Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. La lecture et ses usages

Lire avec des plumes ou l’art – féminin ? – de l’extrait à la fin du XVIIIe siècle

Nicole Pellegrin

Texte intégral

1L’érudit(e) en son cabinet est une figure énigmatique. À plus forte raison quand cette figure est féminine et appartient au passé.

  • 2 M. Ozouf, « L’image dans le tapis », L’École de la France, Paris, Gallimard, 1984, p. 7-24 ; P. Nor (...)
  • 3 A. Grafton, Joseph Scaliger, Oxford, Oxford U. P., 1983 ; Diderot, « Regrets sur ma vieille robe de (...)

2Arlette Farge et quelques autres témoins de l’ego-histoire ont essayé de faire partager les particularités de leur travail de recherche (lectures fondatrices, formations initiales, cursus poursuivis, engagements politico-intellectuels, modes de rassemblement de leur documentation, réélaborations et restitutions variées des savoirs ainsi réunis), osant même parfois nous dire les difficultés et les bonheurs d’activités liées à des lieux et à des savoir-faire concrets 2. Plus éloignées dans le temps, les pratiques de quelques humanistes comme Scaliger, commencent à nous être familières, et le décor étroit où se sont élaborées les œuvres de Diderot a désormais perdu un peu de son mystère 3. Pourtant les conditions matérielles d’une lecture capable de se muer en véritable écriture savante, c’est-à-dire vouée à une large diffusion, imprimée ou non, et riche d’un contenu non fictionnel, restent mal connues.

  • 4 Environ cent-cinquante dames encombraient alors la carrière littéraire » ose écrire A. Marquiset (L (...)
  • 5 M.-J. Chénier, Tableau historique de l’état et des progrès de la littérature fançaise depuis 1789, (...)
  • 6 J.-M. Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main. Lecture et lecteurs de livres pornographiqu (...)
  • 7 F. Briquet, Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et étrangères nat (...)

3Cela est vrai pour les hommes, ce l’est plus encore pour les femmes, lors même que celles-ci se multiplient comme auteures au tournant des xviiie et xixe siècles, livrant alors une production dont on commence seulement à mesurer l’importance quantitative et qualitative et les caractéristiques genrées 4. Leurs écrits y perdent ainsi un peu de leur singularité individuelle mais, en dévoilant leurs traits communs, rendent nécessaires des portraits de groupe qu’il nous faut apprendre à isoler et à intégrer dans le panorama littéraire d’un temps d’ailleurs propice aux récapitulations 5. Une manière de contredire un double cliché : d’une part l’image, créée par les artistes mâles du xviiie siècle, de la lectrice en éternelle rêveuse, masturbatrice oublieuse du monde ou (et ?) « écriveuse » de billets doux et de romans par lettres6 ; d’autre part l’invention, plus récente, d’une figure d’écrivaine sans capacité ni volonté de maintenir une mémoire historique propre aux femmes. Pourtant c’est en grand nombre que quelques lectrices de ce temps ont voulu (et parfois dû pour survivre) non seulement se muer en scribes ordinaires, mais aussi en véritables érudites capables de restituer, en les réélaborant, des lectures innombrables faites la plume à la main. C’est en 1804 7 qu’une polygraphe niortaise de vingt-huit ans, Fortunée Briquet, affirme : « Aucun siècle n’a commencé avec un aussi grand nombre de femmes de lettres ; aucun siècle n’aura vu l’éducation des femmes plus soignée ». N’a-t-elle pas elle-même rédigé et fait imprimer un dictionnaire où sont présentées plus de cinq cents femmes de lettres francophones, et cela en menant parallèlement d’autres travaux où l’imaginaire (dans son cas la poésie) cohabita avec la critique littéraire, la botanique, l’histoire, la traduction et une réflexion personnelle sur les événements contemporains ?

  • 8 Principalement, Félicité de Genlis (1746-1830), Mlle de Lézardière (1754-1835), Manon Roland (1754- (...)
  • 9 Pour les usages religieux, politiques et oniriques de la lecture, non évoqués ici, je renvoie entre (...)

4Seuls quelques éléments d’un tableau à construire sont ici proposés, s’attachant à certains aspects du cadre matériel du travail intellectuel d’une dizaine d’écrivaines de langue française 8. Les détails retenus seront momentanément de trois ordres : quels furent leurs outils — mobiliers — de travail ? réinventèrentelles à leur profit la technique de « l’extrait », cette prise de notes particulière qu’avaient mise au point les pédagogues du passé ? adoptèrent-elles éventuellement une posture de renoncement, y compris vestimentaire, pour mieux forger leur identité d’« intellectuelles » ? Ces détails, parfois déjà connus mais jamais confrontés, peuvent être d’autant plus révélateurs que plusieurs d’entre ces femmes ont cherché, dans leurs propres écrits à les mettre en scène dans un souci de re-création/récréation autobiographique du passé. Des détails prosaïques dépeints avec ou sans panache et où les plumes ont une histoire, à la fois comme ornements de tête, outils d’écriture et prétextes à lire autrement 9.

Des livres à foison

  • 10 F. Briquet, op. cit., avant-propos, p. viii ; L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Paris, 1782-1788, t. (...)

5« Je possède et j’ai lu les meilleurs écrits des Françaises (…) ; j’ai consulté les jugements (…), corrigé les erreurs (…). Je dois dire aussi que je n’ai pris dans aucun ouvrage les articles de mon Dictionnaire, mais que j’ai rangé à ma manière les matériaux que m’ont fournis » plus de trente ouvrages 10. Avoir, lire, annoter, critiquer, arranger par l’écriture, les cinq étapes franchies par Fortunée Briquet pour construire son Dictionnaire sont décrites avec brièveté et complaisance, mais leur rappel souligne habilement les difficultés particulières de la lecture érudite quand elle est féminine : comment accèder aux livres et jouir d’un lieu retiré pour les mettre à profit quand, nous dit Louis-Sébastien Mercier, il faut faire « tout cela sans études, sans collège et sans académie » ?

  • 11 N. Pellegrin, « Entre local et international, botanique, poésie et féminisme : Fortunée Briquet (Ni (...)
  • 12 Je renvoie ici aux travaux déjà menés par Béatrice Didier, Carla Hesse, Emmanuelle Plagnol, sur les (...)

6Difficile de répondre avec précision à cette interrogation. Pourtant, si le cadre provincial des années de formation de Fortunée Bernier, fille de notaire et épouse du prêtre défroqué Briquet, reste flou, on sait que, grâce à une éducation libérale et à un mariage avec un professeur de l’École centrale de Niort, elle put très jeune profiter des bibliothèques publiques existant en cette ville dès l’Ancien Régime, bibliothèques qu’enrichirent encore les confiscations et regroupements de livres de l’époque révolutionnaire 11. Par contre, une génération plus tôt, ce sont surtout des collections de livres d’origine privée, familiale ou autre, qui ont permis à une Manon Phlipon, à une Louise de Keralio, ou à une Félicité Ducrest de Saint-Aubin, futures citoyennes Roland, Robert et Genlis, de se constituer de vastes cultures livresques. Toutes trois furent d’ailleurs soutenues dans leur quête par un entourage, lettré et divers, où dominent des mères attentives et des tuteurs de raccroc, précepteurs d’un frère ou maris en quête de copistes efficaces, parfois aussi simples savants animés du désir de promouvoir des compagnes exceptionnelles 12.

  • 13 Mlle de Lézardière, Théorie des lois politiques (…). Nouvelle édition, Paris, Imprimeurs unis, 1844 (...)
  • 14 Mme de Genlis, « Discours sur la suppression des couvents et sur l’éducation publique des femmes » (...)

7Autant que les trésors des cabinets de leurs proches ou de libraires assermentés, ce sont les encouragements de ces pédagogues non institutionnels qui semblent avoir joué un rôle essentiel dans la décision d’écrire des « études graves ». Ainsi, fort loin de Paris, une singulière Poitevine, Pauline-Charlotte de Lézardière, a pu fabriquer, sa monumentale Théorie des lois politiques de la monarchie française grâce à « la belle bibliothèque de son père » et à des emprunts à la Bibliothèque du Roi faits pour elle par « d’autres hommes éclairés (…) qui mirent à sa disposition tous les monuments historiques dont ils étaient possesseurs » : ce sont, entre autres, à Paris des personnalités comme Malesherbes et dom Poirier, à Poitiers les Bénédictins de cette ville 13. Interdites dans les lieux officiels où sont éduqués les garçons mais boulimiques de lectures et de savoirs nouveaux, ces « femmes-auteurs » durent se construire de bric et de broc une culture personnelle que les écoles conventuelles (beaucoup y préparèrent au moins leur première communion) ne pouvaient leur fournir malgré l’intelligence et la culture de certaines religieuses : les livres y étaient rares et leur finalité généralement apologétique, personne ne pouvait y donner de conseils précis pour en assimiler efficacement le contenu et les pensionnaires n’avaient parfois que de simples domestiques pour tutrices 14. Les savantes de ce temps sont toutes, semble-t-il, les filles d’une éducation domestique souvent proche des apprentissages propres aux arts et métiers masculins et à leur part d’autodidactisme, filles donc d’une éducation parfois désordonnée mais menée sous les regards d’entourages hétéroclites et cependant attentifs.

  • 15 A. Marquiset, « Madame de Chastenay », Les bas-bleus du premier Empire, Paris, Champion, 1913, p. 1 (...)
  • 16 Calendrier de Flore, ou Étude de fleurs d’après nature (Paris, Maradan, 1802-1803) ; Du Génie des p (...)
  • 17 Ce n’est le cas ni de Genlis ni de Roland.

8Parce qu’elle est la moins étudiée des écrivaines de cette période, il est particulièrement séduisant de considérer le cas — à mes yeux exemplaire — de Victorine de Chastenay 15 : aristocrate née en 1771 et morte célibataire en 1855, célébrée par Napoléon comme auteure de « plusieurs ouvrages marquants », cette « muse » fit des traductions et des travaux botaniques (un traité plus élaboré que l’almanach végétal de Fortunée Briquet ou que les herbiers de Félicité de Genlis) mais elle écrivit de plus des fresques mi-philosophiques mi-historiques d’une grande érudition tout en devenant mémorialiste d’elle-même et de son temps 16. Elle avait reçu, dans sa famille, des enseignements multiples et soignés, même s’ils étaient d’abord destinés à son frère, et elle tint à garder trace et des livres lus et des exercices variés qui les accompagnèrent : les uns et les autres sont évoqués avec précision dans ses abondants Mémoires. L’apprentissage de la lecture n’y est pas mentionné 17, mais bien la pose qui accompagne sa mise en pratique : « l’un de mes plus anciens souvenirs me représente à moi-même lisant, gracieuse et sérieuse ». Image nostalgique d’un bonheur seyant et pour cela autorisé, image d’un temps où, contrastant avec les misères à venir de la Terreur et notamment sa pénurie de livres, elle pouvait jouir de bibliothèques entières.

  • 18 M de Certeau, L’Invention du quotidien. – I. Arts de faire, Paris, 10/18, 1980, t. I, p. 279 (« Lir (...)
  • 19 V. de Chastenay, Mémoires (op. cit.), p. 22-23, 28, 34-35 ; une éducation bien différente de celle (...)
  • 20 M. Roland, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1966, p. 245 ; B. Didier, « Madame Roland et l’autob (...)

9Contes, fables, manuels divers firent les délices de son enfance et, si elle fut d’abord guidée par une institutrice « qui venait, à titre de maîtresse d’histoire, (..) donner des leçons au cachet », elle le fut aussi par son père (on y reviendra) et par les maîtres de son frère qui lui permirent de « braconner » à sa guise dans des bibliothèques diverses 18. Elle est fière de rappeler ces lectures buissonnières : « J’avais un Dictionnaire mythologique de Chompré, que je feuilletais à ma fantaisie » et, évoquant sa première communion, de préciser : « j’étudiai plusieurs catéchismes, surtout celui de Montpellier », évidemment janséniste ! N’affirme-t-elle pas d’ailleurs que « le goût passionné de l’étude doit tenir quelque chose de celui de la liberté » ? Bien loin des « plans d’éducation » que les pédagogues d’Ancien Régime multiplient alors pour les enfants, c’est donc de façons de lire devenues nôtres, dont rêve Victorine de Chastenay 19. Elle ressemble sur ce point, et malgré un contexte social tout autre, à Manon Phlipon et à Geneviève Randon de Malboissière, qui elles aussi glanèrent partout où elles le purent les ouvrages « d’emprunt ou de louage » qui firent leurs délices et leur instruction 20.

10Lire quand on est femme, reste alors une activité, sinon dérobée, du moins cahotique dans sa pratique, et elle est pour cela hasardeuse dans ses résultats, sauf — bien sûr — quand elle peut être fixée par l’écriture.

Un bureau pour soi

  • 21 H. Lafon, Espaces romanesques (…) de Madame de Villedieu à Nodier, Paris, PUF, 1997, p. 16 sq. ; R. (...)

11Topos — à tous les sens du terme — de la prose romanesque 21, la retraite où s’élabore et s’écrit l’œuvre des écrivain(e)s de ce temps est rarement décrite dans les textes autobiographiques. Il faut que ce lieu de repli ait disparu ou n’ait jamais été un vrai refuge pour que s’exprime avec précision la nostalgie d’une chambre ou d’une table à soi.

  • 22 V. de Chastenay, op. cit., p. 115 et 110.
  • 23 B. Didier, op. cit., p. 255 ; M. Sonnet, op. cit., p. 185.

12Parce que madame de Chastenay, toujours souffrante, s’installa très tôt dans la chambre de sa fille et à ses côtés, celle-ci se souvient encore, dans son âge mûr, de l’incommodité de son installation dans un petit salon devenu pièce à tout faire : « je m’y habillais le matin, j’y étudiais une partie du jour ; un paravent y cachait mon bureau : dès que maman recevait du monde, je transportais dans sa chambre à coucher mes livres et mes cahiers. Je ne puis dire que ce fût commode (…). J’y travaillais, quoi qu’il en soit (…) », tout en rêvant d’une Chaumière indienne qui aurait été bien à elle 22. Par contre c’est sans agacement qu’emprisonnée et privée de ses livres, madame Roland se remémore les bonheurs modestes des lieux clos de son enfance : des « enceintes maternelles » et maternantes dont Beyle a lui aussi continué de rêver tout au long de sa vie. Souvenir de la vie réelle ou fantasme, on s’y croit à l’abri de tout danger dans la lumière de la mère 23.

  • 24 Apprentissage du latin, orgies de lectures, découverte de la cachette à livres d’un apprenti du pèr (...)

13Les Mémoires de Manon Phlipon reviennent à plusieurs reprises 24 sur ce « cabinet » où ne figure pas de bureau, mais une « table placée dans un coin de la chambre de ma mère, sur laquelle était mon travail ». À côté des espaces masculins, jamais très éloignés mais toujours dangereux (ceux de l’atelier contigu et de la rue), « c’était une pièce agréable, qu’on nommerait un salon et que ma modeste mère appelait la salle, proprement meublée, ornée de glaces et de quelques tableaux, dans laquelle je recevais mes leçons. Son enfoncement du côté de la cheminée, avait permis de pratiquer un retranchement qu’on avait éclairé d’une petite fenêtre ; là était un lit, si resserré dans l’espace que j’y montais toujours par le pied, une chaise, une petite table et quelques tablettes : c’était mon asile ».

  • 25 Madame de Genlis, Mémoires, Paris, Didot, 1878, p. 179 (une version abrégée de l’édition en huit vo (...)

14Les descriptions de Manon Roland sont d’autant plus intéressantes qu’elles ne diffèrent guère de celles, il est vrai plus diverses, où se complaît madame de Genlis arrivée au terme de sa vie : la tour d’angle du vieux château de Saint-Aubin, le logement du couvent des Filles du Précieux-Sang à Paris où sa mère s’est retirée après son veuvage, le pavillon de Bellechasse, les chambres étrangères de l’exil, les appartements de l’Arsenal, etc. La mise-en-scène de la mémorialiste est celle d’un repli démonstratif où figure toujours un meuble, à ses yeux, symptômatique de son statut de pionnière des lettres et de l’éducation : une table à écrire qu’elle nomme « bureau », rapporté du Palais-Royal avec son cabinet d’histoire naturelle quand elle devint « gouverneur » des princes d’Orléans. « J’ai été la première femme qui ait eu un bureau ; ce que l’on critiqua d’abord, et ensuite presque toutes les femmes en eurent. M. de Genlis, qui me le donna, l’avait mis dans mon cabinet, au-dessous d’une grande glace 25 ».

  • 26 Effarement d’un visiteur-préfacier misogyne devant le pseudo-fouillis du dernier bureau de madame d (...)
  • 27 Annegret Pelz, « The desk : excavation and repository of memories », in M. Myrone ed., Producing th (...)

15Le dispositif est alors assez banal mais le rappel emphatique de l’existence conjointe du miroir — féminin — et du bureau — masculin — l’est moins. Le premier semble creuser, dans le texte de l’autobiographie, l’abîme d’un double reflet, celui de la jeune écrivaine se voyant écrire, celui de la mémorialiste se souvenant de s’être vue écrire. Le second donne une originalité toute particulière au décor où madame de Genlis rédige ses ouvrages : vrai meuble de travail, bien plus grand qu’un écritoire ou qu’un secrétaire, plus spécialisé qu’une table banale, le bureau, même quand il semble à tout faire 26, atteste du désir de cette auteure de créer une scène — inédite — de production de l’écriture. Mais il peut révéler aussi le désir, plus général, d’une « chambre à soi » en miniature : un objet de menuiserie où étaler (et parfois ranger) matériel à écrire, livres, papiers et autres outils de création littéraire : une tasse, des plumes et le canif pour les tailler, un bouquet, de menus objets, des souvenirs. L’appropriation, alors encore récente, de ce meuble par les femmes, explique d’ailleurs et l’insistance à le décrire de celles qui peuvent en jouir, et l’usage symbolique qu’en font certaines d’entre elles. Faut-il rappeler que plusieurs écrivaines allemandes usent alors de la métaphore du bureau et du subterfuge littéraire d’une structure textuelle compartimentée pour mieux faire œuvre de rétrospection ? Comme chez Sophie von La Roche, la description de leur Schreibetisch déclenche le travail de mémoire et autorise une présentation, quasi muséale, d’une série d’artefacts et de souvenirs qui sont liés à ces objets, ici des livres-fleurs au milieu d’un champ de ruines 27.

  • 28 Défini comme un meuble, le mot bureau, selon le Dictionnaire universel de Furetière (1690, non pagi (...)

16Sur la surface de cette table (qui n’est jamais rase, dotée qu’elle est de tiroirs et de tablettes au contenu débordant 28), des exercices de plume peuvent démarrer et se déployer, transformant des lectures choisies en produits d’écriture et cela grâce à la rédaction systématisée d’extraits.

L’extraction et ses variantes féminines

  • 29 Dictionnaire de l’Académie, Paris, Coignard, 1694, t. ii, p. 586. Mêmes significations, à quelques (...)
  • 30 A. Grafton (« Le lecteur humaniste », in G. Cavallo et R. Chartier, op. cit., p. 244-247) qui cite (...)

17Selon le Dictionnaire de l’Académie en 1694, traire ou extraire, c’est « tirer quelque chose d’un corps mixte par le moyen de la Chymie (…). Il signifie aussi, Tirer d’un livre, d’un registre, d’un acte, les passages, les enseignemens dont on a besoin » et si l’extrait est le résultat de cette double opération, « il signifie encore, L’abrégé, le sommaire d’un procez, d’un livre, &c (…) » 29. Copie ou résumé, l’extrait semble, à parcourir les dictionnaires, un art hybride difficile à définir. Les humanistes nous en ont cependant appris les vertus intellectuelles, pédagogiques et sociales 30, mais nul ne s’est intéressé aux conditions dans lesquelles certaines femmes de plume se sont emparées de cet outil primordial d’appropriation-assimilation des textes les plus révérés de l’Antiquité classique et comment elles l’ont utilisé pour élargir leurs centres d’intérêt et écrire de copieux ouvrages d’érudition.

  • 31 Erasme s’y est illustré et, longtemps après, sous d’autres formes, madame de Genlis avec ses Annale (...)
  • 32 Rollin, Manière d’enseigner et étudier les belles lettres par rapport à l’esprit et au cœur, Paris, (...)

18Plusieurs indices, qui restent à vérifier, semblent montrer que le développement au cours du xviiie siècle d’une approche nouvelle du passé et de son enseignement, a pu faciliter l’accès des filles à l’étude de l’histoire et à des façons de lire qui furent longtemps l’apanage des seuls garçons. Sélectionner les meilleurs fragments, les copier, constituer ainsi des anthologies personnalisées, ces savoirfaire sont des exercices scolaires habituels dans les collèges comme sous la férule des précepteurs privés. Recopier, comme le rappelle Anthony Grafton, c’est en effet « à soi seul une forme de lecture, un hommage lettre après lettre, à la puissance de l’original ». Un choix de ces copies peut d’ailleurs, sous le titre d’Adages ou de livre de lieux communs, devenir un objet éditorial en vogue, au moins au xvie siècle, avant que de faire la substance de nombreux livres pour le seul public de la jeunesse à la fin de l’Ancien Régime 31. Ce dépeçage, destiné à faciliter la manducation, la digestion et l’éventuelle régurgitation des lettres classiques, était particulièrement apte à faciliter la connaissance — de plus en plus spécialisée — des faits historiques et à s’intégrer dans les cursus non normalisés de l’éducation féminine à domicile. C’est en tout cas l’historien, aussi didacticien de l’histoire, qu’est Rollin qui le suggère dès 1740 puisque c’est dans un chapitre, consacré à l’éducation des filles de sa Manière d’enseigner et étudier les belles lettres par rapport à l’esprit et au cœur, que se trouve la meilleure définition des particularités de cet exercice de lecture-écriture 32.

  • 33 Voir, par exemple, les commentaires élogieux adressés à deux « historiennes » peu connues (mesdemoi (...)

19Au nombre des « Etudes qui peuvent convenir aux filles » (lecture, écriture, calcul, un peu de latin), « l’Étude la plus propre à orner l’esprit des jeunes demoiselles, & même à leur former le cœur, c’est celle de l’Histoire », sainte comme profane, et pour la mener à bien, Rollin ajoute que tout comme les garçons, elles doivent apprendre l’art de l’extrait et ses trois variantes : « l’abrégé », « l’analyse » et « le sommaire ». Passant immédiatement de la théorie à la pratique selon son usage habituel, il en fournit les modèles (respectivement cinq pages et demie, une page et un tiers de page d’une section qui en comporte huit) et les illustre tous trois par le même épisode de l’histoire de Cyrus. En faisant ce choix, l’ancien recteur de l’Université de Paris a peut-être en tête Artamène ou le Grand Cyrus publié en 1649-1653 par Madeleine de Scudéry, une écrivaine qui fut une habile usagère d’Histoire et sans doute déjà une grande faiseuse d’extraits. Il se peut aussi que Rollin veuille, comme beaucoup d’autres, tenter de remplacer dans le cœur des femmes éduquées le goût des histoires par celui de l’Histoire et autres sujets sérieux 33. Ne dit-il pas en effet que si l’extrait « peut être utile » aux garçons dans leurs « professions » futures, les filles n’en tireront aucun bénéfice direct : à quelle profession pourraient prétendre « celles à qui leur état laisse le temps et fournit les moïens de s’occuper » à lire, une fois accomplies les tâches liées au « gouvernement domestique » ? Cependant des profits réels sont à attendre d’exercices hitoriques, à la fois religieux (savoir « fixer les idées d’un sermon ») et intellectuels (acquérir « de la justesse, de l’exactitude, de la facilité à écrire »). De plus, en nourrissant l’esprit des jeunes filles, ces travaux d’écriture seront capables « de remplir leur cœur d’une joie solide et durable ».

  • 34 V. de Chastenay (op. cit., p. 23) s’attelle à faire des extraits plus tôt que l’Adèle inventée par (...)
  • 35 Genlis, Mémoires (op. cit.), p. 302. Innombrables injonctions à faire (pour soi et pour ses élèves) (...)

20De cet exercice d’origine masculine et scolaire, apte, selon Rollin, à devenir une école de vertus pour les filles, la pratique est attestée chez plusieurs des femmes devenues autobiographes en raison des événements révolutionnaires. Toutes ne furent pas aussi vertueuses que l’avait sans doute rêvé ce pédagogue historien mais, éprises de connaissances, elles furent soumises, du fait de la Terreur, à la question de la fragilité des choses et du savoir. Elles furent donc tentées, plus que leurs devancières ou leurs contemporains, de fixer par l’écrit l’image heureuse d’éducations anomiques mais finalement bénéfiques : les acquis intellectuels de leurs travaux de lectrices-écriveuses leur furent et des consolations et des occasions de faire de leur plume un gagne-pain. Parmi ces mémorialistes rompues à la pratique de l’extrait, Victorine de Chastenay là encore est un témoin privilégié quand elle décrit son apprentissage d’un lire-la-plume-à-la-main : il lui fut inculqué précocement sur injonction paternelle et devint, chez elle comme chez d’autres, une sorte d’habitus. « Quand je fus un peu plus grande, c’est-à-dire à neuf ans au plus, on me mit à faire des extraits. Je lisais alors l’Histoire d’Angleterre, du père d’Orléans, et les Révolutions romaines, de Vertot. Mon père m’engagea à donner à mes extraits une forme de lettres ; il répondit à quelques-unes, et sans l’époque pendant laquelle tant de papiers ont disparu, j’aurais encore ses chères réponses ». Le père de la duchesse d’Abrantès fut un maître plus classique mais la nostalgie de sa fille s’exprime de façon emphatique car, dit-elle, pendant la Terreur, il « lui donnait à faire des extraits sur les morceaux d’histoire remarquables qui se trouvaient dans le cours de nos études. Hélas ! il y avait loin de ces leçons de l’histoire ancienne, à la terrible histoire du temps où nous vivions ! 34 ». Pour son compte, Félicité de Genlis se contente de souligner l’intérêt, en temps de troubles comme en temps de paix, de bibliothèques portatives constituées de notes personnelles manuscrites. Les recueils qu’elle avait entrepris dès son plus jeune âge et qu’elle ne cessa de remodeler et d’enrichir dans le cadre de son activité pédagogique, lui furent très utiles quand, émigrée en Suisse puis en Allemagne, elle put les mettre à profit pour elle-même et pour ses élèves : « nous n’avions point de livres, mais j’avais beaucoup d’extraits et nous en lisions tous les jours 35 ». Des ersatz de lectures et du matériel d’enseignement.

  • 36 Pluche, Rollin, Crevier, le père d’Orléans, Saint-Réal, l’abbé de Vertot, Mézeray (M. Roland, op. c (...)

21Quant à Manon Phlipon, elle veut nous convaincre qu’elle a su inventer pour son seul usage cette technique d’auto-formation. Parce que, dit-elle, les lectures à haute voix de ma mère « ne me laissaient pas digérer les choses assez parfaitement à mon gré, elles m’inspirèrent l’idée de faire des extraits. Dans mon premier travail du matin, je couchais donc sur le papier ce qui m’avait le plus frappée la veille, puis je reprenais le livre pour saisir les liaisons ou pour copier un morceau que je voulais avoir dans son entier. Ce goût devint habitude, besoin et passion. (…). Je coulai à fond de cette manière » une série, à nos yeux impressionnante, d’ouvrages historiques. Plus encore, quand la mort de sa mère parut un temps égarer ses esprits, elle fut sauvée par la composition, à partir de ces notes, d’Œuvres de loisirs et réflexions diverses. Elle refuse bien sûr d’accorder à ces recueils la qualité d’un vrai projet autorial (« jamais je n’eus la plus légère tentation de devenir auteur un jour (…) les hommes ne l’aiment point »), mais elle ne peut s’empêcher de regretter que ces apprentissages ne lui aient servi, adulte, qu’à devenir copiste et correctrice d’épreuves pour son mari, une tâche qui, à ses yeux, « paraît inconciliable avec un esprit aussi exercé que je l’avais, mais elle coulait de mon cœur 36 » ! Tâche qui resta au contraire pour Félicité de Genlis, comme on l’a vu, une activité quotidienne gratifiante jusqu’à la fin de sa vie, nourrissant toute son œuvre et notamment ses romans historiques et ses traités d’éducation. L’Anglaise qui lui rendit visite en 1816, nota qu’elle « s’occupait alors à abréger d’énormes volumes de Mémoires français et à écrire son Journal pour la Jeunesse ».

  • 37 Lady Morgan, La France, Paris, Treuttel ; Würtz, 1817, t. 2, p. 333. Les éditeurs notent qu’il s’ag (...)

22Pour elle comme pour de moins illustres éducatrices, la fabrication d’extraits fut une seconde nature, leit-motiv pédagogique inlassablement répété et terreau où peut s’enraciner la totalité d’une œuvre 37.

Conclusion : « Vous n’aimez pas les plumes, Mademoiselle ? »

  • 38 Cité par A. Marquiset (op. cit., p. 153) qui en dit de même de Genlis : une suite d’extraits de Bou (...)
  • 39 M. Sonnet, « Comment devient-on une « épouse-secrétaire » à Paris au xviiie siècle ? », Pénélope, n (...)

23Les travaux de ces femmes de lettres, faiseuses — entre autres — de résumés et de compilations savantes n’ont pas, jusqu’alors, attiré l’attention. Ils ont tout au plus servi à souligner le caractère tâcheron, subalterne et toujours imparfait, des activités intellectuelles féminines. Le recueil d’extraits serait et le préliminaire indispensable et le point d’aboutissement médiocre et inachevé des efforts de ces annotatrices polygraphes. Ainsi, quand en 1795 Suard offre une critique d’un roman historique de madame de Genlis, il l’intitule Extrait des Chevaliers du Cygne, pour mieux parodier un roman qui avoue les recherches historiques sur lesquelles il est fondé. De même la parution du Génie des Peuples anciens par Victorine de Chastenay est saluée par le Journal de l’Empire du 28 mai 1808 comme « un recueil d’extraits, elle voulait élever un grand édifice, elle n’a bâti qu’un échafaudage. Mais il est impossible d’avoir lu davantage et d’avoir mieux profité de ses lectures (…) ». On y ajoute aussi qu’elle « écrit avec élégance 38 » ! La copie, littérale ou remaniée, d’œuvres d’emprunt a été présentée jusqu’ici comme la preuve d’un manque de génie ou un gagne-pain médiocre : il faisait pourtant survivre nombre d’écrivains de la bohême littéraire et pas seulement des femmes plus ou moins obscures 39.

  • 40 Dans l’Avis à la Collection des meilleurs ouvrages français, composé par des femmes, dédié aux femm (...)
  • 41 Enrichir ainsi, s’il était possible et dans une perspective genrée, c’est-à-dire féminine autant qu (...)

24En fait, parce que ces tactiques d’écriture sont liées à un temps précis et à un type d’œuvres ni totalement scientifiques ni purement fictionnelles, il serait bon de scruter de près et de repenser les façons de travailler, proches et distinctes, des littérateurs des deux sexes qui s’essayèrent alors à l’écriture de vastes fresques érudites. Il est inutile de continuer à ironiser sur la bêtise des misogynes qui persistent à refuser de reconnaître la qualité des écrits non fictionnels de ces femmes des xviii-xixe siècles. Il convient bien plutôt de comprendre, à travers et par delà le déni dont elles souffrent, des méthodes qui ont généré des textes difficiles à classer : sous la plume de ces femmes, les traductions deviennent de vraies créations quasi indépendantes du texte original, les romans s’apparentent à des cours d’histoire, les poèmes sont des cours de botanique ou des harangues politiques, etc. Quant à la structure commune à la plupart de ces textes (emboîtements, référencements constants, etc), elle renvoie et aux rangements d’un bureau à casiers et aux façons de travailler des « antiquaires » et de certains humanistes, elle préfigure aussi les constructions lyriques et précises des meilleurs historiens du xixe siècle. Il faudrait donc aussi s’interroger sur les raisons conjoncturelles, institutionnelles, politiques et biographiques, qui ont orienté une Louise de Kéralio, par ailleurs romancière, vers la publication d’une Collection des meilleurs ouvrages français composés par des femmes (douze volumes publiés) ou sur les motivations qui ont transformé ses travaux de traductrice en véritables dialogues. Les témoins qu’elle convoque ne cessent d’y être tancés, corrigés ou complétés grâce à des recherches considérables que révèlent de nombreuses notes en bas de page, de longues introductions et de non moins profuses annexes où figurent citations entre guillemets, tableaux de chiffres et listes de sources 40. Le didactisme déjà scientifique de cet apparat critique est présent chez Lézardière, Briquet, Chastenay et moindrement chez Genlis, et pourrait sembler la conséquence directe des pesanteurs liées à leur condition de femmes, par ailleurs privilégiées et lettrées, en ces temps d’intense reclassification des genres. En littérature comme dans les relations sociales de sexe, l’innovation doit recourir à des tactiques démonstratives éprouvées pour être acceptée : l’application érudite de la savante en sa (robe de) chambre fait sans doute partie de cette mise-en-scène, mais cette panoplie et ses effets littéraires sont — ne l’oublions pas — communs à tou(te)s les fabricant(e)s, tragiques et drôles, de notes en bas de page41.

  • 42 Épisodes bien connus : dans l’un, Manon Roland se fait traiter de « philosophe » par une noble dévo (...)

25Pour de telles écrivaines, puisque l’effectuation de la lecture passe par la copie, les plumes sont des instruments à penser autant qu’à écrire et elles ne sauraient donc être de simples parures de modes. En disant avoir renoncé à des coiffures emplumées, Félicité de Genlis et Manon Roland ont semble-t-il voulu souligner l’émergence précoce de leur vocation de femmes de plume, identifiables par leurs écrits savants et non par les atours propres à leur milieu social42. Un abandon d’une partie de leur féminité dont on pourrait s’amuser tristement ou s’affliger gaiement, si ce geste n’avait constitué, au moins pour elles, une étape décisive vers une indispensable définition de soi.

Lire la plume à la main ou La femme savante en déshabillé, entourée de ses « nourritures » : une tasse et plusieurs livres ouverts (dessin d’après le frontispice non signé d’un ouvrage anonyme publié à Amsterdam en 1718, Les Femmes Sçavantes. Sur la gravure originale, on peut lire : « L’esprit agit aussi bien que le corps, il a besoin de nourriture »).

Stéphanie de Genlis à son « bureau » ou L’écrivaine qui prend la pose, face à un miroir, une mappemonde, des livres (fermés) et deux de ses œuvres. (gravure extraite du Discours sur l’éducation de M. le Dauphin et sur l’adoption, 1790. – Collection particulière).

Notes

2 M. Ozouf, « L’image dans le tapis », L’École de la France, Paris, Gallimard, 1984, p. 7-24 ; P. Nora, Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987 ; A. Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989.

3 A. Grafton, Joseph Scaliger, Oxford, Oxford U. P., 1983 ; Diderot, « Regrets sur ma vieille robe de chambre (1769) », Œuvres complètes, Paris, Hermann, 1984, t. XVIII, p. 41-60 ; J. Seznec, « À propos de la vieille robe de chambre », in H. Friedrich ed., Europäische Aufklärung, Munich, Fink, 1967, p. 271-280 ; G. Barber, « Les philosophes en robe de chambre » in C. Mervaud ed., Le siècle de Voltaire (…), Oxford, The Voltaire Foundation, 1987, p. 63-70 ; J.-M. Goulemot, « De quelques aventures romanesques d’une robe de chambre », Recherches et travaux, n° 49 (1995), p. 75-82.
Presqu’aussi recommandable que la gloire et l’honneur, le « contentement de soy » que laisse aux femmes « l’estude des lettres » est fort bien décrit, dès 1555, par Louise Labé (Œuvres complètes, Paris, GF, 1986, p. 42).

4 Environ cent-cinquante dames encombraient alors la carrière littéraire » ose écrire A. Marquiset (Les bas-bleus du premier Empire, Paris, Champion, 1913) mais, rassemblant la bibliographie de trois cents de celles qui furent éditées entre 1789-1800, Carla Hesse (The Other Enlightenment. How French Women Became Modern, Princeton UP, 2001) a beau jeu de souligner que, malgré tout, plus de 95 % des publications sont masculines pendant la même période.

5 M.-J. Chénier, Tableau historique de l’état et des progrès de la littérature fançaise depuis 1789, Paris, Maradan, 1816 ; Roland Mortier, Le « Tableau littéraire de la France au xviiie siècle ». Un épisode de la « guerre philosophique » à l’Académie française sous l’Empire (1804-1810), Bruxelles, Palais des Académies, 1972 ; Carla Hesse, op. cit.

6 J.-M. Goulemot, Ces livres qu’on ne lit que d’une main. Lecture et lecteurs de livres pornographiques au xviiie siècle, Aix, Alinea, 1991 ; H. Lafon, Les Décors et les choses dans le roman français du dix-huitième siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1992, p. 222 sq.
Manquent encore, à une exception près (P. Jager et M.-F. Luna, « L’iconographie gravée de l’écrivain sous la Révolution », in J. Sgard ed., L’écrivain devant la Révolution, Grenoble, Université Stendhal, p. 315-326), des études sur les représentations plastiques de l’acte d’écrire au masculin comme au féminin, et qui seraient aussi approfondies que celles concernant la lecture. Dans The Portraits of Madame de Pompadour. Celebrating the Femme Savante (Berkeley, University of California Press, 2000, p. 44), Elise Goodman ne fait figurer qu’une seule image de femme en train d’écrire au milieu de livres : la silhouette gravée pour le frontispice de l’ouvrage anonyme, Les Femmes sçavantes (Paris, 1718). Le portrait gravé que madame de Genlis place en tête de ses Discours sur l’éducation de M. le Dauphin (1790) prend dès lors une valeur toute particulière et contredit celui par Greuze de sa femme en Philosophie endormie, malgré un décor similaire de feuillets, plumes, livres ouverts et mappemonde.
L’érotisme apaisant de la posture « en lectrice » semble conforter le fantasme – masculin – de la femme apparemment contenue dans ses devoirs (Gilbert Lascault, « Qualité d’absence », Figurées, défigurées. Petit vocabulaire de la féminité représentée, Paris, 10/18, 1977, p. 173 et passim ; N. Pellegrin, « Les vertus de “l’Ouvrage”. Recherches sur la féminisation des travaux d’aiguille (xvie-xixe siècles) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 46-4, octobre-décembre 1999, p. 747-769 ; J. Wagner, « La lecture dans la peinture ou le récit d’une nostalgie (1600-1755) », J.-L. Jam ed., Eclectisme et cohérence des Lumières, Paris, Nizet, 1992, p. 257-268, ill. ; Jacques Koskowitz, « Un univers de somnambules », in Gérald Cahen ed., Le plaisir des mots, Paris, Autrement, 1995, p. 145-157).

7 F. Briquet, Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et étrangères naturalisées en France, Paris, Treuttel, 1804, p. VI (dédicace au Premier Consul). Une réédition de ce texte est offerte sur le site de la Siefar ainsi que par les éditions Champion (à paraître en 2003).

8 Principalement, Félicité de Genlis (1746-1830), Mlle de Lézardière (1754-1835), Manon Roland (1754-1793), Louise de Keralio (1758-1822), Victorine de Chastenay (1771-1855), Fortunée Briquet (1782-1815) et Laure d’Abrantès (1784-1838). À ces sept écrivaines dont les différences seront tues ici pour mieux souligner leurs points communs, on pourrait aisément adjoindre quelques autres comme Mme Théroux d’Arconville (1720-1805), Isabelle de Charrière (1740-1805), Mme Gacon-Dufour (1753-1835), et bien sûr Germaine de Staël (1766-1817). À remarquer que la qualité, la longévité et la prolixité de ces auteures leur ont permis de connaître et les bouleversements révolutionnaires et une notoriété considérable en leur temps (voir sur ce point les études figurant dans ce volume et dans les actes du colloque Les Femmes et la Révolution française, ed. par M.-F. Brive, Toulouse, PUM, 1991 ; voir aussi les notices bio-bibliographiques de ses contemporaines fournies par Fortunée Briquet (op. cit.) et celles, plus étendues mais moins nombreuses, que vient de livrer l’équipe d’Eva Sartori (The Feminist Encyclopedia of French Literature, Westport, Greenwood Press, 1999).

9 Pour les usages religieux, politiques et oniriques de la lecture, non évoqués ici, je renvoie entre autres à l’ensemble des travaux menés ou dirigés par Roger Chartier et notamment à deux recueils : Les usages de l’imprimé (xve-xixe siècle), Paris, Fayard, 1987, et, avec G. Cavallo, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Seuil, 2001.

10 F. Briquet, op. cit., avant-propos, p. viii ; L.-S. Mercier, Tableau de Paris, Paris, 1782-1788, t. x, p. 333, « Femmes-auteurs ».

11 N. Pellegrin, « Entre local et international, botanique, poésie et féminisme : Fortunée Briquet (Niort, 1782-1815) », in Les Apports de l’histoire des provinces et des régions à l’histoire nationale, Versailles, UFUTA, 1995, p. 97-110 ; M.-L. Fracard, L’abbé Bion (1704-1774) fondateur de la bibliothèque de Niort, Niort, Société Historique, 1959.

12 Je renvoie ici aux travaux déjà menés par Béatrice Didier, Carla Hesse, Emmanuelle Plagnol, sur les lectures de ces écrivaines et repris par différent(e)s intervenant(e)s de ce colloque. À titre comparatif, une synthèse précieuse est fournie par Alison Finch (Women’s writing in xixth-century France, Cambridge, Cambridge U. P., 2000).

13 Mlle de Lézardière, Théorie des lois politiques (…). Nouvelle édition, Paris, Imprimeurs unis, 1844 (avertissement, p. vii) ; Hoefer, Nouvelle biographie générale, Paris, Didot, 1862, t. xxi, p. 62 (l’auteur de la notice, Ch. de Sourdeval, a utilisé des documents personnels mais soutenu l’image erronnée d’une Vendéenne confinée) ; C. Fauré, « Mlle de Lézardière entre Jeanne d’Arc et Montesquieu ? », in M.-F. Brive ed., op. cit., t. i, p. 183-190.

14 Mme de Genlis, « Discours sur la suppression des couvents et sur l’éducation publique des femmes » (1797), Discours moraux, Paris, Ramadan, 1802, p. 129-130.

15 A. Marquiset, « Madame de Chastenay », Les bas-bleus du premier Empire, Paris, Champion, 1913, p. 137-160 ; V. de Chastenay, Mémoires (1771-1815), ed. par G. Chaussinand-Nogaret, Paris, Perrin, 1987.

16 Calendrier de Flore, ou Étude de fleurs d’après nature (Paris, Maradan, 1802-1803) ; Du Génie des peuples anciens. Tableau historique et littéraire du développement de l’esprit humain chez les peuples anciens depuis les premiers temps connus jusqu’au commencement de l’ère chrétienne (Paris, Maradan, 1808) ; Les Chevaliers normands en Italie et en Sicile (Paris, Maradan, 1816) ; De l’Asie, ou Considérations religieuses, philosophiques et littéraires sur l’Asie (Paris, Renouard, 1832), etc.

17 Ce n’est le cas ni de Genlis ni de Roland.

18 M de Certeau, L’Invention du quotidien. – I. Arts de faire, Paris, 10/18, 1980, t. I, p. 279 (« Lire : un braconnage ») ; V. Jamerey-Duval, Mémoires, édités par J.-M. Goulemot, Paris, Sycomore, 1981, p. 92.

19 V. de Chastenay, Mémoires (op. cit.), p. 22-23, 28, 34-35 ; une éducation bien différente de celle des filles du comte de Lusace (ibid., p. 25) et des théorisations d’une madame de Miremont ou d’une Félicité de Genlis elle-même.

20 M. Roland, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1966, p. 245 ; B. Didier, « Madame Roland et l’autobiographie », in M.-F. Brive ed., op. cit., t. i, p. 255-270 ; M. Sonnet, « Le savoir d’une demoiselle de qualité, Geneviève Randon de Malboissière (1746-1766) », Acc. Sc. Torino-Memorie Sc. Mor., 24 mars (2000), p. 167-185. Je remercie Martine Sonnet et les amies du groupe de travail « Femmes et Histoire » de l’IHMC pour m’avoir aidée à préciser certains aspects de l’auto-didactisme féminin.

21 H. Lafon, Espaces romanesques (…) de Madame de Villedieu à Nodier, Paris, PUF, 1997, p. 16 sq. ; R. Mauzi, « Le thème de la retraite dans les romans de Prévost », L’abbé Prévost, Aix, Ophrys, 1965, p. 436.

22 V. de Chastenay, op. cit., p. 115 et 110.

23 B. Didier, op. cit., p. 255 ; M. Sonnet, op. cit., p. 185.

24 Apprentissage du latin, orgies de lectures, découverte de la cachette à livres d’un apprenti du père, plaisir solitaire de ce « rêve sans réveil » qu’est la lecture (M. Roland, op. cit., p. 212, 239, 245, etc).

25 Madame de Genlis, Mémoires, Paris, Didot, 1878, p. 179 (une version abrégée de l’édition en huit volumes de 1825 mais préparée par un témoin oculaire des dernières années de la mémorialiste).

26 Effarement d’un visiteur-préfacier misogyne devant le pseudo-fouillis du dernier bureau de madame de Genlis en 1823 : une table de travail, et non de parade, où s’accumulent les outils et les productions d’une bricoleuse aux innombrables talents, à la fois écrivaine, peintre, herboriste, cuisinière, etc. (Ibidem, avant-propos, p. 10).

27 Annegret Pelz, « The desk : excavation and repository of memories », in M. Myrone ed., Producing the Past : aspects of antiquarian culture and practice, Aldershot, 1999, p. 135-148, ill.

28 Défini comme un meuble, le mot bureau, selon le Dictionnaire universel de Furetière (1690, non paginé) désigne aussi la grosse étoffe de laine dont il fut un temps recouvert et qui lui donna son nom.

29 Dictionnaire de l’Académie, Paris, Coignard, 1694, t. ii, p. 586. Mêmes significations, à quelques nuances près chez Furetière (1690), Richelet (1694) et les lexicographes de Trévoux (1771). Voir aussi le père de Jouvancy, Manière d’apprendre et d’enseigner, traduction française de J.-L. Lefortier, Paris, Le Normant, 1803, p. 163-166.

30 A. Grafton (« Le lecteur humaniste », in G. Cavallo et R. Chartier, op. cit., p. 244-247) qui cite entre autres la Methodus ad facilem historiarum cognitionem, de Bodin (1566) ; id., Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, Paris, Seuil, 1998, p. 78 ; Annie Bruter, L’Histoire enseignée au Grand Siècle, Paris, Belin, 1997, p. 49-50.

31 Erasme s’y est illustré et, longtemps après, sous d’autres formes, madame de Genlis avec ses Annales de Vertu ou Cours d’Histoire à l’usage des jeunes personnes (Paris, Lambert, 1784, 2 volumes) ou des ouvrages restés dans ses cartons comme un recueil des « ouvrages prétendus philosophiques » dont serait supprimé « tout ce qui s’y trouvait contre la religion et les mœurs » (Mémoires, op. cit., p. 355). Le genre est alors à la mode et sert de base à toutes sortes d’almanachs, « esprits » et autres compilations comme la Bibliothèque universelle des dames et le Recueil des voyages extraits de l’abbé Prévot par M. de la Harpe, deux ensembles utilisés à Bellechasse. Les œuvres de Genlis seront elles aussi mises « en extraits » par l’avocat Demonceaux (Esprit de madame de Genlis, Paris, Maradan, 1806, p. i et iv).

32 Rollin, Manière d’enseigner et étudier les belles lettres par rapport à l’esprit et au cœur, Paris, Veuve Estienne, 1740 (1734), t. I, p. 37, 48-56 et 64.

33 Voir, par exemple, les commentaires élogieux adressés à deux « historiennes » peu connues (mesdemoiselles L’Espinassi et de Saint-Vast) par l’abbé De Laporte (Histoire littéraire des femmes françaises, Paris, Lacombe, 1769, t. v, p. 593).

34 V. de Chastenay (op. cit., p. 23) s’attelle à faire des extraits plus tôt que l’Adèle inventée par Mme de Genlis (Adèle et Théodore, Paris, Lambert, 1782, t. i, p. 66). Laure d’Abrantès, très hostile à Mme de Genlis, reçut pourtant une éducation proche de celle de « l’honnête et vertueuse dame » (Une soirée chez madame Geoffrin (1837), Paris, Gallimard, 2000, p. 117 ; Mémoires, Paris, Jean de Bonnot, 1967, t. I, p. 151).

35 Genlis, Mémoires (op. cit.), p. 302. Innombrables injonctions à faire (pour soi et pour ses élèves) et à faire faire par ceux-ci des extraits dans Adèle et Théodore (op. cit., t. ii, p. 108, t. iii, p. 376-383) et dans Le Petit La Bruyère (Hambourg, Fauche, 1799, p. 82). Voir aussi Rollin, Traité des études, Paris, Vve Estienne, 1740, t. II, p. 640 : « Des études que doivent faire les maîtres. (…) ne rien lire sur quoi on ne fasse des extraits (…) ».

36 Pluche, Rollin, Crevier, le père d’Orléans, Saint-Réal, l’abbé de Vertot, Mézeray (M. Roland, op. cit., p. 245), auteurs qui furent en partie eux-aussi mis en fiches (en pièces ?) par Chastenay. Sur l’ambiguité du refus d’être une femme de lettres, ibid., p. 304, 333.

37 Lady Morgan, La France, Paris, Treuttel ; Würtz, 1817, t. 2, p. 333. Les éditeurs notent qu’il s’agit de la rédaction des Mémoires du marquis de Dangeau, extraits du manuscrit original, avec des notes historiques et critiques et un Abrégé de l’histoire de la Régence par madame de Genlis, en quatre volumes, parus chez eux la même année pour 21 francs. De Laporte (op. cit., t. V, p. 592-597).

38 Cité par A. Marquiset (op. cit., p. 153) qui en dit de même de Genlis : une suite d’extraits de Bourdaloue, Bossuet, Pascal, Buffon, etc.

39 M. Sonnet, « Comment devient-on une « épouse-secrétaire » à Paris au xviiie siècle ? », Pénélope, n° 10 (printemps 1984, p. 75-77 ; A. Marquiset, op. cit., p. 73 (la très célèbre poétesse Adélaïde Dufrenoy, 1765-1825, transformée en copiste pour survivre sous la Révolution) ; R. Darnton, Bohême littéraire et Révolution. Le monde des livres au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1983.

40 Dans l’Avis à la Collection des meilleurs ouvrages français, composé par des femmes, dédié aux femmes françaises (Paris, Lagrange, 1786-1788, t. I, p. v-vi), Keralio met l’accent sur la difficulté de ses recherches bibliographiques : « on ne pourroit recueillir les œuvres détachées qu’avec beaucoup de peine (…) des femmes les plus célèbres de la nation ». Même remarque en marge de ses traductions des récits de John Carr, pour lesquelles elle recourt à des dizaines d’ouvrages et fournit des extraits d’autres voyageurs (John Carr, L’Étranger en Hollande, Paris, Collin, 1809, t. i, p. 279, et du même, Voyage en Hollande et dans le Midi de l’Allemagne, Paris, Collin, t. i, p. 1, 37, 41 et t. ii, p. 453).

41 Enrichir ainsi, s’il était possible et dans une perspective genrée, c’est-à-dire féminine autant que masculine, le livre d’A. Grafton, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page (Paris, Seuil, 1998) ?

42 Épisodes bien connus : dans l’un, Manon Roland se fait traiter de « philosophe » par une noble dévote (op. cit., p. 310) ; dans l’autre, Félicité de Genlis reçoit du prince d’Orléans un extraordinaire nécessaire à écrire pour marquer son abandon à 30 ans des fards de Cour : une « poupée de grandeur naturelle assise devant mon bureau, une plume à la main, et coiffée de millions de plumes d’oie » et disposant, sur ce même bureau, de toutes sortes de papeteries et autres pains de cire à cacheter, poudre à sécher l’encre, canif, ciseaux, règle et compas (Mémoires, op. cit., p. 138 ; N. Pellegrin, Les Vêtements de la liberté, Aix, Alinéa, 1989, p. 144 et 157 ; id. « Le genre et l’habit. Figures du transvestisme sous l’ancien régime », Clio, n° 10, 1999, p. 21-53, ill.).
Mises en scène ambigües puisque le refus des (chapeaux à) plumes est peut-être aussi l’expression d’une crainte, celle d’une apparence trop masculine mais qu’avaient mise en vogue, dans les années prérévolutionnaires, l’anglomanie, l’historicisme pittoresque et la critique des entraves générées par le vêtement (A. Ribeiro, Dress and Morality, New-York, Holmes, 1986, p. 115 ; J. Arnold, « Dashing Amazons : the development of women’s riding dress, 1500-1900 », in A. De La Haye ed., Defining Dress, Manchester, Manchester U. P., 1999, p. 10-29, ill.)

Table des illustrations

Légende Lire la plume à la main ou La femme savante en déshabillé, entourée de ses « nourritures » : une tasse et plusieurs livres ouverts (dessin d’après le frontispice non signé d’un ouvrage anonyme publié à Amsterdam en 1718, Les Femmes Sçavantes. Sur la gravure originale, on peut lire : « L’esprit agit aussi bien que le corps, il a besoin de nourriture »).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Stéphanie de Genlis à son « bureau » ou L’écrivaine qui prend la pose, face à un miroir, une mappemonde, des livres (fermés) et deux de ses œuvres. (gravure extraite du Discours sur l’éducation de M. le Dauphin et sur l’adoption, 1790. – Collection particulière).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540