Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. La lecture et ses usages

Vivre de lecture, mourir de lire. Le cas de Madame de Staal-Delaunay

Gabrielle Verdier

Texte intégral

  • 1 33e lettre à Mademoiselle Delaunay, Œuvres de Madame de Staal, Paris, A. A. Renouard, 1821, vol. 2, (...)

« Je suis très inquiet de votre mal d’yeux, et je connais trop de quel prix sont les yeux pour vous, pour que mon inquiétude ne devienne pas une véritable affliction. La lecture et l’écriture sont les seuls amusements de la plus malheureuse vie dont l’injustice de la fortune puisse persécuter le mérite1. »

  • 2 Mémoires de Madame de Staal-Delaunay, éd. par G. Doscot, Paris, Mercure de France, 1970, p. 81. Les (...)

1Vers 1716 l’abbé de Chaulieu, octogénaire, écrivit à sa bien-aimée d’une trentaine d’années ces mots de sollicitude qui résument le rôle essentiel de la lecture dans l’existence malheureuse de la jeune femme. Déjà Mademoiselle Delaunay, dont la vue était « extrêmement basse 2 », souffrait du mal qui allait la rendre aveugle et l’emporter en 1750. La lecture et l’écriture étaient en effet ses « seuls amusements », mais aussi, par « l’injustice de la fortune », ses seuls moyens de subsistance.

  • 3 Delaunay se fit remarquer par une lettre spirituelle à Fontenelle (p. 92-4).

2En 1711, elle était entrée dans la maison de la duchesse du Maine comme femme de chambre alors qu’elle espérait être nommée gouvernante. Découvrant enfin ses talents 3, la duchesse l’associa à la création de ses fastueux divertissements, « Les Grandes Nuits de Sceaux ». Elle en fit ensuite sa lectrice préférée et sa secrétaire, notamment durant la conspiration qu’elle tramait contre le Régent avec l’ambassadeur d’Espagne, Cellamare. Pendant plusieurs années, Delaunay remplit « cette pénible fonction » (p. 101) : elle passait des nuits entières à lire à sa tyrannique maîtresse qui souffrait d’insomnie, puis, « j’allais de mon côté chercher le sommeil, que je ne trouvais guère » (p. 111). Restant jusqu’à la fin de sa vie au service de la duchesse — une quarantaine d’années, hormis les dix-huit mois qu’elle passa à la Bastille suite à la conspiration — elle aura toujours du mal à trouver le sommeil. Au début elle était logée « dans un entresol si bas et sombre, que j’y marchais pliée et à tâtons ; on n’y pouvait respirer, faute d’air, ni s’y chauffer, faute de cheminée » (p. 81). C’est dans ce réduit qu’elle se renfermait pendant ses rares moments de loisir pour trouver « ma consolation dans la lecture » (p. 82).

3Mlle Delaunay, qui ne devint Mme de Staal qu’en 1735 à l’âge de 51 ans et composa ses mémoires entre 1736 et 1742, présente un cas exceptionnel de lectrice, une roturière qui s’est distinguée du commun par ses lectures. Passionnée des ouvrages les plus sérieux dès son enfance, elle avait acquis la réputation de « prodige » (p. 62) d’érudition et l’amitié de savants et beaux esprits — Fontenelle, Valincour, Chaulieu, Duverney, Dacier, Mme de Lambert, Mme du Deffand — ainsi que la protection des duchesses du Maine et de la Ferté. La lecture comme moyen de subsistance, cependant, devint la corvée qui la privera non seulement du plaisir de lire mais de sa santé même : « Quoique je fusse considérée à Sceaux, et qu’il y eût des spectacles et des divertissements chaque jour, ce genre de vie, si inaccoutumé à mon corps et mon esprit, m’était insoutenable […] j’étais née avec une santé délicate […] » (p. 67).

4En effet, le drame de l’existence de Staal-Delaunay — et ce qui lui permit de devenir une grande mémorialiste, une fine moraliste, et une épistolière qui reste encore à découvrir — c’est qu’elle avait reçu une éducation bien supérieure à sa naissance. Elle le souligne dans son autoportrait :

  • 4 L’autoportrait inséré dans ses mémoires date d’environ 1730, l’époque où Mme Du Deffand commença à (...)

« Delaunay est de moyenne taille, maigre, sèche et désagréable. […] Sa mauvaise fortune a beaucoup contribué à la faire valoir. La prévention où l’on est que les gens dépourvus de naissance et de bien ont manqué d’éducation fait qu’on leur sait gré du peu qu’ils valent : elle en a pourtant eu une excellente, et c’est d’où elle a tiré tout ce qu’elle peut avoir de bon, comme les principes de vertu, les sentiments nobles et les règles de conduite que l’habitude à les suivre lui a rendu comme naturels. Sa folie a toujours été de vouloir être raisonnable 4. » (p. 220)

  • 5 Les Mémoires de Madame de Staal-Delaunay », Portraits littéraires, Paris, Firmin Didot, 1867, vol. (...)
  • 6 F. M. Grimm compare sa prose à celle de Voltaire. Correspondance, Paris, Garnier, 1877, vol. 3, p. (...)
  • 7 Il est difficile de s’énoncer avec plus de netteté, de justesse ; de pureté, ni d’une manière plus (...)
  • 8 Cité par F. Funk-Brétano, éd., Mémoires de Madame de Staal, Paris, Firmin-Didot, 1928, p. 2.
  • 9 Lettre à Thiriat », 1er octobre 1755, Les oeuvres complètes de Voltaire, Correspondance, édité par (...)

5La disproportion entre son intelligence rehaussée par une excellente éducation et la bassesse de sa condition accentuée par « le caractère indélébile de femme de chambre » (p. 80) créa le drame qui permit à cette « élève de La Bruyère » de devenir « l’égale du maître » selon Sainte-Beuve 5. Cette disproportion colorera aussi le jugement de ses lecteurs. Si Grimm 6 et Fréron 7 s’extasient sur le style de ses Mémoires lorsqu’ils parurent en 1755, cinq ans après la mort de l’auteur et deux ans après celle de sa maîtresse, d’autres en condamnent le fond. Fontenelle y trouva de la « petitesse » : « Cela est écrit avec une élégance agréable, mais ne valait pas la peine d’être écrit 8 ». Et Voltaire, lui aussi bénéficiaire de la faveur de la duchesse, de remarquer avec dédain : « elle paraît plus occupée des événements de la femme de chambre que de la conspiration du prince Cellamare 9. »

  • 10 M. Buchanan, « Une ombre à la fête de Sceaux : Madame de Staal-Delaunay », The French Review, vol. (...)
  • 11 Sainte-Beuve, op. cit., p. 452.
  • 12 C. de Parscau, Rose de Staal de Launay. Étude biographique et littéraire, thèse de doctorat, Univer (...)
  • 13 A. M. de Lescure fut le dernier éditeur à publier les lettres que Staal-Delaunay voulait ajouter au (...)

6Loin de déplorer que Delaunay ne parle pas assez de la cour de Sceaux et trop d’elle-même, une lectrice de nos jours appelle à l’étude de la mémorialiste non seulement comme « femme de tête » douée d’une « parfaite et souvent cruelle justesse d’observation » mais comme « femme de cœur 10 », une mélancolique qu’il faudrait relire « sous les arbres de novembre, au bruit des feuilles déjà séchées 11 ». Dans une thèse inédite récente, Charlotte de Parscau étudie l’univers intérieur de l’écrivaine afin de répondre à une interrogation sous jacente, « pourquoi Mme de Staal de Launay écrivit-elle 12 ? » A leur suite, il faudrait se pencher sur ses lectures formatrices et s’interroger sur la façon dont elle fait valoir son éducation dans l’image qu’elle construit d’elle-même. Pour nuancer le portrait, il convient de relire ses lettres, que les éditeurs des Mémoires négligent depuis un siècle 13.

  • 14 Lescure, ibid., vol. 1, p. 6.

7L’étude de Staal-Delaunay lectrice s’organiserait autour de trois axes qu’on ne pourra qu’esquisser, en tenant compte de conditions matérielles exceptionnelles de son cas : les lectures qui ont formé une femme qui n’était pas « naturellement une grande dame 14 » ; sa lecture, souvent critique, des lettres que lui adressèrent ses amis et amants ; enfin, sa relecture de ses propres écrits.

8Dans le premier tiers des mémoires, elle commente l’effet formateur de ses lectures sur son caractère, son esprit et sa destinée. Fille d’un peintre qui s’était exilé en Angleterre, Marguerite-Jeanne Cordier naquit à Paris en 1684, où sa mère était retournée. Démunie, celle-ci trouva refuge dans un couvent en Normandie où elle laissa sa fille. L’enfant, qu’on appelait Rose Delaunay du nom de sa mère, devint la protégée de deux religieuses de bonne famille, les dames de Grieu. Elle vécut au couvent comme une petite « reine » jusqu’à l’âge de 26 ans, quand la mort de sa protectrice la précipita sans ressources dans « l’abîme » du monde (p. 56). La mémorialiste quinquagénaire jette un regard désabusé, nourri de lectures, sur son parcours extraordinaire :

« Il m’est arrivé tout le contraire de ce qu’on voit dans les romans, où l’héroïne, élevée comme une bergère, se trouve une illustre princesse. J’ai été traitée dans mon enfance en personne de distinction ; et par la suite je découvris que je n’étais rien, et que rien dans le monde ne m’appartenait. » (p. 29)

9Contrairement à la plupart des femmes fictives ou réelles de l’ancien régime, elle reçut une éducation sérieuse, plus philosophique et scientifique que littéraire. Au lieu de l’endormir avec « les Peau d’âne, on mettait dans ma tête les premiers fondements de l’histoire sainte et profane » ; émerveillées par sa précocité, les dames de Grieu « se faisaient une occupation unique de mon éducation » (p. 31). Peu douée pour la musique, l’ouvrage, et les autres arts qu’apprenaient les jeunes filles — sa myopie la rendait très maladroite — elle adorait la lecture à tel point qu’elle se fit « couper les cheveux pour être plus tôt coiffée » afin de s’adonner à sa passion. Dès l’âge de huit ans, elle lisait continuellement des livres de piété, mais l’adolescence et le regret d’avoir sacrifié sa belle chevelure, lui apprit que « les femmes tiennent à leurs agréments encore plus qu’à leurs passions » et « cette connaissance ralentit mon ardeur pour être religieuse » (p. 33). En fait, les mémoires ne feront plus allusion à la religion, et les lettres que lui adressa Chaulieu, qui l’amenait aux soupers du Grand Prieur de Vendôme au début de la Régence, confirment qu’elle ne resta pas dévote longtemps. Tout en louant son esprit et sa sagesse, l’abbé lui fait lire Ovide (O., p. 538) et la décrit dans une épître galante qu’elle inclut dans les mémoires comme étant « coquette, libertine, et peut-être peu friponne » (p. 103).

10Delaunay traversa ensuite une période romanesque quand des pensionnaires lui prêtèrent des romans : « l’impression fut si vive sur mon esprit, que je n’ai pas été depuis si agitée de mes propres aventures que je l’étais de celles de ces personnages fabuleux » (p. 33). On lui dit de renoncer à ces « lectures dangereuses ». Elle le fit « si exactement » qu’elle était « restée tout au travers d’un incident qui me causait une grande inquiétude » mais résista à la tentation de voir le dénouement. « J’ai fait peu de choses qui m’aient autant coûté. Cependant, l’idée des passions me frappa, et les sentiments qui les forment s’insinuèrent dans mon âme sans objet déterminé » (p. 34). La lecture des romans laissera des traces profondes — et dangereuses — qu’elle analyse avec sa lucidité habituelle. L’attraction qu’elle ressentit pour le premier homme qu’elle aima, le marquis de Silly, était colorée par ses lectures, qu’elle transforma en écriture mais jugera sévèrement : « Je m’amusais à composer des contes et des romans pour donner quelques essor aux sentiments dont mon âme était remplie. […] la fable était mal composée et les sentiments auraient peut-être mérité d’être employés sur un meilleur fonds » (p. 52).

  • 15 Lescure, ibid., p. 8.

11Si « le couvent rendait les filles mystiques ou romanesques 15 » Delaunay se distingue du commun. Les romans et livres de piété ne purent « exciter ma curiosité ni la satisfaire ». Enfin une pensionnaire à « l’esprit solide et cultivé », Mlle de Silly, l’initia à la philosophie (p. 34). Dans ce couvent gouverné par les jésuites (p. 71), elles purent consacrer des journées entières à lire Descartes et La Recherche de la vérité ; à l’âge de treize ou quatorze ans, Delaunay s’attachait « à prévoir les conséquences » des principes de Malebranche, « pour vérifier si je comprenais quelque chose » (p. 34), et arriva à la conclusion qu’elle « l’entendait », ce qu’elle explique par un raisonnement bien cartésien : « Il se peut qu’une tête toute neuve, qui n’est imbue d’aucune opinion, reçoive plus aisément des idées abstraites. » (p. 34) De nouveau, la prudence et la raison lui font remettre en question cette nouvelle « passion de connaître ». À force de prendre « un si grand plaisir à cette prétendue découverte de la vérité », elle commença à craindre « que la philosophie n’altérât la foi […] et je pris, au fort de ma passion, le parti d’en éloigner l’objet jusqu’à ce que je pusse m’y livrer sans danger. » (p. 34-5) Pour se « divertir » de la métaphysique et d’une absence de son amie, elle se livra à l’étude de la géométrie. Cette occupation lui fit comprendre que « le meilleur moyen de calmer les troubles de l’esprit » est de lui en présenter d’autres objets qui le détournent de celui-là (p. 38). C’est donc à travers ses lectures successives que la mémorialiste trace la formation d’une force de caractère « accoutumée […] à me faire violence » et d’un jugement supérieur aux connaissances :

« Ma passion pour l’étude s’était ralentie depuis que je m’étais aperçue que la vérité que l’on cherche s’évanouit au moment qu’on croit s’en saisir. J’aimais toujours la lecture comme une occupation utile et agréable ; mais je ne lui donnais plus les avantages qu’elle n’a pas ; et toute passion s’éteint dès qu’on en voit l’objet tel qu’il est » (p. 39).

  • 16 Voir la thèse de L. Gilon, Mme de Staal-Delaunay, femme de théâtre, U. of Massachussetts, 1978. La (...)

12Par la suite, les mémoires et la correspondance révèlent qu’elle lira Fontenelle, y compris l’Histoire de l’Académie royale des Sciences, Locke, Les Épîtres de Sénèque et le Traité des Bienfaits, traduits par Malherbe, Machiavel. Elle connaissait si bien les ouvrages de l’anatomiste Duverney qu’on la désignait « la fille de France qui connaissait mieux le corps humain » (p. 84). Ses écrits sont truffés d’allusions à la mythologie, à l’Arioste, aux romans — Don Quichotte, l’Astrée, Clélie, etc. — aux pièces de Molière et de Racine, à la littérature anglaise, notamment Pope et la Pamela de Richardson, qu’elle apprécie (O., p. 392). Les comédies étaient « mon bréviaire. Je possède aussi les opéras » (O., p. 28). Elle écrira deux excellentes comédies, L’engouementet La mode, dans laquelle, d’ailleurs, une jeune fille studieuse s’oppose à une mère frivole 16 ; à la Bastille, elle s’amuse à chanter un duo d’Iphigénie avec le duc de Richelieu, chacun à la fenêtre de sa cellule (p. 161). Contrairement à ce que suppose son amant Menil, cette grande liseuse n’avait pas appris le latin et ne savait aucune langue étrangère : « Le français est tout ce que je sais. Pas un mot d’italien. […] Est-ce sur ma physionomie que vous m’avez jugée si docte ? Car je me flatte que vous ne m’accusez pas d’ailleurs de faire la savante » (O., p. 29).

  • 17 J. de Bonnot éd., Mémoires de Madame de Staal-Delaunay, Paris, Delaure et Lalauze, 1970, p. ii.
  • 18 Voltaire to Marguerite Jeanne Cordier de Launay », July/August 1731, op. cit., 1976, vol. 130, p. 4 (...)

13Si Delaunay sut s’attirer tant d’illustres admirateurs, c’est qu’elle se gardait bien de faire étalage de son érudition, précaution d’autant plus essentielle que, contrairement à une Madame du Châtelet, elle est montée au premier rang « par l’escalier de service 17 ». Mais elle devait ressentir l’envie de montrer son savoir, comme le suggère Silly dans une lettre de conseil datée d’environ 1710 : « Je voudrais aussi que vous fussiez plus occupée de la réputation de votre jugement que de celles de votre esprit. Servez-vous, je vous prie, des expressions les plus simples ; et surtout, ne faites aucun usage de celles qui sont propres aux sciences. » (p. 60) Elle réussit si bien à doser raison et agrément que, parmi tant d’autres, Voltaire lui adressa une épître flatteuse qui loue son talent d’unir « les grâces au savoir », Lucrèce à Anacréon 18 ». Dans son autoportrait elle résume en une phrase l’équilibre délicat qu’elle sut trouver entre l’érudition et son expression : « Elle a beaucoup lu, et ne sait pourtant que ce qu’il faut pour entendre ce qu’on dit sur quelque matière que ce soit, et ne rien dire de mal à propos » (p. 221).

  • 19 Elle avait ébauché un « Abrégé de métaphysique », dont le manuscrit a été découvert par Gilon, op. (...)

14Si elle n’avait pas eu le souci constant de plaire à ses protecteurs pour assurer son pain quotidien, elle se serait adonnée à ses lectures et méditations philosophiques 19. Ses occupations à la Bastille (décembre 1718-juin 1720) en donnent une idée. Paradoxalement, ces dix-huit mois en prison était « le seul temps heureux que j’aie passé dans ma vie » (p. 176), l’endroit où elle goûta la liberté véritable parce qu’elle était affranchie « de la tyrannie que le monde et tout ce qu’il contient exerce sur nous » (O., p. 35). Elle avait enfin une chambre avec une fenêtre et une cheminée ; un geôlier complaisant, le lieutenant de la Bastille M. de Maisonrouge, qui tomba éperdument amoureux d’elle ; des livres à volonté. « Je pris aussi un goût, qui m’est tout nouveau, pour le jeu et pour l’ouvrage. Toutes ces choses […] me délassaient des lectures sérieuses dont je faisais ma principale occupation. » (p. 145) Elle avait commencé à écrire « des réflexions morales sur quelques passages de l’Ecclésiaste » lorsque Maisonrouge lui offrit un divertissement nouveau, une lettre galante de la part d’un prisonnier voisin, le chevalier de Menil, lui aussi compromis dans la conspiration Cellamare.

  • 20 L’article de S. van Dijk, « Lire ou broder : deux occupations féminines » fait apprécier la singula (...)

15Ainsi commence la plus « bizarre aventure » (p. 151), un échange de 241 lettres chacun, digne d’un roman épistolaire. Seules les lettres de Delaunay nous sont parvenues parce qu’elle rendit à Menil les lettres qu’il avait écrites lorsqu’elle lui redemanda les siennes. Retenons les aspects en rapport avec la lecture. Pendant deux mois ils s’écrivent et se lisent sans se rencontrer. Delaunay refuse de lui envoyer son portrait, car « je ne trouve rien qui favorise tant notre commerce que sa singularité » (O., p. 8). C’est elle qui s’efforce d’élever l’échange à un niveau plus sérieux que le badinage : « Si vous voulez, mêlons-nous quelque fois de raisonner. […] Ma pensée serait donc que nous nous fissions part de réciproquement de nos réflexions. Eh ! quelles réflexions ne fait-on pas dans ce séjour ci ! » (O., p. 12-3) Elle aborde les grands thèmes des moralistes — l’amourpropre, l’art et l’artifice, la liberté, les caractères et les conditions, la cour — et annonce qu’elle a pu terminer la première ébauche d’un ouvrage, « dont j’avais fait le plan depuis longtemps » (O., p. 40). Bien que le chevalier semble avoir « offert de se laisser conduire » (O., p. 34), il répugne à quitter le badinage, au point où elle s’excuse de ses discours sérieux : « J’abuse de la permission que vous m’avez donnée de vous écrire sérieusement. » (O., p. 37) Au contraire, c’est lui qui s’adonne aux « travaux de dames », la tapisserie, pour se désennuyer 20. Quant à Delaunay, elle s’est « familiarisée » en prison « avec le jeu et l’ouvrage, que je n’avais jamais pu souffrir. J’ai fait aussi bien que vous de la tapisserie avec une ardeur incroyable », mais elle a vite trouvé « qu’en fait d’amusements la diversité seule empêche le dégoût. Je suis revenue à la lecture, que je rends diverse autant qu’il me plaît » (O., p. 16).

16Cette singulière correspondance dans laquelle la femme assume le rôle de maître de philosophie se transformera en échange plus conforme aux romans d’amour. En effet, Delaunay avouera que « Je ne puis trouver la fin des jours sans vous ; c’est à dire, sans vous écrire et sans vous lire » (O., p. 23). Ils se verront, ils trouveront des moyens de s’écrire et de se rencontrer à l’insu de leur geôlier, le piquant de l’aventure rendra les sentiments plus intenses, le chevalier fera sa déclaration, et elle écrira au bout de deux mois « je suis à vous une fois pour toutes ; disposez de moi souverainement » (O., p. 42). La suite des lettres et des mémoires révèle que le chevalier, libéré en janvier 1720, oubliera vite celle à qui il avait voué un amour éternel. Delaunay découvrira qu’elle s’était engagée « si légèrement sur de vaines illusions » (p. 203). Six mois plus tard, elle quitte la Bastille pour rentrer en servitude : « Je reçus, avec ma liberté, l’ordre de me rendre sur-le-champ à Sceaux » (p. 200).

  • 21 « Je ne me flatte pas que les événements de ma vie méritent jamais l’attention de personne ; et si (...)

17L’oubli des lettres de la mémorialiste dans les éditions modernes supprime un volet important de son activité de lectrice, sa relecture des lettres, essentielle à son travail d’écrivain. Malgré la déclaration de modestie qui ouvre les mémoires 21, elle imaginait des lecteurs éventuels, ce que confirme la « note de l’auteur » qui accompagne la publication des 24 premières lettres à Menil à la suite du récit dans les premières éditions :

« Il n’y a ici aucune des lettres du chevalier de Menil parce qu’elles lui furent rendues lorsque je redemandai les miennes. […] Enfin ces tristes monuments d’un malheureux attachement me devinrent plus chers quand j’eus perdu tout le reste, et ne je pus me résoudre à m’en défaire. (Note de l’auteur) » (O., p. 3)

18Au début des années 1740 elle envoya le manuscrit des mémoires et toute sa correspondance à l’avocat Louis d’Héricourt pour lui demander son jugement car « je voudrais ne pas [les] laisser tomber entre les mains de gens incapables d’en prendre soin et de discerner l’usage qu’il s’en peu faire » (O., p. 383). Ses lettres à d’Héricourt font état de l’éternel ennui de sa vie au service de la duchesse : « Je ne vous dirai rien de ce que j’ai lu, car je n’ai eu le loisir de rien lire depuis longtemps : je ne sais même pas s’il y a quelque chose de nouveau qui mérite attention. » (O., p. 386) Les quelques moments dont elle dispose sont consacrés à notre « grande affaire […] Cela est si épais que j’en suis effrayé » (p. 387). Elle est préoccuppée par le rapport des lettres à Menil aux mémoires :

« Si je fais jamais refaire une copie du grand écrit, on y intercalera les premières lettres. J’ai senti, en faisant à quelqu’un cette lecture, combien la promptitude d’une telle liaison est choquante ; ce qui est en partie sauvé par les lettres qui la précèdent, lesquelles font filer la connaissance » (O., p. 396).

19Elle rétablit également l’ordre des lettres de Chaulieu et ses lettres à Silly, et, avec le conseil de M. d’Héricourt, choisit celles qui devraient figurer dans les mémoires. La lecture des sages réflexions qu’il lui fait apporte « un médicament bien approprié à mon esprit malade » (O., 406).

20L’édition de ses œuvres terminée, ses lettres s’espacent à mesure que s’agrave son mal des yeux (O., p. 419), qui s’ajoute « à la contrainte et la perpétuelle sujétion » (p. 407) pour assombrir ses dernières années. « L’unique objet de mes désirs serait de voir un peu plus clair. […] J’aurais bien des choses à vous dire et des réflexions à faire sur ce qui se passe sous nos yeux, si je pouvais écrire au-delà du nécessaire. » (O., p. 421) Elle aussi dut avoir recours à un lecteur. Sa dernière lettre, datée du 18 janvier 1749, un an avant sa mort, décrit son triste état avec équanimité :

« J’aurois répondu plus tôt votre lettre, monsieur […] mais un rhume avec crachement de sang m’a obligée de me faire saigner, et cela a mis ma vue si bas, qu’il ne m’en reste que pour me conduire, et si mal, que je me heurte de tous côtés. Vous me conseillez de me servir de secrétaire ; je n’ai pas cet esprit là ; je ne sais que dire quand je n’ai pas la plume dans la main, et même avec ce secours, je ne vous dirai rien qui vaille. Je baisse de tout point : mais mon jugement est encore assez sain pour que je m’en aperçoive, et c’est sans aucun chagrin. […] La destruction qu’on voit s’acheminer fait supporter plus patiemment les maux dont la fin semble prochaine. » (O., p. 426)

  • 22 Doscot, op. cit., Notes, p. 250.

21La mémorialiste, cependant, termine son récit sur le portrait du duc du Maine, dont la mort douloureuse en 1736 représentait l’ultime désillusion, « la perte de toutes les espérances de fortune qui m’avait séduite » (p. 234). Bien qu’un portrait aussi élogieux « troubla 22 » certains éditeurs, les qualités que Staal-Delaunay trouve chez cette autre victime de la duchesse clôturent parfaitement le récit, servant de miroir qui reflète ses propres traits : « Son goût le portait à la retraite, à l’étude, au travail » (p. 234) ; « Elle a rempli sa vie d’occupations sérieuses » (p. 221). Au plan intellectuel, cette malvoyante incapable de se contenter des « travaux de dames » se montre l’égale des grands esprits et supérieure à ses amants. Son éducation exceptionnelle aiguisant son sens critique rendit possible son parcours singulier. Sans les lectures qui assurèrent sa survie et alimentèrent sa vie intérieure, elle serait restée une femme de chambre ordinaire et oubliée.

Notes

1 33e lettre à Mademoiselle Delaunay, Œuvres de Madame de Staal, Paris, A. A. Renouard, 1821, vol. 2, p. 520-21. Le volume 2 réédite le Recueil de Lettres de Mlle de Launai (Mme de Staal) au chevalier de Menil, au marquis de Silly et à M. d’Héricourt, auxquelles on a joint celles de M. de Chaulieu, publié en 1801. Mes références aux lettres renvoient aux Œuvres 2, abrégé « O » dans le texte.

2 Mémoires de Madame de Staal-Delaunay, éd. par G. Doscot, Paris, Mercure de France, 1970, p. 81. Les références aux mémoires renvoient à cette édition, la plus récente.

3 Delaunay se fit remarquer par une lettre spirituelle à Fontenelle (p. 92-4).

4 L’autoportrait inséré dans ses mémoires date d’environ 1730, l’époque où Mme Du Deffand commença à fréquenter la cour de Sceaux. Dans une lettre à Menil en 1718, Delaunay déclare que « l’éducation » est ce qu’elle a de « meilleur. J’y ai passé ma vie » (O., p. 22).

5 Les Mémoires de Madame de Staal-Delaunay », Portraits littéraires, Paris, Firmin Didot, 1867, vol. 3, p. 441.

6 F. M. Grimm compare sa prose à celle de Voltaire. Correspondance, Paris, Garnier, 1877, vol. 3, p. 73-7.

7 Il est difficile de s’énoncer avec plus de netteté, de justesse ; de pureté, ni d’une manière plus noble ; plus naturelle ». Ch. -Élie Fréron, L’Année littéraire, 1755, tome vi, lettre x, p. 221-244.

8 Cité par F. Funk-Brétano, éd., Mémoires de Madame de Staal, Paris, Firmin-Didot, 1928, p. 2.

9 Lettre à Thiriat », 1er octobre 1755, Les oeuvres complètes de Voltaire, Correspondance, édité par T. Besterman, Institut et Musée Voltaire, Genève, U of Toronto Press, 1969, vol. 100, p. 317.

10 M. Buchanan, « Une ombre à la fête de Sceaux : Madame de Staal-Delaunay », The French Review, vol. 51, n° 3, February 1978, p. 353-60.

11 Sainte-Beuve, op. cit., p. 452.

12 C. de Parscau, Rose de Staal de Launay. Étude biographique et littéraire, thèse de doctorat, Université de Paris IV, 1991.

13 A. M. de Lescure fut le dernier éditeur à publier les lettres que Staal-Delaunay voulait ajouter aux mémoires. Mémoires de Mme de Staal, Paris, A. Lemerre, 1877.

14 Lescure, ibid., vol. 1, p. 6.

15 Lescure, ibid., p. 8.

16 Voir la thèse de L. Gilon, Mme de Staal-Delaunay, femme de théâtre, U. of Massachussetts, 1978. La Mode vient d’être rééditée par P. Gethner, dans Femmes dramaturges en France (1650-1750) Tome ii, Biblio 17, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2001.

17 J. de Bonnot éd., Mémoires de Madame de Staal-Delaunay, Paris, Delaure et Lalauze, 1970, p. ii.

18 Voltaire to Marguerite Jeanne Cordier de Launay », July/August 1731, op. cit., 1976, vol. 130, p. 47.

19 Elle avait ébauché un « Abrégé de métaphysique », dont le manuscrit a été découvert par Gilon, op. cit., p. 172-95.

20 L’article de S. van Dijk, « Lire ou broder : deux occupations féminines » fait apprécier la singularité du comportement du chevalier. L’épreuve du lecteur : livres et lectures dans le roman d’ancien régime, J. Herman, P. Pelckmans, éds., Louvain-Paris, Éditions Peeters, 1995, p. 351-60.

21 « Je ne me flatte pas que les événements de ma vie méritent jamais l’attention de personne ; et si je me donne la peine de les écrire, ce n’est que pour m’amuser par le souvenir des choses qui m’ont intéressée. » (p. 29)

22 Doscot, op. cit., Notes, p. 250.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540