Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

III. La lecture et ses usages

L’inscription d’un lectorat féminin dans une des Lettres historiques et galantes de Mme du Noyer

Henriette Goldwyn

Texte intégral

  • 1 Mme Du Noyer (Anne-Marguerite Petit), Les Lettres historiques et galantes par Madame C***, ouvrage (...)
  • 2 Pour plus de renseignements précis sur l’authenticité de la correspondance, les dates exactes et li (...)
  • 3 Sur le manque d’indices personnels et de profondeur psychologique des épistolières voir notre « Jou (...)

1Champ d’investigation fertile, le journalisme épistolaire fournit des exemples originaux de la constitution d’un lectorat et de son inscription dans l’espace littéraire. En choisissant dans les ouvrages de langue française publiés en Hollande à la fin du xviie siècle, le cas d’une des Lettres historiques et galantes de Madame C***1 (LHG) écrites par Mme Du Noyer, je voudrais montrer comment se constitue littérairement un lectorat féminin à des degrés divers à travers des indices explicites. Paru en sept volumes, (111 lettres), de 1707 à 1717 avec une périodicité irrégulière à Cologne 2, les LHG mettent en jeu la lettre qui, débordant son cadre de relation interpersonnelle unique, révèle un échafaudage savant par l’intermédiaire d’éléments et d’indices liés à la situation de réception ou de lecture. Ces indications de la destination et de la réception qui dévoilent les manipulations autoriales — une stratégie de séduction et de conquête — s’inscrivent dans le texte et ciblent surtout un lectorat féminin. Dans le mécanisme de ce journalisme par lettres le destinataire premier, l’amie de Province, est un procédé littéraire dont la fiction de l’unicité renvoie à des destinataires multiples. Les LHG s’articulent autour d’un échange de lettres entre deux anciennes amies qui restent anonymes tout au long des sept volumes. La seule identité signalée est celle de leur emplacement géographique 3.

2Dans l’exorde de la lettre 62 du troisième volume, une très longue lettre de 261 pages qui fera l’objet de cette étude, l’épistolière parisienne en répondant à sa correspondante provinciale, met en évidence les éléments clés de leur échange :

« J’espère, Madame, que n’étant plus qu’à cinq journées de Paris, vous voudrez bien y venir faire un tour avant de partir pour la Palestine. Vous pourrez bien […] faire, chemin faisant, un tour aux Tuileries. J’y étais l’autre jour avec Madame D*, à laquelle je lisais votre dernière lettre » (16-7).

  • 4 Dans « la fausse lettre au journal en 1793 », La lettre et le politique, Paris, Champion, 1996, p. (...)
  • 5 Pour plus de détails sur le journalisme épistolaire consulter Alain Nabarra, « Madame Dunoyer et la (...)

3Dans un premier temps, l’absence de l’autre et la séparation géographique, citées d’emblée, paraissent être la force motrice de cette correspondance, de ce dialogue virtuel, entre deux amies dont la seule identification est que l’une se trouve à Paris et l’autre en Province. Celle qui vit en Province voyage souvent et ses lettres proviennent de destinations multiples. Ces deux amies s’écrivent pour se tenir au courant de l’actualité, des nouvelles et des événements dignes d’être racontés. Donc au premier abord ces lettres sont conçues comme une correspondance privée et authentique qui « informe », « satisfait la curiosité » et « donne des nouvelles » (16). Toutefois, Mme Du Noyer, la réfugiée protestante, adopte et exploite avec succès le mécanisme du journal de « type épistolaire », c’est-à-dire, la combinaison de la lettre et du journal 4, inspiré par le modèle de la Gazette de France de Renaudot paru en 1631 qui avait été repris par Donneau de Visé dans le Mercure Galant et adopté ultérieurement par de nombreux auteurs de périodiques au xviie siècle 5.

  • 6 Dans « le journalisme masqué », Le Journalisme d’Ancien Régime, Presses Universitaires de Lyon, 198 (...)
  • 7 Dans Écrire au temps de Mme de Sévigné, selon Roger Duchêne de par son existence la presse qui se t (...)
  • 8 Dans « Journalisme et histoire contemporaine à l’époque de Bayle », Repenser l’histoire, Paris, Cha (...)

4Le projet de Mme Du Noyer est tel que ses LHG se rapprochent des mercures, œuvres hybrides, carrefours où s’entrecroisent non seulement des genres divers (la lettre, la nouvelle, l’essai moral, les vers, les placets, etc.) mais aussi une multiplicité de nouvelles qui reflètent des événements politiques, littéraires, religieux et sociaux traités avec beaucoup d’humour, de dérision et d’imagination. Vers la fin du siècle, dans le développement du journalisme, deux tendances se distinguent, une presse de contre-courant s’élabore vis-à-vis de la presse institutionnelle et savante. Cette nouvelle vague de journalisme, beaucoup plus personnelle qui va évoluer vers les « Spectateurs » est intimement liée aux goûts d’un public en transformation et d’une nouvelle génération de journalistes dont le mode de transmission de l’information diffère radicalement de celui du journalisme établi. En examinant la remise en question de la presse institutionnelle et savante au xviie siècle et son évolution, Michel Gilot et Jean Sgard attirent l’attention sur un phénomène de poids, la transformation du public. Ce nouveau public, « plus jeune, plus mondain et en partie féminin 6 », aux exigences particulières, dicte un type de journalisme qui favorise une information diffusée de façon directe et personnelle. L’auteur ne sera plus ce personnage anonyme et impartial, il interviendra et émettra des jugements dans tous les domaines. Gilot et Sgard concluent que : « L’érudition fait place à la vulgarisation et la critique savante s’efface derrière les nouvelles littéraires » (286). Roger Duchêne, quant à lui, évoque un autre type de transformation, celui encouru par la lettre sous la plume des gazetiers et nouvellistes qui l’ont adoptée pour attirer et atteindre le grand public. Il affirme que cette rivalité « va progressivement transformer le contenu épistolaire 7 ». S’adressant à un large public la gazette est « un recueil de ce que tout le monde doit savoir » tandis que la lettre « personnalisée » n’est qu’une réponse « à des curiosités particulières » (100). À son tour, en étudiant la rencontre entre l’histoire et le journalisme naissant, Myriam Yardéni souligne le rôle de l’écriture de l’histoire, sa diffusion et sa révision dans les nouvelles, gazettes et mercures. Ce faisant, elle revendique la contribution des nouvellistes et gazetiers, au statut si défavorisé dans le Parnasse des lettres mais dont l’utilité reste indéniable dans le processus de la « démocratisation du savoir et de l’érudition 8 ». Mme Du Noyer se distingue comme une des rares voix féminines à la fin du xviie siècle qui s’aventure sur cette voie et contribue à la transformation du journalisme par lettres.

  • 9 Pour l’interchangeabilité des scripteurs/destinataires consulter Nabarra, « La lettre et le journal (...)
  • 10 Voir les embrayeurs et le couple je-tu « co-énonciateurs », Dominique Maingueneau, Éléments de ling (...)

5Le premier paragraphe de la lettre 62 signale que l’épistolière parisienne, réceptrice de la lettre envoyée par son amie, n’est pas la destinataire finale puisqu’elle choisit de lire et de partager cette lettre avec d’autres lectrices, notamment cette amie à laquelle elle est en train d’en faire la lecture en cachette aux Tuileries. La lecture d’une lettre privée à une tierce personne est une pratique courante dans les LHG. Au premier volume, la scriptrice parisienne avouera à plusieurs reprises à sa réceptrice que ses amies attendent impatiemment l’arrivée des lettres, « chacun me fait la cour pour les [lettres] voir » (I, 19,22). Pendant la lecture de la lettre, aux jardins des Tuileries, soudainement les deux amies parisiennes sont interrompues par une foule bruyante qui les force à fuir. Mais avant de fuir, l’épistolière parisienne prend la peine de mentionner qu’elle a dû cacher la lettre marquant la clandestinité, la hantise de la censure et le danger encouru par tout écrit qui pourrait paraître suspect aux autorités. Protestante exilée en Hollande et vivant de sa plume, Mme Du Noyer connaissait trop bien le danger de l’interception des lettres par la police. Le leitmotif de la censure hante son œuvre et ce n’est pas par hasard que l’épistolière parisienne déclare dès les premières pages des LHG : « Brûlez cette lettre de peur qu’elle ne me fasse brûler » (I, 2,15). Mais en tant que journaliste elle était aussi consciente de l’attrait de l’interdit sur le public et le succès de sensation que la clandestinité procurait. « Écrire est un geste imprudent » affirme Roger Duchêne dans Écrire au temps de Mme de Sévigné. « Parce qu’on l’envoie, la lettre échappe à son auteur » (223-4). Certes la lettre échappe à son auteur mais dans le cas de Mme de Sévigné, et dans l’instance particulière citée par Duchêne, la lettre échappe aussi au destinataire premier qui n’était autre que Fouquet. Le roi — par sa curiosité et son indiscrétion — viole le caractère privé et confidentiel de la lettre qui ne lui était pas destinée. Toutefois il en apprécie particulièrement la valeur littéraire, et de par sa lecture interposée et le jugement qu’il porte sur la lettre, le roi la constitue « en objet littéraire » (224). Mme Du Noyer, quant à elle, mise sur cette indiscrétion de la part d’un tiers. Tous les moyens et tous les mécanismes lui seront bons pour inciter une lecture interposée qui consacrera sa réputation et garantira ainsi les succès financier et littéraire des LHG. La correspondance entre les deux épistolières, « ces deux voix presque interchangeables 9 » ou ce dialogue à une voix n’est qu’un procédé, un moyen, un mécanisme qui lui permettra d’atteindre et de s’attacher le public désiré, au delà de son destinataire premier qui n’est qu’un alibi, un prétexte, un jeu de rôle 10.

  • 11 Mme d’Aulnoy, auteure connue et très prisée surtout pour ses contes de fées et ses mémoires, était (...)
  • 12 Après la révocation de l’Édit de Nantes et la répression religieuse qui la suivit, les camisards se (...)
  • 13 Anne-Marguerite Petit accepte d’épouser Guillaume Du Noyer à Paris en mai 1689 et de vivre « en app (...)
  • 14 Le Traité de Ryswick en 1697 met fin à la guerre de neuf ans, guerre connue en France sous le nom d (...)

6L’épistolière parisienne clôt sa lettre en avouant à sa correspondante : « Voilà tout ce qu’il y a présentement de plus nouveau à Paris ; ainsi comme je n’ai plus rien à vous dire […] je m’en vais emprunter le secours d’autrui pour continuer à vous apprendre des nouvelles » (20). Dans le contrat de lecture, l’importance de donner des nouvelles est primordiale, comme elle n’a plus rien à raconter et elle sait que son amie vivant en Province attend impatiemment les nouvelles de Paris, « donnez m’en [des nouvelles] un peu, je vous prie, de ce qui se passe à Paris » (III, 61,16), elle va étoffer sa correspondance en ajoutant à la lettre une nouvelle inédite, l’histoire de My Lady, nouvelle anglaise, écrite par un auteur connu. Elle va feindre d’accorder la parole/plume à un tiers, Mme d’Aulnoy 11. L’épistolière parisienne déclare : « Celles [les nouvelles] que je joins à cette lettre sont écrites par une meilleure main que la mienne, puisque c’est par feu Madame Daunoi qui avant de mourir, avait confié ce manuscrit à une de ses bonnes amies » (20-1). Donc pour allonger sa lettre, l’épistolière parisienne va lui adjoindre un récit, « une historiette », qui aurait été écrite par un auteur célèbre et prisé à la fin du xviie siècle. Dans ce mécanisme de camouflage, en occultant son identité et en empruntant le nom de Mme d’Aulnoy, écrivaine célèbre de l’époque, notamment des mémoires de la cour d’Angleterre, Mme Du Noyer, journaliste exilée, vivant en Hollande, écrivant en français pour un public français, recherche la notoriété et le succès. Pour attiser la curiosité de son public et attirer l’attention sur l’élément de sensation nécessaire à la vente de ses LHG, elle va faire ressortir les particularités de cette nouvelle inédite jusqu’alors. L’épistolière parisienne promet une lecture originale en annonçant : « vous pouvez compter que vous allez voir ce que personne n’a encore vu ». Pour accroître davantage la curiosité de son destinataire et capter son imagination, elle ajoute que Mme d’Aulnoy avait écrit cette histoire pour son propre plaisir sans aucun dessein de publication et sans aucune intention « de rendre cette aventure publique » (21). De surcroît, elle ajoute que les personnages ne sont pas identifiables puisqu’ils sont tous morts et qu’il ne reste plus de clefs : « Il n’y a pas d’apparence qu’on puisse en avoir la clef » (21). En jouant sur la triple ambiguïté de la fiction de la lettre, la fiction autoriale et la fiction du destinataire premier, l’épistolière parisienne clôt sa lettre en écrivant à son amie provinciale : « Adieu, je vous laisse avec My Lady des nouvelles anglaises » (22). Il incombe à un narrateur à la troisième personne de présenter le récit cadre, la toile de fond de cette histoire qui est livrée sous forme de dialogues rapportés dans un discours indirect libre entre My Lady, l’héroïne de la nouvelle, et son amie anglaise, la comtesse d’Exeter, « nos deux anglaises » (27). En juxtaposant à la lettre, une nouvelle à la troisième personne, le lecteur est plongé dans un second système narratif qui effectue un nouveau découpage temporel et remonte dans le temps. Deux événements historiques de poids se chevauchent. Le début de la lettre 62 met en scène l’arrivée de Jean Cavalier, chef des Camisards à Paris en 1705 12 tandis que le récit cadre de My Lady se situe entre 1689 13, date de la fuite du roi Jacques d’Angleterre, après la prise de pouvoir de Guillaume III d’Orange et 1697, date de la signature du Traité de Ryswick. Cette tranche historique importante recouvre la période qui suit la révocation de l’Édit de Nantes, la brève trêve aux nombreuses guerres livrées par Louis XIV et, un tournant décisif pour l’Angleterre qui reconnaît en Guillaume III d’Orange son premier souverain protestant et étranger 14. La nouvelle s’ouvre sur l’euphorie causée par la paix à Paris, « le peuple ravi du retour de la paix », l’arrivée des anglais, « au milieu de cette joie publique » et signale le rôle joué par le salon de Mme d’Aulnoy où se rencontraient les deux factions politiques anglaises. Il est intéressant de noter que se référant à l’auteure supposée de la nouvelle, le narrateur à la troisième personne affirme :

« Mme Daunoi avait été autrefois à la Cour d’Angleterre : elle en a donné mêmes des Mémoires au Public, qui sont écrits avec cette délicatesse qu’on admire dans tous ses ouvrages […] sa maison était le bureau d’adresse de toutes les personnes de considération qui venaient de Londres à Paris » (28).

  • 15 Dans l’avertissement (a) aux Mémoires de la vie de Monsieur le comte D* de Saint-Évremond, nouvelle (...)

7My Lady, nouvelle anglaise est le récit d’une dame de condition anglaise qui tombe amoureuse d’un jeune inconstant, le chevalier de Cheiles. Catholique dévote, réfugiée dans un pays catholique « pour raison de religion » avec la petite cour du roi Jacques qui est reléguée à Saint Germain en Laye, My Lady est déchirée entre son amour pour son jeune amant et son devoir à son mari. Elle vivra une histoire d’amour mouvementée et sera même emprisonnée à la Conciergerie pour espionnage. Néanmoins, dans un cadre de mentorat, « […] le commerce des femmes sert beaucoup à former un jeune homme » et surtout « à lui polir l’esprit » (126), elle réalisera l’éducation littéraire de son jeune amant en lui faisant goûter les belles lettres, en discutant les bonnes lectures, en l’accompagnant au théâtre, en lui apprenant à écrire et surtout à écrire des lettres pour lui donner cette aisance mondaine indispensable. Finalement elle mourra tuée accidentellement par le jeune chevalier qui tentait d’échapper à son emprise suite à sa lecture des Mémoires de la vie du comte D* de Saint-Evremond, lecture recommandée par Master Drunk, l’ami pervers qui le monte graduellement contre My Lady. Ceci dit, cette nouvelle permet à « nos deux anglaises » de porter des jugements, de faire des remarques, d’émettre des commentaires et d’épicer la nouvelle de toutes sortes de remarques, maximes, anecdotes et dictons. Grâce au dialogue, au désir d’une prise de parole constante, les deux femmes touchent à une multiplicité de sujets : le rôle des femmes, le mariage, la religion, la politique, la société de l’époque, et surtout la mission civilisatrice de la femme au sein de cette société en mutation. L’histoire de My Lady évoque, comme le reste des LHG, un mixage d’événements socio-politico-religieux racontés avec beaucoup d’humour et avec de nombreuses intrusions autoriales. Nous retrouvons dans cette nouvelle, le même style, le même ton et la récurrence des mêmes thèmes et thèses qui animent le reste de l’œuvre. Ce qui ressort de ce message, c’est le réveil d’une conscience politique aiguë. La comtesse d’Exeter aborde un thème d’actualité brûlant, le rôle de la femme exilée « pour raison de religion ». Par le biais du devoir, « vous faire rentrer dans votre devoir » (37), elle tente de démontrer à son amie que les querelles de religions fomentées par les grands et la manière dont ils manipulent les affaires d’état ne sont que pour leur propre gain. En se penchant sur la situation politique et les cas de conscience des femmes exilées, elle demande à son amie : « Est-ce aux femmes à décider là-dessus ? » Afin de légitimer son argument, elle se place du côté du stéréotype et de la tradition et cite Molière ainsi que Saint-Paul : « Elles auxquelles il est défendu de parler en public, que l’on a éloignées des sciences et des emplois et qui, selon Molière, ne devraient savoir autre chose que coudre, filer, et aimer leurs maris […] » (32-3), comment pourraient-elles s’aventurer à prendre de telles décisions ? De toute manière le devoir d’une femme est de rester auprès de son mari car il est « le chef de la femme » (33). Dans ce débat plein d’ironie et de sous-entendus, My Lady justifie son exil ainsi que celui de toutes les huguenotes réfugiées en Angleterre en lui citant la parole de l’Évangile : « Celui qui aimera père, mère, mari, femme, enfants, plus que lui [JC], ne sera pas digne de lui » (34). Pleine de verve, la comtesse riposte : « Vous me citez là un passage dont on abuse terriblement dans ces temps-ci » (34). Ce faisant, elle aborde ainsi de manière oblique le problème des querelles et controverses religieuses qui déchiraient la France en fustigeant la duplicité des grands : « Croyez-moi, la religion a toujours été un prétexte dont les grands se sont servis pour […] soutenir les querelles particulières, en faisant semblant de soutenir celle du Seigneur » (39-40). En dernier lieu, cette nouvelle est une réponse et une récusation des Mémoires de la vie du Comte D* de Saint-Evremond. Œuvre mysogine, dont la lecture va entraîner le refroidissement et le détachement du jeune chevalier de My Lady et provoquer la mort de celle-ci. Ces mémoires ne sont qu’« une satire oûtrée contre les femmes » (223), mettant en scène un comportement féminin caricatural, « la mauvaise conduite des femmes coquettes 15 », contre lequel Mme Du Noyer va s’insurger.

  • 16 Sur la généralité imprécise du on « étendue et illimitée » voir Problèmes de linguistique générale, (...)

8L’histoire de My Lady se clôt sur une phrase ambiguë : « Cette histoire doit servir de leçon ; et c’est dans cette vue qu’on l’écrit. Il serait à souhaiter que celles qui la liront sussent profiter d’un si triste exemple, et éviter un pareil sort ». C’est l’épistolière parisienne et non le narrateur à la troisième personne qui termine la narration de la nouvelle sur une formule de politesse qui fusionne avec la clôture de la lettre : « Je suis Madame, vostre ; co. » Donc en reprenant une nouvelle qui aurait été écrite par Mme d’Aulnoy pour son propre plaisir, Mme Du Noyer se cache derrière ce « on » « amplifié et diffus », que Benveniste appelle un facteur « d’illimitation 16 », lui permettant de révéler les mécanismes de son procédé. En entreprenant cette histoire, elle vise — au delà de sa réceptrice provinciale — un lectorat féminin, « celles » qu’elle voudrait instruire et mettre en garde contre les désordres/méfaits de l’amour. Dans l’exorde de sa réponse provenant de Lyon (lettre 63), l’épistolière provinciale souligne le mérite de faire imprimer cette nouvelle et partage l’avis de sa réceptrice que l’histoire de My lady est tout à fait exemplaire et utile à « notre Sexe » et mérite d’être mieux connue par celui-ci. Elle affirme : « Comme les Lacédémoniens faisaient connaître le vice à leurs enfants pour leur en donner de l’horreur, notre Sexe pourraît trouver dans cette aventure des leçons pour éviter les pièges de l’Amour » (238).

9La lettre 62 appartient à des formes et à des registres différents qui passent de la lettre à la nouvelle à la conversation, en introduisant des séquences narratives à temporalités différentes et avec des voix multiples. Il se crée ainsi un décalage, un effet de polyphonie, un va-et-vient constant dans le temps indiquant non seulement une réflexion sur les événements historiques récents, l’arrivée de Jean Cavalier à Paris, dont le récit détaillé sera fait dans la lettre 63 par l’amie provinciale, mais aussi une reconstruction historique d’un épisode amoureux dans un passé plus éloigné qui révèle des intrigues religieuses, politiques, morales et internationales à dessein didactique et moral. Une juxtaposition de fragments historiques révélateurs dévoilent des vérités occultées par les historiens stipendiés par le roi que Mme Du Noyer va révéler à sa manière.

10Dans ce vaste corpus de lettres, je me suis penchée sur une lettre particulière pour démontrer les techniques employées par Mme Du Noyer dans son œuvre pour cibler un public féminin. Elle montrera ultérieurement au volume 4 que son rôle — en tant qu’auteure — est bien celui de satisfaire la curiosité des femmes et elle fera déclarer à son épistolière provinciale au sujet du congrès d’Utrecht : « il ne s’agit pas d’instruire un juge mais de satisfaire la curiosité d’une dame qui a envie de savoir ce qui se passe à Utrecht » (IV, 96, 319). Mme Du Noyer a transformé les frontières génériques de l’épistolarité pour atteindre un public plus étendu. Ce ne sont plus des lettres privées avec des destinataires explicites et précis, l’auteure les a remaniées et réécrites à dessein pour ce lectorat féminin qu’elle désire informer et instruire en mêlant l’utile à l’agréable tel qu’elle l’a annoncé dans l’êpitre liminaire du 1er volume (I,i,4). Le dédoublement du discours, cette alternance de voix, entre les deux épistolières géographiquement séparées crée l’illusion de la complicité et permet l’échange d’informations et de réflexions de choses générales et particulières effaçant l’optique univoque qui pourrait paraître trop savante et dogmatique.

Notes

1 Mme Du Noyer (Anne-Marguerite Petit), Les Lettres historiques et galantes par Madame C***, ouvrage curieux, À Cologne, Chez Pierre Marteau, 1712, vol. 3, 2e éd. (lettre 62).

2 Pour plus de renseignements précis sur l’authenticité de la correspondance, les dates exactes et lieux de parution des LHG, chronique de la fin du règne de Louis XIV et du début de la Régence, consulter la notice d’Alain Nabarra dans le Dictionnaire des journaux (1600-1789), p. 823-4, Paris Universitas, 1991, et dans « Correspondances réelles, correspondances fictives : Les Lettres historiques et galantes de Mme Dunoyer ou ‘la rocambole’ d’un ‘petit badinage établi d’abord pour le plaisir’ », Les épistolières du xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2000. Alain Nabarra affirme que le point de départ de l’œuvre de Mme Du Noyer est une correspondance authentique, p. 17.

3 Sur le manque d’indices personnels et de profondeur psychologique des épistolières voir notre « Journalisme polémique à la fin du xviie siècle : le cas de Mme Du Noyer », Femmes savantes, savoirs de femmes, Droz, 2000, p. 224. L’épistolière provinciale circule là où avaient existé des communautés protestantes et où se posait le problème des nouveaux convertis.

4 Dans « la fausse lettre au journal en 1793 », La lettre et le politique, Paris, Champion, 1996, p. 239, les auteurs indiquent que le journalisme épistolaire tient du roman aussi bien que de l’essai de morale.

5 Pour plus de détails sur le journalisme épistolaire consulter Alain Nabarra, « Madame Dunoyer et la Quintessence des nouvelle : la rencontre d’une journaliste et d’un journal », Femmes savantes et femmes d’esprit, New York, 1994, p. 46, ainsi que Roger Duchêne, Écrire au temps de Mme de Sévigné, 2e éd. augmentée, Paris, Vrin, 1982, p. 90-1.

6 Dans « le journalisme masqué », Le Journalisme d’Ancien Régime, Presses Universitaires de Lyon, 1982, p. 286, les auteurs distinguent le journalisme savant institutionnel « dominé par une idéologie cohérente qui s’exprime de façon collective, anonyme et impersonnelle », et le nouveau type de journalisme.

7 Dans Écrire au temps de Mme de Sévigné, selon Roger Duchêne de par son existence la presse qui se trouve en concurrence avec la lettre a transformé « la situation de ceux qui écrivent des lettres », p. 93.

8 Dans « Journalisme et histoire contemporaine à l’époque de Bayle », Repenser l’histoire, Paris, Champion, 2000, p. 145. Myriam Yardéni souligne l’importance de la rencontre entre le journalisme et l’histoire.

9 Pour l’interchangeabilité des scripteurs/destinataires consulter Nabarra, « La lettre et le journal, la lettre dans le journal », La lettre au xviiie siècle et ses avatars, Toronto, Gref, 1996, p. 312.

10 Voir les embrayeurs et le couple je-tu « co-énonciateurs », Dominique Maingueneau, Éléments de linguistique pour le texte littéraire, Paris, Bordas, 1990, p. 6 et Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, p. 228-30.

11 Mme d’Aulnoy, auteure connue et très prisée surtout pour ses contes de fées et ses mémoires, était l’amie de Mme Du Noyer qui appréciait beaucoup ses œuvres.

12 Après la révocation de l’Édit de Nantes et la répression religieuse qui la suivit, les camisards se révoltèrent en 1702. Leur chef, Jean Cavalier, après avoir battu les troupes royales, négocia avec le maréchal de Villars et la révolte prit fin en 1705. Sa désertion et sa lâcheté seront les sujets de la lettre 63.

13 Anne-Marguerite Petit accepte d’épouser Guillaume Du Noyer à Paris en mai 1689 et de vivre « en apparence » selon le catholicisme. Cette date correspond à l’exil de My Lady en France dont la démarche est inverse à celle de Mme Du Noyer qui elle va fuir la France avec ses deux filles pour aller s’installer en Hollande.

14 Le Traité de Ryswick en 1697 met fin à la guerre de neuf ans, guerre connue en France sous le nom de guerre de la Ligue d’Augsbourg. L’Angleterre devient l’alliée des Pays-Bas dans son désir de mettre fin à l’expansionisme de Louis XIV.

15 Dans l’avertissement (a) aux Mémoires de la vie de Monsieur le comte D* de Saint-Évremond, nouvelle éd., vol. 1, 1753.

16 Sur la généralité imprécise du on « étendue et illimitée » voir Problèmes de linguistique générale, p. 235.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540