Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. La dynamique intertextuelle

Lectrices de Rousseau dans la querelle des dames (1786-1801)

Huguette Krief

Texte intégral

  • 1 Madame la Marquise du Deffand à M. de Voltaire, Lettre d’avril 1772, dans Correspondance complète d (...)
  • 2 Gita May, De Jean-Jacques Rousseau à Madame Roland, Essai sur la sensibilité préromantique et révol (...)
  • 3 Lettres de Madame Roland, Nouvelle série, (1767-1780), Paris, éd. Cl. Perroud, 1913, Lettre du 12 f (...)

1La coste cadet en 1744 conduit un plaidoyer en faveur du sexe féminin, intitulé « Supériorité des Dames sur les Hommes » et voit le poids de leur manque de culture sur leur condition. Madame du Deffand, convaincue que l’automate humain se développe grâce aux sens et aux acquisitions de l’expérience rend clairement son éducation responsable de son manque de goût pour les sciences 1. Si l’acquis prime sur la nature et le tempérament, le « génie » propre à chacune serait par conséquent le résultat conjugué d’une formation et de talents individuels. Mais l’appropriation du savoir se fonde durant le siècle sur une démarche féminine personnelle : cette culture sauvage, en ce sens qu’elle varie au gré des ouvrages procurés, devient encyclopédique par le nombre impressionnant d’ouvrages lus. Gita May a établi l’éducation autodidacte de Manon Roland 2 et sa passion dévorante pour la lecture. La future girondine confie dans sa correspondance de jeunesse les inquiétudes manifestées par une veuve dévote, madame de Boismorel, exhortant monsieur Phlipon son père à la préserver « avec soin » des livres, « de tout ce qui pourrait affaiblir dans (son) esprit les principes de religion, déclamant contre J. J. qu’elle n’aime point, et contre Voltaire qu’elle abhorre3

  • 4 A consulter, l’article de Daniel Mornet, « Les Enseignements des bibliothèques privées (1750-1780), (...)
  • 5 Lettres de Madame Roland, Nouvelle série, op. cit., t. II, p. 179.
  • 6 Riballier et Mlle Cosson, L’Education physique et morale des femmes, avec une notice alphabétique d (...)

2Il est connu que Jean-Jacques Rousseau a exercé une influence considérable sur le second dix-huitième siècle. Son empreinte se fait sentir de la littérature à la morale et à la politique. Bien qu’il se situe en marge du parti philosophique des Lumières, ses ouvrages se trouvent dans toutes les bibliothèques éclairées 4. Même si la marquise du Deffand ne cesse de le combattre dans sa correspondance, parler de La Nouvelle Héloïse, de l’Emile ou des Lettres de la montagne devient à coup sûr un signe de culture. Manon Roland à qui un certain Moré, compatriote de Rousseau, offre en 1778 une édition complète des œuvres du Citoyen de Genève, se plaît à confier dans ses lettres son plaisir de jeune lectrice : « Avoir tout Rousseau en sa possession », avoue-t-elle, est une source infinie d’émotions, « pouvoir le consulter sans cesse, s’éclairer et s’élever avec lui dans tous les moments de la vie, c’est un délice, une félicité qu’on ne peut bien goûter qu’en l’adorant comme je le fais 5 ». Avec une fidélité constante, certaines femmes telles Marianne Latour de Franqueville s’empressent, comme tant de disciples, de soutenir le Genevois dans ses polémiques avec les philosophes des Lumières. Or, dans la querelle des dames qui sévit au cours du siècle et ne cesse de rebondir, les adversaires de l’émancipation féminine trouvent de nouveaux arguments dans l’œuvre de Rousseau. Il faudrait se demander si, aux abords de la Révolution française et dans l’entre-deux siècles qui voient se multiplier les ouvrages et les traités d’éducation, la fidélité à un Rousseau que le féministe Riballier traite de « célèbre Antagoniste des études et de l’éducation 6 », n’induit pas de répéter ce qu’il a prévu pour la femme dans Emile. Attachées à la cause féminine, Madame Gacon-Dufour, romancière, et madame Clément-Hémery, femme de lettres, font face à une polémique qui remet en cause leur droit au savoir. Peuvent-elles revendiquer légitimement une lecture différente de Rousseau pour combattre des pamphlets d’inspiration rousseauiste ?

* * *

  • 7 Noël Parker, « La République des lettres et la validité du discours public », dans Jean-Jacques Rou (...)
  • 8 J. J Rousseau, Discours sur les sciences et les arts, dans Œuvres Complètes, Paris, NRF-Gallimard, (...)
  • 9 Le texte de J. J. Rousseau met l’accent sur le besoin pour l’artiste d’être reconnu et approuvé dan (...)
  • 10 A consulter l’article de Madelyn Gutwirth, « The Article ‘Genève’ quarrel and the reticence of Fren (...)

3Comme il n’est guère possible de dresser ici un tableau complet des stratégies argumentatives féminines, nous développerons surtout deux polémiques des années 1787 et 1801, différentes selon que l’auteur du pamphlet choisisse de dénoncer la corruption des sociétés humaines à cause de « l’ascendant des femmes » sur les arts et la culture ou qu’il voue les femmes à l’ignorance comme une condition nécessaire à leur vertu et à leurs fonctions privées naturelles. Héritier de Rousseau dont il se réclame, le chevalier de Feucher publie en 1786 les Réflexions d’un jeune homme dont la seconde partie porte le titre fort évocateur de « Dégradation de l’homme en société, ou essai sur la décadence du goût, des arts et des sciences ». La distance épistémologique adoptée par Rousseau envers la pratique littéraire des Lumières semblait effectivement faire du Discours sur les sciences et les arts un admirable réquisitoire contre la culture. Noël Parker a souligné la singularité du premier Discours qui met en perspective la déformation de la société par « excès de culture7 ». Une des causes actives de la corruption se manifeste dans « cette contrainte perpétuelle » de l’Art de plaire, cette conformité aux raffinements d’un siècle, car soulignait Rousseau « sans cesse la politesse exige, la bienséance ordonne 8 ». Le commerce du monde s’abîme dans la pédanterie, la pompe et « les dorures ». Le chevalier de Feucher a beau jeu de condamner après le citoyen de Genève les effets nocifs d’une culture qui dépend des applaudissements9 et des intérêts personnels. L’écrivain revêt sa démarche d’un caractère polémique certain, car il explique la corruption du goût et de la société par l’influence néfaste des femmes. Tout porte à penser que cette thèse découle de quelques-unes des idées fondamentales de Rousseau. A croire Marmontel et d’Alembert dans leurs réponses à la Lettre à l’Alembert, Rousseau a de façon particulièrement nette affirmé la culpabilité de la femme, dont le mode de vie est l’unique cause de la corruption civile : les femmes seraient tributaires du paraître, des plaisirs et des vanités mondaines 10. Pour des raisons d’opportunité, le chevalier de Feucher sollicite la Lettre à d’Alembert en la rangeant aux côtés du premier Discours sans chercher à comprendre les idées différentes qui les soutiennent. La Lettre à Mme D *** publiée en 1788 par le chevalier de Feucher précise et renforce son radicalisme :

  • 11 Voir l’excellente préface de Geneviève Fraisse, Opinions de femmes, de la veille au lendemain de la (...)

« Chez toutes les Nations qui commencent à s’illustrer, je voyais la femme comptée presque pour rien ; tandis que je la trouvais toujours figurante dans les malheurs, et la décadence des empires […]. Cette éternelle union de notre décadence et de votre pouvoir est désespérante 11. »

  • 12 Madame Gacon-Dufour, Mémoire pour le sexe féminin contre le sexe masculin, dans Opinions de femmes, (...)
  • 13 En particulier au Livre I, chapitre XXIV cité en note par Rousseau (Discours sur les sciences et le (...)
  • 14 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 20.
  • 15 La Bruyère, Les Caractères, éd. R. Garapon, Paris, Garnier, 1962, chap. « de la mode », 31 (V), p. (...)
  • 16 La Bruyère, op. cit., chap. « de la mode », 4 (1), p. 399.
  • 17 Se référer à l’étude de Louise Godard de Donville, « La Femme dans le discours sur la Mode », Trava (...)

4Marie-Armande Gacon-Dufour à qui s’adresse ce libelle, a fait paraître en 1787 une réponse au chevalier sous forme d’un Mémoire pour le sexe féminin contre le sexe masculin. L’originalité de son propos consiste à dénoncer les pièges d’une approche qui se réclame de Rousseau. En effet, cette femme de lettres n’hésite pas, dans la croisade qui cherche à combattre les ravages de l’Emile et de la Lettre à d’Alembert, à relever le contresens qui fait de l’auteur du premier Discours un banal détracteur du féminisme. Attribuer aux femmes l’origine du mal dont souffrent les sociétés humaines revient à ignorer les textes de Rousseau et à trahir sa pensée :« Combien il faut que le chevalier de Feucher soit injuste, ou faible d’instruction, ou grand déclamateur, pour avancer pareilles propositions, et pour les prêter à un grand homme afin de se donner plus de poids 12 ». Selon le chevalier, entrer dans le monde des arts et des lettres reviendrait à entrer dans un univers féminin au risque pour tous les hommes, artistes et philosophes, de perdre leur âme. Les ayant « louées, divinisées, consultées, n’étudiant, n’écrivant, n’inventant que pour (elles) », les hommes ne pourraient maintenir des valeurs réputées masculines dans un univers régenté par la civilité et le plaisir de plaire aux femmes. Il est vrai que le regret de l’austérité et de la frugalité romaine menait Rousseau à dénoncer les mœurs efféminées de ses contemporains. Toutefois, madame Gacon-Dufour ne croit pas que la thèse de la perversité féminine est postulée par l’écrivain. Selon elle, les références aux Hommes illustres de Plutarque ou aux Essais de Montaigne 13 entrent dans des considérations où prédomine l’opposition entre l’être et le paraître, la sincérité et la politesse. Que le costume du courtisan révèle sa dépravation n’implique pas, dans l’argumentation du premier Discours, une spécificité féminine dans son origine. La démonstration du chevalier Feucher s’apparenterait plutôt à la vision donnée par des opuscules anciens et des traités classiques qui, aux dires de son adversaire, « se sont déchaînés 14 » contre les femmes. Le passage de l’esthétique à la morale n’est pas nouveau. La Bruyère auquel l’auteur du Mémoire pour le sexe féminin fait allusion, décrit dans un chapitre qu’il consacre à la mode l’impossibilité d’être fidèle à soi-même dans une société soumise aux « légères et frivoles circonstances du temps 15 ». La mode s’exprime tant pour les parures, les vers, l’éloquence de la chaire que pour le commandement des armées 16. Mais à en croire les Caractères, hommes et femmes subissent au même titre cette corruption. Il faudrait se référer à certains textes du xviie siècle inspirés du De Habitu de Tertullien 17 pour rencontrer l’illustration d’un pouvoir féminin sur les modes entraînant la chute des hommes au regard de la religion et de la morale. Madame Gacon-Dufour a cœur de démontrer, textes à l’appui, que la théorie rousseauiste de la corruption humaine est bien au centre du débat, mais que le chevalier de Feucher réduit la dégradation morale et politique des sociétés humaines au seul article du pouvoir public et culturel des femmes. Selon elle, il ne fait nul départ entre le devenir collectif du genre humain en étroite corrélation avec le développement « des lumières de l’homme » et certaines théodicées traditionnelles qui permettent de faire de la femme une coupable par nature. Il cueille des phrases du second Discours et en fausse le sens. Ne commet-il pas une infidélité à Rousseau en lui attribuant une fatalité historique dans l’ordre des sexes ? L’erreur, en matière de spéculation historique, devient inévitable, car il existe nécessairement des modèles de per féminins pour le réfuter :

  • 18 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 41.

« Je ne parlerai ni de notre enthousiasme pour l’héroïsme, que nous sentons autant que les hommes, ni notre amour pour la gloire, ni notre généreux dévouement pour des maris à qui nous supposons plus de mérite qu’à nous, et dont nous croyons la vie plus utile que la nôtre : je ne citerai ni Constance Cezelly, de Montpellier, qui défendit Leucate, après la prise de son mari, et qu’Henri IV fit gouvernante de cette place 18 ».

  • 19 Madame Gacon-Dufour, ibid., p. 32.
  • 20 Sans elle, « les hommes n’eussent jamais été que des monstres », J. J Rousseau, Discours sur l’inég (...)
  • 21 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 37.
  • 22 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 28.
  • 23 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 37
  • 24 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 41.
  • 25 J. J. Rousseau, La Nouvelle Héloïse, IIe partie, Lettre VII, OC II, Pléiade, p. 128.

5La mémoire historique n’est pas seulement pour madame Gacon-Dufour un rappel du passé, elle devient une appropriation nécessaire à des êtres séparés de leur propre vérité, car elle ouvre la voie de la réhabilitation féminine. La romancière soumet le réquisitoire du chevalier de Feucher à une confrontation avec les sources et invite le polémiste à redécouvrir le vrai sens des textes, en montrant que nul sexe n’est en droit de revendiquer la possession exclusive des vertus naturelles : « Ces qualités nous étaient accordées par J.-J. Rousseau, de l’autorité duquel il s’appuie : qu’il consulte dans son Emile ; il verra ce que Jean-Jacques dit en parlant de Sophie 19 ». A son avis, les écrits de Rousseau cités à l’appui sont altérés, pris dans « un chaos » partisan, ce qui fait habilement écho au dégoût de Rousseau face aux interprétations erronées de son œuvre. Scrutant de près l’Emile pour réhabiliter la vertu des femmes, accusées d’être les instigatrices de tous les vices, elle insiste sur l’aspect négatif et primordial de la séduction masculine pour les corrompre. L’essentiel est tout d’abord d’identifier la bonté de la femme naturelle dans l’innocence de la petite fille, la pudeur spontanée de l’adolescence et la pitié de la femme. Madame Gacon-Dufour tient de Rousseau que la compassion fonde les vertus sociales 20, de ce fait elle insistera sur l’attitude charitable et la sincérité émouvante de Sophie. Son expérience de vie est l’ultime argument dont elle dispose pour prouver que la femme ne souffre d’aucune corruption de l’âme 21, que ses premiers mouvements sont droits : « Jusqu’à quinze ans […] nous avons été absolument incapables de passions, de défauts et de vices 22 ». Démarquant Rousseau, madame Gacon-Dufour démontre longuement que la conscience de la femme est soustraite aux tentations comme aux passions jusqu’au moment où le milieu social intervient par ses effets pervers et perturbateurs. A ce point de son évolution, la valeur féminine se mesure à sa résistance et à sa volonté vertueuse. L’auteur du Manifeste reste dans l’esprit de la Nouvelle Héloïse quand elle fait l’éloge des triomphes de la vertu féminine et qu’elle développe l’idée que sa liberté d’être moral se construit dans un combat permanent contre les tentations. Une telle observation sur les vertus naturelles de la femme et les raisons de sa chute aurait demandé de la sincérité et du discernement dans le discours moral, qualités que madame Gacon-Dufour ne reconnaît pas au chevalier de Feucher : « il n’eût point avancé et prêté à Jean-Jacques Rousseau, un peu meilleur observateur que lui, un paradoxe aussi absurde que celui qu’il a avancé et qu’il lui a prêté 23 ». Lorsqu’elle stigmatise les hommes qui se livrent au libertinage, il lui est aisé d’ironiser et de prouver que sans hommes il n’y aurait pas de défaillance ni d’adultère. « Or, si nous sommes séduites, c’est la faute de ces hommes qui nous attaquent ; c’est la faute de nos maris, qui ne sont plus les mêmes à notre égard, qui nous abandonnent et nous laissent seules : la corruption de nos mœurs est donc la faute des hommes 24 ». Madame Gacon-Dufour retrouve les accents passionnés de Julie qui évoquait les « infortunes » liées à la condition des femmes dans une lettre adressée à St Preux. Julie y déplorait l’état habituel des filles qui est de « passe (r) ainsi ses beaux jours sous le tirannie des bienséances, qu’aggrave enfin celle des parens dans un lien mal assorti 25 ». Le discours de la romancière rejoint la révolte de l’héroïne, lorsqu’il dénonce une société qui ôte les droits de la femme sur elle-même et substitue la volonté du père à la sienne :

  • 26 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 38.

« A vingt ans on nous marie, nos pères, plus que nos mères, décident que nous devons prendre tel ou tel homme qu’ils nous donnent […]. Rarement nos mères nous y contraignent, parce qu’ayant souvent été contraintes, elles connaissent tous les dangers, tous les malheurs d’un mariage contracté sans penchant, d’un mariage forcé ; […] de cette sorte la corruption, le mal qui se trouvent dans les mariages est encore causé par les hommes 26. »

6Parmi les faits contingents responsables de la corruption féminine, le rôle des hommes dans l’éducation des filles et l’infléchissement des mœurs est sévèrement incriminé par madame Gacon-Dufour dont la démarche ressortit à une passion de la vérité, bien proche de celle qui animait Rousseau. Sa conception herméneutique de la lecture est liée à une volonté de poser son analyse en termes d’être et d’apparence, de vérité et de mensonge.

* * *

  • 27 Albertine Clément-Hémery rend un hommage appuyé à madame Gacon-Dufour dans la note finale de son te (...)
  • 28 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 38.
  • 29 Ce thème développé au tome X de l’Histoire Générale des Voyages de Prévost est repris par Rousseau (...)
  • 30 Sur ce point, Rousseau avance l’hypothèse que « cette cruauté vient de leurs aliments », Emile, liv (...)
  • 31 Albertine Clément-Hémery, Les Femmes vengées […], op. cit., p. 83.

7Toute la stratégie du chevalier de Feucher, adversaire de l’émancipation féminine, présuppose l’idée arrêtée, rarement explicitée, de l’utile ignorance des femmes. Cet argument qui est à l’état d’implicite dans les deux pamphlets du Chevalier trouve une formulation au moment où Sylvain Maréchal fait valoir dans un Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes (1801), le profit qu’apporte à la société l’absence d’instruction féminine. Chantre de la cause athée avec Le code d’une société d’hommes sans dieu (1797), un Dictionnaire des athées publié par Lalande en 1800 et Pour ou contre la Bible (1801), ce philosophe babouviste, reconnu comme l’un des esprits les plus audacieux des Hautes-Lumières, postule de manière très polémique que la nécessité de l’ordre social au lendemain de Révolution conduit à cette réforme de l’éducation. Son projet de loi consiste précisément à extraire des textes antiques et modernes, sous forme de sentences, nombre de vérités misogynes. Madame Gacon-Dufour, amie de Sylvain Maréchal, tente de sauver la réputation de l’écrivain en considérant son texte comme une plaisanterie, mais elle prend la peine de réfuter cet écrit pas à pas dans une réponse intitulée Contre le projet de S*M*(1801). Dans le même temps, Albertine Clément-Hémery publie un pamphlet virulent à l’adresse de Sylvain Maréchal 27, Les Femmes vengées de la sottise d’un philosophe d’un jour (1801). A un moment de l’Histoire où l’Etat porte le débat sur l’instruction publique, l’auteur du projet contre la lecture raye, d’un trait de plume rousseauiste, toute idée de progrès et de régénération des femmes dans la société nouvelle, issue de la chute de l’Ancien Régime. La fiction d’état de nature ne tarde pas à apparaître pour confirmer que le savoir des femmes est un mal particulier dont on peut essayer de délivrer la société. Sylvain Maréchal se couvre de l’autorité de Rousseau en assimilant l’état de nature au temps heureux de l’innocence et de la parfaite ignorance féminine :« l’amour honnête, le chaste hymen, la tendresse maternelle, la piété filiale, la reconnaissance des bienfaits. etc. sont antérieurs à l’invention de l’alphabet et de l’écriture, et à l’étude des langues ; ont subsisté et peuvent encore subsister sans elles 28 ». Madame Clément-Hémery lutte contre cette idée de deux manières : premièrement par la critique d’un optimisme rassurant qui masque les vraies réalités du monde naturel. De sérieuses réserves sont formulées sur le champ d’observation de Sylvain Maréchal. Les réalités évoquées dans les notes du Discours sur les causes et les fondements de l’inégalité parmi les hommes conforteraient un point de vue unique. Or, la relation de voyage de Dapper vient contredire l’image idéalisée d’un monde sauvage, innocent et accueillant, fondée sur la douceur des Banians 29 ou le bonheur des Caraïbes vivant dans une immédiateté définie par Du Tertre. Des pratiques cruelles 30, contraires à cet idéal primitif, infirment le modèle social de Sylvain Maréchal, dont la base n’est plus tant inébranlable : « En remontant à l’état primitif, on verra que l’ignorance a causé les plus grand maux ; lisez ce que Dapper dit des Anxicos : ‘Le père se repaît de la chair de son fils, les frères et les sœurs se mangent, et la mère se nourrit sans horreur de l’enfant qui vient de naître’. Il est vrai que ce peuple ne connaît que les lois de la nature, et qu’il ignore l’existence de l’alphabet 31 ». De plus, le retour aux origines est rendu impossible dans la logique rousseauiste, vu les circonstances extérieures à l’homme et les « funestes lumières » qui ont précipité l’évolution des sociétés humaines. C’est le second argument : si la société est naturelle à l’espèce humaine comme la décrépitude à l’homme, alors rien ne peut s’opposer à cette « généalogie du mal ». L’optimisme anthropologique que Sylvain Maréchal partage avec Rousseau ne peut faire l’économie de son pessimisme historique. Il y a donc là une contradiction que Madame Clément-Hémery s’empresse de relever.

  • 32 J.-J. Rousseau, Emile, OC IV, Pléiade, p. 708 : « Quoiqu’en disent les plaisants, le bon sens est é (...)
  • 33 L’Ami du beau sexe ou Nouvelles réflexions sur l’influence des femmes dans la société et sur leur é (...)

8En réaction, la pensée des Lumières toute entière tournée vers le progrès demeure le fond de l’argumentation féministe de la période : ainsi, à partir des thèses d’Helvétius, l’auteur des Femmes vengées déduit-elle que la lecture est un des moyens d’éduquer la femme et de contrarier le déterminisme social dont elle est victime. Madame Gacon-Dufour porte la dissociation nature/culture à son comble : en effet, si la nature de la femme hérite d’« un bon sens » également réparti entre les sexes, et le livre V 32 de l’Emile en donne la preuve, alors seule l’ignorance forge son malheur. L’argumentation n’est pas nouvelle, mais cette femme de lettres pousse la réflexion sur la lecture jusqu’à son terme, en faisant passer la question féminine d’un plan anthropologique dans lequel l’ont enclose les pamphlétaires rousseauistes à un plan strictement civil. Au centre de l’ordre juridique nouvellement installé par la Déclaration des droits, le femme a la pleine responsabilité de son rôle dans la république. La lecture est une condition de l’émergence de vertus morales, nécessaires au progrès et à la laïcisation républicaine de la société. L’ignorance est la vraie source du mal des sociétés corrompues, mais d’un mal qui n’est pas inscrit dans la nature féminine. La tactique devient évidente : métamorphoser la femme pour en faire non pas une femme précieuse, mais une citoyenne dont l’instruction est le fondement de ses vertus domestiques et sociales 33, programme fort rousseauiste. L’exigence de l’ordre social s’accompagne de la nécessité de repenser l’éducation en terme de bien commun. La cité reprend à son compte l’enseignement pour le canaliser et l’ancrer dans les valeurs républicaines. Le processus qu’a engagé la Révolution depuis le 9 Thermidor An II confirme la redéfinition d’une société qui doit demeurer éloignée de la « superstition ». L’instruction des filles ainsi conçue est une réponse à l’éducation religieuse de l’Ancien Régime, transformée très vite en zèle puis en dévotion fanatique. Madame Gacon-Dufour, en femme de lettres « éclairée », poursuit le combat de la république contre le poids de l’Eglise sur l’éducation.

  • 34 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 22.

« C’est en lisant de bons ouvrages que les femmes douées (ne vous en déplaise) d’une solide raison, se sont convaincues qu’il était inutile pour être une épouse vertueuse, et mère tendre, de jeûner un quart de l’année, d’en passer le second dans les temples, et le troisième à ne rien faire. Si les femmes n’eussent pas su lire, la superstition les maîtriserait encore ainsi que leurs enfants. Leurs pères retour aux préjugés de l’enfance, feraient retentir les voûtes des temples (qui seraient encore tous existans) d’anathèmes contre les philosophes et les fondateurs de la république 34. »

  • 35 Catalini précise que l’athéisme est « une mine destinée à renverser lentement l’ordre social », L’A (...)
  • 36 J. J Rousseau, Lettre à M. d’Alembert sur son article Genève, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, p. 5 (...)
  • 37 La laïcité des propos de madame Gacon-Dufour ne fait aucun doute. Elle refuse le message tant les p (...)

9Le livre est un instrument essentiel à la réflexion critique et à la résistance aux pressions extérieures. Les certitudes religieuses enseignées par les prêtres s’éclipsent au profit d’un amour de la patrie qui garantit l’harmonie de la cité. La revendication de la raison pour accéder à des vertus civiques contraste avec l’acceptation naïve des vérités religieuses sous l’Ancien Régime. Le scepticisme professé par madame Gacon-Dufour est toutefois considéré comme contraire à l’ordre social 35 défendu par le gouvernement, car il ouvre une voie vers l’athéisme. La Lettre à d’Alembert dont il est souvent question dans cette querelle des dames, stipulait que la raison peut fonder une croyance « paisible ». Cette religion natu, sans dogmes, partagée par les hommes de la Révolution était définie par Rousseau : « Je suis l’ami de toute religion paisible, où l’on sert l’Etre éternel selon la raison qu’il nous a donnée 36. » Or, la raison invoquée par Madame Gacon-Dufour est le fondement d’une pensée critique féminine, qui s’apparenterait plutôt à la définition qu’en donne Diderot dans l’article ‘Raison’ de l’Encyclopédie.Toutes les vérités morales de l’Ecriture, les explications des autorités de l’Eglise, mais encore les idées religieuses que Rousseau prévoyait d’enseigner aux petites filles sont soumises au tamis de la raison 37. L’auteur du Manifeste se situe très au-delà des thèses de l’Emile, en proclamant l’indépendance de la raison et de l’histoire des femmes vis-à-vis de la volonté de Dieu et des hommes.

  • 38 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 46.

10La singularité évidente du Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes est l’ardeur que manifeste Sylvain Maréchal à accuser la lecture de tous les maux. Les effets délétères sur les mœurs qu’il lui suppose, justifient la volonté de supprimer définitivement cet apprentissage pratique de la vie des femmes. Se réclamer du scepticisme de Rousseau envers les livres pour mettre en question la lecture au moment où le gouvernement soutient une réforme de l’instruction, légitime à ses yeux une éducation féminine sans « lumières ». Heureuses les femmes qui, comme Agnès, sont riches de leur ignorance ! Sylvain Maréchal enchérit de façon excessive sur les maximes d’Arnophle :« La raison veut que leurs maris soient les seuls livres de leurs femmes ; livres vivants, où jour et nuit elles doivent apprendre à lire leur destinées 38 ». Le programme du philosophe vise à laisser la femme, née à l’entendre pour plier sous le joug d’un époux, dans une ignorance qui éloigne d’elle toutes les passions dangereuses à son sexe. Pastiche d’une Sophie élevée pour Emile, la femme soumise de Sylvain Maréchal s’apparenterait à un être essentiellement agréable tel que définissait Rétif de la Bretonne ou que Laclos destinait dans son traité De l’éducation des femmes à devenir une « machine à plaisir » usant de ses atouts sexuels pour subjuguer l’homme et s’en faire respecter. Madame Gacon-Dufour s’insurge contre cet esclavage des corps qui réduirait le couple à un état bestial, alors que l’instruction est le limon d’une vie conjugale intelligente et vertueuse :

  • 39 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 16.

« Si l’instruction venait à être interdite aux femmes, combien les hommes seraient malheureux ! Semblables aux animaux à qui l’organe de la parole est refusé, ils ne considèreraient leurs compagnes que lorsque les besoins de la nature les rapprocheraient. […] Il vous faudra donc, dans les entr’actes de vos jouissances, aller, comme le taureau, ruminer dans la prairie, ou comme le chien fidèle à son maître, mais ingrat envers sa femelle, abandonner votre épouse ; car, n’en doutez pas, du moment où vous n’aurez d’autres jouissances avec votre compagne que celle de l’animal, tous les liens de la société seront rompus. 39 »

  • 40 Geneviève Fraisse montre comment la question des mœurs s’organise pour Germaine de Staël autour de (...)
  • 41 Mme de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne, Paris, Duchesne, 1752, t. II, p. 64. Il est à signaler (...)
  • 42 Albertine Clément Clément-Hémery, Les Femmes vengées, op. cit., p. 84.
  • 43 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 19.
  • 44 La bibliothèque de Julie renseigne sur la conception rousseauiste de l’éducation féminine, sur ses (...)
  • 45 Les titres d’ouvrages qu’énumère madame Gacon-Dufour renseigne sur ses goûts et sa bibliothèque. Il (...)
  • 46 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 28.
  • 47 D’Holbach exhorte les femmes à transformer par leur propre exemple les hommes et en faisant des cit (...)
  • 48 J.-J. Rousseau, Emile, OC, Pléiade, t. IV, p. 702.
  • 49 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 12.
  • 50 J.-J. Rousseau, Emile, OC, Pléiade, t. IV, p. 703.

11Il lui importe de montrer que l’ignorance féminine n’est pas le rempart contre la corruption de la société, mais bien l’initiatrice des mauvaises mœurs, contrairement à ce que veut faire croire Sylvain Maréchal. En remettant en question le rapport de la lecture au savoir et à la corruption morale, Mme de Staël saura tirer parti de la fin peu vertueuse de Sophie pour en accuser l’ignorance dans laquelle l’a maintenue Rousseau 40. L’oisiveté tant décriée par Rousseau et les moralistes, « les occupations puériles 41 » contre lesquelles tempêtait déjà l’héroïne de Madame de Graffigny dans les Lettres d’une Péruvienne condamnent la femme au libertinage et à la frivolité. Madame Clément-Hémery insiste sur le désordre des mœurs déclenché par ce statut féminin : « Le dérèglement des mœurs, le libertinage, sont les suites nécessaires de l’ignorance, de la légèreté, de la dissipation et de l’oisiveté où les femmes sont trop souvent plongées ». Elle reprend avec conviction le thème du droit des femmes à l’instruction en le couplant avec l’image rousseauiste de leur épanouissement moral, pour suggérer en conséquence l’influence des mères et des épouses vertueuses sur les mœurs de la cité :« Les femmes sont destinées à s’occuper des soins domestiques et de l’éducation de leurs enfants ; qu’elles leur inspirent donc de bonne heure les vertus qui serviront de base à leur félicité future 42 ». La lecture apparaît comme une expérience régénératrice par les réflexions qu’elle suscite dans l’esprit des lectrices. Madame Gacon-Dufour croit en la vertu de la mimétique d’un texte. Une jeune fille menée à réfléchir, grâce à une mère instruite, sur les images de « la vertu triomphant de la séduction 43 », sait se prémunir contre les attaques d’un « suborneur » et trouve la capacité de se conduire avec vertu en toutes occasions. Au delà d’un savoir-faire vertueux, topos éculé de la littérature romanesque des Lumières, la lecture engage une transformation en profondeur de l’âme sensible, éloignée de la mondanité et de l’hypocrisie sociale. A partir de sa propre lecture de l’Emileet de La Nouvelle Héloïse, Madame Gacon-Dufour soutient, à juste titre, que Rousseau censurait la lecture non pour l’exclure définitivement du traité pédagogique, mais pour contrôler la formation morale des femmes 44. Un apprentissage de la lecture, où lettres et sciences se complèteraient harmonieusement 45, forme les femmes à leurs devoirs d’épouses, de mères patriotiques et de nourrices « sans faste et sans orgueil 46 ». Madame Gacon-Dufour accorde à la femme le magistère des mœurs républicaines, après d’Holbach qui avait consacré l’un des chapitres du Système social ou Principes naturels de la morale et la politique (1773) 47 au rôle réformateur des femmes. Elle n’en fait pas seulement une citoyenne éclairée qui a le plaisir de cultiver « son esprit comme sa figure » ainsi que le suggérait Rousseau dans Emile48, elle souligne son rôle d’institutrice des futurs citoyens vertueux :« Une mère instruite inspirera à son fils l’amour de la patrie, l’observation exacte des devoirs de l’homme dans la société 49 ». Cette maîtrise de l’intime, bien définie au livre V de l’Emile, réserve à la femme instruite l’immense responsabilité d’assurer aux hommes « leurs mœurs, leurs passions, leurs goûts, leurs plaisirs, leur bonheur même 50 ». Toutefois ce savoir tant utile dans la sphère privée ne doit pas s’afficher publiquement : en conséquence, la distinction très rousseauiste entre « la femme bel esprit » ou « savante » et « la femme bien éduquée » se trouve également présente dans les écrits de madame Clément-Hémery et de madame Gacon-Dufour. Alors que la servitude de l’inculture est dénoncée par une somme d’arguments en faveur des femmes, la démarche des deux femmes de lettres n’échappe pas au paradoxe d’assujettir de nouveau le sexe féminin à la contrainte des bienséances et des interdits sociaux. A cette étape de leur discours, le droit au savoir trouve ses limites dans tous les attachements et les charges morales qui pèsent sur les femmes.

* * *

  • 51 Voir Georges Escoli, « Essai sur l’Histoire des idées féministes du xvie siècle à la Révolution », (...)
  • 52 Cette expression de Madame de Lambert, tirée de ses Réflexions nouvelles sur les femmes, permet de (...)
  • 53 Sylvain Maréchal, Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femme par S**M**, Paris, (...)
  • 54 Fénelon, De l’Education des filles, Amsterdam, 1754, p. 143.
  • 55 Sylvain Maréchal, Projet, op. cit., p. 54.

12Madame Gacon-Dufour et madame Clément-Hémery, pressées de répondre à ces pamphlets d’inspiration rousseauiste, usent de leur connaissance approfondie de l’œuvre du Genevois pour tirer argument des raisonnements de l’Emile, des deux Discours et des subtilités de La Nouvelle Héloïse. Julie et Sophie sont des archétypes de femmes dont elles tirent modèle pour les besoins de leur démonstration. Mais pour donner à leur raisonnement une véracité incontestable, elles se réfèrent à des femmes illustres de l’Histoire, dont les exemples abondent depuis les « galeries des femmes fortes 51 » parues au xviie siècle. La réfutation systématique à laquelle elles se livrent tend à condamner la subordination de la femme, en faveur de l’idée de son égale capacité intellectuelle. Mais, au cœur du débat sur la lecture surgit une opposition entre une liberté des femmes comprise comme un droit à une forte culture et un affranchissement à l’égard des préjugés sur leur « amour des Lettres 52 ». Nul n’a mieux su définir la visée du débat féministe de l’entre-deux siècles que Sylvain Maréchal, soucieux de refuser la présence des femmes dans l’espace des Belles Lettres. La dispute relative à la lecture laisse transparaître le véritable enjeu culturel, l’affirmation du droit à l’écriture et à la gloire littéraire. L’un des articles du Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes résume le passage de la soumission au droit de conquête des femmes : « Considérant combien la lecture est contagieuse. Sitôt qu’une femme ouvre un livre elle se croit en état d’en faire 53 ». L’entrée des femmes dans la vie publique est une transgression d’interdits moraux, selon les adversaires de l’émancipation féminine. En effet la citoyenne « éclairée » est la bonne gardienne des mœurs républicaines, tant qu’elle cultive en elle certaines vertus indispensables à l’ordre familial et à l’harmonie sociale, entre autres l’obéissance envers le père et l’amour respectueux pour le mari. S’évader de cet espace intime, « s’ériger en Fille savante 54 » comme le déplorait Fénelon, revient à emprunter les voies du libertinage. Lorsque la femme veut faire un usage public de ses talents, le parangon de vertu se métamorphose en courtisane sous la plume de Sylvain Maréchal : « La raison veut que désormais il soit permis aux courtisanes, seulement, d’être femmes de lettres, beaux esprits et virtuoses 55 ». Le commentaire ironique du polémiste relève plusieurs dangers : la lecture engendre l’illusion d’un savoir et se fait au prix de l’intégrité morale. La femme-auteur, ainsi suggérée dans cette analogie, consomme la Chute en espérant vivre le mystère de l’enthousiasme créateur.

  • 56 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 59.

13Les femmes de lettres, unies à Rousseau par de nombreuses affinités, trouvent la limite de leur attachement dans l’acquisition d’un savoir qu’elles ne veulent plus effacé et silencieux. Leur définition du bonheur ne se réduit pas à la sage vie en retrait qu’elles sont enclines à considérer comme un esclavage domestique. Madame Gacon-Dufour ose conclure : « ils n’auront besoin que d’une bonne servante qui les soigne, leur obéisse aveuglément, et qui ne s’occupe que de lire dans leurs yeux leurs moindres désirs 56 ». L’étude est une source infinie de bonheur, de réflexions, de création qu’aucune législation ne saurait interdire aux femmes. Les vers passionnés de l’Epître aux femmes que publie Constance de Salm en 1797 revendiquent ce droit au Parnasse :

  • 57 Constance de Salm, l’Epître aux femmes, dans Opinions de femmes, op. cit., p. 76.

« O Femmes, qui brûlez de l’ardeur qui m’anime,
Cessez donc d’étouffer un transport légitime ;
Les hommes vainement raisonnent sur nos goûts :
Ils ne peuvent juger ce qui se passe en nous.
Qu’ils dirigent l’Etat, que leurs bras le protège ;
Nous leur abandonnons ce noble privilège ;
Nous leur abandonnons le prix de la valeur ;
Mais les arts sont à tous ainsi que le bonheur 57. »

Notes

1 Madame la Marquise du Deffand à M. de Voltaire, Lettre d’avril 1772, dans Correspondance complète de la marquise du Deffand, par M. de Lescure, Genève, Slaktine reprints, 1971, t. II, p. 232.

2 Gita May, De Jean-Jacques Rousseau à Madame Roland, Essai sur la sensibilité préromantique et révolutionnaire, Genève, Droz, 1974.

3 Lettres de Madame Roland, Nouvelle série, (1767-1780), Paris, éd. Cl. Perroud, 1913, Lettre du 12 février 1777, t. II, p. 36.

4 A consulter, l’article de Daniel Mornet, « Les Enseignements des bibliothèques privées (1750-1780), Revue d’histoire littéraire de la France, 1910, XVIII.

5 Lettres de Madame Roland, Nouvelle série, op. cit., t. II, p. 179.

6 Riballier et Mlle Cosson, L’Education physique et morale des femmes, avec une notice alphabétique de celles qui se sont illustrées dans les différentes carrières, Paris, les Frères Estienne, 1779, p. 30.

7 Noël Parker, « La République des lettres et la validité du discours public », dans Jean-Jacques Rousseau et la lecture, dir. Tanguy Laminot, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 46.

8 J. J Rousseau, Discours sur les sciences et les arts, dans Œuvres Complètes, Paris, NRF-Gallimard, La Pléiade, 1964, t. III, p. 8.

9 Le texte de J. J. Rousseau met l’accent sur le besoin pour l’artiste d’être reconnu et approuvé dans ses choix esthétiques : « Tout artiste veut être applaudi. Les éloges de ses contemporains sont la plus précieuse de sa récompense », Discours sur les sciences et les arts, OC III, La Pléiade, p. 21.

10 A consulter l’article de Madelyn Gutwirth, « The Article ‘Genève’ quarrel and the reticence of French Enlightenment discourse on women in the public realm », Oxford, Voltaire Foundation, SVEC, 2001 : 12, p. 135-166.

11 Voir l’excellente préface de Geneviève Fraisse, Opinions de femmes, de la veille au lendemain de la révolution française, Paris, Côté-femmes éditions, 1989, locution citée, p. 10.

12 Madame Gacon-Dufour, Mémoire pour le sexe féminin contre le sexe masculin, dans Opinions de femmes, op. cit., p. 37.

13 En particulier au Livre I, chapitre XXIV cité en note par Rousseau (Discours sur les sciences et les arts, OCIII, p. 11) dans lequel Montaigne tient à démontrer que la vertu guerrière ne peut s’accommoder du savoir et des raffinements : « les exemples nous apprennent, et en cette martiale police [Sparte] et en toutes ses semblables, que l’estude des sciences amollit et effemine les courages plus qu’il ne les fermit et aguerrit. Je treuve Rome plus vaillant avant qu’elle feust sçavante ».

14 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 20.

15 La Bruyère, Les Caractères, éd. R. Garapon, Paris, Garnier, 1962, chap. « de la mode », 31 (V), p. 412.

16 La Bruyère, op. cit., chap. « de la mode », 4 (1), p. 399.

17 Se référer à l’étude de Louise Godard de Donville, « La Femme dans le discours sur la Mode », Travaux de Littérature publiés par l’Adirel, Paris, Les Belles Lettres, 1990, III, p. 420-424.

18 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 41.

19 Madame Gacon-Dufour, ibid., p. 32.

20 Sans elle, « les hommes n’eussent jamais été que des monstres », J. J Rousseau, Discours sur l’inégalité, OC III, La Pléiade, p. 155.

21 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 37.

22 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 28.

23 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 37

24 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 41.

25 J. J. Rousseau, La Nouvelle Héloïse, IIe partie, Lettre VII, OC II, Pléiade, p. 128.

26 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 38.

27 Albertine Clément-Hémery rend un hommage appuyé à madame Gacon-Dufour dans la note finale de son texte « Je viens d’apprendre avec satisfaction qu’une femme indignée comme moi, de la hardiesse de Monsieur S. M. lui avait répondu avec autant de jugement que d’esprit, dans Opinions de femmes, op. cit., p. 28.

28 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 38.

29 Ce thème développé au tome X de l’Histoire Générale des Voyages de Prévost est repris par Rousseau dans Emile : « Les Banians qui s’abstiennent de toute chair plus sévèrement que les Gaures sont presque aussi doux qu’eux ; mais comme leur morale est moins pure et leur culte moins raiso, ils ne sont pas si honnêtes gens », Emile, livre 2, OC IV, Pléiade, p. 411.

30 Sur ce point, Rousseau avance l’hypothèse que « cette cruauté vient de leurs aliments », Emile, livre 2, OC IV, p. 411.

31 Albertine Clément-Hémery, Les Femmes vengées […], op. cit., p. 83.

32 J.-J. Rousseau, Emile, OC IV, Pléiade, p. 708 : « Quoiqu’en disent les plaisants, le bon sens est également des deux sexes ».

33 L’Ami du beau sexe ou Nouvelles réflexions sur l’influence des femmes dans la société et sur leur éducation (1805), ouvrage de Vincenzo Catalani, récupère cette même argumentation aux fins d’intéresser le sage législateur à l’éducation des femmes, puisque « Les femmes, soit par nature, soit par les mœurs, ont la plus grande influence sur le cœur, sur les sentiments et dans les affaires » Vincenzo Catalini, L’Ami du beau sexe, Bourg-en-Bresse, Janinet, an III (1805), t. I, p. 13. Voir Anne Maria Rao, « L’Education du ‘beau sexe’ dans un texte italo-français de 1805 », Les Femmes et la Révolution française, éd. Marie-France Brive, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989, t. I, p. 458.

34 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 22.

35 Catalini précise que l’athéisme est « une mine destinée à renverser lentement l’ordre social », L’Ami du beau sexe, op. cit., t. I, p. 458.

36 J. J Rousseau, Lettre à M. d’Alembert sur son article Genève, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, p. 58-59.

37 La laïcité des propos de madame Gacon-Dufour ne fait aucun doute. Elle refuse le message tant les prêtres que des pères et des maris : « Une femme sensée s’occupe peu de métaphysique ; la religion qu’elle professe et qu’elle enseigne est celle où l’on respecte les mœurs et le savoir. Elle se gardera bien de suivre sans réflexion la religion du cœur. », Mémoire, op. cit., p. 54.

38 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 46.

39 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 16.

40 Geneviève Fraisse montre comment la question des mœurs s’organise pour Germaine de Staël autour de celle de l’éducation. La comparaison entre les existences emblématiques de Sophie et d’Emile lui aurait permis de condamner un type d’éducation inapproprié. Muse de la raison. Démocratie et exclusion des femmes en France, Paris, Gallimard, 1995, p. 200-201.

41 Mme de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne, Paris, Duchesne, 1752, t. II, p. 64. Il est à signaler une notable différence entre le but poursuivi par l’héroïne de Mme de Graffigny, qui se porte à « la pénible occupation de l’esprit » uniquement pour séduire son amant et la perspective nouvelle qui s’ouvre sous la Révolution d’instruire la femme pour l’amener à un magistère vertueux des mœurs.

42 Albertine Clément Clément-Hémery, Les Femmes vengées, op. cit., p. 84.

43 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 19.

44 La bibliothèque de Julie renseigne sur la conception rousseauiste de l’éducation féminine, sur ses finalités et ses limites, comme l’a montré Colette Piau-Gillot dans son article « La bibliothèque de Julie », dans J.-J. Rousseau et la lecture, op. cit., p. 77-92.

45 Les titres d’ouvrages qu’énumère madame Gacon-Dufour renseigne sur ses goûts et sa bibliothèque. Il ne faudrait pas oublier que cette femme de lettres était aussi agronome : « Vous aurez des femmes lisant Montaigne et ‘La Maison rustique’ ; Voltaire, et ‘l’Art d’apprendre à filer la laine’ ; Jean-Jacques et Parmentier pour la culture des pommes de terre ; Helvétius et ‘La Cuisinière économe’ ; Plutarque et ‘L’Art de la manipulation du pain’ ; Hume et ‘L’Education des bêtes à laine’ ; la philosophie de Newton et ‘La science d’une bonne fermière’. Mémoire, op. cit., p. 28.

46 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 28.

47 D’Holbach exhorte les femmes à transformer par leur propre exemple les hommes et en faisant des citoyens : « Contribuez par votre exemple à la réforme de ces êtres futiles et désœuvrés qui infestent la Société. Rendez-les à la patrie ». Système social ou Principes naturels de la morale et la politique avec un examen de l’influence du Gouvernement sur les mœurs, Londres, 1773. Consulter sur ce point, Daniel Teyssière, « Fonctionnalisme sexuel et privatisation de la femme chez Cabanis et quelques autres », dans Les femmes et la Révolution française, op. cit., t. I, p. 345.

48 J.-J. Rousseau, Emile, OC, Pléiade, t. IV, p. 702.

49 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 12.

50 J.-J. Rousseau, Emile, OC, Pléiade, t. IV, p. 703.

51 Voir Georges Escoli, « Essai sur l’Histoire des idées féministes du xvie siècle à la Révolution », Revue de synthèse historique, 1906.

52 Cette expression de Madame de Lambert, tirée de ses Réflexions nouvelles sur les femmes, permet de mieux situer le débat sur les « femmes savantes » : « Si l’on passe aux hommes l’amour des Lettres, on ne le passe pas aux femmes », Œuvres, Lausanne, 1751, p. 175. Sur le thème des femmes savantes, consulter Paul Hoffman, « L’Idée de la femme parfaite dans la deuxième moitié du xviie siècle », dans Corps et Cœur dans la pensée des Lumières, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2000, p. 141-156.

53 Sylvain Maréchal, Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femme par S** M**, Paris, chez Masse, 1801, p. 23.

54 Fénelon, De l’Education des filles, Amsterdam, 1754, p. 143.

55 Sylvain Maréchal, Projet, op. cit., p. 54.

56 Madame Gacon-Dufour, Mémoire, op. cit., p. 59.

57 Constance de Salm, l’Epître aux femmes, dans Opinions de femmes, op. cit., p. 76.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540