Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. La dynamique intertextuelle

Marguerite Buffet lectrice de la querelle des femmes

Isabelle Ducharme

Texte intégral

  • 1 Tout en favorisant une éducation féminine ouverte et une vie intellectuelle active, les mouvements (...)
  • 2 Maïté Albistur et Daniel Armogathe, Le Grief des femmes, Paris, Hier et Demain, 1978, vol. 1, p. 8.

1Bien que la querelle des femmes ait connu son degré de virulence le plus élevé au cours du xvie siècle, le débat s’est néanmoins poursuivi et réactivé sporadiquement au xviie siècle. À ce moment, il a porté essentiellement sur le thème de la vie intellectuelle féminine plutôt que sur les thèmes traditionnels que sont la vertu, la chasteté et l’amour au féminin. Marquée par de nouveaux enjeux tributaires des réalités sociales liées au xviie siècle 1, la Querelle a connu une intensité particulière dans la seconde moitié du siècle. La question de l’accès des femmes à l’instruction devient alors le point d’ancrage du contenu polémique, question qui, d’ailleurs, peut être considérée comme « le grand débat de l’Ancien Régime, […] la revendication majeure de l’histoire des femmes 2 ».

2En 1668 paraît un ouvrage pro-féminin intitulé Éloges des Illustres Sçavantes anciennes et modernes signé d’une auteure aujourd’hui méconnue, Marguerite Buffet. Cet ouvrage propose pour l’une des premières fois une synthèse particulièrement directe, succincte, voire optimale des discours apologétique et épidictique pro-féminins traditionnels, des types de discours rarement réunis au sein d’un même texte. Résultant vraisemblablement d’une volonté de synthèse, l’ouvrage de Buffet établit une formule discursive définitive qui constitue l’aboutissement, « le » point d’arrivée au féminin de la longue tradition pro-féminine, une tradition qui réinvestit sans cesse depuis des décennies les mêmes modalités discursives, les mêmes tours de rhétorique et les mêmes thématiques pour faire valoir la femme ou bien dans une perspective de supériorité ou bien d’égalité par rapport à l’homme.

3Au-delà de la figure féminine savante que nous renvoient les Éloges des Illustres Sçavantes de Buffet, c’est la figure de la lectrice qui transcende le discours et, par conséquent, ouvre une riche avenue d’analyse au lecteur — ou à la lectrice — extérieur. En fait, se dissimule habilement en arrière-plan des Éloges, et ce du début à la fin de l’ouvrage, une figure-lectrice omniprésente, une figure qui lit et apprend, une figure qui raisonne, une figure enfin qui écrit… Et cette figure-lectrice pivot n’est nulle autre que Marguerite Buffet elle-même. À la lumière de ce constat, les Éloges doivent être entrevus comme la réflexion d’une lectrice avant même d’être l’œuvre d’une auteure.

  • 3 Alexandre Cioranescu, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle, Paris, Cent (...)

4Marguerite Buffet (? – 1680) n’est pas l’auteure à la mémoire immortalisée par l’histoire ou la critique littéraire. Résidant parmi les oubliés de l’écrit, elle nous apparaît telle une femme sans visage qui s’est investie audacieusement dans une « querelle de femmes ». Les quelques ouvrages qui en font mention la désignent comme philologue, grammairienne de la langue française, Parisienne « faisant profession d’enseigner l’art de bien parler et de bien écrire sur tous sujets 3 ». Le profil demeure ainsi bien mince de cette auteure qui a fait de la pratique judicieuse et policée de la langue, de la conversation et de l’écriture sa préoccupation première.

  • 4 Tout en se comparant aux auteurs de grammaire qui l’ont précédée, Buffet nous fait savoir à qui ell (...)

5Buffet publie en 1668 une grammaire française qui a pour titre Nouvelles observations sur la langue française où il est traitté des termes anciens et inusitez, & du bel usage des mots nouveaux. En annexe de ce traité didactique essentiellement destiné à un lectorat féminin, comme Buffet le signale en début de texte 4, sont ajoutés les Éloges des Illustres Sçavantes anciennes et modernes. Ces derniers incluent à la fois une brève apologie pro-féminine faisant la démonstration de la valeur et du mérite du sexe féminin ainsi qu’un répertoire de figures féminines exemplaires où se juxtaposent des contemporaines et des anciennes. En chair et en os, ces dernières viennent confirmer le contenu argumentatif du discours apologétique. Par conséquent, l’apologie de Buffet constitue le noyau de l’ouvrage. D’une part, sur elle se greffe et germe la liste des vies de femmes illustres posées en exemple. D’autre part, elle confère une raison d’être au traité grammatical puisqu’elle démontre l’idée suivant laquelle « les femmes peuvent avoir autant d’habiletés que les hommes, en tout ce qui les rend habiles » (p. 215) — ce qui inclut l’apprentissage et la maîtrise d’une langue correcte et raffinée. Le triptyque formé par la défense argumentée des capacités féminines, le discours épidictique et le condensé grammatical à l’usage des femmes résonne d’échos et se voit rythmé par les renvois qui unissent les segments les uns aux autres, conférant à l’en un dynamisme textuel d’une intéressante circularité. De surcroît, c’est grâce à une organisation et à un agencement réfléchis des fragments discursifs entre eux que la figure de la lectrice se déploie, devenant « le Sujet féminin » premier et incontournable mis en scène dans les Éloges, sujet autour duquel, à partir duquel et grâce auquel s’échafaude la thèse pro-féminine de l’auteure.

  • 5 Le terme est emprunté au titre d’un ouvrage de Marc Angenot : Les champions des femmes (Montréal, P (...)

6Afin de démontrer dans quelle mesure la femme est « aussi capable des plus nobles emplois que les hommes » (p. 206), Buffet construit un tableau synoptique de l’argumentaire traditionnel déjà bien connu, passant en revue les thématiques pro-féminines que nous croisons à satiété depuis le xvie siècle chez les partisans et « champions 5 » du sexe féminin, à savoir les rapports de similitude entre l’homme et la femme, la nature et la disposition des organes chez les gents féminine et masculine, la valeur et le mérite attestés des capacités féminines, la théorie des humeurs et des tempéraments, la dévalorisation du jugement misogyne, etc. Contrairement toutefois à la majorité des discours pro-féminins du xviie siècle, l’apologie de Buffet ne met plus tant l’accent sur l’affirmation de la supériorité féminine, mais favorise plutôt le concept nouveau de l’égalité dans la différence. Si l’avantage semble quelquefois donné à la femme, ce n’est que pour la rendre égale à l’homme. En réalité, dans l’esprit du xviie siècle, pour que la femme soit égale à l’homme, cela implique un effort, un surplus, bref une quelconque forme de supériorité. Néanmoins, chez Buffet, la différence entre les sexes n’exclut pas pour autant leur égalité. Dans cette perspective, elle privilégie la notion de parité — qui dit la femme aussi bonne que l’homme — faisant voir une façon nouvelle de concevoir l’égalité qui se concrétise au détriment de la simple polarité — prônant sans détour le concept de la supériorité féminine.

  • 6 Le texte de Buffet suit ainsi les conseils d’Erycius Pluteanus qui écrit, au début du xviie siècle, (...)

7Buffet se distingue de ses confrères et consoeurs apologistes par sa manière de traiter la question pro-féminine en exposant en raccourci un raisonnement « pléthorique » développé et mis en forme depuis des décennies. Elle n’énumère que partiellement les points qui se rattachent directement à la thèse à éclairer, à savoir que les capacités féminines équivalent les masculines. Évitant les digressions lassantes et étourdissantes qui représentent le lot de combien de textes pro-féminins antérieurs, Buffet préfère rappeler, voire esquisser à grands traits, les principaux thèmes abondamment exploités dans la production qui la précède, voyant dans la tradition un vivier d’arguments d’autorité nécessaires quoique récurrents de texte en texte. Cette méthodologie témoigne des efforts d’une lectrice qui choisit de résumer le contenu bien connu de la querelle des femmes et de le schématiser en l’intégrant à une structure textuelle nouvelle et abrégée 6. Buffet nous propose ainsi une synthèse efficace de ses lectures ayant trait à la valeur et au mérite de la femme.

  • 7 La tradition pro-féminine ne fait grands cas du savoir féminin avant la seconde moitié du xviie siè (...)

8Lorsque nous observons soigneusement les différentes stratégies mises en oeuvre dans l’organisation du discours apologétique de Buffet, la figure de la lectrice se dévoile d’elle-même. Pensons notamment au recours et à l’évocation de figures féminines exemplaires venant prouver la thèse soutenue ou encore à la présence de figures masculines d’autorité venant conférer au texte une crédibilité qu’il ne saurait trouver ailleurs. Les lectures de Buffet lui servent vraisemblablement de réservoir où puiser, élaguer et trier la somme de ses arguments et exemples. Rien de surprenant à croiser dans l’apologie de Buffet les noms de femmes universellement connues et continuellement transposées et mises en scène dans les apologies pro-féminines traditionnelles : pensons aux Clothilde, Indegonde, Sémiramis, Blanche de Castille, Catherine de Médicis et combien d’autres. Canoniques, véritables incontournables, ces figures féminines appartiennent à l’imposant répertoire de figures féminines illustres constitué et augmenté au fil des siècles — pensons par exemple au De claris mulieribus de Boccacce daté de 1360. Cette récupération de la tradition épidictique avec laquelle Buffet s’est familiarisée ne remet guère en cause la structure novatrice dans laquelle l’auteure réinsère et redispose le tout. En fait, l’apologie de Buffet actualise un contenu polémique entrevu et lu ailleurs, nombre de fois avant d’ailleurs, un contenu retraité de manière nouvellement stimulante et réfléchie. Ce qui demeure néanmoins relativement intriguant dans la défense des femmes que réécrit Buffet, une défense qui précède des éloges d’illustres savantes ancien et modernes (est-il fondamental de le rappeler), c’est l’absence de figures féminines reconnues pour leurs capacités intellectuelles. Bien que le savoir au féminin constitue le centre d’intérêt premier de l’auteure, qui le rappelle tel un leitmotiv tout au long de son discours, Buffet semble s’interdire d’en évoquer des exemples probants dans son apologie. Ce choix peut être expliqué suivant la problématique de la lecture. D’une part, la valeur indéniable des différentes figures anciennes mentionnées, dont le mérite a été consolidé par l’histoire, servent à garantir la justesse et la pertinence de son discours apologétique. D’autre part, leur présence, comme preuve de l’argumentation tenue, traduit l’importance de la tradition discursive apologétique pro-féminine récupérée par Buffet qui n’évoque quasi jamais le nom de savantes pour attester la cohérence de la thèse pro-féminine. À ces savantes, la tradition a toujours préféré les figures exempli la foi, la vertu, le bon jugement au féminin 7. Si l’auteure se contente, voire se satisfait, de résumer l’argumentaire échafaudé dans des textes antérieurs appartenant à la querelle des femmes, elle omet toutefois, peut-être délibérément, d’énumérer des savantes comme preuve de la parité dont elle fait l’exposé, s’en tenant à la tradition qui la précède et qui lui impose en quelque sorte un cadre rhétorique auquel correspondre.

9La stratégie quant à l’énumération en série de quelques figures d’autorité masculines demeure du même ordre. Leur seule présence sert à garantir la validité de la thèse tenue. Les Platon, Plutarque ou Salomon représentent autant de voix de vérité, une vérité pro-féminine qui retentit dans le discours de Buffet comme dans moult autres textes, et ce depuis les premiers balbutiements de la querelle des femmes. De leur voix dépend la valeur, voire la cohérence, des discours apologétiques qui s’écrivent en cascade et s’enchaînent depuis des siècles. Respectueuse à son tour de cette précieuse autorisation, Buffet reprend à son compte le discours de maîtres penseurs. Par le recensement nominal de ces per honorés et auréolés d’un prestige jamais questionné, en les mentionnant au passage ou en rapportant schématiquement les grandes lignes de leur pensée, Buffet s’assure la créance du lectorat, comme l’ont fait avant elle combien d’apologistes. Ceci fait bien voir dans quelle mesure la lectrice calque son dis sur d’autres, ceux-là mêmes qui prennent leur source au sein d’une longue tradition discursive pro-féminine servant à asseoir la justesse de leur contenu.

  • 8 De fait, nous comprenons l’importance de l’intertextualité dans la constitution de ce genre d’ouvra (...)
  • 9 Dans le champ qui nous intéresse, le texte de Buffet témoigne donc du fait que, dans la seconde moi (...)

10Plus encore, en tirant au maximum profit de ses lectures, Buffet rédige son apologie comme s’il s’agissait d’un discours collectif. Évoquant les textes de naturalistes, de savants, de légistes, de géomètres, de philosophes, bref d’érudits de toutes sortes, Buffet éclaire adroitement la parenté existant entre la science de son propos et celle d’autres. De cette manière, elle généralise la portée de sa démonstration tout en exaltant sans détour la communauté d’esprit qui l’unit à divers groupes de penseurs dont elle sous-entend avoir lu les écrits. Ainsi, pouvons-nous lire dans son apologie des phrases telles : ceci est « bien connu de tous les Geometres, & Philosophes » ou encore que cela a été remarqué par les hommes les plus galants et les plus érudits, ou encore que « c’est ce que les plus excellens politiques, les naturalistes, & les legislateurs ont tres-bien connu, ayant parlé des femmes dans leurs loix d’une maniere tres-avantageuse ». Outre le fait de voir la force de son argumentation consolidée par une autorité externe polyphonique, Buffet témoigne parallèlement de son propre savoir tout en rendant simultanément compte de la diversité de ses lectures. L’histoire et la tradition apparaissent dans cette optique comme des piliers solides sur lesquels Buffet laisse ouvertement reposer son apologie 8, alors que celle-ci traduit l’activité intellectuelle d’une lectrice qui, avec l’emploi d’une logique toute personnelle, choisit de participer à la querelle des femmes en réorganisant à sa manière un discours appartenant à un réseau intertextuel spécifique. Ainsi, l’auteure synthétise son propos, abrégeant ce qui lui paraît évident ou déjà précisé ou même sous-entendu dans son texte ou dans un hors-texte auquel elle se réfère implicitement ou explicitement. De la sorte, avant même que son lectorat puisse lire son apologie, Buffet elle-même l’a lu chez d’autres 9.

  • 10 Aux pages 32-33 de son ouvrage, Gisèle Mathieu-Castellani parle de la rhétorique propre aux listes (...)

11À cette rhétorique délibérative se rattache une rhétorique épidictique tributaire d’une poétique de la liste qui vise, de manière complémentaire, à cautionner l’exactitude de l’apologie et à démontrer de manière tangible le mérite féminin. Contrairement à ce que nous laissait présupposer l’apologie, où l’évocation des figures féminines anciennes dominait, ce sont, dans la liste, les figures contemporaines qui prennent le relais et s’inscrivent en maîtresses du discours. Dix-neuf contemporaines sont minutieusement présentées et dépeintes sur quelque 48 pages alors que quarante-et-une anciennes défilent à vive allure sur 50 autres pages, autant de fortunées qui ont hérité de la meilleure part de la condition humaine. La partie des éloges dédiée aux modernes et celle réservée aux anciennes ne forment pas moins une liste générale qui « répond à ce double dessein, ‘autoriser’ le discours d’éloge en ‘démontrant’ par des exemples les multiples capacités féminines, ‘autoriser’ l’[auteure] en ‘démontrant’sa culture et sa connaissance des bonnes lettres 10 ». Cependant, les figures exemplaires anciennes chez Buffet ne tiennent essentiellement plus lieu que de garantie et de point d’enracinement d’une compilation voulant de prime abord mettre en évidence la valeur du sujet féminin moderne et contemporain. Ainsi donc, à contre de la tradition épidictique pro-féminine et des nombreux ouvrages invoquant uniquement des exemples du passé pour illustrer l’excellence des vertus féminines, le répertoire de Buffet fait voir de nouvelles visées textuelles. La réalité du xviie siècle semble contenir assez de matière pour faire la preuve — et par là même la promotion — des avantages de l’éducation féminine. Buffet ne cherche plus à escamoter la valeur des contemporaines, mais souhaite plutôt essentiellement la mettre en lumière. La lectrice que représente Buffet dans l’apologie pourrait à ce titre sembler s’estomper dans la liste au profit de l’image de l’écrivaine la plus autonome et entière qui soit. Et pourtant, Buffet-lectrice demeure omniprésente.

  • 11 Le plus souvent, voire toujours, l’ordre chronologique est privilégié pour la présentation de figur (...)
  • 12 C’est dans cette optique que Linda Timmermans signale que la querelle « se développe [alors plutôt] (...)

12Dans le discours épidictique de Buffet, la question féminine se voit traitée à l’intérieur d’un contexte spécifique : celui de la mondanité, du savoir et de l’éloquence, comme elle en donne de manière particulièrement révélatrice elle-même l’exemple. Renversant l’ordre traditionnel de présentation des illustres allant des anciennes aux modernes que laissait anticiper le titre même de l’ouvrage (Les Éloges des Illustres Sçavantes anciennes et modernes), Buffet opte pour une chro inversée 11 : l’énumération des femmes contemporaines précède celle des anciennes. Ce choix organisationnel témoigne de l’objectif premier de Buffet, déjà annoncé dans ses observations sur la langue française, d’« inspirer aux femmes [ses contemporaines] le desir des sciences ; de la vertu » (p. 181) en façonnant sa liste par une exemplarité récente, présentant des femmes connues pour leurs capacités intellectuelles, venues de son temps et de son milieu. Parallèlement, cette préférence accordée à la contemporanéité éclaire une évolution des mœurs, une mutation culturelle caractéristique de la seconde moitié du xviie siècle 12. Néanmoins, le discours de Buffet, par la juxtaposition de deux listes façonnées au passé et au présent, conçues à même des lectures d’ouvrages antérieurs ou contemporains, illustre l’universalité et le caractère trans-historique des aptitudes féminines — réelle stratégie de télescopage et de rapprochement culturels —, tel que Buffet en donne elle-même un exemple.

13De ses contemporaines, Buffet vante principalement leur savoir-faire littéraire et leur maîtrise des arts de la conversation et de l’écriture. Tout en vantant la femme docte et savante, Buffet dessine elle-même son portrait d’érudite, de lectrice et traduit en parallèle son rôle de critique littéraire. De ses lectures, Buffet nous donne ainsi un aperçu. En effet, les éloges dédiés aux contemporaines de Buffet se voient truffées de remarques de lecture et de notes d’appréciation. De Mlle de Scudéry elle écrit : « Pour moy quand je voy écrire d’une maniere si tendre, je dis qu’elle ne peut pas manquer de persuader l’esprit ; puis qu’elle sçait si bien toucher le cœur » (p. 247-248) ; de la duchesse de Montausier, « qu’on voit briller dans ses écrits toute la gravité ; la politesse du plus beau stile qui ait jamais paru entre les Auteurs les plus celebres » (p. 249) ; ou encore de la comtesse de la Suze que « c’est dans les rares productions de son esprit, la delicatesse de ses pensées, & la force de ses expressions, qu’il faut confondre les ennemis de sa gloire, & les envieux de sa reputation » (p. 263-264). Les exemples sont on ne peut plus prolixes de ce genre de précisions littéraires qui scandent les éloges. De fait, la lecture apparaît sans conteste telle l’activité obligée, l’intermède inévitable par lequel Buffet transige pour rédiger son ouvrage.

  • 13 Mathieu-Castellani, op. cit., p. 55.
  • 14 Pour un bon nombre d’éloges, Buffet a plagié De Coste, quelquefois même mot pour mot. Mentionnons l (...)
  • 15 Le genre épidictique favorise les formules déclamatoires, empreintes de pompe et de solennité. Tout (...)

14Si les éloges dédiés aux contemporaines sont ceux écrits par une lectrice, une critique, ceux des anciennes ne confirment pas moins cette même nature de l’auteure bien que ce soit de manière quelque peu différente alors qu’elle prend, tout comme dans sa défense des femmes, la tradition comme pilier-source de ses éloges. En fait, capables de fonder la confiance du lecteur, ces exemples sont, comme le précise Gisèle Mathieu-Castellani, « attendus comme des repères balisant un trajet en partie déjà connu 13 ». Ainsi, à ces figures stables, tirées d’une liste ne-varietur, dont les seuls noms sont garants d’une autorité souveraine correspond toujours une idée préconçue et méritoire à laquelle le lecteur adhère volontairement. C’est pourquoi elles disparaissent toujours, à peine nommées, ayant justement rempli leur mandat d’exemplarité. Tandis que Buffet résumait ses lectures dans son apologie, évitant de recopier bêtement d’autres textes, amal les arguments par une dispositio distincte, le rattachement à la tradition dans son discours épidictique pour les éloges de ses anciennes est de nature autre. En effet, Buffet n’y fait plus que schématiser ses lectures, mais elle s’autorise à les plagier systématiquement, par grands pans, à se les approprier vertement en les recopiant en plusieurs endroits. Nous lisons ainsi les lectures de Buffet au rythme même de son écriture. Hilarion de Coste, avec ses Éloges et vies des reynes, des princesses et des dames illustres en piété, en courage et en doctrine, qui ont fleury de nostre temps et du temps de nos Pères (1630) devient notamment une source fertile d’éloges destinés à des figures féminines exemplaires où Buffet puise allègrement 14. Pour peu que nous connaissions la tradition épidictique pro-féminine — à l’image de Buffet —, nous reconnaissons des passages empruntés à d’autres. Buffet ne travestit pas le discours de ces derniers, le conserve tel quel et le réutilise, sans s’en cacher ni s’en vanter. Une stratégie toute naturelle… qui fait fusionner ses éloges avec ceux de la tradition passée 15. Comme dans l’apologie qui réinvestissait dans un nouveau contexte littéraire les thématiques les plus traditionnelles et courantes de la querelle des femmes, Buffet augmente ses éloges de figures féminines anciennes qui élargissent la portée et la crédibilité de son répertoire, en étroite correspondance avec la tradition épidictique. Ainsi, les éloges de ses anciennes abordent-ils les thèmes de la piété, de la vertu et du gouvernement d’État, autant de thèmes habituellement chéris des auteurs de listes de figures féminines. En voyant le texte de Buffet ainsi se superposer à la tradition discursive pro-féminine dans toute sa diversité, nous constatons que la figure de la lectrice et celle de l’auteure se rejoignent sans possibilité de les distancier, celle-ci et celle-là ne faisant qu’une.

15En somme, si Marguerite Buffet n’avait pas été une lectrice d’abord et avant tout, les Éloges des Illustres Sçavantes n’auraient certes jamais vu le jour. Son savoir, Buffet le tient et le doit à ses lectures, les textes qui l’ont formée et qui lui ont permis à son tour d’écrire et d’inscrire son nom au sein d’une continuité. Cette importance est inscrite au cœur même de la structure générale de son ouvrage, ouvrage qui nous renvoie avec vigueur l’image d’une lectrice qui devient auteure, puis l’image d’une auteure qui se fait professeure dans la mesure où les Éloges sont précédés d’un traité grammatical à l’usage du lectorat féminin. Ainsi surgit en arrière-plan du discours un sujet féminin pleinement défini… Un jour elle lisait, en 1668, elle est celle que désormais on lit. Incidemment, l’ouvrage de Buffet, par le truchement de la peinture qu’il nous donne de la figure de la lectrice, doit être lu et considéré dans sa circularité : à l’image de Buffet, les lectrices des Éloges seront elles aussi formées par leurs lectures, lectures suggérées au passage par Buffet. À leur tour, ces lectrices deviendront savantes, maîtriseront la langue, écriront et se verront, en bout de ligne, dédiées des éloges. Ainsi, avant d’être savante, il faut être lectrice, voilà le message qu’exhale l’ouvrage de Marguerite Buffet, et ce, d’un couvert à l’autre

Notes

1 Tout en favorisant une éducation féminine ouverte et une vie intellectuelle active, les mouvements salonnier et précieux, notamment, ont accordé aux femmes une place de choix et leur ont permis d’acquérir un « prestige » sans précédent.

2 Maïté Albistur et Daniel Armogathe, Le Grief des femmes, Paris, Hier et Demain, 1978, vol. 1, p. 8.

3 Alexandre Cioranescu, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1965, vol. 1, p. 495. Dans le dictionnaire de Fortunée Briquet, il est spécifié qu’elle était de Paris sans fournir plus de détails (Fortunée B. Briquet, Dictionnaire historique littéraire et bibliographique des Françaises et des étrangères naturalisées en France connues par leurs écrits ou par la protection qu’elles ont accordé aux Gens de lettres, depuis l’établissement de la Monarchie jusqu’à nos jours (1804), Paris, Indigo ; Côté-femmes éditions, coll. « Des femmes dans l’Histoire », 1997, p. 71).

4 Tout en se comparant aux auteurs de grammaire qui l’ont précédée, Buffet nous fait savoir à qui elle destine son ouvrage : « C’est pourquoi j’ai pris une route toute différente de la leur, & n’ay quitté le chemin qu’ils ont tenu, que pour me rendre au but en moins de temps ; avec moins de peine, en travaillant principalement pour les femmes », Marguerite Buffet, Nouvelles observations sur la langue française où il est traitté des termes anciens ; inusitez, & du bel usage des mots nouveaux avec les Éloges des Illustres Sçavantes anciennes et modernes, Paris, Jean Cusson, 1668, p. 7.

5 Le terme est emprunté au titre d’un ouvrage de Marc Angenot : Les champions des femmes (Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1977).

6 Le texte de Buffet suit ainsi les conseils d’Erycius Pluteanus qui écrit, au début du xviie siècle, « la brieveté obtient de peu de mots le maximum de sens, si bien […] que le discours signifie plus qu’il ne dit, et même ce qu’il ne dit pas », Marc Fumaroli, L’âge de l’éloquence, Genève, Librairie Droz, 1980, p. 160-161.

7 La tradition pro-féminine ne fait grands cas du savoir féminin avant la seconde moitié du xviie siècle alors que la vie intellectuelle féminine devient de plus en plus concrète chez l’aristocratie comme chez la bourgeoisie.

8 De fait, nous comprenons l’importance de l’intertextualité dans la constitution de ce genre d’ouvrage pro-féminin. Dominique Maingueneau explique d’ailleurs dans quelle mesure toute production polémique se trouve dépendante des textes produits dans le même esprit, concluant que, dans ce genre de production, « l’interdiscours prime le discours […] posant que l’unité d’analyse pertinente n’est pas le discours mais un espace d’échanges entre plusieurs discours convenablement choisis » (Dominique Maingueneau, Genèse du discours, Bruxelles, Pierre Mardaga éditeur, 1984, p. 11). Le texte de Buffet n’est à ce titre pas différent des autres et fait bien voir l’étroitesse des liens qui le lient aux textes qui lui sont antérieurs.

9 Dans le champ qui nous intéresse, le texte de Buffet témoigne donc du fait que, dans la seconde moitié du xviie siècle, « l’esprit [dont fait preuve l’auteure] consiste donc à renouveler et vivifier les lieux communs » (Marc Fumaroli, La diplomatie de l’esprit (de Montaigne à La Fontaine), Paris, Hermann Éditeurs des Sciences et des arts, 1994, p. 286), du moins en partie.

10 Aux pages 32-33 de son ouvrage, Gisèle Mathieu-Castellani parle de la rhétorique propre aux listes de figures exemplaires (La Quenouille et la lyre, Paris, José Corti, 1998).

11 Le plus souvent, voire toujours, l’ordre chronologique est privilégié pour la présentation de figures illustres dans les discours épidictiques traditionnels. Il est ainsi on ne peut plus rare de constater des modifications dans l’utilisation de cette stratégie « canonique » propre à la rhétorique de la liste. Toutefois, si modifications il y a, ces dernières servent à éclairer le lecteur, par ricochet, quant aux priorités auctoriales inscrites au coeur même du texte.

12 C’est dans cette optique que Linda Timmermans signale que la querelle « se développe [alors plutôt] en rapport avec les réalités du temps » (Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1598-1715). Un débat d’idées de Saint-François de Sales à la Marquise de Lambert, Paris, Honoré Champion, 1993, p. 240) ; puisque l’accès facilité des filles à l’instruction, l’émergence de nouvelles congrégations religieuses féminines (laissant à la femme la liberté d’accomplir une mission dans le monde, éducative ou caritative) et la floraison de mouvements salonniers et mondains infléchissent le débat dans une direction nouvelle.

13 Mathieu-Castellani, op. cit., p. 55.

14 Pour un bon nombre d’éloges, Buffet a plagié De Coste, quelquefois même mot pour mot. Mentionnons les cas d’Anne de Bins, Cassandre Fidelle, Catherine de Médicis, Catherine d’Espagne, Claude Catherine de Clermont, Bestizia Gosabina, Isabelle d’Espagne, Louise de Lorraine, Marguerite de France, Marguerite duchesse de Valois, Marguerite d’Autriche, Marguerite More, Marie Stuart, Marie de Gournay et sainte Thérèse.

15 Le genre épidictique favorise les formules déclamatoires, empreintes de pompe et de solennité. Tout en exaltant le souvenir éternel de la valeur, l’auteur de discours épidictiques se trouve à montrer à la fois la rupture et la continuité entre le passé et le présent. C’est d’ailleurs en répétant toujours la même chose, en usant des ressources de l’éloquence persuasive, que se concrétise la fonction éducative du genre. En effet, les répétitions fréquentes dans les éloges visent à souligner l’exemplarité. Essentiellement fondé sur la redite, le genre peut sembler mécanique au xviie siècle. Notons par exemple la fréquence des emprunts, voire des plagiats d’une liste à l’autre. Dans ces conditions, les listes de figures féminines coordonnent des figures qui, par leurs affinités entre elles, exhibent une manière d’être déterminée. La cohérence entre les fragments épidictiques des listes naît d’ailleurs de ces reprises qui uniformisent ce genre de discours.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540