Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. La dynamique intertextuelle

Madame de Charrière et ses lectures : points de vue de la critique

Monique Moser-Verrey

Texte intégral

  • 1 Nathalie Ferrand, Livre et lecture dans les romans français du xviiie siècle, Paris, PUF, 2002, p. (...)

1Mmede Charrière était une grande lectrice. De sa jeunesse jusqu’à la fin vie, elle s’est intéressée à une multitude de textes, mais surtout aux belles lettres qui ont nourri sa conversation, sa correspondance et ses œuvres. La critique tient largement compte de ce trait distinctif de notre auteure. L’importance qu’elle accorde aux livres est illustrée dans son dernier roman par l’image d’une tour faite pour les protéger des barbaries de l’histoire. C’est par l’évocation de ce monument que Nathalie Ferrand choisit de conclure sa belle étude intitulée Livre et lecture dans les romans français du xviiie siècle1. Pour ma part, je proposerai un parcours raisonné des objectifs poursuivis par plusieurs études qui ont abordé la question des lectures de Madame de Charrière depuis le « portrait » de Sainte-Beuve jusqu’à aujourd’hui. Dans quelle mesure les réponses données à cette question orientent-elles l’appréciation de la place qu’occupe l’œuvre de cette lectrice avide au sein de la République des lettres ?

  • 2 Simone Dubois, « Dispersion de l’héritage littéraire d’Isabelle de Charrière », Documentatieblad. W (...)

2Lors du premier colloque sur l’« Actualité d’Isabelle de Charrière » tenu en 1974 au Château de Zuylen, Simone Dubois proposa une réflexion sur la « Dispersion de l’héritage littéraire d’Isabelle de Charrière ». En effet, aucune liste de ses papiers, ni de ses livres ne nous a été conservée après sa mort. Elle avait légué les premiers à sa pupille, Mlle Henriette L’Hardy qui mourut bientôt après avoir reçu cet héritage, tandis que la bibliothèque du couple fut partagée après la mort de M. de Charrière en 1808 entre Louis-Eusèbe-Henri Gaullieur, le veuf d’Henriette L’Hardy et trois amis des Charrière, soit le pasteur neuchâtelois Frédéric Berthoud, le maire de Colombier, César d’Ivernois et Georges de Chaillet, un cher voisin des Charrière, propriétaire du domaine de la Prise à Colombier 2. Malgré cette lacune matérielle, la critique est relativement bien informée des lectures de Mme de Charrière grâce à son abondante correspondance.

  • 3 Belle de Zuylen / Isabelle de Charrière, Œuvres complètes, vol. VI, [Jean-Daniel Candaux, C. P. Cou (...)
  • 4 Sainte-Beuve, « Madame de Charrière », in Portraits de femmes, Paris, Garnier Frères, 1884, p. 413.
  • 5 Loc. cit.
  • 6 Loc. cit.
  • 7 Ibid., p. 417.
  • 8 Ibid., p. 422.
  • 9 Ibid., p. 419.
  • 10 Ibid., p. 434.

3En 1839, Sainte-Beuve fut le premier critique à rendre compte de l’érudition de Mme de Charrière. Le fils d’Henriette L’Hardy, Eusébe-Henri Gaullieur (1808-1859) avait mis à sa disposition la correspondance et les manuscrits littéraires de Mme de Charrière, héritage qu’il tenait de sa mère, avant d’en tirer lui-même « de nombreuses publications 3 ». Sainte-Beuve affirme donc, après avoir lu des lettres de notre auteure à sa mère ainsi qu’à une tante, que le français est « sa vraie langue de nourrice. Elle lit avec avidité nos auteurs, Mme de Sévigné, la Marianne de Marivaux, même l’Écossaise de Voltaire, ces primeurs du temps 4 ». Puis il cite longuement son jugement concernant Le Monde moral de Prévost et son regret de quitter cette lecture pour en revenir à Pascal et Dubos. « Elle les relit pourtant, et d’autres sérieux encore, et sans trop d’effort, quoi qu’elle en dise, dans cette patrie adoptive de Descartes et de Bayle 5. » Enfin, Sainte-Beuve complète le portrait intellectuel de cette jeune hollandaise de qualité en montrant qu’elle se moque de la langue hollandaise « juste comme Boileau en son temps 6 » et que par ailleurs elle « lisait et parlait l’anglais, et possédait cette littérature 7 ». Il apparaît que tout cela est affaire de bonne éducation, car le jeune héros allemand du premier roman de Mme de Charrière est capable de citer « le Huron ou l’Ingénu, et par conséquent ne l’est plus tout à fait lui-même 8 ». Ayant pour premier objectif de présenter l’œuvre alors presque inconnue de notre auteure, Sainte-Beuve ne s’étend pas davantage sur ses lectures, mais en donnant des exemples de son style et de ses propos, il continue à la situer dans un rapport étroit avec les philosophes des Lumières. Si la jeune fille en chérissait la lecture, la femme mariée vient vivre dans le voisinage de Voltaire et de Rousseau en Suisse 9, tandis que la romancière enchanterait Diderot et Sedaine par la vérité de ses tableaux 10.

  • 11 Ibid., note 1, p. 448.
  • 12 Philippe Godet, Madame de Charrière et ses amis d’après de nombreux documents inédits (1740-1805), (...)
  • 13 Louis Morel, « L’influence germanique chez Madame de Charrière et chez Benjamin Constant », Revue d (...)
  • 14 Geoffrey Scott, The Portrait of Zélide, London, Constable, 1925.
  • 15 Cecil P. Courtney, « Portrait of Geoffrey Scott », Lettre de Zuylen et du Pontet, 6 (1981), p. 3-4  (...)

4Ajoutant quelques notes à son essai sur Mme de Charrière en 1884, Sainte-Beuve appelle de ses vœux une édition suisse « d’Œuvres choisies [… contenant] Caliste, les Lettres Neuchâteloises et les Trois Femmes11 ». Mais il faudra attendre les travaux fondateurs de Philippe Godet pour que paraissent au début du xxe siècle des rééditions suisses des premiers romans d’Isabelle de Charrière ainsi que des extraits de sa correspondance, des articles critiques et une vaste étude sur Madame de Charrière et ses amis. L’index des noms cités dont est pourvu cet ouvrage 12 constitue le premier instrument de travail commode pour repérer les lectures de Mme de Charrière. Dès lors les débats sur ses lectures peuvent se multiplier. L’influence germanique sur son œuvre est soulignée dès 1911 dans une étude qui s’intéresse aux années de formation de Benjamin Constant ainsi qu’aux rapports littéraires entre la France et l’Allemagne à l’époque de la Révolution 13, tandis qu’enthousiasmé par le livre de Philippe Godet, Geoffrey Scott publie en 1925 une biographie de Mme de Charrière intitulée The Portrait of Zélide14. Comme l’a montré Cecil Courtney 15, le grand succès de ce livre fit connaître notre auteure à un large public tant anglophone que francophone. Au cours des années trente, la critique s’interroge davantage sur ses lectures kantiennes et son rapport à la littérature allemande.

  • 16 Charlotte Kimstedt, Frau von Charrière (1740-1805). Ihre Gedankenwelt und ihre Beziehungen zur fran (...)
  • 17 Ibid., p. 8.
  • 18 Ibid., p. 6-7 et 101.
  • 19 Ibid., p. 16.
  • 20 Ibid., p. 86.

5L’ouvrage de Charlotte Kimstedt, publié à Berlin en 1938, étudie plus parti la pensée de Mme de Charrière dans son rapport aux littératures française et allemande. La comprenant comme disciple de Rousseau, son concitoyen, elle la situe pourtant au côté des Lafayette, Talleyrand, Volney, Rivarol et André Chénier qui, découragés par la Révolution, n’ont pas suivi le nouvel élan porté par Mme de Staël, Benjamin Constant et Joseph de Maistre 16. L’idéologie nationaliste qui sous-tend l’ouvrage l’oriente vers la démonstration des traces de l’esprit allemand censées marquer alors de plus en plus l’esprit français. Dans cette perspective, l’œuvre de Mme de Charrière semble particulièrement intéressante, parce qu’elle recèle de telles traces tout en représentant l’esprit français dans la littérature allemande où elle occupe une petite place 17. On peut être gêné par la tentative de faire coïncider des données biographiques de la vie de Mme de Charrière avec une lecture plus générale de l’histoire des idées selon laquelle l’hégémonie de la pensée française aurait cédé aux influences anglaises et allemandes au cours du xviiie siècle 18. Ainsi la critique de la galanterie française que l’on trouve dans des lettres de Belle à Constant d’Hermenches et comprise comme le rejet des Lumières françaises, tandis que le séjour de la jeune fille en Angleterre refléterait le renversement des courants de pensée de son époque 19. Le principal mérite de cette étude est d’avoir mis en évidence les lectures allemandes de Mme de Charrière dans la mesure où il est possible de les reconstruire. Goethe, Kant, Schiller, Huber et enfin les échos dans la presse allemande concernant les traductions allemandes de ses œuvres qui furent recensées dans les meilleurs journaux 20. C’est sûr que par le biais de ses amis Ludwig Ferdinand et Therese Huber, Mme de Charrière avait été introduite à la vie des revues. Je ne connais pas d’étude qui éclairerait cet aspect de ses lectures, car ce sont toujours les auteurs qu’elle fréquentait qui ont attiré l’attention.

  • 21 B. Munteano, « Épisodes kantiens en Suisse et en France sous le Directoire. Ph. A. Stapfer, L. F. H (...)
  • 22 Kimstedt, op. cit., p. 79, note 44.
  • 23 Munteano, op. cit., p. 440

6Une des lectures les plus étudiées est sans doute celle de Kant, puisqu’elle est mise en scène dans le récit cadre de Trois Femmes. Dès 1935 B. Munteano situe ce roman dans le contexte de la diffusion de la pensée kantienne en Suisse et en France sous le Directoire. Kimstedt en tient compte dans le chapitre qu’elle consacre à Kant, mais elle se permet aussi de contester l’avis de l’auteur selon lequel Mme de Charrière prend ses distances par rapport à l’élévation du devoir pur posée par Kant. Il est vrai qu’en réduisant l’opposition entre Charrière et Kant à celle de la psychologue contre le métaphysicien 21, il sous-estime la portée philosophique du roman. Kimsted insiste sur l’erreur qui consiste à étendre l’ethos de la classe populaire à l’ensemble des personnages et même à l’auteure du roman 22. Dans une perspective féministe, on pourrait pousser l’analyse encore plus loin car, ce qui offusque Munteano, c’est de voir Mme de Charrière confier aux « grandes pécheresses du roman 23 » le soin d’exprimer leur admiration pour l’élévation du devoir pur. Son expression évoque la question de la sexualité et sous-entend que la pureté de mœurs est indispensable à celles qui veulent prendre conscience du sublime que recèle l’impératif catégorique kantien. Mais par sa stratégie de romancière, Mme de Charrière déjoue ce point de vue masculin et montre que celles dont l’ethos semble insuffisant adhèrent néanmoins au bien moral, encore que la rectitude absolue et l’extrême délicatesse leur paraissent inexplicables. Il est bien clair que le débat initié par Mme de Charrière se poursuit dans la critique qui s’intéresse au roman Trois Femmes.

  • 24 Charly Guyot, « Madame de Charrière. La Hollande du xviiie siècle et la culture française », Monde (...)

7L’esprit cosmopolite de Mme de Charrière intéresse de plus en plus après la deuxième guerre mondiale. Dans la foulée des travaux du professeur neuchâtelois Philippe Godet, on doit aussi remarquer ceux de son disciple Charly Guyot qui a travaillé, entre autres, sur la Hollande du xviiie siècle et la culture française 24. Rappelant, non sans citer Mme de Charrière, que la Hollande fut le refuge des jansénistes et des protestants et que ses nombreuses Gazettes rédigées en français contribuèrent à diffuser en Europe la pensée philosophique, il décrit les lectures de la jeune hollandaise de la façon suivante :

  • 25 Ibid., p. 131-132.

« […] elle lit Locke et Hume dans le texte original. Cependant, sa formation intellectuelle est d’abord et avant tout, française. Lectures immenses et de tous genres : Montaigne et Pascal, Mme de Sévigné, nos tragiques, Fénelon mais aussi Saint-Evremond et Fontenelle, Montesquieu et Voltaire, qu’elle juge ‘un méchant homme de beaucoup d’esprit’, et Rousseau, et tant d’autres encore ! Elle a ses préférés […] : Plutarque, le Spectateur, les historiens, Mlle de Montpensier, Montaigne, La Bruyère. ‘Je ne voyage jamais’, précise-t-elle, ‘sans Racine et Molière dans mon coffre et La Fontaine dans mon souvenir’. 25 »

  • 26 Ibid., p. 133.
  • 27 Ibid., p. 134.
  • 28 Charly Guyot, « La Hollande et la culture française », Documentatieblad. Werkgroep 18’Eeuw, n° 27-2 (...)
  • 29 Giovanni Riccioli, L’‘esprit’ di Madame de Charrière, Bari, Adriatica, 1967, p. 43 ss.

8De plus elle étudie les mathématiques et la physique avec l’ambition de comprendre Newton. Ses lectures ne sont pas sans incidences sur son écriture, mais Charly Guyot affirme que « grande lectrice, elle emprunte des formes connues, banalisées déjà 26 » et n’y voit d’originalité que « dans la vérité du sentiment et dans la parfaite adéquation de l’expression à l’idée 27 ». Le sentiment et l’idée, la psychologie et la métaphysique : on voit que les critiques continuent à évoquer les mêmes registres en réfléchissant à ses lectures et à son écriture sans vouloir lui accorder une place entière dans la République des lettres. Ce qui lui est cependant concédé, c’est de posséder une culture « véritablement européenne 28 ». Puis, tout en louant sa curiosité, un charriériste italien blâmera aussi son éclectisme 29 au cours des années soixante.

  • 30 Jean-Daniel Candaux et Doris Jakubec, éds., Une Européenne : Isabelle de Charrière en son siècle. C (...)
  • 31 Claire Jaquier, L’Erreur des désirs : Romans sensibles au xviiiesiècle32. Lausanne : Éditions Payot (...)

9L’événement capital qui va permettre d’éclairer beaucoup mieux la culture et l’écriture de Mme de Charrière est l’entreprise en Hollande de la publication des Œuvres complètes ainsi que la mise sur pied d’une association qui publie dès 1976 des comptes rendus annuels des progrès de la recherche dans la Lettre de Zuylen, bulletin qui s’ouvrira dès 1981 également à l’association neuchâteloise en adoptant le titre de Lettre de Zuylen et du Pontet pour mettre ainsi à l’honneur les résidences hollandaise et suisse de notre auteure. En parcourant les 26 numéros de cette publication, on peut se donner une très bonne idée des chemins de la critique et repérer les publications courantes dans la chronique « Overzicht van recente literatuur » due ces dernières années à Madeleine van Strien-Chardonneau. Je noterai simplement que la postérité des premiers chercheurs neuchâtelois continue à mettre en valeur la qualité européenne de Mme de Charrière, que l’on pense à l’important recueil d’articles issus du colloque de 1993 intitulé Une Européenne : Isabelle de Charrière en son siècle30, tandis que Claire Jaquier, actuellement professeure à l’Université de Neuchâtel, a magnifiquement développée l’idée de son écriture sensible dans L’Erreur des désirs : Romans sensibles au xviiie siècle31. Les chercheurs hollandais de l’Université de Leiden n’ont pas été moins actifs. Yvette Went-Daout et Leo van Maris ont, entre autres, créé un site web Isabelle de Charrière32 où l’on trouve depuis l’automne 2001 une bibliographie très à jour qui permet de repérer on line bien des articles touchant de près ou de loin la question des lectures de Mme de Charrière.

10L’étude la plus complète sur « Isabelle de Charrière et la littérature européenne » a été proposée en 1998 par Raymond Trousson. Après avoir publié une biographie de notre auteure et avoir étudié de près sa réception de Voltaire et de Rousseau, il pose enfin la question de savoir quelles sont ses véritables connaissances, car « [e] lle semble avoir parfois parcouru plutôt que lu, sans citer ses sources. Pédagogue, […] il lui arrive de conseiller des ouvrages dont elle n’a manifestement qu’une connaissance sommaire ou indirecte33 ». Le critique s’astreint donc à « dresser un inventaire de ses curiosités 34 ». Depuis la publication en 1981 de l’index général des Œuvres (O.C., X, p. 691-725), puis en 1984 de l’index général de la correspondance (O.C., VI, p. 971-1093), l’un et l’autre pré par les soins de Jeroom Vercruysse, il est aisé de trouver les passages évoquant des auteurs. Reste alors à les analyser pour établir le « dictionnaire de l’univers intellectuel et social d’Isabelle de Charrière » que Vercruysse appelait de ses vœux (O. C. VI, p. 969). Voilà ce que fait apparaître Raymond Trousson qui joint à l’analyse des passages pertinents une riche connaissance des lettres de l’époque.

  • 35 Loc. cit.
  • 36 Ibid., p. 505.

11Le parcours proposé aborde d’abord l’Antiquité, les lettres grecques et latines pour conclure que Mme de Charrière possède une culture lacunaire mais peu commune pour une autodidacte 35, car elle n’avait pas appris les langues anciennes dans sa jeunesse. On peut supposer qu’elle s’est initiée à bien des auteurs par le biais du Lycée ou Cours de littérature ancienne et moderne de Jean-François de La Harpe. L’Espagne, pour sa part est représentée par le seul Cervantès, souvent cité. Viennent ensuite les littératures que Mme de Charrière peut lire dans le texte. Or, elle cite assez peu les auteurs italiens. Ses rapports avec les milieux littéraires de son pays sont à peu près nuls, mais elle tire du roman hollandais Sara Burgerhart toute l’inspiration qu’il lui faut pour entreprendre la rédaction de son premier petit roman de mœurs. Sa préférence va, cependant, nettement vers les lettres anglaises et allemandes. Quantitativement, il apparaît qu’elle privilégie les roman contemporains 36. Dans cet état des lieux lumineux, Trousson se borne à offrir un constat sans remettre en contexte les citations qu’il utilise et donc sans évaluer le projet intellectuel et littéraire de l’auteure.

  • 37 Ibid., p. 511.
  • 38 Guillemette Samson, « Les jugements littéraires de Mme de Charrière sur ses contemporains », Lettre (...)
  • 39 Ibid., p. 24, b.

12Comme en tant qu’auteure Mme de Charrière est surtout romancière, je trouve intéressant que l’étude de Trousson nous révèle qu’elle cite beaucoup de romanciers contemporains. Il pense notamment à des romanciers et romancières anglais et aux recherches que Valérie Cossy poursuit dans ce sens. Ce constat est utilement complété par une étude de Guillemette Samson qui, se limitant au domaine français, pose la question de savoir quels jugements littéraires Mme de Charrière porte sur ses contemporains. Il apparaît qu’elle s’intéresse beaucoup aux autres écrivaines. Classant donc les contemporains et les contemporaines selon l’ordre des récurrences dans la correspondance, Samson propose l’ordre suivant : Mme de Staël, Mme de Genlis souvent opposées l’une à l’autre, puis Mme de Souza, Duclos, Crébillon fils, Rétif et enfin Mme d’Arblay (Frances Burney). L’étude montre que Mme de Charrière juge tout le monde très sévère d’abord en ce qui concerne le goût, puis en ce qui concerne le style et la composition. Elle ne loue guère que Duclos pour la simplicité de son style et le rythme de sa narration qui « donne l’illusion d’une promenade 37 ». Ses jugements sont plus amènes quand il s’agit d’évaluer l’utilité des œuvres et, en ce qui a trait à Mme de Staël, son éloquence élégante, facile et précise. Remarquant que les jugements littéraires de Mme de Charrière glissent facilement vers une évaluation de la personne, Guillemette Samson conclut qu’elle « porte sur la littérature des critères de l’ordre de la vie de société, de l’ordre de la conversation 38 ». Cette remarque me semble judicieuse car Mme de Charrière ne se borne pas à juger ses contemporains dans sa correspondance privée, elle les expose aussi publiquement en confrontant volontiers ses fictions à une publication récente. Le cas des Lettres de Mistriss Henley (1784) en constitue un exemple particulièrement frappant. Cette nouvelle prend explicitement le contre-pied du Mari sentimental, roman publié l’année précédente par Samuel de Constant. Comme le montre Suzan van Dijk, cette nouvelle offre une lecture du texte de Constant qui en conditionnera la réception jusqu’à nos jours et causera même la réécriture de la fin du roman pour l’édition de 1785. En fait, « Madame de Charrière donne […] une leçon d’écriture romanesque à Monsieur de Constant 39 ».

  • 40 Suzan van Dijk, « Le troisième Constant d’Isabelle de Charrière : Samuel, auteur du Mari sentimenta (...)
  • 41 Voir entre autres Laurence Vanoflen, « La transmission de l’expérience : art pédagogique et art du (...)

13Restent à voir les études qui envisagent la lecture d’un auteur en particulier ainsi que l’impact de cette lecture sur l’écriture de notre auteure. De Godet à Trousson c’est la lecture des œuvres de Jean-Jacques Rousseau qui a été le plus généralement travaillée. Si le premier met en valeur les textes de Mme de Charrière qui concernent directement Rousseau, que ce soit sa Plainte et défense de Thérèse Levasseur (1789), ses contributions à l’édition neuchâteloise des Confessions (1790) et enfin son Éloge de Jean-Jacques Rousseau (1790), le second consacre à cette question de nombreuses publications qui s’inscrivent dans le projet général de cerner Jean-Jacques Rousseau jugé par ses contemporains (2000). La question de l’éducation, traitée par plusieurs critiques, appelle aussi des commentaires sur les rapports qu’entretiennent les textes de Madame de Charrière avec Les Aventures de Télémaque de Fénelon, l’Émile de Rousseau ainsi qu’Adèle et Théodore de Mme de Genlis 40. Mais c’est surtout la question de l’éducation des femmes, de leur mariage et de leur émancipation qui a permis d’affiner l’appréciation du jugement que porte Madame de Charrière sur les modèles proposés par Rousseau dans la Nouvelle Héloïse et dans l’Émile41. Les autres lectures ayant suscité plus d’un article critique sont celles de Voltaire, Richardson, La Fontaine, Mme de Sévigné, ainsi que conjointement Montesquieu et Mme de Graffigny. Les genres privilégiés par la recherche sont donc le conte, la fable et le roman ainsi que la forme épistolaire, tandis que le point de vue préféré est celui des moralistes et philosophes qui portent sur l’individu et sur la société un regard dégagé. Ce sont donc nettement les lectures de la femme éclairée qui intéressent.

  • 42 Voir entre autres Jacqueline Letzter, Intellectual tacking. Questions of education in the works of (...)
  • 43 Yvette Went-Daoust, éd., Isabelle de Charrière (Belle de Zuylen). De la correspondance au roman épi (...)

14Pour conclure, j’affirmerai que le modèle qui nous permet le mieux d’apprécier Mme de Charrière en tant que lectrice est celui d’une société de gens de lettres à la dimension de l’Europe. Affranchie de toute idée d’école, de parti ou même de nation, elle cherche parmi les auteurs anciens, modernes et contemporains des interlocuteurs selon son cœur, prêts à alimenter des débats sur le mérite, la justesse, la beauté, la vérité et l’utilité des œuvres poétiques, théâtrales et romanesques proposées au public de son temps. La critique a souvent souligné la continuité qu’on pouvait observer entre sa correspondance et ses œuvres romanesques notamment 42. Plus difficilement démontrable, il doit y avoir une continuité semblable entre sa conversation et sa création dramatique. Pour ne citer qu’un exemple, j’évoquerai ses rapports avec la femme de son traducteur allemand, Therese Huber. Cette femme lui ayant parlé un jour « de la sensibilité des jeunes allemandes filles de ministre autres d’une maniere qui en a gravé le tableau dans [s] on esprit » (O. C., IV, p. 446), elle tire de cette conversation l’idée d’une pièce destinée à la scène allemande qui s’intitulera Élise ou l’université et en allemand Eitelkeit und Liebe. Ce titre évoque bien sûr Kabale und Liebe, un des premiers succès de Friedrich Schiller dont Ludwig Ferdinand Huber, le traducteur de Mme de Charrière était un ami intime. Sa collaboration avec Huber la mettait en rapport avec la scène littéraire allemande à laquelle elle osait espérer contribuer des œuvres dignes d’un débat public afin de faire connaître plus largement ses idées mesurées, lucides et équitables. Il n’en fut rien, car les temps étaient très perturbés, Mme de Charrière était en fin de carrière et son traducteur mourut très jeune. Mais l’écho qu’elle ne put avoir alors, elle l’acquiert aujourd’hui dans plusieurs pays parce que son œuvre originale, nourrie de multiples lectures, est aussi ouverte sur des dialogues interculturels43.

Notes

1 Nathalie Ferrand, Livre et lecture dans les romans français du xviiie siècle, Paris, PUF, 2002, p. 339.

2 Simone Dubois, « Dispersion de l’héritage littéraire d’Isabelle de Charrière », Documentatieblad. Werkgroep 18’Eeuw, n° 27-29, 1975, p. 40-41. L’information concernant le partage de la bibliothèque est tirée d’une lettre adressée à Mme Morel de Gélieu, autre pupille de Mme de Charrière, par M. Gaullieur le 11 mai 1813. Cette lettre est conservée à la Bibliothèque publique de Neuchâtel.

3 Belle de Zuylen / Isabelle de Charrière, Œuvres complètes, vol. VI, [Jean-Daniel Candaux, C. P. Courtney, Pierre H. Dubois, Simone Dubois-De Bruyn, Patrice Thompson, Jeroom Vercruysse et Dennis M. Wood, éds. Glossaire général par Michel Gilot], Amsterdam, G. A. Van Oorschot, 1984, p. 865. Dorénavant les références à cette édition critique des Œuvres complètes figureront entre parenthèses dans le corps du texte (O. C., vol., p.).

4 Sainte-Beuve, « Madame de Charrière », in Portraits de femmes, Paris, Garnier Frères, 1884, p. 413.

5 Loc. cit.

6 Loc. cit.

7 Ibid., p. 417.

8 Ibid., p. 422.

9 Ibid., p. 419.

10 Ibid., p. 434.

11 Ibid., note 1, p. 448.

12 Philippe Godet, Madame de Charrière et ses amis d’après de nombreux documents inédits (1740-1805), Genève, A. Jullien, éditeur, 1906, t. 2, p. 427-447.

13 Louis Morel, « L’influence germanique chez Madame de Charrière et chez Benjamin Constant », Revue d’histoire littéraire de la France, 18 (1911), p. 838-864 et 19 (1912), p. 95-125.

14 Geoffrey Scott, The Portrait of Zélide, London, Constable, 1925.

15 Cecil P. Courtney, « Portrait of Geoffrey Scott », Lettre de Zuylen et du Pontet, 6 (1981), p. 3-4 ; et « The Portrait of Zélide. Geoffrey Scott and Belle de Zuylen », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 219, Oxford, Voltaire Foundation, 1983, p. 281-288.

16 Charlotte Kimstedt, Frau von Charrière (1740-1805). Ihre Gedankenwelt und ihre Beziehungen zur französischen und deutschen Literatur, Romanische Studien, vol. 48, (coll. Denkform und Jugendreihe, n° 24), Berlin, 1938, Nendeln, Kraus Reprint Limited, 1967, p. 10-11.

17 Ibid., p. 8.

18 Ibid., p. 6-7 et 101.

19 Ibid., p. 16.

20 Ibid., p. 86.

21 B. Munteano, « Épisodes kantiens en Suisse et en France sous le Directoire. Ph. A. Stapfer, L. F. Huber, Mme de Charrière, B. Constant », Revue de littérature comparée, 15 (1935), p. 439.

22 Kimstedt, op. cit., p. 79, note 44.

23 Munteano, op. cit., p. 440

24 Charly Guyot, « Madame de Charrière. La Hollande du xviiie siècle et la culture française », Monde Nouveau, vol. 11, n° 103, août-sept. 1956, p. 129-143.

25 Ibid., p. 131-132.

26 Ibid., p. 133.

27 Ibid., p. 134.

28 Charly Guyot, « La Hollande et la culture française », Documentatieblad. Werkgroep 18’Eeuw, n° 27-29, 1975, p. 26.

29 Giovanni Riccioli, L’‘esprit’ di Madame de Charrière, Bari, Adriatica, 1967, p. 43 ss.

30 Jean-Daniel Candaux et Doris Jakubec, éds., Une Européenne : Isabelle de Charrière en son siècle. Colloque de Neuchâtel, 11 au 11 novembre 1993, Hauterive (Suisse), Éd. Gilles Attinger, 1994.

31 Claire Jaquier, L’Erreur des désirs : Romans sensibles au xviiie siècle32. Lausanne : Éditions Payot, 1998.

33 http://www.etcl.nl/charriere/articles/biblsec.htm

34 Raymond Trousson, « Isabelle de Charrière et la littérature européenne », Dix-huitième siècle, n° 30 (1998), p. 499.

35 Loc. cit.

36 Ibid., p. 505.

37 Ibid., p. 511.

38 Guillemette Samson, « Les jugements littéraires de Mme de Charrière sur ses contemporains », Lettre de Zuylen et du Pontet, 23 (1998), p. 23, b.

39 Ibid., p. 24, b.

40 Suzan van Dijk, « Le troisième Constant d’Isabelle de Charrière : Samuel, auteur du Mari sentimental », Lettre de Zuylen et du Pontet, 25 (2000), p. 12, b.

41 Voir entre autres Laurence Vanoflen, « La transmission de l’expérience : art pédagogique et art du roman chez Isabelle de Charrière », Lettre de Zuylen et du Pontet, 24 (1999), p. 20-22.

42 Voir entre autres Jacqueline Letzter, Intellectual tacking. Questions of education in the works of Isabelle de Charrière, Amsterdam, Rodopi, 1998 ; Christine Roulston, « Choix et accomplissement dans le discours sur le mariage de la fin du xviiie siècle », Olga B. Cragg et Rosena Davidson, dir., Sexualité, mariage et famille au xviiie siècle, Québec, Presses de l’UniversitéLaval, 1998, p. 185-194 ; Carol L. Sherman, « Charrière’s family albums », Colette Winn et Donna Kuizenga, eds., Women writers in pre-revolutionary France. Straegies of emancipation, New York, Garland Publishing Inc., 1997, p. 43-54.

43 Yvette Went-Daoust, éd., Isabelle de Charrière (Belle de Zuylen). De la correspondance au roman épistolaire, Amsterdam, Rodopi (coll. « CRIN », n° 29), 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540