Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Enjeux identitaires

L’Iliade d’Anne Dacier. Les enjeux d’une lecture érudite

Marie-Pascale Pieretti

Texte intégral

  • 1 Pour ne citer que quelques exemples, Marie de France, Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Lo (...)
  • 2 Outre les travaux concernant l’influence particulière de quelques salonnières telles que Mme de Ten (...)

1Comment lire pour que savoir soit pouvoir ? Au cours de l’Ancien Régime, de nombreux textes de femmes témoignent de l’importance de la lecture dans l’acquisition de connaissances littéraires ou scientifiques 1. L’existence même de ces écrits illustre bien le rapport de ce savoir à la prise de parole par les femmes, au xviiie siècle en France en particulier. L’influence des connaissances de la femme sur sa participation active dans la République des lettres a été le sujet de nombreux travaux, axés, par exemple, sur la curiosité intellectuelle et l’amour de la connaissance partagés par les salonnières 2. Pourtant, concernant les modes de lecture et ce qu’ils dénotent sur la position de la femme savante au seuil du siècle des Lumières, de nombreuses questions subsistent.

2L’analyse de quelques textes d’Anne Dacier, traductrice érudite du début du xviiie siècle, nous permet d’aborder un certain nombre de ces questions. Une étude de quelques-uns de ses paratextes, en particulier la préface de sa traduction de l’Iliade, montre les enjeux littéraires et plus largement culturels du projet ambitieux de cette traductrice. Dacier y discute la tradition homérique, l’impor et le rôle de la traduction dans la perpétuation de la valeur des lettres classiques, et, aspect de ces préfaces moins connu de la critique littéraire, l’intérêt et la valeur d’un certain type de lecture qu’elle cherche à promouvoir principalement à des fins didactiques. En effet, Dacier, lectrice érudite, insiste sur la fonction d’une lecture appliquée, informée par la connaissance de l’histoire et des coutumes d’un monde disparu sur lequel elle fournit des explications dans de nombreuses notes. Elle souligne aussi l’importance de la connaissance des langues et de la littérature, et invite ses lecteurs à aiguiser leur sens critique en pratiquant une lecture enrichie par leur entendement.

3C’est cet aspect des réflexions de Dacier que nous nous proposons d’examiner ici. L’étude de l’importance que Dacier attribue à la lecture nous amène à considérer trois facettes de l’oeuvre de cette érudite. D’abord, l’examen des années formatrices de Dacier, la lectrice, démontre le caractère exceptionnel de son érudition et illustre le décalage croissant entre les connaissances d’une élite intellectuelle en voie de disparition, et celles de son lectorat. Deuxièmement, Dacier, la pédagogue, encourage ses lecteurs par de nombreux moyens à découvrir les joies et les avantages d’une lecture avertie et attentive. Loin de considérer ses lectrices et ses lecteurs comme des ignorants, elle les aiguillonne dans l’espoir d’en faire des êtres critiques capables de se rallier à sa cause. Troisièmement, la traduction de Dacier met en relief un paradoxe qui surgit entre sa volonté de perpétuer les traditions et les langues des Anciens et l’impossibilité de le faire sans un langage moderne plus adapté à des modes de lecture renouvelés. Ce désir de transmettre à un public diversifié un bagage culturel sous une forme plus accessible, quoiqu’il en coûte à Dacier, est en corrélation avec l’apparition, dès le début du xviiie siècle, de nouvelles pratiques de lecture mises en lumière par les travaux de Roger Chartier, idée à laquelle nous reviendrons dans un instant. Anne Dacier, « l’ancienne », nous apparaît comme l’instigatrice d’un nouveau type de pédagogie après l’analyse de ses réflexions sur le rôle prépondérant qu’elle accorde à un type de lecture plus engagée et responsable visant à transformer lecteurs et lectrices de son époque.

  • 3 Anne Thérèse de Lambert, Œuvres, Amsterdam, 1747, p. 381.
  • 4 Dans L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, CERF, 1987, Martine Sonnet, souligne cet (...)

4Comme l’atteste le commentaire de Mme de Lambert à son sujet, Dacier jouissait dès son époque de l’admiration d’un certain nombre de ses contemporains : « Notre sexe lui doit beaucoup… Les hommes autant par dédain que par supériorité nous ont interdit tout savoir. Madame Dacier est une autorité qui prouve que les femmes en sont capables […] Elle a mis en liberté l’esprit qu’on tenait captif sous ce préjugé ; et elle seule nous maintient dans nos droits 3. » La connaissance profonde que Dacier avait des lettres classiques est le fruit extraordinaire de leçons en fait destinées à son frère aîné, Daniel Le Fèvre. Le curriculum dont bénéficia Dacier n’a pas de point commun avec celui des jeunes filles de classe bourgeoise inscrites dans des écoles élémentaires ou dans des collèges. Le travail de Martine Sonnet a montré que la scolarité des filles de cette époque dépassait rarement l’acquisition des rudiments de l’écriture et se concentrait ensuite sur l’apprentissage des tâches ménagères 4. L’expérience de Dacier, la jeune lectrice, est donc extrêmement différente de celle des lectrices à qui elle s’adressera plus tard dans ses préfaces.

  • 5 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime. Editions du Seuil, 1984, p. 20 (...)
  • 6 Ibidem, p. 202.

5La position proéminente de son père dans l’Académie protestante de Saumur devenue en 1611 par décret de Louis XIII, Académie Royale, n’empêcha pas cet intellectuel renommé dans toute l’Europe pour sa connaissance du grec, de faire preuve d’une grande liberté de pensée qui se retrouve dans son traité de pédagogie, Méthodes pour commencer les humanités grecques et latines publié en 1672. Quels en étaient les principes pédagogiques et quelles lectures Le Fèvre conseillait-il à ses jeunes élèves ? Avant de survoler le curriculum proposé par Le Fèvre, il faut rappeler que son approche des textes était celle soutenue par la plupart des Académies protestantes et réputée pour produire les plus grands hellénistes de l’époque. Par ailleurs, selon Le Fèvre, on ne lisait pas les Anciens pour briller en société, mais plutôt pour acquérir une connaissance solide de l’histoire ancienne et pour apprendre à se conformer à l’esthétique et aux préceptes moraux prescrits par ces textes. En outre, les pays protestants et par répercussion ses bastions académiques en France, faisaient valoir un style de lecture « intensive » et « révérentielle » allant à l’encontre d’une lecture « extensive » et « désinvolte », qui selon Chartier, gagnait en popularité vers la fin du xviiie siècle 5. Citons ici une des conséquences du premier style de lecture favorisé par les protestants que Chartier souligne : « […] la fréquentation intense des mêmes textes lus et relus façonne les esprits, habitués aux mêmes références, habités par les mêmes citations6. » Ce mode de lecture était un des tenants d’une culture élitaire homogène, ainsi plus facile à perpétuer et certainement celui que Le Fèvre avait pour dessein de promouvoir. Nous verrons que c’est bien ce premier style de lecture que Dacier met en avant tout en défiant paradoxalement la culture élitaire dont elle fait partie et qu’elle perpétue.

6Le Fèvre encourageait donc ses élèves à commencer le latin et le grec très tôt et dans les meilleurs textes. Si l’on en croit les préceptes de cette méthode, Dacier aurait appris, dans ces cours qui ne lui étaient donc pas destinés, la géographie par l’étude des cartes et le latin dans la Vulgate. Cette connaissance profonde de la Bible en latin et en grec était, comme on vient de le voir, également caractéristique de l’enseignement prodigué par les Académies protestantes de l’époque. Dacier aurait poursuivi sa formation avec les historiens romains jugés les plus faciles par son père, notamment Eutrope et Aurel Victor, puis la lecture des textes d’Homère. Si l’enfant se fatiguait des douze livres de l’Iliade, Le Fèvre recommandait de passer aux fables de Phèdre, puis aux comédies de Térence et d’Aristophane. Le Fèvre décrivait ensuite comment repasser à Homère, puis à Virgile. L’Enéide fut le dernier texte qu’il lut avec ses enfants. L’influence directe de ces lectures apparaîtra dans le choix de textes qu’opéra Dacier dans sa carrière de traductrice. Les louanges que Le Fèvre prodigue à sa fille soulignent la valeur qu’il accorde justement à l’acte de lire et à l’importance d’être bon lecteur :

  • 7 Citation publiée par Pelissier et reprise par Fern Farnham dans sa biographie d’Anne Dacier, p. 41.

« Pour ma fille, elle est âgée d’environ 24 ans. Elle fait les mêmes choses que son frère, rien davantage. Car il n’y a que 3 ans que je l’ay entreprise et que j’ay commencé de l’instruire. Elle est fort modeste et ne veut pas qu’on sache qu’elle sait ny grec ni latin. Elle ne veut pas qu’on sache qu’elle sait danser ny qu’elle sait jouer du luth. Tant mieux. En vérité c’est une des plus agréables lectrices que je connoisse. […] J’oubliois à vous dire qu’elle sait la Gerusalemme del Tasso comme moy, ce qui est quelque chose avec le reste 7 ».

  • 8 Voir Chartier, Pratique de la lecture, Paris, Editions Rivages, 1985, p. 79-112.

7Nombre de biographes ont mis en question la véracité de ce passage concernant en particulier la durée des études de Dacier. Il ne laisse néanmoins aucun doute sur l’admiration que voue à sa fille Le Fèvre, conscient de ses facultés extraordinaires, mais incapable de réconcilier ces talents exceptionnels avec les limites imposées à la femme, sur le plan de sa participation intellectuelle effective dans la sphère publique. Cette citation reflète donc bien la position délicate de la femme savante ayant bénéficié de moyens exceptionnels pour parfaire ses connaissances mais se voyant refuser la reconnaissance ou la gloire acquise à ceux dont la présence dans le domaine du savoir semble légitime. Le terme de « lectrice » est dans la pensée de Le Fèvre, et par conséquent dans celle de toute une élite intellectuelle, chargé de connotations importantes à noter ici. Il fournit la preuve irrémédiable de l’appartenance de Dacier à une caste intellectuelle en voie de disparition mais relègue ses talents à une pratique qui paraît anodine et privée. Tout en signifiant de manière positive « intelligence du texte » et allégeance à un style de lecture disciplinée et déférente, la lecture désigne aussi ici, parce qu’elle fait partie d’un jugement porté sur une femme, un exercice purement réflexif donc tourné sur lui-même. Dacier est perçue come une lectrice isolée dont le savoir admirable reste en suspens. Pour faire apparaître la trace des principes pédagogiques mis en avant par son père, les préfaces de Dacier démentent néanmoins ces propos qui impliquent la futilité du savoir de la femme qui lit. Nous verrons comment Dacier insiste sur un mode de lecture renouvelé, à la fois actif et tourné vers les autres. Elle propose cette façon de lire comme méthode particulièrement adéquate pour un lectorat dont la composante sociale et les pratiques de lecture sont en pleine évolution 8.

  • 9 Elle publia sa première traduction de Callimachus en 1675, suivie de ses versions d’Anacreon et Sap (...)
  • 10 Les poésies d’Anacréon et de Sapho, traduites de grec en français, avec des remarques par Madame Da (...)
  • 11 Ibidem, « Préface » (non paginée).
  • 12 Toujours dans la préface de son Anacréon, elle avance timidement mais un peu sur la défensive : « L (...)

8C’est donc en publiant sa traduction de l’Iliade en 1711 qu’Anne Dacier déclencha la deuxième phase de la fameuse Querelle des Anciens et des Modernes. Marquant sa carrière de traductrice par la publicité dont jouit cette œuvre, l’Iliade n’était pas le seul accomplissement remarquable de Dacier dans le monde des lettres, mais nous nous limiterons ici à ne mentionner que les passages des préfaces de traductions qui ont trait à notre argument 9. Dans les rééditions publiées à Amsterdam en 1669 et 1716 de ses traductions d’Anacréon et de Sapho, elle inclut un épistre dédicatoire insistant sur son désir de plaire à un lectorat assez écarté de l’austérité d’une philologie classique qu’elle soutient : « C’est dans ce dessein que j’ay travaillé sur les Ouvrages d’Anacréon ; de Sapho, c’est à dire sur ce que la Grèce a eu de plus poly ; et de plus galant. Je ne pouvais rien faire de plus avantageux pour les précieux restes d’une si belle Antiquité, que de vous le présenter 10. » Elle dit même plus précisément à qui elle s’adresse : « En traduisant Anacreon en notre langue j’ay voulu donner aux Dames le plaisir de lire le plus poli ; le plus galand Poëte Grec que nous ayons 11. » Cette oscillation entre l’envie de séduire un public moins préparé tout en menant à bien la tâche importante qu’elle s’est donnée apparaît trop souvent dans ces préfaces pour laisser dans le doute. Visiblement « encombrée » par ses connaissances, Dacier veut tout à la fois être appréciée pour son savoir-faire de femme du monde mais ne renonce jamais à la fonction première de ses traductions, celle de partager avec ses contemporains sa connaissance profonde des textes de la Grèce ancienne 12.

  • 13 Toutes mes citations de la préface de sa traduction de l’Iliade sont tirées de l’édition de 1741. D (...)
  • 14 Dans son travail fondateur, Homère en France au xviie siècle, Noémi Hepp résume le projet de La Mo (...)

9Avec son expertise de la culture homérique et les efforts qu’elle mit à rendre le style et la diction du poème, Dacier tenta d’accomplir ce que nul autre n’avait pu faire : une traduction d’Homère en prose française 13. Son Iliade fut si extra-ordinaire qu’elle déclencha donc la deuxième phase de la Querelle des Anciens et des Modernes en 1711, et qu’ainsi Dacier se retrouva la protagoniste inatten d’un débat culturel échauffé dont les enjeux comprenaient la survie ou l’élimination des textes formant la base du canon littéraire occidental de l’époque. C’est par contraste avec la traduction de Dacier que l’adaptation de l’Iliade d’Antoine Houdar de la Motte publiée en 1714, déclencha une série de débats publics précisément sur la valeur de la persistance des textes anciens. C’est au nom de la raison critique et pour exprimer son enthousiasme illimité pour la langue française et l’émergence de nouvelles formes littéraires que La Motte, en particulier, affirma le droit de revisiter l’Iliade, celle de Dacier cette fois, et de produire une imitation poétique du texte homérique par le truchement de la prose érudite de Dacier. Force est donc de penser qu’une nouvelle donne est alors en place lorsque La Motte, le Moderne, propose de s’appuyer sur un texte dit « ancien », celui de Dacier, pour enfin produire un texte « moderne » dans le style poétique de l’original antique 14. En réponse à l’adaptation d’Houdar de la Motte, Dacier publia en 1714 Des causes de la corruption du goût et dans la préface de sa deuxième édition de sa traduction de l’Iliade en 1719, Dacier montre la valeur qu’elle accorde à l’acte de lire, à la responsabilité de l’écrivain envers ses lecteurs et aux problèmes de lisibilité d’une œuvre.

  • 15 Voir Bertrand Gervais, Récits et actions Pour une théorie de la lecture, Québec, Les Editions du Pr (...)
  • 16 Dacier, L’Iliade d’Homère, Paris, Guérin, 1741, « Préface », p. v.
  • 17 Ibidem, p. v.
  • 18 Ibid., p. xxxvj.
  • 19 Ibid., p. xliv.
  • 20 Chartier, Lectures et lecteurs, op. cit., p. 203.

10Dans cette préface, Dacier promet, dès les premières lignes de réhabiliter l’œuvre d’Homère, de surpasser ses prédécesseurs et d’offrir une version de l’Iliade qui resterait aussi près de l’original que la langue cible le lui permettrait. Cette fidélité au texte original est un grand trait de son oeuvre et illustre bien le respect qu’elle éprouve à l’égard du texte classique, aspect de sa formation que nous avons mentionné plus haut. Faisant résolument cause commune avec les Anciens et reprochant aux Modernes, outre leur corruption morale, leur ignorance des langues anciennes, Dacier s’applique néanmoins à fournir, précisément à ceux qui ne pourraient pas lire dans l’original, une traduction fidèle du texte d’Homère. Espace privilégié pour exposer le protocole de lecture qu’elle propose, son para-texte est là pour « prédisposer le lecteur au contrat de lecture qu’il s’apprête à engager 15. » Elle en vient rapidement à critiquer l’engouement des lecteurs de son siècle pour le roman, genre qu’elle condamne et auquel elle oppose la poésie d’Homère plus appropriée sur le plan moral et esthétique : « […] la plupart des gens sont gastez aujourd’huy par la lecture de quantité de livres vains ; frivoles, & ne peuvent souffrir ce qui n’est pas dans le mesme goût 16. » Encourager ses lecteurs à lire Homère revient à les encourager à lire sa traduction qu’elle justifie ainsi : « je ne l’ay pas traduit pour m’attirer la vaine louange d’avoir mis en nostre langue le premier ; le plus grand des poëtes, je l’ay traduit pour faire, si je puis, un ouvrage utile, & je ne connois d’ouvrages utiles que ceux qui en instruisant l’esprit, forment le cœur 17. » Elle réitère pour qui elle écrit : « […] Je n’escris pas pour les sçavants qui lisent Homère en sa langue ; ils le connoissent mieux que moy : j’escris pour ceux qui ne le connoissent point, c’est à dire, pour le plus grand nombre, à l’égard desquels ce poëte est comme mort ; ; j’escris encore pour ceux qui commencent à le lire, & qui doivent travailler à l’entendre, avant qu’ils puissent estre en estant d’en sentir les beautez 18. » Dacier se détache ici des préceptes d’une philologie classique pour tout simplement encourager ses contemporains à lire ce texte ardu. Elle poursuit : « Quand on ne lit que pour soy, on se contente très souvent d’une idée legere ; superficielle ; mais quand on lit pour les autres, l’obligation de donner des idées nettes ; distinctes fait qu’on s’arreste pour approfondir les sujets, & alors la necessité servant d’aiguillon à l’esprit, luy fait découvrir des beautez ; des sens que la rapidité de la lecture ne luy avoit pas laissé voir 19. » Cette citation suggère qu’à son choix de prose, Dacier ajoute un autre élément moderne à sa démarche : elle semble devenir cette « parole médiatrice » qui apparaît dans l’iconographie du xviiie siècle selon Chartier, parole qui se veut donc en principe « lectrice pour les illettrés ou les mal lettrés 20 ». Quoique restant fidèle à sa culture élitaire d’origine et ne s’adressant pas à des lecteurs illettrés, Dacier propose de partager avec les autres ce qu’elle sait et présente ce mode de lecture comme plus stimulant sur le plan intellectuel puisqu’il faut sans cesse clarifier son propos.

  • 21 Joan de Jean, Ancients against Moderns : Culture Wars and the Making of a Fin de Siècle, University (...)

11Nous ne pouvons pas ici rentrer dans le détail de cette querelle mais quelques points importants ressortent de l’étude de la préface de Dacier à la lumière du mode de lecture qu’elle propose. Bien que partagés sur les questions d’originalité, de nouveauté de la production littéraire, de la moralité et de la religion, Dacier et son adversaire La Motte ont tous deux perçu le pouvoir potentiel des lecteurs et de l’impact culturel d’une certaine façon de lire. La Motte, champion des Modernes, prône le jugement individuel basé sur la raison critique alors que Dacier, disciple des Anciens, maintient que la connaissance de l’histoire devrait produire une lecture réussie et pertinente. Pour avoir invité les lecteurs à pratiquer une lecture active et pour les avoir engagés dans cette querelle littéraire, ces deux auteurs font partie bon gré mal gré d’un phénomène plus large, à cette époque, décrit par Joan de Jean comme « l’invention d’un public pour la littérature21. » Ce nouveau public inventé et invité à participer à l’évaluation de la littérature incluait un nombre croissant de lectrices qui commencèrent à exercer un impact plus grand sur les évènements de l’actualité littéraire. Il est donc peu surprenant que deux écrivains mineurs, Dacier et La Motte, tous deux dans une position d’interprètes et de lecteurs de textes canoniques, soient devenus les protagonistes d’un débat public sur le rejet ou l’inclusion de nouvelles valeurs dans la production littéraire.

  • 22 Dacier, « Préface », op. cit., p. lxx.
  • 23 Voir Emmanuel Bury, « Mme Dacier », Femmes savantes, savoir des femmes Du crépuscule de la Renaissa (...)

12Pour conclure mon propos, ce qui distingue Dacier est l’accent qu’elle met sur l’importance d’une expertise linguistique et culturelle pour faire lire les textes classiques « aux enfants, aux hommes faits ; aux vieillards, & […] à chacun autant que chacun est capable de recevoir 22. » Le fait que l’activité de lire devienne, selon Chartier, au cours du 18ème siècle, plus ordinaire dans les espaces privés et publics pour hommes et femmes, toutefois d’origine sociale privilégiée, montre que Dacier, malgré ses prescriptions apparemment réactionnaires de conserver d’anciens modèles littéraires, soutient, peut-être malgré elle, ce mouvement d’une diffusion plus large du savoir. Une lecture de sa préface qui reste attentive au topos de la lecture montre que bien que très éloignée des soucis ou aspirations de ses contemporaines, lectrices et écrivains, le texte de Dacier reflète en fait une lutte similaire au coeur de l’augmentation progressive de la participation des femmes à l’élaboration d’une nouvelle culture. Pour en revenir à ma première question « Comment lire pour que savoir soit pouvoir ? », il est clair que Dacier se rend compte justement que tout savoir n’est pas pouvoir, qu’à savoir égal, pouvoir n’est pas égal et qu’une vieille manière de lire, basée sur le respect d’un héritage culturel tout en restant ouverte à une langue renouvelée, pourrait justement changer le paradigme social en place qui la marginalise. En ce sens, et comme Emmanuel Bury l’a brillamment démontré dans son essai, Dacier est plus « du côté de ce que sera la philologie des Lumières 23. » A La Motte qui renie la source littéraire dans sa version poétique d’Homère, et qui participe ainsi peu ou prou à une politique d’exclusion niant la participation des lecteurs moins savants à l’appréciation d’une œuvre canonique, notre érudite oppose malgré son adhésion aux principes d’une philologie classique, une politique d’inclusion par laquelle elle rallie ses lecteurs par une langue moderne au monde des lettres classiques. Abstraction faite du constat d’altérité concernant la lecture pratiquée et prescrite par Dacier, notre analyse suggère donc que cette grande savante utilise son savoir pour enrayer l’exclusion de ceux qui ne participent ni de loin ni de près à l’évaluation du canon littéraire en place, à l’aube du siècle des Lumières.

Bibliographie

Bibliographie

Chartier, Anne-Marie et Hébrard, Jean, Discours sur la lecture (1880-1980), Paris, BPI, 1989.

Chartier, Roger, (dir.), Histoires de la lecture, un bilan des recherches, Paris, IMEC Editions, 1995.

Chartier, Roger, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987.
Pratique de la lecture, Paris, Editions Rivages, 1985.

Chartier, R., Compère M., et al, L’éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, SEDES, 1976.

Dacier, Anne, Homère défendu contre l’apologie du R. P. Hardouin ou Suites des causes de la corruption du goust, Paris, Goignard, 1716.
Les comédies de Terence, Rotterdam, Flitsch, 1717.
Les œuvres de Plaute, Amsterdam, Limiers, 1719.
L’Iliade d’Homère, « Préface », Paris, Guérin, 1741.
Des causes de la corruption du goust, Geneva, Slatkine Reprints, 1970.

Farnham, Fern, Madame Dacier, Monterey, California, Angel Press, 1976.

Flyn, A. Elizabeth et Schweickart, Patrocinio P., Gender and Reading. Essays on Readers, Texts, and Contexts, Baltimore, The Johs Hopkins University Press, 1986.

Goldsmith, Elizabeth et Goodman, Dena. Going Public : Women and Publishing in Early Modern France, Ithaca, Cornell University Press, 1995.

Grell, Chantal, « La querelle homérique et ses incidences sur la connaissance histo », D’un siècle à l’autre Anciens et Modernes Actes on XVIe Colloque du CMR, 17 janvier 1986,

Hepp, Noémi, Homère en France au xviie siècle, Paris, Klincksieck, 1968.

Klüger, Ruth, « Frauen lesen anders », Frauen lesen anders, Essays, Munich, DTV, 1997.

La Motte, Antoine-Houdar (de), Les paradoxes littéraires, Genève, Slatkine reprints, 1971.

Levine, Joseph, The Battle of the Books, Ithaca, Cornell University Press, 1991.

Mazon, Paul, Madame Dacier et les traductions d’Homère en France, Oxford, Clarendon Press, 1936.

Moore, Fabienne, « Homer Revisited : Anne Le Fevre Dacier’s Preface to her Prose Translation of the Iliad in early eighteenth-century France », Studies in the Literary Imagination, Atlanta, Fall 2000.

Notes

1 Pour ne citer que quelques exemples, Marie de France, Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Louise Labé ou Marie de Gournay ont toutes démontré l’impact qu’une ample connaissance des traditions littéraires qui les précédaient, eut sur la production de leurs écrits.

2 Outre les travaux concernant l’influence particulière de quelques salonnières telles que Mme de Tencin, Mme de Graffigny, Mme de Duras ou Mme de Genlis, voir aussi Carolyn Lougee, Le Paradis des Femmes : Women, Salons, and Social Stratification in 17th-Century France, Princeton Univesity Press, 1976 et Roger Picard, Les salons littéraires et la société française 1610-1789, New York, Brentano’s, 1943.

3 Anne Thérèse de Lambert, Œuvres, Amsterdam, 1747, p. 381.

4 Dans L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, CERF, 1987, Martine Sonnet, souligne cet aspect restreint de l’éducation des filles à cette époque : « Les connaissances jugées par tous ‘convenables au sexe’ relèvent de trois domaines : l’instruction religieuse, les savoirs fondamentaux et les apprentissages pratiques. Sur ce tronc se greffent quelques ‘extras’ accessibles seule dans le cadre des couvents proposant un enseignement à la carte » (p. 233).

5 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime. Editions du Seuil, 1984, p. 201.

6 Ibidem, p. 202.

7 Citation publiée par Pelissier et reprise par Fern Farnham dans sa biographie d’Anne Dacier, p. 41.

8 Voir Chartier, Pratique de la lecture, Paris, Editions Rivages, 1985, p. 79-112.

9 Elle publia sa première traduction de Callimachus en 1675, suivie de ses versions d’Anacreon et Sappho en 1681 qui connut un tel succès qu’elle fut rééditée en 1696 à Lyon et fut suivie de deux autres éditions publiées à Amsterdam en 1699 et 1716. Pour réitérer le rapport des années formatrices à sa participation dans la République des lettres, c’est aussi Dacier qui introduit aux lecteurs français les pièces d’Aristophane (dûment lues avec son père), destinées à l’éducation d’un prince à qui elle dédie ses oeuvres notamment du Florus, Dares et Dictys, Aurel Victor et Eutrope. Quand elle finit sa version d’Aurel Victor en 1681, elle se rendit compte que cette édition arrivait trop tard pour aider le Dauphin déjà en âge d’être marié et elle dédia donc son texte à la jeunesse de France. Les fins didactiques de Dacier sont donc claires dès ses premières traductions.

10 Les poésies d’Anacréon et de Sapho, traduites de grec en français, avec des remarques par Madame Dacier. Nouvelle edition augmentée des Notes latines de Mr. Le Fevre, Amsterdam, Paul Marret, 1699, Epistre, p. 4.

11 Ibidem, « Préface » (non paginée).

12 Toujours dans la préface de son Anacréon, elle avance timidement mais un peu sur la défensive : « Les Savans qui aiment les plus petits restes des grands hommes, n’ont pas besoin de mes soins pour se satisfaire, & les gens du monde ne seront pas fâchez que je n’aye pas chargé ce Livre de beaucoup de choses qui ne leur auraient point donné de plaisir ».

13 Toutes mes citations de la préface de sa traduction de l’Iliade sont tirées de l’édition de 1741. Dacier explique sa préférence pour la prose dans sa préface : « Homère a encore deux grands avantages, qu’Aristote n’explique point ; le premier, c’est que les mots propres qui rendent sa diction claire, luy donnent aussi tres souvent autant de force & de nobless que les mots figurez, je dis mesme les mots propres les plus simples, les plus communs ; les moins agreables, qu’il a esté obligé d’employer en descendant, comme il fait quelquefois, dans le détail des plus petites choses […] Qu’a-t-il donc fait pour empescher sa poésie d’être deshonorée par ces termes si capables de l’avilier ? Il a sçeu la relever par l’harmonie, en les mestant ensemble avec art, & par des épithetes magnifiques ou gracieuses, qui cachent tout leur desagrément […] Le second avantage d’Homere dans sa diction, c’est qu’en mestant des termes durs, rudes & communs avec les termes les plus polis ; les plus coulants, il a fait une composition moyenne qui tient de l’austère ou de la rude, & de la gracieuse ou de la fleurie : & par ce moyen, il mesle admirablement l’art ; la nature, la passion ; les mœurs […] (p. xxxiij).

14 Dans son travail fondateur, Homère en France au xviie siècle, Noémi Hepp résume le projet de La Motte comme suit : « Ecrire l’histoire de la colère d’Achille comme Homère l’eût écrite s’il avait eu le bonheur de vivre en un siècle poli, délicat, raffiné. Faire passer dans notre langue les beautés du poème grec, en habiller les endroits médiocres, en supprimer les passages intolérables par la grossièreté, la cruauté ou la monotonie » (p. 661).

15 Voir Bertrand Gervais, Récits et actions Pour une théorie de la lecture, Québec, Les Editions du Préambule, 1990, p. 300.

16 Dacier, L’Iliade d’Homère, Paris, Guérin, 1741, « Préface », p. v.

17 Ibidem, p. v.

18 Ibid., p. xxxvj.

19 Ibid., p. xliv.

20 Chartier, Lectures et lecteurs, op. cit., p. 203.

21 Joan de Jean, Ancients against Moderns : Culture Wars and the Making of a Fin de Siècle, University of Chicago Press, 1997, p. 28.

22 Dacier, « Préface », op. cit., p. lxx.

23 Voir Emmanuel Bury, « Mme Dacier », Femmes savantes, savoir des femmes Du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Actes du colloque de Chantilly, Genève, Librairie Droz, 1999, p. 218.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540