Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Enjeux identitaires

Le débat sur le Roman de la Rose ou la lectrice face aux lettrés

Claire Le Brun-Gouanvic

Texte intégral

  • 2 Nommé prévôt de Paris en 1401, Guillaume de Tignonville avait traduit peu de temps auparavant (vers (...)
  • 3 Voir en particulier Richards, E. J., « Christine de Pizan, the Conventions of Courtly Diction, and (...)

1L’échange épistolaire où s’affrontent, au cours des années 1401 et 1402, laudateurs et détracteurs du Roman de la Rose de Jean de Meung — Jean de Montreuil, les frères Gontier et Pierre Col d’une part, Jean Gerson et Christine de Pizan d’autre part — est passé à l’histoire comme premier débat public, écrit et officiel, des lettres françaises. L’édition critique d’Éric Hicks livre toutes les pièces conservées du dossier : épîtres de Jean de Montreuil, traités de Jean Gerson et de Pierre Col, lettres des frères Col à Christine, réponses de cette dernière, et lettre de Christine à Jean de Montreuil, qui ne daigne pas lui répondre. On sait que la poétesse a joué un rôle clé dans l’évolution de cette affaire : activité littéraire propre à l’otium humaniste, le débat devient querelle dès qu’elle le rend public, en réunissant les lettres en un volume qu’elle adresse à la reine de France Ysabeau de Bavière et au prévôt de Paris, également lettré et traducteur, Guillaume de Tignonville 2. Ses prises de position ont été diversement commentées : les analyses récentes se sont attachées à définir les véritables enjeux de la dispute ; on a notamment souligné la volonté, chez l’auteure d’origine italienne, de promouvoir un canon littéraire alternatif, où Dante surpasserait Jean de Meung 3.

  • 4 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 11.

2Nous nous proposons d’examiner l’intervention de Christine dans ce débat comme démonstration de sa compétence de lectrice, et donc de lettrée, apte à commenter un roman aux « lectres et sentences estranges et diverses 4 », selon les termes de Gontier Col. Nous examinerons les divers types de lecture qu’elle adopte alternativement au cours de ce débat épistolaire. La poétesse distingue différentes modalités d’accès au texte, entre lesquelles elle introduit implicitement une hiérarchie : lecture publique, à voix haute, opposée à la lecture silencieuse des lettrés ; lecture cursive et sélective de l’expert ; lecture synthétique, ne perdant jamais de vue l’objectif du livre ; lecture analytique quand elle « espluche », à la demande de ce dernier, le traité de Pierre Col ; lecture exégétique propre à discerner la « sentence » de la lettre ; lecture comparative où elle confronte le Roman de la Rose à d’autres œuvres. Mais auparavant nous rappellerons brièvement les enjeux et les principales phases de la querelle.

Compétence de lecture et parole pamphlétaire

  • 5 Voir Willard, C. C., op. cit., chap. 4 : « The Quarrel of the Rose », p. 73-89.
  • 6 Voir les ouvrages classiques : Coville, A., Gontier et Pierre Col et l’humanisme en France au temps (...)
  • 7 Sur cette question, voir Ouy, G., « Paris, l’un des principaux foyers de l’humanisme en Europe au d (...)
  • 8 Jean de Montreuil. Opera, vol. I : Epistulario, Ornato, E. (éd.), Torino, G. Giappichelli, 1963, Ep (...)
  • 9 Jean de Montreuil, op. cit., Epistula 119 : Ex quo nugis, p. 178-179.
  • 10 Voir la discussion d’É. Hicks dans Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et P (...)
  • 11 Ibidem., p. 115.
  • 12 Ibid., p. 89. Le terme est utilisé par Pierre Col : « tes epistres et autres telz chosettes ».

3Le débat littéraire est dans l’air du temps 5, mais l’audace de Christine sera de le publiciser. C’est un milieu assez restreint que celui des intellectuels parisiens du début du xve siècle. La chancellerie royale, qui emploie Jean de Montreuil et les frères Col 6, y occupe une place centrale, constituant un trait d’union entre les ecclésiastiques et les serviteurs de l’État. Cette structure administrative a constitué un lieu propice à la naissance d’un humanisme français 7. Montreuil y était entré à la même époque qu’Étienne du Castel, l’époux de Christine. C’est dans l’otium de sa charge de prévôt de Lille qu’il lit le Roman de la Rose, sur les conseils de Gontier Col, et rédige un petit traité en vernaculaire à la gloire de cette œuvre8. Il est clair que les érudits répugnent à ouvrir leur petit cercle à la poétesse de cour. Plusieurs fois dans sa correspondance, le prévôt de Lille insiste sur le caractère confidentiel de ces entretiens littéraires 9. À l’origine, le débat n’engage que Jean de Montreuil, le « premier humaniste français », et un prélat qui pourrait être Pierre d’Ailly 10. Christine argue d’une conversation privée avec le premier pour y entrer à son tour. En le rendant public quelques mois plus tard, elle rend officielle et elle légitime son introduction dans la société des savants. Quels qu’aient été les arguments échangés, les points marqués par l’un et l’autre parti, le principal gain aura été pour la femme laïque et non-universitaire, qui a ainsi forcé le dialogue avec les « clercs subtilz 11 ». Dès lors, la poétesse de cour, connue pour diverses « chosettes 12 » pourra entreprendre son œuvre didactique.

  • 13 Voir ibid., p. lii-liv.
  • 14 Nous l’apprenons dans une lettre inachevée de Pierre Col, conservée par un seul manuscrit : « Et n’ (...)

4Pour clarifier les remarques qui vont suivre, rappelons schématiquement la chronologie des interventions de Christine dans cette affaire 13. Au printemps 1401, à l’instigation de Gontier Col, Jean de Montreuil lit le Roman de la Rose et écrit un traité en français. Christine lui envoie une réponse au début de l’été, à laquelle il ne réagit pas personnellement 14, mais il délègue Gontier Col. Christine répond à Gontier en septembre 1401. Les pièces sont réunies en dossier par l’auteure le 1er février 1402. En mai, Jean Gerson écrit son Traité contre le Roman de la Rose. Cette fois, c’est le jeune frère de Gontier, Pierre, qui se porte au secours de Jean de Meung. Sa longue Responce aux traitiés precedens est adressée à Christine à la fin de l’été ; elle y répond en octobre. La correspondance à l’étude a donc trois destinataires successifs : Jean de Montreuil (1401), Gontier (1401), puis Pierre Col (1402).

Ouïr ou lire

  • 15 Ibid., p. 5.
  • 16 Ibid., p. 15.

5La première distinction, nous semble-t-il, qui permet à Christine d’établir sa compétence de lectrice, c’est la différence qu’elle introduit entre la lecture orale, saisie par l’oreille — qui est celle de la majorité de ses contemporains —, et la lecture silencieuse qu’elle pratique dans son étude, attitude de savante que les séquences introductives et les programmes iconographiques de ses grands traités vont bientôt fixer pour la postérité. Ainsi, dans la dédicace du livre à Ysabeau de Bavière, elle affirme que la reine « se delicte a oïr dittiéz de choses vertueuses et bien dictes 15 ». Dans le feu des échanges, elle s’inquiète sans cesse de l’influence du Roman de la Rose sur le lectorat ordinaire de son époque, c’est-à-dire celles et ceux qui en écoutent des extraits : « Et a quel utilité ne a quoy prouffite aux oyans tant oïr de laidures ? 16 ». Pour prouver que le roman qui fait l’objet du débat n’a aucune utilité — argument central de sa défense —, elle souligne le fait qu’il ne se prête pas à la lecture publique, car même les Goliards rougiraient de le faire :

  • 17 Ibid., p. 20.

« encore plus, j’ose dire que mesmes les goliars auroient horreur de le lire ou oïr en publique es places honnestes et devant personnes que ilz reputassent vertueuses. Et dont que fait a louer lecture qui n’osera estre leue ne parlee en propre forme a la table des roynes, des princesses et des vaillans preudefemmes1 17 ? »

  • 18 Ibid., p. 18.
  • 19 Ibid., p. 140.

6L’ouvrage de Jean de Meung ne peut que nuire à la paix des ménages, « rendre les maris qui tant oyent de babuises et fatras […] souspeçonneux 18 », comme elle l’écrit au prévôt de Lille au début du débat, en 1401. Dans sa réponse à Pierre Col, l’année suivante, le danger d’éveiller les soupçons des maris ou d’attiser une colère prête à s’enflammer est illustré par un exemplum frappant, émanant, dit-elle, du personnel de la chancellerie bien connu de son destinataire. Pour une malheureuse épouse, la lecture du roman est le prélude aux coups : « celluy est souverainement jaloux, et quant sa passion le tient plus aigrement il va querre son livre et list devant sa fame, et puis fiert et frappe sus 19 ». L’anecdote veut démontrer combien la lecture du Roman de la Rose peut être subie, à un point extrême, par le sexe féminin.

  • 20 Voir aussi le passage où elle invite ironiquement les pères à « baillier et querre » à leurs filles (...)
  • 21 Ibid., p. 147.

7En revenant à plusieurs reprises sur les dangers de la lecture publique du roman par le plus grand nombre 20, dans le but invoqué de protéger ses consœurs, Christine se place implicitement à part comme lectrice privée, ayant un accès privilégié au livre, qu’elle peut dominer quand les autres ne peuvent qu’en pâtir. À la fin du débat et de sa réponse à Pierre Col, alors qu’elle se défend d’accusations d’envie et tente de faire la preuve de son objectivité dans le débat, elle formulera explicitement la singularité de son point de vue sur le texte : « Il ne me fait ne froit ne chaut, ne mal ne bien ne oste ne donne ; ne il parle d’estat dont je soie, par quoy aye cause de indignacion, car je ne suis mariee ni espoir estre, ne religieuse aussy, ne chose qu’il die ne me touche 21 ».

Lecture sélective…

  • 22 Nous insistons bien sur le fait qu’il s’agit ici de stratégie de polémiste. Christine connaît très (...)
  • 23 Christine de Pizan, La Cité des Dames, Moreau, Th. et Hicks, É. (trad.), Paris, Stock/Moyen Âge, 19 (...)
  • 24 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 13.
  • 25 Ibidem, p. 21 et 26.
  • 26 Ibid., p. 120-121.

8Dès ce combat épistolaire, on voit Christine user d’une stratégie 22 qu’elle maîtrisera parfaitement dans l’incipit de la Cité des dames, la démonstration de sa compétence par la lecture sélective. De même que dans la Cité, adoptant une posture de polémiste, elle parcourt rapidement les Lamentations de Matheolus, libelle mysogyne 23, de même au cours du débat elle indique de façon répétée qu’elle sait pratiquer une lecture cursive, sélectionnant les passages dignes d’attention. Ainsi, dans sa lettre à Jean de Montreuil, elle introduit cette restriction : « Vray est que pour la matiere qui en aucuns cas n’estoit a ma plaisance m’en passoye oultre comme coc sur brese : si ne l’ay planté veu 24. » La désinvolture affichée sous-entend l’aisance à se repérer dans un texte. Dans la conclusion de ses lettres à Jean de Montreuil, puis à Pierre Col, elle montrera qu’elle a su reconnaître les bonnes choses dans cet ouvrage qu’elle réprouve globalement 25. Les éloges vont à la « grant joliveté » de la forme, qu’elle se montre capable de goûter. Cette méthode de lecture est ostensiblement appliquée au traité de Pierre Col. Dans sa réponse point par point, Christine se permet de sauter certains arguments — « je trespasse » — ce qui lui permet de mettre en valeur les points plus importants de sa riposte — « je ne veuil mie passer oultre 26 ».

… et synthétique

  • 27 Ibid., p. 12.
  • 28 Ibid., p. 10.
  • 29 Ibid., p. 16.
  • 30 Ibid., p. 135. Sur le contexte intellectuel des deux Roman de la Rose, voir Kleber, H., « La théori (...)

9L’aptitude à sélectionner est au service d’une vue synthétique du texte et de ses enjeux. Le long de sa démonstration, Christine répète qu’un texte ne peut être évalué que dans sa totalité. Son argument majeur, dans la lettre à Jean de Montreuil, est qu’une œuvre doit être jugée à l’aune de son utilité. Or celle de Jean de Meung est, à ses yeux, « droicte oysiveté 27 ». Elle demande que « par amours ! soit consideré quelle est la fin du dit traictié 28 ». Cette idée est développée dans la réponse à Pierre Col, où elle prend l’exemple du Coran, qui offre selon elle de nombreux points de convergence avec la foi chrétienne et ne peut toutefois être retenu : « mais c’est tout honny ; tout ensemble ne vault rien ; la consequance en est toute gaste : a la conclusion tient tout. » Comparaison particulièrement judicieuse dans cette passe d’armes où la poétesse a déjà ironisé sur la révérence que portaient les membres du camp adverse à la « saincte lecture 29 » de l’œuvre de Jean de Meung. Elle poursuit en rappelant les méthodes de la rhétorique où la conclusion doit s’accorder avec les prémisses. On pourrait lui rétorquer, écrit-elle, que Guillaume de Lorris a respecté ces principes. Mais elle croit qu’il est désormais impossible de distinguer la part des deux auteurs : « Responce : Je tiens tout ung mesme edifice 30. »

Lecture analytique

  • 31 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 93, 135.
  • 32 Ibidem, p. 121.

10Dans sa réfutation méthodique du traité de Pierre Col, Christine fait la preuve de sa capacité à analyser un texte. L’argumentation de l’adversaire — tu dis, récites, soutiens que… — est reprise, citée ou reformulée, et réfutée. Chacun des adversaires « espluche », c’est le terme de Christine, les raisons invoquées par l’autre 31. Elle manie avec virtuosité les énonciations enchâssées : le texte de Jean de Meung, les interprétations et les réfutations des deux camps. La citation qui suit constitue un exemple probant : « Je ne vueil mie passer oultre ce que tu dis que je ne doy mie cuidier ce que dist en son Testament : « J’ay fait en ma jonesse maint dit par vanité », qu’il entende de ce livre de la Rose.32 »

  • 33 Ibid., p. 12. Dans son adresse à Guillaume de Tignonville, elle sollicite le droit de « discuter et (...)
  • 34 Ibid., p. 116 : « Est il donc pareil a Jhesu Crist ou a la Vierge Marie, plus que saint Poul ou les (...)
  • 35 Ibid., p. 99-100.
  • 36 Ibid., p. 100. Voir aussi la conclusion de Pierre Col, selon laquelle les détracteurs du Roman de l (...)

11Dès le début de l’échange épistolaire, elle a posé en principe la liberté de la lectrice. Il s’agit, explique-t-elle, d’opinion, et non de loi 33. Elle reproche à ses adversaires de considérer le texte du Roman de la Rose comme la Sainte Écriture 34. Cette sacralisation du texte chez les disciples de Jean de Meung s’exprime par exemple dans l’indignation de Pierre Col à l’endroit de Christine, qui ose pratiquer une lecture sélective du texte. Il l’accuse d’outrecuidance quand elle dit qu’elle ne reprend pas Jean de Meung sur tout ; parole féminine, parole hâtive selon le secrétaire royal 35. L’auteure signifie clairement que ce sont les exigences du débat qui l’entraînent à une lecture analytique, à laquelle elle eût préféré la lecture rapide. Puisque les admirateurs du Roman de la Rose pensent qu’il faut le relire cent fois avant d’en saisir l’essentiel 36, elle se prêtera au jeu, à l’« épluchage » du texte.

  • 37 Ibid., p. 143.
  • 38 Ibid., p. 126.

12Christine réfute systématiquement les interprétations de Pierre Col, qui procède par abondantes citations du Roman, suivies de gloses : « Tu le me vas querre bien loings, et maimnes a propos ce qui est dit bien hors propos 37 ». Dans le même temps, elle met le doigt sur la possibilité de lectures différentes, rappelant la vanité de l’exercice. Il est vrai que la discussion commence à tourner à vide, tant de son côté que du parti adverse. De guerre lasse, la poétesse préfère attribuer l’échec de la discussion au propos du livre, qu’elle a réprouvé dès le départ : « […] tu l’entens et le prens d’une maniere, et moy tout au rebours ; tu recites, je replique. Et quant nous avons fait et fait, tout ne vault riens ; car la matiere en est tres deshonneste 38 »

Lecture exégétique

  • 39 Outre les exemples déjà cités, voir l’allusion à celui qui prête foi au Roman de la Rose comme à l’ (...)
  • 40 Ibid., p. 135.
  • 41 Ibid., p. 127, 143.
  • 42 Ibid., p. 121.
  • 43 Ibid., p. 121.
  • 44 Ibid., p. 144.
  • 45 Ibid., p. 147. Ce motif sera repris dans l’Advision Cristine où apparaît le personnage allégorique (...)

13Compte tenu du statut accordé au roman par ses admirateurs et de l’analogie qui est proposée à plusieurs reprises avec le texte sacré, par les choix lexicaux, il ne serait pas déplacé ici de parler de lecture exégétique 39. Christine utilise couramment le lexique de l’interprétation scripturaire. Elle rappelle à son correspondant que les Pères de l’Église, et Jésus-Christ lui-même, ont parlé « a double entendement 40 » ; dans d’autres cas elle lui reproche d’interpréter ce qu’il faut prendre à la lettre 41. Elle souligne aussi qu’elle connaît bien l’ensemble des œuvres de Jean de Meung, particulièrement sa traduction de la Consolatio Philosophiæ de Boèce. Elle sait qu’on a voulu lui attribuer des écrits de saint Augustin 42. La poétesse est donc à même d’évaluer la pièce par rapport à l’ensemble et de réfuter une interprétation du Roman s’appuyant sur d’autres textes de l’auteur. En effet, les deux parties sont en désaccord sur l’interprétation de la phrase du Testament de Jean de Meung : « J’ay fait en ma jonesse maint dit par vanité 43 ». Les thuriféraires, ne pouvant admettre que cet aveu s’applique au Roman de la Rose, conjecturent qu’il doit s’agir de ballades et de lais. Christine s’étonne alors que ceux-ci n’aient pas été conservés. Enfin, elle ironise sur l’ensemble du commentaire de Pierre Col : « Dieux, comment est-ce bien prouvé ? Voire, comme dist le proverbe commun des gloses d’Orliens, qui destruisent le texte 44. » Et de conclure par son leitmotiv sur la relativité des opinions : « Ce n’est mie article de foy : tiengne chascun ce qu’il voulra 45 ».

Lecture comparative

  • 46 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre COL, op. cit, p. 22.
  • 47 Ibidem, p. 128.
  • 48 Ibid., p. 146. Une traduction française de la correspondance d’Abélard et d’Héloïse est attribuée à (...)
  • 49 Ibid., p. 139. Bien qu’il existât plusieurs traductions françaises de Boèce au début du xve siècle, (...)

14Parmi les compétences de lecture dont Christine fait la démonstration au cours des échanges épistolaires, la plus précieuse, pour asseoir la crédibilité de l’auteure, ne serait-elle pas ce trésor de lectures qu’elle peut convoquer à sa mémoire ? En 1401, à la charnière de l’œuvre lyrique et de l’œuvre didactique, celle qui s’étonne que l’on puisse ainsi s’extasier sur le Roman de la Rose, affirme que « plus de choses prouffitables sont trouvées ailleurs 46 ». Et de citer Aristote, Sénèque, saint Paul, saint Augustin. En 1402, aux enseignements de Jean de Meung, elle oppose les leçons de l’histoire : « Li les hystoires troyennes 47 », conseille-t-elle à Pierre Col. Cinglante, elle compare ce dernier, qui accepte d’encourir le blâme pour son admiration de Jean de Meung, à Héloïse « qui dist que mieux ameroit estre meretrix appellee de maistre Pierre Abalart que estre royne couronnee 48 ». Elle raille aussi l’utilisation du Roman de la Rose en guise de remedium amoris ovidien, jugeant saint Bernard et Boèce plus efficaces 49. Mais sa meilleure arme, celle qui lui permet certainement de marquer un point sur son adversaire, c’est la comparaison du maître parisien avec Dante, le maître florentin. À l’argument de Pierre Col, selon lequel en parlant des vices et des vertus, de l’enfer et du paradis, le Roman illustre la laideur des uns et la béatitude des autres, elle répond que la Divine Comédie en donne une bien meilleure description. Ce passage vaut d’être cité :

  • 50 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 142.

« Mais se mieulx vuelz oïr descripre paradis et enfer, et par plus subtilz termes plus haultement parlé de theologie, plus prouffitablement, plus poetiquement et de plus grant efficasse, lis le livre que on appelle le Dant, ou le te fais exposer pour ce que il est en langue florentine souverrainement dicté : la oyras autre propos mieux fondé plus subtilement, ne te desplaise, et ou tu pourras plus prouffiter que en ton Romant de la Rose, — et cent fois mieux composé ; ne il n’y a comparison, ne t’en courouces ja 50 ».

  • 51 Gontier Gol le désigne comme « tres excellent et inreprehensible docteur en saincte divine Escriptu (...)

15La comparaison avec Dante permet à Christine de battre ses adversaires sur leur propre terrain, puisque ce sont eux qui voient en Jean de Meung un théologien 51. Elle lui donne également la possibilité de rappeler sa conception personnelle de l’œuvre littéraire. Celle-ci doit être à la fois belle et utile (« prouffitable », « efficasse »), de sentiments élevés et de style noble. Par ailleurs, on ne peut qu’être sensible à une certaine malice de l’enfant de Venise dans son conseil à Pierre Col de se faire « exposer » le livre écrit en langue toscane. Le secrétaire royal perdrait ainsi son statut privilégié de clerc pour celui d’auditeur, comme le peuple et la majorité des femmes. En outre, qui pourrait, mieux que Christine, lui en faire la lecture ?

  • 52 Par exemple, à la ballade xcvii (Christine de Pizan, Œuvres poétiques, ROY, M. (éd.), New York, Joh (...)
  • 53 Ibidem, vol. II, p. 13, v. 388-399 : « Comme Ovide, qui puis fu en exil, Et Jehan de Meun ou Romant (...)
  • 54 Christine de Pizan, Epistre Othea, Parussa, G. (éd.), Genève, Droz, 1999. Voir p. 31-70.
  • 55 Christine de Pizan, Le Chemin de longue étude, Tarnowski, A. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 2000, (...)

16Avec quelques allusions à Ovide et à Boèce dans l’œuvre lyrique 52, les allusions à l’Ars amoris d’Ovide et au Roman de la Rose qu’elle cite dans l’Epistre au dieu d’amours (1399) 53 et les sources qui affleurent dans l’Epistre Othea, probablement commencée la même année 54, les références données par Christine au cours de ces échanges épistolaires sont les plus anciennes que nous possédions sur la culture livresque de l’auteure. Au moment où le débat s’enlise sous la masse des arguments sans cesse répétés de chaque côté, en octobre 1402, Christine entreprend Le livre du Chemin de long estude. Dans la scène d’introduction, elle s’autoreprésente dans son étude, au milieu des livres 55. Nul doute que les épîtres du débat sur le Roman de la Rose, en lui permettant d’asseoir sa crédibilité de lectrice et de lettrée, ont permis à Christine de passer du personnage de la poétesse de cour à celui de la savante.

Lectrice et lettrée

  • 56 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 24, 90, 109 (...)
  • 57 Cette question a été amplement traitée dans le champ des études christiniennes. On se référera en p (...)
  • 58 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 19.
  • 59 Christine de Pizan, La Cité des Dames, op. cit., p. 53.
  • 60 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 23.
  • 61 Thelma Fenster, quant à elle, perçoit un aspect ludique dans le fait que Christine appelle ses adve (...)
  • 62 Christine de Pizan, Le Chemin de longue étude, op. cit., p. 144-152.
  • 63 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, op. cit., p. 91-92

17Au cours de ces combats de plume, Christine joue à la fois de ses connaissances de lettrée — c’est le qualificatif qu’utilisent les deux frères Col à son endroit 56 — et de lectrice, c’est-à-dire de femme lisant, qui a dans certains domaines l’avantage de l’expérience 57, alors que ses adversaires parlent « par devinailles et d’aventure 58 ». Voilà un procédé qu’elle reprendra avec succès dans la Cité des Dames, par la bouche de la personnification allégorique Raison 59. Sur le plan stratégique, tout se passe comme si Christine feignait d’appliquer à la lecture du Roman de la Rose, dont l’auteur est décrit par Gontier Col comme « tres excellent et inreprehensible docteur en saincte divine Escripture 60 », les méthodes d’interprétation du texte sacré 61. La joute à laquelle elle se livre avec ces universitaires pourrait être vue comme un simulacre de l’examen de magistère in sacra pagina, sanction entre toutes des compétences de lectura à la Sorbonne, auquel elle se présenterait devant ces « subtilz clers docteurs ». Plus tard, les traités allégoriques lui permettront de rêver de telles scènes d’inceptio. Dans le Chemin de long estude (1402-1403), la Sybille la mène à la Fontaine de Sapience en compagnie des philosophes 62 ; dans l’Advision Cristine (1405), elle monte sans difficulté au haut de la tour de Philosophie 63.

  • 64 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 10.
  • 65 Ibidem, p. 23-24.
  • 66 Jean de Montreuil, op. cit., Epistula 154 : Ut sunt mores, p. 220-222 : « … precipue mulier quedam, (...)
  • 67 Gerson, Jean, Œuvres complètes, Glorieux, P. (éd.), Paris-Tournai, Desclée, vol. vii, 1968, p. 831.
  • 68 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, op. cit., p. 111.

18Car il semble bien que la prise de parole ne puisse se faire que par un coup de force. La femme qui s’exprime sur et par les livres représente un danger pour la première génération d’humanistes français. Dans une première lettre, en septembre 2001, Gontier Col se propose de la ramener « a vraye verité 64 ». Devant l’entêtement de Christine, le ton monte. Quelques jours plus tard, adoptant le lexique de l’inquisition, il l’enjoint de « confesser son erreur ». Alors ses amis et lui-même la prendront en pitié et lui bailleront « pénitence salutaire 65 ». Jean de Montreuil, qui refusa d’affronter par écrit la poétesse, lui concède, dans les limites imparties à son sexe, une certaine intelligence, mais il la compare à la courtisane grecque qui osa attaquer Théophraste 66. Et que dire de Jean Gerson, pourtant son allié objectif dans le débat, qui se demande en chaire « se c’est meilleur qu’une femme sache escripre et lire que non, pour les biens d’une part et les maulx d’aultre qui en peuent venir 67 » ? Dans l’Advision Cristine, la narratrice, en guise d’explication du succès de ses écrits, note que c’est « chose non usagee que femme escripse 68 » ; au vu des réactions des intellectuels de son temps, on pourrait conclure, en pastichant l’auteure, que c’était « chose non usagee », à tout le moins, que femme lise.

Bibliographie

Bibliographie

Badel, P.-Y., Le Roman de la Rose au xive siècle. Étude de la réception de l’œuvre, Genève, Droz, 1980, coll. « Publications romanes et françaises ».

Brown-Grant, R., « A New Context for Reading the « Roman de la Rose » : Christine de Pizan and Medieval Literary Theory », Hicks, É. (dir.) avec la collaboration de Gonzalez, D. et Simon, P., Au champ des escriptures. IIIe colloque international sur Christine de Pizan, 18 au 18 juillet 1998, Paris, Honoré Champion, 2000, coll. « Études christiniennes », p. 581-595.

Case, M.A. C., « Christine de Pizan and the Authority of Experience », Desmond, M. (dir.), Christine de Pizan and the Categories of Difference, Minneapolis-London, University of Minnesota Press, 1998, coll. « Medieval Cultures », p. 71-87.

Chavy, P., Traducteurs d’autrefois. Moyen Âge et Renaissance. Dictionnaire des traducteurs et de la littérature traduite en ancien et moyen français (842-1600), Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1988, 2 vol.

Christine de Pizan, Epistre Othea, Parussa, G. (éd.), Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 1999.

Christine de Pizan, La Cité des Dames, Moreau, Th. et Hicks, É. (trad.), Paris, Stock/Moyen Âge, 1986.

Christine de Pizan, Le Chemin de longue étude, Tarnowski, A. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 2000, coll. « Lettres gothiques ».

Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, Reno, C. et L. Dulac (éd.), Paris, Éditions Honoré Champion, coll. « Études christiniennes », 2001.

Christine de Pizan, Œuvres poétiques, Roy, M. (éd.), New York, Johnson Reprint Corporation, 1965 [Paris, Didot, 1891], 3 vol.

Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, Le Débat sur le Roman de la Rose, Édition critique, introduction, traductions, notes, Hicks, E. (éd.), Paris, Éditions Honoré Champion, 1977, coll. « Bibliothèque du xve siècle ».

Combes, A., Jean de Montreuil et le chancelier Gerson, Paris, Vrin, 1973 [1942].

Coville, A., Gontier et Pierre Col et l’humanisme en France au temps de Charles VI, Genève, Slatkine Reprints, 1977 [Paris, Droz, 1934].

Cropp, G. M., « Boèce et Christine de Pizan », Moyen Âge, n° 31, 1981, p. 381-417.

Fenster, Th., « “Perdre son latin”. Christine de Pizan and Vernacular Humanism », Desmond, M. (dir.), Christine de Pizan and the Categories of Difference, Minneapolis-London, University of Minnesota Press, 1998, coll. « Medieval Cultures », p. 91-107.

Gerson, Jean, Œuvres complètes, Glorieux, P. (éd.), Paris-Tournai, Desclée, 10 vol., 1960-1973.

Hamel, A. G. Von, Les lamentations de Matheolus et le livre de Leesce de Jehan Le Fèvre de Resson (poèmes français du xive siècle),Paris, Bouillon, 1892-1905, 2 vol., Bibliothèque de l’École des hautes études : Sciences philologiques et historiques, fasc. 95 et 96.

Jean de Montreuil, Opera, vol. I : Epistulario, Ornato, E. (éd.), Torino, G. Giappichelli, 1963.

Hicks, É., La vie et les epistres, Pierres Abaelart et Heloys sa fame. Traduction du xiiie siècle attribuée à Jean de Meung ; avec une nouvelle édition des textes latins d’après le ms. Troyes Bibl. mun. 802, Paris, Éditions Honoré Champion, 1991, coll. « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge ».

Kleber, H., « La théorie thomiste du bonheur et ses rapports avec le Roman de la Rose », Buschinger, D. (éd.), L’idée de bonheur au Moyen Âge. Actes du colloque d’Amiens de mars 1984, Kummerle, Goppingen, 1990, p. 235-246.

Ouy, G., « Paris, l’un des principaux foyers de l’humanisme en Europe au début du xve siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île de France 94/95, 1967-1968, p. 221-238.

Quilligan, M., The Allegory of Female Authority. Christine de Pizan’s Cité des Dames, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, 1991.

Richards, E. J., « Christine de Pizan, the Conventions of Courtly Diction, and Italian Humanism », Richards, E. J. (dir.), Reinterpreting Christine de Pizan, Athens and London, The University of Georgia Press, 1992, p. 250-271.

Willard, C. C., Christine de Pizan : Her Life and Works, New York,

Notes

2 Nommé prévôt de Paris en 1401, Guillaume de Tignonville avait traduit peu de temps auparavant (vers 1400) les Dicta philosophorum de Jean de Procida sous le titre Dits moraulx des philosophes. Christine a utilisé cette compilation dans ses écrits didactiques. Voir Chavy, P., Traducteurs d’autrefois. Moyen Âge et Renaissance, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1988, vol. II, p. 1378. Sur les rapports de l’auteure et de ce personnage, voir Willard, C. C., Christine de Pizan : Her Life and Works, New York, Persea Books, 1984, p. 52, 77, 82, 159, 165, 166.

3 Voir en particulier Richards, E. J., « Christine de Pizan, the Conventions of Courtly Diction, and Italian Humanism », Richards, E. J. (dir.), Reinterpreting Christine de Pizan, Athens and London, The University of Georgia Press, 1992, p. 250-271 ; Brown-Grant, R., « A New Context for Reading the « Roman de la Rose » : Christine de Pizan and Medieval Literary Theory », Hicks, É. (dir.), Au champ des escriptures. IIIe colloque international sur Christine de Pizan, 18 au 18 juillet 1998, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 581-595.

4 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 11.

5 Voir Willard, C. C., op. cit., chap. 4 : « The Quarrel of the Rose », p. 73-89.

6 Voir les ouvrages classiques : Coville, A., Gontier et Pierre Col et l’humanisme en France au temps de Charles VI, Genève, Slatkine Reprints, 1977 [Paris, Droz, 1934] ; Combes, A., Jean de Montreuil et le chancelier Gerson, Paris, Vrin, 1973 [1942].

7 Sur cette question, voir Ouy, G., « Paris, l’un des principaux foyers de l’humanisme en Europe au début du xve siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île de France 94/95, 1967-1968, p. 221-238.

8 Jean de Montreuil. Opera, vol. I : Epistulario, Ornato, E. (éd.), Torino, G. Giappichelli, 1963, Epistula 103 : Cum ut dant, p. 144-145 ; Epistula 118 : Quo magis, p. 177-178. Sur la réception du Roman de la Rose, voir Badel, P.-Y., Le Roman de la Rose au xive siècle, Genève, Droz, 1980.

9 Jean de Montreuil, op. cit., Epistula 119 : Ex quo nugis, p. 178-179.

10 Voir la discussion d’É. Hicks dans Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. xxvi.

11 Ibidem., p. 115.

12 Ibid., p. 89. Le terme est utilisé par Pierre Col : « tes epistres et autres telz chosettes ».

13 Voir ibid., p. lii-liv.

14 Nous l’apprenons dans une lettre inachevée de Pierre Col, conservée par un seul manuscrit : « Et n’ofusquent en riens la verité que je soustiens, ne tache aucune empraingnent a la tres clere renommee maistre Jehan de Meung tes palliacions extravagans et ornemens de langaige : et croy que pour ceste cause t’a laissié a respondre le prevost de Lisle. Je mesme en fu esmeus par aucun espace de temps de ne te respondre point, et pour ce aussy que j’avoye bien ailleurs ou entendre. » (ibid., p. 153 ; les italiques sont de nous). C’est la dernière pièce du dossier.

15 Ibid., p. 5.

16 Ibid., p. 15.

17 Ibid., p. 20.

18 Ibid., p. 18.

19 Ibid., p. 140.

20 Voir aussi le passage où elle invite ironiquement les pères à « baillier et querre » à leurs filles le Roman de la Rose « pour apprendre a discerner le bien du mal », ibid., p. 15.

21 Ibid., p. 147.

22 Nous insistons bien sur le fait qu’il s’agit ici de stratégie de polémiste. Christine connaît très bien le livre sur lequel elle prétend avoir passé comme « coq sur braise ». Selon Liliane Dulac, que nous remercions de ses commentaires dans le cadre du colloque, Christine s’inspire fréquemment du Roman de la Rose sans le citer.

23 Christine de Pizan, La Cité des Dames, Moreau, Th. et Hicks, É. (trad.), Paris, Stock/Moyen Âge, 1986, p. 35-36. Il s’agit sans doute de la traduction française par Jean Le Fèvre (vers 1350) d’un poème latin du xiiie siècle attribué à Matthieu le Bigame. Voir Hamel, A. G. Von, Les lamentations de Matheolus et le livre de Leesce de Jehan Le Fèvre de Resson (poèmes français du xive siècle), Paris, Bouillon, 1892, vol. i.

24 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 13.

25 Ibidem, p. 21 et 26.

26 Ibid., p. 120-121.

27 Ibid., p. 12.

28 Ibid., p. 10.

29 Ibid., p. 16.

30 Ibid., p. 135. Sur le contexte intellectuel des deux Roman de la Rose, voir Kleber, H., « La théorie thomiste du bonheur et ses rapports avec le Roman de la Rose », Buschinger, D. (éd.) dans L’idée de bonheur au Moyen Âge. Actes du colloque d’Amiens de mars 1984, Kummerle, Goppingen, 1990, p. 235-246.

31 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 93, 135.

32 Ibidem, p. 121.

33 Ibid., p. 12. Dans son adresse à Guillaume de Tignonville, elle sollicite le droit de « discuter et proprement eslire le bon droit de mon oppinion » (ibid., p. 7).

34 Ibid., p. 116 : « Est il donc pareil a Jhesu Crist ou a la Vierge Marie, plus que saint Poul ou les docteurs de sainte Esglise […] ? »

35 Ibid., p. 99-100.

36 Ibid., p. 100. Voir aussi la conclusion de Pierre Col, selon laquelle les détracteurs du Roman de la Rose ne le comprennent pas « pour la tres eslevée haultesse du livre » (p. 109). Il leur conseille de le lire « avant quatre fois du moins — et a loisir — pour mieulx l’entendre ; et je prends leur lecture bien entendue pour solucion. » (p. 110)

37 Ibid., p. 143.

38 Ibid., p. 126.

39 Outre les exemples déjà cités, voir l’allusion à celui qui prête foi au Roman de la Rose comme à l’Évangile, ibid., p. 139.

40 Ibid., p. 135.

41 Ibid., p. 127, 143.

42 Ibid., p. 121.

43 Ibid., p. 121.

44 Ibid., p. 144.

45 Ibid., p. 147. Ce motif sera repris dans l’Advision Cristine où apparaît le personnage allégorique Opinion. Cette dernière révèle à Christine que c’est elle qui a provoqué le débat sur le Roman de la Rose. Voir Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, Reno, C. et Dulac, L. (éd.), Paris, Éditions Honoré Champion, 2001, p. 87.

46 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre COL, op. cit, p. 22.

47 Ibidem, p. 128.

48 Ibid., p. 146. Une traduction française de la correspondance d’Abélard et d’Héloïse est attribuée à Jean de Meung. Voir Hicks, É., La vie et les epistres, Pierres Abaelart et Heloys sa fame, Paris, Éditions Honoré Champion, 1991.

49 Ibid., p. 139. Bien qu’il existât plusieurs traductions françaises de Boèce au début du xve siècle, celle de Jean de Meung était la plus connue. Stratégiquement, cela ne revient-il pas à dire que l’auteur du Roman de la Rose aurait mieux fait de s’en tenir à l’exercice de la traduction, ou encore qu’il aurait pu tirer un meilleur parti de la fréquentation du philosophe romain ? Sur les traductions de la Consolatio, voir Cropp, G. M., « Boèce et Christine de Pizan », Moyen Âge, n° 31,1981, p. 381-417.

50 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 142.

51 Gontier Gol le désigne comme « tres excellent et inreprehensible docteur en saincte divine Escripture », ibidem, p. 23. Voir aussi Pierre Col, ibid., p. 89 : « tres eslevey theologien ».

52 Par exemple, à la ballade xcvii (Christine de Pizan, Œuvres poétiques, ROY, M. (éd.), New York, Johnson Reprint Corporation, 1965, vol. I, p. 97).

53 Ibidem, vol. II, p. 13, v. 388-399 : « Comme Ovide, qui puis fu en exil, Et Jehan de Meun ou Romant de la Rose ».

54 Christine de Pizan, Epistre Othea, Parussa, G. (éd.), Genève, Droz, 1999. Voir p. 31-70.

55 Christine de Pizan, Le Chemin de longue étude, Tarnowski, A. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 2000, p. 96, v. 171-176.

56 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 24, 90, 109, 110.

57 Cette question a été amplement traitée dans le champ des études christiniennes. On se référera en particulier à : Quilligan, M., The Allegory of Female Authority. Christine de Pizan’s Cité des Dames, Ithaca, N. Y., Cornell University Press, 1991 ; CASE, M.A. C., « Christine de Pizan and the Authority of Experience », Desmond, M., op. cit., p. 71-87.

58 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 19.

59 Christine de Pizan, La Cité des Dames, op. cit., p. 53.

60 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 23.

61 Thelma Fenster, quant à elle, perçoit un aspect ludique dans le fait que Christine appelle ses adversaires des « assaillans » (Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 8). Voir Fenster, Th., « “Perdre son latin”. Christine de Pizan and Vernacular Humanism », Desmond, M. (dir.), Christine de Pizan and the Categories of Difference, Minneapolis-London, University of Minnesota Press, 1998, p. 91-107, particulièrement p. 97.

62 Christine de Pizan, Le Chemin de longue étude, op. cit., p. 144-152.

63 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, op. cit., p. 91-92

64 Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, op. cit., p. 10.

65 Ibidem, p. 23-24.

66 Jean de Montreuil, op. cit., Epistula 154 : Ut sunt mores, p. 220-222 : « … precipue mulier quedam, nomine Cristina, ut dehinc iam in publicum scripta sua ediderit : que licet, ut est captus femineus, intellectu non careat, michi tamen audire visum est Leuntium grecam meretricem, ut refert Cicero, que “contra Theofrastum, philosophum tantum, scribere ausa fuit”. »

67 Gerson, Jean, Œuvres complètes, Glorieux, P. (éd.), Paris-Tournai, Desclée, vol. vii, 1968, p. 831.

68 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, op. cit., p. 111.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540