Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. La lecture et ses usages

Une lectrice du XVIIIe siècle. Belle de Zuylen/Isabelle de Charrière (1740-1805)

Livres et pratiques de lecture à travers sa correspondance

Madeleine Van Strien-Chardonneau

Texte intégral

  • 1 Pratiques de la lecture, sous la dir. de R. Chartier, Paris/Marseille, Rivages, 1985 ; R. Darnton, (...)
  • 2 I. de Charrière, Œuvres complètes, Amsterdam, G. A. van Oorschot, 1979-1984, 10 vol. Toutes les réf (...)
  • 3 R. Engelsing, Der Bürger als Leser. Lesersgeschichte in Deutschland, 1500-1800, Stuttgart, Metzler, (...)
  • 4 Voir à ce sujet, R. Wittmann, « Une révolution de la lecture à la fin du xviiie siècle », G. Cavall (...)

1Les historiens du livre et de la lecture, Roger Chartier, Robert Darnton entre autres 1, reconnaissent l’intérêt des documents autobiographiques pour l’étude des pratiques de lecture. En ce sens l’abondante correspondance d’Isabelle de Charrière — six volumes des dix des Œuvres complètes2 fournissent des informations intéressantes sur ses propres pratiques ainsi que sur celles de sa famille et de ses amis. Nous nous limiterons à la correspondance des années de jeunesse en Hollande jusqu’au mariage de la jeune femme en 1771 — elle a alors trente ans — avec Charles-Emmanuel de Charrière, le précepteur de ses frères, et son départ pour la Suisse. Pour cette période, on compte 394 lettres, les premières étant celles de sa gouvernante de 1753 à 1758. Ces lettres ainsi que la correspondance avec Constant d’Hermenches qui commence en 1760, celle avec James Boswell (1764-1768) mais également celle avec ses frères et d’autres membres de sa famille permettent de tracer le portrait d’une lectrice du xviiie siècle — Belle de Zuylen, une jeune aristocrate néerlandaise —, portrait qui s’articulera autour des questions suivantes : que lit-elle ? Comment a-t-elle accès aux livres, comment lit-elle, seule ou avec d’autres ? Pourquoi lit-elle ? Ces questions peuvent être resituées dans le contexte de la « révolution de la lecture », concept lancé par Rolf Engelsing 3 qui a soutenu la thèse qu’au cours du xviiie siècle a eu lieu un processus tendant à remplacer la lecture « intensive » et répétitive d’un petit canon de textes familiers et normatifs, religieux pour la plupart, repris et commentés durant toute une vie par une pratique de lecture dite extensive de textes nouveaux et divers permettant de s’informer ou de se distraire à titre individuel 4. Ces notions ont fait l’objet de discussions et de critiques mais elles peuvent servir à préciser les pratiques de lecture de Belle : lecture « intensive » ou « extensive », lecture « socialisée » à plusieurs et à haute voix ou bien lecture silencieuse et individuelle.

  • 5 V, p. 409.
  • 6 I, p. 30 : « J’ai lû le livre dont vous me donnez une idée si juste et si favorable. Grace a mon in (...)

2La correspondance ne nous renseigne que très partiellement sur les toutes premières années de formation. On peut supposer que le programme fut assez proche de celui proposé par exemple dans une annonce parue dans un journal de l’époque, le Leidse Courant, du 25 juin 1749, vantant les mérites d’un pensionnat de jeunes filles qui enseigne la religion, les bonnes manières, les bonnes moeurs, la lecture et l’écriture, la langue française, toutes sortes de travaux de dames et au choix : calcul, musique, danse, dessin et autres sciences non précisées. Ce type de pensionnat est certes plutôt fréquenté par des jeunes filles issues de la bourgeoisie, l’aristocratie engageant de préférence des gouvernantes, mais le contenu des matières enseignées est du même ordre. La jeune Belle eut une gouvernante suisse et elle eut la chance que celle-ci fût instruite : Jeanne-Louise Prévost vint s’occuper d’elle en 1748. En 1750, la jeune fille passe une année à Genève sous la garde de sa gouvernante et y perfectionne son français. En 1798, Isabelle de Charrière confie à une amie : « A onze ans mes instructions ont fini, j’entens celles que j’ai receues 5 », ce qui semblerait indiquer que le séjour en Suisse a été l’épisode final de sa formation officielle et en tout cas que la formation de l’adolescente et de la jeune femme est surtout celle d’une autodidacte, même si elle a pris des leçons particulières, de mathématiques et de physique entre autres, auprès de maîtres attachés à l’Université d’Utrecht. En octobre 1753, Mlle Prévost, ne supportant pas le climat hollandais retourne en Suisse, Belle va avoir 13 ans. Dès la première lettre, la gouvernante stimule son ancienne élève à lire et à l’entretenir de ses lectures en lui faisant des compliments sur les extraits de lecture qu’elle lui envoie 6. C’est elle aussi qui l’encourage à lire des ouvrages historiques, car :

« pour un esprit raisonable l’histoire est remplie d’utiles leçons, même celle des peuples les plus barbares. Pour cet effet il ne faut lire qu’avec réflections […] l’ornement de la mémoire ne doit avoir pour but que la formation du cœur. » (I, 61)

  • 7 I, p. 89, lettre du 6-7 décembre 1755.

3Elle rappelle assez souvent ce précepte et gronde gentiment son ancienne élève quand celle-ci se contente de lui mentionner des titres et oublie de lui faire part de ses « reflections 7 ».

4Mlle Prévost a joué un rôle primordial dans la formation de Belle et plus particulièrement dans sa formation de lectrice, en ce qui concerne le choix des ouvrages, bien que la jeune fille ait plus tard élargi le champ de ses lectures, plus encore en ce qui concerne les buts proposés, lire pour former le cœur et le jugement ; elle stimule également la pratique des extraits de lecture qui non seulement favorise la compréhension et la mémorisation des textes mais lie aussi étroitement lecture et écriture.

  • 8 P. Pelckmans, Isabelle de Charrière. Une correspondance au seuil du monde moderne, Amsterdam/Atlant (...)

5Si l’on examine l’ensemble des titres mentionnés dans la correspondance de cette période, on constate, comme l’a fait remarquer Paul Pelckmans, l’absence d’intérêt pour les ouvrages de dévotion qui faisaient traditionnellement partie des lectures des jeunes filles et des femmes 8. Les quelques titres qui apparaissent sont ceux que la gouvernante recommande, mais sans succès, et elle se résigne au peu d’intérêt de son ancienne élève pour la matière, surtout lorsqu’elle apprend que celle-ci est en train de lire l’Esprit des Loisde Montesquieu :

« Pour lire avec succès les livres de dévotion, il faut y être porté par goût sans quoi continuer à les laisser de côté. Au surplus des personnes éclairées ont moins besoin que d’autres de cette ressource […]. » (I, 108)

  • 9 Voir par exemple lettres du 26 février-5 mars 1764 (I, 174), du 26 août 1764 (I, 276).

6Par contre Isabelle connaît bien la Bible qu’elle a certainement lue et dont elle a aussi entendu le texte, au temple et chez elle, la lecture de la Bible par le père de famille faisant partie du rituel protestant. Diverses références à la Bible, sous forme de citations plus ou moins exactes émaillent ses lettres, mais sans réflexion pieuse ou simplement sérieuse : les références bibliques sont plutôt présentées comme faisant partie d’un fonds commun partagé ; il s’agit d’un texte familier certes, mais traité sans respect particulier ; la frivolité mondaine, voire l’esprit fort affleurent parfois dans les citations, ce qui tient sans doute à la personnalité du destinataire du moment, à savoir Constant d’Hermenches 9.

7Il semblerait que ce soit les classiques français, la Fontaine en particulier, Les Vies parallèles de Plutarque aussi, qui concurrencent la Bible comme source d’exemples édifiants et normatifs. En 1793, elle écrira à l’une de ses jeunes amies :

« Oui ayez La Fontaine et aprenez le par cœur. J’ai été mille fois reconnoissante envers ceux qui me l’avoient fait apprendre dans mon enfance. C’est presque mon seul code de prudence […]. » (III, 562)

  • 10 V, p. 79, lettre du 4 avril 1795.

8C’est assurément à Mlle Prévost qu’elle fait allusion et c’est bien la gouvernante, en effet, qui lui a appris à apprécier les grands auteurs classiques français du xviie siècle. Dans les lettres de jeunesse reviennent à maintes reprises les noms de Corneille, Racine et encore plus souvent ceux de Molière et La Fontaine. Montaigne, Pascal, Mme de Sévigné, Fénelon apparaissent un peu plus tard dans la correspondance avec d’Hermenches. Quant à Boileau dont elle recommandera L’Art Poétique avec insistance à son neveu (à partir de 1793), il n’est pas mentionné dans ses lectures de jeunesse bien que la bibliothèque du château paternel à Zuylen conserve deux éditions (1747, 1757) des Œuvres de Boileau. On ne trouve pas trace non plus de Mme de La Fayette dont elle évoquera, bien plus tard, la Princesse de Clèves en termes élogieux, « en fait de roman la gloire de la France 10 ».

  • 11 P. et S. Dubois, Zonder vaandel. Belle van Zuylen een biografie, Amsterdam, G. A. van Oorschot, 199 (...)

9Par ailleurs la jeune fille lit les auteurs classiques grecs (Homère, Plutarque) et latins (Cicéron, Horace, Juvénal, Cornelius Nepos, Salluste, Tacite, Térence, Virgile). Elle les lit en traduction bien qu’elle se soit mise au latin en 1764 — elle a alors 24 ans. Ce qui frappe, c’est l’enthousiasme pour Plutarque qui persistera dans l’âge mûr. Ce sont là les lectures qui pourraient être celles d’un jeune noble néerlandais cultivé, qui, lui, aurait étudié le latin, cette langue étant, pour les garçons, la clé indispensable d’une formation intellectuelle de haut niveau. Les lectures des auteurs classiques latins et français, le goût pour l’histoire correspondent grosso modo aux intérêts de l’élite néerlandaise 11.

  • 12 J. de Kruif, dans son étude sur les pratiques de lecture à La Haye au xviiie siècle (Liefhebbers en (...)

10L’intérêt pour les ouvrages propageant les idées des Lumières françaises est peut-être moins courant. Si les livres interdits en France étaient souvent imprimés en Hollande, cela ne signifie pas qu’ils étaient forcément lus par un public néerlandais attaché à la religion et parfois réticent à l’égard des idées trop radicales des philosophes français 12. C’est ainsi qu’en 1758 Mlle Prévost s’étonne que Belle lise l’Esprit des Lois, paru dix ans plus tôt :

« Comment l’esprit des Loix ? Le lisez-vous seule ? Et l’entendez-vous tout ? Faitesmoi part des lumiéres que vous acquerez sans quoi je resterai trop en arriére ». (I, 108)

  • 13 Lettres du septembre (I, 84) et 6 octobre 1755 (I, 86).
  • 14 Le 30 juillet 1762. Voir W. Gobbers, Jean-Jacques Rousseau in Holland, Gent, Secretariaat van de Ko (...)
  • 15 I, p. 146, lettre du 29 novembre 1762.
  • 16 R. Trousson, « Isabelle de Charrière et Jean-Jacques Rousseau », Lettre de Zuylen et du Pontet, 12, (...)
  • 17 R. Trousson, « Présence de Voltaire dans l’oeuvre d’Isabelle de Charrière », Y. Went-Daoust (éd.), (...)

11Par contre, elle demande à la jeune fille de lui procurer le Discours sur l’origine des hommes de Rousseau qui vient de paraître (1755) à Amsterdam 13. Les nombreuses références ultérieures à l’œuvre du Genevois montrent que Belle suit l’actualité de près : c’est ainsi qu’en juin 1763, elle cite la Lettre à Christophe de Beaumont qui venait de paraître (I, 152). Elle fait d’ailleurs preuve d’une certaine indépendance d’esprit puisqu’à l’instar de l’archevêque de Paris, les Etats de Hollande avaient interdit l’Emile pour cause de déisme 14. Belle l’avait lu dès sa parution 15. Dans les lettres des années 1760, elle se passionne également pour La Nouvelle-Héloise. Comme l’a montré Raymond Trousson 16, si elle n’est pas une inconditionnelle du grand homme, elle connaît bien son oeuvre et dans la seconde moitié de sa vie, elle noue par le biais de ses romans un véritable dialogue avec Rousseau. Voltaire fait aussi l’objet de références nombreuses dans cette correspondance de jeunesse, surtout dans les lettres échangées avec d’Hermenches qui était lié au grand homme. C’est l’auteur de théâtre, l’historien et surtout le champion de la tolérance qui intéressent la jeune fille à cette époque 17. A côté de ces grands noms, on rencontre encore Marmontel à deux ou trois reprises, ainsi qu’un grand nombre d’auteurs anglais, philosophes et moralistes (Adam Smith, Thomas Reid), historiens (David Hume), poètes (Pope), romanciers (Fielding, Richardson, Sterne).

  • 18 J. de Kruif, op. cit., p. 100.

12Tous ces titres d’ouvrages frappent par le nombre, plus d’une centaine alors que la bibliothèque moyenne d’une famille de l’élite néerlandaise ne dépassait guère ce chiffre 18, également par leur variété pour ne pas dire leur hétérogénéité — poésie, théâtre, romans, écrits historiques, politiques, philosophiques, juridiques, mémoires, recueils épistolaires. On a parfois l’impression que la jeune fille lit tout ce qui lui tombe sous la main, mais par ailleurs, on constate aussi une pratique de lecture et relecture assidue d’un certain nombre de titres de prédilection.

  • 19 II, p. 132-133, lettre du 22 novembre 1768.
  • 20 I, 373, lettre à son frère Ditie du 11 février 1765 : « ne pouriez-vous pas demander a la Saraz les (...)
  • 21 Belle se plaint de devoir lire les Vies de Plutarque dans l’ennuyeuse traduction de Dacier, elle ré (...)
  • 22 Par exemple à propos du Discours sur l’inégalité de Rousseau (I, p. 84, 86). Elle propose à Constan (...)

13Comment a-t-elle accès à tous ces livres ? Tout d’abord par la bibliothèque paternelle, très probablement, bien qu’il n’y soit pas fait allusion dans les lettres : l’inventaire actuel de la bibliothèque du château où elle a vécu constitue une source d’information très incomplète puisque le château ayant été habité jusqu’en 1952, la bibliothèque a bien évidemment évolué depuis la période 1740-1770. Pourtant on voit en parcourant les titres datant d’avant 1770 un nombre important d’ouvrages de généalogie et d’héraldique, ce qui est assez piquant lorsqu’on pense au conte Le Noble (1762) dans lequel Belle se moque précisément des préjugés nobiliaires de son milieu. L’inventaire signale aussi des ouvrages religieux, nombre d’ouvrages d’histoire, des éditions de Racine, Molière, Boileau, mais pas de romans alors que la correspondance nous apprend que la mère de la jeune fille lit, en 1755, les romans de Richardson (I, 91). Un peu plus âgée, Isabelle achète elle-même des livres : elle se fournit chez Spruyt, un libraire d’Utrecht, elle en commande en Angleterre, A Sentimental Journey through France and Italy (1768) de Sterne 19 par exemple, et régulièrement elle sollicite ses amis et connaissances afin qu’ils achètent des livres pour elle, surtout lorsqu’ils ne constituent pas une lecture trop recommandable pour une jeune fille 20. On s’entraide, on se procure ou on se prête les ouvrages que le libraire n’a pas 21, on les fait circuler et on en discute 22.

14Quelles sont les pratiques de lecture telles qu’on peut les entrevoir au fil de la correspondance, lecture silencieuse et individuelle, moderne en quelque sorte ou pratique d’une lecture plus traditionnelle, à haute voix et partagée à plusieurs ? Belle de Zuylen se met à plusieurs reprises en scène surtout pour Constant d’Hermenches, seule dans sa chambre avec ses livres et affirme à son correspondant « Pour un throne je ne renoncerois pas à ce qui m’occupe dans ma chambre. » (I, 225) ; ou bien elle évoque avec une certaine complaisance sa singularité par rapport aux jeunes gens de son milieu : « J’aime la pedanterie de rester dans ma chambre quand tout le monde court à la Haye » (II, 59) ; la difficulté de trouver une âme-soeur affleure dans la confidence suivante : « Mes livres, un fort bon feu, un fort joli chien, une fort bonne chambre ne consolent pas de l’absence de mes meilleurs amis, mais bien de celle d’une compagnie indifferente » (II, 155)

  • 23 C’est ce que constate aussi P. Pelckmans pour la période suisse, op. cit., p. 69 ss.

15Elle rapporte aussi avoir lu la nuit d’une traite un roman de Fielding, écrivant sa lettre avec encore à l’esprit tous les héros du roman (I, 71), mais les allusions à une lecture partagée, à la lecture à haute voix prédominent 23. Avec son frère Vincent, dont elle prend la formation à coeur, elle lit l’Histoire Universelle de Voltaire, les Vies de Plutarque (I, 342), des romans, laissant entendre qu’il en fait la lecture à haute voix tous les matins tandis qu’elle travaille à un ouvrage de dame (I, 173). Lorsqu’elle songe à épouser en 1764 un ami d’Hermenches, le marquis de Bellegarde, elle imagine pour d’Hermenches un tableau idyllique d’intimité conjugale, conjugant lecture et broderie :

« Si le marquis aime a lire haut, j’aprendrai l’histoire en lui brodant des vestes. » (I, 225)

16Dans une autre lettre, elle rapporte un petit épisode de la vie familiale : sa sœur qui a peur de l’orage vient la trouver dans sa chambre un soir et pour la calmer elle lui fait raconter une histoire de Mlle Bonne, la gouvernante des Magasins de Mme le Prince de Beaumont (I, 258). A diverses autres occasions, la lecture est associée à la causerie et à la promenade, activités qui, conjuguées, connotent une intimité harmonieuse, avec une amie (I, 176) ou avec son frère Vincent (I, 180)

  • 24 G. Samson, « Les jugements littéraires de Mme de Charrière sur ses contemporains », Lettre de Zuyle (...)

17Quels sont les buts assignés à la lecture ? Lit-on pour se distraire ou pour s’instruire ? La critique charriériste a maintes fois souligné, outre l’étendue de la culture livresque de l’épistolière, son goût pour les lectures sérieuses et on a noté à ce propos le dédain affiché pour le genre si populaire qu’est le roman 24. Or, dans sa jeunesse, Isabelle de Charrière aime les romans : ainsi avoue-t-elle en 1761 qu’après avoir parcouru un roman nouveau, il lui en coûte de relire Pascal et l’abbé Du Bos comme elle se l’était promis (I, 119) ; elle confie avoir dévoré le Voyage sentimental de Sterne (II, 133) et on a déjà noté qu’elle lit Fielding d’une seule traite, mais le plus souvent elle entend faire de la lecture d’un roman une activité sérieuse. Se moquant dans une lettre à son frère Vincent d’une connaissance commune qui se pique d’être grand liseur, elle écrit :

« L’esprit du major fait grande diligence, il ne se met guère en peine de la finesse des pensées, ce qu’il ne comprend pas d’abord il passe par dessus au galop, voila ce qui lui donne de l’avantage sur les autres liseurs. » (I, 177)

18tandis qu’elle se met en scène comme une lectrice attentive : « Je lisois Clarisse aussi vite que lui, je ne sautai rien et je perdais surement plus de tems en reflections. » (Ibid.)

  • 25 Marquis de Lassay, Recueil de différentes choses, [1727], Lausanne, M. M. Bousquet, 1756.

19Elle ne pratique donc pas une lecture de consommation facile et rapide, les conseils de la gouvernante n’ont pas été oubliés : on peut lire un roman comme on lit Plutarque ou bien les Mémoires de Sully en faisant des parallèles qui permettent d’analyser les personnes de son entourage (I, 253) ou de se livrer à l’introspection (I, 258). Les rapprochements entre situations de la vie quotidienne et situations livresques (I, 146, 148) sont un stimulant pour l’analyse psychologique d’autrui, mais peut-être encore plus de soi-même. Ils constituent en quelque sorte un exercice permettant à la jeune épistolière de préciser sa pensée ou de communiquer indirectement ses sentiments comme on peut le voir par exemple dans le commentaire qu’elle donne sur les lettres du marquis de Lassay 25 ; elle ironise sur la propension amoureuse du marquis qui rapporte maintes aventures avec des femmes, les aimant toutes à la folie, et qui, après tout cela, « paroit trouver son cœur encore tout neuf », mais elle laisse transparaitre aussi la crainte d’être traitée par d’Hermenches de la même façon :

  • 26 D’Hermenches s’efforce de la convaincre, toujours par le biais du livre de Lassay, qu’il est d’un a (...)

« J’aurois bien peur si j’aimois un homme aussi aimable, aussi spirituel, aussi recherché, que le Marquis de Lassay, que ses lettres venant par hazard a être imprimées je ne me trouvasse que le vingtieme prodige, la vingtieme personne unique qui auroit merité son amour. 26 » (I, 146)

20Ces références livresques inscrivent également l’épistolière et ses correspondants dans un réseau d’hommes et de femmes partageant une culture commune. Ceci est sensible dans l’usage des citations qui émaillent les lettres, étayant un exemple, donnant l’occasion d’un bon mot, établissant une connivence avec le destinataire du moment. Cet usage dénote parfois une forme d’élitisme social. Belle s’inquiète à ce propos du manque d’intérêt de son frère Vincent pour la lecture et lui donne en contre-exemple leur beau-frère :

« C’est un digne membre de la societé, actif et utile, mais il en seroit un membre plus agreable s’il savoit mieux toutes les choses dont on parle, je soufre quelque fois a lui voir ignorer un trait d’histoire un passage remarquable d’un poete celebre ; Un homme elevé avec soin est censé instruit, de toutes les choses de cette espece, son ignorance la dessus lui donne une sorte de ridicule et le fait paroitre quelquefois inferieur a des gens d’un mince merite, instruits superficiellement, mais qui ont l’art de placer à propos leurs connaissances. » (I, 178)

  • 27 P. Smith, « Madame de Charrière, lectrice de La Fontaine », Y. Went-Daoust (éd.), op. cit., p. 49-6 (...)

21Les bonnes lectures (elle pense aux auteurs classiques français) doivent donner à un homme de leur milieu une certaine aisance mondaine, indispensable à son rang. Cette dimension « ornementale » de la lecture semble avoir pour elle-même un autre rôle. Certes, elle apprécie les bons auteurs, le beau langage, elle aime faire des citations, mais elle ne semble pas y attacher une importance d’ordre social. Ses commentaires sur ce qui est bien écrit préludent plutôt à la recherche esthétique du naturel et de la simplicité qui caractérisent son œuvre littéraire ultérieure. Divers critiques charriéristes ont souligné dans l’œuvre de l’écrivaine la place de La Fontaine, Molière, Mme de Sévigné, Voltaire, Rousseau 27. Ces auteurs qu’elle lit, relit, cite et commente la stimulent à faire ses premières armes dans l’écriture et à accéder à la République des lettres où d’Hermenches l’accueille bien volontiers, comparant le style de ses lettres à celles de Mme de Sévigné et de Voltaire (I, 157). Il l’associe également à toute une pléiade de femmes auteurs, Mme de Sévigné de nouveau, mais aussi Mlle de Scudéry, Mme Deshoulières, Mme de Lambert, Mme du Châtelet (I, 166). Elle-même ne semble pas, à cette date, vouloir briguer une place dans ce panthéon féminin ; sans complexes, elle se réfère à Rousseau lorsqu’elle discute avec d’Hermenches de sa conception du métier d’écrivain (I, 186, 210).

22La jeune Belle de Zuylen lit donc pour s’instruire, pour développer son jugement, pour mieux comprendre le monde qui l’entoure, pour mieux se connaître, pour exercer sa plume. Lire pour la pure distraction, pour l’évasion, le divertissement est une activité rarement affichée, bien que le plaisir de lire ne soit pas absent. A propos de son frère Vincent, elle écrit :

« Nous lisons depuis hier les vies de Plutarque. Nous lirons des Romans. Je veux essayer de toutes les façons de separer chez lui l’idée de livre de l’idée de peine. Si tard les jeunes gens s’avisent de lire pour s’amuser ! » (I, 342)

23Mais derrière la notion de plaisir se profile l’institutrice en herbe qui essaie d’inculquer le goût de la lecture à un élève assez rétif. La pratique de la lecture telle qu’elle apparaît dans la correspondance s’inscrit très souvent dans un cadre de mentorat : la gouvernante, Constant d’Hermenches, James Boswell sont, à divers titres, des mentors de Belle ; parfois la relation s’inverse : à d’Hermenches, elle recommande la lecture d’Adam Smith qu’elle a découvert grâce à Boswell. Elle est une lectrice et traductrice attentive et critique de l’ouvrage que ce même Boswell publie sur la Corse en 1768 (II, 87). Elle se découvre en fait une vocation précoce de mentor puisqu’elle rêve par exemple de s’occuper du fils de Constant d’Hermenches (I, 275) et que, très concrètement, elle établit des programmes et même des stratégies de lecture pour ses frères et sa sœur, « une femme qui ne lit rien et qui auroit grand besoin de lire » (I, 439). Ceci annonce les lettres de la maturité dans lesquelles l’épistolière insiste auprès de ses jeunes élèves sur la pratique conjuguée de la lecture et de l’écriture en des termes qui rappellent et les préceptes de sa gouvernante et les conseils qu’elle dispensait à ses frères.

24Les lettres de jeunesse offrent toute une série de scènes centrées sur les activités de lecture dont on retrouve de nombreux échos dans les textes ultérieurs. La thématique de la lecture (lecture utile ou dangereuse, lecture masculine/féminine, lecture romanesque/lecture pédagogique) très présente dans la majeure partie des romans d’Isabelle de Charrière s’inscrit souvent dans des scènes de sociabilité — des causeries amicales, des promenades — et plus encore dans des relations de mentorat, parfois très proches de ce qu’on peut lire dans la correspondance, qui, en ce sens, pourrait être qualifiée.

Notes

1 Pratiques de la lecture, sous la dir. de R. Chartier, Paris/Marseille, Rivages, 1985 ; R. Darnton, The Kiss of Lamourette. Reflections in Cultural History, New-York/London, W. W. Norton ; Company, 1990, « First Steps Toward a History of Reading », p. 154-187.

2 I. de Charrière, Œuvres complètes, Amsterdam, G. A. van Oorschot, 1979-1984, 10 vol. Toutes les références renvoient à cette édition et sont signalées par le numéro de tome et de page.

3 R. Engelsing, Der Bürger als Leser. Lesersgeschichte in Deutschland, 1500-1800, Stuttgart, Metzler, 1974.

4 Voir à ce sujet, R. Wittmann, « Une révolution de la lecture à la fin du xviiie siècle », G. Cavallo, R. Chartier (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Seuil, 1997, p. 332.

5 V, p. 409.

6 I, p. 30 : « J’ai lû le livre dont vous me donnez une idée si juste et si favorable. Grace a mon ingrate mêmoire je puis recevoir comme une nouveauté tout ce que vous voudrez bien m’en extraire, le ton modeste avec lequel vous me l’ofrez joint a l’idée que j’ai de votre jugement me persuade que cela me vaudra la lecture que j’en pourois faire. »

7 I, p. 89, lettre du 6-7 décembre 1755.

8 P. Pelckmans, Isabelle de Charrière. Une correspondance au seuil du monde moderne, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1995, « La cité des livres », p. 64-103.

9 Voir par exemple lettres du 26 février-5 mars 1764 (I, 174), du 26 août 1764 (I, 276).

10 V, p. 79, lettre du 4 avril 1795.

11 P. et S. Dubois, Zonder vaandel. Belle van Zuylen een biografie, Amsterdam, G. A. van Oorschot, 1993, p. 35-36.

12 J. de Kruif, dans son étude sur les pratiques de lecture à La Haye au xviiie siècle (Liefhebbers en gewoontelezers. Leescultuur in Den Haag in de achttiende eeuw, Zutphen, Walburg Pers, 1999), a constaté la présence réduite des philosophes français dans les inventaires de bibliothèques privées, p. 225-231.

13 Lettres du septembre (I, 84) et 6 octobre 1755 (I, 86).

14 Le 30 juillet 1762. Voir W. Gobbers, Jean-Jacques Rousseau in Holland, Gent, Secretariaat van de Koninklijke Vlaamse Academie voor taal-en letterkunde, 1963, p. 300-306.

15 I, p. 146, lettre du 29 novembre 1762.

16 R. Trousson, « Isabelle de Charrière et Jean-Jacques Rousseau », Lettre de Zuylen et du Pontet, 12, 1987, p. 4-11.

17 R. Trousson, « Présence de Voltaire dans l’oeuvre d’Isabelle de Charrière », Y. Went-Daoust (éd.), Isabelle de Charrière (Belle de Zuylen). De la correspondance au roman épistolaire. Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1995, CRIN 29, p. 29-48.

18 J. de Kruif, op. cit., p. 100.

19 II, p. 132-133, lettre du 22 novembre 1768.

20 I, 373, lettre à son frère Ditie du 11 février 1765 : « ne pouriez-vous pas demander a la Saraz les livres qu’il devoit acheter pour moi ? Demandez les misterieusement, ce sont les Rabelais qui doivent être mis sur le comte de Me Bentinck. Le Comte Pierre devoit me les aporter, mais je serois bien aise de les avoir plutot. »

21 Belle se plaint de devoir lire les Vies de Plutarque dans l’ennuyeuse traduction de Dacier, elle réussit à se procurer une traduction anglaise ; un ami de la famille, Joan Gideon Loten (1711-1789) l’a achetée pour elle et en a noté le prix dans son carnet de comptes : « 14 january 1768 for Mlle de Zuylen Plutarch’s Lives £ 1. 4sh » (Rijksarchief Utrecht F. A. Grothe inv. Nr 1385) ; Belle fait allusion à cette traduction anglaise dans une lettre du 27 mars 1768 à Constant d’Hermenches (II, p. 80).

22 Par exemple à propos du Discours sur l’inégalité de Rousseau (I, p. 84, 86). Elle propose à Constant d’Hermenches de lui offrir ou de lui prêter le livre d’A. Smith, The theory of moral sentiments (1759) qu’elle est en train de lire et dont elle a discuté avec James Boswell (I, p. 208).

23 C’est ce que constate aussi P. Pelckmans pour la période suisse, op. cit., p. 69 ss.

24 G. Samson, « Les jugements littéraires de Mme de Charrière sur ses contemporains », Lettre de Zuylen et du Pontet, 23, 1998, p. 22-24.

25 Marquis de Lassay, Recueil de différentes choses, [1727], Lausanne, M. M. Bousquet, 1756.

26 D’Hermenches s’efforce de la convaincre, toujours par le biais du livre de Lassay, qu’il est d’un autre acabit : « Je vous disois que je n’ai point lu les lettres de Lassai, et depuis lors je ne les ai pas trouvées, je crois meme que je ne les ai pas cherchées, vous m’en donniés du dégout plutot qu’autre chose, les expressions d’une extreme tendresse ne peuvent plaire qu’a de tout a fait jeunes gens. » (I, 160)

27 P. Smith, « Madame de Charrière, lectrice de La Fontaine », Y. Went-Daoust (éd.), op. cit., p. 49-63 ; G. Samson, « Mme de Charrière et Molière », Lettre de Zuylen et du Pontet, 22, 1997, p. 26-29 ; R. Trousson, « Présence de Voltaire dans l’œuvre d’Isabelle de Charrière », Y. Went-Daoust (éd.), op. cit., p. 29-48 ; B. Bray, « Belle épistolière ou ‘la Sévigné de notre siècle’ », Lettre de Zuylen et du Pontet, 22, 1997, p. 4-11 ; R. Trousson, « Isabelle de Charrière et Jean-Jacques Rousseau », art. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540