Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. Figures de l’auteure

La lecture et le lectorat dans la correspondance de Louise de Coligny

Jane Couchman

Texte intégral

  • 1 A Charlotte-Brabantine, 22 juin 1609, dans Louise de Coligny, Correspondance de Louise de Coligny, (...)

1Dans une lettre écrite en juin 1609 à sa belle-fille Charlotte-Brabantine de la Tremoïlle, Louise de Coligny s’excuse du fait que la lettre n’est pas plus longue : « […] j’ai mille lettres à écrire 1. » Une exagération, peut-être, mais pas trop éloignée de la réalité. 192 des lettres de Louise de Coligny ont été retrouvées. Il est évident cependant, d’après sa propre correspondance et d’après celles d’autrui, qu’elle en avait écrit beaucoup plus. Les lettres que nous connaissons datent de 1573 à 1620, l’année de sa mort, donc de la période des Guerres de religion en France et de la consolidation du pouvoir d’Henri IV, ainsi que de la lutte des Protestants aux Pays-Bas contre les Espagnols. « Mille lettres à écrire » sous-entendent quelques « mille lettres à lire ». Une échange de lettres est possible avec l’aide d’un secrétaire sans que les personnes impliquées sachent lire ni écrire. Dans le cas de Louise de Coligny, presque toutes ses lettres sont autographes, et on y trouve maintes réflexions sur la lecture des lettres qu’elle recevait.

  • 2 Au duc de la Tremoïlle, 25 octobre 1603, Marchegay 199.

2Ecrire et lire des lettres étaient une activité essentielle pour elle, surtout après la mort de son deuxième mari, Guillaume d’Orange, assassiné devant ses yeux à Delft en 1584. Elle s’est d’abord servi de sa correspondance afin d’assurer le soutien des jeunes enfants de son mari dont elle se chargeait, y compris son propre fils Fréderik-Henri. Ses lettres lui ont ensuite permis de renouer les liens avec ses parents et amis en France à une époque où elle était isolée dans ce qu’elle appelle « mes marais holandoys ». 2 Elle s’en servira de plus en plus pour se tailler un rôle de diplomat et d’intermédiaire : entre son beau-fils Maurice de Nassau et les alliés anglais des Pays-Bas et de la France ; entre Maurice de Nassau et Henri IV ; et entre Henri IV et les nobles huguenots qui résistaient après la conversion du roi au catholicisme. Pendant ses nombreux voyages entre la France et les Pays-bas, c’est également par sa correspondance qu’elle a pu échanger des nouvelles et des sentiments chaleureux avec sa famille et avec ses amis. On peut dire qu’elle est devenue « femme d’état » en devenant « femme de lettres ». Il ne s’agit pas ici d’une lecture herméneutique ni esthétique, mais d’une lecture efférente, active, affective et dialogique, car l’épistolaire chez elle a tout à faire avec le praxis. La grande majorité de ses lettres vise à susciter une action ou du moins à renforcer une alliance, que ce soit au niveau personnel, ou aux niveaux national et international.

  • 3 Kristen Neuschel, Word of Honor : Interpreting Noble Culture in Sixteenth-Century France, Ithaca an (...)

3Pour comprendre la place centrale de l’épistolaire chez Louise de Coligny, j’ai trouvé utile le livre de Kristen Neuschel, Word of Honor : Interpreting Noble Culture in Sixteenth-Century France. Neuschel démontre la place essentielle de l’échange épistolaire parmi la noblesse française de cette époque, afin de maintenir l’honneur, les alliances et la réciprocité des services 3. Elle constate que l’épistolaire, comme la parole orale, est une action concrète avec des règles et des conséquences réelles. C’est pour cela que la forme d’une lettre fait partie de sa substance, que respecter les règles de l’épistolaire, ou les adapter, constitue un aspect-clé du message. La notion bakhtinienne du texte dialogique est également utile ici, car le genre épistolaire est très proche au dialogue, par son lien avec la conversation, par les voix multiples qu’on y entend, par la présence dans le texte d’un « vous » destinataire avec lequel l’échange est partagée, et par la réciprocité des textes échangés.

  • 4 Cf. Giles Constable, Letters and Letter Collections, Turnhout, Brepols, 1976 ; Marc Fumaroli, « Gen (...)

4Les échanges épistolaires qu’examine Neuschel sont pourtant entièrement masculines. C’est aussi le cas pour les discussions savantes et les manuels de l’épistolaire au xvie siècle. Pour entreprendre une correspondance telle que la sienne, Louise de Coligny a su adapter les conventions de l’épistolaire à sa situation de femme, de veuve, de princesse et de mère et belle-mère. Même dans son échange de lettres intimes avec ses belles-filles et avec d’autres membres de sa famille immédiate, on constate que des questions familiales et publiques se mêlent inextricablement, que les liens de famille servent également comme liens politiques. Elle sait allier l’épistolaire impersonnel, officiel des secrétaires et l’épistolaire personnel, amical des humanistes 4. C’est un mélange qu’on ne trouve que très rarement dans les lettres de ses contemporains mâles.

5Nous considérerons d’abord l’accès à la lecture de Louise de Coligny, en nous arrêtant brièvement à ses lectures en dehors de l’épistolaire. Nous examinerons ensuite la représentation de la lecture dans ses lettres. La nature des lettres missives nous permet de savoir avec précision quel était le lectorat visé et de remarquer l’adaptation du style au destinataire. Ses lettres atteignent aussi un lectorat plus étendu, car elles sont partagées avec autrui et envoyées à des tiers.

  • 5 Jules Delaborde, Louise de Coligny, princesse d’Orange, Genève, Slatkine, 1970, 2 t. en 1, réimpr. (...)
  • 6 Natalie Zemon Davis, Les cultures de peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Marie- (...)
  • 7 Parmi les femmes de la génération de sa mère : Charlotte de Laval, Jaqueline d’Entremonts (belle-mè (...)

6Fille de Gaspard de Coligny et de Charlotte de Laval, Louise de Coligny a bénéficié d’une formation solide en religion comme en culture générale 5. Son accès à la lecture avait autant à faire avec sa classe qu’avec son appartenance à la Réforme 6. Elle avait comme modèles, dès sa jeunesse et pendant toute sa vie, des femmes nobles protestantes et catholiques qui étaient admirées pour leur culture et qui ne mettaient pas en question leur droit à la lecture ainsi qu’à la parole. L’accès à la lecture, et spécifiquement à la lecture de lettres missives, a permis à plusieurs de ces femmes de maintenir des communications de près et de loin et de s’impliquer dans des décisions et dans des actions à tous les niveaux de leur société 7.

  • 8 L’inventaire de la bibliothèque de la famille Orange-Nassau à l’époque où Louise de Coligny vivait (...)
  • 9 KB 129 A 23. Cf. A.-G. van Hamel, « L’album de Louise de Coligny », Extrait de la Revue d’histoire (...)
  • 10 Paul Marchegay pense que ce poème est d’Anne de Rohan ; Léon Marlet n’est pas certain. Voir Marcheg (...)
  • 11 A Charlotte-Brabantine, 22 février 1619, Marchegay 324. Marchegay pense que c’est la deuxième éditi (...)
  • 12 A Philippe Duplessis-Mornay, juillet 1591, Marchegay 95.
  • 13 A Charlotte-Brabantine, 9 avril 1608, Marchegay 240.

7Louise de Coligny avait accès à une grande variétée de livres, que ce soit à La Haye ou en France 8. Elle possédait depuis l’époque de son premier mariage avec Charles de Téligny en 1571 un recueil manuscrit de poèmes écrits ou copiés pour elle. Pour la période avant la mort de Téligny à la Sainte-Barthelémy, on trouve surtout des poèmes d’amour pétrarchistes. Elle a de toute évidence apporté ce livre avec elle aux Pays-Bas lors de son mariage avec Guillaume d’Orange, car il se trouve actuellement à la Koninklijke Bibiliotheek à La Haye et qu’on y trouve des écrits qui datent d’après 1583, y compris un poème sur « La Patience », attribué à Anne de Rohan 9. Elle ne mentionne pourtant que deux ouvrages dans sa correspondance, les « belles stances » d’Anne de Rohan 10 et un « beau livre de M. Moulin 11 » qu’elle avait reçus. Elle fait référence à d’autres documents qu’elle avait lus : un mémoire que Philippe Duplessis-Mornay lui avait envoyé pour servir de base à la formation de son fils Fréderik-Henri 12 et de la documentation relative à la succession de son mari 13.

  • 14 Renting et Renting-Kuijpers, op. cit., item 3443 (du Tronchet), items 3440 et 3444 (Pasquier).
  • 15 Cf. Charmarie Jenkins Blaisdell, « Calvin’s letters to women : the courting of ladies in high place (...)

8On peut se demander si elle avait eu des modèles imprimés pour l’épistolaire. C’est le manuel de Du Tronchet, secrétaire de Catherine de Médicis, qui montre le mieux comment les conventions épistolaires des nobles reflètent le rang des intéressés et en protègent l’honneur. Le livre de Du Tronchet, comme celles d’Étienne Pasquier pour la lettre humaniste, se trouvaient dans la bibliothèque de la famille d’Orange lorsque Louise de Coligny y avait accès ; nous ne savons pas si elle les a consultés directement 14. Ses parents et amis ont échangé des lettres avec Jean Calvin, Théodore de Bèze et Philippe Duplessis-Mornay, tous les trois modèles de style épistolaire pour les huguenots 15. Il semble probable que ce soit par la lecture de lettres qu’elle ou que ces autres membres de sa famille avait reçues qu’elle a formé son propre style épistolaire.

  • 16 A Charlotte-Brabantine, 23 septembre 1615, Marchegay 295.
  • 17 A Charlotte-Brabantine, 28 janvier 1601, Marchegay 176.
  • 18 A Maurice de Nassau, 10 septembre 1594, Marchegay 112.
  • 19 A Charlotte-Brabantine, 12 février 1609, Marchegay 255.
  • 20 A Maurice de Nassau, 10 septembre 1594, Marchegay 112.
  • 21 A Charlotte-Brabantine, 29 octobre 1599, Marchegay 163.

9Il est évident que la lecture qui la passionne est celle de l’épistolaire. Sa lecture peut être solitaire et au loisir ; elle peut aussi se faire en hâte, en la présence d’un laquais qui attend une réponse immédiate : « Madame ma fille, je viens de recevoir un paquet de vous […] par un courrier qui repart si promptement que je n’ai loisir que de vous dire que je les ai reçues 16. » La lecture des lettres était une source de nouvelles de la famille ou des amis : « Je bénis doublement ce jour ici, […] pour y avoir reçu des nouvelles de mes deux chères filles, et y avoir appris la naissance d’une nouvellement venue au monde 17. » Les lettres la tenaient également au courant des événements politiques auxquels elle participait : « Vous croyez bien, je m’en assure, que les nouvelles de [la bataille de] Groeningen m’ont été agréables 18. » La lecture peut être une source de peine : « J’ai pleuré en lisant la lettre que vous m’avez envoyée que Mme de Saint-Germain a écrite à sa fille 19, » ou de plaisir : « Monsieur mon fils, j’ai été extrêmement aise de recevoir vos lettres par Mandricourt 20 » et de consolation : « Il est bien certain que je ne pouvois recevoir rien qui me consolât d’avantage en cette affliction ici que vos lettres 21. »

  • 22 Claudio Guillén, « Notes towards the Study of the Renaissance Letter », dans Barbara Kiefer Lewalsk (...)
  • 23 Aux États d’Utrecht, 11 avril 1597, Marchegay 129. Voir la lettre du 15 novembre où elle fait la de (...)
  • 24 A Charlotte-Brabantine, 25 juillet 1601, Marchegay 184.
  • 25 A Guillaume-Louis de Nassau, 27 avril 1615, Marchegay 289.
  • 26 A Charlotte-Brabantine, 27 août 1601, Marchegay 191-2. Voir aussi Marchegay 178-81, 195-7.

10On peut observer la nature dialogique de l’épistolaire surtout quand la lecture d’une lettre est directement reflétée dans la réponse 22. Il peut s’agir d’un simple remerciement comme dans cette lettre adressée aux membres des États généraux d’Utrecht : « Messieurs, j’ai reçu votre très courtoise et honnête lettre qui m’a été infiniment agréable ayant entendu qu’il vous a plu pourveoir de prébendes les deux filles de Mme d’Averly […] 23. » On trouve de simples citations : « Vous dites, ma chère fille, que vous avez trouvé fort courtes les lettres que je vous écrivis […] 24. » Il peut s’agir d’une discussion qui se poursuit avec variantes à travers plusieurs lettres et qui vise une action ou une prise de position. En avril 1615 elle répond à des lettres de son neveu Guillaume de Nassau à propos d’une des sœurs de Maurice de Nassau qui s’était mariée sans l’approbation de son frère : « Monsieur mon neveu, j’ai reçu en deux jours deux de vos lettres […]. J’ai vu ce que vous me mandez touchant Mme la princesse de Portugal […] Je serois bien de votre opinion qu’elle ne se tînt point si éloignée de son frère 25. » Elle répond avec soin, et dans plusieurs lettres, aux soucis de sa belle-fille Charlotte-Brabantine en ce qui concerne le respect que recevait sa belle-mère à la Cour de France : « Il faut que je réponde à ce que vous dites avoir appris que je ne suis pas en cette cour comme je le devrois et que vous craignez que cela soit un jour préjudiciable à vos frères 26. »

  • 27 Erasmus, « epistola absentium amicorum quasi mutuus sermo », De conscribendis epistolis, K. Smolak (...)
  • 28 Au vicomte de Turenne, 12 novembre 1590, Marchegay 59-60.

11La continuité entre la lecture de l’épistolaire et la communication orale se retrouve dans la définition de l’épistolaire comme « une conversation entre amis absents 27 ». A cette époque, une partie importante du message peut être le rapport oral fourni par le porteur, dont la lettre sert surtout de garant. Soit les détails sont trop nombreux ou trop confidentiels, soit la scriptrice écrit en hâte, soit le porteur a comme mission de persuader oralement le récipiendaire. Un exemple parmi bien d’autres se trouve dans une lettre adressée au vicomte de Turenne : « [J’ai] entendu par le secrétaire de M. de la Noue qui m’a apporté vos lettres qu’il est bien vrai que vous avez envie de passer par ici 28. »

  • 29 Voir Henderson, op. cit., p. 353. Elle cite Érasme, Opus de conscribendis epistolis. Cf. Guillén, o (...)
  • 30 C’est à souligner que, tout en étant tout à fait consciente de son rang, elle n’était pas aussi ten (...)
  • 31 A Jean de Nassau, 5 septembre 1584, Marchegay 8-9.
  • 32 A Scaliger, 9 janvier 1593, Marchegay 98-9.
  • 33 Au vicomte de Turenne, 12 novembre 1590, Marchegay 59.
  • 34 Au duc de Bouillon, 1er septembre 1603, Marchegay 214-5. Elizabeth de Bouillon écrit à sa sœur Char (...)
  • 35 A Charlotte-Brabantine, 31 décembre 1598, Marchegay 145.
  • 36 Au duc Claude de la Tremoïlle, 25 octobre 1602, Marchegay 220.

12Quant au lectorat, l’épistolaire est un domaine privilégié. Pour les lettres missives, nous savons avec exactitude quels sont les lecteurs visés et nous pouvons observer comment la composition des lettres est adaptée au lecteur et aux résultats visés. Il s’agit du decorum tel que défini par Quintillien, du choix de style épistolaire apte au sujet, au moment, au lieu et au lecteur 29. Il s’agit également de la définition du « vous » à qui elle s’adresse, et au sens qu’elle a de leur rapport l’un avec l’autre. Louise de Coligny dispose de toute une gamme d’approches selon le caractère de son récipiendaire et ses relations avec lui 30. Quand elle écrit à son beau-frère Jean de Nassau pour lui demander de l’aide, elle crée un équilibre entre son rang de princesse et sa situation de veuve en adoptant les règles de l’épistolaire pour un supérieur : « Monsieur mon frère, j’ai reçu les lettres qu’il vous a plu de m’écrire […]. Je vous remercie bien humblement des honnêtes offres qu’il vous plaît me faire […]. Mais je me sens beaucoup d’avantage votre obligée pour les bonnes et fructueuses consolations que vous me faites 31. » Elle est capable d’une formalité plus érasmienne quand elle veut convaincre l’humaniste Jules César Scaliger de venir à l’Université de Leyde pour s’occuper de l’éducation de son fils : « Ils ont ici le repos et la tranquilité autant assurée qu’en nulle région de l’Europe, sujet requis pour y convier et retenir les muses ; mais ils auroient besoin d’un homme rare en doctrine comme vous pour donner nom et bruit à cette Académie 32. » En écrivant au vicomte de Turenne pour le convaincre de venir aux Pays-Bas en 1590, elle a pu, en tant que femme, souligner leur proche parenté et donc son obligation de lui rendre visite, en se dispensant des formules de politesse : « Je ne commencerai, Monsieur, par nulle cérémonie 33. » Mais durant la crise causée par la révolte de ce même Turenne, devenu duc de Bouillon, contre Henri IV, elle adopte un style bien plus formel dans le but de l’amener à une réconciliation sans qu’il ne perde son honneur : « [N] e pouvant mieux, j’ai recours aux voeux et aux prières pour impêtrer du ciel ce qui vous est expédient 34. » A sa belle-fille Charlotte Brabantine, elle écrit avec tendresse comme l’indique la salutation de la lettre qu’elle lui adresse à la naissance de son premier enfant : « Ma fille, un fils, j’en pleure de joie 35 ! » Quant à son beau-fils, Claude de la Tremoïlle, Louise de Coligny renforce une relation familière et maternelle avec lui en le taquinant : « aimez votre pauvre mère et vous souvenz d’elle en son absence, autrement Dieu vous punira 36. »

  • 37 A Charlotte-Brabantine, 25 février 1618, Marchegay 310.
  • 38 Au vicomte de Turenne, 19 avril 1591, Marchegay 84.
  • 39 A Charlotte-Brabantine, vers le 4 novembre 1598, Marchegay 140.

13Il lui arrive aussi d’anticiper et de diriger la lecture. A Charlotte-Brabantine elle écrit : « Madame ma fille, vous êtes de si bon naturel que je sais que vous aurez autant de déplaisir à lire les nouvelles que vous apprendrez par cette lettre comme j’en ai en vous les écrivant 37. » Au vicomte de Turenne : « [C]’est seul votre bel esprit et non ce papier qui vous peut représenter le contentement que j’ai reçu voyant de vos bonnes lettres 38. » Quand elle transmet au duc de la Tremoïlle le message que le roi veut absolument qu’il se rende à la Cour, elle accompagne la lettre qu’elle écrit au duc d’une deuxième à sa belle-fille Charlotte-Brabantine pour s’assurer que son époux prendra au sérieux celle qu’il recevra : « Chère fille […] j’ai estimé vous devoir envoyer [ce laquais] afin que M. de la Tremoille fût d’autant mieux éclairci, par la lettre que je lui envoie, de l’intention du Roy. Sa présence icy lui servira plus que chose du monde 39. »

  • 40 Exemples : la lettre qu’elle écrit à son beau-frère Jean de Nassau après son mariage à Guillaume d’ (...)
  • 41 A Anne de Montmorency, 2 janvier 1603, Marchegay 220.
  • 42 A Marie de Nassau, 2 juin 1590, Marchegay 51.
  • 43 A Guillaume-Louis de Nassau, 10 décembre 1594, Marchegay 119.
  • 44 A Charlotte-Brabantine, vers le 5 mars 1603, Marchegay 203.

14À une époque où le voyage était difficile et lent, la lettre pouvait carrément remplacer celui qui l’envoyait afin de renforcer les relations entre les deux personnes. Chez Louise de Coligny on trouve plusieurs de ces « actes de présence » sous forme de lettres. En fait, la plupart des lettres communiquent cette intention, ne soit-ce que dans la salutation ou la conclusion 40. Elle décrit sa lecture d’un tel message dans une lettre au connétable Anne de Montmorency : « Monsieur, j’ay reçu [… la lettre] qu’il vous a plu m’écrire […], étant très contente d’y reconnaître les témoignages de la continuation de votre amitié 41. » Nous pouvons constater l’importance de cet aspect de l’épistolaire quand Louise de Coligny écrit à sa belle-fille Marie de Nassau : « bien que j’eusse appris ces nouvelles de plusieurs endroits, si est-ce que vos lettres m’ont plus contentée que tout ce que j’en avois appris ailleurs 42. » Quand elle demande à son neveu Guillaume de rappeler à son beau-fils Maurice de Nassau l’impact que ses lettres aura auprès d’Henri IV, elle cite les paroles mêmes du roi : « Car Sa Majesté m’a dit plusieurs fois : ‘Si votre beau-fils m’écrivoit et me mandoit en quoi il a besoin de mon assistance, je ferois plus pour lui et ajouterais plus de foi à ce qu’il m’écriroit qu’à tout ce que j’apprends d’ailleurs’43. » Mais elle désespère de Maurice et de son propre fils Fréderik-Henri, qui ne veulent pas comprendre l’effet d’une lettre auprès du lecteur : « Certes il ne se peut rien voir de plus paresseux à écrire qu’ils sont, et demeurent toujours en ces belles maximes : qu’il n’y a rien au monde de plus inutile ; que vous savez bien qu’ils vous aiment et qu’ils sont à votre service ; que c’est tout ce que peut représenter leurs lettres. Ils me font mourir quand ils se mettent sur ces opiniâtretés-là 44. »

  • 45 A François Hotman, 11 novembre 1585, Marchegay 24. Une lettre écrite par Buzenval, ambassadeur en F (...)
  • 46 A Maurice de Nassau, 4 octobre 1594, Marchegay 114.
  • 47 A Turenne, 30 novembre 1590, Marchegay 65.
  • 48 Au vicomte de Turenne, 16 mars 1591, Marchegay 79.
  • 49 Au duc de Bouillon, 1er septembre 1603, Marchegay 214.
  • 50 Fragment à Charlotte-Brabantine, 12 février 1609, Marchegay 253-256

15Dans le réseau complexe qui lie Louise de Coligny à son entourage, les lettres ont très souvent un lectorat plus étendu que celui auquel elles sont adressées. Il ne s’agit pas d’une lecture de salon, mais plutôt d’une utilisation pratique des renseignements fournis par ces lettres ou d’une persuasion par plusieurs voix. Louise de Coligny a su créer et maintenir son influence en recevant et en envoyant aux autres des lettres ou des copies de lettres destinées à autrui, souvent après les avoir lues et commentées elle-même. Cette multiplicité de lectures et de voix est bien illustrée par une lettre qu’elle adresse à François Hotman en novembre 1585 à propos des relations entre la France, les Pays-Bas et l’Angleterre : « J’ai reçu des lettres de M. Wilbi [Willoughby] que j’envoie à M. Sidney. Vous les verrez s’il vous plaît, et prendrez la peine comme je vous en prie […] d’en parler à Son Excellence [Leicester]. J’envoie même celui que M. de Wilbi m’a envoyée 45. » Quand elle veut convaincre Maurice de Nassau d’approver le mariage proposé entre Elizabeth de Nassau et le duc de Bouillon, elle lui envoye deux autres lettres qu’elle a déjà lues : « Vous verrez par les lettres du Roy et celles de monsieur de Montpensier comme c’est chose qu’ils désirent de moi et d’elle 46. » Au vicomte de Turenne, elle écrit : « Monsieur, soudain que j’eus reçu vos lettres […] je les communiquai ici à ceux que je reconnais être serviteurs du Roy [Henri IV], lesquels furent d’avis […] que j’envoyasse vosdites lettres à Monsieur le comte de Nassau mon beau-fils 47. » C’est en transmettant avec commentaire ces messages qu’elle reçoit que Louise de Coligny s’est établie comme intermédiaire. Comme elle écrit à Turenne : « vous avez fait entendre au Roy que j’étois ici en quelque chose utile pour son service […] pour recevoir ici et vous envoyer les commendements qu’il lui plaira vous faire 48. » Le partage des lettres se voit également quand elle écrit au duc de Bouillon pendant la période d’hostilités entre celui-ci et Henri IV : « j’ai été bien étonnée de voir une lettre que ledit sieur de Dommarville m’a fait voir par laquelle je vois que l’on vous a conté une histoire autrement qu’elle n’a passé 49. » Ses propres lettres sont partagées et citées de la même manière, comme on le voit dans la correspondance de ses filles, et aussi par un fragment d’une lettre à sa belle-fille Charlotte-Brabantine qui a été retrouvé dans une lettre que celle-ci avait reçue de la duchesse de Rohan 50.

16Pour Louise de Coligny donc, l’épistolaire est de loin sa lecture préférée et c’est une lecture active et multiple. L’accès à la lecture lui a permis de maintenir des liens actifs avec des personnes dont elle était souvent éloignée. La composition de lettres selon le lectorat visé, ainsi que la réception et la distribution de lettres lues et commentées, lui ont permis d’agir tant au sein de sa famille qu’aux plans national et international.

Notes

1 A Charlotte-Brabantine, 22 juin 1609, dans Louise de Coligny, Correspondance de Louise de Coligny, Paul Alexandre Marchegay (éd.), Genève, Slatkine, 1970, réimpr. de l’édition de Paris, Corbeil, 1887, p. 260. Ayant examiné une centaine de ses lettres manuscrites, j’ai pu constater que cette édition respecte tout dans le texte sauf l’orthographe (modernisé) et le format en paragraphes. Les références aux lettres de Louise de Coligny sont tirées de cette édition et seront indiquées dorénavant par la date suivie de la notation : Marchegay x.

2 Au duc de la Tremoïlle, 25 octobre 1603, Marchegay 199.

3 Kristen Neuschel, Word of Honor : Interpreting Noble Culture in Sixteenth-Century France, Ithaca and London, Cornell University Press, 1989.

4 Cf. Giles Constable, Letters and Letter Collections, Turnhout, Brepols, 1976 ; Marc Fumaroli, « Genèse de l’épistolographie classique : rhétorique humaniste de la lettre, de Pétrarque à Juste Lipse », Revue d’histoire littéraire de la France 78, 1978, p. 886-905 et Judith Rice Henderson, « Erasmus on the art of letter-writing », James J. Murphy (dir.), Renaissance Eloquence : Studies in the Theory and Practice of Renaissance Rhetoric, Berkeley, University of California Press, 1983, p. 331-355.

5 Jules Delaborde, Louise de Coligny, princesse d’Orange, Genève, Slatkine, 1970, 2 t. en 1, réimpr. de l’édition de Paris, 1890, I, p. et note 1. Il parait que le précepteur Legresle dont il est question dans le testament de Gaspard de Coligny était chargé de la formation des garçons, tandis que Charlotte de Laval s’occupait de celle de sa fille, procédure que suivrait Louise de Coligny avec ses propres belles-filles. Voir Evelyne Berriot-Salvadore, Les Femmes dans la Société Française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990, p. 61 et seq.

6 Natalie Zemon Davis, Les cultures de peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Marie-Noëlle Bouguet (trad.), Paris, Aubier-Montaigne, 1979, Ch. 3 « Les huguenotes » ; Berriot-Salvadore, op. cit., p. 61-73 et p. 120 ; Linda Timmermans, L’Accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993, p. 28-31 ; John Lee Thompson, John Calvin and the Daughters of Sarah : Women in Regular and Exceptional Roles in the Exegesis of Calvin, his Predecessors and his Contemporaries, Genève, Droz, 1992, surtout Ch. : « Women, adiaphora, polity and change ».

7 Parmi les femmes de la génération de sa mère : Charlotte de Laval, Jaqueline d’Entremonts (belle-mère de Louise), Jeanne d’Albret, Madeleine de Mailly et Eléonore de Roye. Parmi celles de sa propre génération : Catherine de Bourbon, sœur d’Henri IV, Charlotte de Boubon, Charlotte Duplessis-Mornay, et Catherine de Parthenay, duchesse de Rohan. Voir Nancy L. Roelker, « The appeal of Calvinism to French noblewomen in the sixteenth century », The Journal of Interdisciplinary History II (Spring 1972), p. 391-418 ; et « The role of noblewomen in the French Reformation », Archiv fur Reformations-geschichte, 63 (1972), p. 168-95. Cette culture est transmise à la génération suivante, chez les belles-filles de Louise de Coligny et chez Anne de Rohan. Louise de Coligny fréquentait également des femmes instruites catholiques à la cour des Valois avant 1572 : Catherine de Médicis, Marguerite de Valois, la maréchale de Retz, la duchesse de Nemours et la duchesse de Nevers. Elle a gardé un contact même affectueux avec celles qui étaient à la cour après son retour en 1593.

8 L’inventaire de la bibliothèque de la famille Orange-Nassau à l’époque où Louise de Coligny vivait à La Haye nous donne les titres des livres pieux et profanes auquels elle aurait eu accès, mais elle n’en parle pas. Voir A. D. Renting et J. T. C. Renting-Kuijpers, The Seventeenth-Century Orange-Nassau Library, Utrecht, HES, 1993. Quand elle est seule dans son « cabinet » au palais Noordeind à La Haye, c’est son « ouvrage » (c’est à dire de la broderie) qui lui tient compagnie, et non pas un livre.

9 KB 129 A 23. Cf. A.-G. van Hamel, « L’album de Louise de Coligny », Extrait de la Revue d’histoire littéraire de la France, avril-juin 1903, Paris, Armand Collin, 1903.

10 Paul Marchegay pense que ce poème est d’Anne de Rohan ; Léon Marlet n’est pas certain. Voir Marchegay 266, n. 1. Louise de Coligny essayait en vain d’arranger un mariage entre Anne de Rohan et son fils Fréderik-Henri.

11 A Charlotte-Brabantine, 22 février 1619, Marchegay 324. Marchegay pense que c’est la deuxième édition (Paris 1612) du livre de Pierre du Moulin, grand controversiste français, La Défence de la foi catholique.

12 A Philippe Duplessis-Mornay, juillet 1591, Marchegay 95.

13 A Charlotte-Brabantine, 9 avril 1608, Marchegay 240.

14 Renting et Renting-Kuijpers, op. cit., item 3443 (du Tronchet), items 3440 et 3444 (Pasquier).

15 Cf. Charmarie Jenkins Blaisdell, « Calvin’s letters to women : the courting of ladies in high places », Sixteenth Century Journal 13 mars (1982), p. 67-84, and « Calvin’s and Loyola’s letters to women : politics and spiritual counsel in the sixteenth century », in Calviniana : Ideas and Influence of Jean Calvin, Schmucker Robert V. (dir.), Kirksville, MO., Sixteenth Century Journal Publishers, 1988, p. 235-54.

16 A Charlotte-Brabantine, 23 septembre 1615, Marchegay 295.

17 A Charlotte-Brabantine, 28 janvier 1601, Marchegay 176.

18 A Maurice de Nassau, 10 septembre 1594, Marchegay 112.

19 A Charlotte-Brabantine, 12 février 1609, Marchegay 255.

20 A Maurice de Nassau, 10 septembre 1594, Marchegay 112.

21 A Charlotte-Brabantine, 29 octobre 1599, Marchegay 163.

22 Claudio Guillén, « Notes towards the Study of the Renaissance Letter », dans Barbara Kiefer Lewalski (dir.), Renaissance Genres, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1986, p. 78.

23 Aux États d’Utrecht, 11 avril 1597, Marchegay 129. Voir la lettre du 15 novembre où elle fait la demande, Marchegay 125.

24 A Charlotte-Brabantine, 25 juillet 1601, Marchegay 184.

25 A Guillaume-Louis de Nassau, 27 avril 1615, Marchegay 289.

26 A Charlotte-Brabantine, 27 août 1601, Marchegay 191-2. Voir aussi Marchegay 178-81, 195-7.

27 Erasmus, « epistola absentium amicorum quasi mutuus sermo », De conscribendis epistolis, K. Smolak (éd.), Darmstadt, 1980, p. 44. Voir Guillén, op. cit., p. 77-9 et Henderson, op. cit., p. 336-7 et note 11 ; p. 340-1 et note 20 ; p. 345. A souligner pourtant que dans les ouvrages théoriques, que ce soit de l’Antiquité, du Moyen-Age ou de la Renaissance, ces amis sont masculins.

28 Au vicomte de Turenne, 12 novembre 1590, Marchegay 59-60.

29 Voir Henderson, op. cit., p. 353. Elle cite Érasme, Opus de conscribendis epistolis. Cf. Guillén, op. cit., p. 84.

30 C’est à souligner que, tout en étant tout à fait consciente de son rang, elle n’était pas aussi tenue aux règles de l’honneur que les hommes de son entourage. Elle pouvait contrefaire l’abaissement aussi bien que se dispenser des règles de l’épistolaire ; elle pouvait également respecter ces règles et exiger le respect dû à son rang. Pour une discussion de l’honneur chez les hommes, voir Neuschel, op. cit., p. x et 127 : « The ritualized exchange of courtesy in all nobles’letters effectively sustained their honor. »

31 A Jean de Nassau, 5 septembre 1584, Marchegay 8-9.

32 A Scaliger, 9 janvier 1593, Marchegay 98-9.

33 Au vicomte de Turenne, 12 novembre 1590, Marchegay 59.

34 Au duc de Bouillon, 1er septembre 1603, Marchegay 214-5. Elizabeth de Bouillon écrit à sa sœur Charlotte-Brabantine de Nassau que c’est « Madame ma belle-mère [Louise de Coligny] qui a conduit tout cecy », c’est à dire les arrangements pour la réconcilliation du duc avec Henri IV. Delaborde, op. cit., II, p. 94.

35 A Charlotte-Brabantine, 31 décembre 1598, Marchegay 145.

36 Au duc Claude de la Tremoïlle, 25 octobre 1602, Marchegay 220.

37 A Charlotte-Brabantine, 25 février 1618, Marchegay 310.

38 Au vicomte de Turenne, 19 avril 1591, Marchegay 84.

39 A Charlotte-Brabantine, vers le 4 novembre 1598, Marchegay 140.

40 Exemples : la lettre qu’elle écrit à son beau-frère Jean de Nassau après son mariage à Guillaume d’Orange : A Jean de Nassau, 12 juillet 1583, Marchegay 5 ; ainsi qu’une lettre écrite à Élizabeth d’Angleterre : A la reine d’Angleterre, fin de juillet 1598, Marchegay 137.

41 A Anne de Montmorency, 2 janvier 1603, Marchegay 220.

42 A Marie de Nassau, 2 juin 1590, Marchegay 51.

43 A Guillaume-Louis de Nassau, 10 décembre 1594, Marchegay 119.

44 A Charlotte-Brabantine, vers le 5 mars 1603, Marchegay 203.

45 A François Hotman, 11 novembre 1585, Marchegay 24. Une lettre écrite par Buzenval, ambassadeur en France pour les Pays-Bas, à Duplessis-Mornay, 10 mai 1598, est typique de cette activité : « Les advis et lettres, que nous avons ici trouvés des Pays Bas, nous menacent de quelques esmotions en quelques endroicts […]. J’ai leur response de ce que j’avois escrit à M. de Bouillon, sur vostre affaire, quand je partis de Saumur. Je vous envoye sa lettre mesmes. Madame la princesse d’Orange [Louise de Coligny] m’escrit qu’elle sçait de bon lieu que vous en sortirés avec vostre honneur bientost. » François Hotman, Mémoires et correspondance, A. D. de la Fontenelle de Vaudoré et P. R. Auguis (éd.), Genève, Slatkine, 1969, réimpr. de l’édition de Paris : Treuttel el-würtz, 1825-25, t. VII, p. 502-3.

46 A Maurice de Nassau, 4 octobre 1594, Marchegay 114.

47 A Turenne, 30 novembre 1590, Marchegay 65.

48 Au vicomte de Turenne, 16 mars 1591, Marchegay 79.

49 Au duc de Bouillon, 1er septembre 1603, Marchegay 214.

50 Fragment à Charlotte-Brabantine, 12 février 1609, Marchegay 253-256

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540