Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Figures de l’auteure

Fonction des citations littéraires dans les albums féminins russes rédigés en français (fin du XVIIIe-début du XIXe siècle)

Elena Gretchanaia

Texte intégral

1Dans la deuxième moitié du xviiie siècle le français devient en Russie une langue qui est parfois mieux maniée par les aristocrates que leur langue maternelle. Si les hommes appartenant à la noblesse étaient souvent obligés — à cause de leur service militaire ou civil — de savoir le russe (pour parler à leurs subalternes), les femmes en étaient dispensées. Elles ne s’exprimaient souvent qu’en français. L’étiquette prescrivait aux hommes de s’adresser aux femmes en cette langue, lors d’une conversation et surtout — par écrit. Cette situation, favorisée par l’affluence des émigrés après la Révolution française lesquels, devenus précepteurs ou hôtes d’honneur dans les familles russes, ont prolongé en Russie l’époque de l’Ancien régime, a duré jusqu’aux années 1830. Après l’avènement au trône (en 1825) du tsar Nicolas Ier le français n’était plus toléré à la cour, et la gallomanie a commencé à céder peu à peu ses positions en faveur des valeurs nationales, traditionnelles, patriotiques.

2A la fin du xviiie – début du xixe siècle le type de jeune femme noble le plus fréquent en Russie était celui qui est représenté dans le poème d’Alexandre Pouchkine « Eugène Onéguine » (1825-1833) dont l’héroïne principale, Tatiana, « savait mal le russe / Ne lisait pas nos revues / Et s’exprimait avec peine en sa langue natale » (chap. 3, strophe xxvi). Dans ce même poème dont l’action se passe dans les années 1810 sont mentionnées les lectures favorites de l’héroïne : La Nouvelle Héloïse de Rousseau, Clarisse Harlowe de Richardson, Werther de Goethe, Valérie (1803) de Mme de Krüdener, Mathilde (1805) de Mme Cottin, Delphine (1802) et Corinne (1807) de Mme de Staël. Comme on voit, ce sont surtout les romans français qui sont lus à l’époque par les femmes russes, et notamment ceux qui affirment le triomphe de la sensibilité.

  • 1 Chartier R., Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, p. 203.

3Pour les âmes sensibles, remarque R. Chartier, « la lecture doit être chose sérieuse, impliquer la participation active du lecteur, modifier ses pensées et son existence. L’émotion qui intègre le lecteur dans le texte et inscrit le texte dans le lecteur, devient ainsi maîtresse de vie 1… » Une telle lecture donne envie de s’approprier le texte lu en le transcrivant et en le transformant en manuscrit personnel. C’est à cette époque qu’apparaissent les albums, recueils basés sur les paroles d’autrui et en même temps oeuvre personnelle.

  • 2 Voir : Vatsuro V. E., « Literatournyï albom v sobranii Pouchkinskogo doma (1750-1840) [L’album litt (...)
  • 3 Didier B., Le journal intime, Paris, Presses universitaire de France, 1976, p. 17.
  • 4 Voir à propos des albums masculins : Vatsuro V. E., op. cit., p. 44 passim ; Petina L. I., « Strouk (...)

4Cette vogue est venue en Russie de l’Allemagne (foyer de la sensibilité) où les albums sont apparus sous forme de Stammbuch dès le xvie-xviie siècle 2. Dans la plupart des cas les albums appartiennent aux femmes, qui trouvent dans cette occupation comme aussi dans la correspondance et la pratique du journal intime « un refuge de la créativité féminine privée d’autres modes d’expression littéraire 3 ». Les albums masculins sont plus rares. Ils sont rédigés le plus souvent en russe, et reflètent les occupations d’une société masculine, d’un cercle d’amis, étudiants ou militaires. Ces albums se composent des poèmes et des chansons libertins et guerriers, des conseils et des souhaits ayant trait à la vie d’officier, aux jeux du hasard, aux festins amicaux et à « l’art d’aimer 4 ».

  • 5 Sur l’album comme recueil d’autographes voir : Alekseïev M. P. « Iz istorii rousskikh roukopisnykh (...)
  • 6 Archives d’Etat de littérature et des arts (RGALI), fonds 1336, opis (inventaire) 1, 2, 3. Parmi le (...)

5L’album féminin en Russie de la fin du xviiie – début du xixe siècle se présente sous trois formes. La forme la plus répandue est celle où l’album est constitué de citations littéraires, de petits fragments en vers et en prose inscrits par différentes personnes de l’entourage. Parfois c’est aussi un recueil d’autographes des littérateurs russes et étrangers 5. Les albums de ce premier type forment toute une collection dans les archives de Moscou 6. L’emploi des citations, les oeuvres de circonstance, produits par des dilettantes, les textes des professionnels servent en premier lieu à créer un réseau affectif et à tracer le « portrait » de sa propriétaire. C’est aussi un livre de souvenirs, censé être relu. De nombreux dessins qui y sont inclus contribuent en outre à créer un monde imaginaire, substitut sentimental à la vie réelle. Parmi ces dessins (au crayon, à l’encre) et aquarelles, on trouve des paysa mélancoliques, des ruines, des tombeaux, des urnes funéraires. Y abondent aussi des fleurs séchées, surtout des pensées, devenues un symbole stéréotype de l’amour mélancolique. Dans les albums masculins prédominent les dessins au caractère guerrier : des chevaux, des hussards, des armes, des casques.

6Une autre forme correspond aux albums où toutes les citations sont inscrites par une seule et même personne. Parmi ces albums ceux de l’impératrice Elisabeth Alexeïevna, épouse de l’empereur Alexandre Ier, qui sont conservés dans ses archives à Moscou, sont particulièrement intéressants.

7La princesse Louise-Marie-Auguste de Bade-Durlach (1779-1826), arriva en Russie en 1792, et devint en 1793, sous le nom d’Elisabeth Alexeïevna, femme du grand duc Alexandre, empereur depuis 1801. Presque toutes ses archives, y compris son journal intime, furent détruites après sa mort selon la volonté du nouveau tsar, Nicolas Ier. Cependant quelques albums et carnets de notes sont conservés dans les archives de Moscou.

8Elisabeth a reçu une éducation française. Elle écrivait à sa mère à Karlsruhe en français, employant rarement des mots allemands, et lisait en français le roman de Goethe Passions du jeune Werther. Elle connaissait parfaitement la littérature française, et toutes les nouvelles parutions faisaient l’objet de son attention (parmi les nouveaux écrivains elle apprécia surtout Lamartine et Chateaubriand).

  • 7 Archives d’Etat de la Fédération russe (GARF). Fonds 658, opis 1, N 106, f. 16.

9Non seulement ses lettres mais aussi ses albums, carnets de notes sont écrits en français. Elle était propriétaire des albums du premier type, qui ne se sont pas conservés, mais d’après leur description nous savons qu’ils contenaient des extraits d’œuvres littéraires et des dessins ; dans l’un d’eux figurait notamment une aquarelle représentant La vue des Rochers, campagne de Madame de Sévigné en Bretagne7.

  • 8 D’après les citations d’Elisabeth on peut établir que c’était une traduction parue sans nom du trad (...)

10Parmi les albums du deuxième type présente surtout de l’intérêt celui de 1803-1810, rempli des citations tirées des oeuvres de l’époque et suivies des dates et parfois des notes d’Elisabeth. Le choix stéréotypé des œuvres citées, échantillons de la littérature sentimentale et mélancolique (parmi ces œuvres : une traduction française des Passions du jeune Werther de Goethe 8, l’essai de Mme de Staël De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations, 1796, et ses romans Delphine et Corinne, Paul et Virginiede Bernardin de Saint-Pierre, le roman de Mme Cottin Mathilde, La duchesse de La Vallière, 1804, de Mme de Genlis, le poème L’Imagination, 1806, de J. Delille) sert de plus à dissimuler le caractère autobiographique de cet album qui fonctionne comme un journal intime codé et présente un espace autobiographique clos. Elisabeth adopte la langue de la littérature de l’époque, la manie librement, transforme des mots imprimés en des mots manuscrits, les inclut dans son propre discours et s’exprime ainsi en se dérobant.

  • 9 En restituant le texte complet de cette citation je m’appuie sur l’édition qui reproduit la premièr (...)

11Les plus nombreux sont dans l’album de 1803-1810 les fragments du roman par lettres de Mme de Krüdener Valérie (publié à la fin de 1803, et qui eut un grand succès européen), datés de 1804-1805, lesquels occupent neuf pages et constituent une sorte de résumé d’une histoire d’amour. La première citation représente la prise de conscience du sentiment amoureux, et Elisabeth la transcrit librement : elle omet le nom d’Ernest, l’ami du héros de Valérie Gustave auquel celui-ci adresse sa lettre, puisqu’elle s’adresse à elle-même, et abrège un peu la citation (plus loin entre les crochets pointus sont mis les mots omis par Elisabeth 9) :

  • 10 GARF. Fonds 658, opis 1, n. 2, f. 10 (plus loin les folio sont indiqués entre parenthèses dans le t (...)

« … je cueillais en chemin des marguerites ; pour les lui apporter ;, et je me mis, sans y penser, à les interroger en les effeuillant, comme nous avions fait tant de fois dans notre enfance. Je me disais : “Comment suis-je aimé de Valérie ?” J’arrachais les feuilles l’une après l’autre jusqu’à la dernière ; elle dit : Pas du tout. Le croirais-tu ? Cela m’affligea. J’ai voulu aussi savoir comment j’aimais Valérie. Ah ! Je le savais bien ; mais je fus effrayé de trouver, au lieu de beaucoup, passionnément : cela m’épouvanta. ; Ernest ;, je crois que j’ai pâli. ; J’ai voulu recommencer, et encore une fois la feuille a dit : passionnément. Mon ami, ; était-ce ma conscience qui donnait une voix à cette feuille ? 10 ».

  • 11 Plusieurs écrits d’Elisabeth ont été détruits sur ordre du nouveau tsar Nicolas Ier, l’album en que (...)

12Les dates et les notes qui accompagnent les textes cités dans l’album de l’impératrice en forment une sorte d’intertexte et témoignent de leur lien étroit avec la vie d’Elisabeth. Ainsi ses notes réflètent sa propre expérience, ce qui est d’autant plus évident que la plupart d’entre elles sont biffées ou coupées (probablement par la main de l’impératrice ou plutôt par quelqu’un d’autre après sa mort 11). Quelques notes qui sont restées intactes ou que l’on parvient à déchiffrer prouvent le caractère intime du recours au texte imprimé : la citation tirée de la lettre xxx de Valérie (« Elle est partie, je te l’ai déjà dit ; je te le répète, parce que cette pensée est toujours là pour appesantir mon existence… ») est suivie par la note « ce que j’éprouvais » et la date 19 mai 1805 (f. 10 v – 11) ; la citation tirée du Journal de la mère de Gustave (qui fait partie du roman) – « Schw. ; edenborg ; croyait que des êtres qui s’étaient bien, bien aimés ici bas se confondaient après leur mort et ne formaient ensemble qu’un Ange » est accompagnée par la note « Idée que j’ai de même » (f. 14) ; les réflexions de Gustave à propos de ce que le Dieu « a compté chaque intention, chaque sentiment louable de sa créature comme chaque battement de son cœur » est suivie par la note « Idée consolante ! » (f. 13 v).

13Parfois ce sont les mots soulignés qui renvoient à l’espace autobiographique. Elisabeth transcrit la citation de la lettre xl de Valérie (dans laquelle Gustave parle de sa funeste passion) en insistant sur le pressentiment du danger et le désir « d’essayer l’amour » :

« Je le sens, c’est moi-même qui me suis jeté sur l’écueil contre lequel je me suis brisé. Je me rappelle ces jours où je pressentais ma destinée et où l’ami que nous portons tous en nous m’avertissait du danger. C’était alors qu’il fallait fuir, et je restais, je sentais que je ne devais pas l’aimer et j’ai voulu essayer l’amour, comme les enfants sans mémoire et sans prévoyance essaient la vie et ne songent qu’à jouir. Je sentais que son regard, que sa voix, que son âme surtout étaient du poison pour moi, et je voulois en prendre et m’arrêter quand il serait temps ! Insensé ! il n’a plus été temps » (f. 12).

14En guise de conclusion l’impératrice transcrit les paroles de Gustave qui meurt de son amour malheureux, les souligne et les précède d’un court résumé : « Gustave au bord du tombeau se rappelle les goûts de son enfance et dit : les goûts charment la vie et les passions la détruisent » (f. 14).

  • 12 Elle contamine deux fragments du chapitre vii du roman de Mme de Genlis séparés l’un de l’autre par (...)
  • 13 Cité dans : Le grand duc Nikolaï Mikhaïlovitch, op. cit., t. 2, p. 297.

15Un peu plus loin en citant le roman de Mme de Genlis « Bélisaire » (1808) Elisabeth souligne la phrase la plus significative pour elle : « O songe fugitif de la vie ! J’ai goûté quelques instants tes douceurs si trompeuses… Adieu, toute espérance de bonheur dans cette courte vie ! Mon ambition, mes affections, mes vœux, mes désirs, sont pour jamais enfermés dans ce cercueil 12 » et met la date « juillet 1808 » (f. 32 v). Ces lamentations appartiennent dans le roman de Mme de Genlis au roi des Vandales Gélimer qui a perdu son épouse et son jeune fils. Dans la citation d’Elisabeth le mot « espoir » de l’original est remplacé par celui d’« espérance », dont le sens est plus « fragile », renvoie plus au mot « illusion ». En même temps elle omet la phrase « adieu, trop chères illusions de l’amour et de l’amitié ! » ne voulant pas préciser le caractère des ses émotions. Si l’on se rappelle les événements de la vie d’Elisabeth, l’appropriation autobiographique des textes transcrits apparaît certaine. Elle était alors amoureuse d’un officier de la garde impériale, blessé mortellement en janvier de 1807. Le roman de Mme de Krüdener consacré au thème de l’amour impossible et à ses conséquences dramatiques dût bien trouver à cette époque un écho dans l’âme de la jeune femme. En juillet de 1807 elle transcrit le poème d’un auteur russe inconnu sur un thème rebattu (l’invocation d’un ami mort et l’espérance de s’unir bientôt avec lui – f. 22). Ce poème banal sert de moyen d’expression stéréotypée et pour cela fermée de ses propres sentiments. En novembre de 1806 l’impératrice mit au monde une fille, morte en avril de 1808 : les phrases du roman de Mme de Genlis (le jeune fils de Gélimer était âgé lui aussi de deux ans), transcrites et soulignées en juillet de cette même année résument la conception amère de la vie qu’Elisabeth tira de sa propre expérience. En août de 1808 elle écrivit à sa mère : « J’ai lu Bélisaire, chère Maman, et l’épisode de Gélimer a tant d’intérêt qu’on se passionne de lui plus que du héros du roman… J’ai surtout envié cette heureuse mère, qui a le bonheur de ne pas survivre à son enfant. Ah ! je n’avais pas mérité encore ce bonheur là 13. »

  • 14 Madame de Genlis, La Duchesse de La Vallière, Paris, Maradan, 1804, t. 2, p. 16.

16En juin de la même année l’impératrice cite dans son album le fragment du roman de Mme de Genlis La duchesse de La Vallière où est décrite l’héroïne principale. Elle fait de telles modifications dans sa citation que le portrait transcrit de la duchesse devient sa propre représentation : « La duchesse de La Vallière méprisant les richesses et l’intrigue, ne demandant rien, se cachant, n’existant que pour les sentimens de son cœur, ne parut aux courtisans qu’une personne au-dessous de sa situation… et elle qui dans sa situation fut surnommée l’humble violette n’étoit assurément pas une femme ordinaire » (f. 28 v). Par les mots « n’existant que pour les sentimens de son coeur » l’impératrice remplace le passage de l’original où il s’agit de l’affection de la duchesse de La Vallière envers le roi Louis XIV et les enfants nés de cette liaison « … n’existant que pour le roi et pour ses enfants, leur consacrant, dans la retraite, tous les momens de sa vie 14… ». Elisabeth n’avait ni enfants, ni sentiments pour Alexandre Ier.

  • 15 Mentionné dans : Vatsuro V., op. cit., p. 25. Il est remarquable que dans les années 1820 la liste (...)

17La transcription et la datation du texte imprimé en vue de son application autobiographique était caractéristique pour d’autres albums de l’époque, notamment pour celui des années 1820 d’Alekssandra Voïeïkova (née Protassova, 1795-1829), nièce et inspiratrice du poète Vassiliï Joukovskiï 15.

  • 16 Voir sur elle : Trofimoff A. La princesse Zinaïde Wolkonsky : de la Russie impériale à la Rome des (...)
  • 17 Archives d’Etat de littérature et d’art (RGALI), fonds 172, opis 1, n° 1, f. 103 v-104. Plus loin n (...)

18La troisième forme correspond à un mélange de citations et réflexions personnelles, de la main d’une même personne. Des albums de ce type appartiennent à une femme russe célèbre à son époque — la princesse Zinaïda Alexandrovna Volkonskaïa (née Belosselskaïa-Belozerskaïa ; 1792-1862), auteur d’oeuvres littéraires en français et en russe, chanteuse et peintre, surnommée la « Corinne du Nord » 16. Dans son album de 1806-1810 elle cite les auteurs français que l’on trouve dans plusieurs autres échantillons de ce genre : Mme Riccoboni, Mme Necker, J.-F. Laharpe, Chateaubriand, Mme de Staël, Mme de Genlis, J.-P Florian, Mme de Souza. Les mots-clefs de ces citations sont : la Providence, l’amour et l’amitié, la religion, et surtout la mélancolie. Le fragment sur la mélancolie du II chant du poème de J. Delille L’Imagination (« O penchant plus flatteur, plus doux que la folie ! ») figure dans l’album de Z. Volkonskaia 17 comme dans plusieurs autres albums de l’époque (y compris celui de l’impératrice Elisabeth dont j’ai parlé plus haut).

  • 18 Maistre X. (de), Nouvelles, Genève, Slatkine, 1984, p. 36.

19Plusieurs pages sont ornées de feuilles séchées (« d’un arbre planté par Pierre Ier à Strelna » (aux environs de Saint-Pétersbourg), « d’un chêne qui ombrage une église, donnée par H. en ressouvenir de la promenade à Strelna »), de branchettes (de cyprès « cueillie sur le tombeau de Virgile »), de fleurs. Une pensée est fixée par un fil au milieu du texte qui s’appuie sur les réflexions mi-sérieuses, mi-badines de Xavier de Maistre dans sa célèbre nouvelle Le voyage autour de ma chambre (1795) où il explique son système « de l’âme et de la bête » : « Je me suis aperçu par diverses observations, que l’homme est composé d’une âme et d’une bête. Ces deux êtres sont absolument distincts […] j’ai reconnu clairement que l’âme peut se faire obéir par la bête, et que, par un fâcheux retour, celle-ci oblige très souvent l’âme d’agir contre son gré 18 ». Z. Volkonskaïa (qui connaissait bien X. de Maistre : depuis 1801 il vivait en Russie et fréquentait les mêmes salons qu’elle) applique son système en fixant le souvenir d’une promenade faite en juin 1808 : « Suivant le système de l’auteur du Voyage autour de ma chambre ma Bête, dans cette occasion, malgré la pluie, s’amusait à cueillir machinalement cette pensée, tandis que l’âme qui m’avait donné cette idée la première, calculait qu’une ondée pareille pouvait me refroidir et qu’il fallait gagner la maison, prudemment. Mais la bête continua, et n’en rapporta qu’une pensée sans pensées, et un habit trempé » (f. 61).

20Maintenant le registre d’une plaisanterie, la princesse se solidarise en même temps avec l’auteur qui insiste sur la nature double de l’homme, sur la présence en lui d’un « autre ». L’accent souvent exaspéré qui porte sur la contradiction entre le corps et l’âme, propre au catholicisme, est évident dans les œuvres du catholique Xavier de Maistre (surtout dans sa nouvelle Le lépreux de la cité d’Aoste, publiée pour la première fois à Saint-Pétersbourg, 1811), qui avec son frère Joseph et les autres émigrés français était un des propagateurs de l’influence catholique en Russie. La princesse Volkonskaïa était très sensible à l’expérience spirituelle occidentale. Connaissant bien l’histoire religieuse européenne, elle se sentait capable d’assumer dans l’église un rôle plus actif que celui qui était réservé aux femmes en Russie.

21Les réflexions d’ordre moral et religieux prédominent dans l’album de Z. Volkonskaïa. Elles suivent les citations et sont datées.

22Ainsi, le 11 mars 1807, après avoir cité la description du clair de lune tirée du poème de A. M. Lemierre Les fastes (1779) et le poème de A.-A.-J. Feutry Les tombeaux (1755), Zinaïda Volkonskaïa exprime son élan vers la divinité : « D’où vient ce charme que je ressens en considérant la voûte azurée des cieux, la lune mélancolique et imposante, le ruisseau qui refléchit les merveilles du ciel ? D’où vient ce calme, cette sainte admiration ? Ne viennent-ils pas de la présence d’un Dieu ? Eh ! Quel est l’être assez insensible pour ne pas rendre hommage à la divinité, au moins dans ces momens de contemplation, où les sentimens tumultueux s’appaisent et où l’esprit et le cœur semblent prendre, pour quelques instans, la teinte douce et délicieuse des objets qui l’environnent ? » (f. 53).

23Le 12 avril de la même année, « vendredi saint », elle note : « Heureux celui qui, en vrai chrétien et en vrai philosophe, s’examine intérieurement… » (f. 54). Cet examen intérieur entamé au sein de la religion orthodoxe à laquelle la princesse Volkonskaïa était d’abord fidèle avec ferveur, se prolonge plus tard au sein du catholicisme auquel elle se convertit au début des années 1830, en Italie. Cette conversion comme la plupart des autres conversions de femmes russes, fut précédée d’une intense quête spirituelle dont témoignent notamment les albums de Volkonskaïa, de la lecture des œuvres de Bossuet, de Fénélon, de Chateaubriand, de Laharpe (converti avec éclat au catholicisme avant sa mort en 1803).

  • 19 Archives d’Etat de littérature et d’art (RGALI), fonds 172, n° 1, f. 11-13 v.
  • 20 Ibidem, f. 11.

24Dans son autre album plus tardif (1819-1850) les citations font parfois place aux brouillons de ses propres œuvres : d’un essai sur Sainte Catherine de Sienne (traduit en russe et publié en 1829) et d’un poème à l’occasion de Noël 19. « C’est une page touchante d’un saint Roman », note-t-elle à propos de la vie de Sainte Catherine 20. Le romanesque et le sacré sont confondus sur les pages des albums de Z. Volkonskaïa sous une double influence de la littérature sentimentale et de cette valorisation du sentiment religieux par-dessus toutes les frontières confessionnelles qui était propre à son époque. Elle modelait sa vie aussi comme un roman, à la fois sentimental (mariée, elle a quitté son mari, amoureuse d’un Italien pauvre) et pieux (à Rome elle déploya une grande activité au sein de l’église catholique et fut béatifiée).

25L’album féminin de l’époque se présente donc non seulement comme une distraction mondaine, un recueil des autographes que l’on est fière de montrer dans la société, mais surtout comme un espace privé, où le recours aux paroles d’autrui, leur choix et leur transformation subtile servent à constituer sa propre individualité.

26La réécriture autobiographique des textes imprimés permettait ainsi aux femmes russes de trouver un moyen d’autoreprésentation en gardant un équi entre la confession et le discours impersonnel.

Notes

1 Chartier R., Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, p. 203.

2 Voir : Vatsuro V. E., « Literatournyï albom v sobranii Pouchkinskogo doma (1750-1840) [L’album littéraire dans la collection de la Maison Pouchkine (1750-1840)] », Ejegodnik roukopisnogo otdela Pouchkinskogo doma [L’annuaire du département des manuscrits de la Maison Pouchkine], Saint-Pétersbourg, Naouka, 1977, p. 3-5.

3 Didier B., Le journal intime, Paris, Presses universitaire de France, 1976, p. 17.

4 Voir à propos des albums masculins : Vatsuro V. E., op. cit., p. 44 passim ; Petina L. I., « Strouk’e osobennosti alboma pouchkinskoï epokhi [Les spécifités structurelles de l’album à l’époque de Pouchkine] », Outchenyïe zapiski tartouskogo ouniversiteta [Bulletin scientifique de l’université de Tartou], N 645, Tartou, Université de Tartou, 1985, p. 28, 34-35.

5 Sur l’album comme recueil d’autographes voir : Alekseïev M. P. « Iz istorii rousskikh roukopisnykh sobraniï » (Les collections manuscrites russe), Neizdannyïe pis’ma inostrannykh pissateleï XVIII-XIX veka (Lettres inédites des écrivains étrangers du xviiie-xixe siècle), Moscou ; Leningrad, 1960, p. 7-124.

6 Archives d’Etat de littérature et des arts (RGALI), fonds 1336, opis (inventaire) 1, 2, 3. Parmi les albums du début du xixe siècle mentionnons ceux de Natalia Kourakina (1805-1815), de Varvara Tolstaïa (1808-1814), de Temira Tolstaïa (1808-1813).

7 Archives d’Etat de la Fédération russe (GARF). Fonds 658, opis 1, N 106, f. 16.

8 D’après les citations d’Elisabeth on peut établir que c’était une traduction parue sans nom du traducteur en 1801 en Suisse : Goethe, Werther, traduit de l’allemand sur la nouvelle édition, Basle, J. Decker, 1801. D’après F. Baldensperger le traducteur était J.-E. Dejaure : Baldensperger F., Bibliographie critique de Goethe en France, Paris, 1907, p. 13.

9 En restituant le texte complet de cette citation je m’appuie sur l’édition qui reproduit la première édition de Valérie : Madame de Krüdener, Valérie. Avec introduction, des notes et commentaires de Michel Mercier, Paris, Klinksieck, 1974.

10 GARF. Fonds 658, opis 1, n. 2, f. 10 (plus loin les folio sont indiqués entre parenthèses dans le texte ; l’orthographe est modernisée).

11 Plusieurs écrits d’Elisabeth ont été détruits sur ordre du nouveau tsar Nicolas Ier, l’album en question, conservé grâce à ce qu’elle l’avait légué à une des ses demoiselles d’honneur, ce dont témoigne l’inscription sur sa première page, dût subir une censure vu la tendance officielle de faire disparaître les témoignages de la vie privée de l’impératrice défunte (voir : Le grand duc Nikolaï Mikhaïlovitch, Imperatritsa Elisaveta Alexeïevna, souprouga imperatora Alexandra I (L’Impératrice Elisabeth Alexeïevna, épouse de l’Empereur Alexandre Ier), Saint-Pétersbourg, Expeditsia zagototovlenia gosoudarstvennykh boumag, 1908, t. 1, Introduction).

12 Elle contamine deux fragments du chapitre vii du roman de Mme de Genlis séparés l’un de l’autre par une trentaine de pages, voir : Madame de Genlis, Bélisaire, Paris, Maradan, 1808, t. 2, p. 24, 55.

13 Cité dans : Le grand duc Nikolaï Mikhaïlovitch, op. cit., t. 2, p. 297.

14 Madame de Genlis, La Duchesse de La Vallière, Paris, Maradan, 1804, t. 2, p. 16.

15 Mentionné dans : Vatsuro V., op. cit., p. 25. Il est remarquable que dans les années 1820 la liste des auteurs cités reste à peu près la même qu’au début du xixe siècle et que les écrivains du xviiie siècle prédominent : Mme de Genlis, Delille, Léonard, Laharpe.

16 Voir sur elle : Trofimoff A. La princesse Zinaïde Wolkonsky : de la Russie impériale à la Rome des Papes, Rome, 1966.

17 Archives d’Etat de littérature et d’art (RGALI), fonds 172, opis 1, n° 1, f. 103 v-104. Plus loin ne sont indiqués entre parenthèses que les folios.

18 Maistre X. (de), Nouvelles, Genève, Slatkine, 1984, p. 36.

19 Archives d’Etat de littérature et d’art (RGALI), fonds 172, n° 1, f. 11-13 v.

20 Ibidem, f. 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540