Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. La dynamique intertextuelle

La décade féminine de Marie de Romieu 1

Claude La Charité

Texte intégral

  • 1 Pour réunir tous les documents nécessaires à cet article, nous avons bénéficié de la collaboration (...)
  • 2 À propos de l’adaptation opérée par Marie de Romieu à partir de la source italienne, peut-être à pa (...)

1En conclusion de son « Brief Discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme » (1581), dans l’un des rares passages qui n’est pas traduit ou adapté de sa source 2, Marie de Romieu réunit un canon de dix femmes célèbres de la Renaissance française :

  • 3 Les Premieres Œuvres poetiques de Ma Damoiselle Marie de Romieu Vivaroise […], Paris, Lucas Breyer, (...)

« Vien donc sœur des neuf sœurs, et quatrieme Charite,
Ma contesse de Retz [1], vien que tu sois escrite
La premiere en mes vers : le Grec t’est familier,
De ta bouche ressort un parler singulier,
Qui contente les Rois et leur Cour magnifique,
Le latin t’est commun, et la langue Italique.
Mais par sur tout encor le François te cognoist,
Pour son enfant t’avoue, honore, et te reçoit
S’il faut feindre un souspir d’un amant miserable
S’il faut chanter encor un hymne venerable :
Tu ravis les esprits des hommes mieux disans
Tant en prose et en vers tu sçais charmer nos sens.
Venez apres Morel [2], Charamont [3], Elisenes [4]
Des [R]oches [5 + 6] de Poictiers Graces Pieriennes.
Vous aussi qui tenez le sceptre Navarrois [7],
Et vous ma generale [8] honneur de Piedmontois
De qui l’illustre sang l’Italie environne
Ayant regné longtemps sur Vincense et Veronne
Et de qui les ayeux des vertus amoureux
Ont esté de tout temps puissans, et genereux.
Ore je ne dis rien de ceste grand’princesse
La perle de Vallois [9] qui est au Ciel Deesse
Maintenant pour jamais. Toy qui regis icy
La France qui se rend à ta douce mercy
Voy ce qu’en ta faveur grand’Royne Catherine [10]
J’escris pour haut tonner la race feminine.
Ceux qui de nostre temps ont couché par escrit
Les faits de tes grands Rois viennent de ton esprit.
Tu es leur saint Parnasse et leur eau de [P] ermesse
Aussi chacun t’honor’et te tient pour Deesse. 3 »

  • 4 Voir à propos du canon des orateurs attiques, Laurent Pernot, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris (...)
  • 5 Parmi tant d’autres exemples, Nicolas Denisot, dans la dédicace du Tombeau de Marguerite de Valois (...)
  • 6 Marie de Romieu, Les Premières œuvres poétiques, éd. Jacques Winandy, Genève, Droz, 1972, p. 24. Lo (...)
  • 7 Madeleine et Catherine Des Roches, Les Secondes Œuvres, éd. Anne R. Larsen, Genève, Droz, 1998, p. (...)
  • 8 Marie de Romieu, Les Premières œuvres poétiques, éd. Jacques Winandy., op. cit., p. 25 et Les Premi (...)
  • 9 Les Premieres Œuvres poetiques de Ma Damoiselle Marie de Romieu Vivaroise […], op. cit., Dx, v°.
  • 10 Voir notre conférence « Le “Brief Discours [de] l’excellence de la femme” (1581) : le genre poétiqu (...)

2Le fait que les dames Des Roches soient présentées ensemble permet de rattacher cette liste à la tradition antique du canon des neuf poètes lyriques ou, si on les prend individuellement, à la décade des orateurs attiques 4. L’identification de la plupart des femmes de cette liste ne pose aucune difficulté particulière, soit parce que leur nom est donné explicitement, par exemple les dames Des Roches ou parce que la périphrase poétique utilisée est conventionnelle, par exemple « la perle des Valois 5 » pour Marguerite de Navarre. En revanche, il existe deux personnages dont l’identification est plus problématique, à savoir Charamont et « la générale qui fait l’honneur du Piémontais ». Pour Charamont, il s’agit peut-être d’une erreur de transcription de l’imprimeur pour « Chemeraut », c’est du moins l’hypothèse de Jacques Winandy, qui a procuré une édition critique des poèmes de Marie de Romieu en 1972, d’après la leçon d’une édition tardive du poème, dans la Collection des meilleurs ouvrages français composés par des femmes de Louise de Keralio 6. Hypothèse que retient également Anne R. Larsen dans son édition critique des Secondes Œuvres des dames Des Roches 7. Quant à « la générale, honneur du Piémontais », Winandy propose deux hypothèses, soit, d’après Prosper Blanchemain, l’une des filles de Jules-César Scaliger, soit encore Madame de Chastellier 8. Pour les besoins de notre analyse, nous retiendrons la seconde hypothèse, soit celle de Madame de Chastellier, épouse du général Jean de Chastellier, surintendant et contrôleur général des finances. Compte tenu de ces précisions, l’on retrouve donc, dans l’ordre : Catherine de Clermont, Antoinette de Loynes, Madeleine Chemeraut, Hélisenne de Crenne, Madeleine et Catherine Des Roches, Marguerite de Valois, Madame de Chastellier, Marguerite de Navarre et Catherine de Médicis 9. Dans l’ordre de présentation de ces illustres Françaises, la poétesse se réclame de l’esthétique de la négligence étudiée en utilisant la métaphore de l’herbier et de l’abeille pour évoquer la liberté de dispositio propre au genre du discours poétique ronsardien 10 :

  • 11 Les Premieres Œuvres poetiques de Ma Damoiselle Marie de Romieu Vivaroise […], op. cit., Ax, v°.

« Or je suis comme cell’qui entre en un jardin
Pour cueillir un bouquet quand ce vient au matin.
Là le thym hyblean et lâ la rose belle,
Là l’œillet, là le lis, là mainte fleur nouvelle
S’offrent à qui mieux mieux tellement qu’ell’ne sçait
Comme doit de sa main entasser un bouquet
Tout ainsi je ne sçay laquelle je dois prendre
Premiere entre cens mill’qu’a moy se viennent rendre
Tant la France est fertille en tresnobles esprits
Qui rendent tous mes sens extasement espris.
Mais bien je feray mieux j’ensuivray les avetes
Qui vont deca delà cueillant maintes fleurettes
Pour en faire du miel, ore dessus un mont
Et or’dans un beau pré vagabondes revont :
De mesme en ce discours l’une sera premiere,
L’autre mise au millieu, l’autre sera derniere
Sans ordre ny sans art aussi ne faut-il pas
Donner, muse, le vert jusqu’apres le trespas. 11 »

  • 12 À propos de l’influence de Louise Labé sur la langue de Marie de Romieu, voir notre thèse de doctor (...)
  • 13 Sur une hypothèse quant à l’exclusion de Louise Labé et de Pernette du Guillet, voir notre article (...)

3Certes, il est impossible de déceler dans ce classement des femmes célèbres du xvie siècle français un quelconque ordre alphabétique ou chronologique, dans la mesure où « Morel » (Antoinette de Loynes), « Charamont » et « Elisenes » (de Crenne) se suivent et où les défuntes, Antoinette de Loynes (1505-1568), Hélisenne de Crenne (vers 1510 – après le 25 août 1552) et Marguerite de Navarre (1492-1549), se retrouvent parmi des contemporaines. Malgré cet apparent désordre et la volonté affichée par la poétesse de différer jusqu’après la mort l’attribution des couronnes de laurier, ce panthéon littéraire apparaît comme fortement structuré et hiérarchisé, non pas selon une logique linéaire croissante ou décroissante, mais selon un principe circulaire, les personnages les plus importants sur le plan de l’influence politique étant placés aux extrémités de la liste, c’est le cas de la comtesse de Retz et de la reine mère, et les moins importants au centre, notamment Madeleine Chemeraut et Hélisenne de Crenne. Notre étude s’attachera à élucider la présence de chacune dans cette anthologie selon trois catégories se recoupant en partie, à savoir les salonnières, les poétesses et les mécènes. En aucun cas, il ne faut considérer ces catégories, employées par com, comme étant mutuellement exclusives. Il faut plutôt y voir un continuum qui va des salonnières jusqu’aux mécènes, en passant par les poétesses, dans lequel, à titre d’exemple, les dames Des Roches pourraient prétendre aussi bien au titre de salonnières qu’à celui de poétesses. De plus, comme le canon est par définition un palmarès clos, il paraît légitime de s’interroger autant sur la présence de telle femme écrivain que sur l’absence, l’omission, voire la censure de telle autre poétesse. Il est significatif que des figures de premier plan comme Louise Labé, Pernette du Guillet ou Madeleine de l’Aubespine soient passées sous silence dans ce classement, alors que le milieu et les pratiques de Marie de Romieu permettent de supposer qu’elle les connaissait soit personnellement, soit par leurs œuvres 12. En fait, en plus d’être un exemple assez unique d’éloge de femmes, exclusivement des Françaises et toutes de la Renaissance, par une autre femme, cette décade féminine, par sa constitution et son organisation, par son jeu complexe d’oppositions, d’exclusions et de prééminences, laisse entrevoir en filigrane l’affirmation d’une poétique et même d’une politique de Marie de Romieu 13.

Les salonnières : la comtesse de Retz, Antoinette de Loynes, Madeleine et Catherine Des Roches

a) La comtesse de Retz

  • 14 À propos de la comtesse de Retz, voir Jacques Lavaud, Philippe Desportes, Paris, Droz, 1936, p. 72- (...)
  • 15 Louis Clark Keating, Studies on the literary salon in France, 1550-1615, Cambridge, Cambridge Unive (...)
  • 16 Marguerite de Buffet, Nouvelles observations sur la langue françoise […] avec les éloges des illust (...)
  • 17 Voir notre article « “Ce male vers enfant de ta verve femelle” : les destinataires féminins de la l (...)

4Même si la poétesse se défend de vouloir hiéarchiser sa liste de Françaises illustres, elle ouvre son palmarès en marquant une nette préférence pour la comtesse de Retz, à la fois par le premier rang qu’elle occupe, « viens que tu sois escrite/La premiere en mes vers », et par l’importance de l’éloge qui lui est réservé, c’est-à-dire douze vers sur les trente que compte la décade. Le passage en question est cité dans tous les ouvrages qui évoquent le salon littéraire de la comtesse14, parce qu’il s’agit de l’un des témoignages contemporains les plus détaillés, notamment à propos de la polyglossie de son animatrice, habile aussi bien en grec ancien, en latin, en italien qu’en français. D’ailleurs, son discours, prononcé en latin, pour Catherine de Médicis, en 1573, lorsque les ambassadeurs étaient venus offrir la couronne de Pologne au duc d’Anjou, lui avait permis de remporter la palme devant le chancelier de Birague et le comte de Chiverni. À cet égard, la comtesse constitue un modèle pour Marie de Romieu, dont la connaissance des langues étrangères se limitait au latin et à l’italien, pour autant que l’on puisse en juger d’après ses traductions. En outre, le salon de la comtesse de Retz est sans conteste le plus célèbre et le plus important qu’ait connu le xvie siècle, comme l’a montré Louis Clark Keating 15. La prééminence de ce salon s’explique par la participation de poètes de tout premier ordre comme Tyard, Desportes ou Ronsard, mais également par le fait qu’il constitue un lieu de rencontre entre les lettrés et la haute hiérarchie politique du royaume. La poétesse se montre particulièrement sensible à cet aspect, en insistant sur le fait que la comtesse contente « les Rois et leur Cour magnifique ». Dans ses Éloges des illustres sçavantes (1668), Marguerite Buffet dira qu’elle était appelée de son temps « l’astre de la Cour en doctrine 16 ». En tant que dame d’honneur de Catherine de Médicis, la comtesse réunissait dans son salon bon nombre des illustres Françaises énumérées à la suite dans cette décade : outre la reine mère, on compte Marguerite de Valois, évoquée dans les productions collectives sous le surnom poétique de Callipante, comme l’a montré Jacques Lavaud. Par ailleurs, il est permis de penser que la générale, c’est-à-dire Madame de Chastellier, du fait qu’elle a été dame d’honneur de Catherine de Médicis à partir de la mort de son mari survenue en 1580, a également fréquenté ce salon. Si la comtesse de Retz n’a rien publié de son vivant et n’a laissé que quelques poèmes dans les recueils collectifs conservés en manuscrit, le « Brief Discours » révèle des pratiques dont Marie de Romieu est assez proche, en particulier lorsqu’il s’agit de « feindre un soupir d’un amant miserable ». Cette pratique lyrique qui recourt à des personae généralement masculines, en rupture complète avec les pratiques antérieures, par exemple de Louise Labé, est partagée par Marie de Romieu, ce qui explique que, comme nous l’avons montré dans un article 17, la majorité des destinataires de ses poèmes amoureux sont des femmes et que le « je » qui s’y exprime est généralement non marqué sexuellement et probablement masculin, selon la convention. Enfin, par rapport au recueil de poèmes qui accompagne le « Brief discours », la comtesse de Retz et son mari sont les dédicataires du 12e poème intitulé « Pour Estrenes à Monseigneur le Mareschal de Retz et à Madame sa femme : Rien », une imitation d’un poème néo-latin de Jean Passerat intitulé « Nihil ».

b) Antoinette de Loynes

  • 18 À propos du salon d’Antoinette de Loynes et de Jean de Morel, voir Louis Clark Keating, op. cit., p (...)

5La seconde femme à figurer dans ce palmarès est Antoinette de Loynes, l’épouse de Jean de Morel, seigneur d’Embrun. Son nom est également intimement associé à un salon littéraire 18. Mais à la différence de la comtesse de Retz, toujours vivante en 1581, Antoinette de Loynes était décédée depuis 1568. Le rôle d’Antoinette de Loynes dans ce salon semble avoir été déterminant, notamment dans les compositions improvisées auxquelles participaient ses filles et des poètes aussi importants que Joachim Du Bellay. Marie de Romieu n’a très probablement pas connu Antoinette de Loynes, ni participé à son salon. La connaissance qu’elle a de cette pionnière passe sans doute par les quelques poèmes de circonstance qu’elle a laissés, par exemple dans le tombeau réuni par Salmon Macrin en mémoire de sa défunte épouse Gelonis, où l’on trouve une épigramme de sa plume :

« EPIGRAMME sur le trespas de Gelonis,
par Damoyselle Antoinette Deloynes

  • 19 Salmon Macrin, Næniarum libri tres, De Gelonide Borsala uxore charissima, Paris, Vascosan, 1550, p. (...)

Ne pense pas que la femme soit morte
Du bon Macrin : car il est homme tel,
Que par sa Muse a rendu immortel
Et le nom d’elle, et l’amour qui luy porte.19 »

  • 20 Brenda Hosington, « England’s First Female-Authored Encomium : The Seymour Sisters’Hecatodistichon (...)

6Mais sans aucun doute sa contribution la plus importante a été de participer au Tombeau de Marguerite de Navarre (1551), où elle a traduit certains des distiques des trois sœurs prodiges d’Angleterre : Anne, Margaret et Jane Seymour. Étant elle-même mère de trois jeunes filles prodiges, Antoinette de Loynes était toute désignée pour traduire leurs distiques latins en français. Comme l’a analysé Brenda Hosington 20, en plus des traductions, Antoinette de Loynes fournit un poème inédit où la poétesse, après avoir rapporté les propos des trois jeunes Anglaises, fait parler Marguerite de Navarre :

« Damoiselle A. D. L.

  • 21 Le Tombeau de Marguerite de Valois Royne de Navarre, op. cit., p. 160.

Sonnet
Que dirois-tu ô heureuse Minerve,
Si du hault Ciel tu descendois pour voir
De ces trois Seurs le tant divin sçavoir
Par qui l’honneur de ton loz se conserve ?
L’une meintient que tu as rendu serve
La Chair, affin que l’Esprit peût prevoir
Par vive Foy le but de son debvoir
Et les grans biens que Dieu aux siens reserve.
Les aultres deux poursuyvant le propos
Louent la mort qui t’a mise au repos :
Dirois-tu pas oyant leur melodie
Tant doctement celebrer ton grand bien,
Mes seurs, il fault que ce mot je vous die :
Christ est mon tout, sans luy je n’estois rien. 21 »

7Outre que la poésie de circonstance est prépondérante dans les Premieres Œuvres poetiques, le recours au dialogisme constitue l’une des innovations de Marie de Romieu dans son adaptation des sources du « Brief Discours », en particulier dans le passage où est dénoncé le discours trompeur de séduction des hommes. Enfin, il ne faut pas exclure que Marie de Romieu, en louant Antoinette de Loynes, ait cherché à s’attirer la protection de Jean de Morel, dont le mécénat continua de s’exercer après la mort de sa femme. Néanmoins, si telle était la visée de l’allusion à Antoinette de Loynes, la poétesse n’a pas pu voir ses espoirs se concrétiser, dans la mesure où Jean de Morel décédera en novembre 1581, soit quelques semaines après la parution des Premieres Œuvres poetiques.

c) Madeleine et Catherine Des Roches

  • 22 À propos du salon des dames Des Roches, voir Louis Clark Keating, op. cit., p. 49-69.
  • 23 Sur la typologie de la production littéraire des dames Des Roches, voir l’introduction d’Anne R. La (...)

8Il est bien évident que les dames Des Roches ont eu une importance de premier plan aussi bien en tant qu’animatrices d’un célèbre salon dont l’heure de gloire a été les Grands Jours de Poitiers en 1579 qu’en tant que poétesses, auteurs d’un recueil à quatre mains, les Œuvres (1579). Les Secondes Œuvres (1583) et les Missives (1586) paraîtront après la publication du « Brief Discours ». Si l’on en juge d’après l’apposition que la poétesse ajoute à leur nom, « Des Roches de Poictiers Graces Pieriennes », on peut imaginer que Marie de Romieu ait eu connaissance des poèmes, avant leur publication en 1583, sur la puce qu’Étienne Pasquier, lors de son premier entretien avec les deux dames, aurait aperçue sur la poitrine de Catherine. C’est qu’en effet les jeux de mots sur le patronyme des deux dames sont légions, en particulier lorsqu’il s’agit de vanter la chasteté de ces deux véritables « rochers de vertu ». L’épithète « pieriennes » semble bien s’inscrire dans cet esprit. C’est ce qui nous incite à mettre l’accent sur leur rôle en tant qu’animatrices d’un salon littéraire 22. En outre, la présence, au sein de la décade, de Madeleine Chemeraut va dans le même sens, puisqu’elle est d’abord et avant tout une relation des dames Des Roches et qu’il est improbable que Marie de Romieu en ait eu une connaissance autre que sociale, même indirecte. Pourtant, sur le plan des pratiques, les convergences entre les dames Des Roches et Marie de Romieu sont nombreuses. Sans entrer dans les détails, on retrouve chez les trois un même penchant pour les poèmes de circonstance, parfois écrits pour des tiers, comme l’« Elegie en faveur et personne du seigneur Gratian Meissonnier » de Marie de Romieu, une inclination prononcée pour les anagrammes, comme dans le poème xxxi de la poétesse vivaraise où « l’aimer à mon cueur bien acquis » correspond à « jacques romieu et marie blunnac », ou enfin la volonté de jouer sur l’ambiguïté de la noblesse de mérite, dans un cas, en uti le nom d’une terre dont les dames Des Roches étaient propriétaires et, dans le cas de la poétesse de Viviers, en ajoutant une particule à son patronyme 23.

Les femmes écrivains : Madeleine Chemeraut, Hélisenne de Crenne, Marguerite de Navarre

a) Madeleine Chemeraut

  • 24 À propos de Madeleine Chemeraut, voici la compilation que l’on trouve dans le dictionnaire de Dreux (...)

9La présence de Madeleine Chemeraut dans cette décade féminine est particulièrement problématique. D’une part, parce qu’il n’existe aucune œuvre de cette femme écrivain publiée avant 1581 et que, même en tant que dédicataire de poèmes des dames Des Roches, son nom n’apparaît que dans les Secondes Œuvres et les Missives, donc postérieurement. Sans doute, en tant que cousine de Catherine et filleule de Madeleine Des Roches, participait-elle à leur salon dès les débuts 24. Il n’est pas exclu que Marie de Romieu ait pu lire certains œuvres d’elle en manuscrit, les fameuses « pièces conservées dans les cabinets des curieux » dont parlent les notices de dictionnaire. En tout cas, il est certain que le statut social éminent de Madeleine Chemeraut, « d’une des meilleures mai du Poitou », n’est pas étranger à son inclusion dans cette décade. À la mort des dames Des Roches, Madeleine Chemeraut héritera de cinq cents écus. On a conservé d’elle deux quatrains en tête des harangues de Pierre Umeau pour le serment de la Sainte-Union en Poitou d’août 1589 :

« A. M. Umeau Advocat en la Court ordinaire,
et siege presidial de Poictou à Poictiers.

  • 25 Pierre Umeau, Deux harangues ou remonstrances faictes en la cour ordinaire de la séneschaussée de P (...)

Si cette antique foy, lien des sainctes ames,
Qui reluit maintenant par vos doctes écris,
Pouvoit encor’tourner dedans son premier pris,
Nous vivrions bien-heureux loin du bruit des alarmes.
Tout plein de pieté aimant votre Patrie,
Vous ne pouvés chanter qu’union, union :
Aussi le tout-puissant hait la division :
Aimons donc l’unité puis qu’il se l’est choisie. 25 »

10Mais il n’est pas exclu qu’il y ait erreur sur la personne dans ce cas précis, puisque, comme nous l’avons dit précédemment, cette identification repose sur une leçon d’une édition du xviiie siècle.

b) Hélisenne de Crenne

  • 26 Voir à ce propos, Christine de Buzon, « Hélisenne de Crenne », Dictionnaire des lettres françaises  (...)

11Alors que la plupart des personnages de la décade se trouvent liés les uns aux autres, notamment par le biais des salons littéraires, Hélisenne de Crenne est isolée. Au moment de la rédaction du « Brief Discours », elle est décédée. Il s’agit là encore, à l’instar d’Antoinette de Loynes, d’une pionnière. Elle est la seule femme des dix connue d’abord pour son œuvre, qui a été un succès de librairie considérable et qui est l’une des premières, voire la toute première, bien avant celle des auteurs de la Pléiade, a être réunie en une seule entité portant expli-citement le titre d’œuvre, à partir de 1543 26. Pour autant, il est bien difficile de faire un rapprochement quelconque entre les pratiques de madame Hélisenne et celles de Marie de Romieu. Les genres du roman chevaleresque, de l’épître ou encore du songe, l’absence de dédicace, le caractère non circonstanciel de ses œuvres s’éloignent considérablement de la manière de la poétesse de Viviers.

c) Marguerite de Navarre

  • 27 À propos du rôle de Marguerite de Navarre dans l’émergence des salons littéraires en France, voir L (...)

12La présence de Marguerite de Navarre s’imposait à un triple titre, celui de poétesse, de mécène, voire d’animatrice d’un groupe qui a jeté les bases de ce qui allait devenir les salons littéraires 27. Là encore, les liens avec Marie de Romieu sont ténus. On peut tout au plus constater que la manière d’évoquer l’assomption de Marguerite de Navarre, « qui est au Ciel Deesse / Maintenant pour jamais », fait penser aux pièces commémoratives du tombeau qui célèbrent davantage ses vertus morales que les qualités littéraires de son œuvre. Comme elle se trouve placée entre Marguerite de Valois et Madame de Chastellier d’une part et Catherine de Médicis d’autre part, on peut présumer qu’elle fait partie du quatuor des mécènes et des protecteurs, à l’égal de son frère, promoteur de la restitution des bonnes lettres.

Les mécènes : Marguerite de Valois, Madame de Chastellier, Catherine de Médicis

a) Marguerite de Valois

  • 28 À propos du salon de Marguerite de Valois, voir Louis Clark Keating, Ibid., p. 125-138.
  • 29 À propos de ce Mémoire justificatif pour Henri de Bourbon, voir Marguerite de Valois, Mémoires et a (...)

13Dans le cas de Marguerite de Valois, l’accent est mis sur son exercice du pouvoir par la périphrase poétique employée : « Vous […] qui tenez le sceptre Navarrois ». Par ailleurs, s’il est question de salon littéraire pour Marguerite de Valois en 1581, il s’agirait de celui de la comtesse de Retz, comme nous l’avons vu précédemment. Après la mort de Claude-Catherine de Clermont en 1603, Marguerite de Valois prendra la relève avec son propre salon dans les années 1605-1615 28. Enfin, la plupart des œuvres de Marguerite de Valois sont posté au « Brief Discours », à l’exception notable du Mémoire pour la défense d’Henri de Navarre, dont il est loin d’être certain que Marie de Romieu en connaissait l’existence ou l’auteur 29.

b) Madame de Chastellier, la générale

  • 30 À l’exception des quelques renseignements fournis par André Winandy dans son édition critique (op. (...)
  • 31 « […] [À] Paris je fus presenté à vous en l’hostel du Maine, par madame de Milieu [.] » Jacques de (...)

14Le cas de Madame de Chastellier est beaucoup plus intéressant, car elle est une dédicataire récurrente des Premieres Œuvres poetiques de Marie de Romieu. Le « Brief Discours », d’ailleurs, la présente explicitement comme une protectrice et une mécène issue d’une famille puissante et libérale : « De qui l’illustre sang l’Italie environne / Ayant regné longtemps sur Vincense et Veronne / Et de qui les ayeux des vertus amoureux / Ont esté de tout temps puissans, et genereux. » Nous savons peu de choses de Madame Chastellier, si ce n’est qu’elle est née Ippolita Scaravelli, qu’elle a été l’épouse de Jean de Chastellier, contrôleur général des finances, décédé en novembre 1580, date à laquelle elle deviendra dame d’honneur de Catherine de Médicis 30. Pas moins de quatre poèmes du recueil lui sont dédiés : l’« Ode pour la bienvenue de Madame de Chastellier », l’« Ode a Madame de C. », le « Sonet a Ma-Dame de Millieu » et le « Sonet a elle mesme ». En outre, cette protectrice a eu un rôle décisif dans l’avancement de la carrière du frère de la poétesse, Jacques de Romieu qui, dans l’épître dédicatoire de ses Melanges (1584), explique que c’est par l’entremise de Madame de Millieu, c’est-à-dire Madame de Chastellier, et dans son hôtel qu’il a été présenté au mécène et dédicataire de son recueil, Just-Loys de Tournon 31.

c) Catherine de Médicis

  • 32 Marguerite Buffet, op. cit., p. 300-301

15L’influence et l’importance de Catherine de Médicis justifient amplement son inclusion dans ce palmarès et le fait qu’elle ferme la marche dans ce dispositif circulaire où le haut de la hiérarchie se trouve au début et à la fin. Elle est présentée clairement en tant que mécène dans la description flatteuse qui la dépeint comme inspiratrice : « Ceux qui de nostre temps ont couché par escrit / Les faits de tes grands Rois viennent de ton esprit. Tu es leur saint Parnasse et leur eau de permesse / Aussi chacun t’honor’et tient pour Deesse. » Au siècle suivant, Marguerite Buffet abondera dans le même sens, en faisant de la reine mère l’archétype de la mécène éclairée : « […] elle estoit appellée dans l’Histoire la protectrice des sçavants ; elle en aimoit fort la conversation : Elle leur accorda à son plaisir de faire cette royale dépence, qui fut d’envoyer en Grece et par tout le Levant pour luy apporter les plus rares manuscrits en toutes sortes de Langues, sans ceux de Medicis qu’elle fit venir d’Italie ; ce qui fait voir à quel point cette grande Princesse aimoit les sciences. Elle donnoit la meilleure partie du temps à les cultiver, comme le plus cher plaisir de sa vie. 32 »

* * *

  • 33 « MARIE DE ROMIEU, damoiselle natifve de Vivarets en Languedoc, sœur de Jaques de Romieu, gentilhom (...)
  • 34 Auguste Le Sourd, « Le père et la mère de Jacques et Marie de Romieu : Etienne II Romieu, Anne Albe (...)

16Pour conclure, il nous faut reconnaître que cette décade féminine, bien qu’elle regroupe bon nombre de femmes écrivains, du moins de notre point de vue rétrospectif, ne constitue pas une bibliothèque idéale, mais plutôt un réseau complexe de relations sociales gravitant autour des salons littéraires. À l’exception des pionnières, dont la présence se justifie par leur notoriété, Antoinette de Loynes, Hélisenne de Crenne et Marguerite de Navarre, ce palmarès propose non pas tant des auteurs féminins à lire, mais plutôt des relations politiques à cultiver, en faisant de la littérature une pratique d’abord et avant tout sociale. Pourtant, il faut bien voir qu’au sein de ce dispositif se trouvent, et ce n’est pas un hasard, des femmes écrivains, Hélisenne de Crenne et les dames Des Roches, faisant office de lien entre les salonnières et les détenteurs du pouvoir politique. Elles figurent d’autant plus légitimement au cœur de cette structure que, par leurs Œuvres (1543 pour Hélisenne de Crenne et 1579 pour les dames Des Roches), elles ont été consacrées et en quelque sorte canonisées par l’institution littéraire en tant que premières femmes écrivains reconnues par la nouvelle sanction officielle de la culture de la Renaissance, à savoir l’imprimé. Toutefois, ce sont bien l’aspect politique et le désir d’ascension sociale de Marie de Romieu qui expliquent l’exclusion sans merci de toutes les bourgeoises trop ouvertement roturières ou sentant trop l’anoblissement récent, comme Louise Labé ou encore les auteurs du salon de Madeleine de l’Aubespine que pourtant Jacques de Romieu a probablement fréquenté en tant que secrétaire ordinaire de la chambre du roi et qui est sans doute le lieu de la genèse de l’Instruction pour les jeunes dames en tant que prolongement des Stances sur le mariage de Desportes. Bien plus que des préférences littéraires, cette décade féminine apparaît comme une stratégie subtile de filiation élective avec une élite politique et culturelle, dont la réussite la plus tangible sera, pour son auteur, de passer à la postérité comme Marie de Romieu, noble, sœur de Jacques de Romieu, gentilhomme gascon, dans La Bibliotheque francoise (1584) de La Croix du Maine33, alors que tous deux, selon les recherches d’Auguste Le Sourd dans les archives de l’Ardèche34, étaient nés d’Etienne II Romieu (notez bien l’absence de particule), artisan boulanger.

Notes

1 Pour réunir tous les documents nécessaires à cet article, nous avons bénéficié de la collaboration de plusieurs collègues que nous remercions, notamment Pascal Bastien, Joël Castonguay-Bélanger, Anne R. Larsen, Myriam Marrache et Eugénie Pascal.

2 À propos de l’adaptation opérée par Marie de Romieu à partir de la source italienne, peut-être à partir d’une traduction française de Charles Estienne, voir Anne R. LARSEN, « Paradox and the Praise of Women : From Ortensio Lando and Charles Estienne to Marie de Romieu », The Sixteenth Century Journal, tome XXVIII, n° 3, 1997, p. 759-774.

3 Les Premieres Œuvres poetiques de Ma Damoiselle Marie de Romieu Vivaroise […], Paris, Lucas Breyer, 1581, Dx, v°.

4 Voir à propos du canon des orateurs attiques, Laurent Pernot, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Livre de Poche, coll. Références, 2000, p. 57-59, Ian Worthington, « The Canon of the Ten Attic Orators », dans Persuasion : Greek Rhetoric in Action, éd. Ian Worthington, Londres / New York, Routledge, 1994, p. 244-263 et Rebekah M. Smith, « A New Look at the Canon of the Ten Attic Orators », Mnemosyne, tome XXXXVIII, 1995, p. 66-79. Sur le canon en général, voir Bruce Manning Metzger, The Canon of the New Testament, Oxford, Clarendon Press, 1987, appendice I et Roberto Nicolai, La storiografia nell’educazione antica, Pise, Giardini, 1992, IIIe partie.

5 Parmi tant d’autres exemples, Nicolas Denisot, dans la dédicace du Tombeau de Marguerite de Valois Royne de Navarre, la présente comme la « perle et miroir de scavoir religion et piete entre toutes les Dames de son siecle ». Le Tombeau de Marguerite de Valois Royne de Navarre, Paris, Michel Fezandat, 1551, Aii, r°.

6 Marie de Romieu, Les Premières œuvres poétiques, éd. Jacques Winandy, Genève, Droz, 1972, p. 24. Louise-Félicité Guinement de Keralio, Collection des meilleurs ouvrages français composés par des femmes, Paris, L’Auteur et Lagrange, 1787, tome IV, p. 244. Dans la note infrapaginale dans laquelle l’éditrice donne la référence de sa citation, elle renvoie à un « petit volume in-18 » qui « est à la bibliothèque du roi, cotté Y4071 ». En réalité, il s’agit d’une coquille, l’exemplaire en question portant la cote Y-4701. Il s’agit d’un exemplaire de l’unique édition du recueil de Marie de Romieu, publiée chez Lucas Breyer en 1581 et comportant la leçon « Charamont ».

7 Madeleine et Catherine Des Roches, Les Secondes Œuvres, éd. Anne R. Larsen, Genève, Droz, 1998, p. 70, note 73.

8 Marie de Romieu, Les Premières œuvres poétiques, éd. Jacques Winandy., op. cit., p. 25 et Les Premières œuvres poétiques, éd. Prosper Blanchemain, Paris, Cabinet du Bibliophile, 1878, p. 136.

9 Les Premieres Œuvres poetiques de Ma Damoiselle Marie de Romieu Vivaroise […], op. cit., Dx, v°.

10 Voir notre conférence « Le “Brief Discours [de] l’excellence de la femme” (1581) : le genre poétique du discours ou le paradoxe désamorcé » donnée le 13 mars 2001 à l’Université de Montréal, à l’invitation de Jean-Philippe Beaulieu. La version écrite est à paraître.

11 Les Premieres Œuvres poetiques de Ma Damoiselle Marie de Romieu Vivaroise […], op. cit., Ax, v°.

12 À propos de l’influence de Louise Labé sur la langue de Marie de Romieu, voir notre thèse de doctorat, L’Instruction des jeunes dames (1572) de Marie de Romieu : un traité de “savoir” à l’usage des femmes, tome II, soutenue le 30 novembre 2000 à l’Université de Paris-IV-Sorbonne. À propos de l’authenticité de l’Instruction, voir notre article « Le problème de l’attribution de l’Instruction pour les jeunes dames (1572) et l’énigmatique cryptonyme M. D. R. », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 2000, tome LXII, n° 1, p. 119-128 + note, 2000, tome LXII, n° 3, p. 652. Quant à la possible appartenance de la poétesse au cénacle de Madeleine de l’Aubespine, voir « Du Dialogo de la bella creanza de le donne (1539) d’Alessandro Piccolomini à l’Instruction pour les jeunes dames (1572) de Marie de Romieu ou quand le paradoxe fait l’opinion », Renaissance, Humanisme, Réforme, décembre 2001, n° 53, p. 103-112.

13 Sur une hypothèse quant à l’exclusion de Louise Labé et de Pernette du Guillet, voir notre article « “Ce male vers enfant de ta verve femelle” : les destinataires féminins de la lyrique amoureuse de Marie de Romieu », Nouvelle Revue du xvie siècle, 2000, n° 18/2, p. 81-94

14 À propos de la comtesse de Retz, voir Jacques Lavaud, Philippe Desportes, Paris, Droz, 1936, p. 72-107, Idem, « Note sur un recueil manuscrit d’emblèmes composé pour la maréchale de Retz », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome IV, 1937, p. 420-423 et Marie Henriette Jullien de Pommerol, Albert de Gondi, maréchal de Retz, Genève, Droz, 1953, p. 195-218. Plusieurs de ses lettres sont conservées au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale.

15 Louis Clark Keating, Studies on the literary salon in France, 1550-1615, Cambridge, Cambridge University Press, 1941, p. 103-125

16 Marguerite de Buffet, Nouvelles observations sur la langue françoise […] avec les éloges des illustres sçavantes tant anciennes que modernes, Paris, J. Cusson, 1668, p. 306.

17 Voir notre article « “Ce male vers enfant de ta verve femelle” : les destinataires féminins de la lyrique amoureuse de Marie de Romieu », op. cit.

18 À propos du salon d’Antoinette de Loynes et de Jean de Morel, voir Louis Clark Keating, op. cit., p. 22-37. Pour une bibliographie de toute la famille Morel, voir Samuel Frederic Will, « Camille de Morel, a prodigy of the Renaissance », Publications of the Modern Language Association, mars 1936, p. 83-119. L’essentiel des papiers de la famille Morel est conservé à la Bibliothèque de Munich, dans la collection Camerarius, aux tomes XIV et XXXIII. Le Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale conserve néanmoins quelques lettres d’Antoinette de Loynes, voir Manuscrits français 4673, f° 44-62.

19 Salmon Macrin, Næniarum libri tres, De Gelonide Borsala uxore charissima, Paris, Vascosan, 1550, p. 135.

20 Brenda Hosington, « England’s First Female-Authored Encomium : The Seymour Sisters’Hecatodistichon (1550) to Marguerite de Navarre. Text, Translation, Notes, and Commentary », Studies in Philology, printemps 1996, tome LXXXXIII, n° 2, p. 117-163. À propos de la con d’Antoinette de Loynes à ce recueil, voir aussi François Rouget, « Entre l’offrande chrétienne et le don poétique : les Tombeaux latins et français de Marguerite de Navarre (1550-1551) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXII, 2000, n° 3, p. 625-635.

21 Le Tombeau de Marguerite de Valois Royne de Navarre, op. cit., p. 160.

22 À propos du salon des dames Des Roches, voir Louis Clark Keating, op. cit., p. 49-69.

23 Sur la typologie de la production littéraire des dames Des Roches, voir l’introduction d’Anne R. Larsen à l’édition critique des Œuvres. Madeleine et Catherine Des Roches, Les Œuvres, éd. Anne R. Larsen, Genève, Droz, 1993.

24 À propos de Madeleine Chemeraut, voici la compilation que l’on trouve dans le dictionnaire de Dreux du Radier : « MADELAINE DE CHEMERAULT, vivoit à Poitiers en 1598. [E] lle étoit parente des Dames Des Roches, et d’une des meilleures maisons du Poitou. Le sieur de Chemerault Chevalier de l’Ordre, et deux de ses fils se signalèrent en 1569 au siége de Poitiers. Comme les Dames Des Roches, elle avoit du talent pour la Poësie. Elle ecrivoit aussi fort bien en Prose : ses Ouvrages n’ont point été imprimés ; mais quelques piéces conservées dans les cabinets des Curieux, et en particulier quelques Sonnets prouvent qu’elle méritoit de partager avec ses illustres parentes la gloire du bel-Esprit. On trouve son éloge parmi ceux des Dames illustres pour leur savoir. La Croix du Maine, en parle dans les Additions à sa Bibliotheque Françoise, pag. 497. A la tête des deux Harangues prononcées par Pierre Umeau, pour le serment de la Sainte-Union en Poitou au mois d’Août 1589 se lisent ces Vers François de Madelaine Chemerault [suivent les quatrains cités dans le corps du texte]. Ces Vers serviront à apprécier son mérite Poëtique, on y apprend aussi qu’elle vivoit en 1590, date de l’impression de deux Harangues d’Umeau. » M. Dreux du Radier, Bibliothèque historique et critique du Poitou, Paris, Ganeau, 1754, tome II, p. 4.

25 Pierre Umeau, Deux harangues ou remonstrances faictes en la cour ordinaire de la séneschaussée de Poictou et siège présidial à Poictiers, sur la publication du réglement général faict pour remédier aux désordres advenus à l’occasion de troubles présens, et sur la prestation du serment de la Saincte union des fidelles catholiques, les XVII et XXI d’aoust 1589, Poitiers, Fr. Le Page, 1590 (Médiathèque François Mitterand de Poitiers : Fonds ancien DP1084 et RP8-83 [4]).

26 Voir à ce propos, Christine de Buzon, « Hélisenne de Crenne », Dictionnaire des lettres françaises : le xvie siècle, éd. Michel Simonin, Paris, Livre de Poche, 2001, p. 306-309 et William Kemp, « Bibliographie des écrits féminins (1500-1549) », Littératures, 1998, n° 18, p. 151-220.

27 À propos du rôle de Marguerite de Navarre dans l’émergence des salons littéraires en France, voir Louis Clark Keating, op. cit., p. 14-21.

28 À propos du salon de Marguerite de Valois, voir Louis Clark Keating, Ibid., p. 125-138.

29 À propos de ce Mémoire justificatif pour Henri de Bourbon, voir Marguerite de Valois, Mémoires et autres écrits, éd. Éliane Viennot, Paris, Honoré Champion, 1999.

30 À l’exception des quelques renseignements fournis par André Winandy dans son édition critique (op. cit., p. 44), nous n’avons rien retrouvé à propos de cette Madame de Chastellier. À propos de son mari, voir Justin Brun-Durand, Dictionnaire biographique et biblio-iconographique de la Drôme, fac-similé de l’édition grenobloise de 1900, Genève, Slatkine, 1970, tome I, p. 176.

31 « […] [À] Paris je fus presenté à vous en l’hostel du Maine, par madame de Milieu [.] » Jacques de Romieu, Les Melanges, Lyon, Benoist Rigaud, 1584, A2, r°.

32 Marguerite Buffet, op. cit., p. 300-301

33 « MARIE DE ROMIEU, damoiselle natifve de Vivarets en Languedoc, sœur de Jaques de Romieu, gentilhomme Gascon, et niepce de Monsieur des Auberts, etc. » Premier volume de la Bibliotheque du Sieur de la Croix du Maine […], Paris, Abel Langelier, 1584, Ccv, v°. Les bibliographes entérineront à l’unisson cette prétendue noblesse, par exemple Louise de Keralio : « Marie de Romieu, née d’une famille noble du Vivarais ». Louise-Félicité Guinement de Keralio, op. cit., p. 240.

34 Auguste Le Sourd, « Le père et la mère de Jacques et Marie de Romieu : Etienne II Romieu, Anne Albert, leurs fils Nicolas et Michel Romieu », Recherches sur Jacques et Marie de Romieu : poètes vivarois, Villefranche, Imprimerie du Réveil du Beaujolais, 1924, p. 68-80.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540