Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Enjeux identitaires

L’écart entre auteur et lecteur dans l’œuvre de Marie de Gournay

Adeline Aragon

Texte intégral

  • 1 Dans Le contexte de l’œuvre littéraire, Énonciation, écrivain, société, Paris, Dunod, 1993.
  • 2 Fille d’alliance de Montaigne, Marie de Gournay (1565-1645) est surtout connue pour l’amitié qui l’ (...)

1Une œuvre littéraire a toujours au moins deux auteurs : le premier est un être de chair et d’os, né à une date bien précise et souvent mort à une autre ; le second est un être fictif, une illusion créée par des mots, et c’est dans l’œuvre qu’il se construit. Cet auteur de papier correspond plus ou moins à ce que Dominique Maingueneau appelle l’ethos1 (en élargissant la notion antique) : c’est la personnalité qui se montre à travers l’énonciation, l’image que l’auteur façonne de lui-même au moyen de son œuvre. De même, une œuvre littéraire a toujours deux sortes de lecteurs : ceux qui tiennent le livre entre leurs mains, et ceux auxquels l’œuvre s’adresse, tous ces lecteurs imaginaires que l’auteur évoque, convoque, réprimande, flatte ou éduque… Etudier les figures de l’auteur et du lecteur chez Marie de Gournay permet d’approcher de plus près une œuvre 2 dynamique et complexe dont la richesse est généralement sous estimée.

  • 3 Par exemple : « Au partir de là, quels sont leurs propos, je vous supplie, en suite de cette confia (...)

2Selon D. Maingueneau, la communication littéraire comporte une importante dimension affective et corporelle : le lecteur d’une œuvre littéraire ne se contente pas de déchiffrer des significations, il entre en contact avec un auteur d’une manière quasi physique. Par sa voix, par son ton particulier, son style, l’auteur se donne une épaisseur, une réalité. C’est cette proximité qui entraîne l’adhésion du lecteur à ce qu’il lit. Enveloppé par la voix de l’auteur, le lecteur se laisse porter et convaincre. Cette idée s’applique particulièrement bien à l’œuvre de Marie de Gournay. Gournay établit avec son lecteur un rapport chaleureux et affectif, fondé sur une proximité émotionnelle. Ainsi, on trouve dans ses traités de fréquentes questions rhétoriques au lecteur qui le sollicitent vivement. Je vous prie, je vous supplie, sont des expression illocutoires qui reviennent souvent sous la plume de Gournay 3. Marquant un investissement affectif maximal de l’énonciatrice dans son énoncé, ces formules établissent avec le lecteur un contact direct, passionnel, qui mime l’échange oral, et apportent à l’énonciation elle-même un éclairage dramatique. On constate aussi un recours très régulier au « nous » qui englobe à la fois l’auteur et le lecteur :

« Certes ces gens d’aujourd’hui nous vendraient bien cher l’Almanach de leurs fantaisies, s’ils nous privaient de cette espèce de mots [les diminutifs] si naturels, si usités, si fondés de bienséance et de douceur en toutes Langues et en la nôtre, disons plus, si plaisants en la bouche et en l’oreille de tous ceux qui portent ces deux parties composées de chair et de sang, non de bois. » (Les Avis, p. 355)

3Exemple significatif : Gournay, qui privilégie un rapport affectif et direct avec son lecteur, défend très logiquement les diminutifs pour leur valeur hypocoristique, leur dimension charnelle.

4Dans l’œuvre de Gournay, les relations de l’auteur et du lecteur (telles bien sûr qu’elle les met fictivement en scène) ne sont cependant pas toujours aussi simple et chaleureuse.

5Soit directement, soit indirectement, Marie de Gournay donne d’elle-même l’image d’une femme de lettres cultivée, ou du moins avide d’apprendre, et aussi d’une femme solidaire des autres femmes, c’est-à-dire d’une féministe. Or, Marie de Gournay brosse de son lecteur un portrait qui est très exactement le négatif de cette image : le lecteur apparaît à diverses reprises comme peu cultivé et plutôt misogyne. L’Avis au lecteur des Avis dresse l’image d’un lecteur mondain et superficiel, pareil à ces « galants à la mode » qui préfèrent « une bonne cabriole » à « un bon Ouvrage de la façon des Muses ». Ce lecteur léger est l’homme de son temps, tandis que Gournay conteste l’idéologie de son époque. Cet écart (ce grand écart) entre la figure de l’auteur et celle du lecteur est quelque peu problématique, Marie de Gournay le dit elle-même dans « l’Avis au lecteur » :

« Si le zèle de servir ceux que ce Livre nomme en divers endroits m’eût permis de me taire, j’eusse peut-être passé à dormir ces heures que j’ai passées à l’écrire, comme je te dispense de bonne foi d’y passer aussi celles qu’il faudrait à le lire. Et ne l’eusse encore osé produire après l’avoir édifié, si je n’étais obligée de faire fruit au Public, autant qu’il m’est possible, de la libéralité de notre bon Roi, ce digne héritier du nom et du Trône de St Louis, sous la faveur de laquelle il a vu le jour. Sais-tu pourquoi ces difficultés, Lecteur ? Sentant que ton humeur est pointilleuse en choix d’Écrits, et la mienne en choix de Lecteurs, j’ai cru qu’on ne nous pouvait mieux accorder qu’en nous séparant ? […] Ainsi donc, Lecteur, mon Livre n’espère pas de rencontrer souvent une oreille favorable. » (Les Avis, non paginé)

6Entre l’auteur et le lecteur, la rupture semble imminente : Les Avis risquent fort de rester sans lecteurs, tant la distance qui sépare l’auteur du lecteur paraît difficile à surmonter. On peut se demander pourquoi Gournay dresse de son lecteur un portrait si éloigné d’elle, pourquoi elle creuse ainsi l’écart dans la représentation… Deux raisons à cela. La première, c’est qu’en représentant son lecteur sous les traits de son double inversé (de son anti-miroir en quelque sorte), Gournay donne à ses propos une dimension universelle, puisqu’elle s’adresse même aux personnes qui seront, selon toute vraisemblance, les plus réfractaires à ses idées. En donnant à son lecteur fictif un profil différent et même opposé au sien, Gournay ouvre au maximum le champ virtuel de son lectorat. C’est le signe d’une ambition qui pour ne pas être explicite n’en est pas moins significative : celle de s’adresser à tous. Même aux têtes éventées. En instaurant le dialogue avec ceux-là même qui semblent les plus incapables de dialoguer, Gournay établit l’empire illimité de la raison. La seconde raison, qui recoupe la première, est que l’œuvre de Gournay a une dimension nettement polémique. Ici, il est peut-être bon d’établir une distinction entre écrit satirique et écrit polémique. Une des différences entre l’écrit satirique et l’écrit polémique, est que l’écrit satirique s’adresse essentiellement à des lecteurs déjà acquis aux idées qu’il énonce, et tourne en dérision un adversaire à qui il ne s’adresse pas, tandis que l’écrit polémique s’adresse par contre autant à l’adversaire qu’il cherche à convaincre et à convertir, qu’à un allié déjà acquis aux idées qu’il défend. L’œuvre de Gournay étant polémique, elle s’adresse directement à un lecteur réticent et même hostile, dont elle combat frontalement les idées.

  • 4 « Ni ne dois pas être accusée de présomption pour la devise du jeune pin, qui semble d’abord présag (...)

7Chez Gournay la figure du lecteur n’est pas monolithique : il n’y a pas un, mais bien des lecteurs représentés dans le texte. Gournay s’adresse parfois au frivole mondain de son temps, mais elle s’adresse aussi et peut-être même surtout aux générations futures, qui seront, du moins elle l’espère, plus réceptives à son œuvre. Dans la préface de L’Ombre, Gournay le dit explicitement : c’est parce qu’elle sent la « défaveur » où elle vit en son siècle, qu’elle se rejette autant qu’elle peut vers les siècles futurs 4. Il y a donc un écart temporel entre l’auteur et son lecteur à venir. Gournay accentue encore cet écart temporel, dans la mesure où elle-même se présente comme une femme appartenant corps et âme au passé. Sur la gravure qui orne la première page de L’Ombre et des Avis, elle est vêtue à l’antique. Gournay dit aussi dans un de ses traités littéraires :

« Je serais heureuse et fine, Lecteur, si je te pouvais induire d’aimer l’Antiquité, puisque étant moi-même de cette date, j’espèrerais de grappiller parmi le marché quelque parcelle en ta bonne grâce. » (Les Avis, p. 268)

  • 5 Dans le traité « De la néantise de la commune vaillance de ce temps, et du peu de prix de la qualit (...)
  • 6 Dans les traités « De la Médisance » et « Des Broquarts, et quel fruit en tirent les brocardeurs ».

8Agée de plus de soixante dix ans, Gournay se présente avec humour comme une antiquité. Cet écart temporel que Gournay établit entre son lecteur futur et elle-même joue un rôle important dans l’économie de son œuvre. En effet, il permet à Gournay d’adopter sur son époque un point de vue radicalement extérieur, celui d’une sociologue, d’une ethnologue, d’une historienne. En se plaçant hors de son temps, dans le futur indéfini de son lecteur imaginaire, Gournay peut observer les travers de son siècle avec lucidité et détachement. Ainsi Gournay démonte l’idéologie de la noblesse 5, ou les ressorts psychologiques et sociaux de la médisance et de la moquerie 6, comme si elle était totalement indépendante (et indemne !) de la mentalité de son époque.

  • 7 Les Avis, p. 268.

9Mais Gournay n’a pas seulement mis en scène l’écart entre auteur et lecteur ; elle l’a aussi pensé et théorisé. Selon Gournay, toute œuvre de génie commence par rencontrer l’incompréhension. Un grand écrivain ne peut être véritablement entendu et apprécié que par un lecteur aussi doué que lui, car selon Gournay il ne faut pas « moins de suffisance à la parfaite lecture d’un bon Poème qu’à sa composition ou à sa traduction ». La lecture demande autant d’investissement personnel que l’écriture, « la maîtresse partie de l’âme, qui est le jugement, étant aussi pleinement employée à l’examen des choses qu’à leur fabrique 7 ». Les bons lecteurs (ceux qui maîtrisent l’art difficile de la lecture) sont donc aussi rares que les grands écrivains, ce qui fait que ceux-ci sont systématiquement sous-estimés et méconnus par le grand public. Seul le temps permet de résorber cet écart entre auteur et lecteur. La beauté d’un ouvrage, sa profondeur, ne s’imposent pas comme une révélation soudaine : ils sont l’objet d’une découverte progressive. Ainsi, un chef d’œuvre comme Les Essais ne peut obtenir immédiatement la réputation qu’il mérite. Gournay l’affirme, la beauté d’une grande œuvre n’est d’abord perçue que par ses côtés les plus vulgaires ; son mérite original n’apparaît que peu à peu.

  • 8 Les Avis, p. 408.

10Gournay considérant que le décalage entre auteur et lecteur est une conséquence inévitable du génie, elle désapprouve très logiquement leur connivence, qui est selon elle le signe d’une nullité irrémédiable. Gournay juge que les écrivains puristes qui se réclament de Malherbe tombent dans ce travers. Ici, une petite parenthèse historique s’impose. Les puristes établissent effectivement une relation de proximité avec leur public : le purisme se développe dans un milieu restreint, il cultive les genres qui peuvent susciter l’adhésion dans les salons. La distance entre auteur et lecteur est faible ; les auteurs s’appuient sur une connivence à l’intérieur de ce milieu. Selon Gournay, la complicité que les puristes veulent établir à tout prix avec leurs lecteurs et lectrices débouche inévitablement sur la médiocrité et la platitude. En choisissant de plaire à tout prix, en suivant la mode au lieu d’écrire à leur mode, les puristes s’interdisent toute originalité. Gournay pense que pour créer quelque chose de nouveau on doit inventer un langage différent, ne pas se contenter de parler comme on parle. Les puristes suivent de trop près les goûts de leur public pour s’élever au-dessus de lui : ils ne peuvent fortifier l’esprit de leur lecteur. Le langage des dames étant leur miroir, c’est-à-dire leur idéal, comme un miroir ils se contentent de la refléter. Ainsi, selon Gournay, tout ce qu’ils enseigneront aux générations futures, c’est de quelle façon parlaient les « donzelles de leur voisinage 8 ».

11Marie de Gournay n’a jamais été vraiment connue : ridiculisée de son vivant elle continue bien après sa mort à subir les préjugés les plus absurdes. Aujourd’hui, l’œuvre de Gournay n’a toujours pas trouvé son public. A la lumière de sa propre réflexion, cet insuccès s’éclaire sous un nouveau jour. Si en effet tout écrivain de génie est d’abord condamné à l’obscurité, l’étiquette d’« auteur mineur » qui colle encore et toujours à Marie de Gournay n’est peut-être pas un signe de médiocrité ou d’échec, mais plutôt l’indice d’une valeur littéraire réelle.

12Marie de Gournay (on l’a dit) s’adresse autant aux générations futures qu’à ses contemporains. Ce dédoublement du lecteur a pour conséquence un dédoublement de l’auteur, qui se présente comme un « je » fermement ancré dans le présent de son énonciation, ego plein de fougue et de vitalité, mais qui se présente aussi comme un « elle » beaucoup plus impersonnel, individu objectivé par le recours à la troisième personne. Dans ce dernier cas, Gournay adopte, pour parler d’elle-même, le point de vue des générations futures. Le titre de « L’apologie pour celle qui écrit », qui est une auto-apologie, est un exemple de ce recours assez surprenant à la troisième personne. A la fin de L’Ombre, on trouve aussi divers poèmes où Gournay parle d’elle-même à la troisième personne, se désignant même par son nom. Par exemple :

« […] La vertu d’amitié tu portes jusqu’aux Cieux ;
Et Gournay te chérit à l’égal de ses yeux. » (L’Ombre, p. 1177)

« […] Je te souhaite pour étrennes,
Non plus de faveur de la Reine,
Mais qu’elle te dure cent ans,
Pour rendre tes désirs contents.
Si sa Grandeur m’offre les miennes,
Je lui souhaite pour les siennes,
Trois Cypierres à caqueter,
Et Gournay pour les écouter. » (L’Ombre, p. 1173)

13« La vie de la demoiselle de Gournay », texte qui résume les points essentiels de sa biographie, est racontée à la troisième personne, quoique Gournay ne dissimule pas qu’elle en soit l’auteur : en adoptant sur elle-même un point de vue extérieur, Gournay s’inscrit dans la temporalité de ses lecteurs futurs. Gournay donne donc d’elle-même une image tantôt actuelle (rattachée par le déictique « je » au moment de l’énonciation) tantôt historique (coupée du moment de l’énonciation). Le lecteur, déjà troublé par cette alternance singulière, est encore plus déstabilisé quand les deux images de l’auteur se juxtaposent. Ainsi, dans un poème des Avis, on trouve à la fois le « Je » et le « elle ».

« Je ne vais, Illustre, Princesse,
Trouver au départ ta hautesse,
Car Lundi sortant de chez toi,
Ton rhume se jeta sur moi.
Mais et saine et malade encore,
Ta Royale enfance j’honore,
Qui devant les ans grandira,
Dont l’Europe reflorira.
Au retour ouvre ton oreille,
Je lui garde le Conte d’un Enfant,
[…] »
(Les Avis, p. 921-922)

Elle racontait parfois
des histoires à
Madame

  • 9 Les Avis, sans pagination.

14Dans la note marginale, Gournay adopte le point de vue des générations futures, qui ignoreront les détails de sa vie ; pour eux, elle ne sera pas un je inscrit dans le présent, mais un elle inscrit dans le passé (d’où l’imparfait). Le blanc qui sépare sur la page le poème de la note matérialise le dédoublement de l’auteur, présent à la fois en tant que je et en tant que elle, et situé simultanément dans la temporalité du premier dix-septième siècle, et dans la nôtre. L’espace vide se creuse entre Marie de Gournay et elle-même, entre son moi présent et la Gournay historique, celle dont parlent aujourd’hui les critiques. D’une façon moins spectaculaire, mais tout aussi révélatrice, Gournay écrit dans le « discours sur ce livre » : « Il sera bon de voir après quel labeur de femme sera capable d’effacer le mien » 9. Elle se projette ainsi dans le futur lointain où elle ne sera plus, regardant son œuvre avec les yeux des lecteurs à venir. Gournay inscrit donc son œuvre dans une temporalité impossible, où se juxtaposent l’auteur vivant (le je vigoureux qui exprime ses passions avec énergie) et l’auteur à la fois immortel et figé que retiendront peut-être un jour les manuels scolaires…

  • 10 « L’avis au Lecteur » de l’Ombre, sans pagination.
  • 11 « Au reste, quoique ce Livre se puisse dire par diverses raisons autre que celui que je fis imprime (...)
  • 12 « de mépriser les Livres et la régénération qu’ils élargissent aux hommes engloutis du cercueil, et (...)

15En tant que spectre, l’ombre est un esprit sans corps ; de même, l’œuvre de Gournay reflète (selon Gournay elle-même) non son visage de chair, mais la « figure de son esprit 10 » ; Gournay accorde ainsi au titre de l’Ombre une valeur légèrement spectrale. Dans le « Discours sur ce livre », Gournay plaisante d’ailleurs sur la réticence que son libraire éprouve à l’égard du titre de l’Ombre : on dirait qu’il « craint », dit-elle, les « esprits11 »… Gournay conçoit d’ailleurs l’immortalité qu’accordent les lettres comme une espèce de renaissance fantomatique. Les livres élargiraient aux « hommes engloutis du cercueil » une « régénération12 » qui évoque un peu le retour des morts-vivants…

  • 13 Le contexte de l’œuvre littéraire, p. 28.

16L’œuvre de Gournay s’inscrit entre des temporalités contradictoires, et sa voix conjugue la présence et l’absence, la mort et la vie. Selon D. Maingueneau, « l’appartenance au champ littéraire n’est pas l’absence de tout lieu, mais plutôt une difficile négociation entre le lieu et le non-lieu, une localisation parasitaire, qui vit de l’impossibilité de se stabiliser13 ». Dans cette perspective, l’œuvre de Gournay est éminemment littéraire.

17À la base des rapports entre l’auteur et le lecteur on trouve, chez Gournay, un dépassement des contraires. Ce dépassement informe bien d’autres aspects de l’œuvre de Gournay, car il en est en quelque sorte le principe vital. Ainsi, d’un point de vue stylistique, Marie de Gournay affectionne les oxymores ; certains de ses traités portent d’ailleurs des titres oxymoriques : « Des sottes finesses », « Des vertus vicieuses ». D’un point de vue historique, Marie de Gournay s’intéresse à des figures paradoxales : l’empereur Tibère, qu’elle présente comme un très intelligent imbécile, ou Jeanne d’Arc, qui alliait selon elle force et douceur. D’un point de vue philosophique, Gournay réfléchit sans cesse sur la continuité ou l’articulation de notions contraires, et sur leur possible dépassement. Les auteurs les plus baroques évoluent sans se poser de question dans un univers paradoxal et contradictoire ; les auteurs les plus classiques condamnent sans argument tout ce qui ressemble de près ou de loin à un paradoxe ou un oxymore ; Marie de Gournay, qui appartient à une époque intermédiaire, adopte une position médiane intéressante : elle travaille à établir de manière rationnelle la légitimité d’une pensée oxymorique, c’est-à-dire d’une pensée ternaire et non binaire, d’une pensée non-contradictoire. En cela elle est assez proche de Montaigne, lui qui disait en substance : je me contredis, mais la vérité je ne la contredis point.

Notes

1 Dans Le contexte de l’œuvre littéraire, Énonciation, écrivain, société, Paris, Dunod, 1993.

2 Fille d’alliance de Montaigne, Marie de Gournay (1565-1645) est surtout connue pour l’amitié qui l’unit à lui et pour son travail éditorial sur les Essais ; cependant elle est aussi et surtout l’auteur d’une œuvre personnelle aux amples proportions, intitulée d’abord L’Ombre de la Demoiselle de Gournay (1626) puis rebaptisée Les Avis, ou les Présents de la Demoiselle de Gournay (1634, puis 1641). Cette œuvre est composée de mélanges : on y trouve des traductions, des poésies, un roman, et surtout des traités abordant des sujets très variés, allant de l’anecdote la plus circonstancielle au problème philosophique le plus épineux, en passant par des questions linguistiques et littéraires. Sauf précision contraire de notre part, les citations sont extraites de la dernière édition des Avis (Paris, Jean de Bray, 1641).

3 Par exemple : « Au partir de là, quels sont leurs propos, je vous supplie, en suite de cette confiance de leur cabale, plusieurs d’entre eux prêchent-ils pas à bouche ouverte qu’ils ne savent que c’est de faillir ? (Les Avis, p. 283)

4 « Ni ne dois pas être accusée de présomption pour la devise du jeune pin, qui semble d’abord présager à ces miens ouvrages la faveur de la postérité : car cette devise sert à déclarer que je sens la défaveur où je vis en mon siècle, et que je proteste une récusation contre lui, qui me rejette par force avec eux autant que je puis vers le siècle futur » (sans pagination).

5 Dans le traité « De la néantise de la commune vaillance de ce temps, et du peu de prix de la qualité de Noblesse ».

6 Dans les traités « De la Médisance » et « Des Broquarts, et quel fruit en tirent les brocardeurs ».

7 Les Avis, p. 268.

8 Les Avis, p. 408.

9 Les Avis, sans pagination.

10 « L’avis au Lecteur » de l’Ombre, sans pagination.

11 « Au reste, quoique ce Livre se puisse dire par diverses raisons autre que celui que je fis imprimer premièrement, il s’appellerait toujours comme lui L’Ombre de Demoiselle de Gournay, pour la même considération qui me convia de nommer ainsi ce frère aîné, s’il ne fallait contenter mon Libraire, qui craint, ce semble, les Esprits » (Les Avis, sans pagination.)

12 « de mépriser les Livres et la régénération qu’ils élargissent aux hommes engloutis du cercueil, et ne se pouvoir passer d’elle, qu’en dirait-on ? » (Les Avis, p. 37.)

13 Le contexte de l’œuvre littéraire, p. 28.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540