Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Des femmes illustres

Les livres trouvés dans l’Hôtel de la Reine après le décès de Catherine de Médicis (1519-1589) 1

Chantal Turbide

Texte intégral

  • 1 Cet article fait suite au chapitre consacré aux livres de Catherine de Médicis au sein de notre thè (...)
  • 2 Monsieur Claude La Charité, dans sa communication au sein de ce colloque, a cité la conclusion du B (...)
  • 3 Jean-Hippolyte Mariéjol, Catherine de Médicis (1519-1589), Paris, Hachette, 1920, p. 221 et suiv., (...)
  • 4 Philippe Renouard, Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, (...)
  • 5 Le manuscrit est conservé au musée de Condé à Chantilly, voir L’art du manuscrit de la Renaissance (...)
  • 6 Une première édition est publiée en 1564, à Paris chez Ch. Perier (BnF, K 2730) et une autre éditio (...)
  • 7 Jean-Louis Fournel, « Lectures françaises de Guichardin : vérités historiques et ébauches d’une rai (...)
  • 8 Certains livres reliés aux armes, chiffres et emblèmes de Catherine de Médicis sont conservés, voir (...)

1À plus dune reprise, Catherine de Médicis est louée comme mécène et protectrice des arts et des lettres 2. Le mécénat littéraire de la Reine n’est toutefois guère documenté 3. Catherine de Médicis, dauphine puis reine de France, est la dédicataire de nombreux ouvrages traitant de sujets divers : religion, astronomie, histoire, généalogie, géographie, médecine, grammaire, politique, architecture, etc. Ainsi, pour ne citer que ceux-ci, Jean Des Monstiers lui dédicace le Summaire de l’origine, description et merveilles Descosse, avec une petite cronique des roys dudict pays jusques a ce temps (1539) 4, Dominique Jacquinot L’Usage et utilité de l’astrolabe … (1543) 5, Jean Nestor l’Histoire des hommes illustres de la maison de Medici … (1564) 6, Jérome de Chomedey l’édition française de l’Histoire des guerres d’Italie de Guichardin (1568) 7. Catherine a probablement reçu la première édition des ouvrages qui lui étaient dédicacés et peut-être même parfois le manuscrit 8.

  • 9 BnF, mss, Fonds latin, 14359. L’inventaire fut publié presque in extenso par Edmond Bonnaffé, Inven (...)
  • 10 Les pièces situées dans les combles, appelées galetas, servaient de garde-meubles et étaient parfoi (...)

2L’inventaire après décès de Catherine de Médicis mentionne des livres 9. La première partie de l’inventaire, rédigée entre le 17 juillet et le 14 août 1589, répertorie les « meubles » — c’est-à-dire tout ce qui est mobile — dans l’Hôtel de la Reine, la résidence parisienne de Catherine de Médicis. Des livres sont indiqués dans le troisième galetas 10 et vingt-quatre livres sont inventoriés dans le « quatriesme galetas cabinet de ladicte feue dame ». Le sujet, ou le titre, est indiqué pour une quinzaine d’entre eux. Ces livres feront l’objet de notre communication.

  • 11 Léopold Victor Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale (nationale), t. I, A (...)
  • 12 L’abbé de Bellebranche, Jehan Baptiste Bencivenny, était en 1589 conseiller et premier aumônier de (...)
  • 13 BnF, mss, Fonds latin, 14359, p. 456-481, publié par E. Bonnaffé, op. cit., p. 168-207.
  • 14 Sur la librairie des Médicis, voir Cristina Acidini Luchinat, « The Library », Renaissance Florence (...)

3Catherine de Médicis possédait en outre une collection de manuscrits anciens d’un grand intérêt scientifique. Il s’agissait en réalité de la collection du cardinal Nicolas Ridolfi († 1550), vendue à sa mort et achetée par le maréchal de France Pierre Strozzi († 1558) puis acquise par Catherine de Médicis 11. En 1589, à la mort de Catherine de Médicis, les livres étaient conservés dans la maison du sieur de Bellebranche 12, rue de La Plâtrière, à quelques pas de l’Hôtel de la Reine. La librairie, tel qu’on le disait à l’époque, fut inventoriée entre le 16 et le 19 août 1589 13. Les sept cent soixante-seize volumes étaient classés selon les catégories suivantes : théologie ; philosophie ; poétique, rhétorique et grammaire ; mathématiques ; histoire ; médecine ; canons et lois. Il y avait, au total, quarante manuscrits en hébreux, cinq cent quatre-vingt quinze en grecs et cent trente et un en latin. Cette librairie s’inscrivait dans la lignée des collections de manuscrits des Médicis mais également dans la tradition des Valois 14.

4Mais revenons aux livres mentionnés dans le cabinet de la Reine. Notre objectif était, au départ, d’identifier les livres et éventuellement de les retrouver. La question sous-jacente étant la suivante : peut-on, à partir de ces indications déterminer les goûts de Catherine de Médicis pour la lecture et pour les livres ?

L’Hôtel de la Reine, l’inventaire, le cabinet et les livres

  • 15 Le bâtiment fut presque entièrement détruit au milieu du xviiie siècle, seule la colonne qui se dre (...)
  • 16 Nous avons reconstitué, du moins en partie, la distribution intérieure de l’Hôtel de la Reine, voir (...)

5L’Hôtel de la Reine était situé sur la rue des Deux-Écus, près de l’église Saint-Eustache, non trop éloigné du Louvre 15. Catherine de Médicis avait entrepris la construction et l’aménagement de l’hôtel au début des années 1570. Les travaux furent confiés à Jean Bullant (1515/20-1578) jusqu’à son décès puis se poursuivirent au moins jusqu’en 1584. Le bâtiment formait un quadrilatère, au centre une cour d’honneur, une aile se poursuivant vers le jardin et la chapelle (fig. I-A). On y trouvait les appartements de Catherine de Médicis, de Henri III et de fille de Catherine de Médicis 16. La Reine mère y avait un vaste appartement au premier étage du corps de bâtiment ouest, constitué d’une sallette, une antichambre, une chambre, un cabinet et un oratoire. Les galetas, au-dessus de l’appartement de la Reine, servaient de garde-meubles et Catherine y avait fait aménager un cabinet où elle conservait ses objets précieux. La résidence était fort luxueuse, la Reine y recevait la cour et les ambassadeurs étrangers.

6Catherine de Médicis mourut au château de Blois dans la nuit du 5 au 6 janvier 1589. La Reine avait quitté à la hâte sa résidence parisienne l’été précédent. Elle avait sans doute pris quelques effets personnels. Elle laissa toutefois, dans l’Hôtel de la Reine, une grande quantité de biens meubles. L’inventaire après décès de l’Hôtel de la Reine mentionne entre autres : des tentures de tapisserie flamandes, des tentures de cuir de Cordoue, des tapis d’Orient, de riches étoffes italiennes, flamandes, allemandes et turques, des meubles en bois d’essence rare, des peintures, des sculptures, des pièces d’orfèvrerie, des émaux, des objets curieux, des cartes géographiques et quelques livres dont la liste.

Figure I-A : Plan du rez-de-chaussée, du jardin et de la chapelle de l’Hôtel de la Reine à Paris (inédit) – Anonyme, ca. 1580
Archives d’Etat de la ville de Turin, Sezione Reunite, AZ Savoie-Carignan, Dis n° 0068 – Cliché privé

Figure I-B : Détail du plan du rez-de-chaussée de l’Hötel de la Reine
Nous avons indiqué sur le plan la localisation du troisième et du quatrième galetas ou cabinet de la Reine. Il faut toutefois garder en mémoire que ces pièces étaient situées au deuxième et dernier étage et non au rez-de-chaussée
Légende :
G : troisième galetas
C : quatrième galetas ou cabinet de la Reine

7Un coffre rempli de livres est mentionné dans le troisième galetas visité (fig. I-B) :

8 n° 201. « Un petit coffre de bahu carré fermant à deux serrures plain de livres de divers autheurs par nous scellé ».

9Aucun détail n’est donné à leur sujet.

10L’inventaire se poursuit ensuite dans le quatrième galetas, dit le cabinet de la Reine (fig. I-B). Le cabinet était une vaste pièce sous les combles mesurant environ 6 x 8 m. L’inventaire indique des fenêtres d’un seul côté, probablement vers la cour d’honneur. Trois grandes armoires à guichets sont mentionnées. Deux livres sont d’abord répertoriés, sans indication précise de localisation :

11 209. Ung papier terrier de la terre de Besse couvert de velours noir avec fermetures d’argent. (voir catalogue ci-dessous, n° 1)

  • 17 La seigneurie de Ravel était située en Auvergne et appartenait à Catherine de Médicis. La bibliothè (...)

12210. Ung autre papier terrier du mandement de Ravel, couvert de mesme17.

  • 18 Les livres signalés dans les notes qui vont suivrent sont mentionnés à titre indicatif. De plus amp (...)

13Puis, dans le premier guichet d’« une armoire à quatre guichetz joignant les fenêtres », vingt-deux livres sont inventoriés 18 :

14 232. Ung livre couvert de cuir de Levant escrit à la main, de la description généralle du duché de Berry et diocèse de Bourges avec les cartes géographiques dudict païs. (catalogue n° 2, fig. 2)

  • 19 Signalons l’ouvrage de Nicolas de Nicolay, Les quatres premiers livres des navigations et peregrina (...)

15233. Ung autre livre couvert de cuir de Levant en vélain, ou sont descrites les cartes des navigations, escrit à la main19.

  • 20 Le calendrier grégorien est appliqué dans le royaume de France en novembre 1582. Signalons deux ouv (...)

16 234. Ung autre livre couvert de parchemin escrit à la main qui est le Kalendrier grégorien 20.

17 235. Ung autre livre couvert de cuir de Levant noir escrit à la main, de la description du païs de Lyonnoys et ville de Lyon. (catalogue n° 3)

  • 21 Signalons le manuscrit de Pierre de Paschal, Henri II Galliarum regis elogium … eiusdem Henrici Tum (...)

18236. Ung autre livre couvert de velours noir escrit à la main de la consolation faicte sur la mort du feu roy Henry21.

19 237. Ung livre couvert de velin plain escrit à la main dédié à la royne mère du roy.

  • 22 Signalons les ouvrages de Pierre Gringore, Les Abus du monde, Paris, Guillaume de Bossozel, ca. 153 (...)

20 238. Ung autre livre couvert de velours noir escrit à la main sur velin, intitulé les Abus du monde22.

21 239. Ung livre couvert de velours vert escrit à la main représentant ung jeu d’eschiquier.

22 240. Ung autre livre couvert de velours noir du recueil de diverses histoires, figures et portraictz.

23 241. Ung livre couvert de cuir rouge escrit à la main où sont les prophéties des Sibilles.

  • 23 Signalons trois manuscrits relatifs à l’histoire et à la généalogie des comtes de Boulogne, la fami (...)

24 242. Ung autre livre couvert de cuir rouge ou est descrite la généalogie des comtes de Boulogne23

25 243. Ung autre livre couvert de cuir de Levant vert escrit à la main intitulé l’Origine et succession des comtes de Boulogne.

  • 24 Signalons un exemplaire grand papier de l’Architecture de Philibert de L’Orme (Paris, F. Morel, 156 (...)

26 244. Ung autre livre couvert de cuir de Levant doré ou sont les pourtraictz de divers plantz de bastimens24.

27 245. Neuf autres petitz livres de divers autheurs.

Figure 2 : Nicolas de Nicolay, Description generale du pais et duche de Berry et diocèse de Bourges, manuscrit, 1567 – Frontispice orné d’une enluminure, anonyme
Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, Fr 2790

28Les rédacteurs de l’inventaire prirent la peine de noter, parfois certes trop sommairement, le titre ou le sujet de l’ouvrage et la nature de la reliure. Les sujets sont variés, les manuscrits nombreux. Les livres, tous richement reliés de velours (noir, vert), de cuir du Levant (noir, vert, doré), de vélin ou de parchemin, sont conservés avec les objets d’art et de collection, dans le cabinet personnel de la Reine.

29Grâce aux travaux de recherche des bibliophiles et érudits français du xixe siècle, nous avons retrouvé trois livres inscrits dans l’inventaire de l’Hôtel de la Reine en 1589 : le papier terrier de la terre de Besse, la description du duché de Berry et du diocèse de Bourges ainsi que la description du Lyonnais et du Beaujolais. Ces trois ouvrages étaient connus mais leur lien avec l’inventaire de l’Hôtel de la Reine n’avait pas été établi ou était resté inexploité. Notre catalogue est par conséquent inédit et probablement incomplet, du moins nous l’espérons.

30 n° 209. Ung papier terrier de la terre de Besse couvert de velours noir avec fermetures d’argent.

31Catherine de Médicis possédait la seigneurie de Besse-en-Chandesse située en Auvergne. Le papier terrier contenait la liste et le détail des possessions des vassaux ecclésiastiques et laïcs d’une seigneurie.

32En 1858, monsieur Le Roux de Lincy répertorie un papier terrier de la seigneurie de Besse-en-Chandesse dans la collection Cigongne et spécifie que l’ancienne reliure était en bois couvert de velours avec deux fermoirs d’argent et que cette reliure fut remplacée par du papier vert puis couvert de la reliure actuelle. En 1859, le livre fut acheté par le duc d’Aumale, ce qui explique sa présence au château de Condé à Chantilly. Le livre a conservé les fermoirs de la reliure originelle, en argent, aux armes de Besse et de Médicis.

33Le manuscrit, un document comptable, fut rédigé par le notaire Anthoine Godivel. La date 1574 est inscrite sur la bordure du feuillet 201. Le terrier présente sans doute un intérêt pour l’histoire de l’Auvergne ou pour la compréhension de la gestion d’une seigneurie, mais pour l’historien de l’art, c’est le nombre, la variété et parfois même la qualité des illustrations qui retiennent l’attention. En effet, plus de mille pages sont enluminées. Il est étonnant, au premier abord, de voir un document administratif relatif à la gestion foncière décoré avec autant de soin. On y trouve notamment les portraits en pied de François II, Charles IX (selon l’évidence), Henri III et du duc d’Anjou ; des vues de paysages, de bourgs, de ruines et de vignes d’Auvergne. De nombreuses lettres sont ornées et l’on compte environ mille bordures décorées de fleurs, d’oiseaux, de poissons, d’animaux domestiques (chien, chat) et exotiques (éléphant, léopard), de monstres terrestres et marins, de scènes de chasse (sanglier, porc-épic) et de spécimens de la faune locale (lièvre, grenouille, tortue, chèvre, cygne, escargot, écrevisse, hérisson). Le vocabulaire ornemental est également riche et varié (arabesques, grotesques, festons de fruits, vases, masques, termes, etc.). Les scènes narratives sont rares, mentionnons tout de même une scène mythologique qui illustre Léda et le cygne. Nous n’avons aucun nom d’artiste. Il y a sans aucun doute plusieurs mains. L’ouvrage est resté inachevé pour les toutes dernières pages.

34 n° 232. Ung livre couvert de cuir de Levant escrit à la main, de la description généralle du duché de Berry et diocèse de Bourges avec les cartes géographiques dudict païs.

  • 25 Nicolas de Nicolay, sieur d’Arfeuille, était dauphinois. Dans la lettre datée de 1561, Catherine in (...)
  • 26 Lettres de Catherine de Médicis, publiées et annotées par Hector de La Ferrière, Gustave Baguenault (...)
  • 27 À propos des missions confiées à Nicolas de Nicolay, voir Jean Boutier, Alain Dewerpe, Daniel Nordm (...)

35Le 14 février 1561, Catherine de Médicis alors Gouvernante de France, écrivait à la duchesse de Ferrare, également duchesse de Berry, à propos de la mission de Nicolas de Nicolay25 dans la région : « … pour la continuation et poursuitte de la charge qu’il a de la visitation et discription généralle et particulière de ce royaulme, et craignant la dict de Nicolay qu’il luy soit donné quelque empeschement sur le chemyn de Montargis et Briarre, je l’ay bien voulu accompaigner de la présente… 26 ». Catherine de Médicis avait donc chargé Nicolas de Nicolay d’une vaste étude descriptive du royaume de France 27.

  • 28 Pour l’interprétation des devises et symboles à caractère funéraire utilisés par Catherine de Médic (...)

36Le manuscrit est publié pour la première fois par Victor Advielle en 1865. Il est conservé à la Bibliothèque nationale de France. La reliure est fort usée. Sur la page de titre figurent les armoiries, emblèmes et devises de Catherine de Médicis, des miroirs entourés de plumes et de faux, des béliers, etc. (fig. 2)28. Le manuscrit, daté de 1567, contient une description géographique de la région, des renseignements sur les églises, les maires, les privilèges, la justice, les baillages et diverses institutions. Le tout est complété par des descriptions des villes et des monuments visités. Sept cartes géographiques des villes, baillages et divers lieux du duché de Berry et du diocèse de Bourges sont insérées dans le volume, elles sont exécutées avec grand soin, certaines se déplient.

37 n° 235. Ung autre livre couvert de cuir de Levant noir escrit à la main, de la description du païs de Lyonnoys et ville de Lyon.

38Le manuscrit, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, a sans doute appartenu au xviie siècle à Roger de Gaignières puisqu’il comporte un numéro d’inventaire relatif à ce dernier. En 1881, Victor Advielle publiait l’ouvrage et, en 1886, Ernest Quentin-Bauchart l’inscrivait dans son catalogue des livres de Catherine de Médicis.

39La reliure fut restaurée en 1974. La page titre, datée de 1573, dédié à la très illustre et très magnanime princesse Catherine de Medicis, est enluminée : la devise de la Reine douairière Ardorem extincta testantur vivere flamma est entourée de miroirs, de plumes et de faux qui évoquent la viduité. Il n’y a aucune carte géographique. On y trouve un historique de la ville de Lyon depuis l’Antiquité, il est question de la géographie, du climat, des institutions, de l’administration, de la religion, du commerce, des impôts, etc. L’auteur dresse un bilan des importations et exportations des produits de luxe notamment. L’ouvrage semble extrêmement bien documenté et rigoureux. Une table des matières complète l’étude. Une fois de plus, il s’agit d’un ouvrage lié à la gestion du royaume.

Conclusion

40Quels sont les goûts de Catherine de Médicis en matière de lecture et de livres ? La liste des livres trouvés dans le cabinet personnel de Catherine de Médicis, à l’Hôtel de la Reine, ne nous permet pas de tirer des conclusions sur les goûts littéraires de la Reine puisqu’il n’y avait, semble-t-il, aucune œuvre de fiction. Les thèmes abordés sont variés : gestion du patrimoine foncier, géographie, généalogie, astronomie, échecs, morale, religion, architecture, etc. L’éclectisme, l’une des caractéristiques principales des collections princières du xvie siècle, semble s’appliquer non seulement au goût pour le mobilier et les objets d’art mais également à la lecture.

  • 29 Lucien Febvre remarque la recrudescence de l’intérêt pour l’histoire, « À Amiens de la Renaissance (...)
  • 30 Le nouvel essort des sciences géographiques, autour des années 1550-1560, est souligné par J. Bouti (...)

41Les trois manuscrits qui constituent notre catalogue avaient été commandés par Catherine de Médicis, ce qui pourrait éventuellement justifier leur place dans le cabinet de la Reine. Le terrier de Besse est un document comptable extrêmement rébarbatif. Les mille pages ont été enluminées afin de rendre la lecture plus agréable. Les bordures du terrier laissent deviner un intérêt pour la faune, la flore et les sciences naturelles. Les descriptions du Berry et du Lyonnais abordent des questions relatives à la géographie, au climat, à l’histoire, aux mœurs, aux structures administratives, légales, religieuses, économiques et commerciales des régions étudiées. Le soin apporté à la présentation historique reflète le renouveau d’intérêt pour l’histoire qui s’est manifesté autour de 156029. Nous ajoutons à ce goût pour l’histoire un intérêt marqué pour la géographie30.

42Ces trois manuscrits étaient, en quelque sorte, des instruments de travail, leur lecture étant étroitement liée à la fonction royale. Pour un roi, ou une reine, la connaissance du royaume était indispensable et la bonne gestion, un devoir. Non seulement utiles au souverain, ces livres étaient également des objets de divertissement et le soin apporté aux enluminures du papier terrier de Besse le confirme. Les manuscrits richement enluminés et reliés, véritables livres-objets, étaient au xvie siècle des pièces de collection appréciés.

Bibliographie

Catalogue

n° 1 – Le papier terrier de la seigneurie de Besse-en-Chandesse

C’est le terrier pour la royne mere du roy de sa terre, ville et mandement de Besse faict par Anthoine Godivel, notaire royal en ladicte ville …
Anthoine Godivel, ca. 1574-1579.
Manuscrit, Papier, 551 ff.
0,41 x 0,275 m.
Reliure : xixe siècle, signée Trautz-Bauzonnet, en peau de truie estampée à froid.
Musée Condé, Château de Chantilly, Mss 1383 (XIX D 1).
Provenance : Armand Cigongne (cat. n° 2497) ; duc d’Aumale (acq. coll. Cigongne, 1859).

Source manuscrite : BnF, mss, Fonds latin, 14359, n° 209.
Bibliographie sélective : A. Le Roux de Lincy, 1859, p. 15 ; E. Quentin-Bauchart, 1886, t. I, p. 103-104, n° 32 ; C. Samaran, R. Marichal, 1959, t. I, p. 71.
Exposition : L’art du manuscrit de la Renaissance en France, 2001, p. 90-91, n° 21.

n° 2 – La description du duché de Berry et du diocèse de Bourges (fig. 2)

Description generale du païs et duché de Berry et diocèse de Bourges…
Nicolas de Nicolay, 1567.
Manuscrit, papier.
Reliure : xvie siècle, maroquin brun, restaurée par endroits.
Bibliothèque nationale de France, mss, Fonds français, 2790.

Source manuscrite : BnF, mss, Fonds latin, 14359, n° 232.
Éditions : 1re édition établie par V. Advielle, Paris, Aubry, 1965 ; il existe une autre édition imprimée à Châteauroux, 1883.
Bibliographie sélective : J. Boutier, A. Dewerpe, D. Nordman, 1984, p. 49, note 40 ; I. de Conihout, P. Ract-Madoux, 2002, p. 231 et suiv.

n° 3 – La description de la ville de Lyon, du Lyonnais et du Beaujolais

Generalle description de l’antique et célèbre cité de Lyon, du païs de Lyonnois et du Beaujolais …
Nicolas de Nicolay, 1573.
Manuscrit, papier, 271 ff.
0,345 x 0, 24 m.
Reliure : xvie siècle, veau brun, semis de larmes, restaurée en 1974.
Bibliothèque nationale de France, mss, Fonds français, 24106.
Provenance : coll. Gaignières (n° 669) ?

Source manuscrite : BnF, mss, Fonds latin, 14359, n° 235.
Édition : V. Advielle, Lyon, imprimerie de Mougin-Rusand, 1881.
Bibliographie sélective : E. Quentin-Bauchart, 1886, t. I, p. 101-102, n° 24 ; J. Boutier, A. Dewerpe, D. Nordman, 1984, p. 49, note 40 ; I. de Conihout, P. Ract-Madoux, 2002, p. 239-241.

Notes

1 Cet article fait suite au chapitre consacré aux livres de Catherine de Médicis au sein de notre thèse de doctorat intitulée Les collections artistiques de Catherine de Médicis (1519-1589), dirigée par madame Martine Vasselin et soutenue en juillet 2002 à l’Université de Provence.

2 Monsieur Claude La Charité, dans sa communication au sein de ce colloque, a cité la conclusion du Bref Discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme (1581) de Marie de Romieu dans laquelle Catherine de Médicis figure avec neuf autres femmes de son temps, écrivains ou mécènes.

3 Jean-Hippolyte Mariéjol, Catherine de Médicis (1519-1589), Paris, Hachette, 1920, p. 221 et suiv., donne un aperçu du champ d’action de Catherine de Médicis dans le domaine du livre, de la littérature, du théâtre et des festivités.

4 Philippe Renouard, Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, t. I, 1964, n° 114 (BnF, * Rés. K. 1062 (2), Rés. *8° Nm. I).

5 Le manuscrit est conservé au musée de Condé à Chantilly, voir L’art du manuscrit de la Renaissance en France, catalogue d’exposition, Musée Condé, Château de Chantilly, Paris, Somogy, 2001, n° 18. L’ouvrage est imprimé à Paris en 1545, P. Renouard, op. cit., 1979, t. III, n° 45 (BnF, * Rés. p. V. 705).

6 Une première édition est publiée en 1564, à Paris chez Ch. Perier (BnF, K 2730) et une autre édition en 1575, à Paris chez G. Auvray (BnF, K 2732), Robert Brun, Le livre illustré de la Renaissance, Paris, Picard, 1969, p. 258 ; P. Renouard, op. cit., 1979, t. III, n° 601 ; Ernest Quentin-Bauchart, Les femmes bibliophiles de France (xvie-xviie et xviiie siècles), Paris, Damascène Morgand, 1886, t. I, p. 103, n° 31.

7 Jean-Louis Fournel, « Lectures françaises de Guichardin : vérités historiques et ébauches d’une raison d’État à la française », La circulation des hommes et des œuvres entre la France et l’Italie à l’époque de la Renaissance, 20, CNRS, 1990, p. 175.

8 Certains livres reliés aux armes, chiffres et emblèmes de Catherine de Médicis sont conservés, voir les listes établies par Antoine Le Roux de Lincy, Notice sur la bibliothèque de Catherine de Médicis, Paris, J. Techner librairie, 1859, p. 10-15 (extrait de l’article publié dans Le Bulletin du bibliophile, mai 1858, p. 915-941) et E. Quentin-Bauchart, op. cit., t. I, p. 95-104. Nous attendons à ce sujet la publication de la communication intitulée « La bibliothèque de Catherine de Médicis » de madame Fabienne Le Bars à la journée de présentation de l’exposition Les Médicis et la France, Blois, 25 septembre 1999.

9 BnF, mss, Fonds latin, 14359. L’inventaire fut publié presque in extenso par Edmond Bonnaffé, Inventaire des meubles de Catherine de Médicis en 1589, mobilier, tableaux, objets d’art, manuscrits, Paris, Auguste Aubry, 1874. Cet inventaire concerne toutefois uniquement les biens de la Reine à Paris.

10 Les pièces situées dans les combles, appelées galetas, servaient de garde-meubles et étaient parfois aménagées en chambre ou en cabinet.

11 Léopold Victor Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale (nationale), t. I, Amsterdam, Gerard Th van Heusden, 1969 (1re édition 1868), p. 207-212. Cette librairie, probablement l’une des plus importantes du royaume après celle du roi de France, mériterait une étude approfondie.

12 L’abbé de Bellebranche, Jehan Baptiste Bencivenny, était en 1589 conseiller et premier aumônier de la reine. Il avait notamment été chargé de contrôler les travaux effectués à l’Hôtel de la Reine et à Saint-Maur en 1581.

13 BnF, mss, Fonds latin, 14359, p. 456-481, publié par E. Bonnaffé, op. cit., p. 168-207.

14 Sur la librairie des Médicis, voir Cristina Acidini Luchinat, « The Library », Renaissance Florence. The Age of Lorenzo de’Medici (1449-1492), Milan/Florence/Accademia Italiana, Londres, Charta, 1993, p. 119-121. Au sujet de la bibliothèque de François Ier, voir Janet Cox-Rearick, Chefs-d’œuvre de la Renaissance. La collection de François Ier, Paris, Albin Michel, 1995, p. 368-372. Selon l’auteur, à la fin du règne de François Ier, la bibliothèque du roi comptait autour de trois mille volumes dont environ cinq cents manuscrits grecs, les plus recherchés.

15 Le bâtiment fut presque entièrement détruit au milieu du xviiie siècle, seule la colonne qui se dressait dans la cour d’honneur fut épargnée de la destruction, restée in situ elle orne aujourd’hui le Jardin des Halles.

16 Nous avons reconstitué, du moins en partie, la distribution intérieure de l’Hôtel de la Reine, voir le chapitre de notre thèse consacré à la résidence parisienne de Catherine de Médicis, op. cit., p. 46-57.

17 La seigneurie de Ravel était située en Auvergne et appartenait à Catherine de Médicis. La bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand possède une copie du terrier de Ravel établie par Anthoine Godivel (Bibl. mun. 768). Nous n’avons pas encore vu ce manuscrit. Charles Samaran et Robert Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine, Paris, CNRS, 1968, t. VI, p. 167, signalent des lettres ornées et des grotesques ainsi qu’une reliure en veau brun à fers dorés. Il est en outre spécifié que la copie de ce terrier a été faite « sur la note originale dernierement receue par feu Anthoine Godivel suivant la commission de Sa Majesté et l’advis de messieurs de son Conseil, comme appert par le résultat d’iceluy, en datte du IIe jour de may mil cinq cens quatre vingtz ». Signalons également un article se référant à ce manuscrit, Henri-Guillaume Dourif, Le terrier de la seigneurie de Ravel. Lu à l’Académie de Clermont-Ferrand, le 14 novembre 1872, Clermond-Ferrand, Thibaud, 1873.

18 Les livres signalés dans les notes qui vont suivrent sont mentionnés à titre indicatif. De plus amples recherches sur chaque ouvrage pourraient nous éclairer davantage.

19 Signalons l’ouvrage de Nicolas de Nicolay, Les quatres premiers livres des navigations et peregrinations orientales …, Lyon, G. Rouille, 1568, contenant 60 planches qui illustrent les costumes orientaux de l’époque (BnF, Rés. J. 600), mentionné dans R. Brun, op. cit., p. 258.

20 Le calendrier grégorien est appliqué dans le royaume de France en novembre 1582. Signalons deux ouvrages sur le calendrier grégorien publiés en France : Martin Basanier, Ephémérides perpétuelles du jour et de la nuit, réformées depuis l’an de correction 1582 …, Paris, P. Le Voirrier pour B. Ravot Des Sphères, 1583 (BnF, V-8468) ; Jean Gosselin, Kalendrier grégorien, traduction du latin en français par J. G., Paris, P. Le Voirrier, 1583 (il existe de nombreux exemplaires dont BnF, Rés. P-V-33).

21 Signalons le manuscrit de Pierre de Paschal, Henri II Galliarum regis elogium … eiusdem Henrici Tumulus, Paris, Michel de Vascosan, 1560 (BnF, Rés. Fol. Lb 31. 103), voir Marie-Pierre Laffitte, Fabienne Le Bars, Reliures royales de la Renaissance. La librairie de Fontainebleau (1544-1570), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1999, n° 120 ; Isabelle de Conihout, Pascal Ract-Madoux, « Veuves, pénitents et tombeaux. Reliures françaises du xvie siècle à motifs funèbres, de Catherine de Médicis à Henri III », Les funérailles à la Renaissance, actes du xiie colloque international de la Société Française d’Étude du Seizième Siècle, Bar-le-Duc, 2-5 décembre 1999, Genève, Droz, 2002, p. 225-229.

22 Signalons les ouvrages de Pierre Gringore, Les Abus du monde, Paris, Guillaume de Bossozel, ca. 1530 (BnF, Rés. P-YE-2711 ; et de Saint-Cyprien de Carthage, De douze manières d’abus qui sont en ce monde en diverses sortes de gens et de moyen d’iceux corriger et d’en donner garde, nouvellement mis en français, 1re édition, Paris, F. Morel, 1558 (BnF, C-3906).

23 Signalons trois manuscrits relatifs à l’histoire et à la généalogie des comtes de Boulogne, la famille maternelle de Catherine de Médicis. Deux d’entre eux sont conservés à Paris (BnF, mss, Fonds français 5227 et BnF, mss, Fonds latin 10925) et un autre à la Bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence (Rés. Ms 26).

24 Signalons un exemplaire grand papier de l’Architecture de Philibert de L’Orme (Paris, F. Morel, 1567), dédié à Catherine de Médicis et couvert d’une reliure ornée de ses emblèmes, ainsi que le second volume des Plus excellents Bastiments de France de Jacques Ier Androuet du Cerceau (Paris, 1576) également dédicacé à la Reine mère, mentionnés par A. Le Roux de Lincy, op. cit., p. 11-12 ; E. Quentin-Bauchart, op. cit., p. 13.

25 Nicolas de Nicolay, sieur d’Arfeuille, était dauphinois. Dans la lettre datée de 1561, Catherine indique qu’il est valet de Chambre et géographe du roi.

26 Lettres de Catherine de Médicis, publiées et annotées par Hector de La Ferrière, Gustave Baguenault de Puchesse, Paris, Imprimerie nationale, 1880-1909, t. I, p. 238.

27 À propos des missions confiées à Nicolas de Nicolay, voir Jean Boutier, Alain Dewerpe, Daniel Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984, p. 48-50.

28 Pour l’interprétation des devises et symboles à caractère funéraire utilisés par Catherine de Médicis, voir I. de Conihout, P. Ract-Madoux, op. cit., p. 229-241

29 Lucien Febvre remarque la recrudescence de l’intérêt pour l’histoire, « À Amiens de la Renaissance à la Contre-Réforme », Au cœur religieux du xvie siècle, Paris, Le livre de poche, Biblio Essais, 1983, p. 369-390 (publié pour la première fois dans Annales d’Histoire sociale, III, 1941, p. 41-55), cité dans J.-L. Fournel, op. cit.,p. 165.

30 Le nouvel essort des sciences géographiques, autour des années 1550-1560, est souligné par J. Boutier, A. Dewerpe, D. Nordman, op. cit., p. 48. Catherine de Médicis possède à sa mort une importante collection de cartes géographiques.

Table des illustrations

Légende Figure I-A : Plan du rez-de-chaussée, du jardin et de la chapelle de l’Hôtel de la Reine à Paris (inédit) – Anonyme, ca. 1580 Archives d’Etat de la ville de Turin, Sezione Reunite, AZ Savoie-Carignan, Dis n° 0068 – Cliché privé
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure I-B : Détail du plan du rez-de-chaussée de l’Hötel de la Reine Nous avons indiqué sur le plan la localisation du troisième et du quatrième galetas ou cabinet de la Reine. Il faut toutefois garder en mémoire que ces pièces étaient situées au deuxième et dernier étage et non au rez-de-chausséeLégende : G : troisième galetas C : quatrième galetas ou cabinet de la Reine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Figure 2 : Nicolas de Nicolay, Description generale du pais et duche de Berry et diocèse de Bourges, manuscrit, 1567 – Frontispice orné d’une enluminure, anonyme Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, Fr 2790
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/35501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540