Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Figures de l’auteure

La lectrice devenue scriptrice. Lecture épistolaire dans les réponses d’Élisabeth à Charlotte-Brabantine de Nassau

Eugénie Pascal

Texte intégral

  • 1 Qui s’installera à son tour en France lorsqu’elle épousera le duc Claude de la Trémoille en 1598.
  • 2 Lettres d’Élisabeth de Nassau duchesse de Bouillon à sa sœur Charlotte-Brabantine de Nassau duchess (...)
  • 3 G. Haroche-Bouzinac, L’Épistolaire, p. 85. J.-P. Albert, « Écritures domestiques », p. 53. B. Bray, (...)

1Élisabeth de Nassau (1577-1642), fille de Guillaume le Taciturne et de Charlotte de Bourbon-Montpensier, quitte la Hollande en 1595 pour s’installer en France, où elle épouse Henri de la Tour, vicomte de Turenne et duc de Bouillon. Séparée de sa sœur cadette Charlotte-Brabantine 1, Élisabeth entame avec elle une correspondance qui durera une trentaine d’années. Des quatre cents lettres d’Élisabeth à sa sœur conservées dans le chartrier de Thouars (dont Charlotte-Brabantine était duchesse), P. Marchegay en a reproduit une cinquantaine 2. Selon lui, Élisabeth écrivait une fois par semaine à Charlotte-Brabantine, que l’on peut ainsi qualifier de destinataire ou correspondante privilégiée 3. Bien que mon étude ne se base que sur une partie de l’échange, j’espère en tirer des indications sur la lecture des lettres reçues dans le cadre de cette correspondance régulière.

2Trois aspects de l’acte de lecture émanent de cette série de lettres. En premier lieu, on peut être tenté d’y voir la lecture comme une simple partie d’une conversation en absence, selon la formule consacrée. Cependant, ce premier degré est vite remis en question par ce qui distingue au premier chef la lettre de la conversation : les aspects matériels de la transmission et de la lecture elle-même. Enfin, la conscience de l’écart entre lettre et conversation suscite une représentation de la lecture à un second degré, qui pourrait receler une prise de conscience de la lectrice en tant que sujet.

  • 4 Je renvoie à l’édition de P. Marchegay. La numérotation des lettres pouvant porter à confusion puis (...)

3Si l’échange de lettres correspond à une conversation par écrit, alors l’homologue conversationnel de la lecture est l’écoute. Dans cette perspective, la lecture de la lettre appelle l’émission de sentiments, de demandes et d’actions sous forme d’écriture, qui fournit ce que l’on pourrait appeler une représentation au premier degré de la lecture. Je passerai assez rapidement sur ces réponses, précisément à cause de leur caractère implicite et en apparence essentiellement réactif, qui rend délicate l’évaluation de leurs implications. Il s’agit par exemple de l’expression d’émotions : « contentement » (23, 25) 4, étonnement, inquiétude, douleur, sentiments provoqués chez la lectrice-scriptrice par l’annonce d’événements ou de gestes. La lecture de la lettre peut aussi pousser Élisabeth à l’action. Elle console sa correspondante (50, 80), prodigue des conseils ou demande l’avis d’un médecin en réponse à une question ou à l’évocation d’un projet (64). Elle envoie les objets réclamés ou organise une rencontre future. Elle relève une omission ou une insuffisance de la lettre lue, tout comme dans une conversation, on incite son interlocuteur à donner des détails supplémentaires ou à prolonger sa pensée.

4La lecture s’apparente également à l’écoute dans la conversation en ce sens qu’elle détermine la progression de la réponse. Outre les réactions suscitées, ce sont des pans entiers de lettres d’Élisabeth qui sont construits autour des lettres auxquelles ils répondent point par point. Ces traces se révèlent difficiles à identifier avec certitude dans le cas fréquent où les motifs du choix de certains sujets plutôt que d’autres sont de l’ordre du non-dit. Cependant des signes, comme les expressions « quant à… », « pour ce qui est de… » ou « vous me dites que… », indiquent que le thème abordé est calqué sur ceux des dernières lettres reçues. Élisabeth évoque d’ailleurs sans complexe cette importance de la lecture dans le choix des thèmes de sa réponse : « J’ai tant à écrire que […] même je ne puis prendre le loisir de lire vos vieilles lettres pour répondre à ce que vous désiriez de savoir » (43). Ainsi, comme dans la conversation le discours du devisant est guidé par ce qu’il entend dire par son interlocuteur, le contenu de la lettre, et sans doute sa structure même, se base sur le contenu et la structure des lettres lues peu avant la rédaction, souvent sans qu’ils soient explicitement mentionnés comme sources.

  • 5 B. Beugnot, « Les Voix de l’autre : typologie et historiographie épistolaires », p. 51.

5L’illusion de la conversation est entretenue chez la plupart des épistoliers par des marques de l’oralité. Élisabeth de Nassau a régulièrement recours à des apostrophes comme « voulez-vous que je vous dise… » ou « que direz-vous de… ». Cependant ces bouts de phrases qui, ainsi que le souligne B. Beugnot, « convoquent l’autre sur la scène de l’écriture 5 », renvoient précisément à la réception, autrement dit à la lecture : Charlotte-Brabantine aura-t-elle intérêt à lire telle nouvelle ? et que dira-t-elle en la lisant ? Élisabeth ne peut que s’interroger sur ce que pensera sa destinataire, ce qui n’est pas nécessaire dans une conversation où le devisant assiste en direct à la réaction simultanée de son interlocuteur.

6Dans la perspective d’une conversation en absence, ces marques orales contribuent à entretenir l’illusion de la spontanéité de la lettre. Or le seul moment d’authentique spontanéité dans le processus de transmission de la lettre, réside dans la lecture elle-même, qui suscite des réactions immédiates donnant lieu à une rédaction qui suit souvent la lecture de près. La chose qui compte le plus est alors la nouvelle transmise, ou le sentiment exprimé, et non la manière dont les choses sont dites. Pour créer une impression de spontanéité, la scriptrice fixe l’immédiateté de sa lecture en consignant dans une sorte de compte rendu de lecture ses réactions en apparence toutes nues. De même, elle fait part de sa préoccupation de la lecture que fera sa destinataire, sans référer au support lui-même, référence qui accentuerait le décalage géographique et temporel séparant les correspondantes.

  • 6 G. Haroche-Bouzinac, op. cit.,p. 74. Voir aussi J. G. Altman, Epistolarity. Approaches to a Form, p (...)

7Cependant si Élisabeth tâche d’entretenir une illusion de spontanéité, sans doute en partie pour que survive l’échange épistolaire 6, elle n’ignore pas les conditions matérielles qui l’entourent. La transmission détermine en grande partie les modalités de lecture de la lettre. En effet, à l’époque où vivent nos deux épistolières, le service postal étant pour ainsi dire inexistant, l’échange s’effectue au gré de ce qu’on appelle des « occasions », c’est-à-dire des possibilités de transmission offertes par le passage d’une personne qui tient lieu de messager. Ce dernier, qui peut aussi bien être un simple laquais, un serviteur du mari de l’une, ou un ami qui prévoit de rendre visite à l’autre, joue un rôle important dans la lecture de la lettre, à laquelle il participe activement. Dans la mesure où la lettre est avant tout un vecteur porteur de nouvelles, le messager en constitue un complément de choix, puisqu’il a eu un contact direct avec la scriptrice. La lettre est signée par Charlotte-Brabantine, mais le porteur a vu la scriptrice en personne. Aussi Élisabeth lui accorde-t-elle une grande importance.

8La parole du messager amène un complément d’informations à la lettre. Élisabeth de Nassau rapporte par exemple ce qu’un porteur, gentilhomme de son mari, lui a dit de ses neveux : « Ma petite Babet est si jolie que je meurs d’envie de la voir. Valigny m’a bien dit cela » (77). Les descriptions faites par le porteur peuvent aussi entraîner des déductions : « Mandez-moi quelle fille de chambre vous avez. Comme le laquais la dépeint, je crois que c’est celle qui besogne si bien » (41). Pour Élisabeth, il est tellement naturel de s’entretenir avec le porteur, que le fait de ne pas le voir vaut d’être mentionné : « J’ai reçu vos lettres par Vandame, mais je ne l’ai point vu » (29). D’ailleurs, les renseignements puisés aux lettres seules sont considérés comme incomplets : « Je n’ai encore appris nouvelles que celles que vous me mandez par votre lettre, n’ayant pu entretenir Valigny » (77). Les informations obtenues par l’entretien du messager peuvent aussi se révéler contradictoires avec celles contenues dans la lettre. Ainsi Élisabeth écrit-elle à sa sœur :

« En ce sujet j’ai bien eu plus de plaisir à entretenir Monsieur Delage que de [lire votre lettre], car il m’a assuré ne vous avoir jamais vu mieux porter. Ce sont ses termes, et ce que vous me mandez y est bien contraire de façon que je lui fis redire souvent, en lui disant que votre lettre ne me témoignait pas cela… » (107)

9Mais celui qu’on appelle « honnête messager » (70) pour le remercier de ses services, reste un simple instrument, dont le principal — sinon l’unique — intérêt consiste dans la possession de nouvelles fraîches et dans son contact direct avec la correspondante. Si Élisabeth se dit fâchée qu’un porteur ait été pris par l’ennemi espagnol, c’est parce qu’elle espérait apprendre par lui la date de retour de son mari, dont les lettres ne disent rien (42)…

10Accompagnée d’une conversation, bien réelle celle-ci, avec le porteur, la lecture de la lettre décrite par Élisabeth de Nassau présente également la particularité de se faire, par la force des choses, au mépris des distances géographiques et des intervalles temporels qui caractérisent l’échange réel. Élisabeth mentionne fréquemment les modalités de réception de la lettre, ou plutôt des lettres puisqu’il apparaît que le messager est le plus souvent porteur de plusieurs lettres de la même scriptrice. Parfois même, deux messagers, partis à des dates différentes, arrivent chez Élisabeth le même jour. Si bien que la destinataire peut apprendre dans la même heure la grave maladie de son mari, puis sa guérison (39). Il ne va donc pas de soi que les lettres seront lues dans l’ordre, ce qui oblige parfois la scriptrice à identifier celles auxquelles elle répond (35).

11Dans un même paquet, Élisabeth trouve des lettres qui lui sont adressées, mais aussi des lettres qui sont destinées à d’autres, et dont elle doit assurer la suite du parcours. De même, une dame sert parfois d’intermédiaire entre les deux sœurs en envoyant à Élisabeth de ses lettres accompagnées de celles de Charlotte-Brabantine (58). Ainsi la lectrice se retrouve-t-elle le plus souvent avec des paquets de lettres de dates différentes, mais aussi de différents auteurs. Outre la rareté des occasions et le risque de pertes au fil de ces nombreux relais, les possibilités de transmission sont parfois contrariées par des messagers qui n’acceptent pas une grande quantité de lettres (28). Élisabeth doit alors choisir une destinataire unique — Charlotte-Brabantine —, à qui elle confie des messages oraux à transmettre aux autres membres de sa famille (28)…

12De là à imaginer une lecture collective, il n’y a qu’un pas, qui ne semble être que rarement franchi. Il arrive à Élisabeth de voir des lettres que Charlotte-Brabantine a écrites à d’autres (25). Mais le seul destinataire dont elle paraît partager régulièrement la lecture est son mari, lorsqu’il se trouve à ses côtés. Elle se permet d’ailleurs de commenter les lettres de Charlotte-Brabantine au duc de Bouillon (31, 47), lettres qui lui apportent parfois des nouvelles fraîches : « Je serais bien en peine de votre mal si je n’avais vu une lettre que vous écrivez à ce cher mari, où vous n’en parlez point » (27). Élisabeth ne semble toutefois que rarement faire lire à son mari, et jamais à d’autres, les lettres que Charlotte-Brabantine lui adresse. Pourtant, lorsque le porteur étant arrêté par les Espagnols, le secret est violé, la duchesse ne s’offusque pas outre mesure : « Vos lettres ont été vues d’autres aussi bien que de moi, m’ayant été renvoyées du gouverneur entre les mains de qui [le porteur] est tombé, […] qui pour les avoir ouvertes, n’en a pas perdu une. » (42) Ici la perte d’une lettre semble donc plus grave que le partage de sa lecture avec un étranger.

13On pourrait également trouver des indices d’une éventuelle lecture collective des lettres dans les précisions sur le lieu de leur lecture. Mais Élisabeth se montre extrêmement avare de détails sur ce sujet. On peut imaginer que, dans un premier temps, elle ouvre son courrier et le lit en public, surtout si elle se trouve à Turenne ou à la Cour. Elle parle d’ailleurs d’une « fort bonne compagnie » en présence de laquelle elle a reçu le laquais portant les « nouvelles » de sa sœur. Elle ajoute que cette compagnie a été « témoin de [sa] joie, et de [la] grandeur » de Charlotte-Brabantine (50). Difficile de savoir si l’entourage d’Élisabeth a pris part à la lecture, ou simplement au dévoilement des nouvelles par le laquais. Ce qui est sûr, c’est que, sauf lorsqu’elle se trouve dans des maisons plus isolées comme celle de Sedan, la duchesse de Bouillon dispose de peu de moments de solitude. Elle confie d’ailleurs qu’il lui faut se « dérober pour écrire » (51).

  • 7 E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, Paris, Champion, 1932.

14C’est en effet sur les conditions matérielles de la rédaction qu’Élisabeth de Nassau en dit le plus. Ainsi sait-on qu’elle écrit dans un « cabinet » (48), dont on peut supposer, si l’on considère que la duchesse relit les dernières lettres de Charlotte-Brabantine juste avant de lui répondre, qu’il constitue au moins un des lieux de sa lecture, d’une deuxième lecture plus solitaire et plus approfondie. Cette « pièce réservée à l’intimité, à la réception des amis 7 », sans doute le lieu le plus privé de son quotidien, constitue l’endroit privilégié pour se retrouver en tête à tête avec ses proches absents. Élisabeth souligne l’importance qu’elle accorde au portrait que sa sœur doit lui faire faire, « au défaut de naturel » (37). Et elle lui reproche de tarder à le lui envoyer : « Je me l’étais si bien promis […] qu’il y avait place à mon cabinet préparée pour vous avoir souvent devant les yeux. » (46) Cette représentation de la correspondante a certainement un rôle à jouer dans la lecture de la lettre. Elle participe de la mise en scène qui donne à la lectrice une impression de proximité et qui confère un visage à la plume qu’elle lit.

15C’est en pleine conscience de la distance qui la sépare de sa correspondante, et des contraintes matérielles qui régissent l’échange, qu’Élisabeth de Nassau porte sur la lettre un regard que je situerai au second degré : un regard qui considère la lettre en tant qu’objet, en tant qu’instrument susceptible de la rapprocher de Charlotte-Brabantine. À cet égard, la scriptrice sait très bien exprimer ses attentes. À commencer par la qualité de l’écriture cursive, condition de bonne communi, et qui pose parfois problème puisque Charlotte-Brabantine écrit très mal : « Je devinai plutôt ce que vous me mandiez que de le pouvoir lire » (35), se plaint Élisabeth, qui insiste pour que sa sœur apprenne à écrire « aussi bien » qu’elle (31).

16En temps normal, il semble que la lectrice — Charlotte-Brabantine, du moins — préfère également les longues lettres (20). Élisabeth entre dans ce jeu d’émulation, qui ressemble parfois à un concours, à qui sera la plus prolixe épistolière : « Vous n’aurez pas l’avantage de m’avoir plus entretenue », écrit-elle (76). Autre élément formel attendu par la lectrice, l’utilisation du chiffre est prisée par les deux correspondantes. Élisabeth semble promettre bien du plaisir à sa sœur lorsqu’elle lui annonce : « Je t’écris avec loisir, ma sœur, et tu auras du chiffre », avant de consigner des anecdotes codées concernant son entourage. (22)

17Pourquoi le chiffre, qui donne parfois à la lectrice du fil à retordre (53), plairait-il à nos correspondantes ? La réponse se trouve peut-être dans son caractère ludique, mais aussi dans le contenu privé qu’il sert à transmettre. Des phrases comme : « Vous ne m’obligez pas peu, chère sœur, que de me parler à cœur ouvert comme vous faites » (73) ou : « Que tu m’as fait de plaisir de me parler librement, et continue si tu m’aimes » (53), laissent imaginer qu’au-delà de la simple réception de bonnes nouvelles, Élisabeth se délectera de relire une lettre dans laquelle la scriptrice se livre sans retenue.

  • 8 B. Bray attribue d’ailleurs au « correspondant ordinaire […] une inquiète et presque toujours jalou (...)

18Ce goût pour la confidence vient sans doute en partie de la preuve de confiance qu’elle constitue, confiance qu’en tant que destinataire privilégiée, Élisabeth est en droit d’attendre. Elle semble d’ailleurs tenir à ce statut, et on la sent quelque peu contrariée lorsque son mari lui apprend sur sa correspondante des choses que celle-ci ne lui a pas écrites (46). Elle reproche également à Charlotte-Brabantine : « Vous êtes bien plaisante [d’écrire à mon mari] et non pas à moi » (27). Ainsi Élisabeth se pose-t-elle en lectrice exigeante, allant jusqu’à demander si ce n’est l’exclusivité, du moins, une certaine primauté 8.

19Exigeante, notre lectrice sait aussi l’être à propos des nouvelles, qu’elle réclame avec impatience même lorsqu’elles concernent des choses qui ne sont peut-être pas encore arrivées (111), comme si la destinataire, avec son pouvoir de mettre les événements par écrit, avait aussi reçu celui de les provoquer (101-102). En outre, si Élisabeth sait remercier sa correspondante de lui avoir écrit la lettre qu’elle demandait, elle ne se montre jamais entièrement satisfaite, et aux remer succèdent de nouvelles demandes (76).

20Il ne faudrait pas oublier le moteur de cette émulation permanente qui alimente la correspondance, à savoir l’étroitesse du lien, clairement revendiquée par Élisabeth de Nassau. Lien que la lecture contribue à entretenir, puisqu’elle permet des rapprochements entre deux expériences vécues à distance : « Que de sympathie entre nous deux, car au même temps que vous vous trouviez mal, à ce que vous me mandez, je l’étais aussi » (25). Ce lien se révèle parfois ainsi proche de la fusion, dans la douleur partagée : « Combien les soupirs que vous jetez pour moi me sont agréables, ayant ressentiment de ce qui me touche si vivement en l’âme. Non, ce me sont des consolations selon mon désir » (29). En sens inverse, Élisabeth voit, dans la volonté de sa correspondante de résister à l’affliction, une preuve d’amour (79). Source de fusion, la lecture gagne ainsi un pouvoir quasi magique, qui pousse Élisabeth à demander : « Dites-moi, chère sœur : change, change ton humeur » (47), comme si la lecture de ces mots tracés par Charlotte-Brabantine pouvait produire un effet infaillible.

21C’est donc que la lettre existe indépendamment de son simple statut de pis-aller ou de conversation en absence. La lecture, en effet, fait connaître à Élisabeth une sœur autre que celle qu’elle a côtoyée, et qu’elle semble préférer :

« [je] vous aime [parfaitement], mais je dis mille fois plus que quand j’étais si heu de vous avoir près de moi. Aussi m’y conviez-vous trop, car ce me semble que, lisant vos lettres, je reconnais que de toute votre affection ces paroles sont écrites pour m’assurer que je suis continuellement en vos pensées ; aussi êtes-vous, je vous jure, aux miennes ». (42)

  • 9 Si la lectrice préfère la correspondante qu’elle lit à la personne qu’elle rencontre physiquement, (...)

22Si la Charlotte-Brabantine révélée par la lecture est mieux aimée que la personne réelle, c’est donc parce qu’elle est entièrement tendue vers sa correspondante. L’échange de lettres a cet avantage de se focaliser sur deux personnages, la lectrice et la scriptrice — présente par la lettre et éventuellement par les auxiliaires que sont le porteur et le portrait —, qu’il permet d’approfondir, et que les correspondantes semblent considérer sinon comme plus vrais que nature, du moins comme aussi valides que les personnages révélés par la rencontre physique 9.

23Lectrice devenue scriptrice, Élisabeth se décrit par ailleurs souffrant avec sa sœur à mesure qu’elle prend connaissance de sa lettre : « Ma chère Madame, […] j’ai reçu [votre lettre] qui m’a bien remise dans les larmes et saisie d’une émotion qui ne se peut représenter. Hélas ! que votre douleur est juste, mon cœur, et qu’il m’est aisé de me la bien figurer par celle que j’ai ressentie… » (124). Cette identification à la correspondante, dans laquelle la scriptrice tire à soi la douleur de sa sœur, est emblématique de l’équivoque épistolaire : la lettre, apparemment tournée vers l’autre, permet peut-être avant tout un regard sur soi. Lecture de l’autre, la lecture de la lettre se meut en lecture puis en représentation de soi.

24Ainsi Élisabeth décrit-elle dans le détail sa réaction à la lecture d’une lettre porteuse de mauvaises nouvelles :

« [Le retour retardé de mon mari] me porta un tel saisissement, quand je le vis dans votre lettre, que mes larmes ne purent d’abord venir à mon secours, mais reprenant la force de respirer, je m’en vis bientôt toute couverte et si comblée d’ennui que, fuyant toute compagnie, je m’allai coucher… » (92)

25Cette description d’une lectrice affligée n’est pas gratuite, puisque quelques lignes plus bas on découvre qu’elle est destinée à convaincre la correspondante de se faire l’« avocat » d’Élisabeth auprès de son mari, afin de le persuader de revenir plus tôt (93). Mais la duchesse indique également qu’elle s’épanche ainsi pour se « soulager », ce qui implique un certain retour sur soi, et le souci de se représenter fidèlement. De même, Élisabeth s’interroge sur l’image qu’elle projette à sa destinataire, lorsqu’elle se représente sa réaction : « Lire ma lettre sans que vous disiez Mon Dieu qu’elle est changée, il n’est pas possible » (22). C’est qu’en tant qu’acte de plaisir, la lecture transforme l’écriture en acte de séduction, dont Élisabeth n’est pas dupe quand elle écrit : « Je crois que ce vous est plus de plaisir de recevoir de mes lettres, vous faisant voir que je suis et bien contente et bien gaie, que non pas lorsque je vous témoigne de l’ennui » (56). Cependant cette séduction perpétuelle entre deux êtres s’efforçant de pallier les distances temporelles et géographiques qui président à leur échange même, passe aussi paradoxalement par une peinture de soi que l’on veut la plus proche possible de la réalité, puisque pour plaire il faut parler « librement ».

26C’est sans doute ainsi que peut se résumer le plaisir de lecture d’Élisabeth : la liberté d’écriture de sa correspondante, qui la séduit et la motive à séduire à son tour. Liberté de façadecomme le naturel cher au xviie siècle ? Elle est en tout cas limitée par les exigences de la lectrice et par le jeu de séduction. Si chaque phrase de la lettre appelle une réaction immédiate de la lectrice, dans quelle mesure cette réaction est-elle fidèlement transcrite dans la réponse ? On peut seulement affirmer que sur une base régulière, la lecture participe d’un échange de plus en plus confiant, où la lectrice, prenant une connaissance déjà périmée de l’état de son amie, est appelée par un effet d’entraînement à se pencher sur son état propre immédiat, et ainsi de suite : la lecture de la lettre devient inséparable de l’écriture de la réponse, que la lettre suscite implicitement.

  • 10 M. Brunet, « La réalité de la fausse lettre… », p. 31.
  • 11 D. Fabre, « Introduction », Écritures ordinaires, p. 13.

27Jumelle de la notion de liberté, la spontanéité affichée de nos lettres les rapproche des « écritures ordinaires ». Aucune recherche formelle n’est revendiquée, et les mots paraissent effectivement jetés sur le papier, garants dans la mesure du possible de l’authenticité du contenu. Par ailleurs, même si dans une correspondance « la ‘belle lettre’est tout simplement celle qui est perçue comme telle […] par celui qui la reçoit10 », dans aucune de ses lettres Élisabeth n’évoque de critères d’appréciation esthétique. En ce sens, la lecture et son plaisir se situent ici à la frontière de l’idée traditionnelle de littérature. Mais si l’écrivain est celui qui « se dresse contre [l’] ordre du langage et de la lettre qui le constitue comme sujet social, [déjouant] les lieux communs, les clichés qui traînent et viennent plus facilement encore sous la plume que dans la bouche11 », ne peut-on pas justement considérer qu’Élisabeth, en se réjouissant de la « liberté » déployée par sa correspondante pour lui plaire, s’institue en unique et jalouse lectrice de Charlotte-Brabantine, femme écrivain ?

Bibliographie

Bibliographie :

Lettres d’Élisabeth de Nassau duchesse de Bouillon à sa sœur Charlotte-Brabantine de Nassau duchesse de la Trémoille 1595-1628, éd. P. Marchegay, Les Roches-Baritaud, 1875.

Albert J.-P., « Écritures domestiques », Écritures ordinaires, Paris, POL – Centre Georges Pompidou, 1993, p. 37-94.

Altman J. G., Epistolarity. Approaches to a Form, Columbus, Ohio State University Press, 1982.

Beugnot B. « Les Voix de l’autre : typologie et historiographie épistolaires », Art de la lettre, art de la conversation, Paris, Klincksieck, 1995, p. 47-59.

Bray B., « L’Épistolier et son public en France au xviie siècle », Travaux de linguistique et de littérature, 11 (1973), p. 7-17.

Brunet M., « La réalité de la fausse lettre : observations pour une épistémologie appliquée de l’épistolarité », Tangence, 45 (1994).

Fabre D., « Introduction », Écritures ordinaires, Paris, POL – Centre Georges Pompidou, 1993, p. 7-30.

Haroche-Bouzinac G., L’Épistolaire, Paris, Hachette, 1995.

Notes

1 Qui s’installera à son tour en France lorsqu’elle épousera le duc Claude de la Trémoille en 1598.

2 Lettres d’Élisabeth de Nassau duchesse de Bouillon à sa sœur Charlotte-Brabantine de Nassau duchesse de la Trémoille 1595-1628, éd. P. Marchegay, Les Roches-Baritaud, 1875.

3 G. Haroche-Bouzinac, L’Épistolaire, p. 85. J.-P. Albert, « Écritures domestiques », p. 53. B. Bray, « L’Épistolier et son public en France au xviie siècle », p. 15.

4 Je renvoie à l’édition de P. Marchegay. La numérotation des lettres pouvant porter à confusion puisqu’elle est fragmentée, les chiffres entre parenthèses indiquent la page de l’édition. J.-L. Tulot prépare une correspondance plus complète d’Élisabeth, qui devrait paraître aux éditions Honoré Champion.

5 B. Beugnot, « Les Voix de l’autre : typologie et historiographie épistolaires », p. 51.

6 G. Haroche-Bouzinac, op. cit.,p. 74. Voir aussi J. G. Altman, Epistolarity. Approaches to a Form, p. 134.

7 E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, Paris, Champion, 1932.

8 B. Bray attribue d’ailleurs au « correspondant ordinaire […] une inquiète et presque toujours jalouse amitié. » (« L’Épistolier et son public… », p. 15.)

9 Si la lectrice préfère la correspondante qu’elle lit à la personne qu’elle rencontre physiquement, distingue-t-elle pour autant ces deux personnages, dont l’un est mis en scène par l’écriture ? Si oui, comment peut-elle les considérer tous deux comme « vrais » ? Sur la question de la véridi de la lettre, voir l’article de M. Brunet.

10 M. Brunet, « La réalité de la fausse lettre… », p. 31.

11 D. Fabre, « Introduction », Écritures ordinaires, p. 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540