Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. La lecture et ses usages

Louise De Keralio, traductrice, éditrice, historienne et journaliste, avant 1789

Annie Geffroy

Texte intégral

1Fille unique de deux traducteurs-écrivains, Louise de Keralio-Robert (1756-1822) est surtout connue pour son activité politique à partir d’août 1789. Elle a pourtant, à cette date, toute une carrière derrière elle. Elle a publié des traductions, collaboré à un hebdomadaire, accédé à la notoriété avec son Histoire d’Elisabeth, reine d’Angleterre.

2Pour définir précisément le rapport de Louise à la lecture et à l’écriture, il faut d’abord vérifier les données, souvent inexactes, des notices bio-et bibliographiques. Il faut aussi (re) lire les témoignages-jugements des contemporains et des historiens en essayant d’en dégager les pré-construits, souvent écrasants, autrement dit naviguer entre le trop et le trop peu.

3Pour l’après 1789, c’est me semble-t-il le trop qui domine. Voici l’exemple d’une élucubration pseudo-documentée, construite sur le fait que Louise est une femme.

4Michelet raconte la journée du 17 juillet 1791. Sur l’autel de la patrie, les Cordeliers, partisans de la déchéance du roi, rédigent une pétition « toute vive, toute chaude, visiblement improvisée […] Je la croirais volontiers dictée par Madame Robert […] Plusieurs négligences heureuses, de petits élans dardés (comme la colère d’une femme ou celle du colibri), me sembleraient volontiers trahir la main féminine » (Histoire de la Révolution française, livre 6, 1849, éd. G. Walter, Gallimard/Pléiade, 1952, t. 1, p. 702).

  • 1 Louise a dit à Manon Roland : « Mon mari rédigeait la pétition sur l’autel de la Patrie ; j’étais à (...)

5Dans Les femmes de la Révolution (1854, éd. P. Bessand-Massenet, Hachette, 1954, p. 164-178), Michelet aggrave son cas. Il reprend l’hypothèse colibri, devenue certitude (« Elle dicta, je n’en fais nul doute, et le gros Robert écrivit »), ironise sur Louise, et minimise ses œuvres attestées au profit de sa supposée collaboration : « tout cela est oublié, même son Histoire d’Elisabeth. Mais ce qui ne le sera pas, c’est la grande initiative qu’elle prit pour la République le 17 juillet 1791 1 ». Il reste toujours quelque chose de ces préconstruits par lesquels nous abordons un personnage, et déconstruction ne signifie jamais table rase.

  • 2 Sources : Archives biographiques françaises (K. G. Saur, 2e éd., 1998, 9 notices, publiées entre 18 (...)

6Pour l’avant 89, on est plutôt dans le trop peu. Les notices sont souvent axées sur la précocité intellectuelle de Louise. D’accord, si elle est née en 1758, et si sa première œuvre est de 1772… mais elle est née en 1756, et sa première publication sûre est de 1775 ! Sur ce type de sources, le gros du travail consiste à repérer la première date d’une tradition pour décaper les couches de recopiage, glose et amplification. L’essentiel de ce que nous savons exactement est contenu dans la monographie de Geneviève Mazel 2. Je suivrai sa trame chronologique, jusqu’en 1789, en insistant sur mes doutes.

Enfance et apprentissages

7Je n’ai toujours pas retrouvé de documents d’état civil sur la mère de Louise, Marie-Françoise Abeille. Fille de Joseph Abeille (1673-1752), ingénieur du Roi, c’est une sœur cadette de Louis-Paul Abeille (1719-1807), économiste, ami de Duclos, fixé à Paris après 1762. Je la suppose née entre 1722 et 1740. Elle épouse, vers 1755, Louis-Félix Guinement de Keralio.

  • 3 AD Drôme, Etat-civil, 4E 3850. Le document est signalé en 1868 par A. Lacroix, et vaut à Louise une (...)

8Louise, leur fille unique, naît en 1756. Elle est baptisée le 19 janvier 1757 à Valence, « ayant eu l’eau le jour de sa naissance 3 ».

  • 4 Seul le Grand Larousse (t. 9, 1873) valorise le rôle de la mère. Je propose une motion de synthèse  (...)

9Les parents ne sont pas présents au baptême, elle doit donc être en nourrice. Suivant les propos de Louise elle-même, les notices insistent sur le rôle du père dans son éducation 4. Mais Marie-Françoise est, elle aussi, une femme de lettres. Les Fables de M. Gay, « suivies du poème de l’éventail, le tout traduit de l’anglois » (Londres et Paris, Duchesne, 1759) sont dédiées à un mystérieux « Monsieur PDV/CDJDLRM par sa « très humble et très obéissante servante Abeille de Keralio ». On lui attribue aussi deux romans. Les succès d’un fat (Avignon et Paris, 1762), pourquoi pas ? Pour Les visites (Gattey, 1792), son contenu nettement royaliste obligerait à supposer une notable divergence idéologique dans le couple parental. Car le père de Louise, Louis-Félix Guinement de Keralio, est à cette date une figure connue de l’ex-noblesse libérale, membre du club des Jacobins.

  • 5 Voir Jean Sgard, notice « Guinement de Keralio » dans le Dictionnaire des journalistes, Oxford, Vol (...)

10Que sait-on de sa vie avant la révolution ? La famille, de petite noblesse rennaise, compte cinq frères. Trois d’entre eux sont militaires, puis enseignants, et s’installent à Paris. Auguste-Guy (1715-1805), gouverneur du duc de Parme, est un familier du duc de Nivernais. Agathon (1723-1788) est gouverneur du prince de Deux-Ponts, puis inspecteur des Ecoles militaires. Louis-Félix (1731-1793), lieutenant au régiment d’Anjou en 1746, devient en 1752 enseignant à la toute nouvelle Ecole Royale Militaire de Paris, fondée pour l’éducation des garçons de la noblesse pauvre. Dès son premier ouvrage, en 1763, il se spécialise dans l’histoire des pays du Nord et ambitionne une carrière académique. Il est élu à l’Académie royale de Suède en 1774, et à l’Académie des Inscriptions en 1780. Censeur royal à partir de 1781, puis rédacteur au Journal des savants, il publie une quinzaine d’ouvrages : traductions, essais, direction de l’Encyclopédie méthodique / Art militaire. Il possède, en 1789, une bibliothèque de 1500 ouvrages 5.

11De la petite enfance de Louise, nous ne savons rien. A l’adolescence (ou avant ?), elle vit à Paris, chez ses parents, dans une confortable aisance. Elle baigne dans une atmosphère mondaine, artistique, intellectuelle et érudite. Elle parle le latin, l’italien et l’anglais, elle lit le grec. C’est une jeune fille puis une femme savante, et qui le fait savoir, en se lançant, comme ses parents, dans la carrière des lettres.

Premières traces écrites

12En 1775 paraît l’Essai sur les moyens de rendre les facultés de l’homme plus utiles à son bonheur, « traduit de l’anglais de M. Jean Gregory » (« Aux Deux-Ponts, de l’imprimerie ducale, et se trouve à Paris chez Lacombe », in-12°, 430 p.). Le traducteur se montre soucieux de diffusion et de bibliophilie : l’ouvrage a les « mêmes format et caractères que le Legs d’un père à ses filles ». Il « sent le peu d’habitude qu’il a dans l’art d’écrire » et demande « l’indulgence des lecteurs pour ce premier ouvrage qu’il leur présente ». Ces indices me semblent suffisants pour attribuer la traduction à Louise, 19 ans, et non à son père ou à sa mère, comme on le fait quelquefois. Et pour dater de 1777, et non de 1772, son ouvrage suivant, une éventuelle traduction de Morceaux tirés des mémoires de l’académie de Sienne, que je n’ai pas retrouvée.

13En octobre 1777, de Paris, elle écrit à Bernardin de Saint-Pierre une lettre qui semble mettre fin à un projet de mariage.

  • 6 Barbier Dictionnaire des anonymes, 2e éd., 1822-1827 ; Martin, Mylne, Frautschi, Bibliographie du g (...)

141782 : Adélaïde, ou mémoires de la marquise de M***, écrits par elle-même (Neuchatel, in-8°, 248 p.) est-il le premier roman de Louise ? On le lui attribue depuis Barbier, qui donne 1776 comme date de première édition, mais jusqu’ici personne n’a vu d’édition antérieure à 1782 6. L’ouvrage figure dans le catalogue de la bibliothèque des Keralio. Donc, production familiale ? J’hésite pourtant à l’attribuer à Louise, pour deux raisons. La première est négative : en l’absence de preuves, je préfère voir Louise jeune d’abord comme une érudite. La seconde est positive : une partie de l’intrigue, fort compliquée, me semble recasée dans un récit secondaire des Visites (1792), roman évoqué plus haut, attribuable à sa mère, mais pas à Louise… Revenons sur un terrain plus sûr.

15En 1783-84, elle termine une traduction de l’italien, commencée par Lefèvre de Villebrune, l’Histoire du grand duché de Toscane sous le gouvernement des Medicis, de Galuzzi. Au tome 7 (p. 373), le traducteur place en note un éloge de Joseph Abeille : « il eût fallu en Toscane un de ces rares génies […] le traducteur est l’un des descendants de J. Abeille ; & n’est pas le moins respectueusement attaché à sa mémoire ».

A l’ombre d’un nom

16L’année suivante, le patronyme de Louise est, pour la première fois, imprimé en tête d’un livre. Les Voyages dans les Deux-Siciles, de M. Henri Swinburne, dans les années 1777, 1778, 1779 ; 1780, traduits de l’anglais par Mademoiselle de Keralio (in-8°, XVI – 396 p.) sont publiés avec approbation (Démeunier, 10 février 1785) et privilège (10 ans à Barrois, 28 mai). L’ouvrage s’ouvre sur un hommage appuyé au père :

« Il m’est bien doux de faire à l’amour filial l’hommage du premier écrit que j’ose offrir au Public, sous un nom que vous lui avez fait connaître si avantageusement. Il est bien juste que vous le receviez du fruit de vos soins éclairés ; tendres. Sans eux, je n’aurais osé former les premiers pas dans une carrière toujours semée d’épines. Sans vous, je n’aurais pu franchir des obstacles qui auraient effrayé mes faibles lumières […] Ainsi j’ose à l’ombre d’un nom que vous avez cherché à rendre utile ; durable dans de plus importants objets […] suivre de loin un guide si cher. La faiblesse d’un sexe timide ne me permettra pas de vous atteindre, malgré mon zèle ; l’heureuse culture par laquelle vous vous êtes plu à former mon esprit. » (p. III-IV).

17Scrupuleuse, Louise a « fait passer [son] ouvrage entier sous les yeux de l’Auteur », ce qui nous vaut des notes souvent longues et toujours d’une érudition étayée sur des autorités. Mais — premières épines de la carrière ? —, la traduction de la fin de l’ouvrage ne paraît pas. Cette même année 1785, commence une traduction concurrente (par J.-B. de la Borde, avec des notes de Cabanis et Vivant-Denon, Didot aîné, 5 vol in-8°, 1785-87) qui, elle, ira à son terme. Et c’est elle qui figure dans le catalogue de la bibliothèque Keralio…

18La traduction de Louise a pourtant été dûment annoncée, et complimentée, dans un nouveau périodique, le Censeur universel anglais.

Journalisme, librairie, notoriété académique

  • 7 Voir les notices de Madeleine Fabre sur le Censeur… (Dictionnaire des journaux, Oxford, Voltaire Fo (...)

19Le journalisme n’est pas encore une profession, et compte encore fort peu de femmes ; Louise entre dans la carrière en juillet 1785. Elle confirme sa vocation d’intermédiaire culturel franco-anglais en collaborant à un hebdomadaire, dont la courte histoire est cependant riche en avatars 7.

20 Le Censeur universel anglais, « ou revue générale et impartiale de toutes les productions anglaises… », commence en fanfare, avec approbation et privilège, « dédié et présenté à Madame, par M. le chevalier de Sauseuil; & une société de gens de lettres ». L’étude de la collection n’est pas facile. Les rubriques et le format changent, les tables sont semestrielles, puis par numéro ; la collection de la BNF s’arrête au 3 mars 1787, mais la BM de Rouen possède les numéros du 9 juin et du 7 juillet 1787, qui sont probablement les derniers ; la plupart des articles sont anonymes. Louise y signe deux comptes rendus, sur une History of Athens et une History of Great Britain (3 février et 7 juillet 1787).

  • 8 Voir : Carla Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris 1789-1810, U. of Califo (...)

21En 1785, le journal est imprimé chez Cailleau. Un certain J.-L. Lagrange, apprenti chez Cailleau, est reçu libraire le 12 décembre 1786. Louise a constitué avec lui, en avril 1786, une société de librairie. Elle a 30 ans, elle est célibataire donc majeure ; elle y engage probablement son (éventuelle) fortune personnelle, et son avenir d’auteur. L’affaire commence ambitieusement, mais se termine vite, et mal : dettes dès 1787, fuite de Lagrange en janvier 1789, déclaration de faillite en mars, dissolution de la société en avril. Nous pouvons aujourd’hui replacer cet épisode dans l’histoire de l’édition, comme une petite secousse dans le grand ébranlement économique de la librairie parisienne, avant même la révolution dans son régime juridique. Pour Louise, ce dut être une grande blessure : échec dans sa recherche de l’autonomie économique, difficultés pour diffuser ses œuvres 8.

22Elle n’imagine certainement pas ces futures péripéties, quand elle part, en avril 1786, avec deux gros ouvrages sur le feu, en campagne académique…

  • 9 Voir L. N. Berthe, « Un inédit de Robespierre. Sa réponse au discours de réception de Melle de Kera (...)

23Jusqu’en janvier 1788, elle est en relations avec l’Académie d’Arras (16 lettres à Dubois de Fosseux, 28 de lui). Le 3 février 1787, l’Académie élit, parmi 39 aspirants, 15 membres honoraires, dont 2 femmes, Mlle Le Masson Le Golft et Louise, qui envoie le 29 mars son discours de réception, plan d’une « histoire générale des mœurs » à travers les « quatre degrés de civilisation ». Il est lu en séance publique le 18 avril, avec une réponse de Robespierre, qui ne parle pas des travaux de Louise, mais se prononce pour l’admission des femmes dans les académies, chose « regardée jusqu’ici comme une espèce de phénomène 9 ».

  • 10 Voir A. Geffroy, « D’Alembert et Condorcet, membres de la Société patriotique bretonne ? », dans U. (...)

24La même année, Louise devient membre de la « Société patriotique bretonne », dont on ne sait pas grand chose, sinon que son animateur, Georgelin, cherche à recruter, dans les trois ordres et les deux sexes, les membres d’un réseau de notabilités bretonnes et parisiennes 10.

Une reine, des écrivaines

25Passons au principal ouvrage de Louise. Elle consacre 5 gros volumes (in-8°, 1786-1788) à l’Histoire d’Elisabeth, reine d’Angleterre, « tirée des écrits originaux anglais, d’actes, titres, lettres & autres pièces manuscrites qui n’ont pas encore paru ».

26Dans son approbation (7 décembre 1786), Démeunier s’étonne « qu’une femme aimable se soit dévouée, dès les premières années de sa jeunesse, à un travail aussi pénible ; elle a consulté tous les Auteurs originaux ». Le privilège (10 ans à Lagrange) est du 22 novembre 1786.

27Le paratexte est abondant. Dans sa préface, Louise expose l’ampleur de la tâche, fruit de « dix ans de travail », renouvelle l’hommage au père-guide, annonce une bibliographie en fin d’ouvrage (elle prévoit 3 volumes, il y en aura 5), et remercie une brochette de savants informateurs. Dans son discours préliminaire, elle définit l’Angleterre des Tudor comme « un état à la fois monarchique et républicain », en marche vers la liberté, qui « ne fut pas établie sous Elisabeth, mais […] préparée par elle ».

28Dans les 4 volumes de l’Histoire, le texte, un pavé de 2 300 pages, n’est jalonné que par des dates en marge, sans division en chapitres, sans table ou index final… La conclusion est un bilan moral, qui range la reine dans la catégorie de l’exception, c’est à dire hors de son sexe. Elisabeth présente « tous les traits d’un caractère mâle qui la placent au rang des grands rois », et « lorsqu’on voit opérer de tels prodiges par le génie d’une femme, tous les défauts, toutes les faiblesses de son sexe, de son caractère, disparaissent aux yeux des juges les plus sévères » (t. IV, p. 666).

29Le dernier volume (1788, 502 p.) est consacré aux pièces justificatives (une bonne centaine, de la Magna Carta à la liste des œuvres d’Elisabeth) et à une bibliographie, commentée, de 78 ouvrages.

  • 11 L. S. Mercier, Tableau de Paris, J-Cl. Bonnet (dir.), Mercure de France, 1994, t. 2, p. 1013. Mais (...)

30Dans son annonce-compte rendu (Journal des savants, octobre 1787, p. 649-657), Gaillard reprend, sur le plan scientifique, l’argument de l’exception : « Madame Dacier qui appliqua l’érudition à la littérature, parut une espèce de phénomène; & Mademoiselle de Keralio va en paraître un à son tour en appliquant l’érudition à l’histoire, en se distinguant par des recherches savantes ; par l’étude des Monumens ». Par cet ouvrage, Louise voit son nom porté à la connaissance du (grand ?) public. A la fin du volume X de son Tableau de Paris (1788), Mercier consacre un chapitre aux « femmes auteurs », qu’il défend contre « la tourbe médiocre des esprits, qui voudrait exiger des femmes un perpétuel aveu d’infériorité ». Dans son énumération de 35 femmes-auteurs françaises, il fait place au « pinceau mâle et historique de mademoiselle Keralio 11 ».

31Faire connaître les femmes-auteurs, c’est bien ce que Louise projette, avec une Collection des meilleurs ouvrages français, composés par des femmes, dédié aux femmes françaises.

32La souscription prévoit 36 volumes, avec gravures, à raison de 2 volumes par mois. L’approbation du censeur, Toustain-Richebourg, pour les deux premiers volumes, est du 25 décembre 1786. L’épître dédicatoire, à sa mère, est minimale, et forme un vif contraste avec l’éloge dithyrambique adressé au père l’année précédente.

33L’entreprise, ambitieuse et savante, s’ouvre sur un panorama général et une bibliographie. Mais elle ne tient pas le rythme prévu. En tête du tome III (approbation du 27 mai 1787), où elle fait figurer ses nouveaux titres de « membre de l’académie d’Arras et de la Société patriotique bretonne », Louise se plaint de l’imprimeur : « la manière incorrecte dont les deux premiers volumes ont été traités, par rapport à la partie typographique, n’a répondu ni à mes intentions, ni à mes dépenses, qui ont été les mêmes que pour une édition très soignée ». Elle s’excuse du retard de publication (dû à la rédaction de l’Histoire d’Elisabeth, donc à elle). Elle le compense en donnant aux souscripteurs, en 1787-88, six volumes de Lettres de Mme de Sévigné. Pour cette partie, Louise reprend l’édition de 1754, et y ajoute l’éloge de Sévigné par Mme Brisson (1777). Les six volumes du début de la série (1, 1786, 2 à 4, 1787, 5 et 6, 1789) nous mènent d’Héloïse au théâtre du 17è siècle. Il faudrait, pour chacune des autrices, voir ce que l’édition de Louise apporte de nouveau, si elle en apporte.

34La collection s’arrête là : faillite de l’entreprise, conjoncture politique… le projet, une fois de plus, reste inachevé.

35On attribue à Louise, mais aussi à J.-P. Béranger, la traduction d’un ouvrage à succès, celui de l’anglais Howard, Etat des prisons, des hopitaux et des maisons de force. Il parait chez Lagrange (2 vol in-8°, avec permission de 5 ans, 28 juillet 1788), et c’est le père de Louise qui signe l’approbation. Ce dernier travail d’Ancien Régime de Louise (ou d’un « atelier » autour d’elle ?) continue sa vie sous le nouveau : l’édition Maradan (1791) est exactement la même, à la page de titre près.

Phénomène politique ?

36Comment Louise vit-elle les débuts de la Révolution ? Elle s’y engage pleinement, du côté « patriote ». Elle publie, en août 1789, une brochure d’Observations sur quelques articles du projet de constitution de M. Mounier (Nyon, in-8°, 18 p., lisible en fac simile sur le site Internet de la BNF). Et elle se relance dans un journalisme en pleine explosion éditoriale : 17 nouveaux titres en mai 1789, 29 en juillet, 26 en août. Parmi eux, celui que fonde Louise, et dont elle est la seule rédactrice.

37 Le Journal d’Etat et du citoyen compte, du 13 août au 27 décembre 1789, 33 numéros. Arrive-t-il à se faire un lectorat ? Il trouve (au moins) un écho, malveillant, dans les Révolutions de Paris (n° 14, 19 octobre 1789) :

« L’affaire de M. Marat nous a donné l’occasion de connaître un vrai phénomène politique, c’est un journal sur les affaires publiques, composé par une femme […] Mlle de Keralio a prouvé, par le titre seul de son journal, que les abstractions les plus hardies ne l’effraient pas ; son titre est de cette métaphysique qui avoisine l’obscurité : c’est le journal d’état & du citoyen. »

  • 12 Leur fille Adélaïde (1791-1866) épouse en 1806 le musicien François-Joseph Fétis. Elle se fera, com (...)

38En décembre, ce titre devient sous-titre du Mercure national, dans lequel, avec d’autres rédacteurs, Louise continue son activité. Elle reste, à travers changements de titres et fusions, rédactrice d’un journal, au moins jusqu’en juin 1791. Elle épouse, en mai 1790, François Robert 12. Elle milite à la « Société fraternelle des deux sexes » (et y polémique avec Etta Palm). Un pamphlet royaliste la dénonce, en 1792, comme l’auteur des Crimes des reines de France (Prudhomme, 1791). Membre du premier noyau républicain, elle suit la carrière et les avatars de fortune de son mari, élu à la Convention en septembre 1792, exilé comme régicide en 1816. En 1808, elle recommence à publier, sous le nom de Keralio-Robert, et meurt à Bruxelles en 1822. Sur cette deuxième moitié de sa vie, les témoignages sont assez nombreux, ce qui ne signifie pas que la tâche interprétative soit plus aisée ! Je conclurai sur deux propos de Louise elle-même.

39En 1808, elle dédie à son mari un roman, Amélia et Caroline : « Depuis vingt ans je n’ai rien publié. Depuis vingt ans, je suis à toi, et c’est à l’amour conjugal que je consacre cet écrit ». Ce mensonge, pour nous évident, peut s’expliquer par le désir de faire silence sur la période révolutionnaire… Mais il recoupe une autre incitation au silence politique, beaucoup plus lourde d’idéologie.

40Dans son Mercure national (18 avril 1790, p. 22), Louise déclare :

« Je ne crois pas que les femmes puissent jamais avoir aucune part active au gouvernement; & je crois que le plus grand bien que puisse faire la constitution aux mœurs publiques, est de les en écarter pour jamais. Les femmes règnent dans les états despotiques, c’est assez dire qu’elle doivent être nulles dans l’administration d’un pays libre […] contentes d’apprendre à leurs enfants les décrets de l’Assemblée, elles n’ambitionneront ni de les faire, ni de les dicter ».

41L’idéologie différentielle-sexiste de la Louise d’Ancien Régime n’est pas ébranlée par la Révolution ; elle est même, à mon avis, renforcée. Ce sexisme politique, je peux bien l’enregistrer. Mais je ne sais comment le comprendre, quand il est assumé par une femme qui sait, écrit, publie et prouve que des femmes peuvent être, et ont été, reines, écrivaines… et journalistes politiques. Sentiment d’infériorité, ravages de la servitude volontaire ?

  • 13 Carla Hesse, « French women in print, 1750-1800 : an essay in historical bibliography », H. T. Maso (...)

42Pour comprendre de tels préconstruits, qui ne sont plus les nôtres, je ne vois de salut que dans l’histoire empirique, statistique et comparative dont Carla Hesse nous donne l’exemple 13. Des femmes-auteurs contemporaines de Louise, il y en a quelques centaines : c’est peu, mais cela suffit à rendre caduques les catégories du phénomène et de l’exception. On trouvera dans leurs écrits bien d’autres illustrations de l’idéologie dominante sexiste ; mais on y trouvera aussi autre chose, heureusement !

Notes

1 Louise a dit à Manon Roland : « Mon mari rédigeait la pétition sur l’autel de la Patrie ; j’étais à ses côtés ». Michelet connaît et rapporte la version de Louise. Sa fiction évoque donc, pour mieux l’escamoter, un problème qui dépasse de beaucoup celui des égéries et autres inspiratrices. C’est celui de l’existence et de la valeur (politique, juridique et marchande) de la signature d’une femme. Voir Carla Hesse, « Reading signatures : female autorship and revolutionary law in France 1750-1850 », 18 th century studies, 22/3, 1989, p. 469-487. Pour un autre exemple d’attribution abusive, voir A. Geffroy, « Egalité et distinction (s) : trois textes de 1790 sur le tutoiement », Archives et Documents de la SHESL, déc. 1989, p. 45-51.

2 Sources : Archives biographiques françaises (K. G. Saur, 2e éd., 1998, 9 notices, publiées entre 1800 et 1969) ; Michaud, Biographie universelle (2e éd., 1842-1865, t. 25, notice anonyme) ; G. Mazel, « Louise de Keralio et Pierre François Robert, précurseurs de l’idée républicaine », Bulletin de la Société d’histoire de Paris et de l’Ile de France, t. 116, 1989, p. 163-238.

3 AD Drôme, Etat-civil, 4E 3850. Le document est signalé en 1868 par A. Lacroix, et vaut à Louise une notice dans Les dauphinoises célèbres (H. Rousset, 1908).

4 Seul le Grand Larousse (t. 9, 1873) valorise le rôle de la mère. Je propose une motion de synthèse : Louise a dû être élevée, instruite et éduquée par ses nourrice (s), précepteurs/trice (s), et parents.

5 Voir Jean Sgard, notice « Guinement de Keralio » dans le Dictionnaire des journalistes, Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

6 Barbier Dictionnaire des anonymes, 2e éd., 1822-1827 ; Martin, Mylne, Frautschi, Bibliographie du genre romanesque français 1751-1800, 1977.

7 Voir les notices de Madeleine Fabre sur le Censeur… (Dictionnaire des journaux, Oxford, Voltaire Foundation, 1991) et sur ses rédacteurs Griffet de la Baume et Jouin de Sauseuil (Dictionnaire des journalistes, 1999).

8 Voir : Carla Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris 1789-1810, U. of California Press, 1991 ; Anne Boyer, « Crédits et faillites : le problème des financements dans la librairie d’Ancien régime », L’Europe et le livre, Paris, Klincksieck, 1996, p. 357-369. Et merci à Sabine Juratic et Françoise Weil, qui m’ont fait pressentir l’étendue des ressources (et des problèmes !) pour tout ce qui concerne le monde de la « librairie ».

9 Voir L. N. Berthe, « Un inédit de Robespierre. Sa réponse au discours de réception de Melle de Keralio, 18 avril 1787 », Annales historiques de la révolution française, 1974, p. 261-283. Mais Louise a peut-être sollicité d’autres sociétés savantes : sur ce point encore, explorations à faire.

10 Voir A. Geffroy, « D’Alembert et Condorcet, membres de la Société patriotique bretonne ? », dans U. Kölving, I. Passeron (dir.), Sciences, musiques, Lumières, Mélanges offerts à A. M. Chouillet, Ferney-Voltaire, Cieds, 2002, p. 267-275.

11 L. S. Mercier, Tableau de Paris, J-Cl. Bonnet (dir.), Mercure de France, 1994, t. 2, p. 1013. Mais la note éditoriale confond encore Louise et sa mère.

12 Leur fille Adélaïde (1791-1866) épouse en 1806 le musicien François-Joseph Fétis. Elle se fera, comme sa mère et sa grand’mère, « intermédiaire culturelle » en traduisant l’History of music de Stafford.

13 Carla Hesse, « French women in print, 1750-1800 : an essay in historical bibliography », H. T. Mason (ed.), The Darnton debate, Oxford, SVEC, 359, 1998, p. 65-82.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540