Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Figures de l’auteure

Françoise de Grafigny de la femme-lectrice à la femme-écrivain

Rotraud von Kulessa

Texte intégral

1La lecture au féminin comme lecture avec « la plume à la main », la lecture incitant à l’écriture, la lecture génératrice de l’écriture devient souvent construction d’un moi au féminin.

2Françoise de Grafigny en est un parfait exemple. Son passage de femme inculte dans sa jeunesse, devenant lectrice par la suite et femme de lettres vers la fin de sa vie, est un exemple quelque peu extraordinaire d’un processus d’acculturation d’une femme au xviiie siècle.

3Françoise d’Issembourg d’Happencourt, naquit à Nancy en 1695. En 1712, elle épousa François Huguet de Grafigny, officier dans l’armée de Lorraine. Leur séparation fut prononcée au bout de quelques années, car son mari se révéla violent. Les trois enfants issus de cette union moururent en bas âge. Après la mort de ses parents en 1733, c’est-à-dire à l’âge de 38 ans, Françoise de Grafigny se retrouva donc toute seule ce qui la libéra du moins de quelques contraintes sociales.

4A cette époque commence sa correspondance privée, presque quotidienne, avec son ami François-Antoine Devaux, correspondance qui commence en 1733 et s ‘achèvera à sa mort. Dans ces lettres à l’ami, elle se révèle être un témoin fidèle de la vie littéraire de son époque. Non seulement, elle raconte ses lectures à son ami — œuvres classiques qu’elle découvre au fil du temps ainsi que nouvelles parutions — mais elle en fait également la critique.

5De son séjour chez Voltaire et Mme du Châtelet à Cirey, pendant l’hiver 1738/39, en passant par ses premières tentatives d’écriture dans des jeux littéraires dans le salon de Mlle Quinault, jusqu’à son propre roman, nous suivrons le parcours intellectuel de cette femme du xviiie siècle, parcours essentiellement basé sur la lecture, et qui mènera finalement à l’écriture.

6Pour décrire son devenir de femme de lettres, il faut associer ce parcours à la question de l’éducation de la femme au xviiie siècle, et ceci à un double niveau : au niveau biographique et au niveau de la représentation de l’oeuvre littéraire de Françoise de Grafigny, notamment dans les Lettres d’une Péruvienne.

7Sa biographie montre un parcours d’autodidacte, au départ à la limite de l’illettrisme, tout comme sa protagoniste Zilia dans les Lettres d’une Péruvienne. Ainsi, les lettres privées de l’auteur sont l’expression d’un sentiment d’infériorité et d’insécurité quant à son niveau intellectuel qui se fera plus rare au fur et à mesure que Françoise de Grafigny acquiéra une certaine indépendance intellectuelle pour devenir finalement femme de lettres.

8Afin de retracer le passage de la femme-lectrice à la femme-écrivain, nous décrirons d’abord son rapport à la lecture tel qu’il se présente dans sa correspondance. Ensuite, nous nous concentrerons sur le passage à l’écriture. Pour conclure, il sera question de la protagoniste des Lettres d’une Péruvienne, Zilia, comme représentation littéraire de la femme-écrivain/lectrice.

9Son rapport à la lecture est caractérisé par deux sortes de pratiques, la lecture individuelle, et la lecture en société qui se fait soit dans des cercles littéraires, soit à deux, et qui est toujours une lecture à haute voix. Pour notre analyse, nous nous intéresserons d’ailleurs moins aux aspects matériels de la lecture, mais plutôt à l’aspect idéal de celle-ci, c’est-à-dire à la valeur individuelle qu’elle représente pour Françoise de Grafigny.

Pratiques de la lecture : lecture individuelle

10Après la dissolution de la cour de Lunéville, où elle a d’abord vécu après la mort de ses parents, Françoise de Grafigny passa quelques mois chez Mme de Stainville à Commercy, d’où elle écrivit à son ami Devaux le 14 novembre 1738, pour lui dépeindre sa vie actuelle de la façon suivante :

  • 1 Correspondance de Madame de Graffigny, t., Oxford 1985, p. 142-143.

« Je ne sors de ma chambre qu’a une heure, quand la cloche du diner sonne. Apres diner je travaille jusqu’a le jour baisse, qui est environ a quatre heures et demi. Je rentre dans ma chambre et la cloche du souper m’en tire. Des que les gens ont soupé je reviens. Cela ne me deplait, ny a personne je crois, et c’est peut-etre cette liberté qui m’a un peu remise. Je m’en suis tant donné que je n’ai plus rien a penser, a dire ny a sentir. Tu vas dire : ‘Puisque vous avez tant de tems, pourquoi ne dormez-vous pas par jour comme les autres fois ?’ Le voici : premierement il me faut lontems pour epuiser les reflection ; ensuitte je veux lire pour me remettre, mais il faut ouvrir quinze volume avant d’en trouver un que j’entende. C’est Voiture qui m’a le plus amusé. Je n’avois jamais lue beaucoup de ses livres. Il y auroit de quoi faire bien des canard en prose, car j’y trouve partout de jolie plaisanteries, mais dans de fades complimens qui exede. J’ai aussi parcouru un livre de feuille comme Le Spectateur, qui a pour titre Le Misantrope. Si tu ne l’as pas lu, mende-le-moi, je te copierai un endroit sur Homere qui te divertira bien, je t’en repon. 1 »

11Cet extrait de sa correspondance nous livre un bel exemple d’un style d’écriture très familier au xviiie siècle. Nous devons à cet endroit évoquer le fait que ce style détrompe souvent les critiques quant au personnage de Françoise de Grafigny, alors jugée comme frivole, légère et superficielle. Outre une description de sa vie comme parasite auprès de ses amis, cet extrait de sa correspondance est un exemple représentatif du rapport qu’a Françoise de Grafigny avec la lecture. Alors qu’elle se trouve seule et dans un état souvent précaire auprès d’amis incertains, les livres lui font passer le temps, la divertissent ou l’amusent. Comme nous pouvons le constater dans cette lettre, elle procède à une lecture extensive. En fait, elle dévore tout ce qui lui tombe entre les mains. Ses lectures ne font pas objet d’un programme, elles dépendent souvent des conditions d’accès, donc matérielles, mais elles sont très complexes : ouvrages d’histoire, beaucoup d’ouvrages dramatiques, lectures philosophiques, politiques et aussi scientifiques, les anciens et surtout toutes les nouveautés accessibles, littérature étrangère, avec une prédilection pour la littérature anglaise et italienne, par contre pas d’ouvrages religieux. S’agit-il donc d’une pure lecture de consommation ? Non. Françoise de Grafigny ne lit qu’à une condition, qu’elle comprenne ce qu’elle lit. En effet, il y a le plaisir de la lecture qui se heurte cependant bien souvent à des difficultés de compréhension, dues à son manque d’éducation. Ainsi, elle relit souvent des ouvrages, afin de mieux les comprendre ou de mieux les apprécier :

  • 2 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 4, Oxford 1996, p. 213.

« Ensuite, j’ai repris mon Histoire de France, que je lis avec plaisir pour la première fois de ma vie. Apres l’avoir commencée cinq ou six fois, j’espère qu’enfin je l’achè. 2 » (28 mars 1743)

12Puis, la lecture lui sert de base en tant qu’échange intellectuel avec son ami. Dans sa lettre du 21 février 1740, Françoise de Grafigny parle de la consolation que lui offrait la lecture à deux avec son ami Devaux :

  • 3 Correspondance de Madame de Grafigny, t. 2, Oxford 1989, p. 346.

« Voila des nouvelles litteraires, cela, et des vrayes. En voici de mon cœur, encore plus vray. Hier apres souper, lasse de lire mon Anglois, je m’avisai de prendre Rousseau. Sais-tu ce qu’il me fit ? Fondre en larmes. Je me rapelai si vivement ces tems charmants de ma vie ou nous lisions, nous resonnions, nous disputions. Ah, quel souvenir ! Hélas, mon ami, je croiois etre malheureuse dans ces tems-la. Je l’etois en effet, mais il y a bien des degré aux malheurs. Je ne l’étois que quelques heures, et ces heures etoient adoucies par l’assurance d’avoir de la consolation. 3 »

13La littérature sert donc de consolation, surtout si elle donne lieu à un échange intellectuel. A ce moment-là, il s’agit d’une communication en absence qui donne prétexte à l’écriture. Les lettres doivent alors pallier le manque de communication en littérature : elle lit effectivement « la plume dans la main ».

La dimension sociale de la lecture

14Contrairement à cette dimension plutôt intime, Françoise de Grafigny parle de la dimension sociale de la littérature, plus importante dans les cercles qu’elle fréquentait, mais non moins ambigüe pour cette femme qui souffrait d’un sentiment d’infériorité constant. En 1735, Voltaire et Mme du Châtelet se rendirent à la cour de Lunéville où vivait alors Françoise de Grafigny. Ils firent connaissance et Mme de Grafigny fit une vive impression à Voltaire, si bien qu’elle se fit inviter par le fameux couple pour l’hiver 1738/1739 à Cirey. Longtemps à l’avance, elle essaya de se préparer à ce séjour, ressenti comme épreuve intellectuelle, un véritable défi, comme en témoignent ses lettres du mois de novembre 1738 :

  • 4 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 1, Oxford 1985, p. 158.

« Si tu me demandes pourquoi je ne t’ai pas écrit un mot ces jours derniers, je te le dirai. C’est que je me suis crevée apres M. Lok. Pendant les grands mouvements de ma tete il a falu l’abondonner mais comme je veux arriver à Cirei resonnante et consequente, je veux l’avoir fini ici, parce qu’en arrivant il faudra lire Newton qu’on dit qui m’y attent. Et j’espère que l’un m’aidera a entendre l’autre, quand ce ne seroit que par l’habitude de lire des choses abstraites. Enfin, j’ai lu depuis huit heures du matin jusqu’à midi… 4 » (19 novembre 1738)

  • 5 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 1, Oxford 1985, p. 184.

« … Dans ma chambre, je lis : j’ai fini Lok : j’ai pris le pere Renaud que je ne veux que parcourir, car j’espere n’avoir pas l’air si ignorante en arrivant a Cirei. 5 » (29 novembre 1738)

15Une fois arrivée à Cirey, la tension demeure et Françoise de Grafigny utilise son temps libre à rester seule et à lire les ouvrages qui sont susceptibles d’être discutés parmi les convives. En fait, chez Voltaire tout tourne autour de la littérature, et Mme de Graffigny tient son ami au courant des détails intimes de ce cercle, comportement qui lui sera fatal par la suite comme en témoigne le petit scandale autour de La Pucelle.

16Ainsi, elle décrit sa première soirée à Cirey en commençant par les jalousies mesquines existant entre ces hommes illustres :

  • 6 Ibidem, p. 195.

« On parla livre, comme tu crois. Il fut question de Rousseau (Jean-Baptiste Rousseau). Oh dame, c’est la ou l’Homme reste et le heros s’evanouit. Il serait homme a ne point pardonner a quelqu’un qui louerait Rousseau. 6 » (5 décembre 1738)

17Ensuite, elle parle des efforts qu’elle doit fournir afin de leur tenir tête dans les discussions :

  • 7 Le Préservatf ou Critique des observations sur les écrits modernes, 1738, attribué au chevalier de (...)
  • 8 Ibid., p. 196.

« J’ai lu ce Préservatif 7, car il faloit pouvoir dire que je l’avois lu. En envoyant savoir de mes nouvelles, Voltaire m’a envoyé un beau Newton relié en maroquin. […] et comme on ne dine point je me suis mise a lire Newton au lieu de t’écrire, oui au lieu de t’écrire, quoique j’en mourusse d’envie ; mais il faloit aussi marquer un peu d’empressement et pouvoir en parler le soir. 8 » (Lettre du 5 décembre 1738)

  • 9 Ibid., p. 196.

18Et Françoise de Grafigny se montre effectivement très contente quand elle réalise que ses efforts aboutissent et qu’elle commence à comprendre ce qu’elle lit : « J’en étois donc a ce desir de paroitre intelligente. Il a eu son effet car j’ai entendu le peu que j’ai lu. 9 » (6 décembre 1738)

19En fait, elle ne fait pas que paraître intelligente ; elle profite aussi de son séjour chez Voltaire pour lire le manuscrit de Louis XIV, qu’elle apprécie particulièrement :

  • 10 Ibid., p. 206.

« Apres le caffée, je suis remontée et ayant envie de t’écrire, je n’ai pu résister a Louis XIV. Je me suis imaginée que j’aurois le tems quand je serois lasse de lire. Parlons-en donc de cette histoire ; devent toutes histoire doit se cacher […] Tu la lirois a genoux sans te fatiguer. Netteté, pressision, reflection courte, pleine de sens, je n’ai jamais rien vu de si beau. » (9 décembre 1738) 10

20Le désir de comprendre pour ne pas paraître sotte est renforcé par le désir de comprendre pour elle-même. Françoise de Grafigny se prête alors non seulement au plaisir de la lecture, mais aussi à un exercice intéllectuel.

21Dans le cercle de Voltaire et Mme du Châtelet est pratiqué ce qu’on pourrait appeler du ‘salon-reading’, phénomène d’ailleurs très courant à l’époque des Lumières. Drames et pièces de théâtre sont en général lus avec les rôles distribués, et parfois même joués. De même, les auteurs lisent des extraits de leurs manuscrits à haute voix et reçoivent tout de suite la critique des membres du cercle. Ainsi, il n’y a qu’un pas de la lecture en commun à l’écriture en commun, ‘le salon-writing’.

22A l’époque de Cirey, Françoise de Grafigny, est elle-même, encore réduite au rôle de lectrice. Ainsi, elle décrit une telle soirée de lecture en commun dans sa lettre du 10 décembre 1738 :

  • 11 Ibid., p. 207.

« … la dame me pria de lire haut les dialogues de M. Algaroti. Je lus et je ris comme le matin. […] Enfin il lu deux actes de Merope. Je pleurai au premier ; c’est tou de beaux vers et des sentimens, mais les scenes filée sont manquée ; il y echouë assés ordinairement. […] Après cette lecture, nous disputames, la dame et moi sur la piece, jusqu’au souper ; elle ne l’aime pas, et la tourne en ridicule tant qu’elle peut, ce qui ne plaisoit guère au pauvre V. 11 »

23Une fois l’épisode de Cirey terminé, Françoise de Grafigny se retrouve dame de compagnie avant de rejoindre différents couvents. Comme dame de compagnie de la duchesse de Richelieu, elle assume également la fonction de lectrice :

  • 12 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 2, Oxford 1989, p. 423.

« Si mes yeux n’étoient pas de mechante humeur, je lirois toute la nuit. Je lis une bonne partie, deux heures, une heures, haut, plus au moins. C’est Roland que je recomence quand il est fini, car elle n’y entent rien, et pour moi les Memoire du duc d’Epernon qui sont fort amusants. 12 » (12 juillet 1740)

  • 13 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 5, Oxford 1997, p. 292.

24Avec un certain dédain vis-à-vis de sa bienfaitrice qui n’« y entent rien » elle décrit ici sa fonction de lectrice à haute voix, et quelques années plus tard, ce sera elle-même qui cherchera une femme de chambre sachant lire et d’une certaine intelligence : « Tu ne me dis pas si elle sait lire haut… je ne la veux presque pas bete. On sait bien que ces gens-là le sont, mais je ne veux pas un automate. 13 » (5 juin 1744). Le problème du manque d’éducation des femmes revient en effet continuellement dans ses réflexions et sera thématisé ultérieurement dans la critique sociale des Lettres d’une Péruvienne.

Passage de la femme-lectrice à la femme-écrivain

25A Paris, Françoise de Grafigny se trouve donc au centre de la vie littéraire française. Son ami Devaux saura en profiter et lui demandera de recommander ses ouvrages littéraires auprès des libraires parisiens ou bien de faire accepter ses pièces à la Comédie, tentatives vouées pour la plupart à l’échec. Cependant, au cours des années 40, Françoise de Grafigny s’introduira progressivement dans la vie littéraire de la capitale. Ainsi, en septembre 1742, elle assiste pour la première fois à un dîner de la société du Bout du Banc, salon de l’actrice, Mlle Quinault. C’est d’ailleurs aussi l’époque où elle se consacre beaucoup à l’apprentissage de la langue anglaise et à la littérature anglaise, notamment aux oeuvres de Richardson, par exemple Pamela :

  • 14 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 3, Oxford 1992, p. 339.

« Pour Pamela, je te déteste de ne pas adorer cet Anglois. Quel vérité de caractère ! Il est tout ce qu’il doit etre, le plus honnete homme du monde, le plus tendre, le plus genereux, le plus vray. Ah, qu’on me donne un ami ou un amant comme celui-la ! Je l’adorerois a deux genoux. Va, vilain romancier, tu ne veux que des heros fabuleux et des sentiments outrés comme ceux que tu te forge quelquesfois qui, des melieurs sentiments du monde, ne font que des vices. 14 » (2 septembre 1742)

26Ici, la lecture est avant tout moyen d’identification avec les personnages littéraires, les réflexions de Mme de Grafigny sur cette oeuvre se rapprochent ensuite davantage de la critique littéraire quand elle écrit :

  • 15 Ibidem., p. 340.

« Je voudrois que Pamela ne pria point tant Dieu, et qu’elle eu un peu plus de merite a resister a son maitre, mais anatheme contre celui qui l’ose traiter de mauvais livre ! Jusqu’a miledi Davers, tout y est vray, et au style pres, est bien autre chose que Mariane. 15 » (2 septembre 1742)

  • 16 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 4, Oxford 1996, p. 326.

27En partant de constatations purement subjectives, souvent simplement railleuses, son raisonnement s’approfondit et devient autonome : désormais elle ose faire des propositions de changement. Plus elle s’introduit dans le monde littéraire, plus son discours évolue et s’approprie des figures littéraires. A propos du salon de Mlle Quinault, elle écrit : « Je me rejouis deja de jeudi. Mon Crébillon y sera : je le ferai un peu marivauder, cela est charmant. On croit lire Mariane et cela ne lui coute pas plus que sa conversation ordinaire. 16 » (11 juin 1743).

  • 17 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 5, Oxford 1997, p. 413.

28De même, Devaux compare son amie à Mme de Sévigné, et commence donc à l’élever au rang d’auteur. Mais Mme de Grafigny refuse cette comparaison : « Finis donc tes comparaisons de Md de Sevigné et de moi. Il me semble t’entendre louer les vers de Freron et de Bernis. 17 » (18 aout 1744).

  • 18 Ibidem, p. 524.

29En fait, Françoise de Grafigny n’est pas tellement plus sûre de ses capacités intellectuelles qu’elle ne l’était à l’époque de Cirey : « Je sens partout la médiocrité de mon génie, la secheresse ou plustot l’ignorance de ma langue, et les efforts qu’il m’en coute pour travailler. Je ne suis point auteur. 18 » (mardi 20 octobre 1744).

30Cependant, elle finit son premier conte La Princesse Azerolles en novembre 1744, ouvrage qu’elle composa pour le cercle littéraire de Mlle Quinault. Quelques mois plus tard, elle souligne qu’elle ne reniera jamais aucun de ses ouvrages, qu’ils font partie d’elle-même ce qui dénote d’une certaine fierté.

  • 19 Manuscrit Graffigny Papers, Beinecke Rare Books Library.

31Pendant l’été 1745, elle commence la rédaction des Lettres d’une Péruvienne. Nourrie de toute la littérature de son époque, elle a dorénavent un souci principal : l’originalité de ses ouvrages. Ayant tellement lu, elle ne sait plus si elle peut écrire quelque chose de neuf : « il est tres certain que tu ne mas jamais dit un mot sur lidée de Zilie si elle étoit neuve ou vieille… 19 » (19 septembre 1745). Cependant, Françoise de Grafigny a des idées très claires sur la place que son ouvrage doit occuper au sein du paysage littéraire de son temps :

  • 20 Ibidem.

« …crois-tu que lon pourra le tirer de la foule et le placer au dessous du Siège de Calais et à coté de Pamela. Qu’on pourra dire cela ne vaud pas Zaide mais cest un Joli ouvrage. 20 » (12 juin 1746)

32Pamela et Le Siège de Calais sont d’ailleurs les lectures dont elle parle le plus dans ses lettres de 1742 à 1746.

33Comme à Cirey, où Voltaire lisait des extraits de ses manuscrits à des amis, Françoise de Grafigny donne à lire son ouvrage. Tout d’abord à Devaux, qui se montre d’ailleurs peu intéressé, et ensuite à d’autres amis pour qu’ils le corrigent. Mais en ce qui concerne les idées de son roman, elle n’acceptera pas les critiques de ses amis. De ce fait, il ne serait pas tout à fait approprié de parler de ‘salon-writing’ à propos des Lettres d’une Péruvienne qui ont certes été lues par les amis de l’auteur, mais qui restent sa propre production.

34En 1752, encouragée par le succès de sa première édition des Lettres d’une Péruvienne et de sa comédie larmoyante Cénie, Françoise de Grafigny nourrit le projet d’écrire un discours pour l’Académie : « T’ai Je dit oh oui sans doute qu’enfin Je veux une fois travailler pour la gloire. Eh bien je commence demain mon discour pour le prix de laccademie. » (14 janvier 1752).

35La gloire donc comme but final. A la fin de sa carrière, nous remarquerons la volonté de s’affirmer dans un monde par définition masculin, la volonté de surmonter l’inégalité entre les sexes qu’elle critique sévèrement par l’intermédiaire de Zilia, l’auteur(e) fictive des Lettres d’une Péruvienne. Ce parcours de femme-lectrice devenant femme-écrivain montre un exemple quelque peu extraordinaire d’un processus d’acculturation d’une femme au xviiie siècle.

La représentation littéraire de la femme-lectrice

36Avec sa protagoniste Zilia du roman Lettres d’une Péruvienne, Françoise de Grafigny transpose son propre processus d’acculturation au niveau littéraire. Ainsi, Zilia fait figure d’auteur(e) de lettres et de lectrice. La femme-lectrice étant un topos du roman français au xviiie siècle, surtout dans le roman libertin, Zilia sort de l’ordinaire. Alors que Nathalie Ferrand constate :

  • 21 Ferrand N., « L’aventurier, la courtisane et le maître de vertu. Représentations imaginaires du liv (...)

« … Ce tableau révèle ce qu’est le destin de la femme lectrice dans les romans du xviiie siècle : être observée, surprise et parfois plus que cela. […] la femme lisant est saisie dans son intimité, l’esprit abondonné aux assouvissements de l’imagi, et elle est pour ainsi dire offerte. La lectrice est une femme perdue, une Manon. 21 »

  • 22 Altman J.-G., « A Women’s Place in the Enlightenment Sun : The Case of F. de Graffigny », Romance Q (...)

37La Zilia de Mme de Grafigny ne rentre pas du tout dans cette catégorie. Elle est plutôt la femme émancipée, l’héroïne intellectuelle comme l’a déjà remarqué Janet G. Altman 22. En bien des points, le parcours intellectuel de la jeune Péruvienne ressemble à celui de son auteur. Non seulement, Zilia décrit assez exactement comment elle apprit à lire et à écrire, mais elle parle aussi de la satisfaction et de l’enrichissement que lui apporte la lecture, et de l’intérêt qu’elle porte aux hommes de lettres :

  • 23 Nicoletti G., Madame de Grafigny. Lettres d’une Péruvienne, Bari, Adriatica Editrice, 1967, p. 229- (...)

« Je dois une partie de ces connoissances à une sorte d’écriture que l’on appelle Livres ; quoique je trouve encore beaucoup de difficultés à comprendre ce qu’ils contiennent, ils me sont fort utiles, j’en tire des notions. Céline m’explique ce qu’elle en sçait, et j’en compose des idées que je crois justes.
Quelques-uns de ces Livres apprennent ce que les hommes ont fait, et d’autres ce qu’ils ont pensé. Je ne puis t’exprimer, mon cher Aza, l’excellence du plaisir que je trouverois à les lire, si je les entendois mieux, ni le désir extrême que j’ai de connoître quelques-uns des hommes divins qui les composent. Je comprends qu’ils sont à l’âme ce que le Soleil est à la terre, et que je trouverois avec eux toutes les lumières, tous les secours dont j’ai besoin, mais je ne vois nul espoir d’avoir jamais cette satisfaction. Quoique Céline lise assez souvent, elle n’est pas assez instruite pour me satisfaire ; à peine avoit-elle pensé que les Livres fussent faits par des hommes ; elle en ignore les noms, et même s’ils vivent encore.
Je te porterai, mon cher Aza, tout ce que je pourrai amasser de ces merveilleux ouvrages, je te les expliquerai dans notre langue, je goûterai la suprême félicité de donner un plaisir nouveau à ce que j’aime. 23 »

38Nous retrouvons dans ce passage le plaisir de la lecture à deux, donnant prétexte à un échange intellectuel, au cours duquel la femme devient tutrice, modèle qui ressemble d’ailleurs tout à fait à ce que pratiquent Françoise de Grafigny et Devaux. Puis, les livres sont porteurs de lumières, c’est-à-dire de connaissances qui permettent à Zilia, et aux femmes en général, de s’élever au-dessus de leur condition et d’accéder à une certaine liberté. Finalement, la lecture aide la jeune Péruvienne à surmonter sa déception amoureuse :

  • 24 Ibidem., p. 318.

« Si le souvenir d’Aza se présente à mon esprit, c’est sous le même aspect où je le voyois alors. Je crois y attendre son arrivée. Je me prête à cette illusion autant qu’elle m’est agréable ; si elle me quitte, je prends des Livres. Je lis d’abord avec effort, insensiblement de nouvelles idées enveloppent l’affreuse vérité renfermée au fond de mon cœur, et donnent à la fin quelque relâche à ma tristesse. L’avouerai-je ? les douceurs de la liberté se présentent quelquefois à mon imagination, je les écoute… 24 »

  • 25 Von Kulessa, R., Françoise de Grafigny : Lettres d’une Péruvienne. Interpretation, Genese und Rezep (...)

39Une lecture en échos entre la correspondance de Françoise de Grafigny et son roman les Lettres d’une Péruvienne, tout à fait justifiée par les recherches effectuées concernant la genèse du roman 25, nous pouvons prétendre que la lecture chez Madame de Grafigny n’est non seulement divertissement, mais qu’elle témoigne aussi d’une volonté de se cultiver, d’acquérir des connaissances qui permettent à cette femme de s’élèver au-dessus de son rang. Si ses lectures ressemblent à celles d’une Mme Roland ou d’une Isabelle de Charrière, sa pratique de la lecture n’est pas la même. De par ses origines, elle a une façon plus ‘matérielle’, moins érudite d’aborder les livres. Françoise de Grafigny témoigne cependant d’une conscience profonde de la problématique de l’éducation des femmes. Très fière d’être arrivée à un certain niveau culturel, elle n’hésite tout de même pas à l’exploiter matériellement. Comme elle le dit elle-même dans sa correspondance, elle écrit principalement pour gagner de l’argent. Ainsi, la maison de campagne de Zilia représente le rêve d’une « maison à elle » dans le sens où l’entendait Virginia Woolf. La lecture comme acquisition d’un savoir qui, par le biais de la réflexion et de l’intertextualité sera ensuite converti en écriture, lui servira donc comme point de départ d’une carrière qui, tout comme celle de sa protagoniste Zilia, sort de l’ordinaire. La lecture pour la femme ouvre alors la voie de la liberté : intellectuelle, senti et matérielle.

Bibliographie

Bibliographie

Grafigny F. (de), Lettres d’une Péruvienne (éd. G. Nicoletti), Bari Adriatica Editrice 1967.

Grafigny F. (de), Correspondance, t. 1-5, Oxford, 1985-1997.

Altman J.-G., « A Women’s place in the Enlightenment Sun : The Case of F. de Graffigny », Romance Quarterly, 38, 1991, p. 261-272.

Ferrand N., « L’aventurier, la courtisane et le maître de vertu. Représentations imaginaires du livre et de la lecture dans les romans français du xviiie siècle », La lecture littéraire, 1998, p. 1-25.

Von Kulessa R., Françoise de Grafigny : Lettres d’une Péruvienne. Interpretation, Genese und Rezeption eines Briefromans aus dem 18. Jahrhundert, Stuttgart/Weimar, Metzler, 1997.

Notes

1 Correspondance de Madame de Graffigny, t., Oxford 1985, p. 142-143.

2 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 4, Oxford 1996, p. 213.

3 Correspondance de Madame de Grafigny, t. 2, Oxford 1989, p. 346.

4 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 1, Oxford 1985, p. 158.

5 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 1, Oxford 1985, p. 184.

6 Ibidem, p. 195.

7 Le Préservatf ou Critique des observations sur les écrits modernes, 1738, attribué au chevalier de Mouhy.

8 Ibid., p. 196.

9 Ibid., p. 196.

10 Ibid., p. 206.

11 Ibid., p. 207.

12 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 2, Oxford 1989, p. 423.

13 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 5, Oxford 1997, p. 292.

14 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 3, Oxford 1992, p. 339.

15 Ibidem., p. 340.

16 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 4, Oxford 1996, p. 326.

17 Correspondance de Madame de Graffigny, t. 5, Oxford 1997, p. 413.

18 Ibidem, p. 524.

19 Manuscrit Graffigny Papers, Beinecke Rare Books Library.

20 Ibidem.

21 Ferrand N., « L’aventurier, la courtisane et le maître de vertu. Représentations imaginaires du livre et de la lecture dans les romans français du xviiie siècle. », La lecture littéraire, 1998, p. 1-25.

22 Altman J.-G., « A Women’s Place in the Enlightenment Sun : The Case of F. de Graffigny », Romance Quarterly 38, 1991, p. 262.

23 Nicoletti G., Madame de Grafigny. Lettres d’une Péruvienne, Bari, Adriatica Editrice, 1967, p. 229-230.

24 Ibidem., p. 318.

25 Von Kulessa, R., Françoise de Grafigny : Lettres d’une Péruvienne. Interpretation, Genese und Rezeption eines Briefromans aus dem 18. Jahrhundert, Stuttgart/Weimar, Metzler, 1997, p. 73-108.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540