Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. La dynamique intertextuelle

Madame de Sévigné, lectrice de Pierre Nicole. La lettre à l’épreuve de l’essai

Constance Cartmill

Texte intégral

  • 1 Sévigné (Madame de), Correspondance, éd. Roger Duchêne, 3 vols., Paris, Gallimard, « Bibliothèque d (...)
  • 2 « Ce qui s’appelle chercher dans le fond du cœur avec une lanterne, c’est ce qu’il fait » (I, 356). (...)

1On connaît l’admiration de Mme de Sévigné pour l’écriture de « ces Messieurs-là », les auteurs associés au milieu spirituel de Port Royal. La lecture qu’elle fait des Essais de morale de Pierre Nicole semble jouer un rôle non négli dans la communication épistolaire même : « Vous savez que je suis toujours un peu entêtée de mes lectures. Ceux à qui je parle ou à qui j’écris ont intérêt que je lise de bons livres. Celui dont je veux parler présentement, c’est toujours de Nicole » (I, 360) 1. Cette lecture semble fournir un prétexte à l’épistolière pour parler de son moi (terme qu’elle attribue à Nicole d’ailleurs). Pour reprendre les termes qu’elle utilise en décrivant l’écriture de l’auteur des Essais, l’épistolière voudrait sans doute assimiler les leçons du moraliste et « atomiser » son propre cœur, le scruter « avec une lanterne 2 ». Lorsqu’elle se heurte aux souvenirs et aux pensées sur lesquels il faut passer légèrement à cause des bienséances qui régissent l’écriture épistolaire, Sévigné reprend sa discussion des Essais. Mais chose intéressante, il s’avère parfois difficile de déterminer si c’est sa lecture de Nicole qui lui fournit le prétexte de parler de son moi, ou vice versa. Car dans son enthousiasme pour Nicole, l’épistolière signale en passant un phénomène qui semble relever d’une transformation transgénérique : elle voudrait tant discourir sur l’écriture de Nicole, sur le plan stylistique et thématique, que la lettre risque de devenir un essai : « ce ne serait plus une lettre, mais une dissertation » (II, 220). Il serait pertinent de mesurer les modalités de l’inscription des Essais dans l’écriture épistolaire aussi bien que les effets de contamination d’un genre à l’autre. À l’époque de sa première lecture des Essais Mme de Sévigné propose d’« en faire un bouillon et l’avaler » (I, 375). Il nous convient donc d’examiner les effets de ce « remède » sur la Correspondance, pour mesurer notamment les rapports qu’entretiennent la lecture des Essais et la réflexion sur soi, objet privilégié d’une écriture qui à cette époque tient souvent lieu de journal intime. Mais nous voudrons surtout nous pencher sur la pratique de lecture que suggèrent ses commentaires sur le texte de Nicole, et la manière dont cette pratique se rapporte à son écriture.

2Déjà sur le plan formel il existe un point commun entre l’essai et la lettre, à savoir l’inachèvement, problème que pose la Correspondance de Sévigné dans la mesure où la lettre est censée fonctionner comme un compte rendu fidèle de l’existence quotidienne : « Vous voyez, ma bonne, que je vous rends compte de mon intérieur, après vous avoir parlé de mon corps et de ma santé » (III, 897). Ou encore, dans une lettre à son cousin : « On ne peut pas vous parler plus à bride abattue que je viens de faire de tout mon moi, comme dit M. Nicole, mais vous le voulez » (à Bussy-Rabutin, III, 969). C’est le pacte épistolaire établi entre des gens qui s’aiment qui exige qu’on parle de son « moi », par ailleurs caractérisé comme « haïssable » dans le discours des moralistes. Mais on s’aperçoit que chez Mme de Sévigné, le terme du « moi » n’a pas tout à fait le même sens qu’il a chez Nicole et ses confrères jansénistes. Car il ne s’agit pas de cet amour-propre qui est la source de tous les conflits humains ; il s’agit plutôt des liens affectifs qu’on entretient avec autrui, aussi bien que des affaires d’importance variable — les mariages, les procès, à titre d’exemple — dans lesquelles chacun se trouve impliqué : « toutes ces choses composent mon vrai moi » (III, 636).

3Or la connaissance de soi-même, titre d’un essai de Nicole, constitue un thème majeur de toute l’œuvre du moraliste : le chrétien ne peut se corriger de ses défauts que s’il en prend connaissance. Ce type de connaisance constitue aussi une préoccupation de l’épistolière ; mais, comme nous le verrons, Sévigné s’approprie le texte de Nicole pour en faire un usage tout à fait personnel. Ce qui est à nos yeux surtout frappant, c’est la manière dont elle le fait tout en tenant compte des commentaires parfois très négatifs de ses parents et amis intimes sur un ouvrage qu’elle-même semble estimer au plus haut point.

4La description du quotidien que fournit le texte épistolaire ne peut donner lieu qu’à une représentation partielle et provisoire d’un réel forcément perçu par le lecteur comme fragmenté ou morcellé, ce qui correspond d’une certaine manière d’ailleurs à la méthode envisagée par Nicole pour parvenir à la connaissance de soi. Le moraliste utilise une métaphore courante pour mieux illustrer ce processus, mais elle pourrait servir aussi bien de définition de l’écriture épistolaire, voire du journal intime : il s’agit d’une sorte de portrait qui ne sera jamais achevé, et qui sera toujours changeant et mobile :

  • 3 Nicole P., op. cit., p. 354.

« En un mot, il faut agir à peu près dans cette étude comme si on avait entrepris de travailler toute sa vie à faire son portrait ; c’est-à-dire qu’il faut y donner tous les jours quelque coup de pinceau, sans effacer ce qui en est déjà tracé. Ainsi on remarquera tantôt une passion, et tantôt une autre. On découvrira aujourd’hui une illusion de l’amour-propre, et une autre demain. Et par là nous formerons peu à peu un portrait si ressemblant que nous pourrons voir à chaque moment tout ce que nous sommes, de sorte que nous aurons sans cesse lieu de nous dire à nous-mêmes : voilà ce que je suis ; voilà ce que j’ai tant aimé, et dont je voudrais que tout le monde fît l’objet de son estime et de son affection 3. »

  • 4 Thirouin L., op. cit., p. 7.
  • 5 Nicole P., op. cit., p. 376.

5Le genre de l’essai tel que Nicole l’assume, du moins à l’époque où Mme de Sévigné commence à connaître ces textes, affiche « un parti pris non méthodique 4 », surtout par rapport à la forme plus cohérente et structurée du traité adoptée dans les éditions ultérieures. Ce choix formel s’avère mieux adapté aux visées des Essais de morale : non seulement l’élaboration du portrait qui s’avère un outil indispensable dans la connaissance de soi, ouvrage auquel il y aura toujours des retouches à apporter — car, comme il le résume dans le titre d’un chapitre de cet Essai, « il y a toujours bien des choses que nous ne connaîtrons jamais en nous 5 » —, mais aussi l’approche pédagogique de Nicole que Mme de Sévigné semble surtout apprécier. Car l’enjeu pour Nicole c’est l’adoption d’une prise de position non autoritaire qui convient non seulement à la rhétorique de l’essai mais aussi à la manière de reprendre les défauts d’autrui : « C’est un style qui éclaire et qui vous fait rentrer dans vous-même d’une manière digne de la beauté de son esprit et de la bonté de son cœur, car il ne gronde point mal à propos, qui est la plus mauvaise chose du monde et qui fait le moins ce qu’on veut » (III, 738). Le précepte selon lequel il faut éviter de contredire les autres, même quand on croit qu’ils sont tombés dans l’erreur, s’applique au domaine de la rhétorique aussi bien qu’à celui de la morale. Il constituera d’ailleurs un élément important de la pratique épistolaire de Mme de Sévigné.

6Le dialogue avec l’autre auquel est voué l’échange épistolaire s’avère une forme de discours manifestement ouverte et inachevée. Chaque lettre apporte les éléments d’une réponse à la parole de l’autre dans un processus réciproque et dynamique. Mais l’absence que la lettre vise à contrecarrer ne fait que renforcer l’effet d’inachèvement, car l’écriture est en fin de compte une pratique solitaire ; le silence cerne le dialogue épistolaire de tous côtés — ce qui explique une certaine frustration sinon désespoir que l’épistolière n’arrive pas tout à fait à cacher, par exemple lorsqu’elle prie sa fille de participer dans une discussion sur les Essais de Nicole : « Ne me direz-vous rien des Essais de Morale […] C’est une belle conversation que celle que l’on fait de deux cents lieues loin » (II, 208). Mais les lacunes du dialogue épistolaire rappellent d’une certaine manière les silences qui guettent les conversations de vive voix, dans lesquelles Mme de Grignan n’aurait pas été une participante aussi enthousiaste que sa mère : « Je parlerai longtemps là-dessus et j’en eusse été ravie quand nous étions ensemble, mais vous coupiez court, et je reprenais tout aussitôt le silence » (II, 912). À la limite, la communication épistolaire s’avère plus satisfaisante quand elle vire au monologue — même si cela mine en même temps sa raison d’être — car il semble en effet plus difficile de « couper court » son interlocteur par une lettre. À la place de l’autre, l’épistolière doit donc exercer une sorte d’auto-censure afin de respecter la natu dialogique de la communication. Sinon, la lettre devient essai ou « chapitre ».

7Si l’on peut caractériser l’écriture comme une pratique solitaire, la lecture constitue pour la plupart une activité à laquelle participent les proches et dans laquelle l’espistolière semble vouloir inclure certains de ses correspondants absents, et notamment sa fille. Bien qu’il s’agisse de donner un compte rendu de la vie quotidienne, dont les séances de lecture constituent un passe-temps important, la lettre accorde beaucoup de place aux commentaires des lectures pour une autre raison aussi : ces discussions ont pour but de diminuer l’effet d’isolement créé par l’absence et l’éloignement, en contribuant au dialogue et à la convivialité.

8La lecture des Essais de Nicole, comme celle d’autres livres, se présente d’abord comme un remède contre l’ennui, un divertissement qui sert à remplir les heures lors des longs séjours aux Rochers. Les commentaires élogieux sur le style de l’écriture de Nicole sont nombreux ; elle le place d’ailleurs dans la même caté que Pascal, éloge on ne peut plus grand : « Je n’ai jamais vu une force et une énergie comme il y en a dans le style de ces gens-là. Nous savons tous les mots dont ils se servent, mais jamais, ce me semble, nous ne les avons vus si bien placés ni si bien enchâssés » (II, 175). Mais son fils ne semble pas partager son enthousiasme ; Charles de Sévigné caractérise l’écriture de Nicole comme « difficile à comprendre, sophistiqué, galimatias en quelques endroits, et surtout ennuyeux presque partout » (II, 223). Or ce mot « galimatias » sera repris par sa mère à propos d’un Essai de Nicole qu’elle prétend par ailleurs admirer. Il se peut, comme l’a suggéré Roger Duchêne, que l’épistolière développe sa réflexion en fonction de ses entretiens avec ses proches, et qu’elle se laisse persuader par eux. C’est ce dont l’aurait accusé Mme de Grignan, à qui l’épistolière répond : « Je suis toujours contente des Essais de Morale, et quand vous avez cru que le sentiment de certaines gens me ferait changer, vous m’avez fait tort » (II, 250). Mais l’écho de la critique de Charles qu’on retrouve dans le texte de sa mère fait partie d’un jugement très négatif quant au « molinisme » de Nicole, même si à la fin du passage l’épistolière prétend avoir plaisanté : « Il y a le plus beau galimatias que j’aie encore vu […] dans le traité « De tenter Dieu ». Cela divertit fort. […] pour moi, je sens que je fais comme Corbinelli. Je veux mourir si je n’aime mille fois mieux les jésuites ; ils sont au moins tout d’une pièce, uniformes dans la doctrine et dans la morale » (II, 492). Quoi qu’il en soit des véritables opinions de l’épistolière, les jugements négatifs d’autrui qu’elle incorpore dans son propre discours nous permettent de mettre en lumière deux aspects de sa pratique épistolaire.

  • 6 Ibidem, p. 28.

9Tout d’abord, la notion de polyphonie qui me semble appropriée à l’idée d’un brouillage des lieux énonciatifs qui est à l’œuvre dans la Correspondance de Sévigné, sinon dans toute correspondance. Autrement dit, il s’avère parfois difficile de distinguer ce qu’il faut attribuer à l’épistolière de ce qui vient d’ailleurs. Par exemple dans un passage où elle semble exprimer une certaine réserve quant au choix d’une métaphore utilisée par Nicole dans la première phrase de son essai « De la faiblesse de l’homme » : « L’orgueil est une enflure du cœur par laquelle l’homme s’étend et se grossit en quelque sorte en lui-même, et rehausse son idée par celle de force, de grandeur et d’excellence 6. » Voici maintenant le commentaire de Sévigné sur cette image : « J’ai été blessé, comme vous, de l’enflure du cœur : ce mot d’enflure me déplaît. Et pour le reste, ne vous avais-je pas dit que c’était de la même étoffe que Pascal ? » (I, 326). Mais quelques semaines plus tard elle revient sur cette expression et on comprend mieux que la critique venait surtout de Mme de Grignan : « J’ai même pardonné l’enflure du cœur en faveur du reste, et je maintiens qu’il n’y a point d’autre mot pour expliquer la vanité et l’orgueil, qui sont proprement du vent ; cherchez un autre mot » (I, 352). Une erreur commune consiste à attribuer à l’épistolière des opinions ou des expressions qui à vrai dire ne sont pas les siennes, mais plutôt celles de ses correspondants. L’attribution s’avère en tout cas fort douteuse dans de nombreux cas, ce qui montre à quel point la lecture et l’écriture s’impliquent réciproquement dans la communication épistolaire.

10Mais la polyphonie dont il s’agit ici découle sans doute d’un autre aspect de la Correspondance qui consiste en la mise en pratique du précepte de Nicole dont il a déjà été question, selon lequel il faut éviter de contredire les autres. Et là nous tombons sur une autre difficulté, celle de savoir laquelle précède ou l’emporte sur l’autre : l’habitude de l’épistolière d’incorper les paroles d’autrui dans son propre discours, ou la règle de politesse ou d’honnêteté qui pour Nicole sert de substitut, voire de relais à la charité chrétienne. Au lieu de contredire ou rejeter tout de suite la critique que fait sa fille du mot « enflure », Mme de Sévigné semble d’abord y consentir, avant de lui exposer sa propre interprétation qui en fin de compte s’oppose à celle que dans un premier temps elle semblait assumer comme la sienne.

11Quant à l’assimilation des commentaires négatifs dans son propre discours, l’épistolière trouve une solution efficace qui lui permet de récupérer le texte de Nicole tout en admettant le bien-fondé des jugements d’autrui ; cette solution, elle la trouve dans l’argument de la destination ou du ciblage. Tout d’abord, l’ouvrage de Nicole déclèle une valeur universelle : « Lisez-le, je vous prie, avec attention, et voyez comme il fait voir nettement le cœur humain, et comme chacun s’y trouve, et philosophes et jansénistes et molinistes, et tout le monde enfin » (I, 356). Mais au fûr et à mesure que s’accumulent les réactions négatives dont l’épisto fait part dans ses lettres, le lectorat auquel sont destinés les Essais de Morale se divise en au moins deux groupes distincts, auxquels correspondent d’ailleurs les deux parties du texte de Nicole : la partie « vraie », et la partie « politique » :

« Je vous prie de lire, ma bonne, […] ‘De la Soumission à la volonté de Dieu’. Voyez comme il nous la représente souveraine, faisant tout, disposant de tout, réglant tout. Je m’y tiens ; voilà ce que j’en crois. Et si, en tournant le feuillet, ils veulent dire le contraire pour ménager la chèvre et les choux, ils auront sur cela la destinée à mon égard de ces ménageurs politiques, et ils ne me feront pas changer. Je suivrai leur exemple, car ils ne changent pas d’avis pour changer de note » (II, 943-944).

12Dans ce passage l’épistolière semble assumer les commentaires négatifs de son ami Corbinelli, qui caractérise de « politiques » certains aspects de la pensée de Nicole, et notamment l’importance qu’il accorde aux « moyens humains » dans l’exécution de la volonté de Dieu. Or l’attitude affichée par l’épistolière s’avère pragmatique, dans la mesure où elle continue à défendre ce qui lui semble utile et bon, le reste n’étant qu’un changement de « note » et non pas d’« avis ».

  • 7 Ibid., p. 375.

13Ce qui me semble encore plus digne d’attention dans tout ceci, c’est la fonction qu’elle attribue au « molinisme » ou soi-disant des Essais de morale : elle y voit une tentative de la part de Nicole d’adapter son discours aux lecteurs en général. Lorsqu’il décrit les moyens humains comme un instrument efficace de la volonté de Dieu, notion qui donne plus d’espoir à l’individu que la doctrine janséniste dans sa forme pure et dure, Sévigné y voit la nécessité de « parler com » ou parler « aux hommes » (II, 1011) — autrement dit, aux lecteurs qui ne sont pas directement visés par ce livre, ou qui seraient toujours incapables d’en faire un usage parfait. Car n’oublions pas le fait qu’elle dit plusieurs fois — toujours sur le ton de la plaisanterie, il est vrai — que ce livre n’a été conçu que pour elle. « Enfin ce traité [« D’Entretenir la paix entre les hommes »] est fait pour bien du monde, mais je crois principalement qu’on n’a eu que moi en vue » (I, 375). Tout cela pour dire que la pratique de lecture spécifique à Mme de Sévigné consiste à faire des Essais de morale une sorte de texte épistolaire, n’ayant qu’une véritable destinataire — elle-même — qui est seule capable de compléter le message, c’est-à-dire de le repérer dans toute sa signification (bien qu’elle prétende faire partie de la classe des « tièdes » que constituent la plupart des chrétiens, ceux auquels Nicole s’adresse justement dans les Essais). Le « molinisme » de Nicole, synonyme de relâchement moral, ne serait en fin de compte que la reconnaissance de la présence de lecteurs aventices dont le moraliste doit tenir compte en quelque sorte. Une vingtaine d’années après la première publication des Essais, l’enthousiasme de Mme de Sévigné n’a pas diminué : « M. Nicole est tout divin. Vraiment, il faut bien qu’il s’aide de la grâce suffisante, qui ne suffit pas, mais pour moi, elle me suffit, car c’est la grâce efficace en paroles couvertes » (III, 750). Ici l’épistolière met le doigt sur un autre aspect de la communication épistolaire, à savoir le recours à un langage codé. Plus une lettre s’avère intime, autrement dit, plus le ciblage est restreint, plus la lettre à tendance à recourir à un langage codé, soit des « paroles couvertes ». Notons en passant le chapitre dans l’essai « De la connaissance de soi-même » qui s’intitule « Règles pour entendre le langage des avertissements, de la flatterie et du silence », et qui traite précisément du langage codé. Or dans ce texte Nicole écrit qu’il ne faut pas « s’arrêter à l’écorce des paroles 7 » — Mme de Sévigné semble avoir bien adopté ce précepte dans sa pratique de lecture.

14Quel est donc l’usage que fait Mme de Sévigné de sa lecture des Essais de morale, usage qui lui permettrait de penser que l’ouvrage lui a été destiné en particulier ? Le texte de Nicole se présente comme un guide pratique de la vie chrétienne, mais il possède une dimension spéculative aussi bien que prescriptive. Or Mme de Sévigné est très sensible à ce double aspect, et surtout à la difficulté qu’on peut éprouver de passer de l’un à l’autre — c’est-à-dire de mettre en pratique la connaissance de la nature humaine que le texte de Nicole fournit aux lecteurs :

« Il est vrai que c’est une perfection un peu au-dessus de l’humanité, que l’indifférence qu’il veut de nous pour l’estime ou l’improbation du monde ; je suis moins capable que personne de la comprendre. Mais quoique dans l’exécution on se trouve faible, c’est pourtant un plaisir que de méditer avec lui, et de faire réflexion sur la vanité de la joie ou de la tristesse que nous recevons d’une telle fumée ; et à force de trouver son raisonnement vrai, il ne serait pas impossible qu’on s’en servît dans certaines occasions. En un mot, c’est toujours un trésor, quoi que nous en puissions faire, d’avoir un si bon miroir des faiblesses de notre cœur » (I, 373).

15Du on-nous inclusif, catégorie à laquelle appartiendraient l’épistolière et sa destinataire, Mme de Sévigné semble passer à un on-nous plutôt pédagogique, en évitant d’assumer un air trop autoritaire. Autrement dit, nous pouvons déduire de ce passage que Mme de Grignan aurait exprimé une certaine réserve quant à l’utilité du texte de Nicole. D’ailleurs Sévigné conseille sa fille de relire les Essais de Nicole jusqu’à ce qu’elle soit capable d’en faire un bon usage. Dans d’autres passages, les pronoms « nous » et « on » créent le même genre d’ambiguïté — est-ce que les deux femmes éprouvent le même degré de difficulté à assimiler les leçons de Nicole ? On peut le douter, car ici il semble que la lettre de la mère fonctionne comme un outil de direction spirituelle à l’intention de sa fille.

  • 8 Ibid., p. 38.

16De toute façon, il semble bien que Mme de Sévigné fait un usage tout à fait personnel et pragmatique de sa lecture de Nicole, sinon de toute sa réflexion religieuse en général. Elle se fixe par exemple sur une idée développée par Nicole, qui selon certains critiques annonce ou préfigure la pensée économique d’Adam Smith : le moraliste expose le bien général qui est la conséquence des intérêts des particuliers — c’est-à-dire les effets salutaires pour la société de la cupidité des individus. En bonne élève de Nicole, Madame de Sévigné applique l’idée à sa propre existence : la réparation de sa maison, et surtout la livraison des lettres de sa fille, sont autant de « beaux effets » de la cupiditité de la nature humaine cor, celle des charpentiers et des postillons en particulier (I, 315 et I, 376). Mme de Sévigné a recours à l’essai de Nicole sur la volonté souveraine de Dieu pour se défendre contre les accusations de sa fille de ne pas prendre les choses en main, et de ne pas être assez ébranlée par leur séparation : « Il y a des pensées sur cela que je ne soutiens pas ; je sens une main qui me serre le cœur. Je ne devais point vous laisser partir ; je devais vous emmener avec moi aux Rochers. […] Vous dites que c’est pour se prendre à Dieu de tout ; lisez, lisez ce traité que je vous ai marqué, et vous verrez que c’est à lui en effet qu’il s’en faut prendre » (II, 945). Certes l’épistolière tire surtout un certain réconfort affectif de sa lecture de Nicole. Elle qui s’inquiète constamment de la santé de sa fille, et des dangers auxquels celle-ci lui semble exposée, apprécie surtout la réflexion du moraliste sur la fragilité de l’existence humaine dans son essai « De la faiblesse de l’homme » : « cette vie misérable, qui ne tient elle-même à rien, […] est continuellement exposée à mille accidents. Sans même qu’il nous en arrive aucun, la machine entière du monde travaille sans cesse avec une force invincible à détruire notre corps 8. » A la limite la réflexion religieuse sert à remplir certaines lacunes créées par la vieillesse : « quand on n’est plus jeune, c’est alors qu’il faut se perfectionner et tâcher de regagner du côté des bonnes qualités ce qu’on perd du côté des agréables […] par cette raison, je veux tous les jours travailler à mon esprit, à mon âme, à mon cœur, à mes sentiments. Voilà de quoi je suis pleine et de quoi je remplis cette lettre, n’ayant pas beaucoup d’autres sujets » (I, 360). Il s’agit d’une vision qui n’est pas contraire à la sagesse épicurienne, et qui s’avère très peu janséniste en fin de compte : il faut trouver des compensations à certaines pertes que la vie nous inflige. Idée on ne peut plus pragmatique qui à la limite présuppose que la religion ne s’avère nécessaire qu’après la perte de la jeunesse et de la beauté, et tous les agréments et les plaisirs qui les accompagnent. Pour reformuler la phrase de Molière, ce n’est pas l’âge d’être dévote à vingt ans.

Notes

1 Sévigné (Madame de), Correspondance, éd. Roger Duchêne, 3 vols., Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1972-1978. Toutes les citations renvoient à cette édition, et, sauf indication, toutes les lettres d’adressent à Mme de Grignan.

2 « Ce qui s’appelle chercher dans le fond du cœur avec une lanterne, c’est ce qu’il fait » (I, 356). Mme de Sévigné transpose la métaphore de Nicole qui décrit la vérité comme « un flambeau » dont le chrétien doit se servir « pour chercher dans les plus profonds replis de notre âme » ; c’est « la lumière de Dieu [qui] nous ferait voir clair dans tous les replis de notre cœur ». Nicole P., « De la connaissance de soi-même », Essais de morale, éd. Laurent Thirouin, Paris, Presses Universitaires de France, 1990, p. 349, p. 340.

3 Nicole P., op. cit., p. 354.

4 Thirouin L., op. cit., p. 7.

5 Nicole P., op. cit., p. 376.

6 Ibidem, p. 28.

7 Ibid., p. 375.

8 Ibid., p. 38.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540