Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Enjeux identitaires

Anne Marie de Schurman, Madeleine de Scudéry et les lettres sur La Pucelle (1646)

Anne R. Larsen

Texte intégral

  • 1 Dorlin E., L’évidence de l’égalité des sexes. Une philosophie oubliée du xviie siècle, Paris, L’Har (...)

1La longue histoire des femmes occultées de la sphère intellectuelle conduit dans la première moitié du xviie siècle à une remise en question de leur accès au savoir et au pouvoir. À cette époque se déroule le discours sur l’égalité des sexes, débat où deux érudites, Marie de Gournay (1565-1645) et la hollandaise Anne Marie de Schurman (1607-1678) se montrent chefs de file. En utilisant des procédés d’argumentation d’inspiration aristotélicienne, elles fondent l’égalité des sexes en dehors des controverses rhétoriques rattachées à la Querelle des femmes, constituant ainsi le courant de pensée du féminisme logique 1. Elles analysent les rouages de l’exclusion des femmes de l’exercice du pouvoir intellectuel et prennent position, se mettant personnellement au service de la cause des femmes.

  • 2 Question celebre. S’il est necessaire, ou non, que les Filles soient sçavantes. Agitée de part de d (...)
  • 3 Cf. Timmermans L., op. cit., p. 307.
  • 4 Rappelons que la romancière ne condamne ni le savoir, ni le désir de l’obtenir par l’étude. Selon L (...)
  • 5 Nous renvoyons à C.-M. Chantalat pour les références à ces études, op. cit., p. 178, notes 11-13.
  • 6 Voir les quelques remarques d’Aronson N., Mademoiselle de Scudéry ou le voyage au pays de Tendre, P (...)
  • 7 Cf. N. Aronson sur le latin de Mlle de Scudéry, op. cit., p. 373.
  • 8 Toutes deux prônent l’étude pour occuper les loisirs des femmes privilégiées ; toutes deux désirent (...)

2Madeleine de Scudéry (1607-1701) s’avère une lectrice attentive de l’œuvre de ses devancières. Cependant, son féminisme intellectuel diffère quelque peu du leur. Marie de Gournay revendique pour la femme un statut égal à celui de l’homme, ce qui lui vaudra beaucoup de déboires par la suite. Anne Marie de Schurman s’intéresse à la question suivante : la femme chrétienne, libérée des tâches domestiques et vivant dans le ‘repos’et la ‘retraite’, peut-elle « s’appliquer entièrement à l’estude 2 ? » Elle réclame pour la femme un « droit à l’intériorité 3 », autrement dit le droit à l’étude dans le domaine de la retraite qui lui est naturelle. Madeleine de Scudéry va préférer, au bouleversement social de l’une et au savoir d’école proprement dit de l’autre, l’esprit et un savoir que la femme peut mettre en valeur non dans la ‘retraite’, mais dans un milieu mondain, dans la conversation et le commerce épistolaire 4. La manifestation bienséante de ce savoir a été analysée dans le discours de ‘Sapho à Erinne’ des Harangues heroïques (1642, 1644), dans l’‘Histoire de Sapho’ de l’Artamene ou le grand Cyrus (1653) et dans les Conversations (1680-88) 5. Nous voyons également les traces de cette réflexion sur la condition féminine dans une série de lettres que Mlle de Scudéry compose en 1646, lors de sa lecture de la traduction de Guillaume Colletet des lettres de Schurman sur l’éducation féminine. Mentionnée au passage par quelques critiques 6, cette correspondance scudérienne mérite qu’on s’y attarde. Car s’il est probable que la romancière a pris connaissance des ouvrages latins d’A. M. de Schurman — elle savait un peu de latin et son frère lui en aura expliqué les passages obscurs 7 — c’est seulement après avoir lu la traduction de Colletet qu’elle tente d’établir un lien épistolaire avec son homologue hollandaise, quelques propos du correspondant de Schurman sur la chasteté de Jeanne d’Arc lui servant de prétexte. Entre la Harangue de Sapho à Erinne, qui se calque en de nombreux endroits sur la pensée Schurmanienne 8, et les lettres manuscrites de 1646, la romancière a poursuivi sa méditation sur la pertinence du savoir et du pouvoir des femmes dans la société civile, face à la réalité de la différence des sexes.

  • 9 Dorlin E., op. cit, p. 66.

3Nous nous proposons, dans un premier temps, de décrire brièvement les origines de cette correspondance manuscrite pour mieux en cerner les enjeux et l’entrée en matière de chaque participant. Dans un second temps, à partir d’exemples concrets, nous mettrons l’accent sur l’argumentation rhétorique de Mlle de Scudéry quant au sophisme de la femme exceptionnelle. Dans la pensée de l’époque, signale Elsa Dorlin, les règles de conduite appliquées aux femmes sont perçues comme naturelles et immuables ; elles ne souffrent aucune exception. S’il y avait une exception, affirme Dorlin, « elle n’aurait aucune valeur infirmative, elle ne ferait au contraire que valider plus profondément la règle de son caractère ‘monstrueux’, contre-nature 9 ». Ceci est le cas notamment pour Jeanne d’Arc, qui est citée fréquemment dans les catalogues des femmes illustres. Selon André Rivet, le correspondant d’A. M. de Schurman, la Pucelle, qui a exercé des fonctions dévolues à l’homme, a transgressé l’ordre qui tendait à préserver sa chasteté, vertu essentielle à la condition féminine. Nous citons le texte de Rivet dans la traduction de Guillaume Colletet :

  • 10 Question celebre, p. 60-61.

« Et si cette fameuse Jeanne de Vaucouleur portée d’un courage invincible a voulu descendre aprés elles [Jahel et Debora] dans cette lice guerriere, on peut dire que cette valeur extraodinaire eût un assez miserable succés, puisqu’elle servit de honteux spectacle aux Anglois, et de funeste matiere à leurs flames. Je sçais bien que nostre ville d’Orleans la respecte encore comme sa liberatrice, et que tout son peuple l’estime une seconde Pallas. Mais aussi sçay-je bien que les plus grands adorateurs de sa vaillance, et ceux qui sont les plus jaloux de sa gloire ne parlent de son honneur et de sa chasteté qu’avec beaucoup d’incertitude. Je m’asseure que vous [A.-M. de Schurman] n’approuverez pas non plus que moy ceste forme de vie, aussi n’en avez vous rien dit dans la suitte de vostre discours 10. »

4Cette attaque contre la chasteté de Jeanne d’Arc plaçait Rivet du côté des diffamateurs de l’Amazone de France à une époque où celle-ci avait atteint une grande popularité. La réaction de Mlle de Scudéry ne se fait pas attendre. Elle inaugure une véritable ‘querelle’ où, d’une part, elle interroge et subvertit la logique de l’incapacité des femmes à préserver leur qualité même de femme dansles sphères du pouvoir et du savoir. Elle exprime un point de vue critique dontelle a pu apprécier le ressort dans les ouvrages de Schurman. D’autre part, la disputedonne à Mlle de Scudéry l’occasion de réfléchir plus à fond sur la conciliationdu savoir des femmes avec leur condition actuelle. Enfin, cette querelle luisert de prétexte opportun pour entrer en correspondance avec des personnagescélèbres, afin de légitimer son inscription dans le champ littéraire.

Aux origines de la querelle

5Née en 1607 à Cologne de parents réformés, Anne Marie de Schurman passesa vie à Utrecht où, à l’âge de treize ans, sa réputation de fille prodige commenceà se répandre. L’hommage poétique que lui adresse sa contemporaine AnnaRoemers Visscher (1584-1651), puis sa découverte vers 1630 par Jacob Cats(1577-1660), pensionnaire de Zélande, attirent l’attention des lettrés. Elle devientla première femme à suivre des cours à la nouvelle université d’Utrecht ; ellemaîtrise alors une douzaine de langues dont plusieurs langues orientales.

  • 11 Mersenne M., Correspondance, éd. P. Tannery, Paris, 1933, vol. 7, p. 213-214, cité partiellement pa (...)

6En 1631, elle correspond avec André Rivet (1572-1651), théologien calviniste issu d’une famille noble française du Poitou. Nommé professeur à l’université de Leyde en 1620, celui-ci a probablement connu Anne Marie de Schurman grâce à sa nièce Marie du Moulin, sœur d’alliance de l’érudite. Pendant les années 1630, la renommée de l’Utrechtoise dépasse les frontières grâce aux soins de ses admirateurs. Le philologue André Saumaise (Salmasius), professeur à Leyde depuis 1632, André Rivet, Constantin Huygens et d’autres savants des Pays-Bas correspondent à son sujet avec leurs homologues des académies parisiennes, les frères Pierre et Jacques Dupuy, Giles Ménage, Pierre Gassendi, Daniel Heins (Heinsius), Jean Chapelain, Valentin Conrart et le Père Mersenne. Ce dernier s’enquiert dans un courrier à Rivet, daté du 23 mai 1638, de la lettre où Anne Marie de Schurman « prouve que les filles sont capables des arts et des sciences […] Ce prodige d’esprit est fort rare et je seray bien ayse de sçavoir son nom, son âge et son extraction, car elle merite d’estre entre les femmes illustres 11 ».

  • 12 Amica dissertatio inter Annam Mariam Schurmanniam et Andr. Rivetum de capacitate ingenii muliebris (...)
  • 13 Dissertatio logica de ingenii muliebris ad doctrinam et meliores litteras aptitudine, cui accedunt (...)
  • 14 Membre de la nouvelle Académie française, Colletet a pour mécène Richelieu, qui encourage par ses l (...)
  • 15 Vies des poètes françois, notice « Marie de Romieu », fol. 431-v (BN ms. Nouvelles acquisitions fra (...)
  • 16 Dédicace opportune puisque deux ans plus tard commençaient les troubles de la Fronde où allaient se (...)

7La lettre dont il s’agit fait partie d’une correspondance latine entre André Rivet et sa fille d’alliance, de 1632 à 1637, sur la question relative à l’accès des femmes au savoir. En 1637, A. M. de Schurman envoie à Rivet une dissertation latine sur le même sujet 12. Cette dissertation, suivie de la correspondance, sera publiée à Leyde en 1641 13. Puis, en 1646, Guillaume Colletet (1598-1569), académicien et critique littéraire, traduit sur les vives instances de son collègue Valentin Conrart, secrétaire perpétuel de l’Académie française, la correspondance entre Rivet et Schurman sous le titre Question célèbre. S’il est nécessaire, ou non, que les filles soient sçavantes14. La dissertatio logica ayant fait du bruit mais ne convenant guère, par son aspect scolastique, aux goûts des dames, Colletet crut bon de traduire des lettres qui étaient moins connues mais dont le genre était sûr de plaire. En effet, élément constitutif de la vie mondaine, la pratique épistolaire était l’activité littéraire la plus répandue parmi les femmes. De plus, Colletet considérait la matière agréable « à nos Dames illustres particulièrement qui se piquent avec justice de savoir autre chose que la pointe de l’aiguille et le mouvement du fuseau 15 ». Parmi ces dames illustres se range Anne Marie Louise de Bourbon (1627-1693), duchesse de Montpensier, surnommée la Grande Mademoiselle, à qui Colletet dédie l’ouvrage 16.

  • 17 Barthélemy Éd. de et Kerviler R., Un tournoi de trois pucelles en l’honneur de Jeanne d’Arc. Lettre (...)

8La traduction de Colletet, transmise par Conrart à Madeleine de Scudéry, avec qui il entretenait des rapports d’amitié, suscite chez cette dernière un vif intérêt. Ainsi commence une correspondance comprenant un grand nombre de lettres manuscrites échangées au cours de neuf mois entre Sapho, Conrart, Rivet et la nièce de celui-ci, Marie du Moulin. Quelque quatorze lettres de cette correspondance seront publiées au XIXe siècle sous le titre Un tournoi de trois pucelles en l’honneur de Jeanne d’Arc17.

Le tournoi de trois pucelles

9« Il y a longtemps que le mérite de cette merveilleuse fille a touché mon esprit d’une façon particulière ». Ainsi débute la première lettre du recueil. Exilée à Marseille avec son frère, de 1644 à 1647, Madeleine de Scudéry venait tout juste de recevoir le volume, publié en juillet 1646. Elle a longtemps admiré son homologue hollandaise exactement du même âge qu’elle (elles frisent toutes deux la quarantaine). Fascinée par sa célébrité et par son don des langues, elle la compare à l’astre solaire qui éclaire le monde. Et comme pour mieux mesurer la différence qu’elle ressent auprès de cette « scavante fille », elle se garde de la louer davantage, elle qui « n’ose seulement [se] vanter d’entendre [sa] langue maternelle ». Elle en vient alors au but de sa missive : s’inquiétant de ce que Rivet semble mettre en doute la chasteté de Jeanne d’Arc et de ce qu’il ait pu la faire passer pour criminelle dans l’esprit d’Anne Marie de Schurman, elle exige de lui une « rétraction publique ».

  • 18 Le poème épique de La Pucelle ou la France delivrée, entrepris en 1630, ne devait commencer à paraî (...)
  • 19 Barthélemy Éd., op. cit, p. 20.
  • 20 Mlle de Scudéry a surtout puisé dans la consultation théologique du 14 mai 1429 où Jean Gerson, le (...)
  • 21 Barthélemy Éd, op. cit., p. 40.

10Le sujet est à la mode. Non seulement la Pucelle d’Orléans figure dans les catalogues d’héroïnes qui coïncident avec les premières années de la Régence d’Anne d’Autriche, mais Jean Chapelain (1595-1674), correspondant assidu de Mlle de Scudéry, prépare depuis plusieurs années la publication de son poème épique La Pucelle, dont il lit des extraits dans la fameuse Chambre bleue de Mme de Rambouillet 18. Pour justifier sa requête d’une révocation, Madeleine de Scudéry rédige une dissertation (sa missive est d’une quinzaine de pages manuscrites) qu’elle destine à Rivet par l’entremise de Conrart. Ayant examiné « toute la conduite de [la] vie [de la Pucelle] avec une exactitude extreme 19 », ayant consulté les documents historiques 20 ainsi que les éloges des uns et les invectives des autres, elle en déduit que Jeanne d’Arc n’avait rien à se reprocher et qu’elle incarnait toutes les valeurs féminines régnantes, modestie, simplicité, pureté et prière. Et de conclure : « sa vertu estoit sans tache ». Qui plus est, les heroïnes citées par Rivet, Debora et Jahel, sont amenées à violer « quasy toutes sortes de droits », la première parce qu’elle est général d’armée et juge, la seconde parce qu’elle brise le droit d’hospitalité en commettant un assassinat. Les actions de Judith, autre héroïne fréquemment citée dans les catalogues de l’époque, sont encore plus difficiles à légitimiser que celles de Jeanne d’Arc. Son vœu le plus sincère est donc que Conrart désabuse Anne Marie de Schurman et rétablisse « la gloire de la sainte amazone » : « Enfin, monsieur, dit-elle, une fille n’a peu souffrir qu’une sainte fille passast pour criminelle dans l’esprit d’une illustre fille ; et c’est pour cela que j’ay osé entreprendre de faire cette apologie 21 ».

  • 22 Conrart, cependant, réussit à obtenir une introduction auprès de l’Utrechtoise grâce à Rivet et à M (...)
  • 23 Barthélemy Éd., op. cit., p. 44.
  • 24 Conrart fréquente assidument les salons, ceux de Mme de Rambouillet, de Mme des Loges et de Mme d’A (...)
  • 25 Mlle de Scudéry n’est pas encore bien connue en Europe à cette époque. Dans un courrier à Rivet, qu (...)

11Conrart, plutôt que d’envoyer cette missive à A. M. de Schurman dont il a longtemps désiré faire la connaissance mais qu’il n’ose approcher 22, en fait part à Marie du Moulin, amie très proche de l’Utrechtoise et la nièce de Rivet. Il profite de l’occasion pour lui rendre plusieurs services qu’elle lui a demandés, entre autres celui de lui envoyer une partie de la bible hébraïque qui lui manquait. Il espère qu’en retour Marie du Moulin influencera Rivet et Schurman à bon escient. Toute la question, cependant, est de savoir si elle pourra s’acquitter de cette tâche épineuse : prendra-t-elle le parti de son oncle contre son propre sexe ou sauvera-t-elle la mémoire d’une sainte ? Il lui faudra bien du tact et de la diplomatie « pour trouver un biais capable de concilier tellement ces deux choses que l’accusée demeure sans blâme, sans que l’accusateur en demeure chargé 23 ». Voilà la gageure qu’il lui propose, défi tout aussitôt adouci lorsqu’il lui rappelle que Rivet est trop galant homme pour traiter en adversaire une personne de son sexe et que Mlle de Scudéry, elle aussi, n’a que « galanterie d’esprit » en tête plutôt que « controverse » ou « chicane ». Salonnier 24 autant que savant, Conrart n’a guère intérêt à voir s’envenimer les partis opposants et préfère se vanter de pouvoir rassembler « les trois Grâces [entendons Mlle de Scudéry, Anne Marie de Schurman et Marie du Moulin] qui estoient séparées » et de les voir « leurs cœurs unis par le divin lien d’une vertueuse amitié ». Dans une optique mondaine, un différend traité sérieusement, qui cherche à établir la vérité en dehors d’un discours de domination ou de galanterie, ne peut pas se concevoir entre un homme célèbre et une femme qui cherche à l’être 25. Cette déformation ou adoucissement, qui atténue précisément sa dimension féministe, se reproduit également dans la ‘querelle’ sur l’éducation féminine qui avait opposé Rivet à sa fille d’alliance.

  • 26 B. Girard du Haillan était l’auteur De l’état et des affaires de France depuis Pharamond jusqu’au R (...)

12La réponse de Marie du Moulin montre tout à la fois ce que Conrart requiert d’elle, « esprit, scavoir et adresse ». André Rivet, qu’elle a consulté, lui fait dire qu’il y a eu un malentendu : tout ce qu’il a voulu dire était que les lettres conviennent mieux aux filles que la guerre et qu’à ce titre Jeanne d’Arc est un exemple flagrant ; toute héroïque qu’elle soit, elle n’a pas pu éviter d’être « soupçonnée d’impudicité » même par ses « admirateurs » Bernard G. du Haillan, historiographe de Charles IX 26, et Juste Lipse. Anne Marie de Schurman, quant à elle, renonce à correspondre sur se sujet, prétextant qu’elle n’ose écrire en français et qu’il lui manque le temps de répondre à toutes les personnes qui cherchent à correspondre avec elle. Elle fait envoyer toutefois son portrait à Mlle de Scudéry.

  • 27 Pasquier, ardent défenseur de la Pucelle dans ses Recherche de la France (Paris, Sonnius, 1607), av (...)
  • 28 Barthélemy Éd., op. cit., p. 23-24

13Suit alors une série de lettres échangées où les divers partis tentent de s’accorder. Rivet, qui a écrit un courrier sur le différend à Conrart (sa lettre n’est pas incluse dans la publication de 1878), reçoit de lui une réponse à la fois contestatrice et conciliatrice. Conrart soutient que Du Haillan et Lipse, loin d’être des adorateurs de la Pucelle, sont en fait ses ennemis et, de surcroît, des « auteurs modernes » peu versés dans les Antiquités de France comme l’était Estienne Pasquier qui en savait beaucoup plus27. Mais puisque Rivet a émis le sentiment patriotique que la Pucelle a libéré la France, il n’y a plus de différend entre eux car Conrart lui même « en bon François […] vénère sa mémoire ». Pour ce qui est du noeud de la discorde, l’incompatibilité entre la profession de foi militaire et la modestie des femmes, Mlle de Scudéry elle-même, dit-il, « est d’accord avec vous de cette maxime en général ». Or, ceci revient à manipuler le sens des paroles de la romancière. Celle-ci avait suggéré que pas toutes les femmes ne devaient être vaillantes et qu’elles n’étaient pas toutes appelées à imiter la Pucelle, ceci pour des raisons non de chasteté, mais de bienséance : « Je sçay […] où doit aller la générosité des femmes et bien loin de vouloir qu’elles aillent à la guerre, je ne trouve quasy pas bon qu’elles en parlent souvent. Les Clorindes, les Marphises et les Bradamantes ne me semblent aymables dans le Tasse et dans l’Arioste, non plus qu’à M. de Balzac, et les amazones mesme toutes galantes qu’elles paroissent en peinture, ne me plairoyent pas28 ».

  • 29 Dorlin E., op. cit., p. 70.

14Il convient à cet endroit de distinguer les points de vue qui se dégagent de la querelle. Pour Rivet, humaniste dévot, Jeanne d’Arc incarne l’exception qui confirme la règle. Pour Anne Marie de Schurman, il semblerait au contraire, eu égard à ses idées sur l’éducation féminine, que Jeanne d’Arc représente l’exception à la règle, « celle-là même, suggère Elsa Dorlin, qui la rend obsolète et annonce une autre règle, de l’ordre du possible29 ». Pour Madeleine de Scudéry, si Jeanne d’Arc constitue l’exception à la règle, c’est bien parce que son engagement militaire ne peut pas servir de modèle au comportement social des dames. Quant à Conrart, quoiqu’il souligne par la suite les propos Scudériens sur le statut d’exception de la Pucelle, il ne contredit pas l’argument négatif de Rivet.

  • 30 Barthélemy Éd., op. cit., p. 68.
  • 31 Ibidem, p. 69.
  • 32 Ibid., p. 71.
  • 33 Sur ce procédé chez Mlle de Scudéry, nous renvoyons à l’excellente étude de Danielle Haase-Dubosc, (...)
  • 34 Scudéry M. de, Les femmes illustres ou les harangues héroïques, Paris, A. Courbé, 1642, p. 156.
  • 35 Le Père du Bosc évite lui aussi d’identifier les vertus comme étant masculines ou féminines, en rem (...)

15Deux mois plus tard, Conrart, s’étant dégagé de sa position inconfortable visà-vis de Rivet, lui suggère de se tirer « de la meslée afin d’estre juge du camp où il ne demeurera que des personnes du même sexe. Leur vigueur, leur courage et leur courtoisie ayant beaucoup de ressemblance, il y aura plaisir à voir les beaux coups qui s’y feront et à frapper les mains en les admirant » (lettre datée du 5 avril 1647). La poursuite de la vérité, fondée sur la documentation historique chez Madeleine de Scudéry, sur la rationalité démonstrative chez Anne Marie de Schurman, autrement dit le discours des tenantes d’un féminisme modéré, se trouve assujetti à attenter un procès, voire à le gagner par une joute oratoire qui rejoint les controverses de la Querelle des femmes, controverses manifestement insolubles. C’est compter toutefois sans la vigilance de Mlle de Scudéry qui, repérant tout de suite la fausse piste, revient à l’attaque dans un courrier subséquent à Conrart. Rivet, proteste-t-elle, en ne laissant à la Pucelle « que la valeur en partage et luy ostant la pudicité, [il] la déshonore entièrement 30 ». Comment défendre alors son héroïne et les femmes en général ? En se servant de l’histoire une fois de plus. Puisqu’il est convenu que la chasteté est la vertu des femmes comme le courage, celle des hommes, il n’est pas défendu « aux femmes extraordinaires […] de joindre la valeur à la pudicité », le sage Scipion ayant joint « la continence à son courage 31 ». De même Zénobie, Artémise, Agrippine, femmes guerrières et chastes, n’ont jamais été soupçonnées d’impureté. Puis elle continue habilement son analyse du préjugé de son contradicteur en déplaçant l’argumentation sur le terrain de la praxis. Dans la vie ordinaire, remarque-t-elle, « une sérénade de vingt quatre violons [les violons du roi] est bien plus à craindre que cent mille coups de canon » ; et la vertu féminine est bien plus menacée dans les jardins des Tuileries « que dans toutes les batailles qui se sont données depuis le commencement du monde 32 ». Elle se sert donc de son jugement et du bon sens pour exposer le parti pris de l’opposant qui donne lieu à une essentialisation infondée. Comme l’a souligné Danielle Haase-Dubosc, Mlle de Scudéry est adepte du procédé d’argumentation où il s’agit de questionner les rôles attribués aux deux sexes 33. Dans la Harangue de Sapho à Erinne, la romancière cautionne qu’il n’est pas raisonnable d’attribuer à tous les hommes le courage et le savoir ni la beauté à toutes les femmes : « Nous voyons tous les jours, que la laydeur se trouve dans nostre sexe, et la stupidité dans l’autre » et « s’il y a quelque difference entre les hommes et les femmes, ce doit estre seulement, pour les choses de la guerre 34 ». Elle privilégie, à partir de son expérience mondaine et de ses observations personnelles, une attitude conciliante qui rééxamine les capacités actuelles des deux sexes 35.

  • 36 Barthélemy Éd., op. cit., p. 73.
  • 37 Sur l’accusation de Rivet voir Question célèbre, p. 41.

16Par caution enfin, Madeleine de Scudéry se dégage de toute accusation de gynophilie lancée contre les défenseurs des femmes. Elle ne plaide ni pour les femmes à la guerre, ni pour la supériorité féminine, ni même pour le sérieux de son « apologie » de la Pucelle : « Aydez moi donc, je vous conjure, dit-elle à Conrart, à me faire connoistre pour ce que je suis ; apprenez [à Marie du Moulin] que je n’ay jamais veu de combats qu’en peinture, que toute ma vie s’est passée avec beaucoup de tranquillité, que je suis absolument désintéressée en la cause que je soutiens, et qu’enfin je suis généreuse sans estre vaillante 36 ». La romancière s’est souvenue sans doute du reproche de Rivet qui taxait Schurman de poser la supériorité féminine, discréditant ainsi la dimension objective et universelle de la démonstration de l’Utrechtoise 37. De plus, Mlle de Scudéry ne veut pas se faire passer pour une professionnelle de la plume ; le savoir féminin doit être « désintéressé » et être perçu comme passe-temps.

  • 38 Barthélemy Éd., op. cit., p. 81.

17Déçu du tournant que prend l’affaire, Conrart supplie Marie du Moulin d’entrer dans « la lice » en prenant la place de son oncle. Mais celle-ci l’accuse de vouloir « semer la division entre les filles pour estre spectateur, et juge des coups et vous en divertir 38 ». Mlle Scudéry, elle, préfère interpréter le refus d’A. M. de Schurman de s’engager dans la querelle comme un assentiment à son point de vue : puisque Schurman ne l’a pas contredite, c’est qu’elle s’est jointe à elle dans sa défense de l’innocence de la Pucelle. Sans doute serait-il plus juste de dire qu’A. M. de Schurman ne désirait pas s’engager dans un différend qui l’aurait entraînée une fois de plus à contrecarrer les vues de Rivet, son père d’alliance. Elle avait résolu cette dispute féministe tant bien que mal une dizaine d’années auparavant dans sa dissertation sur l’éducation féminine.

  • 39 A. Chauveau, « Deux lettres de Chapelain à Mlle de Scudéry », L’amateur d’autographes, n° 128, avri (...)

18Pour conclure, cet échange épistolaire aura été bien utile à Madeleine de Scudéry. Son apologie probante et fine de Jeanne d’Arc lui vaudra l’admiration de Conrart et la reconnaissance de Chapelain et des habitués de l’Hôtel de Rambouillet. Chapelain lui envoie une lettre de remerciements sur « le glorieux combat que vous avés fait pour l’honneur de ma Pucelle […] je ne laisserois pas d’espérer de voir sa gloire conservée dans ce que vous avés escrit, et mon nom consacré à l’immortalité, parce que vous l’y avés daigné enchasser » (lettre de Paris, datée du 17 juillet 1647 39). Sapho poursuit également, tout au long de l’échange épistolaire sur la Pucelle, sa défense d’un savoir féminin adapté aux usages de la culture mondaine des salons. Une fois de retour à Paris, après ses trois années d’exil marseillais, elle entame son roman Cyrus et commence les réunions de son salon (les « samedis »), rue Vieille du Temple. À dater de ce moment, il ne lui sera plus nécessaire d’engager de correspondance avec des personnalités célèbres. La réflexion que la lecture de la Question célèbre aura engendrée chez la romancière constitue un jalon intéressant dans la formulation de ses idées sur le rôle intellectuel des femmes et sur les rapports sociaux des sexes.

Notes

1 Dorlin E., L’évidence de l’égalité des sexes. Une philosophie oubliée du xviie siècle, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 13. Sur les avatars de ce courant égalisateur des sexes, cf. Timmermans L., L’accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993, ch. 6 ; Hepp N., « À la recherche du ‘mérite des dames’ », Bercé Y.-M (dir.), Destins et enjeux du xviie siècle, Paris, PUF, 1985, p. 109-117.

2 Question celebre. S’il est necessaire, ou non, que les Filles soient sçavantes. Agitée de part de d’autre, par Mademoiselle Anne Marie de Schurman Holandoise, et le Sr André Rivet poitevin. Le tout mis en françois par le Sr Colletet, Paris, Rolet le Duc, 1646, p. 10.

3 Cf. Timmermans L., op. cit., p. 307.

4 Rappelons que la romancière ne condamne ni le savoir, ni le désir de l’obtenir par l’étude. Selon L. Timmermans : « Dans le Grand Cyrus (1649-1653) et dans Clélie (1654-1660), les femmes sont souvent louées pour leur savoir – en même temps que pour leur modestie », p. 113. Sur le même sujet voir Chantalat C.-M., « Parler du savoir, savoir pour parler : Madeleine de Scudéry et la vulgarisation galante », Nativel C., éd., Femmes savantes, savoirs des femmes. Du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Genève, Droz, 1999, p. 179.

5 Nous renvoyons à C.-M. Chantalat pour les références à ces études, op. cit., p. 178, notes 11-13.

6 Voir les quelques remarques d’Aronson N., Mademoiselle de Scudéry ou le voyage au pays de Tendre, Paris, Fayard, 1986, p. 149-151 ; Maître M., Les précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au xviie siècle, Paris, Champion, 2000, p. 139 ; et Edelman E., Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, New York, King’s Crown Press, 1946, p. 261-263.

7 Cf. N. Aronson sur le latin de Mlle de Scudéry, op. cit., p. 373.

8 Toutes deux prônent l’étude pour occuper les loisirs des femmes privilégiées ; toutes deux désirent le droit des femmes au savoir, sans prétendre aux fonctions civiles. Enfin, elles pratiquent toutes deux la « stratégie du conformisme social, plus payante que l’anti-conformisme d’une Marie de Gournay », Timmermans L., op. cit., p. 317.

9 Dorlin E., op. cit, p. 66.

10 Question celebre, p. 60-61.

11 Mersenne M., Correspondance, éd. P. Tannery, Paris, 1933, vol. 7, p. 213-214, cité partiellement par J. Voisine, « Un astre éclipsé : Anna Maria van Schurman (1607-1678) », Études germaniques, n° 27, novembre-décembre 1972, p. 506.

12 Amica dissertatio inter Annam Mariam Schurmanniam et Andr. Rivetum de capacitate ingenii muliebris ad scientias, Paris, 1638, in 8°.

13 Dissertatio logica de ingenii muliebris ad doctrinam et meliores litteras aptitudine, cui accedunt epistolae aliquot (Schrumanniae ipsius et Riveti) ejusdem argumenti, Lugf. Batav. Ex offic. Elzeviriana, 1641 in 8°. Ce traité, suivi de la correspondance latine, est republié sous le titre Problema practicum ad Andr. Rivetum. Num foeminae Christianae conveniat studium litterarum ? dans les Opuscula Hebraea, Graeca, Latina, Gallica, Prosaïca et Metrica, publiées par les Elseviers à Leyde (1648, 1650, 1652).

14 Membre de la nouvelle Académie française, Colletet a pour mécène Richelieu, qui encourage par ses libéralités l’historien des Vies des poètes françois. Sur la vie de Colletet, voir Natoli V.-P., Verso una biografia di Guillaume Colletet, Fasano, Schena, 1989.

15 Vies des poètes françois, notice « Marie de Romieu », fol. 431-v (BN ms. Nouvelles acquisitions françaises 3073).

16 Dédicace opportune puisque deux ans plus tard commençaient les troubles de la Fronde où allaient se distinguer sur le champ de bataille Mlle de Montpensier et son amie la duchesse de Longueville. Cette dernière avait rendu visite à l’Utrechtoise, en janvier1646, lors de son passage aux Pays-Bas.

17 Barthélemy Éd. de et Kerviler R., Un tournoi de trois pucelles en l’honneur de Jeanne d’Arc. Lettres inédites de Conrart, de Mlle de Scudéry et de Mlle du Moulin, Paris, Picard, 1878. La transcription des lettres est basée sur le manuscrit no. 290 de la Bibliothèque de Leyde (Skieff archives), fols. 18 sq. Il y a plusieurs lettres qui manquent. Le courrier de Conrart, daté du 22 février 1647, est une réponse à une lettre de Rivet qui n’a pas été incluse : « Car ce que vous me dites de la visite que fit faire d’elle [la Pucelle] la belle-mère de Charles VII… » (p. 61) ; il manque également une lettre d’A. M. de Schurman à Marie du Moulin (écrite entre avril et mai 1647) où elle exprime son refus de participer à la querelle (cf. les allusions à cette lettre aux p. 76, 77, 78 ; cette lettre est envoyée par Conrart à Mlle de Scudéry). La correspondance a lieu entre le 1er décembre 1646, date de la première lettre de Mlle de Scudéry, et le 21 août 1647, date à laquelle celle-ci quitte Marseille pour Paris.

18 Le poème épique de La Pucelle ou la France delivrée, entrepris en 1630, ne devait commencer à paraître qu’en 1656. L’intérêt pour Jeanne d’Arc participe des publications des galeries de femmes fortes associées à la première moitié de la Régence d’Anne d’Autriche. Sur les raisons politiques de cet intérêt, voir Maître M., op. cit., p. 132-156 ; Maclean I., Woman Triumphant. Feminism in French Literature 1610-1652, Oxford, Clarendon Press, 1977, p. 68-87.

19 Barthélemy Éd., op. cit, p. 20.

20 Mlle de Scudéry a surtout puisé dans la consultation théologique du 14 mai 1429 où Jean Gerson, le célèbre chancelier de l’université de Paris, défend Jeanne d’Arc sur son port du vêtement masculin.

21 Barthélemy Éd, op. cit., p. 40.

22 Conrart, cependant, réussit à obtenir une introduction auprès de l’Utrechtoise grâce à Rivet et à Marie du Moulin. Il lui adresse une lettre espérant qu’elle le souffrira « au rang de ses admirateurs » (lettre datée du 26 novembre 1644). Cité par J. Voisine, op. cit., p. 511.

23 Barthélemy Éd., op. cit., p. 44.

24 Conrart fréquente assidument les salons, ceux de Mme de Rambouillet, de Mme des Loges et de Mme d’Auchy, cf. Kerviler R. et Barthélémy Éd. de, Valentin Conrart, Paris, Didier, 1881, chap. V, p. 139.

25 Mlle de Scudéry n’est pas encore bien connue en Europe à cette époque. Dans un courrier à Rivet, qui fait partie de la correspondance sur la Pucelle, Conrart introduit son amie par les mots « Mlle de Scudery (qui est soeur de celuy qui a fait l’apologie pour le théâtre) », Barthélemy, op. cit., p. 58. Georges de Scurdéry (1601-1667) avait publié en 1639 une Apologie du théâtre.

26 B. Girard du Haillan était l’auteur De l’état et des affaires de France depuis Pharamond jusqu’au Roi Louis xième, Paris, 1570, constamment réédité jusqu’en 1619. Du Haillan demeure incrédule sur les mérites de Jeanne d’Arc qu’il soupçonne avoir été la maîtresse de Dunois.

27 Pasquier, ardent défenseur de la Pucelle dans ses Recherche de la France (Paris, Sonnius, 1607), avait eu accès aux pièces du dossier du procès, qui ne sera publié qu’en 1661, cf. Recherces, VI, 5, « Sommaire du procès de Jeanne la Pucelle ».

28 Barthélemy Éd., op. cit., p. 23-24

29 Dorlin E., op. cit., p. 70.

30 Barthélemy Éd., op. cit., p. 68.

31 Ibidem, p. 69.

32 Ibid., p. 71.

33 Sur ce procédé chez Mlle de Scudéry, nous renvoyons à l’excellente étude de Danielle Haase-Dubosc, « Intellectuelles, femmes d’esprit et femmes savantes au xviie siècle », CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, n° 13, 2001, p. 48.

34 Scudéry M. de, Les femmes illustres ou les harangues héroïques, Paris, A. Courbé, 1642, p. 156.

35 Le Père du Bosc évite lui aussi d’identifier les vertus comme étant masculines ou féminines, en remarquant que les femmes sont tout aussi courageuses que les hommes, L’Honneste femme, Paris, Billaine, 1632, « Du courage », I, 89.

36 Barthélemy Éd., op. cit., p. 73.

37 Sur l’accusation de Rivet voir Question célèbre, p. 41.

38 Barthélemy Éd., op. cit., p. 81.

39 A. Chauveau, « Deux lettres de Chapelain à Mlle de Scudéry », L’amateur d’autographes, n° 128, avril 1867, p. 115.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540