur » proposée par Alain Viala dans Approche de la réception : pour une socio-poétique3 de façon à étudier à la fois : les choix de lecture, les objectifs, les lieux, les méthodes et capacités de lecture et les conséquences que les auteurs attribuent à la lecture 4. Je n’ai donc sélectionné dans mon corpus que des personnages ayant une activité de lecture précisément décrite dans le texte.

4Je me suis demandée quelle était la lectrice la plus célèbre de la littérature française… Emma Bovary a donné par la dérivation de son nom le terme « bovarysme », définissant une insatisfaction romanesque, un état d’esprit lié à la lecture. Toutefois, son mode de lecture constitue-t-il une nouveauté dans la littérature ? Trouve-t-on d’autres personnages de lectrices au premier plan d’œuvres littéraires françaises ? Au milieu du xviie siècle, la mode des précieuses ridicules met sur le devant de la scène des personnages féminins. En 1656, la parution de La Prétieuse de l’abbé de Pure lance la mode des personnages de précieuses ridicules au moment de la première grande vague d’alphabétisation féminine en France. Deux siècles plus tard, en 1856, Madame Bovary créé un scandale au moment de la seconde vague d’alphabétisation féminine, tournée vers les campagnes. Entre ces deux dates, comment évoluent les personnages de lectrices ? Mon enquête m’a menée à distinguer trois grandes périodes qui rejoignent plus ou moins les frontières des siècles.

5Dans un premier temps, les ridicules des lectrices de salons sont mis en avant entre 1656 et les années 1720 : la fin du xviie siècle est marquée par la domination des images satiriques, les femmes réunies autour d’un livre sont au centre des comédies et des romans. Ensuite, le charme de la lecture en bonne compagnie domine de 1720 jusqu’à la fin du siècle, le xviiie siècle laisse place à des figures de femmes instruites sans ridicule et leur trouve de la grâce, la lecture à deux peut même avoir beaucoup de charme. Cependant, dès les premières années du xixe siècle, le danger de laisser lire les jeunes femmes revient au premier plan : le début du xixe siècle met en valeur le retour des images de femmes en perdition du fait de leurs lectures, des femmes isolées, liseuses passionnées.

Les images de lectrices de 1656 à 1720 : leurs lectures mènent les femmes au ridicule en société

  • 5 Dans Les Véritables Prétieuses (1660) d’Antoine Baudeau de Somaize ou dans L’Académie (...)

6Le roman La Prétieuse de l’abbé de Pure lance la vague des personnages de précieuses ridicules en 1656 et place des lectrices discourant dans une ruelle au premier plan. Les images de précieuses ridicules vont envahir alors le théâtre, les comédies jusqu’à la fin des années 1660. Les précieuses apprécient la littérature sous toutes ses formes : la poésie mondaine, Cathos et Magdelon dans Les Précieuses Ridicules de Molière (1658) rêvent de connaître les derniers madrigaux à la mode ; les nouvelles enchâssées, incluses dans La Prétieuse de l’abbé de Pure (1656-1658) ; les romans fleuves de La Calprenède et des Scudéry qui parlent d’amours selon la carte du Tendre ; les pièces de théâtre de Corneille qui louent la grandeur et l’héroïsme des héroïnes. Elles se réunissent dans la ruelle, lieu clos et secret, pour parler de leurs lectures et lire des textes courts, commenter des poèmes. Ces réunions secrètes inquiètent les personnages masculins qui leur prêtent des allures de sectes et attribuent aux personnages de précieuses des ambitions démesurées, le désir de régenter la sphère littéraire, d’établir des tribunaux : elles sont décrites comme des juges impitoyables qui veulent faire la guerre aux pédants officiellement ; des bourgeoises qui souhaitent accéder à la classe supérieure en se distinguant par leurs manières et sont qualifiées de « façonnières 5 ». Ces textes leur prêtent de faibles compétences de lecture, elles parlent même souvent de ce qu’elles n’ont pas lu, mais elles profèrent toujours des critiques acerbes, nourries d’hyperboles et montrent une sensibilité excessive au langage », au « haut style », pour citer Molière. Ces images nées au moment de l’explosion des salons mondains et de leur propagation dans les milieux bourgeois ont connu un grand succès ; Mlle de Scudéry elle-même a repris un personnage de précieuse ridicule, Polymathie dans Le Grand Cyrus, pour dénoncer les excès de certaines femmes.

7Face à ces images caricaturales, des images de lectrices honnêtes sont proposées dans les romans galants destinés au public féminin, tel Les nouvelles françaises ou les divertissements de la princesse Aurélie (1657) de Jean Regnault de Segrais ou Célinte, nouvelle première (1661) de Madeleine de Scudéry. Ces personnages lisent des œuvres littéraires à l’instar des précieuses (poésies, nouvelles, romans contemporains) mais elles ne restent pas en cercle clos. Si la lecture a généralement lieu à l’intérieur, elle se prolonge par des promenades à l’extérieur au cours desquelles un cercle choisi, de nobles gens des deux sexes, discourt de littérature. La lecture se présente alors comme un partage et une ouverture sur le monde, un divertissement agréable en bonne compagnie, qui génère des conversations instructives. Elle répond au credo « plaire et instruire » et participe ainsi à la formation d’honnêtes gens qui apprennent l’histoire, la poésie, la politesse également grâce aux romans galants et réfléchissent sur les relations humaines. Ces lectrices ne s’aventurent à juger que du naturel des sujets, avec un langage policé mais non savant, elles respectent les règles de l’urbanité. Ces personnages proposent donc des modèles à suivre pour les lectrices. Si Madeleine de Scudéry s’est engagée auparavant en 1642 dans Les Femmes illustres, en faveur des femmes auteurs ; elle déconseille autour de 1660 à ses lectrices de se lancer dans l’écriture et prône la modestie. Molière, après L’Ecole des femmes (1662) dénonçant les conceptions archaïques de l’éducation des femmes qui leur refusent tout savoir, oppose dans La Critique de l’école des Femmes (1663) l’outrancière précieuse (Climène) et la spectatrice modèle (Uranie), dont il met en valeur l’esprit critique et le goût.

8Cependant, les personnages de lectrices comiques continuent à avoir du succès dans les romans comme sur les scènes théâtrales ; le type de la précieuse se scinde en deux dans les dernières décennies : les jouvencelles romanesques, ou « vierges folles », et les femmes savantes.

9J’appelle « vierges folles » les personnages de jeunes filles innocentes, qui abordent la lecture sans connaissance littéraire et sont fascinées par un roman à succès, le premier qu’elles lisent en cachette, enfermées dans leur chambre : L’Astrée dans Le Roman comique (1666) de Furetière ou La Clélie dans Juliette ou la folle Clélie (1671) de Subligny. Elles s’identifient follement à l’héroïne du roman et leur mode de lecture primaire les conduit à se perdre : Javotte dans le roman comique se révolte contre ses parents et s’enfuit avec l’amant qu’elle identifie à Céladon ; Juliette est présentée comme un cas clinique, une visionnaire, chimérique à l’instar de Bélise dans les Femmes savantes de Molière, même si cette dernière est plus âgée. Les romans comiques se plaisent à jouer avec les lectrices des best-sellers du siècle, présentées comme des « bergères extravagantes ». Subligny et Furetière défendent les valeurs d’une sphère littéraire restreinte, des classiques combattant les modernes et l’intrusion des femmes dans la sphère lettrée, s’adressent à un public majoritairement masculin invité à rire de ces ingénues lectrices.

  • 6 Dans Les Femmes savantes de Molière (III, 2).
  • 7 Poullain de la Barre, L’Egalité des deux sexes, 1673.
  • 8 Mme de Maintenon, Entretiens sur l’éducation des filles (1690-1700).

10Au théâtre, le personnage de la femme savante connaît le succès, Les femmes savantes de Molière triomphent en 1672. Dès 1666, le personnage est présent dans la seconde partie du Roman bourgeois sous les traits de Collantine, personnage de fervente plaideuse, férue de lectures juridiques opposée à l’auteur Charoselles. Ces lectrices se caractérisent par des lectures atypiques, considérées comme non féminines : le grec et le latin dans La Coquette ou l’académie de dames (1691) de Jean-François Regnard, la grammaire, la philosophie, les sciences, le droit. Elles cumulent ce ridicule de lectrice avec l’ambition d’être auteurs de livres savants (Philaminte 6 prétend récrire La République de Platon). Elles entrent ainsi en conflit avec les hommes, dont elles veulent posséder les prérogatives mais aussi avec les honnêtes femmes, telle Henriette que sa mère veut sacrifier à son idolâtrie pour Trissotin dans les Femmes Savantes de Molière. Ces personnages de virago, d’harpie font rire en reprenant les formes d’une satire antiféminine traditionnelle : l’image du monde à l’envers ou de l’empire tombé en quenouille. Ces pièces ont été appréciées par le public féminin ; Mme de Sévigné déclare avoir beaucoup ri à la représentation des Femmes savantes de Molière. Ces personnages surgissent au moment où la question de l’éducation des femmes est un sujet d’actualité : Poulain de la Barre défend une éducation pluridisciplinaire et une large ouverture des enseignements donnés aux femmes 7 ; les cours publics scientifiques se développent et connaissent un grand succès. Fontenelle dans ses Entretiens sur la pluralité des mondes (1686) converse avec une comtesse de sciences. Les modernes s’engagent en faveur du public féminin et d’une ouverture de la sphère littéraire tandis que les auteurs chrétiens, tels Fénelon dans De l’éducation des filles (1687), dont les préceptes sont suivis par Mme de Maintenon 8 à St Cyr, prônent une éducation dirigée vers les fonctions d’épouse et de mère.

11La mode des contes de fées littéraires fait apparaître d’autres personnages en donnant la parole aux femmes dans les dernières années du siècle. Les images caricaturales de femmes savantes et de vierges folles sont corrigées dans les écrits des femmes auteurs de contes de fées, telle Mme D’Aulnoy, dans Le Serpentin vert (1697) par exemple ou Mlle L’Héritier, dans le conte intitulé Les Fées (1694). Dans les contes écrits par des femmes, les fées n’hésitent pas à chausser leurs lunettes pour se plonger dans leurs grimoires, elles montrent ainsi que tout n’est pas que dons et science infuse au royaume des fées, la lecture permet d’accroître les compétences et de prendre de sages décisions.

  • 9 Marivaux, Pharsamon ou les nouvelles folies romanesques (1713) et La Voiture embourbé (...)

12Marivaux dans ses œuvres de jeunesse 9 reprend lui aussi ces images ridicules mais pour les moderniser. Il place lecteur et lectrice extravagants côte à côte ; ils aiment les mêmes romans et ont la même sensibilité, la lecture n’est donc pas susceptible de troubler seulement les femmes. Hommes et femmes s’inventent une nouvelle vie à l’image de leurs lectures et ces bergers extravagants éprouvent un grand plaisir à jouer les héros de roman.

13La seconde moitié du xviie siècle est marquée historiquement par la progression des salons littéraires qui donnent aux femmes un espace de discussion et de promotion de la littérature qu’elles aiment. De plus, à la suite de la contre, pour contrer la progression du protestantisme, de nombreuses congrégations religieuses s’engagent dans l’enseignement féminin : c’est la première grande vague d’alphabétisation féminine. Cette progression des femmes vers la sphère littéraire suscite ces images comiques mais aussi celles qui défendent les lectrices honnêtes. Anciens et des Modernes s’affrontent sur le terrain de l’éducation féminine et ces images littéraires prennent part à la querelle. Marivaux met ce conflit sur la scène théâtrale dans la Seconde surprise de l’amour, en 1727 : la comtesse lectrice est l’arbitre de la dispute entre son pédant professeur et son jeune voisin acquis aux idées des modernes mais un autre mode de lecture est déjà présenté dans cette pièce : celui de la lecture à deux, le modèle du xviiie siècle : la lectrice avec son maître de lecture.

La Lecture à deux : le modèle pédagogique des lumières

14Les lectrices et le plaisir de la lecture sont au cœur des romans libertins de la première moitié du siècle.

15Dans les textes de Crébillon, tel Le Sylphe (1730) ou Le Sopha (1742), de belles lectrices dénudées lisent pour leur plaisir en solitaire dans le secret de leur cabinet ou de leur chambre à coucher mais le regard masculin n’est pas loin : celui du sylphe invisible ou du narrateur métamorphosé en sopha précisent les éléments qui font de la lectrice une vision charmante et indiquent comment la lecture s’interrompt parfois pour passer à une conversation animée ou à une action plus vive.

16Dans les années 40, le couple du maître libertin et de la jeune femme soucieuse d’apprendre se concrétise dans les romans. La lecture devient récompense pour la femme et les libertins jouent de leur bibliothèque pour séduire les femmes convoitées. Le héros de l’abbé de Prévost, dans Histoire d’une grecque moderne (1740), se refuse à utiliser les bons livres par principe moral et échoue dans sa tentative de séduction. Le comte du roman érotique Thérèse philosophe (1748) use des plus célèbres titres vendus sous le manteau et réussit à faire céder Thérèse, qui ne peut résister à la lecture lascive des romans érotiques contemporains. Elle rejoint les figures qui nourrissent l’iconographie et les illustrations de ces romans : tous ces tableaux de lectrices « qui ne lisent que d’une main ».

  • 10 Par exemple : La Morlière, Angola, histoire indienne (1746) ; Fougeret de Monbron, (...)

17Toute une série de textes vendus sous le manteau tentent de poursuivre cette veine et d’utiliser ces images de lectrices à la fin des années quarante 10 : la lecture a sa place au lit, elle est présentée comme un aphrodisiaque pour les couples de libertins affirmés, ou selon les titres comme un somnifère. Les auteurs règlent ainsi leurs comptes avec leurs confrères en montrant l’effet de leurs œuvres sur les lectrices.

18Dans ces œuvres, les lectrices se présentent comme des femmes belles et intelligentes mais lascives, la lecture les conduit à l’acte sexuel bien guidées par des maîtres séducteurs. Rousseau remet de l’ordre dans ce modèle. Au milieu du siècle, il crée un séisme paradoxal.

19Rousseau dans Julie ou la Nouvelle Héloïse (1761) reprend le couple du maître de lecture et de la jeune femme innocente et le remet sur le droit chemin. La lecture entraîne bien les deux jeunes gens à la faute dans le bosquet mais leur droiture, leur effort pour sélectionner quelques bons livres, un mode d’apprentissage efficace fondé sur la relecture et le débat, leur permet d’affermir leurs âmes et de suivre leur devoir jusqu’à créer une communauté d’élite. Ils assurent ainsi leur rédemption. Julie et sa cousine se présentent comme de saintes femmes, lettrées et admirées, des modèles d’épouse et de mère.

  • 11 Jean-Jacques Rousseau, Emile ou de l’éducation, livre 5, éd. Michel Launay, GF, Paris, (...)

20Dans Emile ou de l’éducation (1762), le portrait de Sophie, l’épouse destinée à Emile, est toutefois loin de la figure idéale de Julie. Rousseau multiplie des anathèmes contre les femmes lettrées dans cette œuvre (un seul exemple : « toute fille lettrée restera fille toute sa vie quand il n’y aura que des hommes sensés sur la terre 11 »). Il préconise de laisser la jeune fille vierge de lecture pour que le mari la forme à sa guise. Les lectrices se sont passionnées pour ces œuvres et prises dans l’engouement de La Nouvelle Héloïse ne se sont pas offusquées des diatribes antiféministes de l’Emile ;son influence sur Mme de Charrière, Mme Roland, même Mme de Staël est bien connue. Toutes les images qui suivent sont marquées par les discours de Rousseau sur la lecture féminine.

  • 12 Personnages de l’abbé Prévost, Le Monde moral (1760-1764).
  • 13 Andréa de Nerciat, Félicia ou mes fredaines (1775) ; Choderlos de Laclos, Les Liais (...)
  • 14 Mirabeau, Le Rideau levé ou l’éducation de Laure (1775-1777) ; Rétif de la Bretonne (...)

21Les figures de lectrices perverties, dans les romans libertins de la seconde moitié du siècle, suivent les condamnations de Rousseau, telle celle qui indique à l’entrée de La Nouvelle Héloïse que « Jamais fille chaste n’a lu de roman ». Les héroïnes lectrices sont : soit des autodidactes, telles Mlle Créon et Mlle Tékély de Prévost 12, Félicia de Nerciat ou la marquise de Merteuil de Laclos 13, soit des héroïnes formées par des maîtres libertins, telle Laure de Mirabeau ou la paysanne pervertie de Rétif de la Bretonne 14. Elles lisent beaucoup et développent une liberté de pensée et des idées qui les conduisent à rompre avec les bienséances et les règles sociales pour vivre à leur guise. Le programme de Laure mêle les sciences et la philosophie pour qu’elle ait une idée claire et réaliste du monde. Que la fin soit morale et condamne l’héroïne ou qu’elle donne l’image d’une femme triomphante, ces personnages dominent leur destin grâce à des lectures qu’elles utilisent pour diriger leur vie : la marquise de Merteuil rivalise avec Valmont dans ses lettres nourries de citations littéraires. Laclos ne condamne pas cette éducation et ces lectures, il reprend le programme d’éducation de la marquise dans son ouvrage suivant : Essai sur l’éducation des filles (1783). L’éducation reçue par Sophie Volanges au couvent est par contre clairement dénoncée. Loin des peintures idéales de Clarens, ces œuvres mettent hommes et femmes à égalité dans l’univers de débauche des villes. Ces œuvres reconnaissent des compétences aux femmes mais entachées par la collusion entre lecture et sexualité débridée, ces images de femmes ont pu séduire les lecteurs mais ont fait bondir les lectrices. Mme Riccoboni la première s’est écriée que Mme de Merteuil était un monstre.

  • 15 Isabelle de Charrière, Lettres écrites de Lausanne (1785) ; Caliste ou suite des le (...)
  • 16 Fondé en 1782, il était destiné à récompenser l’ouvrage de l’année « dont il pourrait (...)

22Les femmes retiennent d’autres éléments de l’héritage de Rousseau. Des femmes de la haute société s’engagent dans l’écriture d’ouvrages pédagogiques sous la forme de fictions et présentent de véritables programmes d’éducation pour les filles sous le voile de conversations, dans Les Conversations d’Emilie (1774) de Mme d’Epinay ; d’un roman par lettres, pour Adèle et Théodore (1782) de Mme de Genlis ou au sein de romans dans les textes de Mme de Charrière 15. L’éducation des enfants légitime l’acte d’écriture et le passage au statut de femme auteur honni par le maître. Ces auteures s’inscrivent dans la lignée de Rousseau en préconisant une éducation au grand air, un esprit sain dans un corps sain et des filles vertueuses et sages plutôt que savantes. Cependant les mères ouvrent de larges pans de savoir à leurs filles dans ces œuvres et ne laissent pas leurs esprits en friche, comme le préconisait Rousseau dans l’Emile, car « pour instruire il faut être instruite » explique Mme d’Epinay. Il faut former des filles instruites pour leur éviter le désœuvrement de la haute société qui mène aux égarements et les préparer à leur rôle de mère et d’éducatrice. Dans l’œuvre de Mme d’Epinay, à 7 ans, Emilie résume des extraits de l’œuvre de Plutarque ; Adèle, dans l’œuvre de Mme de Genlis, apprend l’anglais dès 6 mois et n’a rien à envier à l’éducation de son frère. Le couple mère-fille remplace efficacement le couple jeune fille-maître libertin et fait de la lecture un outil pour l’instruction, la formation des femmes au sein du foyer maternel et une activité pour la vie. Les images des jeunes lectrices tout comme celle de leurs mères, fidèles prescriptrices, lectrices et écrivains pour le bien de leurs enfants, sont admirables. Ces œuvres ont été louées et ont assuré le succès de leurs auteurs : Mme d’Epinay a obtenu le prix Monthyon 16 et Mme de Genlis s’est vue confiée la fonction de gouverneur et l’éducation du futur roi Louis Philippe.

  • 17 Notamment : Isabelle de Charrière, Trois femmes (1797) ; Sénac de Meilhan, L’Emigré (1797) ; Le Mar (...)

23Les romans de la fin du siècle, notamment ceux de la période de l’émigration des nobles 17 mettent en valeur des femmes sensibles et des lectrices sages, cultivées et autonomes dans cette période troublée. Elles lisent journaux, romans et philosophes et utilisent leurs lectures pour se réconforter et aider leurs proches. La lecture en commun rassemble les individus et crée des liens entre personnes sensibles, hommes et femmes pleurent ensemble à la lecture des histoires tragiques de la révolution. Les femmes voyagent et s’adaptent grâce à leur culture : ce sont là les images les plus positives de toute la période étudiée présentes sous la plume de femmes (Isabelle de Charrière) et d’hommes (Sénac de Meilhan).

  • 18 Germaine de Staël, Corinne ou l’Italie (1807).

24Ces images indiquent l’acmé d’une progression qui s’effectue tout au long du xviiie siècle parallèlement à l’accroissement du lectorat féminin et à la multiplication des lieux d’instruction. Le modèle de la lecture à deux met en valeur la capacité des femmes à accéder à des niveaux de lecture supérieurs et à des lectures variées, sans sortir des fonctions imparties à leur sexe, si elles sont bien guidées. Cependant, dès les premières années du xixe siècle Germaine de Staël dans Corinne18 note combien une femme lettrée est encore mal acceptée dans la société.

La première moitié du xixe siècle : le retour des lectrices en péril

25Dès les premières années, les œuvres des femmes auteurs marquent un revirement : la lecture n’apparaît plus comme une activité épanouissante pour les femmes car la société la condamne, les héroïnes sages font le choix de sacrifier leurs lectures.

  • 19 Caroline de Genlis, Mlle de Clermont (1802), Paris Autrement, 1994.
  • 20 Claire de Duras, Edouard (1825).
  • 21 Claire de Duras, Olivier ou le secret (1826).
  • 22 Stendhal, Armance ou quelques scènes d’un salon de Paris en 1827 (1827).

26Mlle de Clermont, héroïne de Mme de Genlis 19, aime les lectures romanesques, elles déplaisent à un homme de sa cour, elle arrête immédiatement pour lui plaire, malgré la liberté laissée à une femme de son rang. Dans Edouard20 de Mme de Duras, les lectures à deux sont jugées dangereuses entre un homme et une femme non mariés, donc l’héroïne décide d’arrêter même si elle éprouvait beaucoup de plaisir à lire ainsi avec un homme sensible. La lecture est accusée de générer le mal du siècle : la mélancolie dans Olivier ou le secret21, tout comme dans Armance de Stendhal 22.

27En 1830, Stendhal dans Le Rouge et le noir fait de Mathilde de la Mole une fille libre qui puise en cachette dans la bibliothèque de son père. Résultat : elle pérore dans son salon, comme une précieuse, s’amourache d’un serviteur et celui-ci lui préfère une femme naturelle et non-lectrice, Mme de Rênal.

28A l’instar du personnage de la précieuse ridicule, les autres figures comiques de la seconde moitié du xviie siècle réapparaissent au début du xixe siècle : on retrouve les femmes auteurs viragos et les vierges folles romanesques, sous un jour désormais plus tragique.

  • 23 Voir les représentations de femmes auteurs en annexe.

29Les personnages de bas bleus reviennent à la mode avec le succès de George Sand et font renaître les figures de la femme savante et de la femme auteur dans les romans. George Sand peint une princesse italienne érudite dans Le Secrétaire intime (1834), Balzac s’inspire de George Sand elle-même en décrivant Camille Maupin dans Beatrix (1839) et fait le portrait d’une de ses émules avec Dinah de la Baudraye, dans La Muse du département (1843). Ces trois femmes très cultivées ont de grandes capacités intellectuelles, elles enseignent à des hommes plus jeunes et Dinah écrit les articles du journaliste Lousteau en panne d’inspiration. Cependant, même si elles ne font pas étalage de leur savoir, elles sont accusées de tous les crimes (femmes adultères, femmes aux mœurs saphiques…), elles sont considérées comme monstrueuses et leurs amours sont voués à l’échec. Le xixe siècle ne dénie plus les capacités de ces lectrices mais les considère comme inadaptées à leur rôle social, même lorsqu’elles sont de haut rang. George Sand donne là un plaidoyer pro domo, suivie par son ami Balzac qui note également la difficile acceptation sociale de la femme d’élite. Les caricatures contemporaines montrent ce rejet 23 et cette résurgence du personnage de la femme savante couplé avec celui de la femme auteur, comme épouvantail et personnage ridicule. La croissance du nombre de candidates au titre d’auteur, alors que la littérature marchande se développe, gêne les tenants de la sphère littéraire ; l’accès légitime des femmes à la profession d’écrivain n’est pas bien accepté dans les mentalités.

  • 24 Stendhal écrit Lamiel en 1839-1840 mais laisse le roman inchevé à sa mort et il ne se (...)

30La femme savante semble encore plus incongrue lorsqu’elle fait partie des classes populaires, or l’alphabétisation des campagnes fait apparaître des lectrices issues du peuple parmi les héroïnes de romans. Dans André (1835) de George Sand, Geneviève, grisette spécialiste dans la confection des fleurs, affectionne les livres de botanique et de géographie. Lamiel, héroïne éponyme de Stendhal 24, orpheline élevée par une famille de paysans, se passionne pour la littérature de colportage et ses récits d’aventuriers et de bandits. Dans Le Cocu (1850) de Paul de Kock, chaque client du cabinet de lecture a ses livres préférés. La lecture de ces lectrices du peuple passe par le prêt d’ouvrage, la location dans les cabinets de lecture qui se développent. Geneviève apprend vite et épouse le jeune homme de bonne famille qui lui a prêté ses livres mais le constat de George Sand est désabusé : elle ne sort de sa condition que pour son malheur, son origine lui est reprochée et la lecture ne lui a donné que trop de lucidité sur son sort. Lamiel devient lectrice de la duchesse mais finalement son goût pour les récits d’aventure l’entraîne à préférer la vie des brigands plutôt que celle des ducs. Ces héroïnes progressant grâce à la lecture, acquièrent des connaissances et des capacités intellectuelles supérieures à celles de leur entourage, elles dépassent vite leurs maîtres mais toujours pour leur malheur (même si Lamiel, de Stendhal, loue l’énergie vitale de la jeune héroïne). Ces romans notent la multiplication des lectrices du peuple et le développement de formes de lectures différentes : location dans les cabinets de lecture, circulation de la littérature de colportage dans les campagnes…

  • 25 Véronique Graslin est l’héroïne du roman de Balzac, Le Curé de village (1841) ; Grazi (...)
  • 26 Mme de la Chanterie est le principal personnage féminin de L’Envers de l’histoire (...)

31Les images de vierges folles ou de jeunes lectrices séduites par un livre reviennent également au premier plan dans les romans : les best-sellers qui les troublent sont désormais Paul de Virginie (pour Véronique Graslin ou Graziella 25) tandis que L’Imitation de Jésus-Christcrée des prosélytes passionnées (Véronique Graslin convertie ou Mme de la Chanterie 26).

  • 27 Voir la note 16.

32Leur mode de lecture rappelle celui des vierges folles du xviie siècle : elles découvrent avec ferveur un livre qu’elles lisent et relisent et ce livre devient le guide de leur vie. Véronique et Graziella, s’identifient au personnage de Virginie, au point que Graziella en mourra, Véronique perdra son amant et se plongera dans la dévotion. L’Imitation de Jésus-Christ est présenté comme un livre tout aussi puissant. La force de la lecture est ainsi mise en image mais sans ridicule pour ces femmes simples et sensibles, leur histoire est plutôt tragique. Balzac espère le prix Monthyon 27 pour ce roman très moral. Ces images mettent en valeur la deuxième vague d’alphabétisation féminine qui touche les campagnes et développe un nouveau lectorat : un public féminin, fervent et passionné.

33En 1656, Emma Bovary ne représente donc pas un type de lectrice nouveau qui étonne, elle innove seulement en synthétisant toutes les formes de lectures déconseillées aux femmes. Elle choisit les lectures considérées comme les plus dangereuses : des romans dès l’adolescence, avant le mariage et des magazines féminins invitant à rêver. Elle cumule les formes de lectures réprouvées : en cachette au couvent, puis en lisant à deux avec un homme qui n’est pas son époux, Léon, lorsqu’elle est mariée. Sans grande éducation, elle est encline à une lecture avec identification : elle rêve de ressembler aux héroïnes de ses lectures et les conséquences sont terribles : elle commet l’adultère, elle abandonne mari et enfant, s’endette, ruine sa famille et finit par le dernier péché : le suicide. Elle additionne tous les maux attribués aux romans dans les gravures : ils invitent à la rêverie, à se laisser conter fleurette et à se détourner des tâches ménagères. La célébrité du personnage de lectrice d’Emma Bovary serait donc dans cette accumulation de tous les poncifs et de toutes les peurs suscitées par la progression du lectorat féminin et la loi Falloux qui ouvre aux femmes les portes de l’école primaire.

34Le xixe siècle met en valeur des lectrices de plus en plus autonomes, beaucoup de lectures en solitaire sont décrites même si les pratiques de groupe et la lecture à deux persistent. L’ouverture du lectorat aux classes populaires, due à la seconde vague d’alphabétisation féminine et la progression des femmes fait ressurgir des images déjà vues lors de la première vague d’alphabétisation au xviie siècle : femme savante ou bas-bleu, vierge folle ou ingénue détournée du droit chemin par ses lectures romanesques.

35L’analyse révèle donc finalement que les personnages de lectrices n’ont pas évolué de façon régulière, parallèlement à l’accroissement du lectorat féminin du milieu du xviie siècle au milieu du xixe siècle. Les figures de lectrice en péril du xviie réapparaissent au xixe siècle. Des changements historiques marquent bien sûr l’évolution des représentations de lectrices : l’ouverture de la lecture à de nouvelles classes sociales : on se rit des bourgeoises qui veulent lire au xviie siècle, les paysannes ou grisettes lectrices sont les cibles au cœur des romans du xixe siècle ; l’évolution des formes de livres et de communication des œuvres : de la circulation des manuscrits aux prêts des cabinets de lecture, le livre est devenu une denrée commune ; l’évolution des lieux et des accessoires mais aussi le changement de tonalité : de personnage comique, la lectrice est devenue personnage tragique. Le xviiie siècle constitue une période d’accalmie, entre ces deux vagues semble, une période où fleurissent des images plus positives de lectrices mais dans les textes libertins, ces images sont entachées par leur lien avec la sexualité et celles parues sous la plume d’auteurs féminins sont moins connues.

36Les images de lectrices en péril, ou de lectrices ridicules sont donc celles qui ont eu le plus de succès et qui font partie aujourd’hui de nos classiques, il ne faut pas oublier que ce sont des images chargées de valeur, parues lors des deux grandes périodes d’alphabétisation féminine et lors des époques de mutation du champ littéraire, des grands moments où les représentations de lectrices ont été liées à une actualité brûlante, à la question de l’éducation des femmes : quelle éducation et quelle place fallait-il donner aux femmes dans la société ? Et au problème de l’avenir du champ littéraire : devait-il s’ouvrir à une sphère élargie aux femmes ou rester une sphère restreinte ? Les femmes pouvaient-elles accéder aux lectures savantes ? La question n’était pas résolue à la fin du xixe siècle, le tableau : Les Lectures sérieuses commente encore de façon ironique en 1881 les compétences des lectrices.

1. L’érotisme de la lectrice du xviiie siècle : Gravure anonyme, Amynthe à son lever (BN, 1750)

2. La ménagère divisée entre ses activités domestiques et poétiques Figure de Gavarni, 1845

3. La femme auteure : femme myope portant des lunettes Figure de Gavarni, 1845

5. La lecture de George Sand et ses conséquences sur les ménages Gravure de Daumier, Mœurs conjugales N° 6

5. La Lectrice romanesque. Lithographie de Daumier, Le Roman, xixe siècle « Ils se battent pour moi… Alfred m’enlèvera… nous nous marierons. »

6. Le résultat des lectures sérieuses sur les femmes ! Ortego, Le livre sérieux (BN, 1881)

Notes

1 Pour plus d’informations voir ma thèse soutenue à l’université de Paris III -Sorbonne Nouvelle en 1999 et publiée sous le titre : Des Liseuses en péril : images de lectrices dans les textes de fiction (1656-1856), Paris, Honoré Champion, coll. « Les Dix Huitièmes siècles », 2003.

2 Honoré de Balzac, Le Père Goriot, Folio Classiques, Paris, Gallimard, 1971, p. 22 :« Ainsi ferez, vous qui tenez ce livre d’une main blanche, vous qui vous enfoncez dans un moelleux fauteuil en vous disant : Peut-être ceci va-t-il m’amuser. »

3 Georges Molinié et Alain Viala, Approches de la réception : pour une sociopoétique, « Perspectives littéraires », Paris, PUF, 1993, p. 199-200.

4 Etudier « la rhétorique de la lectrice » consiste à étudier cinq temps dans l’acte de lecture, à l’instar de la rhétorique classique qui distingue cinq étapes dans la création d’un discours, soit à étudier :

  1. L’Inventio ou le choix de lecture des personnages féminins : que lisent les héroïnes ? Est-ce que ce sont des lectures imposées ou des lectures choisies librement ?
  2. La Dispositio ou les objectifs de lecture affichés par ces personnages : dans quels buts disent-elles lire ? La lecture a-t-elle un rôle didactique, un rôle de divertissement… ont-elles des desseins cachés ?
  3. L’Elocutio ou les compétences de lecture attribuées aux héroïnes : comment lisent-elles ? Sont-elles rêveuses ou critiques ? S’identifient-elles aux héros de leurs lectures ?
  4. L’Actio ou leurs conditions de lecture : où lisent-elles ? A l’intérieur ou à l’extérieur ? Dans leur chambre ou au salon ? En compagnie ou seules ?
  5. La Memoria ou ce qu’elles retiennent de leurs lectures et les conséquences de ces dernières : sont-elles conduites vers la voie de la sagesse ou sur le chemin de la perdition ? Quels sont les effets attribués à la lecture ?

5 Dans Les Véritables Prétieuses (1660) d’Antoine Baudeau de Somaize ou dans L’Académie des femmes (1661) de Samuel Chappuzeau, par exemple.

6 Dans Les Femmes savantes de Molière (III, 2).

7 Poullain de la Barre, L’Egalité des deux sexes, 1673.

8 Mme de Maintenon, Entretiens sur l’éducation des filles (1690-1700).

9 Marivaux, Pharsamon ou les nouvelles folies romanesques (1713) et La Voiture embourbée (1714).

10 Par exemple : La Morlière, Angola, histoire indienne (1746) ; Fougeret de Monbron, Margot la ravaudeuse (1748) ; François Antoine Chevrier, Le Colporteur (1761).

11 Jean-Jacques Rousseau, Emile ou de l’éducation, livre 5, éd. Michel Launay, GF, Paris, Flammarion, 1966, p. 537.

12 Personnages de l’abbé Prévost, Le Monde moral (1760-1764).

13 Andréa de Nerciat, Félicia ou mes fredaines (1775) ; Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses (1782)

14 Mirabeau, Le Rideau levé ou l’éducation de Laure (1775-1777) ; Rétif de la Bretonne, La Paysanne pervertie (1784).

15 Isabelle de Charrière, Lettres écrites de Lausanne (1785) ; Caliste ou suite des lettres écrites de Lausanne (1787).

16 Fondé en 1782, il était destiné à récompenser l’ouvrage de l’année « dont il pourrait résulter le plus grand bien pour la société », le prix était donné par l’Académie Française.

17 Notamment : Isabelle de Charrière, Trois femmes (1797) ; Sénac de Meilhan, L’Emigré (1797) ; Le Marquis de Sade, Les Crimes de l’amour (1800) ; Germaine de Staël, Delphine (1802).

18 Germaine de Staël, Corinne ou l’Italie (1807).

19 Caroline de Genlis, Mlle de Clermont (1802), Paris Autrement, 1994.

20 Claire de Duras, Edouard (1825).

21 Claire de Duras, Olivier ou le secret (1826).

22 Stendhal, Armance ou quelques scènes d’un salon de Paris en 1827 (1827).

23 Voir les représentations de femmes auteurs en annexe.

24 Stendhal écrit Lamiel en 1839-1840 mais laisse le roman inchevé à sa mort et il ne sera publié qu’en 1842.

25 Véronique Graslin est l’héroïne du roman de Balzac, Le Curé de village (1841) ; Graziella, œuvre de Lamartine, est paru en 1852.

26 Mme de la Chanterie est le principal personnage féminin de L’Envers de l’histoire contemporaine (1848) de Balzac.

27 Voir la note 16.

Table des illustrations

Légende 1. L’érotisme de la lectrice du xviiie siècle : Gravure anonyme, Amynthe à son lever (BN, 1750)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35575/img-1.jpg
Fichier image/, 205k
Légende 2. La ménagère divisée entre ses activités domestiques et poétiques Figure de Gavarni, 1845
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35575/img-2.jpg
Fichier image/, 176k
Légende 3. La femme auteure : femme myope portant des lunettes Figure de Gavarni, 1845
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35575/img-3.jpg
Fichier image/, 181k
Légende 5. La lecture de George Sand et ses conséquences sur les ménages Gravure de Daumier, Mœurs conjugales N° 6
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35575/img-4.jpg
Fichier image/, 238k
Légende 5. La Lectrice romanesque. Lithographie de Daumier, Le Roman, xixe siècle « Ils se battent pour moi… Alfred m’enlèvera… nous nous marierons. »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35575/img-5.jpg
Fichier image/, 323k
Légende 6. Le résultat des lectures sérieuses sur les femmes ! Ortego, Le livre sérieux (BN, 1881)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35575/img-6.jpg
Fichier image/, 68k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540