Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

II. L’accès au livre – de l’interdit à la transgression

L’accès au livre : Jeanne Guyon

Catherine Beaudry

Full text

  • 1 V. Bernos, Marcel, « Mères et filles à l’époque classique », Autour de Mme de Sévigné, Biblio 17, v (...)
  • 2 Ils avaient envisagé une règle qui permettrait aux religieuses de « visiter » les pauvres et les ma (...)
  • 3 Composé par sœur Sainte-Euphémie le 15 avril 1657, et imprimé après sa mort en 1665, à la suite des (...)
  • 4 Ibidem, 419. L’Imitation de Jésus-Christ de Thomas à Kempis avait été récemment traduire par Le Maî (...)
  • 5 Dans cette liste, il n’y a que le livre de Saint-Cyran qui pourrait susciter la censure de l’archev (...)
  • 6 Cousin, op. cit., 419.
  • 7 Ibidem, 369.
  • 8 Ibid., 420.

1Les sources d’information sur l’accès aux livres destinés à des lectrices restent assez sommaires pour le dix-septième siècle. Leur manque de formation suivie est déploré dans les traités d’éducation contemporains, notamment l’inattention des pères et mères pour l’instruction morale de leurs filles 1. Déjà en 1610, lors de la fondation de l’ordre de la Visitation de Sainte-Marie, Jeanne de Chantal et François de Sales critiquaient la négligence des parents et les exhortaient à confier leurs filles aux Visitandines 2. A la mort de la mère Chantal en 1641, elle avait établi quatre-vingts maisons dont la principale mission apostolique était de catéchiser les filles. Ces petites académies conventuelles se multiplièrent dans la deuxième moitié du siècle, moyen efficace pour les parents de se débarrasser de leurs filles pour s’occuper de la gloire familiale, laissant aux religieuses la surveillance et la formation chrétienne de ces demoiselles qui seront vouées à l’état matrimonial ou religieux. Dans les deux cas, le texte salésien, l’Introduction à la vie dévote de 1609 leur servait de modèle, pour vivre dévotement dans le monde ou dans le couvent. Les mémoires pour servir à l’histoire de ces académies conventuelles tels que le Règlement des enfants de Port-Royal de Jacqueline Pascal, un document imprimé, fort rare pour l’époque, nous fournissent de précieux renseignements sur leur formation livresque. Dans son rôle de sous-prieure chargée des enfants de quatre à dix-huit ans, la Sœur Euphémie présente au père Singlin, son directeur, le cursus en vigueur, « comme je les conduisais 3 ». Le Règlement précise la sélection des textes : « Les livres dont on se sert pour les instructions des enfants sont l’Imitation de Jésus-Christ, 4 Grenade, la Philothée, Saint Jean Climaque, la tradition de l’Eglise, les Lettres de M. de Saint-Cyran, la Théologie familière, les Maximes Chrétiennes qui sont dans les Heures, la lettre d’un père chartreux traduite depuis peu, les Méditations de sainte Thérèse sur le Pater, et autres livres qui ont pour but de former une vie vraiment chrétienne 5. » Pour la lecture après vêpres, il y avait « quelques lettres de Saint Jérôme, de l’Aumône chrétienne, quelques endroits du Chemin de perfection de Sainte Thérèse, comme aussi des Fondations en ce qui regarde l’histoire des vies des pères du désert et d’autres vies de saints et saintes qui sont dans les livres particuliers 6. » Bien que ces livres soient canoniques, la sous-prieure se méfie néanmoins de la promiscuité des livres au couvent, à la fin de la lecture générale « on reprend le livre ». Elle insiste à maintes reprises sur le fait que que la lecture ne se fait pas pour rendre ces filles savantes, mais pour « les rendre bonnes chrétiennes ». Pour la formation doctrinale, la mémorisation semble leur suffire : « qu’elles ayent toujours un livre, quand elles sauraient tout leur office par cœur 7 ». Elles ne doivent jamais lire par « curiosité ; ce qui arrive presque toujours quand elles ont leurs livres en leur particulier et à leur disposition. » Fort peu de livres leur sont permis en privé : « leurs heures, la Théologie familière, les Paroles de notre Seigneur, une Imitation de Jésus-Christ, et un Psautier latin et françois 8 ». Il n’y a aucune indication que les filles apprenaient le latin, et l’on peut supposer que tous leurs textes étaient en français, à part ce Psautier avec traduction en regard. Si les filles se formaient aux livres de dévotion, malheureusement, elles n’ont pas laissé de commentaires écrits. La revue de leurs lectures se faisait par « entretiens » devant les maîtresses.

  • 9 V. Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, eds. du Seuil, 1978.
  • 10 La dernière partie de son autobiographie, ses Récits de captivité, ne seront découverts et publiés (...)
  • 11 Elle l’adresse au cercle des mystiques européens. La publication en sera posthume par les soins de (...)
  • 12 Cognet, Louis, Crépuscule des mystiques, Tournai, Desclée, 1958.
  • 13 Madame de Maintenon fit lire l’explication par le roi, dans l’espoir de le faire progresser dans la (...)
  • 14 Le manuscrit remis à Bossuet et annoté par lui se trouve à la Bibliothèque Nationale, [Fonds frança (...)

2Pour une description plus complète de la formation d’un individu, il faut attendre l’autobiographie au sens moderne du terme, que Philippe Lejeune définit comme un récit rétrospectif qu’un individu écrit sur son propre développement. Les exemples de ce genre sont assez rares avant l’époque de Rousseau 9. Mais, il y en a quelques-uns qui dépassent les simples récits demandés par les directeurs de conscience comme préparation à l’acte de contrition. Une œuvre exceptionnelle qui nous est parvenue dans son intégralité assez récemment, et qui nous place sur la scène de la lecture pour une jeune fille du dix-septième siècle, est La Vie de Madame Guyon par elle-même10. Son directeur lui demande, dés 1682, de rédiger son autobiographie, le travail se poursuit jusqu’en 1709 11. Dans son autobiographie, Jeanne présente en grand détail les livres qui l’amenèrent vers la voie intérieure. Sa lecture approfondie des textes bibliques, patristiques et mystiques deviendra une ample écriture, à cause de la persécution que subit notre lectrice aux mains des autorités ecclésiales et royales, notamment par l’évêque de Meaux, Bossuet et l’archevèque de Paris, Harlay de Champvallon, persécution subie par d’autres mystiques catholiques en France dans les dernières années du Grand Siècle, ce « Crépuscule des Mystiques » selon Louis Cognet 12. Madame Guyon laissera à la postérité une quarantaine de volumes d’ouvrages variés, parmi les premiers : son Explication du Cantique des Cantiques13, Le Moyen court et facile de faire oraison, publié pour la première fois en 1685, sa censure engendra une Courte apologie en 1690, et trois volumes de Justifications, écrites en 1694 pour Bossuet comme préparation pour sa plaidoirie à son examen doctrinal 14.

3 La Vie de Jeanne Guyon est un ouvrage de plus de neuf cent pages qui fournit un rare aperçu sur une femme autodidacte au xviie. Le contexte de sa première formation suit les normes pour sa classe et son sexe. La formation des filles se faisait sans plan pré-déterminé, tantôt une pratique intrafamiliale, tantôt une remise aux soins des religieuses, souvent les deux, tour à tour, comme dans le cas de Jeanne. A deux ans, la petite valétudinaire fut remise aux soins des Ursulines de Montargis. De retour à la maison paternelle, à cause de sa mauvaise santé, sa mère s’occupait plutôt de son fils aîné et se montra peu soucieuse de sa fille, la reléguant aux domestiques, une pratique qui est décriée dans tous les traités de réforme. Jeanne resta négligée et désœuvrée jusqu’au jour où son père la voit courir les rues avec les enfants de basse naissance. A sept ans, elle fut de nouveau remise au couvent où la petite Jeanne retrouva deux demi-sœurs, une paternelle, une maternelle, deux femmes qui ne pouvaient être plus disparates, et dont le profil que l’autobiographe retrace, reprend le portrait des parents. La première, Marie-Cécile Bouvier de la Mothe était pieuse comme son père. Elle avait à l’époque une trentaine d’années, et témoigna d’un sentiment avunculaire envers sa demi-sœur cadette. Les religieuses formaient souvent les petites filles au couvent par désœuvrement ; Marie-Cécile prenait plaisir à partager son amour des livres sacrés. Malheureusement, Jeanne découvrit aussi la malveillance de sa demi-sœur maternelle, Jeanne Ravault qui voulait la dominer et la faisait battre par jalousie. Maltraitée, malade et mal nourrie, la jeune fille retourne au foyer paternel où elle reste, à nouveau, sans surveillance.

4A dix ans, elle retourne dans un couvent de Bénédictines. Malgré l’affection de la supérieure, sa santé et son éducation sont, une fois de plus, négligées. Mais grâce à cette inattention, Jeanne fait la première et la plus importante de ses lectures. Atteinte de la petite vérole volante une première fois, les sœurs évitaient tout contact avec elle ; une sœur laie lui apportait sa nourriture et ressortait aussitôt. Cet isolement fournit l’espace et le temps pour la première de ses lectures soutenues : « Je trouvai par providence une Bible dans la chambre où je couchais. Comme j’aimais beaucoup la lecture, je m’y attachai. Je lisais depuis le matin jusqu’au soir. J’avais la mémoire fort heureuse, en sorte que j’appris tout ce qui était de l’histoire. » Elle prend le mot histoire dans son sens étymologique, une « recherche intelligente de la vérité ». Déjà rare, pour une femme catholique à l’époque de la contre-réforme, cette lecture suivie de la Bible était rarissime chez une fille de dix ans. Ce qu’elle en retiendra, le sera plus encore.

  • 15 Ibidem, 134.
  • 16 A. Fichet et H. de Maupas du Tour, La Vie de la Vénérable Mère Jeanne-Françoise Fremyot de Chantal, (...)
  • 17 Vie, op. cit., 137. Une des ironies de l’histoire est que Jeanne Guyon, une fois veuve, accomplira (...)

5Le va-et-vient entre la maison paternelle et le couvent de Montargis continua encore un an, Jeanne fut remise sous la tutelle de Marie-Cécile pour faire son Carême et pour s’apprêter à l’acte de contrition et à la première communion. Malheureusement, Jeanne Ravault s’occupa de la seconde classe, ce qui la dégoûta de poursuivre sa formation religieuse au couvent. De nouveau à domicile, la négligence maternelle permit à la jeune adolescente de poursuivre son éducation par son amour de la lecture, un thème qui revient comme un refrain dans sa narration rétrospective : « J’aimais fort la lecture, et je m’enfermais seule presque tous les jours afin de lire en repos. 15 » Elle s’enfermait dans le cabinet de son frère qui assistait au collège. Elle lisait les mêmes titres que les enfants de Port-Royal. Ces lectures favorites étaient l’Introduction à la vie dévote et le Traité de l’Amour de Dieu de François de Sales et deux biographies de Jeanne de Chantal 16. Ces auteurs lui servirent de modèles et la jeune fille passait de la lecture aux actes de charité, quand ses parents s’absentaient : « Je m’enfermais tout le jour pour lire et faire oraison ; je donnais tout ce que j’avais aux pauvres, prenant même du linge au logis pour leur en faire, je leur enseignais le catéchisme, et lorsque mon père et ma mère étaient absents, je les faisais manger avec moi et les servais avec grand respect. 17 »

  • 18 Ibidem, 154.
  • 19 Ibid., 154.
  • 20 Ibid., 887-888, note 13, « Les comptes rendus de ces interrogatoires figurent dans le dossier B. N. (...)

6Quand son père s’absentait et que sa mère était au foyer, Jeanne était si peu surveillée qu’elle se dérobait souvent pour aller à la rencontre des Visitandines de Montargis. A douze ans, elle falsifia une lettre de sa mère qui suppliait les sœurs de la recevoir ; avec la préférence qu’avait sa mère pour son frère, Jeanne était sûre qu’elle ne se soucierait que fort peu si sa fille devenait religieuse ou non, mais elle sous-estimait le pouvoir paternel. Son père la voulait mariée, et à un homme de fortune. La veille de la fête de saint François de Sales, son père l’accorda à Jacques Guyon, sans son consentement. Elle ne le vit pour la première fois que deux jours avant le mariage. Comme ses contemporaines, elle avait à peine seize ans ; le mari était valétudinaire et avait deux décennies de plus, et de surcroît, une mère acariâtre qui la surveillait et la critiquait sans relâche. Jeanne se soutenait moralement par la lecture et l’oraison et réussit à découvrir la voie intérieure, grace à laquelle elle se dérobait aux tracasseries du ménage avec de plus en plus d’aise. Avant son mariage, Jeanne lisait surtout les livres sacrés et pieux, mais aussi les romans que lisait sa mère et qui remplissaient son désœuvrement de jeune fille et l’emportaient pendant de longues heures en d’autres lieux : « J’aimais si éperdument la lecture, que j’y employais le jour et la nuit : quelquesfois le jour recommençait et je lisais encore, en sorte que je fus plusieurs mois que j’avais entièrement perdu l’habitude de dormir ; je lisais également les bons et les mauvais livres, mais ceux que je lisais plus ordinairement étaient les romans. 18 » Mais juste après ses noces, elle renonce à cette passion qui n’aboutissait à aucune satisfaction solide : « Je les aimais à la folie, ce que je cherchais en eux n’était que ce qu’il y avait d’historique, j’étais affamée d’en trouver la fin, croyant y découvrir quelque chose ; mais je n’y trouvais rien qu’une faim de lire. » Dans ce contexte, le mot « historique » prend le sens de narration imaginaire, les romans de l’époque étant des pseudo-histoires de contemporains travestis en anciens Grecs et Romains, telle que Le Grand Cyrus de Mlle de Scudéry. Désormais, la jeune mariée considère cette lecture de romans, non pas une activité qui mène à la perdition de l’âme, comme Boileau, qui les condamne en 1665, mais comme une perte de temps : « Ces livres sont d’étranges inventions pour perdre la jeunesse, car quand on n’y ferait point d’autre mal que de perdre le temps, n’est-ce pas trop 19 ? » Néanmoins, on retrouvera quelques titres d’œuvres littéraires dans les procès verbaux des interrogatoires que madame Guyon subit en prison plus tard. Dans le neuvième et dixième interrogatoire de Vincennes, elle mentionne La Belle Hélène et Grisélidis, parmi les romans, et des pièces de Molière, telles que George Dandin et Le Malade imaginaire20.

  • 21 Paige, Being Interior : French catholic autobiographies and the genesis of a literary mentality, 15 (...)
  • 22 V. Ward, Patricia, « Madame Guyon and the democratization of spirituality », Papers on French Seven (...)

7Tout au long de son malheureux mariage, Jeanne continuera de se former comme elle pouvait. Elle assistait aux leçons qu’un tuteur fournissait à son fils aîné, Armand-Jacques. Elle apprit le latin avec lui, ce qui lui facilitait l’accès à un plus grand nombre de titres. Elle lisait les mystiques espagnols, italiens et hollandais, revenant le plus souvent aux écrits de Thérèse d’Avila, surtout le Chemin de la perfection, non pas la Vie de sainte Thérèse, car la sainte avait des « dons extraordinaires 21 ». Si madame Guyon est poussée vers l’écriture à son tour en 1682, ce n’est pas pour rivaliser avec ce docteur de l’Eglise, mais pour énoncer sa méthode « courte et facile pour faire oraison ». Jeanne veut offrir à n’importe quelle personne une simple ouverture à la voie intérieure. Son Moyen court sera adressé aux analphabètes aussi bien qu’aux lecteurs, à ces derniers de le lire à haute voix aux premiers 22.

  • 23 Madame Guyon, Les Torrents et commentaire des cantiques de Salomon (1683-1684), Claude Morali, ed., (...)
  • 24 Ibidem, 7.
  • 25 Ibid., 206.

8Après son veuvage en 1676, elle n’avait que vingt-huit ans, madame Guyon décide de voyager, Gex, Turin, Grenoble. A la suite d’une retraite spirituelle, elle commence à écrire ses propres commentaires, en premier Les Torrents, écrits comme une embarcation sur la voie intérieure qui l’entraîne vers le divin, ensuite, son Commentaire du cantique, interprété selon le sens mystique et la vraie représentation des états intérieurs23. Ce commentaire sera le premier d’une série de vingt volumes d’exégèse biblique. Le mariage spirituel entre Dieu et l’âme commence par un baiser : « Qu’il me baise du baiser de sa bouche ». Madame Guyon oppose cette union avec celles des puissances qui restent superficielles, qui restent une « opération médiate ». Pour elle la lecture méditée du cantique doit amener le lecteur à une oraison moins discursive, telle qu’Ignace de Loyola l’envisageait 24. Il faut aller plus loin, plus près du cœur et non de l’intellect : « L’union essentielle ; le baiser de la bouche est le mariage spirituel, où il y a union d’essence à essence ; communication de substance […] où Dieu prend l’âme pour son Epouse et se l’unit : non plus personnellement ou par quelque acte ou moyen ; mais immédiatement, réduisant tout en unité, et la possédant dans son unité même 25 »

  • 26 Vie, op. cit., 499.
  • 27 Ibidem, 373. Le texte est suivi de sa référence exacte aux Dialogues, livre 3, ch. 9.
  • 28 Guyon, Jeanne Marie Bouvier de La Motte, Le Moyen court et autres écrits spirituels, Une simplicité (...)

9Madame Guyon précisera sa méthode dans sa prochaine publication, le Moyen court et très facile de faire oraison que tous peuvent pratiquer très aisément et arriver par là dans peu de temps à une haute perfection où elle insiste sur l’importance de la lecture méditée pour débuter dans cette oraison. « Il y a deux moyens pour introduire les âmes dans l’oraison […] la méditation [et] la lecture méditée. » Sa façon de lire reprend la notion de nourriture livresque de la Renaissance, avec la différence importante qu’elle ne choisira pour ses lectures que les textes canoniques, patristiques et mystiques, et elle laissera de côté les anciens. Parmi ses mystiques préférés nous retrouverons Catherine de Gênes, surtout pour sa découverte d’une paix intérieure, qui « est Dieu même 26 », et pour sa conception de la liberté de l’âme : « Ces esprits habitués en l’amour divin vivent en grande liberté ; font peu d’estime pour les choses de la terre 27. » Jeanne se reposera autant sur les lettres paulines et sur Jean de La Croix dans ses Justifications, l’ironie veut que les deux citations qu’elle emploie renforcent la nécessité de se taire quand on embarque sur la voie intérieure : « Gardez le silence [sur] les communications de Dieu à l’âme », caveat qui lui aurait épargné sept ans de prison, mais comme les sœurs Arnauld de Port-Royal, une fois leur mission apostolique interdite, elle continuera par écrit à dire ce qui la touche et lui semble important pour arriver à un plus haut degré de piété. Comme les sœurs de Port-Royal, elle n’envisage pas sa lecture comme un travail de femme savante, mais un moyen pratique pour s’approcher de la perfection : « La lecture n’est autre chose que de prendre quelques vérités fortes pour la spéculative et pour la pratique préférant la dernière à la première, et de lire de cette sorte. Vous prendrez votre vérité telle que vous la voudrez choisir. Ensuite en lire deux ou trois lignes, les digérer et goûter, tâchant d’en prendre le suc et de se tenir arrêté à l’endroit que l’on lit, tant que l’on trouve du goût, et ne passant outre que cet endroit ne soit rendu insipide. Après cela, en reprendre autant et faire de même, ne lisant pas plus d’une demi-page à la fois 28. »

  • 29 Une lettre de 1691 citée par Louis Cognet, Crépuscule des mystiques, op. cit., 144.

10L’intertextualité soutenue de Jeanne Guyon est une partie intégrale de son écriture, et lorsque ses publications apostoliques seront interrogées par les autorités ecclésiales, madame Guyon répondra par une Courte apologie du Moyen en 1690, sans effet. A Saint-Cyr, Mme de Maintenon n’approuvait pas la lecture de madame Guyon pour ses élèves, surtout Le Moyen et le Commentaire du Cantique des Cantiques, le dernier considéré trop mûr pour de jeunes lectrices, le premier menant à la confusion. D’après Les Souvenirs des Dames de Saint-Cyr, Pages Nouvelles de M. Langlois qui se reposait sur les Mémoires de madame du Pérou : « Les novices n’obéissaient plus. On avait des extases. Le goût pour l’oraison devenait si vif et si incommode que les devoirs les plus essentiels étaient négligés. L’une, au lieu de balayer, restait nonchalamment appuyée sur son balai. L’autre, au lieu de vaquer à l’instruction des demoiselles, entrait en inspiration et s’abandonnait à l’esprit. La sous-maîtresse menait furtivement les illuminées dans quelque réduit secret, où l’on se nourrissait de la doctrine de madame Guyon29.

  • 30 Justifications, op. cit., p. xiii-xiv.

11En 1694, le Moyen fut la cause de nouveaux soucis. Après un seul entretien avec Bossuet pendant lequel ils discutèrent du Moyen, et après une lecture superficielle de sa Vie, il décida d’incarcérer madame Guyon dans un couvent de son diocèse pour qu’elle se prépare à un examen doctrinal devant une commission. C’était un lieu peu propice pour trouver ses citations, une chambre dont la seule ouverture n’était qu’une fissure qui donnait sur le jardin du cloître. Pendant cinquante jours caniculaires, elle se réfère à une cinquantaine de sources reconnues par l’Eglise qu’elle retenait en mémoire : Les Justifications de la doctrine de Madame Lamothe-Guion, dont le sous-titre annonce sa méthode défensive : Pleinement éclaircie, démontrée ; autorisée par les Sts. Pères Grecs, Latins ; Auteurs cannonisés ou approuvés deviennent une soutenance avec trois volumes de références. Dans sa Vie l’auteur décrit la scène de rédaction : « J’entrepris par l’ordre de ces Messieurs (mes Examinateurs) un ouvrage pour leur faciliter l’examen qu’ils entreprenaient, et les soulager d’un travail qui ne laissait d’être assez pénible, ou qui leur aurait pris du moins beaucoup de temps ; qui fut de rassembler quantité de passages d’Auteurs mystiques et autorisés, qui faisaient voir la conformité de mes écrits et des expressions dont je m’étais servie [sic], avec celles de ces saints Auteurs. C’était un ouvrage immense. […] Il fut composé en cinquante jours de temps, et paraissait fort capable d’éclaircir la matière. Mais, Mr. de Meaux [Bossuet] ne voulut jamais ni lire, ni laisser voir aux autres ces JUSTIFICATIONS30. » Nous savons d’après la marginalia de Bossuet sur le manuscrit de la Bibliothèque Nationale qu’il les avait lues, mais qu’il ne les avait aucunement approuvées. En dépit de sa signature sur une lettre de soumission à l’autorité de ce dernier, et de sa promesse de ne faire parvenir aucun texte au public, madame Guyon réussit à faire parvenir une copie à son âme sœur, l’abbé Fénelon, qui organisa cet ouvrage pondéreux, créant une sorte d’abécédaire du mysticisme français à la fin du grand siècle, avec une table des matière qui passe de l’Abandon au Zèle. Il établit l’index des sources, de l’Art de bien vivre d’Albarado, aux textes d’Ambrose et d’Augustin jusqu’à Thérèse d’Avila. Parmi ceux-ci, nous retrouvons Benoît de Canfeld, St. Denys, Catherine de Gênes, Henri Harphius, Jean de La Croix, Nicolas de Jésus-Maria, François de Sales, Jean de S. Samson, Henri Suso, pour ne citer qu’une douzaine.

  • 31 Vie, op. cit., p. 887.
  • 32 Cousin, op. cit., 335.
  • 33 Kristeva, Julia. « Un pur silence : la perfection de Jeanne Guyon », Histoires d’amour, Paris, Deno (...)

12Jeanne Guyon évita la condamnation du Vatican, grâce à son énorme culture livresque. Sa mémoire verbatim lui servit de garde-fou lors des maintes heures d’interrogatoins à Vincennes « de six, sept et huit heures quelquefois 31 ». Elle fait preuve d’une hardiesse psychologique face aux privations extraordinaires qu’elle subit à la Bastille, alors que d’autres mystiques contemporains, tels que Jean-Jacques Surrin et le père La Combe, tomberont dans la défaillance psychologique, ou comme Jacqueline Pascal, qui est morte de honte, dit-on, un an après avoir signé le formulaire contre le Jansénisme 32. En revanche, madame Guyon une fois sortie de la Bastille en 1703, et après la mort de Bossuet, reprit sa plume pour élaborer et affiner ses écrits jusqu’en 1709. Pendant ses années de retraite à Blois, elle est le centre d’un groupe de mystiques européens. Après sa mort en 1717, ses œuvres seront éditées par Pierre Poiret. En 1720 il publia 39 volumes qui sont tout de suite traduits en allemand pour les Piétistes et en anglais pour les Quakers et les Méthodistes. Ils seront ré-édités à la Révolution en français et retraduits, surtout aux Etats-Unis tout au long du dix-neuvième et vingtième siècle. En France, madame Guyon sera plutôt traitée d’hystérique par l’Académie jusqu’aux Freudiens de nos jours33. L’importance de son œuvre sera reconnue à partir des années cinquante par Louis Cognet et Jean Orcibal. Ses Récits de captivité ne seront retrouvés et édités par Marie-Louise Gondal, dans l’édition de Jérôme Millon qu’en 1992. Finalement, avec la première édition intégrale de sa Vie éditée par Dominique Tronc en automne 2001 chez Honoré Champion, nous pouvons lire la critique de madame Guyon des institutions gallicanes qui déformèrent l’esprit du christianisme au service d’un régime absolutiste, mais éphémère.

Notes

1 V. Bernos, Marcel, « Mères et filles à l’époque classique », Autour de Mme de Sévigné, Biblio 17, vol. 105, Papers on French Seventeenth Century Literature, 1997, p. 19-39.

2 Ils avaient envisagé une règle qui permettrait aux religieuses de « visiter » les pauvres et les malades. Mais, l’évêque de Lyons, Marquemont, mit fin à cette dévotion active, imposant le cloître à toute religieuse.

3 Composé par sœur Sainte-Euphémie le 15 avril 1657, et imprimé après sa mort en 1665, à la suite des Constitutions du monastère de Port-Royal, ré-édité par Victor Cousin, dans Jacqueline Pascal : premières études sur les femmes illustres et la société du xviie siècle, 8e éd., Paris, Didier, 1877, p. 360-424.

4 Ibidem, 419. L’Imitation de Jésus-Christ de Thomas à Kempis avait été récemment traduire par Le Maître de Saci, jeune frère d’Antoine Le Maître, directeur de Port Royal après Singlin. Ce fut le livre de dévotion le plus répandu au xviie siècle.

5 Dans cette liste, il n’y a que le livre de Saint-Cyran qui pourrait susciter la censure de l’archevêque de Paris. Déjà en 1637, le réformateur de Port-Royal avait été incarcéré à Vincennes par Richelieu, et après sa mort ses écrits étaient enveloppés dans la censure de l’Augustinus de Jansenius en 1653.

6 Cousin, op. cit., 419.

7 Ibidem, 369.

8 Ibid., 420.

9 V. Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, eds. du Seuil, 1978.

10 La dernière partie de son autobiographie, ses Récits de captivité, ne seront découverts et publiés par Marie-L ouise Gondal qu’en 1992 à Grenoble, chez Jérôme Millon. L’édition de Dominique Tronc, qui parut l’automne dernier est la première à être rédigée d’après les divers manuscrits connus de Jeanne Guyon, La Vie par elle-même et autre écrits biographiques, Paris, Honoré Champion, 2001.

11 Elle l’adresse au cercle des mystiques européens. La publication en sera posthume par les soins de Pierre Poiret en 1720. Ce texte sera très rapidement traduit et distribué à travers l’Europe et jusque dans les colonies américaines.

12 Cognet, Louis, Crépuscule des mystiques, Tournai, Desclée, 1958.

13 Madame de Maintenon fit lire l’explication par le roi, dans l’espoir de le faire progresser dans la piété.

14 Le manuscrit remis à Bossuet et annoté par lui se trouve à la Bibliothèque Nationale, [Fonds français 25092-25094].

15 Ibidem, 134.

16 A. Fichet et H. de Maupas du Tour, La Vie de la Vénérable Mère Jeanne-Françoise Fremyot de Chantal, Paris 1644. Ils avaient basé la biographie sur le Mémoire très fidèle pour la vie de notre digne et B. Mère Jeanne-Françoise Fremyot de Chantal fondatrice et première religieuse de l’ordre de la Visitation de la Mère de Chaugy. (v. Tronc, ed. Vie, op. cit., 137-138, note 51.)

17 Vie, op. cit., 137. Une des ironies de l’histoire est que Jeanne Guyon, une fois veuve, accomplira la mission apostolique des Visitandines prévue par Jeanne de Chantal, soignant les malades, visitant les pauvres et prêchant l’oraison, avant d’être elle-même “cloîtrée” par lettre de cachet à la demande de l’archevêque de Paris.

18 Ibidem, 154.

19 Ibid., 154.

20 Ibid., 887-888, note 13, « Les comptes rendus de ces interrogatoires figurent dans le dossier B. N. ms 5250 (La Reynie). »

21 Paige, Being Interior : French catholic autobiographies and the genesis of a literary mentality, 1596-1709, Thèse (Ph. D), University of Pennsylvania, 1996.

22 V. Ward, Patricia, « Madame Guyon and the democratization of spirituality », Papers on French Seventeenth Century Literature, 1996, 501-508.

23 Madame Guyon, Les Torrents et commentaire des cantiques de Salomon (1683-1684), Claude Morali, ed., Grenoble, Jérôme Millon, 1992.

24 Ibidem, 7.

25 Ibid., 206.

26 Vie, op. cit., 499.

27 Ibidem, 373. Le texte est suivi de sa référence exacte aux Dialogues, livre 3, ch. 9.

28 Guyon, Jeanne Marie Bouvier de La Motte, Le Moyen court et autres écrits spirituels, Une simplicité subversive, Marie-Louise Gondal, ed., Grenoble, Jérôme Millon, 1995, p. 64.

29 Une lettre de 1691 citée par Louis Cognet, Crépuscule des mystiques, op. cit., 144.

30 Justifications, op. cit., p. xiii-xiv.

31 Vie, op. cit., p. 887.

32 Cousin, op. cit., 335.

33 Kristeva, Julia. « Un pur silence : la perfection de Jeanne Guyon », Histoires d’amour, Paris, Denoël, 1983, 277-2961.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540