Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Enjeux identitaires

S’écrire en lectrice. Les métamorphoses de Christine de Pizan dans Le Chemin de longue étude

Fabienne Pomel

Texte intégral

1En se représentant comme lectrice au seuil du récit, Christine de Pizan met en place la figure centrale de son texte, qui peut se lire comme l’histoire de ses propres mutations de lectrice. Le Livre du Chemin de longue étude, comme Le Livre de Mutation de Fortune, écrit dans la même période (1402-1403), est un récit de métamorphose, moins spectaculaire peut-être que la transformation en homme, mais dont l’enjeu est le même : la mutation en écrivain(e). La pratique de la lecture revêt en effet une dimension initiatique pour Christine dans le processus d’« auctorisation », c’est-à-dire dans sa conquête d’une identité comme femme-clerc écrivant.

  • 2 La Couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au xive siècle, Hatier, 1993, p. 77. L’aut (...)
  • 3 Ce genre d’approche est illustrée par exemple par Didier Lechat dans « L’utilisation par Christine (...)
  • 4 « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age : pratiques de lecture, théorie de l’écriture », Mode (...)

2Bon nombre de chercheurs ont déjà attiré l’attention sur l’importance des scènes de lecture dans ce récit, comme Jacqueline Cerquiglini qui y voit une « fable illustrant le jeu intertextuel 2 ». Notre propos ne sera pas de repérer les lectures de Christine, ou la réécriture qu’elle en fait 3, ni la fonction de l’intertexualité, mais d’étudier l’auto-représentation et la métaphorisation de soi en lectrice. Les travaux de J. Cerquiglini 4 ont déjà apporté beaucoup en ce domaine, et il s’agira d’approfondir la démarche dans la logique interne du texte allégorique. La figure de la lectrice en pèlerin n’a en effet pas beaucoup attiré l’attention des critiques jusqu’à présent, alors qu’elle informe la logique allégorique du récit, qui se donne comme transposition profane des voies de l’au-delà, mais aussi plus généralement du modèle apocalyptique et prophétique. C’est ce double modèle qui permet à Christine de tracer son parcours, de la lectrice pérégrine à la lectrice élue et couronnée, chargée d’une mission d’écriture ici-bas. On se demandera chemin faisant si sa métaphorisation de la lecture est spécifiquement féminine et comment Christine investit et infléchit le rôle masculin du lecteur, notamment à travers la figure en trompe-l’œil de l’amateur(e) éclairée.

* * *

La mutation salvatrice en lectrice : la figure du pèlerin

La lectrice comme recluse désespérée en quête de divertissement

3Christine commence par se représenter comme lectrice fuyant un quotidien désespérant dans le divertissement (pascalien ?) des livres. Il ne s’agit alors que de s’extraire du monde en passant le temps :

« Si huchay de la lumiere
Pour le dueil qui ennuy m’iere
Veoir s’en fusse delivre
En musant sus quelque livre
Ou pour passer le temps au mains. » (v. 197-20)

  • 5 V. 195.
  • 6 V. 196. Christine précise plus loin que « ja estoit mi nuit passee » (v. 305) lorsqu’elle va se cou (...)

4Christine, comme lectrice, est en quête d’une échappatoire face à un état de dysphorie à la fois personnel et collectif : plongée dans le deuil de son mari, elle est aussi désespérée par le chaos politique et social. L’espace de la lecture se construit donc comme espace de retrait et de réclusion comparable à un tombeau, comme le soulignent le participe passé « enserree 5 », l’insistance sur la solitude et l’espace clos de l’« estude petite » ou la « nuit serree 6 ». Cet espace-temps d’une lecture à fonction de divertissement et d’antidote au désespoir revêt pourtant une fonction initiatique : la mort au monde va permettre la mutation de la lectrice dilettante en lectrice péré et la lecture va s’avérer être une voie de salut et de renaissance pour Christine.

La lectrice pérégrine

  • 7 A propos de la lecture de Boèce : « m’osta hors d’esmay/Et de desolacion » v. 204-205 ; « si fus au (...)
  • 8 V. 650.
  • 9 V. 716.
  • 10 « Tant senti attrempé le temps » (v. 725).
  • 11 V. 932-933. « Mais cestui (chemin) plus que parchemin ouvert, ou nous sommes rentrez,/Si est reserv (...)
  • 12 « C’est le paradis des delices » (v. 5227). La sagesse est présentée comme celle « Dont le fruit to (...)
  • 13 Parmi les divers chemins, Christine en met deux en relief : « Et ceulx que tu vois si estrois / Don (...)
  • 14 Selon la logique allégorique, se constitue un réseau d’équivalences : voyage/lecture, chemins, arbr (...)

5Plus particulièrement, la lecture de La Consolation de Philosophie de Boèce, antidote au désespoir et agent d’un réconfort, prend valeur paradigmatique pour comprendre le voyage allégorique dans lequel la Sibylle va guider Christine. La thématique insistante du réconfort 7 relie la lecture de Boèce et l’expérience du ravissement dans cet « autre monde plus parfaict 8 » où la Sibylle l’emmène. Comme la lecture, le ravissement de Christine est un transfert spatio-temporel, de l’étude à une « champaigne 9 », de la nuit à une saison printanière et clémente 10. En évoquant le chemin « plus que parchemin ouvert 11 », Christine ne laisse plus de doute au lecteur : le voyage que propose la Sibylle et qu’accomplit Christine, c’est un voyage dans l’espace livresque et paradisiaque du savoir 12. Dès lors, le voyage métaphorise le processus même de la lecture et la lectrice prend figure de pèlerin. Christine transpose ainsi le modèle du voyage dans l’au-delà dans un registre profane et un enjeu cognitif et littéraire à la fois. La lectrice, voyageuse d’un autre monde, fait son propre salut en parcourant des épreuves dont l’enjeu n’est plus moral ou sotériologique, mais clérical, et où sa faculté de savoir — savoir lire et savoir écrire — est mise à l’épreuve. Le processus d’apprentissage d’un savoir par la lecture apparaît comme une autre voie étroite 13 et la topique paradisiaque est ainsi revisitée systématiquement 14, notamment pour servir à la métaphorisation de la lecture.

La voyageuse au paradis des livres

  • 15 L’espace « par ordre est bien acesmé » (v. 650) et les choses sont « par ordre assises » (v. 880).
  • 16 V. 775.
  • 17 V. 776-777. De la même manière au début de la 2e partie du Livre de l’Advision Cristine, éd. C. Ren (...)

6Le transfert dans l’ailleurs des livres est décrit comme passage de l’état dysphorique initial à un état d’euphorie lié à la fois à l’ordonnancement 15 qui remplace le chaos de l’ici-bas, et à la sensualité. La lectrice se représente donc comme voyageuse dans un jardin à la fois paradis et bibliothèque où les arbres « assis de tous rencs 16 » et les fleurs diverses « dur semees 17 » métaphorisent les livres. La lecture est donc avant tout une expérience esthétique et sensuelle, mobilisant les sens de la vue, de l’ouïe et du goût :

« La veïssiez sentiers couvers
De haulx arbres feuillus et vers
Qui chargiez sont de fleurs et de fruit,
Ou oysillons mainent (…) bruit (…) » (v. 757-759)

  • 18 L’image de la cueillette est fréquente pour métaphoriser la lecture. Ainsi, dans Le Livre de l’Advi (...)

7La métaphore alimentaire du goût se développe surtout autour de l’image du livre ou du savoir-fruit et de la lecture-cueillette 18 :

  • 19 On retrouve plusieurs fois ce champ lexical : « Et des arbres chargez de fruis/Ou si doulx et plais (...)

« Le goust du fruit gracieux
Est ancore plus precieux
Qu’il n’est bel, qui a point le queult
Et a qui repaistre s’en veult.
Et la s’en peut rassadïer
Tout cuer humain sans mendïer 19 » (v. 769-774)

8Christine, continuant son procédé d’adaptation du topos paradisiaque à la lecture, exploite aussi le motif chrétien de la fontaine, mais contaminé par la fontaine antique des Muses : se désaltérer à la fontaine de sapience en offre une déclinaison, dont le bain est une autre variante :

« (…) a seaulx
Puiseras dedens les ruisseaulx.
Si t’i baigneras a ton ayse (…) » (v. 1085-87)

  • 20 « En veillant avoie lëu,/Consideré et bien veü/Le biau roumans de la Rose », Guillaume de Digullevi (...)
  • 21 V. 175.
  • 22 Par exemple aux pages 196, 134, 160 ou 202.
  • 23 « Et du veoir fus si amorse » (v. 1798) ou « Mais tout avec le grant delit/Qui au veoir tant m’abel (...)
  • 24 V. 1213, 1243, 1257, 1305.
  • 25 T. Paget, dans « Christine de Pizan and Sir John Maundeville », Romania 21, 1892, p. 228-239, remar (...)
  • 26 V. 6365.
  • 27 « Si cerchay. i livre ou. ii. » (v. 177).
  • 28 « Vaille moy lonc estude/Qui m’a fait cerchier tes volumes/Par qui ensemble accointance eumes. » (v (...)
  • 29 « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age », article cité, p. 681. L’auteur y fournit un grand (...)

9C’est enfin le mouvement de déplacement dans cet espace paradisiaque, le voyage, qui métaphorise lui aussi la lecture. La lectrice-voyageuse se décrit donc dans un procès dynamique qui mobilise essentiellement la vue. « Voir » peut d’ailleurs signifier « lire », en moyen français 20 et Christine de Pizan, dans la mise en scène initiale de la lecture emploie d’ailleurs le verbe « regarder 21 ». Leur emploi dans le texte devient donc presque interchangeable, dans les litanies anaphoriques de « vi » ou « la vi 22 » et dans l’insistance sur l’appétit de voir/lire 23. Les verbes « aviser » (1413), « mirer » et « remirer » (214-214), « contempler » (1021), « considerer » et « regar » (2057) ou « muser » (2070) sont susceptibles du même double sens. Quant au verbe « viseter », il opère le lien entre les champs sémantiques de la vue, du voyage et de la lecture : qu’il s’agisse de Sainte-Sophie, de Jérusalem ou du lieu où on honore sainte Catherine 24, Christine s’apparente au voyageur en chambre qu’est Jean de Mandeville, dont on a d’ailleurs observé l’influence dans son texte 25. Mais là où Jean de Mandeville use de ses lectures pour donner l’illusion d’un voyage accompli, Christine présente à travers le voyage une allégorie de la lecture. Le parcours qu’elle décrit vers l’Orient puis dans les sphères célestes, s’apparente à un programme de lectures dans les domaines géographique, religieux, cosmographique et astrologique, tandis que le débat entre les quatre reines (Noblesse, Chevalerie, Richesse et Sagesse), arbitré par Raison, tout en se substituant à un procès de paradis, met en œuvre des lectures dans les domaines politique et éthique. Il est significatif que le même verbe « viseter 26 » soit employé lorsque Christine soumet ses notes de voyage à Raison pour à la fois les lire et les approuver. Le verbe « cerchier » enfin, employé au début 27 et dans la citation de Dante qui s’adresse à Virgile 28, insiste sur la dynamique de la quête qui sous-tend la lecture. « chercher (…) illustre un mouvement qui est à la fois celui de la quête du livre et celui de la lecture », souligne J. Cerquiglini 29.

10Une fois repérée cette constellation d’images sensuelles et dynamiques, fédérées autour du voyage paradisiaque et qui dessine un auto-portrait de la lectrice en pèlerin, j’aimerais souligner la manière dont Christine investit le rôle du lecteur alors presque exclusivement masculin.

L’auto-portrait en amateur(e) éclairé(e)
L’investissement féminin du rôle masculin du lecteur

11La figure positive du pèlerin se double d’une autre figure plus ambiguë, celle de l’amateur(e) éclairée, qui permet à Christine de s’aventurer dans un rôle masculin tout en le mettant à distance.

Entre l’aventurière modeste et l’escoliere avide et déterminée

  • 30 Le topos du seuil interdit, habituel dans les voyages dans l’au-delà s’en trouve revivifié. Voir v. (...)

12Christine dans Le Chemin de longue étude se montre soucieuse d’investir en douceur le rôle masculin du lecteur. A travers le topos d’humilité, dont le sens est réactivé par son statut de femme, elle se dépeint en effet comme une lectrice tardive, aux compétences limitées 30.

« Et ainsi que je contemploye
Yceulx chemins ou j’employoye
Toute mon entente a apprendre,
Mais trop pou povoye comprendre
Leur grandeur pour tout mon estude
Pour mon entendement trop rude. » (v. 2021-2026)

  • 31 Dans l’Advision, Christine évoque une conversation à ce sujet : « Si comme une fois respondis a ung (...)

13Les tournures concessives utilisées par la Sibylle pour signifier son accès à la fontaine de Sapience désamorcent de même l’accusation virtuelle de présomption, tout en mentionnant une réprobation sociale 31 :

« Mais s’estre de si haulte escole
Ne peus, tout au mains a seaulx
Puiseras dedens les ruisseaulx ;
Si t’i baigneras a ton ayse,
A qui qu’il plaise ou a qui poyse. » (v. 1084-88)

  • 32 V. 1735.
  • 33 V. 1740-41.

14Christine fait part à son guide de sa crainte de partager la « presumpcion » d’Icare 32, sanctionnée comme on sait par une chute mortelle, mais la Sibylle, tout en observant que « Feminin sexe par droiture/Craint et toudis est paoureux 33 », écarte cette inquiétude et cautionne le désir de savoir qui anime Christine :

« Si n’ayes pas doubte que tu chees.
Ne presomcion ne te meine
A ceste region haultaine,
Ainçois grant desir de veoir
Choses belles te fait avoir
La voulenté de hault monter. » (v. 1748-1753)

  • 34 V. 701. Elle prend un voile pour se protéger du vent.

15Christine tente donc de désamorcer les critiques sociales potentielles sur son engagement en tant que femme sur le chemin de longue étude, tout en soulignant le caractère inédit de cet investissement féminin du rôle. La mention de sa tenue de voyage prend ainsi valeur symbolique : Christine adopte « un atour simple 34 », et adapte la tenue féminine au projet :

« Et ma robe tout a esture
Je secourçai d’une çainture,
Affin qu’el ne me nuisist pas
A marcher de plus leger pas.
Si n’oz je aller a pié appris,
Mais le chemin que j’oz empris
Me plaisoit, et ce qui n’anuye
N’est grief ne par vent ne par pluye. » (v. 706-712)

  • 35 V. 1798. L’image du feu apparaît aussi : « (…) Et toute ardoie de desir/De comprendre » (v. 1984-85 (...)
  • 36 J. Cerquiglini, dans « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age », article cité, commente de la (...)

16L’inadéquation a priori du féminin et du parcours d’études livresques est surmonté par l’adaptation du profil féminin, au mépris des obstacles à nouveau évoqués dans les aléas météorologiques. La posture de l’aventurière modeste se trouve ainsi couplée avec celle de l’escoliere avide et déterminée, qui affiche son appétit de savoir, à travers la lecture. Christine se dit « du veoir (…) amorse 35 », c’est-à-dire littéralement mordue. Ce verbe « amordre » qui signifie aussi s’achar à, s’attacher ou s’habituer à quelque chose, traduit bien son obstination en même temps que le caractère vital 36 du projet. Ce désir de voir/lire se traduit aussi par la prééminence des yeux, dans lesquels se concentre toute l’attention :

« Mais tant os desir de savoir
Et congnoistre et apercevoir
Toutes les choses de cel estre,
Que bien voulsisse, s’il peut estre,
Que tous mes membres fussent yeulx
Devenus, pour regarder mieulx
Les beles choses et veoir (…) » (v. 1809-1815)

17Christine affiche donc, au mépris des habitudes sociales, la toute puissance de son désir de savoir, moteur de son cheminement de lectrice.

L’amateur(e) : la promeneuse et le gourmet, ou la lecture en liberté

  • 37 J. Cerquiglini signale l’usage du même verbe, coordonné à « viseter » et « lire », dans La Cité des (...)
  • 38 Christine évoque ce même mode de lecture à propos de Matheole au début de La Cité des Dames : « je (...)

18Dans Le Chemin de longue étude, Christine de Pizan ne revendique pas le statut professionnel de clerc-lisant, lui préférant celui de l’amateur(e) éclairé(e) pour se situer sur le terrain exclusif du plaisir plutôt que sur celui du travail à travers la posture de la promeneuse ou du gourmet, qui mettent en avant un parcours de lecture en liberté. Ainsi, le verbe « courir 37 » dans la bouche de la Sibylle évoque un mode de lecture fragmentaire, « à sauts et à gambades 38 », pour le plaisir :

« Car ton delit est de courir
Par ces beaulx lieux ; il te souffit
Que ton sens en ait le prouffit. » (v. 974-976)

19Il semble bien que « sens » soit ici à comprendre comme l’organe des sens et que l’insistance sur le plaisir vise à établir une distinction entre parcourir le champ du savoir et le posséder, différence que Christine formule plus nettement dans L’Advision Cristine :

  • 39 Le Livre de l’Advision Cristine, op. cit., III, I, p. 91.

« Et les passaiges et destrois des dits degrez fussent penibles et difficiles a ceulz qui acquerir et posseder les voloient, a moy qui transitoirement estoie errant par yceulx assez legiere fu la voie. 39 »

  • 40 J. Cerquiglini dans « Le goût de l’étude : savoir et saveur chez Christine de Pizan », article cité (...)

20De la même manière, la Sibylle présente Christine en gourmet, picorant et grignotant ça et là, selon un régime de lectures allégées 40 qui visent moins à sustenter qu’à procurer du plaisir :

« Car ilz (les passans) se pevent aysïer
Du fruict et eulx recrasïer.
Aucuns en goustent par delit,
Pour le goust qui leur abelist,
Autres du tout s’en engraississent
Et eulx et leurs gens nourrissent (…)
Mais toy trop pou as de malice
Pour t’en engraissier ne nourrir,
Car ton delit est de courir
Par ces beaulx lieux. » (v. 965-975)

  • 41 J’ai eu l’occasion de traiter cet aspect sous un autre angle dans « La Sibylle, guide et double de (...)

21Si Christine de Pizan, dans cet autoportrait en lectrice amateur(e), témoigne de l’émergence d’un nouveau profil de lecteur à son époque, à côté des professionnels de la lecture que sont les clercs, elle joue aussi un double jeu qui vise à faire illusion, car on va le voir, c’est pourtant bien son investiture 41 comme femme-écrivain professionnelle qui se joue sur ce chemin de longue étude. Mais il reste auparavant à se demander si Christine dans cet autoportrait qu’on vient de tracer, développe une métaphorisation spécifiquement féminine de la lecture et de la figure du lecteur.

Une métaphorisation proprement féminine de la lecture ?

  • 42 Voir « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age ».
  • 43 Rimes des v. 21723-24, éd. D. Poirion, G-F, 1974.
  • 44 « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age », p. 694. Elle en fournit divers exemples, qui jouen (...)

22La figure du voyageur et les métaphores spatiales, géographiques ou alimentaires ne sont pas une exclusivité. J. Cerquiglini les a relevées chez bon nombre d’auteurs masculins 42. Il est cependant notable qu’elle ne peut investir la métaphore sexuelle mâle, qu’on rencontre par exemple chez Jean de Meun autour des verbes « cerchier » et « reverchier » à la fin du Roman de la Rose43, et qui assimile le livre au sexe féminin et fait que « l’acte sexuel trouve un analogue dans l’acte de lecture », comme l’observe bien J. Cerquiglini 44. Christine de Pizan ne développe donc pas une métaphorisation proprement féminine de la figure du lecteur, mais s’approprie les métaphores existantes qui lui conviennent en les infléchissant dans le souci d’établir socialement la légitimité de la lectrice dans un rapport au savoir et de traduire son expérience personnelle de lectrice.

La lectrice couronnée ou la mutation en écrivain(e)

23Au-delà du topos obligé d’humilité et de l’autoreprésentation en lectrice amateur(e), c’est pourtant bien en élue que Christine se dépeint, avant de décrire sa mutation en écrivain(e) au terme de son parcours initiatique de lecture. La lectrice subtile et couronnée, intégrée à une communauté de clergie féminisée, devient alors secrétaire, nouvel avatar clérical du prophète.

Sapience ou la lectrice archétypale

  • 45 Avec Charles V, c’est une autre figure du lecteur, double de Christine. Je remercie ici C. Dulac po (...)

24Il est remarquable que Sagesse, présentée dans le débat comme la condition essentielle de couronnement du roi 45, soit aussi figurée précisément en train de lire lorsqu’elle apparaît dans le récit :

« Celle dame avoit devant soy.
ii. livres, dont l’un fu ouvert
Et l’autre estoit clos et couvert. » (v. 2310-12)

  • 46 On est tenté d’y voir une représentation de l’herméneutique ou de la lecture allégorique qui consis (...)

25Sans commenter ici cette disposition 46, on peut ajouter que cette dame, la première des quatre qui participeront au débat, est représentée en majesté sur un trône d’ivoire sculpté où sont figurées :

« Toutes les scïences qui traictes
Des livres sont, si proprement,
Que la peussiés vous droitement
Apprendre, estudïer et lire
Telle scïence comme eslire
Vous pleut ; ce vous fait assavoir
Tout quanque vouldriés savoir. » (v. 2780-86)

  • 47 Christine prend soin de préciser que Noblesse « n’est clergece / Pour les livres lire et entendre » (...)

26Sagesse apparaît donc comme une lectrice couronnée qui incarne la maîtrise parfaite de la totalité des savoirs livresques 47. Ce portrait fait pendant à celui de Christine lectrice de Boèce au seuil du récit, comme une figure de double idéale. Christine insiste de plus sur l’idée que la sagesse est l’agent d’une mutation :

« C’est celle qui peut le mortel
Faire müer en inmortel
L’humaine et transitoire vie
En gloire parfaicte, assouvie. » (v. 5235-37)

27La lectrice idéale qu’est Sagesse figure donc la consécration que vise Christine au terme de son cheminement. C’est d’ailleurs en élue que se représente Christine dans Le Chemin de longue étude, dès l’apparition de la Sibylle à son chevet.

L’élue : la lectrice subtile, membre d’une clergie féminisée

28De même que le pèlerin sur la voie de paradis doit faire preuve de vertu pour être couronné, la lectrice doit faire preuve de subtilité si elle veut parvenir au bout du chemin de longue étude. Cette condition est formulée dès l’identification du chemin :

« Sachez qu’il a nom “Lonc estude”,
Ou il n’entre personne rude,
N’il n’y passe nulx vilains, (…)
Pour les gentilz est reservé
Et pour les soubtils fu trouvé. » (v. 1103-06)

  • 48 C. Heck, « De la mystique à la raison : la spéculation et le chemin du ciel dans Le Livre du Chemin (...)
  • 49 V. 1663-65. L’adjectif soubtil, souvent substantivé, est récurrent : « Ces chemins, et ces beaulx p (...)
  • 50 V. 1587.
  • 51 V. 863.
  • 52 V. 1091 et v. 984-985. Voir Shigemi Sasaki, « Le poète et Pallas dans le Chemin de longue étude », (...)
  • 53 V. 995.
  • 54 Voir « La Sibylle, guide et double de Christine dans l’autre monde des lettres » où je montre comme (...)

29L’échelle nommé Spéculation, autre topos revisité du voyage dans l’au-delà 48, permet à la Sibylle de préciser qu’il en existe de diverses espèces, données aux « gens soubtilz (…) qui veulent hault ataindre 49 », selon leurs facultés. La subtilité est donc la qualité essentielle du lecteur, dont Christine fait la preuve qu’elle la possède en accédant au firmament. La Sibylle la présentera d’ailleurs au terme du voyage à Raison comme « fille (…) de nostre escole soubtille 50 ». Christine se voit donc reconnue comme lectrice subtile, à l’image de son guide, la Sibylle, dame « lettree 51 » dont les facultés prophétiques, illustrées par l’annonce de la naissance du Christ, renvoient à un savoir herméneutique par excellence. Ce faisant, Christine s’intègre à une communauté féminine de clergie, composée de la Sibylle, mais aussi de la figure allégorique de Sagesse ou encore des Muses, dont la fontaine est rebaptisée « de clergie » ou « de sapience 52 ». Avec les neuf muses ou les dix Sibylles, c’est toujours d’une communauté féminine dont il s’agit, comme le montre la récurrence du verbe « asembler » ou le terme d’« escole sainte 53 » à propos de la fontaine. Ces figures fournissent un modèle d’identifi à Christine dans son cheminement de clergie. Mais cette communauté n’est évidemment pas exclusivement féminine : on rencontre à la fontaine Homère, Ovide ou le père de Christine, Thomas de Pizan, et plus particulièrement dans le jeu d’intertextualité 54 Virgile et Dante, comme le montre le mot « accointance » qu’emploie Dante pour s’adresser à son maître dans la formule qui fournit le titre du livre :

« (…) Vaille moy lonc estude
Qui m’a fait cerchier tes volumes
Par qui ensemble accointance eumes. » (v. 1136-38)

30Christine se rêve donc dans ce récit en lectrice subtile et couronnée, intégrée dans cette communauté du savoir réhaussée de femmes, qui est aussi une communauté d’écrivains. La dernière mutation de la lectrice s’accomplit au terme du voyage, lorsque Christine se voit investie par Raison de la mission de retranscrire le débat qu’elle vient d’entendre entre les personnages allégoriques pour le faire connaître aux puissants et le soumettre à l’arbitrage du roi de France.

La lectrice en secrétaire, avatar clérical du prophète

  • 55 Dans l’Advision Cristine, Christine raconte son parcours de la lecture à l’écriture en termes plus (...)

31C’est la figure de la secrétaire qui opère donc la mutation de la lectrice en écrivain 55 : lorsque Raison cherche un messager, Christine sort de son sein ses notes de voyage :

« (…) j’avoie
Tout escript quanque en celle voye
J’avoie veu, sceu et trouvé. (…)
Si n’oz pas oublié a mettre
En escript du tout a la letre
Cellui plait (…).
(…) de mon sain tray hors
Les escrips du debat de lors. » (v. 6353-6364)

32Cette fonction de secrétaire, qui fait du récit une retranscription, dans une caution en trompe-l’œil, est rappelée par exemple lors de la description des trônes :

« Or vous vueil leur façons compter
Ainsi com je le sos notter. » (v. 2265-66)

  • 56 « Adont fu la requeste leu/Par une dame moult esleue ; Si la pot chacun ouÿr » (v. 2825-28). « E la (...)
  • 57 Voir Didier Lechat, article cité.
  • 58 Les pages 397, 404 à 408 comportent des litanies d’exemples. Sagesse souligne qu’elle procède de mé (...)

33Les lectrices à haute voix que sollicite Raison, « une dame moult esleue » et Eloquence 56, toutes deux chargées de lire des requêtes pour un auditoire, s’inscrivent dans la même logique de médiation et de transmission, qui est aussi à certains égards exemplifiée par le long discours de Sagesse. On a déjà souligné comment il se présente comme une marquetterie de citations 57. Or ce discours exemplifie à la fois le mode de lecture par feuilletage de passages, et le mode d’écriture par montage de citations de mémoire 58.

  • 59 Christine propose une représentation de l’écriture qui allie, comme l’a remarqué J. Cerquiglini, tr (...)
  • 60 Les voies de l’au-delà et les voies de paradis (Voir F. Pomel, Les voies de l’au-delà et l’essor de (...)
  • 61 V. 671. L’Advision Cristine reprend cette image avec le mot « antigraphe » (scribe) : Christine reç (...)
  • 62 A moins que ne s’y lise en creux l’image du fruit défendu croqué par Eve, dont le fruit de salut, l (...)
  • 63 « Les scènes de lecture qui hantent l’œuvre de Christine tout comme les scènes d’incarnation qui s’ (...)
  • 64 Voir J. C. Mühlethaler, « Le poète et le prophète : littérature et politique au xve siècle », Le Mo (...)

34La fonction de secrétaire, qui pourrait sembler subalterne, se double simultanément de celle du prophète, qui vient la transformer en sacerdoce laïc 59 : Christine, comme les prophètes judéo-chrétiens, a été autorisée par la lecture à accéder à des vérités qu’elle est chargée de rapporter aux hommes. A travers le modèle religieux 60 du voyage, le cheminement est donné comme une élection et la mission d’écriture comme investiture par Raison (et non plus significativement par le dieu Amour comme pour Jean de Meun dans le Roman de la Rose). Comme les Sibylles, « Du secret de Dieu secretaires 61 », Christine se représente en dépositaire et médiatrice d’une connaissance divine, acquise dans la lecture, et que son travail d’écrivain permet de transmettre, autrement dit, en avatar laïcisé du prophète. La métaphorisation alimentaire du livre-fruit du paradis dégusté avec délices apparaît rétrospectivement comme une déclinaison de l’image biblique du livre mangé par Ezechiel ou Jean, dans un registre moins amer, certes 62. Il s’agit bien en tout cas de s’approprier un savoir pour le transmettre. Cette figure ultime de la lectrice métamorphosée en secrétaire-prophète permet de compléter l’analogie proposée par J. Cerquiglini entre lecture, écriture, annonciation et incarnation, telle qu’elle apparaît surtout dans La Cité des Dames63, par le lien entre lecture, écriture et prophétie 64. Qu’elle se pense en Vierge ou en prophète, Christine se voit en médiatrice dans un procès sotériologique. Les deux modèles présentent la lecture comme révélation et mobilisent des images de clôture, matrice et giron de la Vierge ou secret du secrétaire, qui entrent en dialectique avec les images d’engendrement ou de transmission. De l’un à l’autre modèle, s’accentue la féminisation : si la Sibylle incarne la femme, il s’agit encore de féminiser un modèle masculin. Avec la Vierge et l’engendrement, le modèle se fera spécifiquement féminin.

* * *

  • 65 Dans « Authorship and audience en the prologues to Christine de Pisan’s commissioned poetry », Au c (...)

35A travers l’auto-portrait de soi en lectrice, s’écrit le récit initiatique d’une mutation. Christine s’appuie sur les modèles religieux des voies de l’au-delà qu’elle transpose pour les besoins de sa cause. L’expérience de la lecture apparaît comme une voie de salut personnel, lui permettant d’abord d’échapper au désespoir, puis d’opérer une conversion, sociale et professionnelle. En effet l’expérience de la lectrice-pérégrine est sacralisante parce qu’elle met en jeu un rapport au savoir ; elle la consacre comme membre d’une clergie, au rebours des habitudes sociales et culturelles de l’époque. Christine transforme donc son handicap de femme en élection, tout en cautionnant sa mutation en écrivain par le modèle prophétique qui l’investit d’un rôle dans le salut moral et politique du monde. La représentation de la lectrice traduit donc dans Le Chemin de longue étude l’oscillation entre le désir de minorer la dimension subversive de son cheminement, avec la figure de l’amateur(e) éclairée, et la revendication d’une reconnaissance sociale, avec la lectrice couronnée et élue se muant en écrivain. Placée sous le signe du plaisir, la lectrice apparaît ainsi comme une figure médiatrice, pivot. L’imbrication de la lectrice et de l’écrivain trouve d’ailleurs sa traduction dans l’iconographie où, comme le note Debhorah McGrady 65, les deux figures sont plus ou moins interchangeables, bien que l’on observe un remplacement progressif et significatif dans les manuscrits du portrait de la femme lisant par celui de la femme écrivant.

  • 66 C’est l’expression de J. Cerquiglini dans « Fondements et fondations de l’écrivain chez Christine d (...)

36 Le Chemin de longue étude mine donc déjà la métamorphose en homme décrite dans La Mutation de Fortune et annonce avec la Sibylle-prophétesse, à la fois lectrice et écrivain, ou Sagesse, lectrice idéale, la volonté illustrée par La Cité des Dames de « se faire femme superlativement66 ». Mais Christine reste encore dans ce texte prisonnière d’un complexe de « genre » dont elle se débarrassera dans La Cité des Dames, où la lectrice-écrivain n’hésitera pas à se représenter comme autre Vierge Marie.

Notes

2 La Couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au xive siècle, Hatier, 1993, p. 77. L’auteur évoque la scène de lecture comme « embrayeur narratif », p. 77 et constate : « Christine place à l’origine de ses œuvres une scène de lecture. Elle se représente — et c’est la pose que retiennent également les enlumineurs dans leur scène d’incipit — feuilletant un livre. », p. 76.

3 Ce genre d’approche est illustrée par exemple par Didier Lechat dans « L’utilisation par Christine de Pizan de la traduction de Valère Maxime par Simon de Hesdin et Nicolas de Gonesse dans Le Chemin de longue étude », dans Au Champ des escriptures, xive colloque international sur Christine de Pizan, Lausanne, 18-22 juillet 1998, éd par E. Hicks, Paris, Champion, 2000, p. 175-196, ou par G. M. Cropp dans « Boèce et Christine de Pizan », Le Moyen Age, 87, 1981, p. 387-417. Voir aussi Charity-Cannon Willard, « Une source oubliée du voyage imaginaire de Christine de Pizan », dans Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble. Hommage à J. Dufournet, études recueillies par J. C. Aubailly, E. Baumgartner, F. Dubost, L. Dulac et M. Faure, Paris, Champion, 1993, t. I, p. 322-326.

4 « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age : pratiques de lecture, théorie de l’écriture », Modern Langage Notes, 108, 1993, p. 680-695. « Fondements et Fondations de l’écrivain chez Christine de Pizan. Scènes de lectures et scènes d’incarnation », The City of scholars. New approaches to Christine de Pizan, éd. M. Zimmermann et D. de Rentiis, Berlin/New York, De Gruyter, 1994, 79-96. « Le goût de l’étude : savoir et saveur chez Christine de Pizan » dans Au Champ des escriptures, recueil cité, p. 597-608.

5 V. 195.

6 V. 196. Christine précise plus loin que « ja estoit mi nuit passee » (v. 305) lorsqu’elle va se coucher après avoir lu. La fin du texte et du voyage onirique coïncide avec le réveil par sa mère, au matin.

7 A propos de la lecture de Boèce : « m’osta hors d’esmay/Et de desolacion » v. 204-205 ; « si fus auques hors de l’esmay/Que j’avoie » (v. 295-296) ; « conforte » (v. 290) ; « reconfort » (v. 301).

8 V. 650.

9 V. 716.

10 « Tant senti attrempé le temps » (v. 725).

11 V. 932-933. « Mais cestui (chemin) plus que parchemin ouvert, ou nous sommes rentrez,/Si est reservé aux lettrez (…).

12 « C’est le paradis des delices » (v. 5227). La sagesse est présentée comme celle « Dont le fruit tous maulx assouage » (v. 5222). Christine s’amuse d’ailleurs à souligner le caractère aisé des déplacements et leur atemporalité. Cette interprétation que je propose du voyage comme allégorie de la lecture par la réécriture du modèle des voies de paradis est, à ma connaissance, nouvelle. S. Gompertz dans « Le voyage allégorique chez Christine de Pizan », dans Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévale, Senefiance 2, 1976, p. 195-208 tout en observant la dimention initiatique, ne l’envisage pas. Les articles suivants non plus : C. Brucker, « Le monde, la foi et le savoir dans quelques œuvres de Chritine de Pizan » ou B. Ribémont, « Christine de Pizan : entre espace scientifique et espace imaginé (Le Chemin de longue étude) » dans Une femme de lettres au Moyen Age, dir. L. Dulac et B. Ribémont, Orléans, Paradigme, 1995, respectivement p. 265-280 et 245-261 ; A. Slerca, « Le Livre du Chemin de longue étude (1402-1403) : Christine au pays des merveilles », dans Sur le Chemin de longue étude, Actes du colloque d’Orléans, juillet 1995, rec. par B. Ribémont, Paris, Champion, 1998, p. 135-147. E. Zago enfin, dans « Christine de Pizan : a feminist way to learning », dans Equally in God’s image, éd. J. Bolton Holloway, J. Bechtold, C. Wright, Peter Lang, 1990, p. 103-116, s’attache aux liens avec la Divine Comédie ou Jean de Mandeville sans faire le lien avec la lecture.

13 Parmi les divers chemins, Christine en met deux en relief : « Et ceulx que tu vois si estrois / Dont. ii. y a, sans plus, non trois, / Qui aient autel estresseur » (v. 893-895). Le premier, plus étroit, « la face de Dieu est voyant » (v. 904) tandis que le second, un peu plus large, « conduit jusques au firmament » : c’est le chemin de « scïence » ou de longue étude. La confrontation des deux souligne l’analogie en même temps que leur différence.

14 Selon la logique allégorique, se constitue un réseau d’équivalences : voyage/lecture, chemins, arbres et fleurs/livres, fontaine paradisiaque/fontaine de sapience et des muses. Les topiques de l’atemporalité, du seuil interdit, de l’échelle sont aussi détournées par Christine et annexées à son propos. La littérature, dans la formule de Dante qui fournit le titre, tient lieu d’« evvangille ou de croix / Au passer de divers destrois » (v. 1149-50).

15 L’espace « par ordre est bien acesmé » (v. 650) et les choses sont « par ordre assises » (v. 880).

16 V. 775.

17 V. 776-777. De la même manière au début de la 2e partie du Livre de l’Advision Cristine, éd. C. Reno et L. Dulac, Paris, Champion, Etudes christiniennes 4, 2001, p. 91-92, est décrit un parcours dans l’espace du savoir et de la lecture qu’est l’Université, avec un guide féminin, la secrétaire de Philosophie.

18 L’image de la cueillette est fréquente pour métaphoriser la lecture. Ainsi, dans Le Livre de l’Advision Cristine, op. cit., lorsque Philosophie évoque sa cueillette des propos de Boèce, comme dans la pratique du florilège : « Si comme oudit livre de Bouece je prouvay par sa bouche ; et les fleurs d’ycellui je ai cueillies et appliquees yci a ton propos pour faire d’une sorte ung gracieux chapel avec les dits des sains docteurs pour ton livre a la fin comme victorieux couronner », III, 25-30, p. 136.

19 On retrouve plusieurs fois ce champ lexical : « Et des arbres chargez de fruis/Ou si doulx et plaisant goust truis » (v. 873-874) ou (v. 965-967). J. Cerquiglini a consacré un article, déjà cité, à cette métaphore (voir note 4). Elle y observe que « les phases de la nutrition, tout d’abord, de la manducation à la digestion, lui servent à évoquer le processus de la connaissance », et peut-être aussi par conséquent de la lecture (p. 600).

20 « En veillant avoie lëu,/Consideré et bien veü/Le biau roumans de la Rose », Guillaume de Digulleville, Pèlerinage de Vie humaine, éd. J. J. Stürzinger, The Roxburghe Club, 1893, v. 9-11.

21 V. 175.

22 Par exemple aux pages 196, 134, 160 ou 202.

23 « Et du veoir fus si amorse » (v. 1798) ou « Mais tout avec le grant delit/Qui au veoir tant m’abelit » (v. 1993-94).

24 V. 1213, 1243, 1257, 1305.

25 T. Paget, dans « Christine de Pizan and Sir John Maundeville », Romania 21, 1892, p. 228-239, remarquait déjà la parenté de l’itinéraire en même temps que le jeu de Christine qui souligne l’aisance du voyage où Mandeville exploite les difficultés d’accès.

26 V. 6365.

27 « Si cerchay. i livre ou. ii. » (v. 177).

28 « Vaille moy lonc estude/Qui m’a fait cerchier tes volumes/Par qui ensemble accointance eumes. » (v. 1136-38). C’est cette formule qui fournit le titre.

29 « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age », article cité, p. 681. L’auteur y fournit un grand nombre d’exemples, chez Christine et d’autres écrivains, de l’emploi de verbes de mouvement pour dire l’acte de lecture. Dans « Fondements et Fondations de l’écrivain chez Christine de Pizan. Scènes de lectures et scènes d’incarnation », article cité, p. 88, elle écrit : « L’écriture chez Christine de Pizan commence par la lecture, par ce parcours immobile au sein d’une bibliothèque que rend le verbe cerchier ». C’est ce parcours immobile que décrit le voyage allégorique, à travers le songe et le ravissement.

30 Le topos du seuil interdit, habituel dans les voyages dans l’au-delà s’en trouve revivifié. Voir v. 1546-57 ou 2035-38.

31 Dans l’Advision, Christine évoque une conversation à ce sujet : « Si comme une fois respondis a ung homme qui resprouvoit mon desir de savoir, disant qu’il n’appertenoit point a femme avoir science, comme il en soit pou, lui dis que moins appartenoit a homme avoir ignorance, comme il en soit beaucoup. », op. cit., p. 109 (3e p, IX, 38-42).

32 V. 1735.

33 V. 1740-41.

34 V. 701. Elle prend un voile pour se protéger du vent.

35 V. 1798. L’image du feu apparaît aussi : « (…) Et toute ardoie de desir/De comprendre » (v. 1984-85).

36 J. Cerquiglini, dans « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age », article cité, commente de la même manière le verbe « happer » p. 685-686 : « De même que la mort a happé avidement, animal affamé, les êtres chers, (…) Christine happe en retour les ‘beaulx livres et volumes’et il passe dans ce geste la violence d’un désir. (…) Happer, c’est au sens premier ‘saisir brusquement d’un coup de mâchoire’, geste animal, premier, radical. La boulimie de lecture de Christine fait pièce à la mort. »

37 J. Cerquiglini signale l’usage du même verbe, coordonné à « viseter » et « lire », dans La Cité des Dames (Pour le texte en ancien français, voir Le Livre de la Cité des Dames of Christine de Pisan, éd. Maureen C. Curnow, Vanderbilt University, 1975, consultable sur Gallica) : « Ycelle femme couroit, c’est a dire, visitoit et lisoit », cité en note 22, p. 608 dans « Le goût de l’étude : savoir et saveur chez Christine de Pizan », article cité.

38 Christine évoque ce même mode de lecture à propos de Matheole au début de La Cité des Dames : « je le feuilletai par-ci par-là et en lus la fin », trad. E. Hicks et H. Moreau, Stock/Moyen Age, 1986, p. 36. De même dans le débat sur le Roman de la Rose, Christine dit avoir sauté des passages, comme « coq sur braise », Le Débat sur le Roman de la Rose, éd. E. Hicks, Genève,Slatkine, 1996, p. 13.

39 Le Livre de l’Advision Cristine, op. cit., III, I, p. 91.

40 J. Cerquiglini dans « Le goût de l’étude : savoir et saveur chez Christine de Pizan », article cité, oppose d’après L’Advision deux régimes alimentaires, liquide digeste, et solide, plus difficile à assimiler, et souligne la prédilection de Christine pour le lait.

41 J’ai eu l’occasion de traiter cet aspect sous un autre angle dans « La Sibylle, guide et double de Christine dans l’autre monde des lettres », dans La Sibylle : parole et représentation, Actes du colloque de sept. 2001, à paraître aux Presses Universitaires de Rennes 2.

42 Voir « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age ».

43 Rimes des v. 21723-24, éd. D. Poirion, G-F, 1974.

44 « L’imaginaire du livre à la fin du Moyen Age », p. 694. Elle en fournit divers exemples, qui jouent sur les verbes « ouvrir », « feuilleter » ou « viseter ». Dans « Le goût de l’étude : savoir et saveur chez Christine de Pizan », J. Cerquiglini insiste sur l’« érotisation du désir de savoir » chez Christine, et évoque un « transfert du désir sexuel au désir de connaissance » (p. 599).

45 Avec Charles V, c’est une autre figure du lecteur, double de Christine. Je remercie ici C. Dulac pour ses indications judicieuses.

46 On est tenté d’y voir une représentation de l’herméneutique ou de la lecture allégorique qui consiste à « desclore » un sens caché. Philippe de Mézières a usé de ce motif dans un autre contexte, en association avec Supersition, dans Le Songe du vieil pelerin.

47 Christine prend soin de préciser que Noblesse « n’est clergece / Pour les livres lire et entendre » (v. 4112-13).

48 C. Heck, « De la mystique à la raison : la spéculation et le chemin du ciel dans Le Livre du Chemin de long estude », Au Champ des escriptures, p. 709-722.

49 V. 1663-65. L’adjectif soubtil, souvent substantivé, est récurrent : « Ces chemins, et ces beaulx passages que vois (…), / Si sont reservez aux soubtilz / Selon leur divers appetis » (v. 923-926). Spéculation « de tous soubtilz est amée » (v. 1648).

50 V. 1587.

51 V. 863.

52 V. 1091 et v. 984-985. Voir Shigemi Sasaki, « Le poète et Pallas dans le Chemin de longue étude », Revue des Langues Romanes, XCII, n° 2, 1988, p. 369-377. Repris dans Emeraude et Jaspe, t. 1, Tokyo, 2002, p. 293-304.

53 V. 995.

54 Voir « La Sibylle, guide et double de Christine dans l’autre monde des lettres » où je montre comment l’intertextualité est au service de l’auto-consécration, par le jeu des doubles.

55 Dans l’Advision Cristine, Christine raconte son parcours de la lecture à l’écriture en termes plus clairement autobiographiques, op. cit., p. 109-110.

56 « Adont fu la requeste leu/Par une dame moult esleue ; Si la pot chacun ouÿr » (v. 2825-28). « E la roÿne lui commande/Quë elle lise la demande/De la grant mere terrestrë », (v. 2591-93).

57 Voir Didier Lechat, article cité.

58 Les pages 397, 404 à 408 comportent des litanies d’exemples. Sagesse souligne qu’elle procède de mémoire : « Encore en son livre recorde, se je m’en recorde (…) » (v. 4853) à propos de Boèce, qui établit d’ailleurs un lien avec la lecture initiale de Christine. Ou encore à propos d’Aristote : « Se a memoire j’ay son escript » (v. 5420).

59 Christine propose une représentation de l’écriture qui allie, comme l’a remarqué J. Cerquiglini, travail et élection. Voir « Fondements et fondations de l’écriture chez Christine de Pizan ».

60 Les voies de l’au-delà et les voies de paradis (Voir F. Pomel, Les voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Age, Paris, Champion, 2001) constituent le modèle de Christine, tandis que l’interrogation initiale sur le mal vient réactiver le modèle apocalyptique (Voir C. Kappler, Apocalypses et voyages dans l’au-delà, Ed. du Cerf, 1987). L’intertextualité avec L’Enéide (VI) et la Divine Comédie opère comme consécration de Christine à l’égal de ses modèles.

61 V. 671. L’Advision Cristine reprend cette image avec le mot « antigraphe » (scribe) : Christine reçoit de Libera « les secrez de son cuer » : « Et n’ot orreur d’enjoindre a moy femme telle honneur comme de m’instituer estre antigraphe de ses aventures », 1ere p., V, 11. Je remercie L. Dulac de m’avoir suggéré ce rapprochement avec l’Advision, où Christine se fait aussi secrétaire de Philosophie et Théologie.

62 A moins que ne s’y lise en creux l’image du fruit défendu croqué par Eve, dont le fruit de salut, le Christ, est de toute façon l’écho inversé dans la culture chrétienne ? Se lirait alors autour du livre-fruit mangé l’ambivalence de l’entreprise d’appropriation du savoir et d’investissement de la clergie, tentée par Christine, consécration en même temps que subversion voire transgression (que Christine s’efforce de conjurer).

63 « Les scènes de lecture qui hantent l’œuvre de Christine tout comme les scènes d’incarnation qui s’y rencontrent manifestent et magnifient une conception de l’écriture. Il y a pour Christine, dans tout acte littéraire événement et construction, miracle et travail. Le modèle de cet avènement à l’écriture pour la femme est celui de la Vierge lectrice, à l’instant de l’annonciation. », « Fondements et fondations de l’écriture chez Christine de Pizan », p. 95.

64 Voir J. C. Mühlethaler, « Le poète et le prophète : littérature et politique au xve siècle », Le Moyen Français, 13, 1983, p. 37-57 (à propos du Ditié de Jeanne d’Arc).

65 Dans « Authorship and audience en the prologues to Christine de Pisan’s commissioned poetry », Au champ des écritures, p. 25-40.

66 C’est l’expression de J. Cerquiglini dans « Fondements et fondations de l’écrivain chez Christine de Pizan », p. 88.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540