Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Enjeux identitaires

Anne de Graville lectrice de Maistre Allain. Pour une récriture stratégique de la Belle Dame sans mercy

Catherine M. Müller

Texte intégral

  • 2 Champfleury. Art et Science de la Vraie Proportion des Lettres, fac-similé de l’imprimé de Gourmont (...)

1Dans le contexte littéraire du premier quart du xvie siècle, les poètes de cour (et parmi eux les grands rhétoriqueurs) se situent entre imitatio et emulatio dans ce que l’on a pu appeler, en faisant allusion à Dante, une poétique de l’éloquence. Contrairement à ce que prétendra Du Bellay, les « rimeurs » qui l’ont précédé ont su de manière subtile recueillir le suc de la poétique médiévale et la refaçonner en un miel tout leur. Parmi eux, la poétesse Anne de Graville s’est faite lectrice de deux maîtres du passé, Boccace et Alain Chartier, et a réussi le tour de force, selon Geoffroy Tory, de démontrer par le choix de sa matière et la limpidité de son style, « la grace » de « nostre langue françoise 2 ».

  • 3 Sur Anne de Graville il faut signaler les études suivantes : Antkowiak Kyrstyna, « Portrait de Fran (...)
  • 4 Anne fut en réalité déshéritée par son père qui n’a jamais accepté qu’elle épouse son cousin Pierre (...)
  • 5 Quentin Bauchart Ernest, Les Femmes bibliophiles de France (xvie, xviie, xviiie siècles), 2 vol. (P (...)

2Les documents d’archives ne fournissent aucune indication précise sur la formation intellectuelle d’Anne de Graville 3, mais le milieu dans lequel elle évolua nous renseigne indirectement sur les bibliothèques auxquelles elle put avoir accès, et les inventaires dressés à sa mort en 1540 nous offrent la liste des ouvrages qu’elle avait hérités de son père — l’amiral Louis Mallet de Graville, bras droit de Louis XII et grand collectionneur de livres — et de ceux qu’elle avait commandés ou reçus elle-même : 153 manuscrits et 15 imprimés en tout, dont beaucoup de textes antiques et de romans en traduction française 4. C’est donc à juste titre qu’elle acquit une place de choix parmi les Femmes bibliophiles de Quentin Bauchart 5.

  • 6 La fille de Louis XII et d’Anne de Bretagne.
  • 7 Sur le cardinal Georges d’Amboise, on consultera Balteau Jules et al. /Prévost M. et al. (éd.), Dic (...)
  • 8 Sur la date de la Théséïde, voir l’édition d’Aurelio Roncaglia : Giovanni Boccaccio, Teseida delle (...)
  • 9 Pour une analyse de sa récriture de Boccace, voir Müller Catherine M., Jeanne de la Font et Anne de (...)

3En tant que dame d’honneur de Claude de France 6 — la première épouse de François Ier — et de par son amitié avec Marguerite d’Angoulême (future Marguerite de Navarre), Anne de Graville eut peut-être l’occasion de fréquenter la bibliothèque royale. De plus, grâce au mariage de sa sœur Jeanne avec Charles II d’Amboise, il n’est pas impossible qu’elle consultât également l’imposante collec-tion du cardinal Georges d’Amboise, oncle de son beau-frère 7. Quoi qu’il en soit, le milieu lettré qui était le sien favorisa l’étude et la lecture au point de l’inciter à prendre elle-même la plume et à entrer dans la galerie des poétesses illustres de la Renaissance. En effet, elle composa pour la reine Claude deux œuvres de translation poétique, deux relectures de textes célèbres du moyen âge finissant : La Belle Dame sans mercy d’Alain Chartier (1424) et la Théséïde de Boccace (1339) 8. C’est de la première de ces compositions qu’il sera question ici 9.

  • 10 Ms. Paris, BnF, fr. 2253, f. 1.

4On ignore si Anne de Graville a lu toutes les œuvres d’Alain Chartier, mais dans sa dédicace à la reine, elle affirme dès les premiers vers avoir choisi de récrire la Belle Dame sans mercy, car elle lui semblait représenter sa meilleure composition : « En Maistre Allain, de ses œuvres j’ay quis,/À mon juger, le plus fin et exquis 10 ». Elle se pose ainsi d’entrée de jeu comme lectrice et juge d’un écrivain du siècle précédent à qui elle reconnaît le titre usuel de Maistre. Par ce geste de réappropriation et de reconnaissance, elle se situe dans la tradition médiévale puis humaniste de la translatio studii.

5Quel était, dans le contexte de la cour du jeune François Ier, l’intérêt d’une récriture de la Belle Dame sans mercy ? Comment Anne de Graville a-t-elle relu le poème de son prédécesseur ? A-t-elle cherché, à travers ses rondeaux, à offrir une autre vision de la Belle Dame cruelle et de l’amant transi ?

6Le propos de notre étude sera d’examiner d’abord la spécificité de cette relecture puis ses enjeux, afin de comprendre quelles stratégies ont été mises en œuvre pour re-situer, cent ans plus tard, le débat sur les valeurs courtoises et le rapport entre les sexes. Nous chercherons également à déterminer quelles implications éthiques et esthétiques le changement d’instance d’énonciation a occasionnées, notamment pour la présentation de soi comme narratrice et écrivaine à l’aube de la modernité.

7Les transformations formelles introduites par Anne de Graville dans le texte d’Alain Chartier sont immédiatement perceptibles à l’ouverture du manuscrit : la poétesse réélabore les huitains d’octosyllabes de son prédécesseur en rondeaux de décasyllabes, répondant ainsi à une forme neutre et narrative par une forme courtoise et musicale, courtoise parce qu’elle s’emploie traditionnellement pour signifier le don amoureux, et musicale parce qu’elle fait la part belle au refrain, qui par son multiple retour, rappelle la danse en rond à l’origine de son nom. Le choix du rondeau permet de jouer à la fois sur la circularité, la réitération et l’emphase ; l’emploi de quinze décasyllabes pour transposer les huit octosyllabes permet évidemment l’amplificatio et l’ajout.

8Que son poème se veut non seulement une récriture mais aussi un dialogue, une confrontation avec celui de Maître Alain, cela est apparent dans la disposition même du texte sur les feuillets, puisque chaque rondeau est flanqué dans la marge du huitain correspondant. Mais la poétesse ne récrit pas les cent huitains ; elle ne retient du poème médiéval que le débat entre l’amant et la dame (80 huitains), qu’elle introduit et conclut par deux rondeaux de l’Acteur (correspondant aux huitains 28 et 97, cités infra). Le prologue et l’épilogue — à savoir les deux parties où le narrateur médiéval faisait d’abord référence à la mort et à la cruauté de sa propre dame, puis s’identifiait avec le soupirant du débat, pour enfin exhorter d’une part les amants à s’éloigner des médisants et d’autre part les dames à ne pas être aussi cruelles que la Belle Dame sans mercy — ne sont pas maintenus par la poétesse, ce qui permet à son instance d’énonciation de rester neutre. En lieu et place du prologue, Anne de Graville insère son poème de dédicace à Claude de France, où elle se présente en sa qualité de personne indigne mais de bon jugement qui rend hommage à sa reine-mécène et se soumet à elle dans l’espoir de recevoir protection et reconnaissance :

  • 11 Paris, BnF fr. 2253, f. 2v (les italiques sont les nôtres, ici et dans tous les extraits). « J’en g (...)

À ma Dame :
En maistre Allain, de ses œuvres, j’ay quis,
À mon juger, le plus fin et exquis
Dont fais present à vous seulle, ma Dame,
Qui emportez l’honneur, le loz et fame,
Qu’aux ignorans pardonnez les deffaulx,
Parquoy me tiens excusee si je faulx,
Aiant ozé vous presenter ceste œuvre
Duquel l’escript ma sottize descœuvre ;
Mais je ne puis veoir l’imperfectïon,
Et m’en clost l’œuil, ma Dame, Affectïon
Qui si tresfort le myen sens esblouyt
Que par dessus Congnoissance jouyt.
Si vous supply, ma Dame, recepvoir
L’affectïon, et vous plaise la veoir,
Car, sur ma foy, elle est avecques vous
Pour vous servir par sus toutes et tous
Sans y chercher fors temps, espace et lieu,
Car en vous gist mon espoir apres Dieu.
J’en garde un léal11

À ma Dame [la reine Claude de France] :
Parmi les œuvres de Maître Alain Chartier, j’ai recherché celle qui me paraît la plus raffinée et la plus exquise : c’est à vous seule que j’en fais don, ma Dame, vous qui l’emportez sur toutes par votre honneur, votre louange et votre renommée, car vous pardonnez aux ignorants leurs défauts. Je me considère donc comme excusée, si j’ai fait preuve de trop d’audace en vous présentant cette œuvre – dont l’écriture révèle ma sottise. En fait, je ne parviens plus à en voir l’imperfection, car l’affection que j’éprouve pour vous me ferme un œil et éblouit tellement mon esprit qu’il se réjouit en dépit de toute sagesse humaine. Ainsi, je vous supplie, ma Dame, de bien vouloir recevoir ce signe d’affection et de réserver bon accueil à l’œuvre, car, en toute sincérité, elle sera à vos côtés pour vous servir plus que nulle autre, en attendant seulement le lieu et le moment propices, car c’est en vous que réside mon espoir après Dieu.

9Par l’emploi d’un lexique féodal et courtois propre au service amoureux, l’écrivaine tisse un lien entre le je poétique de sa dédicace et le je de l’amant, tous deux soumis au bon vouloir d’une dame. Or, la reine est louée comme une incarnation des vertus courtoises et une dispensatrice de biens, ce qui associe d’emblée la mercy à une figure féminine. Par la réitération du terme affection pour désigner ses sentiments, l’instance d’énonciation adopte le même champ lexical dominant dans les répliques de l’amant d’Alain Chartier (et caractérisant aussi le discours de l’amant d’Anne de Graville). En effet, le registre du cœur et de l’affect sera préféré par l’amant, alors que la dame se définira plutôt par des termes ayant trait au cognitif. Moyennant cette analogie entre le je féminin de la dédicace et la persona lyrique de l’amant, le poème d’Anne de Graville valorise le thymique et permet d’entrevoir que la narratrice, tout en offrant une première image positive de la Dame comme reine toute-puissante mais miséricordieuse, n’établit pas une complicité immédiate entre la narratrice et la Belle Dame sans mercy.

10Le dernier rondeau, attribué à l’Acteur, indique lui aussi que le je poétique n’est pas dépourvu de compassion à l’égard de l’amant. En effet, alors que le narrateur de Chartier est témoin du départ de l’amant désemparé, décrit l’indifférence de la dame qui est retournée à la danse et nous fait part de rumeurs entendues sur la mort de l’amant (dernier vers du huitain 98), l’instance narrative d’Anne de Graville se lance à la poursuite de l’amant pour essayer de le consoler (strophe 2) :

97. L’acteur
Adonc le dollent se leva
Et part de la feste pleurant
A peu que son cœur ne creva
Comme homme qui s’en va mourant
Et dist : « Mort, vient a moy courant,
Ains que mon sens se descongnoisse,
Et m’abrege le demourant
De ma vie pleine d’angoisse. »

[98. L’acteur
Depuis je ne sceu qu’il devint
Ne quel part il se transporta.
Mais a sa dame n’en souvint
Qui aux dances se deporta.
Et depuis on me raporta
Qu’il avoit ses cheveulx deroups,
Et que tant se desconforta
Qu’il en estoit mort de courroux.]

L’acteur
Ainsi partit de la feste pleurant
Tout hors du sens, disant : « Vient acourant,
Mort despiteuse, avant que par destresse
De trop aymer mon sens se descongnoisse
Et que ne fine en me desesperant. »

Je luy voulluz lors estre secourant
Et tout souldain je vins vers luy courant,
Mais je ne sceuz qu’il devint a la presse ;
Ainsi partit.

On me dist bien qu’il s’en alloit tirant
Tous ses cheveulx et qu’il alloit mourant
Par grantz courroux et extresme tristesse
Et qu’aucun deuil n’en a pris sa maistresse,
Combien qu’il fust par griefz plaintz
soupirant.
Ainsi partit.

11Elle mentionne ensuite que sa dame ne s’est pas affligée de la tristesse mortelle qu’il démontrait, sans pourtant la présenter en train de se divertir au bal. La poétesse brosse donc non seulement un portrait moins sombre de la destinée de l’amant et du caractère de sa maîtresse, mais allie sa propre persona lyrique à la figure de la mercy en précisant qu’elle a tenté de secourir le malheureux. Une fois encore, elle suggère que le serviteur est digne de compassion tout en ne jetant pas la pierre à la dame. L’annonce créée par la dédicace est ainsi corroborée par la conclusion du texte : l’affection si chère à l’amant n’est pas dévalorisée ; la mercy est du côté de deux dames : la narratrice et la mécène. Qu’en est-il alors de la vision transmise par le débat du personnage de la Belle Dame ?

12Le poème d’Alain Chartier se distinguait par sa polarisation des deux devisants et son exacerbation des dualités : l’amant transi, attendant en vain une parole favorable ; la dame indifférente, refusant de jouer le jeu courtois. Lui, du côté des sentiments ; elle, du côté de la raison. Lui, enfermé dans la logique du martyre amoureux ; elle, dans celle de la dérision. Lui, ramenant sans cesse le débat vers le cœur et la souffrance ; elle, l’orientant avant tout vers la parole et la réflexion. Ces différences sont apparentes aussi chez Anne de Graville, la rhétorique persuasive de chaque protagoniste étant d’autant plus amplifiée qu’un rondeau de quinze vers permet d’inclure davantage d’arguments et de réitérer les mots clé. Mais, comme l’annonçait le poème liminaire en mettant l’accent sur le service et l’affection, la tendance de la récriture d’Anne de Graville est, plus explicitement encore que chez son prédécesseur, de sauver les valeurs courtoises, ou en tout cas de ne pas dénigrer la courtoisie en tant que telle. Pour ce faire, il faut que la critique émise par la dame ne touche pas les fondements de la courtoisie, mais seulement le langage et le comportement de cet amant-là. Il convient également que l’amant ne soit pas présenté comme une figure ridicule. En réalité, le soupirant du texte d’Anne de Graville ne diffère pas énormément de celui d’Alain Chartier, si ce n’est qu’il est moins enclin à blâmer sa maîtresse et à rappeler sa cruauté, ce qui en soi contribue déjà à atténuer l’image négative de la dame que véhiculait le texte médiéval. C’est donc avant tout du personnage de la Belle Dame que va dépendre l’orientation du poème. En effet, l’écart entre la composition médiévale et sa récriture est visible principalement dans les tirades attribuées au personnage féminin, puisque ce sont ses prises de positions en réaction au discours de l’amant qui vont déterminer à la fois le sort du serviteur amoureux et la sauvegarde de l’éthique courtoise.

  • 12 Par exemple f. 30v, récriture du rondeau 82.

13« Si vous lisez aiseement aprendrez » rétorque la dame à l’amant, qui malgré les innombrables refus encourus s’accroche toujours à ses illusions dans la dernière partie du débat. Comme la relecture du texte de Chartier est pour Anne de Graville une occasion de redéfinir la courtoisie, la lecture serait, selon la Belle Dame, un moyen pour l’amant de retrouver la lucidité et d’éviter l’écueil de l’espérance amoureuse 12.

14La rhétorique la plus fréquemment employée par la Belle Dame de la poétesse est celle de l’exhortation. Contrairement à la protagoniste du texte médiéval qui refuse le dialogue et se soustrait à la phraséologie courtoise de l’amant, celle d’Anne de Graville se veut avant tout persuasive et exploite divers moyens didactiques pour enseigner à l’amant la voie de la sagesse : le ton de la supplication, de la promesse et de la confidence ; les verbes à l’impératif, les conseils, les encouragements :

28. L’acteur
Quand la dame ouyt ce langaige,
Elle respondit bassement,
Sans muer coulleur ne couraige,
Mais tout amesureement :
« Beau sire, ce fol pensement
Ne vous laissera il jamais ?
Ne penserez vous aultrement
De donner a vostre cœur paix ? »

La dame
Je vous supply, dist elle bassement,
Ostez de vous ce facheux pensement !
Vostre cuider laissera il jamais
Ce fol propos et vostre coeur en paix ?
Pensez vous point le traicter aultrement ?

Deliberez de vivre honnestement
Et essaiez d’y mectre appointement
En dejectant de vostre coeur ce faix,
Je vous supply !

Vous y perdrez, croiez moy hardiment,
Tout vostre temps, sens et entendement,
Et de cela, ma foy, je vous promectz,
Considerant qu’aucun compte n’en faictz.
Pensez y bien et vivez saigement,
Je vous supply !

15Il s’agit moins dans ce texte de railler l’amant que de l’éduquer pour en faire un honnête homme.

16Par opposition à la démarche de la Belle Dame du poème de Chartier qui consistait à ne pas entrer dans le jeu et les belles paroles de l’amant, celle du personnage féminin recréé dans le texte du xvie siècle est justement de s’approcher du point de vue de l’amant pour mieux s’en écarter. C’est ainsi qu’elle admet que la douleur peut être légitime et le désir de mourir réellement ressenti (strophe 2) :

34. La dame
Si gracieuse maladie
Ne mect gueres de gens a mort,
Mais il siet bien que l’en le die
Pour plustost attraire confort.
Tel se plainct et guermente fort

La dame
Il m’en meurt nulz de ceste malladie
Combien que maint en languissant mendye
Pour acquerir de son mal reconfort
Qui pourtant n’est si aspre ne si fort,
Quoy qu’en en ait la cervelle estourdie.

Qui n’a pas les plus aspres dueilz ;
Et s’Amours griefve tant au fort,
Mieulx vault ung dollent que deux.

Je croy assez qu’on peult avoir envye
Par desespoir de tost finer sa vie ;
Mais tout compté ce n’est que desconfort ;
Il n’en meurt nulz.

Il vault trop mieulx, quelque chose qu’on dye,
Qu’ung a part soy se fache ou se maudye,
Que deux ensemble eussent mal sans confort.
Et vous promectz oultre plus de renfort
Que je dy vray, qui que le contredie :
Il n’en meurt nulz.

17L’acquiescement partiel à la thèse de son serviteur, véritable outil pédagogique, sert à ramener l’amant à considérer la particularité du langage amoureux, c’est-à-dire son caractère figuré. Mais il permet également à la dame de mettre en avant sa propre capacité à s’émouvoir du « desconfort » d’autrui (même si cette souffrance, d’après elle, ne peut conduire à la mort). L’image de la dame qui en résulte est donc celle d’une éducatrice, dont les bons conseils éviteront à l’amant de trop souffrir et feront de lui un être sociable, digne du parfait courtisan de Castiglione.

18Vers la fin du débat, pour exhiber les fruits de cette éducation courtoise, Anne de Graville met dans la bouche de l’amant les nuances rhétoriques qui font de son discours non plus un exemple de blâme, mais un plaidoyer qui recourt au ton de l’exhortation et au registre encomiastique :

85. L’amant
Conforter les desconfortez
N’est pas cruaulté, mais est loz.
Mais vous, qui si dur cueur portez
En si beau corps, si dire l’os,
Gaignez le blasme et le desloz
De cruaulté qui mal y syet
Se pitïé qui depart les lotz
En vostre dur cueur ne s’assiet.

L’amant
De grant vertu vient qui scet conforter
Les desolez et les reconforter
Quant on congnoist en deul leur cueur enclos.
Mais si d’amour par rigueur sont forclos,
On ne scauroit plus les desconforter.

Vous, qui voulez en sy beau corps porter
Ung si dur cueur, vueillez vous deporter
D’inimitié, et ce vous sera los
De grant vertu.

Si vous voulez ung grant blasme emporter,
Faictes qu’on puisse a chascun rapporter
Que departez, et si faictes les lotz
De cruaulté qui ronge jusqu’a l’os
Un dolent cueur qui ne peult prouffiter
De grant vertu.

  • 13 F. 34, v. 10-11, récriture du huitain 89.
  • 14 F. 34, v. 2.

19L’amant de la poétesse a-t-il suivi les conseils de lecture préconisés par sa dame ? Il adopte en tout cas des stratégies efficaces pour arriver à ses fins. Au contraire du serviteur amoureux de Maistre Allain qui n’hésite pas à traiter sa dame de cruelle, celui d’Anne de Graville insinue subtilement qu’elle risquerait d’encourir le blâme si elle usait de cruauté (dernière strophe). Plutôt que d’accuser sa maîtresse de manquer de vertu, il prétend que le choix de la sévérité empêcherait tout amant de tirer profit de la « grant vertu » de sa dame. La maîtrise du discours démontrée dans ce rondeau va à l’encontre de l’effet de spontanéité, de sincérité et de démesure rendu par le huitain correspondant et traduit bien l’attitude modérée du parfait courtisan. Ainsi, les images viscérales dont se sert la récriture de la Renaissance tendent d’avantage à émouvoir la dame et à faire son éloge qu’à réitérer le martyr de l’amant dans un ton de reproche, comme c’était le cas dans la composition d’Alain Chartier. Quelques feuillets plus loin, ce même personnage précise qu’« il n’est riens en tout le monde pire/Que diffamer et des dames mesdire 13 ». Conformément à ce qui est attendu de l’honnête homme, le serviteur se présente en outre comme un poète capable de « [f] aire rondeaulx, de chanter ou escrire 14 », tandis que celui du huitain avouait : « Je ne suis mye bon chanteur ».

20Chez Anne de Graville, le protagoniste masculin est par conséquent plus raffiné et plus instruit que son modèle médiéval. La dame aussi se montre sous un jour meilleur. Dans plusieurs de ses interventions, elle insinue en filigrane qu’elle ne s’oppose pas à l’amour en soi, mais seulement à cet amant-là, parce qu’elle n’éprouve aucun sentiment à son égard. La relation amoureuse n’est donc pas écartée en tant que telle, mais dans ce cas précis uniquement. Cette récriture met d’ailleurs l’accent sur l’aventure particulière des devisants en personnalisant systématiquement les assertions généralisantes, les formes impersonnelles et les proverbes du texte source. Contrairement à leur statut de types ou de modèles dans l’œuvre médiévale, l’amant et la dame du poème d’Anne de Graville sont des individus spécifiques auxquels le lectorat n’est pas appelé à s’identifier.

21Si Alain Chartier se servait des positions antagonistes de ses personnages à la fois pour dénoncer une courtoisie malade et chanter sa nostalgie d’un retour à des valeurs saines, Anne de Graville tend à estomper les extrêmes et laisse entrevoir une possibilité de réconciliation des contraires par un enseignement de l’honnêteté. L’amour parfait reste chez elle un bien tangible moyennant l’apprentissage du respect de l’autre. La vision de la cour véhiculée par la poétesse est moins désabusée que celle du poète médiéval : selon la dame du débat, l’univers curial est un lieu de civilité où l’on acquiert le comportement adéquat pour interagir avec autrui. Comme est censé le prouver le poème de dédicace, c’est à la cour que les gens lettrés peuvent obtenir de la figure du pouvoir (ici, la reine-mécène), la compassion, la confiance, et la protection nécessaires. Par son éloge de Claude de France comme dispensatrice de grâce, sa présentation de l’instance d’énonciation comme sensible au malheur de l’amant, et son portrait de la Belle Dame comme conseillère de son soupirant, Anne de Graville offre une image plus positive de la femme.

22C’est ainsi que sa relecture du texte de Maistre Allain devient pour l’écrivaine une occasion de redéfinir la cour idéale. À la lumière de sa dédicace et de son débat, ce milieu curial (voué à la protection des courtisans et des poètes) et ces figures féminines (plus enclines à la mercy) constituent un cadre propice à l’élaboration littéraire. Dans son rôle de poétesse de cour, Anne de Graville estompe les traits cruels de la Belle Dame au profit d’une louange dithyrambique de « [s]a dame » de mercy qui accueille favorablement son service littéraire. En fin de compte, sa stratégie aura été d’avoir su se présenter dès les premiers vers de son poème liminaire comme une servante humble et indigne, tout en donnant d’elle l’image d’une lectrice qui sait cueillir dans le livre de la tradition l’ouvrage « le plus fin et exquis » et d’une auteure sincère qui a l’audace de présenter son œuvre à la plus grande dame de France.

  • 15 Pour une étude approfondie du rapport entre poésie de cour et pouvoir, on se référera au bel ouvrag (...)
  • 16 Voir, à la note 3, l’article cité de Lamarque. Si l’on se souvient que l’expression « dame sans si  (...)

23« Si vous lisez aiseement aprendrez ! » Anne de Graville a su relire la Belle Dame sans mercy d’Alain Chartier de manière stratégique comme un livre qui lui permettait à la fois de faire la louange de la cour de France en tant que lieu de mercy et de se montrer elle-même digne de cette mercy pour son œuvre littéraire 15. Et « [s]a Dame » lui donnera raison, puisque parmi tous les grands auteurs accueillis par François Ier, c’est elle qui sera choisie pour traduire en français le roman épique de Boccace qui contribuera à asseoir sa réputation de « dame sans sy » (sans égale) 16 pour sa capacité de réaliser, à sa façon, une défense et illustration de la langue française.

Notes

2 Champfleury. Art et Science de la Vraie Proportion des Lettres, fac-similé de l’imprimé de Gourmont Giles (Paris, 1529), avec une préface de Grinevald Paul-Marie (Tours, Mame, 1998, coll. « Bibliothèque de l’Image »), f. Biiii (r-v).

3 Sur Anne de Graville il faut signaler les études suivantes : Antkowiak Kyrstyna, « Portrait de François Ier d’après Marguerite de Navarre et Anne de Graville » (Kupisz K. et al. (éd.), Le portrait littéraire, Lyon, PU de Lyon, 1988, p. 77-84) ; Bouchard Mawy, « Anne de Graville (1492-1544) et la tradition épique au xvie siècle », (Littératures (Montréal) : L’Écriture des femmes à la Renaissance française, n° 18, 1998, p. 31-63), « L’épopée d’Anne de Graville et l’illustration de la langue vulgaire » (thèse de maîtrise, McGill University, Montréal, 1996), « Poésie contre (-) éloquence. Destitution en règle du poète courtisan » (Le Moyen Français, n° 43, 1998, p. 99-121), « Les projets d’illustration de la langue vernaculaire et leurs héritages littéraires » (Gouanvic Jean-Marc (éd.), Parcours de traduction/Pathways of Translation, Montréal, Université de Concordia, 1996, coll. « Traduction, Terminologie, Rédaction. Études sur le texte et ses transformations », n° 9.2, p. 47-74), ainsi que « Le roman ‘épique’ : l’exemple d’Anne de Graville » (Études françaises, n° 32.1, 1996, p. 99-107) ; Lamarque Henri, « Autour d’Anne de Graville ; le débat de la ‘Dame sans sy’ et l’épitaphe de la poétesse » (Mélanges sur la littérature de la Renaissance à la mémoire de V.-L. Saulnier, Genève, Droz, 1984, p. 603-611) ; M. le Marquis de Laqueuille, Anne de Graville, ses poésies, son exhérédation (Chartres, Imprimerie de Garnier, 1858) ; Montmorand Maxime (de), Une femme poète au xvie siècle, Anne de Graville, sa famille, sa vie, son œuvre, sa postérité (Paris, A. Picard, 1917) ; Müller Catherine M., « Le rôle intellectuel et l’écriture poétique des femmes dans les cours princières au passage du xve au xvie siècle » (Huber Christoph et Lähnemann Henrike (éd.), Courtly Literature and Clerical Culture, Selected Papers from the Tenth Triennial Congress of the International Courtly Literature Society, Universität Tübingen, 28 juillet – août 2001, Tübingen, Attempo, 2002) ; Orth Myra D., « Dedicating Women : Manuscript Culture in the French Renaissance, and the Case of Catherine d’Amboise and Anne de Graville » (Journal of Early Book Society for the Study of Manuscript and Printing History, n° 1.1, automne 1997, p. 17-47).

4 Anne fut en réalité déshéritée par son père qui n’a jamais accepté qu’elle épouse son cousin Pierre de Balsac. Mais à la mort de ses sœurs aînées, elle hérita de tous les biens que l’amiral leur avait légués, dont la somptueuse bibliothèque qui vint enrichir ses collections personnelles et fit ensuite partie de la célèbre collection de Claude d’Urfé, gendre d’Anne de Graville et grand-père d’Honoré, auteur de l’Astrée. Sur la bibliothèque léguée par la poétesse, voir Vernet André, « Les manuscrits de Claude d’Urfé (1501–1558) au Château de la Bastie » (Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1976, p. 84) ; Longeon Claude, « Catalogue des livres de la bibliothèque de la Maison d’Urfé » (Documents sur la vie intellectuelle en Forez au xvie siècle, St.-Etienne, Centre d’études Foréziennes, 1973, p. 143–156). On trouvera une liste de tous les livres possédés par Anne de Graville dans M. de Montmorand, op. cit., p. 279-281. Il n’existe dans cet inventaire aucune mention d’œuvres d’Alain Chartier.

5 Quentin Bauchart Ernest, Les Femmes bibliophiles de France (xvie, xviie, xviiie siècles), 2 vol. (Paris, D. Morgand, 1886/Genève, Slatkine Reprints, 1993), t. II, p. 380 (une liste des ouvrages d’Anne de Graville figure à la page 385).

6 La fille de Louis XII et d’Anne de Bretagne.

7 Sur le cardinal Georges d’Amboise, on consultera Balteau Jules et al. /Prévost M. et al. (éd.), Dictionnaire de biographie française (18 vol. à ce jour, Paris, Letouzey et Ané, depuis 1933), t. II, col. 491-502.

8 Sur la date de la Théséïde, voir l’édition d’Aurelio Roncaglia : Giovanni Boccaccio, Teseida delle Nozze d’Emilia (Bari, Laterza, 1941, coll. « Scrittori d’Italia », n° 185), p. 494-495.

9 Pour une analyse de sa récriture de Boccace, voir Müller Catherine M., Jeanne de la Font et Anne de Graville, translatrices de la Théséïde de Boccace au xvie siècle », Les Femmes et la traduction du Moyen Âge au xviiie siècle, Beaulieu Jean-Philippe et al. (éd.), Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, à paraître fin 2003, coll. « Regards sur la traduction ».

10 Ms. Paris, BnF, fr. 2253, f. 1.

11 Paris, BnF fr. 2253, f. 2v (les italiques sont les nôtres, ici et dans tous les extraits). « J’en garde un leal » est la devise d’Anne de Graville formée à partir de l’anagramme de son nom. La strophe 98 ne figure pas dans le manuscrit d’Anne de Graville ; elle est recopiée ci-dessous d’après l’édition Arthur Piaget (Genève, Droz, 1949, p. 33) de La Belle Dame sans mercy d’Alain Chartier.

12 Par exemple f. 30v, récriture du rondeau 82.

13 F. 34, v. 10-11, récriture du huitain 89.

14 F. 34, v. 2.

15 Pour une étude approfondie du rapport entre poésie de cour et pouvoir, on se référera au bel ouvrage de Blanchard Joël et Mühlethaler Jean-Claude, Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes (Paris, Presses Universitaires de France, 2002, coll. « Perspectives littéraires »), et notamment à la p. 141 en ce qui concerne la gloire partagée des poètes et des mécènes.

16 Voir, à la note 3, l’article cité de Lamarque. Si l’on se souvient que l’expression « dame sans si » ou « belle sans si » était employée dès le xve siècle surtout pour la Vierge, puis au début de la Renaissance par les Évangéliques (Marguerite de Navarre, Jean Marot, etc.) et les partisans de la Réforme pour désigner l’Église du Christ sur terre, on mesure la force de cet hommage à la poétesse Anne de Graville. Pour un commentaire sur l’emploi de ce syntagme chez Marot en particulier et dans le contexte religieux en général, voir Defaux Gérard et Mantovani Thierry (éd.), Les Deux Recueils (Genève, Droz, 1999, coll. « Textes littéraires français »), note 11, p. 474.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540