Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. L’accès au livre – de l’interdit à la transgression

La lectrice avertie ou la création d’espaces liminaires féminins dans la médecine du XVIIIe siècle

Martha M. Houle

Texte intégral

  • 3 Genette, Gérard, Seuils, Paris, Editions du Seuil, 1987, p. 183.
  • 4 Ibid., p. 8.

1Comme mon titre l’indique, les textes que j’analyserai ici sont les notices « au lecteur », les avant-propos, les épîtres, les avertissements, et les préfaces qui se trouvent au début des manuels obstétricaux et gynécologiques du dix-huitième siècle, et qui s’adressent directement à leurs lecteurs. Selon Gérard Genette, ces textes liminaires représentent des « seuils » et l’objectif des préfaces est double : obtenir une lecture, et obtenir que cette lecture soit bonne 3. Il fait référence aussi à Jorge Luis Borges, qui pour sa part les décrit comme « un « vestibule » qui offre à tout un chacun la possibilité d’entrer, ou de rebrousser chemin 4 ». Mais quand une femme est invitée à « entrer » dans un manuel obstétrical, une sage-femme apprentie, par exemple, ou une mère de famille, et qu’elle accepte, s’y reconnaîtra-t-elle ? Et si oui, cette même reconnaissance ne la limitera-t-elle pas ? Dans le cas contraire, où pourra-t-elle aller pour s’éduquer ? Une lectrice pourrait, effectivement, avoir l’impression que la porte qui mène à la connaissance de son propre corps est grand’ouverte, et qu’elle peut quitter le « vestibule » pour entrer dans la demeure des médecins et des chirurgiens. Mais sa faiblesse physique, son sexe, son manque d’éducation, et, bien sûr, l’avidité de ses rivaux masculins dans la profession, font que ce n’est qu’un leurre : les portes de la faculté de médecine, elles, restent fermées, et les renseignements qui se trouvent dans ces manuels, comme son accès aux outils de la profession de sage-femme, limités.

  • 5 Roussel, Pierre, Bibliothèque universelle des dames. De la femme, considérée au physique et au mora (...)
  • 6 Ibid., p. 144.

2De plus, elle lira dans ces ouvrages sa propre impossibilité de lecture. Les médecins, après tout, enseignent que la femme est plus sensible physiquement, et donc moralement, que l’homme, et que son imagination active la rend plus accessible aux maladies. Nous connaissons déjà les dangers posés aux femmes par la lecture des romans, et quant à l’étude, Pierre Roussel précise en 1788 que : « La science, que les hommes achètent presque toujours aux dépens de leur santé, ne sauroit dédommager les femmes de la détérioration de leur tempérament ; de leurs charmes. Qu’elles abandonnent aux hommes la vaine fumée qu’ils cherchent dans cette acquisition dangereuse ; la nature a assez fait pour elles ; ce seroit un attentat contre elle de flétrir les dons précieux qu’elles lui doivent 5. » La méditation ou la lecture troublent « le principe qui surveille les organes », les vapeurs 6 en sont les conséquences funestes : les lectrices sont donc averties.

  • 7 Berriot-Salvadore, Evelyne, « Le Discours de la médecine et de la science », Histoire des femmes en (...)
  • 8 Audry, Colette, préface à La Poétique du mâle, de Michelle Coquillat, Paris, Gallimard, 1982, p. 17
  • 9 Deleurye, Fr. -Ange, Traité des accouchements, en faveur des élèves, 2e éd., Paris, Didot le jeune, (...)
  • 10 Audry, C., op. cit., p. 21.
  • 11 Coquillat, M., op. cit., p. 137.

3Ces manuels représentent donc une source précieuse de savoirs et de croyances contemporains sur les femmes. Evelyne Berriot-Salvadore en a décrit toute la gamme dans son essai intitulé « Le Discours de la médecine et de la science » publié dans la précieuse Histoire des femmes en occident (1991). Sa thèse, que « le discours médical est toujours convoqué pour justifier le rôle assigné à la femme, dans la famille ou dans la société 7 », a servi de fondement dans mon travail ici sur les lectrices de ces manuels. Car, et je cite Colette Audry dans sa préface à La Poétique du mâle de Michelle Coquillat, « … si la société est, pour la femme, un lieu de sujétion, la littérature est une école du mépris d’elles-mêmes, proféré jusque par des femmes 8 ». L’acte créateur, et l’art lui-même, est masculin, et seuls les hommes ont été capables de porter des améliorations à la profession médicale. François Deleurye précise en 1777 que : « Les Accouchemens furent […] jusqu’à ce siècle, entièrement abandonnés aux femmes ; & dans leurs mains, l’Art n’eut pas à se louer de ses progrès. Privées d’instructions, & sans connoissances sur l’économie animale, elles ne virent dans l’accouchement qu’une opération purement mécanique, & n’imaginèrent pas même qu’on pût en donner une théorie fondée 9 ». Les avances dans la profession, donc, ont été dues aux hommes, le mythe, en médecine comme en littérature, de « l’impuissance créatrice des femmes 10 » se répète. Michelle Coquillat note que : « Tout, dans les romans, va inciter les femmes à se nourrir de l’idée que l’homme, doué d’une nature et d’une essence, est donc capable d’actes inouïs, jamais perpétrés, neufs, quand elles […] ne doivent leur droit à survivre qu’à la bonté pédagogique de l’homme qui les forme 11 ». Ne peut-on considérer que la lectrice contemporaine de ces ouvrages se trouvera prise dans l’espace liminaire, dans le « vestibule » qu’est la préface, car qu’elle avance en acceptant la façon dont on la représente, ou qu’elle recule en refusant toute participation, le résultat éventuel sera son exclusion de la profession ?

  • 12 Raulin, Joseph, Instructions succinctes sur les accouchements, En faveur des sages-femmes des provi (...)

4Quand il s’agit de manuels en obstétrique, les préfaces ou avertissements signalent souvent qu’ils ont été écrits pour éduquer les sages-femmes ainsi que les chirurgiens, surtout au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle, quand le roi et les gouvernements central et local promouvaient activement l’éducation de ces premières. Joseph Raulin, par exemple, en 1770, et Anne-Amable Augier du Fot, en 1776 12, citent le fléau pour la patrie que représente la sage-femme qui blesse ou tue les enfants qui entrent au monde, ou leur mère au moment de l’accouchement, et prétendent qu’elles sont en partie responsables du dépeuplement de la France. L’éducation systématique des sages-femmes devient donc une nécessité, et la critique des sages-femmes une banalité.

  • 13 Mesnard, Jacques, Le Guide des accoucheurs, ou Le Maistre dans l’art d’accoucher les femmes, et de (...)
  • 14 Augier du Fot, op. cit., p. viii.

5Mais comment s’adresser à ces sages-femmes ? Jacques Mesnard répond à cette question dans sa préface de 1753 : « […] j’avertis le Public que je fus longtems à me déterminer sur le genre d’écrire qui pouvoit le mieux convenir à des Sages-femmes sans étude ; sans lettres, & même à des Chirurgiens qui sont paresseux d’étudier ; […] je jugeai à propos de me servir de la maniere d’écrire par demandes ; réponses […] ; parce que dans ce genre d’écrire, on dit beaucoup de choses en peu de mots […] 13. » Mesnard est loin d’être seul à avoir choisi cette façon commode d’organiser les connaissances, c’est-à-dire la forme du catéchisme, pour s’adresser aux sages-femmes, mais il est unique à les comparer aux « chirurgiens paresseux ». Augier du Fot pour sa part favorise ce format pour la facilité de la répétition dans les cours qu’il fait, et ajoute que : « En rapportant ainsi tous nos travaux ; toutes nos pensées à l’utilité de nos Eleves Sages-Femmes, nous avons fixé nos regards sur le degré d’intelligence dont elles sont susceptibles, & sur ce que l’on doit leur apprendre pour pratiquer utilement l’Art des Accouchements : nous avons écarté toute discussion purement critique, et par-là même infructueuse 14. » Cette approche est donc simple et pratique, et suppose une intelligence et une éducation très limitées chez ses destinataires.

  • 15 Gilles de La Tourette, Joseph-Charles, L’Art des accouchemens, propre aux instructions élémentaires (...)
  • 16 Ibid., p. vii.
  • 17 Ibid., p. x.
  • 18 Beauchêne, Edmé-Pierre Chauvot de, L’Influence des affections de l’ame dans les maladies nerveuses (...)

6Joseph-Charles Gilles de La Tourette confirme cette impression en 1787, quand il écrit dans son avertissement : « Me méfiant, avec juste raison, de l’intelligence de nos accoucheuses, qui, pour la plupart, sont des êtres grossiers […] 15 ». A-t-il été écrit pour elles, pour qu’elles voient ce qu’il pense d’elles ? Plus loin, il précise que les instructions qu’il donnera ne représentent que les rudiments de la profession, et que les élèves en chirurgie (mais pas les sages-femmes) pourront élargir leurs connaissances ailleurs : « [Cet ouvrage] les mettra en état d’entendre ces maîtres dans les écoles où ils professent, ou de lire avec fruit leurs savans ouvrages, où ils traitent, dans toute son étendue, l’importante matière dont nous ne donnons qu’une esquisse16. » Mais il désire aussi « que l’art d’accoucher devînt commun et usuel pour toute sorte de personnes qui savent lire, et qui ne sont pas dépourvues d’entendement ; afin qu’au défaut d’accoucheurs et d’accoucheuses, qu’on éprouve quelquefois à la campagne, on pût s’en servir, sur-tout, quand le besoin est pressant 17 ». De même, Edmé-Pierre Chauvot de Beauchêne écrit en 1783 que : « La Médecine n’est plus aujourd’hui une science mystérieuse, comme il y a trois siècles ; elle ne s’exprimoit alors que dans des langues inconnues au vulgaire : mais ce préjugé a été détruit, à proportion que la physique et les sciences qui en dépendent sont devenues l’objet de l’étude générale. » Et il ajoute avec fierté en une note en bas de la page que : « J’ai eu plusieurs fois la satisfaction de voir que des Dames attaquées, depuis plusieurs années, de vapeurs, de maux de tête ; de langueurs d’estomac, sont parvenues à s’en délivrer sans employer d’autre médecin que mon livre, ni d’autre méthode que le traitement qu’il indique 18. » Nous trouvons donc ici que dans le domaine de la gynécologie comme dans celui de l’obstétrique il y a eu un effort de la part de certains pour s’adresser à un plus grand public féminin dans l’espoir de lui être utile.

  • 19 Venette, Nicolas, La Génération de l’homme, ou Tableau de l’amour conjugal, considéré dans l’état d (...)

7Si un Gilles de la Tourette ou un Beauchêne désirent communiquer son art au grand public lettré, d’autres auteurs hésitent devant le danger qui était sensé exister de corrompre leurs lecteurs — et surtout leurs lectrices. Les manuels d’obstétrique peuvent être problématiques pour certains — quelques-uns qui ont été publiés sans gravures de peur qu’ils tombent dans les mains de personnes mal-intentionnées — ce danger est d’autant plus grand dans les livres qui traitent les maladies des femmes. Tout ce qui touche à la femme frôle l’obscénité… Il faut ajouter à ceux-ci les livres médicaux qui abordaient le mariage et la reproduction, comme celui de Nicolas Venette publié en 1685 19. Même les auteurs qui voulaient écrire ouvertement ont hésité devant le défi posé par la fureur utérine, ou nymphomanie. Jean Astruc, dans son livre sur les maladies des femmes, publié entre 1761 et 1765, n’a pas pu résister au réflexe d’auto-censure :

  • 20 Astruc, Jean, Traité des maladies des femmes, où l’on a tâché de joindre à une théorie solide la pr (...)

« Le désir d’être utile m’a engagé à donner ce Traité en François, pour le mettre à la portée de tout le monde. Cela n’a pas laissé de m’embarrasser, quand il a fallu parler de certains sujets, mais j’ai eu soin de n’employer que des expressions qui n’eussent rien de choquant. Ce moyen n’a pas pu me servir à l’égard de la Fureur utérine. Les obscénités qui sont comme essentielles à cette maladie, & dont je ne pouvois pas me dispenser de parler, m’ont forcé d’écrire ce Chapitre en Latin 20. »

8Astruc a été critiqué quelques années plus tard par Bienville dans son livre sur la nymphomanie, et ce dernier demande :

  • 21 Ibid., p. x-xii

« Peut-on regarder comme dangereux un livre qui ne tend qu’à détourner d’une volupté illicite, à effrayer les jeunes personnes qui pourroient avoir du penchant pour cette malheureuse manie, & à retenir la fougue vicieuse du tempérament, par des leçons puissantes, & par des principes ; des conséquences puisées dans la nature faite pour persuader ? […]
Si cet ouvrage vient à tomber entre les mains des jeunes personnes […] qu’en arrivera-t-il ? Rien. Elle sera dans le cas, tout au plus, de gémir sur l’assemblage prodigieux des imperfections auxquelles son sexe est sujet, & sur les causes infiniment multipliées de son dérangement ; de son entière destruction 21. »

9S’il existe un désaccord explicite entre ces deux auteurs sur l’utilité d’instruire les lectrices sur la nymphomanie, il faut noter aussi que cette générosité de Bienville envers ses jeunes lectrices, mise en évidence quand il réclame pour elles le droit de le lire, est tempérée par un renforcement de ses faiblesses natives, c’est-à-dire « l’assemblage prodigieux des imperfections dont son sexe est sujet ». La femme donc est invitée à lire, mais cette lecture lui parlera uniquement de son impuissance.

  • 22 La Marche, Marguerite Du Tertre (de), Instruction familiere et utile aux sages-femmes pour bien pra (...)
  • 23 Ibid., p. 4-5.

10Les deux maîtresses sages-femmes auteurs d’ouvrages en obstétrique au xviiie siècle que j’ai pu consulter renforcent-elles ou critiquent-elles les points de vue décrits ci-dessus ? Marguerite du Tertre de La Marche en 1710 et Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray en 1759 s’expriment avec fierté sur leur profession et montrent beaucoup de respect pour leurs collègues en médecine, tant hommes que femmes. La Marche exprime aussi son hésitation à écrire : « Comme ce n’est pas le fait d’une femme de faire des Livres, je n’aurois jamais pris le dessein de donner ces Leçons au Public, si Messieurs les Administrateurs de l’Hôtel-Dieu, pour qui j’ai toute sorte de déférence, ne m’y eussent engagée 22. » Elle a pourtant décidé d’écrire, mais cite uniquement les propos théoriques des médecins ; pour ce qui est de la pratique, elle précise que : « J’ai suivi mes observations ; ma propre expérience : c’est en ceci que le Public m’aura quelque obligation ; car j’ai fait tous mes efforts pour ne me point tromper, & pour détromper les autres 23. » Le format qu’elle adopte nous est déjà familier, celui des questions et des réponses.

11Le Boursier du Coudray, qui a passé plus de trente ans à voyager partout en France pour enseigner sa méthode d’accouchement, est beaucoup plus pratique et directe, et affirme que :

  • 24 Le Boursier du Coudray, Angélique Marguerite, Abrégé de l’art des accouchemens, dans lequel on donn (...)

« Tout mon objet est de renfermer en peu de mots les vrais principes de cet Art, & de les présenter sous un point de vue qui puisse les faire comprendre par des Femmes peu intelligentes. Combien y en a-t-il de cette espèce, qui sans prévoir aucune suite fâcheuse se mêlent d’accoucher ? ; combien de malheureuses ne deviennent-elles pas les victimes de cette ignorance ? La seule compassion m’a rendu Auteur, & n’écrivant point pour les personnes éclairées, je ne sçaurois me rendre trop intelligible. […] Le seul obstacle que je trouvois à mon projet, étoit la difficulté de me faire entendre par des esprits peu accoutumés à ne rien saisir que par les sens24. »

12Si la première ressent beaucoup de compassion pour les femmes qui accouchent, et la deuxième travaille en tant que pédagogue éclairée en parcourant toute la France avec ses « fantômes », ni l’une ni l’autre ne critique une profession et des collègues qui veulent les exclure.

  • 25 Gélis, Jacques, La Sage-femme ou le médecin, Paris, Fayard, 1988, p. 105.
  • 26 Nihell, Elizabeth, La Cause de l’humanité référée au tribunal du bon sens et de la raison : ou Trai (...)

13Par contre, une Anglaise, Elizabeth Nihell, a écrit un ouvrage qui représente « un véritable brûlot contre les accoucheurs » selon Jacques Gélis 25. Son livre, Treatise on the Art of Midwifery, Setting Forth the Abuses Therein, publié en 1760 à Londres, a été traduit en 1771 et réintitulé La Cause de l’humanité référée au tribunal du bon sens et de la raison : ou Traité sur les accouchements par les femmes. Elle précise que : « On se propose dans le Traité qui suit, de développer clairement les abus qui se sont depuis peu introduits dans la pratique des accouchemens, & d’indiquer en même-temps les moyens les plus efficaces de les prévenir & d’y remédier 26. » Mais contrairement aux médecins et aux chirurgiens qui attribuent les abus pour la plupart aux sages-femmes, Nihell prétend que ce sont eux qui en sont coupables puisqu’ils font tout pour réserver la profession pour eux-mêmes.

  • 27 Ce texte ne peut que nous faire penser à un autre ouvrage beaucoup plus récent, qui fait une analys (...)

14Ce texte, en effet, a représenté une bouffée d’air frais dans ma lecture d’ouvrages médicaux de cette époque. Apparemment unique au xviiie siècle, ce texte, en même temps une défense des sages-femmes par une femme et une attaque cinglante sur la façon dont les hommes pratiquent la profession, refuse les constructions négatives de la femme et de la lectrice dont nous avons donné quelques exemples 27. Premièrement elle défend la réputation des femmes :

  • 28 Ibid., p. xii.

« Au reste si ces messieurs exaltent avec si peu de bonne foi leur prétendu savoir, en le comparant à l’insuffisance de quelques pauvres Sages-Femmes, le plus souvent dressés par eux-mêmes, ils ont leurs raisons pour cela. Ils mettent tout en œuvre pour écarter ; mettre hors de pratique celles qui sont faites pour s’opposer au chemin de leur intérêt particulier, auquel ils sacrifient toujours celui du Public, sous le spécieux prétexte de l’avancer.
Seroit-ce donc une injustice aux personnes de notre sexe & de notre profession, de chercher au moins à se justifier, & à désabuser le Public sur les fausses impressions qu’on lui a données de nos talens ; de notre capacité ? 28 »

  • 29 Voir mon article au sujet de cette querelle : « Re-visioning images of women with a medical lens », (...)

15Elle signale aussi que s’il y a des femmes qui ne sont pas aussi bien formées qu’elles devraient l’être, la plupart des accoucheurs ne sont pas très bons et sont même plus dangereux que les sages-femmes ignorantes puisqu’ils sont plus téméraires, moins tendres, et utilisent des instruments obstétricaux qu’ils savent mal manier. Son écrit, en fait, doit être inséré dans la querelle entre les accoucheuses et les accoucheurs, qui a eu lieu en Angleterre en même temps qu’en France, ce qui explique sa traduction. Une querelle que les sages-femmes ont perdue, comme nous le savons 29.

  • 30 Nihell, op. cit., p. xxi.
  • 31 Nihell, op. cit., p. xxi-xxii.

16Après cette défense des femmes, qui est aussi une défense des sages-femmes, Nihell présente trois défauts ou abus importants des accoucheurs. Premièrement, il est indécent qu’un homme assiste à un accouchement plutôt qu’une femme. Deuxièmement, point le plus important pour notre appréciation de Nihell en tant que lectrice, elle trouve que c’est leur représentation négative de la femme qui justifie en après-coup leur usage exclusif des instruments obstétricaux, et écrit « qu’ils ont été réduits d’abord à forger des fantômes d’incapacité dans les femmes, à supposer ensuite la fatale nécessité d’instrumens meurtriers, non pour sauver l’espèce humaine, mais uniquement pour sauver les apparences de leur intention mercenaire ; & en vérité le privilège de faire usage de ces instrumens, est le seul titre en vertu duquel ils ont usurpé cet office 30 ». Troisièmement, elle est convaincue que le fait qu’ils ne sont pas d’accord sur l’usage des instruments (lesquels, et dans quelles circonstances) mène au résultat qu’ils font des expériences in situ aux dépens « d’une quantité prodigieuse de femmes & d’enfans qu’on leur avait confiés 31 ». Ce témoignage précieux nous montre donc une sage-femme lectrice qui s’est arrêtée au « vestibule », au seuil de ces textes et de cette profession, et qui réagit avec indignation et refus contre ce qu’elle voit et lit.

  • 32 Fetterley, Judith, The Resisting reader : A feminist approach to American fiction, Bloomington, In (...)

17Pour pouvoir participer à la lecture de ces ouvrages et en tirer quelque savoir, la lectrice doit accepter la représentation ou la construction qu’on y fait d’elle en tant que femme et en tant que lectrice. La stratégie de l’écrivain qui veut exclure sera d’amoindrir la légitimité, l’autorité et/ou la capacité de la lectrice sagefemme, et de l’empêcher de trouver les forces et les renseignements dont elle a besoin pour être indépendante comme praticienne. Judith Fetterley, dans son introduction à The Resisting Reader (La Lectrice résiste) publié en 1978, présente ces idées dans un autre contexte, celui d’une analyse de la littérature américaine contemporaine. Et elle pose la question classique, « Cui bono ? — Qui profite 32 ? » (xx). Le patriarcat, bien sûr, mais aussi toute la profession médicale profite quand les femmes se retirent et cessent toute participation. Il faut reconnaître que s’il existe des exceptions importantes, ces livres pour la plupart ont pour but explicite ou implicite de limiter l’indépendance de la femme qui les lit et les étudie : ils la limitent notamment en simplifiant les données mises à sa disposition, s’assurant ainsi qu’elle ne pourra pas se passer d’eux (des livres et des spécialistes). Car, contrairement aux hommes, elle n’a pas d’autre source de renseignement à sa disposition.

18Pourtant il faut aller plus loin. Comme dans un miroir, la lectrice se voit impuissante dans ces textes liminaires qui pourtant l’invitent (ou semblent l’inviter) à la lecture. C’est une lectrice exceptionnelle qui, comme Nihell, serait capable de refuser de croire tout ce que l’on dit sur elle, ou qui serait consciente de l’opacité de ces discours. Mais si elle décide de franchir ce seuil et de quitter cet espace liminaire, de passer outre et de lire ces livres et manuels dont elle dépendra absolument faute de maîtresse sage-femme pour l’instruire, elle sera donc obligée d’accepter les conditions qui lui sont proposées — des conditions qui lui enlèvent sa puissance de lectrice, de sage-femme, et éventuellement aussi même de femme. Car ces textes liminaires dessinent un espace qui miroite un statut professionnel qui est lui-même liminaire, celui habité par la sage-femme dans la corporation des chirurgiens — une corporation, et une profession, dont elle sera évincée au cours du dix-neuvième siècle.

Notes

3 Genette, Gérard, Seuils, Paris, Editions du Seuil, 1987, p. 183.

4 Ibid., p. 8.

5 Roussel, Pierre, Bibliothèque universelle des dames. De la femme, considérée au physique et au moral, Paris, rue et hôtel Serpente, 1788 (1775), p. 142.

6 Ibid., p. 144.

7 Berriot-Salvadore, Evelyne, « Le Discours de la médecine et de la science », Histoire des femmes en occident, xvie-xviiie siècles, Paris, Plon, 1991, p. 407.

8 Audry, Colette, préface à La Poétique du mâle, de Michelle Coquillat, Paris, Gallimard, 1982, p. 17.

9 Deleurye, Fr. -Ange, Traité des accouchements, en faveur des élèves, 2e éd., Paris, Didot le jeune, 1777, p. viii.

10 Audry, C., op. cit., p. 21.

11 Coquillat, M., op. cit., p. 137.

12 Raulin, Joseph, Instructions succinctes sur les accouchements, En faveur des sages-femmes des provinces, 2e éd., Paris, Vincent, 1770 ; Augier du Fot, Ann-Amable, Catéchisme sur l’art des accouchements pour les sages-femmes de la campagne, fait par l’ordre du gouvernement, Montpellier, Jean Martel aîné, 1776.

13 Mesnard, Jacques, Le Guide des accoucheurs, ou Le Maistre dans l’art d’accoucher les femmes, et de les soulager dans les Maladies ; Accidens dont elles sont très-souvent attaquées : Ouvrage des plus utiles pour les personnes qui veulent faire une pratique particuliere de l’opération des accoucheurs, 2e éd., Paris, De Bure, 1753, p. V.

14 Augier du Fot, op. cit., p. viii.

15 Gilles de La Tourette, Joseph-Charles, L’Art des accouchemens, propre aux instructions élémentaires des eleves en chirurgie, nécessaire aux sages-femmes pour leur indiquer les cas où elles peuvent opérer, et ceux où elles doivent mander les hommes de l’art, Paris, chez Le Clerc ; Angers, Chez Pavie, 1787, p. ix.

16 Ibid., p. vii.

17 Ibid., p. x.

18 Beauchêne, Edmé-Pierre Chauvot de, L’Influence des affections de l’ame dans les maladies nerveuses des femmes, avec le traitement qui convient à ces maladies, Amsterdam et Paris, chez Méquignon l’aîné, 1783 (1781), p. ix.

19 Venette, Nicolas, La Génération de l’homme, ou Tableau de l’amour conjugal, considéré dans l’état de mariage, Londres, 1768 (1685).

20 Astruc, Jean, Traité des maladies des femmes, où l’on a tâché de joindre à une théorie solide la pratique la plus sûre ; la mieux éprouvée. Avec un catalogue chronologique des médecins qui ont écrit sur ces maladies, 3 vols., Avignon, Libraires Associés, 1763, p. xxii-xxiii.

21 Ibid., p. x-xii

22 La Marche, Marguerite Du Tertre (de), Instruction familiere et utile aux sages-femmes pour bien pratiquer les accouchemens, faite par demandes ; réponses, Paris, Laurent d’Houry, 1710, p. 1-2.

23 Ibid., p. 4-5.

24 Le Boursier du Coudray, Angélique Marguerite, Abrégé de l’art des accouchemens, dans lequel on donne les préceptes nécessaires pour le mettre heureusement en pratique. On y a joint plusieurs observa-tions intéressantes sur des cas singuliers. Ouvrage très-utile aux jeunes sages-femmes, & généralement à tous les elèves en cet art, qui désirent de s’y rendre habiles, Paris, Chez la Veuve Delaguette, 1759, p. v-vi

25 Gélis, Jacques, La Sage-femme ou le médecin, Paris, Fayard, 1988, p. 105.

26 Nihell, Elizabeth, La Cause de l’humanité référée au tribunal du bon sens et de la raison : ou Traité sur les accouchements par les femmes. Ouvrage très-utile aux sages-femmes, & très intéressant pour les familles, Londres et Paris, chez Antoine Boudet, 1771 (1760), p. vii.

27 Ce texte ne peut que nous faire penser à un autre ouvrage beaucoup plus récent, qui fait une analyse des « constructions » que la femme a été subies au cours des siècles : Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, op. cit.

28 Ibid., p. xii.

29 Voir mon article au sujet de cette querelle : « Re-visioning images of women with a medical lens », Papers on French seventeenth-century literature, vol. 24, n° 47, 1997, 553-62.

30 Nihell, op. cit., p. xxi.

31 Nihell, op. cit., p. xxi-xxii.

32 Fetterley, Judith, The Resisting reader : A feminist approach to American fiction, Bloomington, Indiana University Press, 1978, p. xx. Voir aussi l’article très utile de Pamela L. Caughie, « Women reading/reading women : A review of some recent books on gender and reading », Papers on language and literature, vol. 24, n° 3, été 1988, p. 317-335.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540