Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Enjeux identitaires

Les femmes lectrices de la fiction au seizième siècle. Enjeux idéologiques d’un lieu commun

Pollie Bromilow

Texte intégral

1La femme lectrice des nouvelles, ainsi que de toute narration brève : voilà une idée reçue courante dans les recueils du seizième siècle, une idée qui persiste dans de nombreux ouvrages critiques sur l’époque. Chez les conteurs de la Renaissance aussi bien que dans toutes les œuvres de fiction du seizième siècle la femme apparaît comme public privilégié. De plus, la lecture des récits est défini comme le loisir féminin par excellence. Par exemple, dans sa dédicace de son œuvre dramatique Adonis, Guillaume Le Breton supplie sa dédicatrice :

« pour le voir d’un bon œil vous luy departiez, s’il vous plait, quelques heures de celles que vous avez accoustumé d’employer pour votre recreation, à la lecture des belles histoires et gentilles poësies » (Le Breton, sig. a2r).

2La présence des femmes est souvent évoquée dans les pièces liminaires d’un recueil, tant comme dédicatrices, tant comme public ciblé ou souhaité par l’auteur. L’auteur peut s’adresser aux femmes en précisant que c’est l’appétit féminin pour les récits qui le pousse à entreprendre ce travail. Le lectorat féminin est ainsi fréquemment représenté comme la raison d’être d’une œuvre littéraire. Par exemple, une traduction peut être entreprise pour le plus grand plaisir des dames, ou une nouvelle est mise en lumière pour l’édification morale du public féminin. Dans tous ces cas, le prétendu goût des femmes pour la fiction pourrait laisser croire à une participation active des femmes dans le monde littéraire de la Renaissance.

3Mais, cette association entre les femmes et la fiction n’est pas toujours flatteuse. La prétendue préférence féminine pour la fiction est également utilisée pour mettre en avant la nature essentiellement basse et honteuse de la femme. En outre, de même quand cet rapprochement n’est pas fait de façon explicite par l’auteur, l’association entre les femmes et la narration joue implicitement sur le lieu commun de la femme comme menteuse et malhonnête. La préférence pour la lecture de la narration est liée à la capacité de la femme d’inventer d’histoires. Chez certains auteurs, comme par exemple Vives, le goût des femmes pour les histoires est un élément qui affirme l’immoralité de tout le sexe féminin. Dans ces termes, la lecture devient un moyen de plus de démontrer l’incapacité de la femme face aux choix quotidiens de son comportement moral. Cette condamnation sert à souligner que la femme est faible sans le soutien d’un encadrement pédagogique qui correspond à des valeurs masculines.

  • 1 J’ai fait moi-même la traduction de cette citation et celle des suivantes.

4On peut ajouter à ces témoignages de l’époque l’appui de nombreuses études critiques de nos jours qui ont également trouvé un lien privilégié entre la femme et la narration. En effet, cet accord critique semble unanime sur la relation femme/lectrice de ces récits. Evelyne Berriot-Salvadore serait un des interlocuteurs les plus neutres à cet égard. Elle a constaté que « dans toute cette littérature d’imagination, qu’il s’agisse des romans ou des contes, la référence au ‘goût des dames’ semble une sorte de clause obligée pour le préfacier ». (Berriot-Salvadore, p. 381). Ici, Berriot-Salvadore fait une synthèse de la représentation des femmes dans les préfaces de l’époque, tout en s’éloignant d’une association présupposée entre les femmes et la fiction narrative. En revanche, elle met en évidence l’existence de cette idée en tant que lieu commun, qui suggère que Berriot-Salvadore n’est pas tout à fait convaincue par les protestations des auteurs. Le travail de Rosemary Stoyle sur les Histoires tragiques de Pierre Boaistuau et François de Belleforest nous a proposé une conclusion beaucoup plus répandue dans les études critiques « They [the readers] were mainly women and the less highly educated men, probably courtiers, soldiers, lesser or provincial nobility and the successful merchants. » (Stoyle, p. 39.) « Ils [les lecteurs] étaient pour la plupart des femmes ou des hommes moins instruits, probablement des courtisans, des soldats, la petite noblesse ou la noblesse provinciale et des marchands prospères 1. » Stoyle semble reproduire les lieux communs courants dans les Histoires tragiques, qui s’adresse à de nombreuses reprises à des courtisans, des soldats et des femmes. En répétant les affirmations de Boaistuau et Belleforest, Stoyle collabore dans la dissémination de cette image de la femme comme lectrice des récits, sans pour autant remettre en question l’écart possible entre la représentation et la réalité matérielle du lectorat.

5Cette prémière question de la composition du lectorat du seizième siècle, pourtant, restera sûrement sans réponse définitive. Les études sur le lectorat du seizième siècle font face à de multiples problèmes. Premièrement, les renseignements que l’on peut tirer des bibliothèques de l’époque dont les catalogues sont incomplets, restent fragmentaires. Deuxièmement, il nous reste très peu de traces de lecture dans les livres de l’époque. De plus, les incertitudes concernant la situation des lectrices sont importantes, car l’acte de lecture pour ces dernières se déroulait le plus souvent dans les confins de la vie domestique, ce qui rend encore plus difficile la tache de reconstituer les habitudes de lecture. Le petit format des contes et nouvelles est souvent cité comme preuve que ces œuvres étaient destinées à un usage domestique et donc féminin. Comme l’a décrit George Hoffmann dans son livre récent sur les Essais de Montaigne, la grandeur des livres peut nous indiquer la façon dont ils étaient utilisés par le lecteur : les grands formats impliquent une lecture précise qui était complétée par une annotation détaillée dans les marges larges des pages, les petits formats suggèrent une lecture de loisir à laquelle l’on prêtait moins d’attention (Hoffmann, p. 101). Bien que cette distinction ne nous permette pas de préciser que le lectorat de ces petits livres était nécessairement féminin, il semble probable, pourtant, que les histoires de tout genre aurait très bien pu être lues par des femmes.

6Faute de preuves matérielles conclusives, l’on a tendance à s’appuyer sur les représentations de la lectrice dans les textes de l’époque. Certaines représentations nous aident à préciser que le lectorat était composé en partie des femmes. Par exemple, dans sa dédicace « Au favorable et bienviellant lecteur » Jacques Yver situe son œuvre Le printemps dans le contexte du succès des Histoires tragiques de Pierre Boaistuau et François de Belleforest. Yver identifie les femmes comme la partie plus importante du lectorat de ce texte modèle : « aujourd’hui c’est une honte entre les filles bien nourries et ces mieux apprins courtisans, de les ignorer » (Yver, p. 520). Cette phrase semble représenter la réalité historique du lectorat. En se référant à la prétendue popularité de l’œuvre de Boaistuau et Belleforest, Yver implique que son texte a un grand intérêt pour les femmes. De plus, le fait que cette attestation se trouve dans la dédicace « Au favorable et bienviellant lecteur » et non pas dans la dédicace pour les femmes « Aux belles et vertueuses Damoiselles de France » suggère que l’auteur exploite le succès du texte modèle pour prouver que son livre peut intéresser un public plus large. De la même manière, l’on pourrait considérer les nombreuses dédicaces « Aux sages et vertueuses dames de France » comme de semblables tentatives qui démontrent un appel spécifique du texte au public féminin.

7La dédicace de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre dans son édition imprimée de Claude Gruget (1559), témoigne aussi l’association étroite entre les femmes et la nouvelle. En décrivant l’écriture du recueil, il précise « Dequoy elle [Marguerite de Navarre] merite louenge, non seulement par dessus les plus excellentes dames, mais aussi entre les plus doctes hommes… » (Marguerite de Navarre, sig ã2r). Au contraire de la dédicace d’Yver, qui s’efforce de souligner la présence des femmes dans le lectorat du texte modèle, Gruget définit le public du livre comme féminin par défaut. Ceci met en évidence une présomption concernant la composition du lectorat qui autrement aurait pû rester implicite.

8Mais la citation des auteurs des contes, histoires et nouvelles eux-mêmes pour témoigner de la composition du lectorat peut également être fortement problématique, car cela suppose que les dédicaces et adresses aux lecteurs sont écrits d’une manière objective et neutre. Or, nous cherchons à souligner que la relation entre les interventions des auteurs et la réalité historique des habitudes de lecture pourrait être profondement troublée et ceci pour plusieurs raisons. L’adresse de l’auteur aux femmes fait partie des conventions de narration du moyen âge. Il n’indique pas obligatoirement, alors, la volonté de l’auteur de solliciter la participation active des femmes. Quand la femme est interpellée comme dédicatrice, l’on peut constater que le traducteur s’intéresse d’avantage au pouvoir politique et financier de son époux, ou d’un autre homme dans son entourage. En plus, les dangers de l’immoralité que l’on voit à travers ces représentations du goût féminin pour la narration brève sont issues d’un milieu où la misogynie était une valeur prédominante. Derrière ce lieu commun de la femme gourmande des récits ne pourrait-il pas se cacher une façon parmi d’autres de représenter une vision de la femme conforme à des valeurs masculines ?

9Comme l’on a déjà constaté, la prédominance de la femme et comme public implicite et comme sujet de narration des récits est un lieu commun qui a ses origines dans le modèle narratif boccaccien, un modèle que l’on voit se répandre tout au long du seizième siècle. D’une part, Boccace s’adresse spécifiquement aux femmes dans une dédicace qui leur est entièrement consacrée. Mais cette volonté affichée de répondre aux besoins du lectorat féminin n’est pas soutenue pas le reste du receuil. Des études récentes féministes ont renversé la tendance conventionelle qui prértendait que Boccace considérait les femmes comme les destinataires idéales de son livre. Mihoko Suzuki a trouvé que :

« despite this dedication to female readers, and despite the fact that seven of his ten storytellers are women, his tales — even those told by women — most often take the point of view of the male protagonists, and many of the stories victimize female characters in the process. » (Suzuki, p. 231)

« malgré cette dédicace aux lectrices, et malgré le fait que sept des dix devisants sont des femmes, ses nouvelles — même celles narrées par des femmes — prennent le plus souvent le point de vue des protagonistes masculins, et dans leur déroulement de nombreuses histoires font des femmes des victimes. »

10L’analyse de Suzuki soulève une distinction cruciale entre la représentation de la femme et le point de vue du narrateur. L’adresse de l’auteur aux femmes ne signale pas obligatoirement une prise de position féministe et ceci est démontré par les sentiments misogynes qui se dévoilent au fur et à mesure de l’œuvre.

11L’usage du modèle boccaccien est évident dans de nombreux recueils de nouvelles de la Renaissance. De Les Cent Nouvelles nouvelles de Philippe de Vigneulles aux Nouveaux Récits de Du Sort Roc Manne, les conteurs reproduisent les formes et les sujets du conteur italien. C’est en se référant à ce modèle antérieur, alors, que les conteurs et nouvellistes les plus célèbres comme Marguerite de Navarre ainsi que les plus méconnus comme l’auteur anonyme des Comptes du monde adventureux, vont s’adresser au public féminin.

  • 2 L’original en latin, qui est apparu en 1523 contient une liste légerement différente : « Tum et de (...)

12La prétendue relation entre les femmes et les récits peut également servir pour mettre en évidence la nature basse et immorale de la femme. Le Traité sur l’éducation de la femme par Vives, par exemple, interdit la lecture de certains textes par les femmes 2. Dans l’Institution de la femme chrestienne traduit du Latin par Pierre Changy en 1543, on trouve un vaste éventail de littérature qui ne doit pas être lue par la femme, précisant que ces livres « ne peult rapporter aucun proffit. » (Vives, p. 40) Il continue :

« Aussi chascun en particulier ne doit souffrir en son hostel non seulement livres inutiles, mais ausi pleins de lasciveté et pestiferes, attirans a vice, comme Lancelot du Lac, le Romant de la Rose, Tristan, Fierabras, Merlin, Florimond, Paris et Vienne, Pierre de Provence et Maguelonne, Melusine, Les Facecies de Poge infestissimes, et plusieurs autres translatez par gens oyseux, pleins de immundicitez, adonnez a vices et lubricité. Quelle delectation ou fruict peult estre en telles folles et apertes mensonges ? » (Vives, trad. Changy, p. 41)

13Vives perçoit la lecture, principalement celle de la prose comme très nuisible à la rectitude de la femme. Dans ce passage il cite plusieurs œuvres qu’il considère comme les plus susceptibles de provquer des dommages. Bien que d’autre part dans ce passage, il cite d’autres genres qui sont susceptibles de provoquer la dégradation morale de la femme, notamment les chansons impudiques (Vives, trad. Changy, p. 43), la prose semble un style particulièrement dangereux pour la santé morale. Le grand nombre d’ouvrages cités par l’auteur démontre à quel point la narration est présentée comme une menace pour les faibles esprits féminins. En outre, dans son traité, le traducteur évoque les effets potentiellement nuisibles de la lecture des histoires dans un passage qui constitue une amplification de sa part.

« C’est merveilles que les pere et mere (sic.) ou marys permettent a leurs filles et femmes lire telles hystoires inutilles pour mieulx aguyser leur vouloir et reveiller leurs esperitz a cautelles, et a reciter fables frivolles. Et quoy qu’elles soyent joyeuses en sens des aucteurs, je ne vouldroye par icelles allicer la volupté de la femme chrestienne. » (Vives trad. Changy, p. 42.)

14Cette technique d’augmentation du texte source, très répandue à la Renaissance, permettait au traducteur de modifier le texte pour mieux correspondre aux goûts et aux attentes du public français. Ce rajout de la part du traducteur pourrait alors, démontrer à quel point les dangers moraux de la lecture de la narration brève par les femmes étaient une question d’actualité en France au seizième siècle. Changy évoque dans ce passage les conséquences de la lecture pour le comportement quotidien de la femme, et il y en a plusieurs. Premièrement, la lecture fait de la femme un être plus exigeant. De plus, les histoires révèlent ses côtés menteurs qui se concrétisent et dans ses actions et dans ses paroles. D’une part, la lecture encourage la femme à suivre les modèles de tromperie qui sont le propre des narrations brèves de cette époque. D’autre part, la lectrice est plus susceptible de reproduire et d’imiter les formes et styles de la narration brève dans ses paroles de tous les jours. Le contenu de ses énoncés serait alors léger et inutile. Cette critique de la lecture est soutenue par plusieurs idées reçues misogynes préexistantes. A travers le texte de Vives traduit par Changy, l’on perçoit une femme bavarde et étrangère à la vérité qui est facilement corrompue par le résultat ponctuel de sa lecture. Dans ce passage, récits et femmes parviennent à se décrire mutuellement. Ils partagent les mêmes caractéristiques et représentent le même danger pour la société.

15La notion de la femme moralement incapable et essentiellement faible revient d’une façon beaucoup moins agressive dans les pièces liminaires des recueils d’histoires ou nouvelles. Le plus souvent, la femme est appelée à lire la collection pour les exemples de bonne ou de mauvaise conduite qu’elle pourrait y trouver. Benigne Poissenot emploie ces arguments au début des Nouvelles Histoires tragiques :

« J’entens parler en ce lieu du feu sieur de Belleforest, aux ombres duquel je porteray cest honneur que d’asseurer que ses livres peuvent tomber entre les mains de toute fille d’honneur, sans que par la lecture d’iceux elle soit induite et sollicitée à faire aucun faux bond à son honneur, n’y ayant rien en iceux qui ne tende plustost à doctrine et instruction qu’à corruption des mœurs, de quelque sorte qu’on le veuille interpreter. » (Nouvelles Histoires tragiques, p. 52-3)

16Ces paroles de Poissenot semblent répondre aux arguments contre la lecture des histoires proposés par Vives. L’auteur tente d’assurer le public de sa bonne volonté d’éduquer le public. De plus, Poissenot justifie principalement la rédaction de son livre par son désir d’éduquer les femmes. Malgré l’opposition entre les arguments de Vives et ceux de Poissenot concernant la valeur de la lecture, tous deux proposent une vision de la femme qui a besoin d’un encadrement moral.

17Pour conclure, il est probable que les femmes faisaient partie du lectorat des nouvelles, contes et histoires, mais nous ignorons toujours l’étendue de cette participation. Si l’on ne peut pas nier l’existence des lectrices de narrations brèves, l’on voudrait mettre en doute l’association implicite entre ces deux, telle qu’elle apparaît dans certains textes de l’époque. De plus, nous voulons nuancer plusieurs études critiques de nos jours qui ont eu tendance à reproduire les lieux communs de ces textes sans remettre en question les motivations diverses des auteurs des recueils. La représentation de la femme comme public ciblé ou souhaité d’un recueil pourrait chercher à reproduire les conventions narratives du modèle boccacien. Ce modèle ne recherche pas la participation active de la lectrice, mais représente la femme soumise aux valeurs misogynes et confinée aux marges du texte. En témoigne l’exploitation par certains, notamment Vives, du lien entre la femme et la lecture de la prose pour exposer les caractéristiques essentiellement basses et trompeuses de la nature féminine. Dans ce cas, la femme et la narration ont les mêmes qualités de malhonnêteté et d’inconstance. Même pour ceux comme Poissenot qui s’opposent à cette conception de la lecture, la femme apparaît comme moralement faible. La proposition des exemples de conduite devient alors une façon de plus de renforcer l’autorité morale de l’œuvre. Il est donc évident que les représentations de la lectrice au seizième siècle doivent être lues et comprises en tant que telles et en aucun cas ne devraient-elles être substituées à la réalité matérielle du lectorat. Les enjeux idéologiques des auteurs doivent être soigneusement déchiffrés si l’on ne veut pas propager les injustices des lieux communs telles qu’elles étaient à la Renaissance.

Bibliographie

Bibliographie

Bauschatz C. M., « ‘Leur plus universelle qualité, c’est la diversité’ : Women as Ideal Readers in Montaigne’s Essais », Journal of Medieval and Renaissance Studies, tome 19, 1989, p. 83-101.

Bauschatz C. M., « ‘Voyla mes dames…’ : Inscribed Women Listeners and Readers in the Heptaméron », McKinley M. et Lyons J. (dir.), Critical Tales : New Studies of the Heptaméron and Early Modern Culture, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993, p. 104-122.

Berriot-Salvadore E., Les femmes dans la société française de la Renaissance, Genève : Droz, 1990.

Hoffmann G., Montaigne’s career, Oxford, Clarendon Press, 1998.

Le Breton G., Adonis, tragedie, Paris, Abel l’Angelier, 1597.

Marguerite de Navarre, Heptaméron, Paris, Gilles Robinot, 1559.

Poissenot B., Nouvelles Histoires tragiques, Arnould J.-C. et Carr R. (dir), Genève, Droz, 1996.

Rigolot F., « D’une Théologie ‘pour les dames’ à une Apologie ‘per le donne’ », Blum C. (dir.), Montaigne : Apologie de Raimond Sebond : De la Theologia à la Théologie, Paris, Honoré Champion, 1990, p. 261-90.

Stoyle R., Belleforest as translator from the Italian, thèse de doctorat, University of Exeter, 1981.

Suzuki M., « Gender, Power, and the Female Reader : Boccaccio’s Decameron and Marguerite de Navarre’s Heptaméron », Comparative Literature Studies, tome 30, n° 3, 1993, p. 231-252.

Vives J.-L., De institutione feminae christianae, liber primus, Fantazzi C. et Matheeussen C. (dir.), Leiden, E. J. Brill, 1996.

Vives J.-L., trad. Changy, Pierre (de), Institution de la femme chrestienne, Genève, Slatkine Reprints, 1970.

Yver J., Le printemps, Genève, Slatkine Reprints, 1970.

Notes

1 J’ai fait moi-même la traduction de cette citation et celle des suivantes.

2 L’original en latin, qui est apparu en 1523 contient une liste légerement différente : « Tum et de pestiferis libris, cuiusmodi sunt in Hispania Amadisus, Splandianus, Florisandus, Tirantus, quarum ineptiarum nullus est finis. Quotidie prodeunt novae : Celestina lena nequitarum parens ; Carcer amorum. In Gallia Lancilotus a lacu, Paris et Vienna, Ponthus et Sidonia, Petrus Provincialis et Magalona, Melusina, domina inexorabilis. In hac Beligica Florius et Albus flos, Leonella et Canamorus, Turius et Floreta, Piramus et Thisbe. Sunt in vernaculas linguas transfusi ex Latino quidam velut infacetissimae Facetiae Poggii, Euryalus et Lucretia, centum fabulae Boccacii. » (Vives, p. 44-46.)

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540