Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Le roman de la lectrice

À celles qui ne lisent pas. La fiction de la lectrice dans le roman au XVIIIe siècle

Nathalie Ferrand

Texte intégral

  • 1 Jacqueline Pearson, « While literacy itself is a problematic term and the habit of literacy still h (...)

1Comme lécrit Jacqueline Pearson dans son ouvrage récent sur la lecture des femmes en Angleterre dans la seconde moitié du xviiie siècle, « tandis que l’alphabétisation elle-même est une question problématique et que la pratique de cette alphabétisation est encore plus difficile à quantifier, les lectrices sont paradoxalement l’élément le plus visible dans la littérature et le plus invisible dans l’histoire 1 ».

2Ce colloque sur les lectrices d’Ancien Régime montre brillamment qu’il est néanmoins possible au prix d’un travail collectif et transéculaire, qui n’ignore aucune piste, document (bibliothèques privées, correspondances, marginalia ou traces d’autolecture, manuels divers, etc.), ni invidualité (femmes de cour ou hôtesses de salons littéraires, écrivaines mais aussi sages-femmes, religieuses, etc.) de faire émerger historiquement ces femmes qui lisent, et de les sortir de leur invisibilité.

3Alors s’affronter au discours romanesque sur la lecture des personnages féminins, c’est à la fois plus facile par l’homogénéitié de l’archive en question (un genre littéraire), son accessibilité (des textes imprimés), et enfin par la visibilité de la lectrice en fiction ; et aussi plus compliqué par les pièges que tend ce discours, notamment sa circularité et la surreprésentation problématique de la femme qui lit dans la fiction.

  • 2 Nathalie Ferrand, Livre et lecture dans les romans français du xviiie siècle, Paris, Presses Univer (...)
  • 3 C’est le cas notamment de Clarisse Harlowe de Richardson dans la traduction de Prévost qui supprime (...)

4Je vais donc m’intéresser aux représentations romanesques des femmes qui lisent à partir d’un travail plus global que j’ai réalisé sur la thématique du livre, de la lecture et de la bibliothèque dans les romans du xviiie siècle 2. Cette étude se fonde sur l’analyse d’un corpus de 150 fictions du xviiie siècle, de Fénelon à Mme de Charrière, comprenant aussi des textes étrangers traduits en français à l’époque — les traductions modifiant parfois significativement les livres de chevet des personnages féminins 3. Je le précise, cette recherche n’était pas axée au départ sur la question de la lecture des femmes — à la différence des travaux conduits par Sandrine Aragon ou par Jacqueline Pearson. C’est donc a posteriori que j’ai prélevé des éléments pertinents pour cette réflexion et que j’ai isolé les scènes féminines, nombreuses de ce massif foisonnant et complexe de représentations littéraires. Opération délicate car en réalité, quand on cherche à extraire la lectrice du contexte général de cette thématique, on se rend compte que tout vient avec.

Savoir lire

  • 4 Par exemple, dans Don Quichotte : si la paysanne Dulcinée ne sait pas lire, les autres femmes renco (...)
  • 5 Par exemple : la baronne du Mesnil dans Les Aventures de monsieur Robert Chevalier, dit de Beauchên (...)

5Alors qu’il faut attendre la fin du siècle pour que l’alphabétisation des femmes rattrape une partie de son retard par rapport à celle des hommes, alors que parmi les contemporains, la question de savoir si les femmes doivent apprendre à lire ou pas, à quelles conditions et quels livres, ne cesse de revenir et de susciter des positions contradictoires et extrêmes, il semble que dans la fiction, les femmes aient déjà gagné cette bataille culturelle, ou plus exactement, que cette bataille n’ait jamais eu lieu. Car si l’on considère le roman du xviiie siècle — et sans doute est-ce déjà vrai avant 4 —, on constate que les femmes lisent toutes ou presque. Dans Les Illustres Françaises de Challe en 1713, toutes les héroïnes de ce recueil savent lire, alors que la question pour les personnages masculins n’est pas traitée, sinon pour Dupuis, le seul qu’on aperçoit un livre à la main. La mention du savoir-lire au féminin dans les romans est souvent délivrée indirectement, parce qu’on les voit lire un billet, une lettre, parce qu’on voit lire un livre ou plus exceptionnellement parce qu’elles sont dotées d’une bibliothèque 5. Au minimun donc, elles lisent de l’écrit manuscrit, au maximun elles possèdent une collection de livres. De plus, la mention de cette capacité de lire intervient souvent très tôt dans le roman, comme si cela faisait partie de la fiche d’identité du personnage féminin et relevait d’éléments nécessaires à son entrée en fiction, une sorte de droit à l’existence romanesque. Et ceci pas seulement dans le roman français : dans Werther, l’entrée en scène de Charlotte est immédiatement ponctuée par une belle discussion littéraire qui laisse le héros pantois et lors de laquelle Lotte confie à sa cousine quelles sont ses lectures favorites et sa manière de les lire (lettre du 16 juin). Même chose dans un roman italien de 1753, La filosofessa italiana de Pietro Chiari, dont l’héroïne déclare dès les premières pages : « La passione mia predominante era fin d’allora la lettura e lo studio » (ma plus grande passion était depuis cette époque la lecture et l’étude). Les exemples dans le roman français sont innombrables : dans la première lettre des Malheurs de l’inconstance de Dorat, Lady Sydley dit qu’elle relit Clarisse pour la troisième fois, ou dans Les Liaisons dangereuses, Cécile parle dès la première lettre des livres qu’elle a chez elle comme au couvent, même chose dans L’Emigréde Sénac de Meilhan, dans La Nouvelle Héloïse où dès la première lettre, Saint-Preux évoque ses leçons de lecture à Julie, et passim.

  • 6 Ainsi qu’on le contaste à partir des bibliographies du roman français de S. P. Jones et A. Martin, (...)

6La fiction du xviiie siècle a donc choisi de faire sinon de la lectrice l’héroïne en titre du roman — pour cela il faut attendre le xxe siècle avec le roman célèbre de Raymond Jean —, du moins de faire de ses héroïnes des lectrices. En passant, je signale que si l’on ne trouve aucun roman au xviiie siècle qui comporte dans son titre le mot lectrice6, le théâtre du xixe siècle par contre y aura recours pour des titres de comédie, vaudeville ou drame : La Lectrice, ou une folie de jeune homme, un drame de 1834 ou On demande une Lectrice, une comédie-vaudeville en un acte de 1877. Donc, s’il a un triomphe de la lectrice dans les romans, il ne s’affiche pas dans leur titre. On peut se demander pourquoi.

  • 7 Ou encore Happy dans L’Enfant du Carnaval de Pigault-Lebrun en 1796, ainsi que le héros d’un étrang (...)

7Dans la fiction, la lectrice semble alors avoir gagné, triomphé, sans même avoir livré de bataille, celle que ses consœurs dans la réalité sont en train de mener. Mieux que cela : dans les romans, l’analphabétisme féminin est longtemps un thème quasiment absent. Très rares y sont les femmes analphabètes. Quand elles le sont, le romancier ou la romancière se hâtent de les mettre à l’école d’un maître de lecture. Je n’ai trouvé que deux fois dans mon corpus des femmes analphabètes qui le restent, et cela apparaît dans des romans anglais : Joseph Andrews de Fielding et Rasselas de Johnson, tandis que Richardson, de son côté, met en scène une fausse analphabète dans Clarisse Harlowe. Par contre, les personnages masculins peuvent se permettre de résister délibérément à la lecture, refusant d’apprendre à lire comme le chevalier de Beauchêne dans le roman éponyme de Lesage en 1736 ou comme le jeune William Finch de Madame de Charrière (1806) qui ne veut pas apprendre à lire mais qui, sur le conseil de son père, accepte de lancer un sondage auprès de cinquante personnes pour savoir si cela vaut vraiment la peine, ou encore comme ces brigands du Gil Blas de Lesage qui se vantent de ne pas savoir lire, ceux d’un roman de Bricaire de la Dixmerie, Le Livre d’airain (1759), ou enfin ce page espagnol analphabète des Mémoires de Madame de Barneveldt de Desfontaines (1732) qui, trouvant par hasard une lettre compromettante, la rend miraculeusement à son auteur parce qu’il est incapable de la lire 7. Alors que le personnage masculin peut refuser la lecture et par sa résistance même manifester son énergie de héros — Beauchêne, futur fli, qui se place d’emblée hors des codes et des signes sociaux —, la femme romanesque semble être par nature amenée à pratiquer la lecture, au prix des plus grandes invraisemblances : même au fin fond du Sénégal, dans une nouvelle de Madame de Staël en 1795, la jeune Jaloffe Mirza pourra ainsi raconter comment elle a appris à lire. Ces représentations fondent donc dans le monde de la fiction une norme paradoxale qui ne correspond guère à la vérité du monde social.

Les illustrations de roman

8Tout en travaillant sur la thématique discursive de la lecture dans les textes, j’avais également accompagné mon travail d’une enquête sur les illustrations de roman. Parmi les textes envisagés, j’avais cherché les éditions illustrées et avais trouvé une cinquantaine de gravures où interviennent soit un personnage avec un livre, qu’il le lise ou non, soit un personnage dans une bibliothèque — une trentaine de ces illustrations sont publiées dans le volume mentionné plus haut. Alors que se passe-t-il ? A l’intérieur de ce sous-ensemble, les femmes sont — en contradiction avec la surreprésentation dans les textes — nettement minoritaires (25 %). On n’y retrouve pas du tout cette omniprésence iconographique de la lectrice dont on parle souvent. Je suis en train de poursuivre mon enquête mais déjà il y a là quelque chose qui ne tourne pas rond. L’illustration ne confirme pas la thématique textuelle et la domination discursive de la lectrice. Celui qui triomphe dans l’illustration, c’est plutôt le lecteur masculin, soit lisant, soit tenant un livre, soit dans sa bibliothèque. Du texte à l’image, il y a donc un changement de sexe du lecteur dominant.

  • 8 Reproduits dans N. Ferrand, Livre et lecture, op. cit.

9Si l’on va dans le détail et qu’on regarde de plus près ces quelques illustrations de femmes avec des livres, on se rend compte qu’elles ne lisent même pas, qu’elles ne lisent plus : ce sont des femmes surprises un livre à la main par un homme. Je renvoie à quelques exemples 8 : l’illustration d’un des Contes moraux de Marmontel, « le mari sylphe » dans l’édition Merlin 1765 ; celle d’un conte des Fééries nouvelles de Caylus, « La Princesse Pimprennelle et le Prince Romarin » dans l’édition de ses Œuvres en 1786 ; ou bien encore le frontispice illustré des Malheurs de l’inconstance de Dorat dans une édition de 1772. Même chose dans une illustration de l’édition Nourse de la traduction de Clarisse Harlowe (1751) où chez l’archer Rowland, l’héroïne est représentée évanouie sur un livre, la Bible, tandis qu’entre dans sa geôle l’ami de Lovelace, John Belford. La seule illustration sur cinquante où une femme lise effectivement est un frontispice d’une édition de 1762 de Juliette Catesby de Mme Riccoboni.

10Qu’en est-il des hommes dans les gravures ? Ils lisent bel et bien : au fron de l’édition originale du Bachelier de Salamanque de Lesage (1736), au frontispice de la réédition de 1716 de l’Histoire des Sévarambes, ou bien ils sont campés dans leur bibliothèque, au milieu de leurs livres, dans l’édition Ribou de Gil Blas (1715), dans la réédition de 1783 du Cleveland de Prévost, ou encore l’édition de 1776 du Paysan perverti de Rétif où Edmond est mis en scène en pleine écriture dans sa bibliothèque.

11Quant aux femmes dans la bibliothèque, elles occupent sur les gravures une place bien incertaine : dans « Annete et Lubin » ou dans « Le Connoisseur » de Marmontel (édition de 1765 des Contes Moraux, Paris, Merlin), ou encore dans Les époux malheureux de Baculard d’Arnaud (Paris, Ballard & fils, Laporte, 1783). On y voit des femmes qui entrent dans la bibliothèque mais qui restent à chaque fois sur le pas de la porte, sans vraiment pénétrer dans un territoire ressenti comme foncièrement masculin. De fait, les bibliothèques mises en scène sur les gravures sont très majoritairement masculines, seules Clarisse et Pamela chez Richardson ayant droit à des gravures avec bibliothèques dans ce dossier iconographique.

  • 9 Principe d’ailleurs contesté par Bertrand Gervais, « Lecture : tensions et régies », Poétique, 89, (...)

12On le voit, entre les textes et les illustrations la divergence est notable dans les représentations féminines et masculines de la lecture. Alors peut-on encore prétendre que c’est la lectrice qui dans les romans constitue le destinataire idéal de ce genre — au nom du principe venu de l’Ecole de Constance que le texte contient l’image de son lecteur 9 — alors qu’il apparaît ici que la rhétorique du récit et celle de l’image s’inverse ?

Lire au féminin

13Revenons aux textes des romans et à cette omniprésence triomphale des femmes qui savent lire. Que l’espace romanesque soit longtemps quasi indemne d’une question aussi cruciale que l’accès des femmes au livre et à la lecture me paraît extrêmement troublant, alors même qu’à travers les personnages masculins les romanciers interrogent cette question de l’accès au livre, ceux pour lesquels l’enjeu est moins prégnant. Le roman semble inverser exactement les termes du grand débat très sexualisé au xviiie siècle sur l’accès à la lecture. Cette assez longue autarcie du romanesque pose problème : pourquoi le roman a-t-il besoin durablement que ses personnages féminins lisent ? Il me semble y avoir une correspondance très étroite entre le fait que les femmes lisent dans les romans et qu’on dise que ce sont des femmes qui lisent les romans. Cela me semble même construire une sorte de causalité trouble qui joue sur un dénigrement respectif du genre littéraire romanesque et de la femme qui lit ; des femmes qui ne sont capables de lire que cela, des romans qui ne sont bons que pour elles. Cela a tout l’air d’un marché de dupe. Je souscris aux analyses sur le lieu commun de la lectrice faites par Pollie Bromillow au sujet du xvie siècle.

  • 10 Surtout semble-t-il le roman écrit par des hommes. Certaines romancières, à commencer par Mme de Gr (...)

14Le roman hésite à parler de celles qui ne savent pas lire 10. Pourquoi, alors que dès les années 1730 et 1740, des romanciers comme Lesage, Desfontaines ou Bricaire de la Dixmerie problématisent la question de l’accès à la lecture et au livre pour leurs héros masculins ? Prenons par exemple un roman de destinée féminine, La Paysanne parvenue du Chevalier de Mouhy (1735-1736) : voilà bien une héroïne pour laquelle la question de l’accès au livre et à l’écriture devrait se poser. Mais Jeannette sait déjà lire quand le récit commence, sa mère lui ayant elle-même appris à lire au foyer. Néanmoins, ce romancier fait l’effort de représenter un seuil culturel que son héroïne aura à franchir par la suite : Jeannette sait lire les livres mais pas l’écriture manuscrite — cela veut dire aussi qu’elle ne sait pas écrire puisqu’on apprenait à lire l’écriture manuscrite juste avant d’apprendre à écrire. Plus loin dans le roman, il est question de Minette, autre fille de village, un double de l’héroïne : même chose, elle sait déjà lire, car elle est fille d’un maître d’école. La question de l’apprentissage est encore escamotée. A l’autre bout du siècle, il en va de même pour Ursule dans La Paysanne pervertie de Rétif : on sait qu’elle sait lire, on l’apprend incidemment au début du roman parce qu’elle lit le sujet d’une estampe. Et alors qu’Edmond son frère raconte au début de son propre roman son apprentissage de la lecture à l’école (Le Paysan perverti, Lettre II), cette expérience n’est pas évoquée pour Ursule.

15Paradoxalement, une partie de l’effort des romancières, comme Mme de Graffigny ou Mme de Charrière sera justement de faire entrer sur la scène de la représentation romanesque ces filles qui ne savent pas lire, qui détruisent le stéréotype de la lectrice romanesque. Car la lectrice dans les romans est :

  • un support du lieu commun de dénigrement respectif du roman et de la femme qui les lit ;
  • à travers la lecture, l’élève d’un Mentor qui tout en dressant un plan de lecture la place sous tutelle (Ferriol et Théophé dans Histoire d’une Grecque Moderne de Prévost en 1740, Saint-Preux et Julie chez Rousseau, Gaudet et Ursule chez Rétif) ;
  • à travers la lecture, l’objet d’une relation érotisée (elle lit, on la regarde, on s’approche d’elle, on la séduit). Lire, c’est pendant longtemps dans le roman se désigner comme objet amoureux, voire un objet marital dans La Dot de Suzette de Fiévée (1798) — certains personnages féminins se font d’ailleurs volontai regarder lisant pour se rendre désirables (dans Les Illustres Françaises de Challe ou dans Le Paysan parvenu de Marivaux). Ou même lire, c’est posséder physiquement (Le Triomphe du sentiment, Bibiena, 1750) ou au moins métaphoriquement dans les préludes amoureux — les libertins le savent bien qui jouent en maîtres de cette équivoque11.
  • 12 Voir Livre et lecture, op. cit., et « La femme qui lit dans les romans, ou le genre de la lecture » (...)
  • 13 Charles-Louis Bardou-Duhamel, Traité sur la manière de lire les auteurs avec utilité, 3 vol., Paris (...)
  • 14 Ibidem, Tome I, p. 2.

16C’est à deux romancières que revient le mérite de mettre en scène de façon problématisée l’apprentissage de la lecture par les femmes : Mme de Graffigny dans Les Lettres d’une Péruvienne et Mme de Charrière dans Sainte Anne. Ayant déjà abordé ailleurs ces scènes, je serai brève ici 12. En 1747, la première pose magnifiquement, à travers la lettre où Zilia raconte comment elle apprend à écrire et à lire la question des processus intellectuels à l’œuvre dans l’acte d’écrire et de lire, dans une scène qui est complètement désérotisée contrairement à la norme — d’ailleurs les livres et la lecture serviront plus tard à Zilia à s’émanciper sentimentalement et intellectuellement. De l’écriture qui, dit-elle, donne « une sorte d’existence aux pensées » à la lecture — « je dois une partie de ces connais à une sorte d’écriture qu’on appelle livres […]. J’en compose des idées que je crois justes ») —, Zilia raconte les premiers pas de son aventure intellectuelle personnelle. Mme de Graffigny aborde ces questions l’année même où paraît un important traité sur la lecture, le Traité sur la manière de lire les auteurs avec utilité de Charles-Louis Bardou-Duhamel, qui examine très sérieusement et très longue le processus réflexif de la lecture. Après un préliminaire où l’auteur esquisse une histoire de la lecture depuis Sénèque et Quintilien jusqu’à Charles Rollin qui vingt ans avant lui publiait son célèbre Traité des études, Bardou-Duhamel entend proposer ce qu’il appelle son « système sur la lecture », qui comporte quatre opérations : « concevoir, réduire, développer, juger 13 ». Il s’agit d’une véritable analyse de l’acte de lire qui, en trois volumes et sur mille pages, décompose les rapports entre lecture et raisonnement, lecture et ordre des pensées. Comme Mme de Graffigny dans son roman, Bardou-Duhamel se demande comment s’élabore un raisonnement lorsqu’on lit, comment naissent des pensées au-dessus d’un livre. Malgré le caractère souvent pesant de la démonstration, ce traité fait date et affirme avec force que la lecture change psychiquement l’existence : « la lecture est un des meilleurs moyens pour acquérir une conception aisée, un jugement sain, ; la justesse du raisonnement 14 ». On doit lire pour penser mieux. Certes, Mme de Graffigny ne s’est pas lancée dans une telle analyse de l’acte de lire dans son roman, mais elle l’a rendue nécessaire, l’appréhension en-core con de la jeune Péruvienne appelant une clarification du processus par lequel, dans l’expérience des livres, un lecteur peut, pour reprendre les termes de Zilia, se composer des idées justes.

  • 15 Babet d’Estival est l’enfant que M. d’Estival et la fille de son jardinier ont eu pendant la tourme (...)

17Une autre grande scène est celle de Sainte Anne, qui s’ouvre sur le personnage de la femme analphabète, Babet d’Estival. C’est elle que vise ce cri indigné qui ouvre le roman : « Elle ne sait pas lire ! Figurez-vous qu’elle ne sait pas lire ». Si quelques jours après, la jeune fille va trouver son cousin Sainte Anne pour lui demander de lui apprendre à lire — ce qui sera toutefois différé hors livre —, tout au long du roman, comme par ricochets, se posera la question « à quoi bon apprendre à lire ? », pourquoi, pour qui, à quelles conditions, pour quel bénéfice ? Mme de Charrière ne cherche certainement pas dans ce roman à prouver l’inutilité de la lecture, surtout que dès le lendemain Sainte Anne — qui par provocation avait lancé le débat parmi ces parentes en leur disant « Au fait, à quoi cela vous a-t-il servi de savoir lire » —, annonce sa décision de relire tous ses classiques latins et demande à sa mère la clef de la bibliothèque 15. En revanche, son coup de force de romancière est de jouer, avec art, sur les codes littéraires et de récuser le lien fictif et fictionnel entre femme et lecture — toutes les femmes ne savent pas lire, et il faut que la fiction, renonçant au lieu commun, le dise — et le lien entre femme et roman — les femmes ne lisent pas que des romans.

18Pour conclure, je dirai tout simplement que grâce à ce colloque, il me semble que le lieu commun du roman comme genre pour les femmes prend l’eau par les deux bouts : du côté de l’histoire qui fait émerger une série de lectrices singulières, qui ne lisaient pas que des romans, loin de là, et qui mises côte à côte dessinent la silhouette d’une lectrice exemplaire sous l’Ancien Régime, qui appartient aux milieux aisés et dont les goûts sont multiples, les corpus de lecture pas si éloignés des corpus longtemps réputés masculins et alors qu’économiquement c’est bien elle qui aurait pu s’offrir les plaisirs coûteux du roman, qui n’y consacre qu’une partie parfois congrue de son temps et de son argent. De l’autre bout, du côté de la littérature, il apparaît que la figure de la femme qui lit con dans les romans, est véritablement une construction, un lieu commun, une sorte d’excuse dont le roman se sert dans sa quête de légitimité, et qui vise à mettre sur le compte d’un destinataire imaginaire et bien commode les soi-disant imperfections congénitales du genre. Le roman va à rebours de l’histoire et dans la fiction la femme conquiert lentement son droit à ne pas savoir lire, pour que dans le monde réel, la lecture des femmes cesse d’être une fiction.

Notes

1 Jacqueline Pearson, « While literacy itself is a problematic term and the habit of literacy still harder to quantify, women readers are paradoxycally both the most visible in literature and the most invisible in the historical record », in Women’s Reading in Britain 1750-1835. A Dangerous Recreation, Cambridge University Press, 1999, p. 12.

2 Nathalie Ferrand, Livre et lecture dans les romans français du xviiie siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

3 C’est le cas notamment de Clarisse Harlowe de Richardson dans la traduction de Prévost qui supprime, parmi les lectures de Clarisse, le Télémaque de Fénelon et la Bible. Voir Livre et lecture…, p. 198 et 270.

4 Par exemple, dans Don Quichotte : si la paysanne Dulcinée ne sait pas lire, les autres femmes rencontrées, elles, sont lettrées et connaissent, par exemple, aussi bien que le héros les livres de chevalerie, par lesquels elles lui tendent d’ailleurs bien des pièges, comme Dorotea (I, XXIX, p. 652) et la Duchesse qui a lu d’ailleurs la première partie du Don Quichotte (II, XXX, p. 1120 sq). Les références sont à : Cervantès, Don Quichotte, in Œuvres romanesques complètes, I, Gallimard « Pléiade », 2001.

5 Par exemple : la baronne du Mesnil dans Les Aventures de monsieur Robert Chevalier, dit de Beauchêne, capitaine de flibustiers dans la Nouvelle France de Lesage, 1732 ; la marquise de M *** dans les Lettres de la marquise de M *** au Comte de R *** de Crébillon, 1732 ; Zilia, dans Les Lettres d’une Péruvienne de Madame de Graffigny, 1747 ; Clarisse dans Lettres angloises, ou histoire de miss Clarisse Harlove, de Samuel Richardson (1747), traduit par l’Abbé Prévost, 1751 ; Javotte dans Mademoiselle Javotte, ouvrage moral écrit par elle-même et publié par une de ses amies de Paul Baret, 1757 ; Elisabeth qui possède même deux bibliothèques dans les Lettres d’Elisabeth-Sophie de Vallière à Louise-Hortense de Canteleu, son amie de Madame Riccoboni, 1772 ; Madame de Tourvel dont Valmont fait espionner la bibliothèque dans Les Liaisons dangereuses de Laclos, 1782 ; Adèle dont Lord Sydenham veut à tout prix voir la bibliothèque, dans Adèle de Senange ou lettres de Lord Sydenham de Madame de Souza, 1794 ; etc.

6 Ainsi qu’on le contaste à partir des bibliographies du roman français de S. P. Jones et A. Martin, R. Frautschi et Vivienne Mylne, résultat confirmé par des interrogations (à partir du mot « lec ») dans le catalogue en ligne de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library.

7 Ou encore Happy dans L’Enfant du Carnaval de Pigault-Lebrun en 1796, ainsi que le héros d’un étrange récit de la fin du xviiie siècle Le Lit De Noce Ou les Nuits Du Docteur Pyrico-Proto-Patouphlet. Livre comique & cependant medico-philosophique, traduit tout nouvellement de la langue Gasconne, par un berger d’Arcadie (1791), qui lui ne lit pas à cause de la configuration des astres à sa naissance qui l’empêche d’apprendre à lire jusqu’à 25 ans.

8 Reproduits dans N. Ferrand, Livre et lecture, op. cit.

9 Principe d’ailleurs contesté par Bertrand Gervais, « Lecture : tensions et régies », Poétique, 89, Février 1992, pp. 105-125 ; et Jean Marie Goulemot, « Histoire littéraire et histoire de la lecture » in Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, sous la direction de Roger Chartier, 1995, p. 225.

10 Surtout semble-t-il le roman écrit par des hommes. Certaines romancières, à commencer par Mme de Graffigny, et plus tard Mme de Charrière, traiteront la question bien différemment.

11 Notamment chez Crébillon, depuis les Egarements où le débutant Meilcour est encore bien maladroit dans la lecture métaphorique et jusqu’aux Heureux orphelins où Chester est devenu un redoubtable praticien de la lecture des femmes, préliminaire à leur possession physique.

12 Voir Livre et lecture, op. cit., et « La femme qui lit dans les romans, ou le genre de la lecture », in Féminités et masculinités. La question du ‘gender’ dans le texte narratif avant 1800, Actes du xive colloque de la Sator, 22-24 juin, Amsterdam-Leyde, sous la direction de Suzan van Dijk et Madeleine van Strien-Chardonneau, Peeters, 2002, pp. 103-116.

13 Charles-Louis Bardou-Duhamel, Traité sur la manière de lire les auteurs avec utilité, 3 vol., Paris, P. N. Lottin ; J. H. Butard, 1747-1751, Préliminaire, Tome I, p. XI.

14 Ibidem, Tome I, p. 2.

15 Babet d’Estival est l’enfant que M. d’Estival et la fille de son jardinier ont eu pendant la tourmente révolutionnaire.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540