Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. La dynamique intertextuelle

Les femmes se lisaient-elles ? Présentation d’un instrument de recherche

Suzan van Dijk

Texte intégral

  • 1 Lectrices, aux Pays-Bas, de Mesdames d’Aulnoy et Riccoboni, respectivement.

1Lorsqu’il sera question, dans cet article, de lectures féminines individuelles, elles ne feront que servir d’exemples. En effet, les lectures de femmes connues ou inconnues — célèbres en tant que romancières comme Isabelle de Charrière et Françoise de Graffigny, ou simples lectrices, telles les veuves Diodati et Van Oldenbarneveld 1 — présentent certainement de l’intérêt en soi, mais mon propos concerne un phénomène plus vaste : les contacts et interrelations ayant existé entre femmes grâce aux moyens combinés de l’écriture et de la lecture. Il s’agit du rôle qu’a pu jouer le texte « féminin » par rapport aux publics de lectrices visées et/ou touchées. C’est un domaine, où on ne peut échapper à certaines questions fondamentales mais insolubles ici : en quoi les lectures faites par des femmes se ressemblaient-elles ou se différenciaient les unes des autres ? et en quoi les femmes écrivains lisaient-elles autrement que les non-écrivaines ?

  • 2 « Et pourtant, bien qu’une image de lectrice orne la couverture du livre d’Alberto Manguel [A Histo (...)
  • 3 Klüger R., Frauen lesen anders. Essays, Münich, DTV, 1996 (3e éd. 1997).
  • 4 Notamment depuis la parution du livre de Judith Fetterley (Fetterley J., The Resisting Reader. A Fe (...)
  • 5 Rieger A., op. cit., p. 29.

2La dernière question est assez dure à discuter, étant donné que les lectrices historiques dont il est possible de se rapprocher quelque peu sont justement celles qui sont passées au moins « scriptrices ». Quant à la première, Angelica Rieger avait raison de constater qu’elle n’a pas constitué non plus une préoccu majeure de l’histoire de la lecture 2. Elle renvoie au livre de Ruth Klüger affirmant dès son titre : « Les femmes lisent autrement 3 ». L’étude en question s’insère non pas dans l’histoire du livre mais dans une recherche féministe d’inspiration américaine, qui a particulièrement analysé ce regard féminin par rapport aux textes canoniques « masculins 4 ». Il est pourtant pertinent de ne pas étudier « l’altérité des lectures féminines » uniquement par rapport aux « textes véhiculant des fantasmes masculins 5 ». Renate Kroll le démontre en attirant l’attention sur le rapport entre les « lectrices explicites » auxquelles s’adressent des auteures comme Marie de France et Christine de Pizan d’une part, et la « lectrice implicite » de l’autre ; c’est cette dernière

  • 6 Kroll R., « Das Werk von Autorinnen als Identifikationsraum für Leserinnen. Zur Entstehung der Lese (...)

« qui est peut-être le genre de lectrice le plus intéressant quant à la formation ou la constitution d’une conscience de soi en tant que lectrice. Celle-ci, ne se laissant saisir qu’au niveau du méta-texte, semble conclure avec la femme-auteur un pacte secret, une sorte de complicité sinon de co-production. 6 »

  • 7 Ibid., p. 105.

3C’est à partir de là que Kroll arrive à esquisser une filiation partant de Marie de France et se continuant avec Christine de Pizan, Louise Labé, les dames des Roches et ainsi de suite 7.

  • 8 Un exemple de pareille historiographie, appliquée au cas particulier de la « nouvelle encadrée » es (...)

4Le présent recueil semble, à plusieurs reprises, justifier pareille approche. Divers articles étudient l’existence d’affinités entre une auteure et une lectrice particulière devenue, elle aussi, scriptrice ou écrivaine. De telles affinités, certainement électives de la part de celles venues en dernières, aboutissent à des généalogies d’influences exercées et à des lignées d’auteures qui tendraient à ajouter une dimension proprement féminine à l’historiographie de la littérature 8. On dépasse ainsi l’étude de cas individuels, et la question se pose : jusqu’où ce dépassement peut-il être poursuivi ?

  • 9 Voir Schenkeveld – Van der dussen R., « Georgette de Montenay and her Dutch admirer Anna Roemers Vi (...)

5Il paraît utile, lorsqu’on approche la problématique des lectures féminines, d’inclure tout un questionnement autour de la réciprocité de ces lectures, des influences éventuellement exercées et des obstacles empêchant une réception adéquate — ceci sans trop respecter les limites que semblent former les frontières linguistiques ou nationales. Donc : les femmes, se lisaient-elles entre elles ? Et inversement : écrivaient-elles les unes pour les autres ? Finalement : se lisaient et s’écrivaient-elles par-delà les frontières ? C’est-à-dire : la « sororité » comptait-elle davantage que l’appartenance à une nation (en gestation) ou à une culture définie comme communauté de langage ? Le cas de la poétesse néerlandaise Anna Roemers Visscher se sentant apostrophée par une autre femme, Georgette de Montenay, dont elle se mit à traduire les poèmes, est-il représentatif ou a-typique 9 ?

  • 10 Je renvoie à un article à paraître : Van Dijk S., « Les femmes se lisaient-elles ? Intérêt des rens (...)
  • 11 « Les femmes écrivains et leurs publics, 1700-1880 », projet financé par NWO (Organisation Néerland (...)

6C’est ce genre de questions que je me pose, et que je voudrais pouvoir traiter. Pour l’instant néanmoins, il n’est pas facile d’étudier ces questions à l’échelle vaste que présuppose ma façon de la formuler. Ceci pour différentes raisons : la première concerne l’accès aux sources, parfois difficile, surtout si on entend se borner aux témoignages directs que sont les correspondances et autres « égo-documents » ; je laisse de côté ce problème, sans le discuter ici 10. Par rapport à la deuxième difficulté, celle du classement d’une matière dont on s’aperçoit vite qu’elle est volumineuse, j’ai pris certaines mesures. A l’intérieur d’un projet de recherche en cours aux Pays-Bas 11, j’ai fait construire et mettre sur Internet une base de données, structure capable de gérer des informations concernant les lectures d’écrits de femmes. Cette structure rend possible et anticipe sur la « vraie » recherche, à savoir l’analyse textuelle comparative. C’est cette base, « WomenWriters », que j’ai présentée lors du colloque en montrant son fonctionnement. Dans le présent aperçu, je résume brièvement la description de la banque de données, pour montrer ensuite où son emploi peut faire aboutir. J’insiste, toutefois, sur le fait qu’il s’agit d’un travail en cours.

Un outil nouveau

  • 12 Cf. les intérêts divers portés à Pierre Nicole par Madame de Sévigné (contribution à ce recueil de (...)
  • 13 Voir les articles de Huguette Krief et de Lesley H. Walker, dans le présent volume.
  • 14 Voir les articles de Tatiana Clavier et de Séverine Genieys, dans le présent volume.
  • 15 Voir l’article de Françoise Weil.
  • 16 Voir l’article d’Elena Gretchania.
  • 17 Auteures respectivement du Brief Discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme, d (...)
  • 18 Il n’est pas moins nécessaire, d’ailleurs, de tenir compte des façons « masculines » de lire les mê (...)

7A un niveau individuel, il est donc apparu que les femmes se lisaient, même si la littérature « féminine » ne pouvait, loin de là, constituer leur seule et unique nourriture spirituelle 12, et qu’elles aient été nombreuses notamment à lire Rousseau de préférence aux auteures femmes, même celles inspirées de lui 13. Tout en étant minoritaires, ces lectures « féminines » ont dû faire de l’effet. Les exemples d’Anne de France et de Marie Anne de Roumier Robert 14 permettent de supposer que la lecture du Journal des Dames (rédigé par Madame de Beaumer) a pu toucher Madame de Pompadour 15, et qu’en Russie Elisabeth Alexeïevna et Zinaïda Volkonskaia ont subi le charme aussi bien de Madame de Genlis que de Madame de Staël 16. Certaines des écrivaines plus tardives partaient activement à la recherche de celles qui les avaient précédées ; c’était le cas de Marie de Romieu, de Louise de Keralio Robert et de Fortunée Briquet 17. Ces lectures et ces liens entre les femmes écrivains et leurs lectrices sont donc multiples et il convient, pour en comprendre pleinement le sens, de les confronter entre elles 18.

  • 19 Voir n. 8.
  • 20 Il est en effet certain que cette question se manifeste plus facilement lorsqu’on travaille sur la (...)

8Ce faisant, il paraît important — l’exemple des deux femmes russes l’indique — de regarder par-delà les frontières. La question des lectures féminines internationales me semble cruciale, dans la mesure où elle constitue un élément déterminant dans la discussion sur les traditions féminines éventuelles. De telles traditions internationales, étudiées par exemple dans l’ouvrage de Josephine Donovan 19, intéressent notamment les chercheurs/ses préoccupé(e)s par des régions langagières de moindre envergure. Une étude des rapports internationaux englobant ces pays-là, permettrait de rendre davantage justice aux intentions des auteures (disons) néerlandaises ayant lu des étrangères, et au rayonnement international d’écrivaines (par exemple) françaises 20.

9Pour permettre toutes ces confrontations, la banque de données « Women Writers » a été créée, rendant manipulables des masses de données concernant les lectures d’ouvrages écrits par des femmes. Jusqu’ici, les renseignements à ce sujet étaient épars, sinon introuvables, et s’ils avaient été relevés, cela était fait de façon plutôt arbitraire, anecdotique, et surtout : sans tenir compte du « gender » des lecteurs et lectrices. Notre base inclut cet élément, capital dans la mesure où la simple présomption d’un public féminin (visé ou atteint) a pu amener des critiques ou des historiens littéraires à des jugements défavorables concernant tel ou tel ouvrage.

10Bref, dans cette base — et dans la recherche pour laquelle elle fournit les fondations —, il s’agit de la réception internationale des oeuvres de femmes auteurs, en différenciant d’après le sexe des « récepteurs » et « réceptrices », que ces derniers et dernières se soient contenté(e)s de lire, ou — devenus traducteurs/trices, commentateurs/trices, critiques littéraires, etc. — aient favorisé les lectures de nouvelles catégories de publics. D’où la structure suivante de la base, en trois « couches » reliées entre elles :

  1. Noms d’auteures ; celles-ci peuvent réapparaître comme lectrices, traductrices etc. au niveau 3 ;
  2. Titres d’ouvrages écrits par ces auteures, et dont on sait qu’ils ont été lus : sur lesquels des données de réception ont été trouvées et enregistrées (le site n’offre donc pas des bibliographies complètes) ;
  3. Renvois à des réactions à ces ouvrages : traces de lectures, réécritures etc. par les auteurs femmes mentionnées sous 1, mais aussi par d’autres personnes, hommes et femmes : critiques littéraires, par exemple, ou propriétaires de bibliothèques, le système étant fait de façon à pouvoir juxtaposer les informations.

11L’intérêt de cet instrument réside dans le fait qu’il permet de procéder à des dépouillements à grande échelle, à partir de sources relativement vastes comme le sont les index de périodiques, les catalogues de bibliothèques ou cabinets de lecture, les listes de traductions et les correspondances comportant un index. La base fournit alors la structure qui donne une signification à ces renseignements individuels, et elle permet de comparer pour chacun des ouvrages, auteures ou groupes d’auteures ce qui s’est passé lors de l’arrivée auprès du public lisant.

12Cependant, il est clair que la réception de « chacun des ouvrages » ne peut encore être étudiée pour le moment. La structure a été mise en place, un certain nombre de sources a été dépouillé systématiquement, et une grande quantité de renseignements divers a été entrée, concernant des écrivaines dont la réception nous intéressait et qui ont servi de « cobayes » pour arriver au bon fonctionnement du logiciel. Maintenant il s’agit d’agrandir le réseau de nos collaborateurs/trices, de ceux et celles qui voient l’intérêt de pouvoir travailler sur cette matière — elle en a besoin — dans un cadre qui permet de bénéficier des résultats de dépouillements faits par des collègues direct(e)s. Dès lors c’est de l’enregistrement vaste, à partir de sources différentes et pas forcément celles que l’on aurait choisies soi-même, que peut « jaillir » de l’information nouvelle. Dans la suite de cet article, nous donnons trois exemples de recherches facilitées par cette approche.

Questions à poser

  • 21 Dans nos exemples, il s’agira surtout — en accord avec les visées du présent recueil — de lectures (...)

13Ayant constaté que des femmes individuelles lisaient les ouvrages écrits par d’autres femmes, on peut vouloir mesurer ou évaluer plus précisément l’impor de ces lectures dans le contexte historique féminin — et même dans le contexte historique tout court 21. On peut ainsi vouloir :

  1. comprendre le phénomène de la lecture féminine en opposant les renseignements fournis par une source à ceux provenant d’une autre source — que ce soit à grande échelle ou
  2. à l’échelle de l’individu lisant ;
  3. connaître la place de telle écrivaine dans une lignée ou tradition, que l’on peut faire apparaître grâce au logiciel.

14Je ne traiterai pas tout ceci en détail, puisqu’il s’agira surtout de montrer le système et d’illustrer l’intérêt d’intégrer ces diverses données dans un même cadre informatique.

1. Intérêt de la confrontation des sources : le cas de l’écrivaine Leprince de Beaumont

  • 22 Voir Montoya A. C., « French and English women writers in Dutch library catalogues, 1700-1800. Some (...)

15Une des participantes à notre recherche, Alicia Montoya, a fait un dépouillement d’une source très riche : une série de catalogues de bibliothèques privées et publiques du xviiie siècle néerlandais. Ce dépouillement permet de constater qu’un certain nombre de textes de romancières françaises était apparemment très apprécié aux Pays-Bas, ou du moins se trouvait dans un grand nombre de bibliolhèques — même de bibliothèques apparemment « féminines », par ailleurs peu nombreuses. Cela est très frappant pour les ouvrages de Jeanne Leprince de Beaumont. Dans un classement général (écrivains femmes et hommes réunis) elle arrive presque en tête pour les écrivains français : elle est deuxième, après Voltaire 22. Sans spécifier pour le moment les titres particulièrement appréciés, les statuts des propriétaires des bibliothèques etc., on peut dire pour le moins que ceci est en contradiction complète avec l’image que l’on a d’elle et selon laquelle il faudrait la considérer comme un auteur de quatrième ordre, pour lequel cela ne vaut pas la peine de mesurer l’étendue du public contemporain.

16Vu que la source consultée ne livre que des renseignements peu explicites et difficiles à interpréter, une comparaison avec d’autres types de réception s’imposait. Les traductions, ainsi que les éditions en français parues aux Pays-Bas, sont nombreuses. Avant l’étude détaillée de celles-ci (modifications apportées, préfaces), c’est la presse contemporaine qui a été consultée. Celle-ci — source fréquemment utilisée, puisque d’accès relativement facile — fournit une information double. Elle confirme aussi bien l’image courante que l’impression nouvelle créée par l’inventaire des bibliothèques, et contredisant cette image. En effet, les articles consacrés aux ouvrages de Leprince de Beaumont sont assez courts, mais n’omettent pas de mentionner la grande popularité de ces ouvrages et la sanctionnent en même temps.

17La brièveté des articles n’est pas forcément en rapport avec le fait qu’il s’agit d’un auteur femme ; elle peut être due aussi à ce que bon nombre de ses ouvrages concernaient l’éducation des enfants (en particulier des filles). Sujet important à l’époque des Lumières certes, sur lequel Leprince de Beaumont cependant n’est pas en train de disserter, mais que dans ses Magasins elle met en pratique. Les journalistes se contentent donc en général d’approuver l’enthousiasme manifesté par les lecteurs néerlandais pour le Magasin des enfants, par exemple. Curieusement, ils le font souvent sans relever qu’il s’agit tout spécialement — malgré le titre — de l’éducation des filles, en affirmant même que l’ouvrage devrait être entre les mains de tous les enfants, garçons et filles. Pour être positive, cette appréciation n’en rend pas plus justice aux visées de l’auteure, qui, elle, avait des idées très précises sur l’éducation à donner aux filles. Elle les avait exposées dans une préface polémique à ce Magasin des enfants, où on peut relever :

  • 23 Jeanne Leprince de Beaumont, Magasin des enfants, ou Dialogues […], Paris, 1789 (ex. utilisé BU Ley (...)

« [certains] trouveront que j’ai eu tort de parler aux enfants de choses qu’ils supposeront au-dessus de leur portée, de choses qu’ils prétendent que les femmes mêmes doivent toujours ignorer. […] Oui, Messieurs les Tyrans, j’ai dessein de les tirer de cette ignorance crasse, à laquelle vous les avez condamnées. Certainement, j’ai dessein d’en faire des logiciennes, des géomètres et même des philosophes. 23 »

18Cette adresse violente a été traduite littéralement par le traducteur, Johan Jacob Dusterhoop, mais les journalistes néerlandais s’abstiennent de réagir. Au fur et à mesure des rééditions, le passage disparaît de la préface, et la préface elle-même finit aussi par ne plus réapparaître.

19Il est assez intriguant de voir juxtaposés ces deux corpus de données de réception : l’un montrant un enthousiasme certain, l’autre témoignant également du succès et en donnant un jugement (approbateur) mais qui ignore les particularités du texte et les idées exprimées par l’auteur.

20On a réellement besoin par conséquent d’autres témoignages, explicitant ce que semblerait manifester la nombreuse présence en bibliothèque, et se rapprochant davantage que les articles dans les journaux des éventuels points de vue de femmes. Ces témoignages sont évidemment parfois difficiles à trouver. Mais l’enregistrement systématique de données dans la base « WomenWriters » est fait pour aider le hasard en intégrant, dans la mesure du possible, d’après les index, les témoignages que fournissent mémoires et correspondances de femmes par exemple.

21Quant à Leprince de Beaumont, un dix-huitiémiste néerlandais ne pourra s’empêcher de penser qu’elle a dû intéresser Elisabeth Wolff née Bekker, célèbre romancière hollandaise fort préoccupée par les problèmes d’éducation notamment féminine. Sa bibliothèque contenait en effet les œuvres en question, mais (ce qui reste de) sa correspondance ne les mentionne pas. Certaines des lettres de sa compatriote (plus tard écrivaine suisse) Belle de Zuylen/Isabelle de Charrière sembleraient expliquer pourquoi : l’œuvre de Leprince de Beaumont était peut-être même trop familière à tout un chacun — pourvu qu’il/elle sache lire — aux Pays-Bas. Belle de Zuylen la mentionne à plusieurs reprises, mais sans jamais préciser le nom de l’auteure, et renvoyant toujours à celui du personnage principal « Mademoiselle Bonne » qui suffisait à ses correspondant(e)s et autres contemporain(e)s.

  • 24 Plus de détails dans Van Dijk S. et Van Raamsdonk T., « ‘Ik vermane mijne Sex : leer denken, net de (...)

22Que Wolff ait dû apprécier cette collègue française, active en Angleterre, semble se laisser attester par une réception « cachée », à savoir ce qui semble bien être un plagiat ou un souvenir inconscient remontant spontanément à sa plume. Dans un discours sur les connaissances à donner aux filles, elle utilise des formules pratiquement identiques à celles utilisées par Leprince de Beaumont dans sa préface au Magasin des Enfants, citée plus haut 24.

23Les questions que soulève le contraste entre le grand nombre d’exemplaires et le peu de réaction substantielle de la part des critiques de journaux ne sont certes pas « résolues » par le recours au cadre fourni par les réactions ponctuelles, que sont celles des deux collègues écrivaines. Mais le contraste lui-même est rendu plus compréhensible : il correspond à la simplicité avec laquelle les deux lectrices utilisent les textes de l’écrivaine française, sans pour autant s’exprimer très clairement à son sujet.

24Inversement, les lectures féminines des ouvrages de Leprince de Beaumont faites aux Pays-Bas par Elisabeth Wolff et Belle de Zuylen gagnent elles aussi à être ainsi situées dans le cadre plus large de la grande présence en bibliothèque justifiant l’absence de mention du nom chez Belle de Zuylen et l’absence totale de mention chez Wolff. La « mauvaise » lecture, puisque partiale, du texte de Leprince de Beaumont — avec élimination du public féminin visé — est intéressante à rapprocher de la « citation » qu’en fait Wolff, lorsque l’on sait qu’elle-même se trouvait fréquemment en conflit avec ses critiques. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles elle se sentait proche de Madame de Genlis, dont elle traduisait un grand nombre d’écrits — rapprochement aisé à faire quand on travaille dans la base « WomenWriters », mais piste que je ne suivrai pas davantage ici…

2. Réceptions juxtaposées : le cas d’Isabelle de Charrière lectrice

  • 25 Je tiens à remercier Corrie Kruikemeier, qui s’en est chargée.

25Dans le meilleur des cas, à une question comme celle-ci : « Qu’est-ce que telle auteure a lu ? » on peut répondre en se servant de la correspondance de l’écrivaine en question, surtout si elle est accessible dans une édition munie d’index. Ce cas idéal se présente pour Isabelle de Charrière : afin de connaître ses lectures, il suffit de consulter cet index. Il est certain, toutefois, que c’est tout un travail de retrouver les noms d’auteur(e)s parmi ceux des membres de sa famille ou de ses amis suisses. Ce travail a été fait par une de nos assistantes 25, et les lectures « féminines » d’Isabelle de Charrière ont été enregistrées dans « WomenWriters ». En effet, parmi les auteurs qu’elle lisait, il y avait une vingtaine de femmes : Mesdames Leprince de Beaumont, Genlis, Sévigné et Wolff par exemple, et l’Anglaise Elizabeth Inchbald. Celle-ci, auteure surtout de théâtre, avait également donné deux romans, A simple story (1791) et Nature and Art (1796). Il est intéressant de voir les réactions d’Isabelle de Charrière au second ; elles relèvent de différents types de réception. L’ensemble des données illustre la façon dont peut fonctionner le phénomène de l’influence littéraire à échelle individuelle.

26Les deux romans d’Inchbald avaient été lus, peu après leur parution, par Charrière. Elle peut donc comparer :

  • 26 Charrière I. (de), Œuvres complètes, Amsterdam, Van Oorschot, 1983, t. V, p. 312 : Lettre à Jean-Pi (...)

« […] Ceci a été écrit avec beaucoup moins de soin que Simple histoire. La passion, l’humeur semblent s’y être pressées de se produire. N’importe. La passion et l’humeur ont fait un ouvrage utile et intéressant. 26 »

27Un mois plus tôt déjà, elle avait écrit, pleine d’émotions, à son amie Isabelle de Gélieu :

  • 27 Ibid., p. 298 : avril 1797.

« Je n’en ai pas dormi de Hanna […] 27 »

28On comprend en effet que cette jeune fille, séduite par un fils de famille, qui part faire son droit à Londres, la laissant enceinte au village pour accoucher toute seule dans la forêt, ait pu émouvoir des lectrices. Inchbald était allée même jusqu’à la diriger — avec son enfant — à Londres elle aussi, où elle finit dans la prostitution, pour se retrouver finalement face au père de son enfant : c’est lui, le juge qui ne la reconnaît pas et la condamne à mort.

29Charrière a lu le texte anglais, mais elle ne s’est pas abstenue de comparer celui-ci à la traduction qui en avait été procurée par Jean-Marie Deschamps (1796). N’aimant pas cette traduction, elle s’est mise à en donner une nouvelle, en collaboration avec sa jeune amie Isabelle de Gélieu. La lecture et les activités de traduction sont commentées dans la correspondance. Dans le texte donné par les deux Isabelle les émotions sont visibles. Les traductrices insistent notamment sur le remords qu’a dû éprouver William, père du fils de Hanna, et juge qui la condamna :

  • 28 Charrière I. (de), op. cit., t. viii, p. 592. Une comparaison avec la version originale anglaise ét (...)

« […] Ame de Hanna ! jetez du haut des cieux un regard sur la terre, et vous verrez toutes vos peines vengées par les remords de William ! 28 »

30Les traces de lecture que forment ces commentaires et cette traduction semblent devoir être mises en rapport avec des intertextualités à relever dans un roman qu’écrivait Isabelle de Charrière durant cette même période : Sainte Anne (1797). L’étude de ce roman ne devrait se passer du cadre fourni par la traduction de Nature and Art et par les commentaires dans la correspondance.

31En effet, face au William dont la figure a été brièvement esquissée plus haut, le roman d’Inchbald présente son cousin Henry, qui a grandi dans une île presque déserte. Son caractère est opposé à celui du futur juge : aussi, après toutes sortes de tribulations, se retrouve-t-il heureux avec sa Rebecca qui l’avait attendu pour l’épouser. Le naturel d’Henry est opposé à l’artifice qu’incarne William de par l’éducation qu’il a reçue. Dans le roman de Charrière, dont on sait que le personnage principal est une fille qui « ne sait pas lire », on retrouve cette opposition, qui se manifeste de différentes manières. Sans rentrer dans les détails, je citerai quelques exemples, pris dans la traduction de Charrière et de Gélieu. Ainsi, la naïveté pleine de raison que possède Mlle d’Estival était aussi celle d’Henry :

  • 29 Ibid., p. 530.

« […] Venez ici, mon enfant, lui dit le Doyen, que je vous instruis ; la négligence de votre père a été inexcusable… Il y a dans la société des pauvres et des riches ; les pauvres sont nés pour servir les riches.
— Et pourquoi les riches sont-ils nés ?
— Pour être servis par les pauvres.
— Mais, supposé que les pauvres ne voulussent pas les servir ? […] 29 »

32Le problème de l’analphabétisme féminin avait déjà été posé par Inchbald : c’est Hanna qui « ne sait pas lire », ou à peine :

  • 30 Ibid., p. 550.

« […] La pauvre Hanna avait appris à lire et à écrire, comme quelques jeunes hommes apprennent le latin ; elle avait pris des leçons pendant si peu de temps ; son maître était si peu habile, qu’il lui fallait une semaine pour écrire une lettre de dix lignes, et presque autant pour en lire une de vingt. […] 30 »

33Bref, une étude comparative entre le roman d’Inchbald, lu par Charrière, et le sien propre, écrit en même temps, mène au constat d’une influence « féminine », dont l’analyse a besoin d’être approfondie davantage. Il s’agit certes d’une influence parmi d’autres, et parmi des influences « masculines » : le conflit entre « art » et « nature » n’est pas réservé aux plumes féminines à cette époque.

34Mais qu’il s’agisse ici d’un lien intéressant, et — si influence il y a — influence qui n’est pas uniquement individuelle, se laisse illustrer par la consultation de la base de données. Il s’y trouve en effet un parallèle : George Sand, elle, avait lu l’autre roman d’Inchbald, A simple story, et — non contente, elle non plus, de la traduction qu’elle en connaissait — elle avait projeté, au début des années 1850, de le retraduire ou plutôt de le faire retraduire : par une sienne amie évidem. Bien que ce projet sandien ait finalement échoué, on peut noter que dans un roman qu’elle écrivait vers la même période, Les maîtres sonneurs (1853), on trouve également une influence que l’on peut considérer Inchbaldienne : la situation de la jeune fille qui élève un tout petit enfant qu’elle dit ne pas être le sien, et qui effectivement n’est pas le sien — personne, bien sûr, ne la croit 31. Ici encore, il faudrait voir de plus près non seulement les détails des rapports entre les écrivaines, mais aussi la question de la « féminité » particulière des topoi et des éléments empruntés. Cela ne sera pas fait ici.

3. Lignées à faire apparaître grâce au logiciel : autour de Madame de Genlis par exemple

35A plusieurs reprises, nous venons d’évoquer des influences ou des liens d’une auteure à une autre. Ce genre de liens ne s’arrête pas — cela a été dit plus haut — à un rapport entre deux, et la base de données a été conçue de façon à faire apparaître des lignées, voire des généalogies entières sous une forme graphique et active assez parlante. Les liens reliant deux écrivaines sont ainsi prolongées dans plusieurs directions, et on retrouve facilement celles qui occupent des endroits cruciaux de ce qu’on pourrait peut-être appeler des réseaux.

36Madame de Genlis, par exemple, lue — et commentée, traduite, adaptée — par Charrière, Wolff et Inchbald, occupe un de ces « nœuds » : elle est elle-même auteur de De l’influence des femmes sur la littérature française (1811), ayant été, tout comme Marie de Romieu, Louise de Keralio et Fortunée Briquet partie à la recherche d’écrivaines qui la précédaient. Un peu moins globalement, on peut signaler une lignée où elle a sa place. Sans avoir encore approfondi la question, je constate que son roman Les Battuécas (1814) pourrait bien être un reflet non seulement de ses lectures de Rousseau, mais également de celle des Lettres d’une Péruvienne de Françoise de Graffigny. Dans ce dernier roman, paru en 1747, le lecteur est confronté à une situation comparable, d’une jeune personne élevée dans un endroit « sauvage » pour être introduite dans un monde civilisé qu’elle est amenée à regarder d’un œil étonné et même sévère. Un topos narratif que l’on rencontre régulièrement et pas seulement chez les femmes, certes. Il est néanmoins intéressant de se rappeler à ce propos les paroles que George Sand consacre — dans Histoire de ma vie — au roman de Genlis : celui-ci, qu’elle avait lu étant jeune, serait reponsable de ses propres tendances socialistes. C’est d’autant plus intéressant si on sait que le roman de Graffigny était, à la même époque où Sand écrivait son autobiographie, jugé dangereux puisque socialiste, par le critique Louis Etienne. L’impact des tendances socialistes de George Sand — qui elle possédait les Lettres d’une Péruvienne, du moins elles se trouvaient dans sa bibliothèque — n’a pas besoin d’être détaillé. Il est particulièrement visible par rapport à des écrivaines en dehors de la France. Aux Pays-Bas, la féministe Hélène Mercier (de famille Huguenote) est de celles-là : elle procura, en 1887, une adaptation du Compagnon du tour de France.

37Il ne s’agit pas de revendiquer la féminité du socialisme, mais de montrer que certains éléments topiques passent d’une écrivaine à l’autre, et que les femmes mentionnées non seulement se lisaient, mais partageaient des points de vue. Grâce à la base de données « WomenWriters » le repérage de tels liens est devenu plus facile ; tout comme l’étude — nécessaire — de ces éléments sous la perspective du « gender ». On arrive ainsi à discerner des liens non seulement entre celles nommées ici, mais aussi entre celles-ci (assez célèbres, ou du moins connues, il faut bien le dire) et des écrivaines moins connues actuellement. Il est certain que c’est surtout pour ces dernières que la structure décrite ici a de l’importance : pour toutes celles sur qui souvent on ne dispose que de renseignements partiels (comptes rendus qui ne mentionnent pas le nom de l’auteure par exemple), c’est un moyen pour leur donner au moins une place virtuelle.

Collaborations possibles

38Par la description de ces trois façons de consulter la base, j’espère avoir montré l’intérêt de cet instrument. On peut en faire une visite plus détaillée à l’adresse http://ww.roquade.nl/​wwriters. Pour participer activement, on peut prendre contact en passant par le site « Réseaux d’Ecrivaines », créé pour accueillir des travaux menés à partir de la base de données : http://www.roquade.nl/​womenwriters. Il se destine à la publication de recherches ponctuelles, qui à terme pourront être réunies dans des éditions papier. En effet, l’ensemble de ces activités de dépouillement et de recherche devrait servir de point de départ à une histoire littéraire au fémi, qui se baserait en tout premier lieu sur les réceptions contemporaines ou presque contemporaines.

Notes

1 Lectrices, aux Pays-Bas, de Mesdames d’Aulnoy et Riccoboni, respectivement.

2 « Et pourtant, bien qu’une image de lectrice orne la couverture du livre d’Alberto Manguel [A History of Reading], elle y brille par son absence. Il est significatif que la plus populaire — et popularisante — des histoires de la lecture ne se préoccupe qu’une seule fois de la possible altérité des lectures féminines » (Rieger A., « Lecteur – lectrice ou : de l’altérité des lectures féminines », Rieger A. et Tonard J.-F. (dir.), La lecture au féminin/Lesende Frauen. La lectrice dans la littérature française du Moyen Age au xxe siècle, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1999, p. 25). Notons que sur la couverture de l’édition « Viking » du livre de Manguel, publiée également en 1996, la liseuse a disparu au profit d’une image plus neutre (lunettes déposées sur un livre ouvert).

3 Klüger R., Frauen lesen anders. Essays, Münich, DTV, 1996 (3e éd. 1997).

4 Notamment depuis la parution du livre de Judith Fetterley (Fetterley J., The Resisting Reader. A Feminist Approach to American Fiction, Bloomington, Indiana University Press, 1978).

5 Rieger A., op. cit., p. 29.

6 Kroll R., « Das Werk von Autorinnen als Identifikationsraum für Leserinnen. Zur Entstehung der Leserin in der Literatur und Kunst der Frühen Neuzeit », Rieger A. et Tonard J.-F., op. cit. (n. 2), p. 89 (je cite le résumé de cet article écrit en allemand).

7 Ibid., p. 105.

8 Un exemple de pareille historiographie, appliquée au cas particulier de la « nouvelle encadrée » est fourni par une étude où, à nouveau, Christine de Pizan joue un rôle principal : Donovan J., Women and the Rise of the Novel, 1405-1726, Londres etc., MacMillan, 1999.

9 Voir Schenkeveld – Van der dussen R., « Georgette de Montenay and her Dutch admirer Anna Roemers Visscher », Van Dijk S. e. a. (dir.), « I have heard about you ». Women’s writing crossing borders, Hilversum, Verloren, 2003 (à paraître).

10 Je renvoie à un article à paraître : Van Dijk S., « Les femmes se lisaient-elles ? Intérêt des renseignements fournis par la correspondance de Françoise de Graffigny », Beaurepaire P.-Y. et Taurisson D. (dir.), Les égodocuments à l’heure de l’électronique. Montpellier, Presses de l’université de Montpellier.

11 « Les femmes écrivains et leurs publics, 1700-1880 », projet financé par NWO (Organisation Néerlandaise pour la Recherche Scientifique) ; voir pour les détails le site « Réseaux d’Ecrivaines » http://ww.roquade.nl/womenwriters.

12 Cf. les intérêts divers portés à Pierre Nicole par Madame de Sévigné (contribution à ce recueil de Constance Cartmill), à Boccace par Marguerite de Navarre (Mary B. McKinley), à Alain Chartier par Anne de Graville (Catherine Müller), à Homère par Anne Dacier (Marie-Pascale Pieretti), à Jean de Meung et à Boèce par Christine de Pizan (Claire Le Brun et Fabienne Pomel), à Molière et à Voltaire par Françoise de Graffigny (Charlotte Simonin et Rotraud von Kulessa), à Swinburne par Louise de Keralio Robert (Annie Geffroy) — intérêts qui se mani sous la forme de commentaires, d’intertextualités, de réfutations, de traductions etc.

13 Voir les articles de Huguette Krief et de Lesley H. Walker, dans le présent volume.

14 Voir les articles de Tatiana Clavier et de Séverine Genieys, dans le présent volume.

15 Voir l’article de Françoise Weil.

16 Voir l’article d’Elena Gretchania.

17 Auteures respectivement du Brief Discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme, de la Collection des meilleurs ouvrages français, composés par des femmes et du Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises […] ; voir sur elles les contributions de Claude La Charité, d’Annie Geffroy et de Nicole Pellegrin.

18 Il n’est pas moins nécessaire, d’ailleurs, de tenir compte des façons « masculines » de lire les mêmes textes « féminins », pour pouvoir déceler les éventuelles spécificités de lecture selon le genre. Ce n’est pas ici mon propos.

19 Voir n. 8.

20 Il est en effet certain que cette question se manifeste plus facilement lorsqu’on travaille sur la littérature féminine de pays plus petits, tels que la Hollande. Le pourcentage de femmes auteurs sur la population écrivante est peut-être identique à celui — disons — de la France, mais le chiffre total est petit, et individuellement elles ressemblent à des cas isolés.

21 Dans nos exemples, il s’agira surtout — en accord avec les visées du présent recueil — de lectures féminines. Il est entendu cependant qu’un texte, avant d’arriver sous les yeux des lectrices, a parfois dû passer par des lectures d’hommes, ou plutôt par les conclusions qu’ils ont tirées de leurs lectures et qu’ils ont pu formuler dans des articles parus dans la presse par exemple — telles les recommandations aux femmes de lire ou de ne pas lire tel ou tel ouvrage.

22 Voir Montoya A. C., « French and English women writers in Dutch library catalogues, 1700-1800. Some methodological considerations and preliminary results », Van Dijk S.e.a., op. cit. (n. 9).

23 Jeanne Leprince de Beaumont, Magasin des enfants, ou Dialogues […], Paris, 1789 (ex. utilisé BU Leyde), p. xxi.

24 Plus de détails dans Van Dijk S. et Van Raamsdonk T., « ‘Ik vermane mijne Sex : leer denken, net denken…’ Betje Wolff en Jeanne Leprince de Beaumont : plagiaat of citaat zonder bronvermelding ? », Tijdschrift voor Nederlandse Taal- en Letterkunde, 114 (1998), p. 346-356.

25 Je tiens à remercier Corrie Kruikemeier, qui s’en est chargée.

26 Charrière I. (de), Œuvres complètes, Amsterdam, Van Oorschot, 1983, t. V, p. 312 : Lettre à Jean-Pierre de Chambrier d’Oleyres, au mai 1797.

27 Ibid., p. 298 : avril 1797.

28 Charrière I. (de), op. cit., t. viii, p. 592. Une comparaison avec la version originale anglaise ét avec la traduction « masculine » s’impose évidemment ; jusqu’ici ces deux textes n’ont pu être consultés.

29 Ibid., p. 530.

30 Ibid., p. 550.

31 Voir pour plus de détails : Réseaux d’Ecrivaines, http://ww.roquade.nl/womenwriters, (sous : Inchbald et Lectures des écrits de femmes).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540