Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Enjeux identitaires

Relecture et réécriture dans les recueils de Marie de Gournay

Jean-Philippe Beaulieu

Texte intégral

1Parler de lecture revient le plus souvent à évoquer l’activité cognitive par laquelle l’individu se familiarise avec l’écriture d’autrui. La lecture désigne alors un processus d’assimilation qui permet de passer de l’exogène à l’endogène, de l’ailleurs à l’ici, par une mise en rapport d’autrui et de soi. Dans cette perspective, toute lecture devient en quelque sorte le microcosme d’une translatio studii, en tant que fragment d’une démarche d’appropriation du savoir. On peut toutefois envisager, parmi l’ensemble des phénomènes liés à la lecture, d’autres types de mouvement, notamment celui qui, de l’auteur, fait le lecteur de son propre texte. En effet, à divers moments de l’élaboration de ce dernier, le scripteur quitte forcément son rôle de rédacteur pour adopter celui de réviseur. Il s’agit là d’un processus complexe où s’entremêlent écriture et lecture de façon si étroite qu’ils sont fort difficiles à différencier. Toutefois, lorsque la relecture résulte en une nouvelle version du texte, il est possible de la repérer, dans cette dernière, grâce aux marques d’une présence auctoriale soucieuse d’indiquer et de justifier les transformations qu’a pu connaître l’ouvrage.

  • 1 Marie de Gournay, L’Ombre de la damoiselle de Gournay, Paris, Jean Libert, 1626 ; Les Advis, ou, le (...)
  • 2 Les indications entre parenthèses renvoient au volume et à la page de l’édition moderne qui reprodu (...)
  • 3 Voir l’éclairage que, par un tel examen, Anna Lia Franchetti jette sur la question de la correction (...)
  • 4 À ce propos, consulter Cathleen M. Bauschatz, « Imitation, Writing, and Self-Study in Marie de Gour (...)
  • 5 Jean-Philippe Beaulieu et Hannah Fournier, « Pratiques dialogiques et réécriture dans l’œuvre de Ma (...)
  • 6 Pensons, par exemple, aux propos de Jean Larnac dans Histoire de la littérature féminine en France, (...)

2Parmi les femmes écrivains de la première moitié du xviie siècle, Marie le Jars de Gournay (1565-1645) semble l’une des plus susceptibles d’alimenter une réflexion sur les rapports entre relecture et réécriture. Ainsi, la volonté de l’auteure de réunir ses nombreux écrits en un ouvrage (publié pour la première fois en 1626, sous le titre L’Ombre de la damoiselle de Gournay) et de les faire évoluer par un substantiel travail de remaniement (dans les recueils d’Advis parus en 1634 et 1641) désigne cet ensemble textuel comme un lieu privilégié de réécriture 1. Même pour le lecteur des Advis de 1641 qui ne connaîtrait pas les versions antérieures du recueil, certaines opérations de réécriture sont rendues perceptibles par les commentaires grâce auxquels Gournay laisse entendre qu’elle a procédé à des révisions. La toute première indication se trouve sur la page titre de 1641 désignant ce livre comme la troisième édition, « [a] ugmentée, reveuë ; corrigée 2 » (I, p. 45). Anodine en apparence, cette réclame n’en signale pas moins la filiation et l’amplification des recueils, numérotés consécutivement en dépit du changement de titre survenu en 1634. Une telle indication nous prépare à interpréter bon nombre d’interventions de l’auteure, dans les 995 pages du recueil, comme autant de marques du processus de relecture auquel Gournay s’est livrée. Difficilement repérable en elle-même, sinon par un examen comparatif des versions 3, la réécriture est ainsi rendue palpable par les traces de relecture que donne à voir le discours auctorial. Ce dernier, bien qu’aligné sur la position énonciative de Montaigne (par la façon dont le je de l’auteur sert de pivot à la plupart des textes), s’en distingue par une conscience de soi inquiète 4, qui pousse Gournay, d’une version à l’autre, à se justifier davantage et à s’en prendre à ses détracteurs, hésitant à abandonner son texte à la malveillance de ceux-ci 5. On a parfois considéré la polémique autojustificative et érudite qui sous-tend la réécriture chez Gournay comme la manifestation d’une obsession presque pathologique 6. Nonobstant les hypothèses relatives à la psychologie de notre auteure, la nature des opérations d’autojustification et de réécriture suggère que, si Gournay se montre une lectrice attentive de ses propres textes, c’est peut-être que son statut de femme souhaitant vivre de sa plume la rend particulièrement sensible, voire même vulnérable, au regard des autres lecteurs. La relecture participerait alors au déploiement d’une conscience auctoriale féminine qui, en cherchant à prévenir, désamorcer et parfois aviver certaines réactions du public, finit par baliser la lecture du recueil au moyen des repères fournis par la relecture. C’est dans cet esprit qu’il me paraît pertinent d’effectuer un survol, malheureusement trop rapide et partiel, des traces de ce processus dans le recueil de 1641.

  • 7 Sens de la responsabilité dont Montaigne lui a donné l’exemple et qui s’est certainement aiguisé pa (...)

3Il convient, en premier lieu, de s’attarder au Discours sur ce Livre, pièce liminaire adressée à Sophrosine qui, à partir de 1634, sert de guide à la lecture des Advis (I, p. 49). Ce texte de treize pages est évidemment le lieu où les énoncés de l’auteure relatifs à l’écriture sont les plus visibles, en dépit des protestations de modestie selon lesquelles Gournay se dit incapable de se prononcer quant au « talent de [s] on feible Travail » (I, p. 53). Bien que placé en début de livre, ce Discours occupe une fonction essentiellement récapitulative qui lui confère un statut autre que celui du reste de l’ouvrage. En tant que fruit d’un exercice de relecture censé préparer les lectures éventuelles du recueil, il semble être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de ce dernier. Le discours liminaire devient ainsi emblématique de l’attitude éminemment réflexive de Gournay qui, préoccupée par le passé et l’avenir de son propre texte, fait preuve d’un sens aigu de la responsabilité auctoriale 7. Celui-ci l’engage à fournir, d’entrée de jeu, des renseignements soulignant certaines transformations intervenues depuis l’Ombre de 1626, notamment à propos du changement de titre, dont elle décline la responsabilité en l’attribuant à son libraire, plus soucieux qu’elle de plaire à « certains Critiques de nostre saison » (I, p. 56). Sur le plan de l’écriture, Gournay s’attarde à souligner, en 1634 et 1641, des améliorations apportées depuis 1626 : « Quand au stile, j’advouë qu’en ma premiere impression j’avois laissé couler quelques obscuritez, dont à mon advis j’ay corrigé desormais la plus part » (I, p. 50). L’ajout en 1641 d’un passage substantiel commentant certaines de ses particularités, comme l’usage des majuscules et des italiques (I, p. 50-51), confirme la propension de Gournay à davantage souligner le travail de l’écriture d’un recueil à l’autre.

4En plus de sa valeur sommative, susceptible de laisser entrevoir les opérations de remaniement, l’adresse à Sophrosine sert aussi à proposer au lecteur une vision unifiée de l’ouvrage. En effet, en soumettant les quelque 46 textes qui constituent le recueil à un regard d’ensemble, le Discours cherche tout à la fois à rendre compte de ces textes et à atténuer leurs disparités. Sans aller jusqu’à soutenir que tous ses écrits sont « de pareil prix », Gournay affirme qu’il convient de voir « au moins si le plus foible n’est point indigne d’estre frere du plus fort, chaqu’un selon son thesme » (I, p. 52). La fraternité des textes, évidemment assurée par leur mère commune, procure au recueil son unité et sa qualité. De plus, la parenté des « Traittez » fait mentir certains de ses détracteurs qui ont critiqué l’ensemble de ses écrits, tout en en louant quelques-uns. Ainsi, « […] croyans [lui] nuire », ces gens ont en fait « travaillé pour [elle] » :

« […] pource que s’ils peuvent maintenir qu’il y ait de bons Traitez en mon Volume, ils maintiennent le Volume entier : car sans doute hors l’inegalité des textes & l’obligation qui m’a liée à les manier chacun selon sa visee, mon Livre n’a rien d’inegal. En un mot, il se peust soustenir en general s’il a de bonnes parties : j’entends soustenir en bloc, car en detail il n’appartient qu’à des sots de reputer leurs Escrits impeccables ». (Ibid.)

5Pour artificieuse qu’elle puisse paraître, cette délicate dialectique du semblable et du différent permet le déploiement, au sein du discours liminaire, de deux modalités de relecture : la première lie les diverses versions du recueil en en faisant des objets différents mais apparentés ; c’est dans ce sens que Gournay parle de l’Ombre comme du « frere aisné » des Advis (I, p. 56). La deuxième modalité concerne les liens qui se tissent entre les textes de l’ouvrage, de façon à souligner l’unité de celui-ci. Si la dispositio des Advis ne se modifie que très peu de 1634 à 1641, comme en témoigne la répartition analogue des tables des matières, ce qui s’accentue, au cours du processus de révision, est le désir de Gournay de présenter son « Recueil de meslanges » (I, p. 57) comme un ensemble dont la cohérence et l’intérêt sont assurés par son propre regard.

  • 8 C’est le cas de l’exemplaire de la Mazarine (Réserve 11296) dont la deuxième liste d’errata est sub (...)

6C’est ce que révèlent clairement les diverses listes d’errata qui, en 1626, 1634 et surtout 1641, projettent l’image d’une auteure occupée à réviser et à corriger son texte jusqu’à la toute dernière minute. Si la liste d’errata de 1634, imprimée après la table des matières, utilise un nous qui pourrait être aussi bien éditorial qu’auctorial, celle qui figure au même endroit en 1641 renvoie manifestement au je de l’auteure (I, p. 63-65). De plus, la présence, dans certains exemplaires des Advis de 1641, d’une deuxième liste ajoutée au livre signale que des relectures de cette version ont été effectuées pendant et après l’impression de l’ouvrage 8. Ce type de correction n’est guère inhabituel ; par contre, la façon dont l’auteure l’assume ouvertement dans la première liste de 1641 paraît singulière. Tout en rappelant que l’imprimé, en raison de sa nature, ne peut être exempt d’erreurs, Gournay attire notre attention sur son désir d’excuser à l’avance celles que, en dépit de ses efforts, on ne manquera pas de trouver :

« Lecteur, ce n’est point tant la nonchalence des Imprimeurs, qui te donne icy des fautes, ny celle d’une pauvre vieille, qui corrigeant son propre Ouvrage sur la presse, croist tousjours lire ce qu’elle a escrit ; que c’est le destin de l’Imprimerie, qui ne s’en peut jamais exempter. » (I, p. 64)

7Regrettant ne pas pouvoir tout corriger (d’autant plus qu’elle ne s’est « point amusée à controller quelques erreurs d’ortographe, ny de punctuation, ny mesmes par fois quelques nivelleries de Grammaire » I, p. 64-65), Gournay, esquisse ici, sur le mode ludique de l’autodérision, un profil d’elle-même en tant que lectrice de son propre texte. S’en remettant en fin de compte à la prudence et à bienveillance du lecteur, Gournay éprouve manifestement une hésitation à livrer les Advis à leur destin, hésitation que trahit la présence même des listes d’errata. Il n’est donc pas étonnant que la deuxième liste de 1641 se termine sur une formule de congé qui, par l’usage de la métaphore maternelle du sevrage, en dit long sur l’apparente difficulté de l’auteure à mettre fin à ce processus de révision : « Permets, Lecteur, ce dernier soin à une pauvre mère preste à quitter son enfant orphelin & veuf de toute assistance. Je te recommande ce qui peut estre encore eschappé à ma dernière recherche » (I, p. 64).

  • 9 M de Gournay, Version de quelques pièces de Virgile, Tacite et Saluste, Paris, Fleury Bourriquant, (...)

8C’est muni de ces exhortations et des conseils fournis par le discours liminaire que le lecteur s’engage dans un parcours discrètement balisé par le regard auctorial, dans les textes eux-mêmes, mais surtout dans le péritexte, dont les diverses composantes (préfaces, titres, sous-titres, sommaires et notes) accueillent volontiers des renseignements sur l’histoire de ces écrits. Ainsi, par exemple, les trois « traictés » qui forment la Deffence de la Poesie sont-ils précédés, dans l’édition de 1641, d’un avant-propos original, où l’auteure prend la peine d’énumérer les diverses éditions du texte depuis son impression initiale de 1619 9 jusqu’à la présente, où elle dit avoir eu l’occasion de « chastier, ou palier au moins, les deffauts [qu’elle] recognoi [t] en toutes ces Editions precedentes » (II, p. 135).

  • 10 M de Gournay, Adieu de l’Ame du Roy de France et de Navarre, Henry le Grand a la Royne, Paris, Fleu (...)
  • 11 C’est-à-dire, en plus de l’Adieu, l’Exclamation sur le Parricide et la Priere pour l’Ame du mesme R (...)
  • 12 Ainsi la mort de sa sœur Léonor explique-t-elle probablement la suppression, en 1634, d’un poème qu (...)

9Les références aussi explicites à la genèse des écrits sont toutefois moins nombreuses que les indications de nature allusive. Le plus souvent, il s’agit d’inscrire les textes dans une trame temporelle, en expliquant, surtout pour les pièces de circonstances, la motivation qui a présidé à leur rédaction et qui ne va plus de soi, quinze ou trente ans plus tard. Au début de l’Adieu de l’Ame du Roy, paru isolément en 1610 10, on nous fournit, en 1626, 1634 et 1641, un bref paragraphe sur la pertinence de reproduire une nouvelle fois les trois textes écrits à la suite de l’assassinat d’Henri IV 11. Plutôt que de retirer du recueil ces textes datés (comme elle le fait dans son Bouquet de Pinde, pour des poèmes qui paraissent moins d’actualité 12), Gournay fait valoir leur intérêt, en affirmant qu’on n’a désormais « plus de droict de les oster du Public […] puis qu’ils furent donnez à la premiere impression de ce Livre » (I, p. 102).

10Ces commentaires de Gournay ont une valeur signalétique ; ils indiquent ponctuellement des modifications, sans préciser quand et pourquoi elles sont intervenues. Ils servent avant tout à suggérer la mouvance et la filiation des recueils, de façon à établir que ces derniers ne sauraient être considérés comme de simples rééditions, mais représentent à vrai dire le produit d’un affinement de la pensée et du discours. Cette fonction d’actualisation est particulièrement visible dans certaines notes marginales ou infrapaginales, qui se trouvent à la fin du premier livre et dans le deuxième livre des Advis de 1641. Il peut s’agir de la mention d’un contexte historique qui permet de situer la date de rédaction de la première version de l’Apologie pour celle qui escrit (« J’escrivois cecy quelques années avant que son Altesse de Mantouë passast en Italie » [c’est-à-dire avant 1629] ; II, p. 304). Ailleurs, le commentaire de la note concerne davantage l’existence même de Gournay. Au sujet de sa curiosité pour l’alchimie, qu’elle ne nie pas, Gournay affirme dans une note de la même Apologie s’en être « pourtant rebuttée en fin » et l’avoir « quittée depuis la premiere Impression de ce Livre » (II, p. 301). Plutôt que de l’intégrer dans le texte lui-même au moment de la réécriture, Gournay a préféré conserver à cet énoncé la visibilité que lui assure son statut de note, de manière à lier étroitement les événements de sa vie à l’évolution de ses écrits.

  • 13 La Deffence de la Poesie est évoquée sept fois, Sur la Version des Poetes antiques, ou des Metaphor (...)

11Bien plus abondantes que ces indications de révision sont les références intertextuelles, qui établissent un réseau de renvois donnant l’impression que le recueil possède une trame serrée. Ces discrets renvois constituent surtout des rappels de l’existence virtuelle de liens qu’il appartient au lecteur de confirmer et d’approfondir. J’ai noté, dans un survol qui ne prétend pas être exhaustif, plus de 80 de ces références, que l’on peut regrouper en deux catégories : la première comprend 37 références explicites ou nominales à d’autres textes du recueil (par exemple : « comme j’ay dit au traicté des Metaphores », II p. 173), surtout ceux qui ont trait aux questions de langue et de style 13. Une deuxième catégorie regroupe les indications vagues du type « comme je recitois ailleurs » ou « ainsi que je disois n’agueres ». J’ai relevé 45 occurrences de cette nature, mais on peut supposer qu’un examen systématique en révélerait bien plus.

12De façon générale, les deux types de références s’accroissent quelque peu d’une version à l’autre du recueil, en rendant plus visibles les liens intertextuels. Sur les 82 références, 50 sont déjà présentes en 1626, 17 apparaissent en 1634 et 15 en 1641. Dès l’Ombre, donc, est mis en place un système important de référentialité interne qui, dans les version ultérieures, se précise progressivement, surtout au moyen des références explicites dont le nombre augmente de manière significative : sur les 37 renvois de ce type, près des deux tiers (c’est-à-dire 14 en 1634 et 8 en 1641) s’ajoutent aux 15 occurrences de 1626.

13Ce resserrement du réseau intertextuel est rendu manifeste par l’ajout ou la reformulation de certains énoncés. Ainsi, dans un passage saturé de références intra et intertextuelles que l’on trouve dans la Deffence de la Poesie, apparaît pour la première fois en 1634 un renvoi à De la façon d’escrire de Messieurs […] du Perron ; Bertault, auquel s’ajoute, en 1641, une référence à Des Metaphores :

  • 14 À quelques reprises dans les Advis (II, p. 105 et 107), Gournay désigne ainsi son traité De la faço (...)

« Le Lecteur pourra voir quelques autres termes […] non seulement en divers autres lieux de cette Piece, mais encore par cy par là au Traicté Sur le langage de nos deux Prelats14 : principallement en une Section qui commence : Ils sont liberaux : & au Chapitre Des Metaphores […]. » (II, p. 189)

14Dans l’appareil péritextuel, on peut noter l’ajout de sous-titres qui établissent des liens avec d’autres écrits. Le titre de Des Diminutifs est ainsi suivi en 1641 d’un commentaire inscrivant ce traité dans un réseau thématique plus large : « Ce Traicté comme deux autres precedens du Langage & des Metaphores, r’apporte son dessein, à la Deffence de la Poësie » (II, p. 93).

15En dépit de leur caractère souvent laconique, les renvois des deux catégories s’avèrent, après vérification, plus pertinents qu’ils ne paraissent, établissant un implicite contextuel, une toile de fond qui autorise l’auteure à effectuer des raccourcis référentiels. Ainsi, même lorsque le renvoi reste imprécis, des liens s’établissent par des rappels thématiques ou de formulation. À la deuxième page de son Apologie, par exemple, lorsque l’auteure signale les effets négatifs de la calomnie, elle affirme en avoir déjà parlé, ce qui lui permet de ne pas trop s’étendre sur la question : « Toutesfois quittons ce poinct, dont à l’adventure j’ay dit un mot ailleurs, & seray peut-estre contraincte d’en dire quelqu’autre […] dans l’estenduë de ceste Apologie » (II, p. 287). En effet, à plusieurs reprises, Gournay reviendra aux médisants dans ce texte qui fait état de leurs méfaits sur l’existence même de l’auteure. La référence allusive de départ apparaît donc cruciale puisqu’elle oriente le sens de cet écrit par une projection vers l’ailleurs du recueil, en l’occurrence le début du second traité de De la Médisance, où l’on retrouve un développement explicatif à ce sujet. De cette façon, par la suggestion de liens analogiques entre ses écrits, Gournay associe les deux modalités de relecture mentionnées plus tôt, le naguère et l’ailleurs du recueil finissant en quelque sorte par se confondre sous la plume unificatrice de l’auteure.

  • 15 Cette dynamique cumulative s’explique en partie, selon George Hoffman, par les lois régissant les p (...)
  • 16 Pour quelques exemples, voir J.-P. Beaulieu et H. Fournier, « Pratiques dialogiques et réécriture » (...)
  • 17 Élyane Dezon-Jones, Marie de Gournay. Fragments d’un discours féminin, Paris, José Corti, 1988, p. (...)
  • 18 A. L. Franchetti, loc. cit., p. 221-222.
  • 19 Evelyne Berriot-Salvadore, « L’héritage de Montaigne ou les voies de l’émancipation de Marie de Gou (...)
  • 20 Advis de 1634, aiijr.
  • 21 A. L. Franchetti, loc. cit., p. 230.

16Bien que quantitativement importantes, les indications de réécriture et d’intertextualité empruntent donc une formulation laconique et allusive. Cela semble se rapporter à une façon de manier le « discours de raison » qui passe par une pratique de l’écrit visant à atténuer, voire même à confondre (par l’utilisation systématique des verbes dire, remarquer, représenter) les frontières entre parole et écriture, la relecture devenant par le fait même nouvelle écoute des effets textuels. Tout cela ne semble pas en soi très éloigné de l’exemple montaignien, que Gournay rejoint par la recherche de l’amplification de la pensée. Mais cette ressemblance ne peut guère s’étendre à l’ensemble des activités de relecture et d’écriture : l’ampleur des modifications et la diversité des interventions de l’auteure suggère une dynamique de réécriture fort différente de celle de Montaigne. Chez celui-ci, comme on le sait, on retrouve essentiellement des « allongeails 15 » ; dans les Advis, par contre, il y a un nombre impressionnant de grands et petits remaniements, ajouts, coupures, déplacements de passages 16, qui ne visent pas nécessairement « la plus grand légèreté d’expression » dont parle Élyane Dezon-Jones au sujet de l’édition de 1641, puisque cette dernière exhibe bon nombre de pratiques orthographiques moins « modernes » que celles du texte de 1634 17. Ainsi, même dans les traités dont la structure a peu évolué, bon nombre de retouches stylistiques prennent place dans une démarche de mise au point qui révèle une génétique textuelle plus complexe que celle de Montaigne. Cette démarche correspond vraisemblablement moins à l’élaboration d’un textemonument — inachevé puisque resté imparfait, comme le laisse entendre Anna Lia Franchetti 18 — qu’à un processus d’affirmation de soi. C’est dans ce sens que Gournay semble avoir voulu sortir progressivement de l’ombre de Montaigne, de manière à assumer la singularité à laquelle, en tant que femme de lettres, elle était en quelque sorte condamnée 19. C’est d’ailleurs ce que suggère la suppression en 1641 d’un passage du Discours sur ce Livre où, en 1634, Gournay affirmait son lien à Montaigne en même temps que le caractère exceptionnel de l’œuvre de ce dernier, « unique en son espece […] par la hauteur unique de l’ame qui l’a osé donner & de laquelle consequemment, il est aussi peu permis d’envier que d’imiter les actions 20 ». Franchetti note, elle aussi, la disparition de ce passage mais affirme néanmoins que le Discours à Sophrosine « garde, indirectement, son lien avec l’œuvre du père 21 ». C’est faire peu de cas de la modulation qu’introduit cette suppression et qui montre que, gênée par la référence à un modèle inimitable, Gournay resserre en 1641 son péritexte de manière à gommer quelque peu son lien avec Montaigne. Cet espace laissé vide, elle le remplit en assumant plus clairement la responsabilité de son recueil, et en donnant l’impression qu’un regard — le sien — préside au destin de l’ouvrage.

17Constamment préoccupé par le regard d’autrui, qu’il veut déjouer ou s’attacher, le regard de Gournay laisse sentir à la fois une profonde inquiétude quant à la possibilité de se penser comme sujet écrivant et un désir impérieux de « faire œuvre », c’est-à-dire de s’affirmer comme « authrice ». D’où l’intensification d’une présence auctoriale conjuguant sur le mode pronominal les verbes lire et relire, pour faire en sorte, comme le dit Gournay, de « meriter qu’on [la] lise avec quelque satisfaction » (II, p. 97).

Notes

1 Marie de Gournay, L’Ombre de la damoiselle de Gournay, Paris, Jean Libert, 1626 ; Les Advis, ou, les Presens de la Demoiselle de Gournay, Paris, Toussainct Du Bray, 1634 ; Les Advis, ou, les Presens de la Demoiselle de Gournay, Paris, Jean Du Bray, 1641.

2 Les indications entre parenthèses renvoient au volume et à la page de l’édition moderne qui reproduit le texte des Advis de 1641 : Les Advis, ou, les Presens de la Demoiselle de Gournay, édition de Jean-Philippe Beaulieu et Hannah Fournier, Amsterdam, Rodopi, vol. 1 : 1997, vol. II : 2002.

3 Voir l’éclairage que, par un tel examen, Anna Lia Franchetti jette sur la question de la correction et de la réécriture (« L’ombre et le monument : Marie de Gournay éditrice de se propres œuvres », dans Marie de Gournay et l’édition de 1595 des Essais de Montaigne, Actes du Colloque organisé par la Société Internationale des Amis de Montaigne les 9 et 10 juin 1995, en Sorbonne, réunis par Jean-Claude Arnould, Paris, Honoré Champion, 1996, p. 219-232).

4 À ce propos, consulter Cathleen M. Bauschatz, « Imitation, Writing, and Self-Study in Marie de Gournay’s 1595 ‘Preface’ to Montaigne’s Essais », dans Contending Kingdoms : Historical, Psychological, and Feminist Approaches to the Literature of Sixteenth-Century England and France, Marie-Rose Logan et Peter L. Rudnytsky (dir.), Détroit, Wayne State University Press, 1991, p. 348 et suiv.

5 Jean-Philippe Beaulieu et Hannah Fournier, « Pratiques dialogiques et réécriture dans l’œuvre de Marie de Gournay », Neophilologus, n° 82, 1998, p. 361-362.

6 Pensons, par exemple, aux propos de Jean Larnac dans Histoire de la littérature féminine en France, Paris, Éditions Kra, 1929, p. 71.

7 Sens de la responsabilité dont Montaigne lui a donné l’exemple et qui s’est certainement aiguisé par la manière dont elle a assumé son rôle d’éditrice des Essais (Philippe Desan, « Marie de Gournay et le travail éditorial des Essais entre 1595 et 1635 : idéologie et stratégies textuelles », dans Montaigne et Marie de Gournay, Actes du Colloque de Duke réunis et présentés par Marcel Tetel, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 85).

8 C’est le cas de l’exemplaire de la Mazarine (Réserve 11296) dont la deuxième liste d’errata est substantielle (I, p. 63-64).

9 M de Gournay, Version de quelques pièces de Virgile, Tacite et Saluste, Paris, Fleury Bourriquant, 1619.

10 M de Gournay, Adieu de l’Ame du Roy de France et de Navarre, Henry le Grand a la Royne, Paris, Fleury Bourriquant, 1610.

11 C’est-à-dire, en plus de l’Adieu, l’Exclamation sur le Parricide et la Priere pour l’Ame du mesme Roy.

12 Ainsi la mort de sa sœur Léonor explique-t-elle probablement la suppression, en 1634, d’un poème qui lui est dédié au profit d’un petit tombeau qui apparaît en 1641.

13 La Deffence de la Poesie est évoquée sept fois, Sur la Version des Poetes antiques, ou des Metaphores cinq fois et Des Rymes quatre fois. Parmi les autres écrits du recueil, le seul texte qui puisse rivaliser avec ceux-ci est De la Medisance, mentionné à quatre reprises.

14 À quelques reprises dans les Advis (II, p. 105 et 107), Gournay désigne ainsi son traité De la façon d’escrire […].

15 Cette dynamique cumulative s’explique en partie, selon George Hoffman, par les lois régissant les privilèges d’impression ; « Le monopole Montaigne », dans Éditer les Essais de Montaigne, Actes du Colloque tenu à l’Université Paris IV-Sorbonne les 27 et 28 janvier 1995, réunis par Claude Blum et André Tournon, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 99 et suiv.

16 Pour quelques exemples, voir J.-P. Beaulieu et H. Fournier, « Pratiques dialogiques et réécriture », loc. cit., p. 362-364.

17 Élyane Dezon-Jones, Marie de Gournay. Fragments d’un discours féminin, Paris, José Corti, 1988, p. 99. En effet, la graphie de 1641 représente, à certains égards, une régression vers des pratiques moins « modernes » que celle de 1634.

18 A. L. Franchetti, loc. cit., p. 221-222.

19 Evelyne Berriot-Salvadore, « L’héritage de Montaigne ou les voies de l’émancipation de Marie de Gournay », dans Marie de Gournay et l’édition de 1595 des Essais de Montaigne, op. cit., p. 159.

20 Advis de 1634, aiijr.

21 A. L. Franchetti, loc. cit., p. 230.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540