Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

I. Des femmes illustres

Les enseignements d’Anne de France et l’héritage de Christine de Pizan

Tatiana Clavier

Texte intégral

1Malgré limportance du rôle politique et culturel qu’elle a joué au tout début de la Renaissance, Anne de France, fille aînée de Louis XI, est une figure historique encore trop méconnue. Née dans une France encore féodale en 1462, elle s’éteint en 1522 sous le règne de François Ier. Le fin stratège qu’était son père l’a très vite initiée aux méandres de la politique puisque c’est à elle, « femme la moins folle de France », qu’il confie sur son lit de mort en 1483 la garde du dauphin et implicitement celle du trône. Pendant une dizaine d’années, elle gouverne l’État d’une main de fer, faisant taire les révoltes des grands seigneurs qui contestent sa régence et menacent l’autorité du jeune roi Charles VIII. Puis, après avoir initié le rattachement du duché breton à la couronne de France par le mariage d’Anne de Bretagne et de Charles VIII en 1491, elle se retire dans son duché de Bourbon où elle donne naissance à sa fille unique, Suzanne. En 1505, alors qu’elle est veuve, c’est à l’occasion des noces de sa fille et du Connétable Charles de Montpensier, qu’elle lui offre le texte qui nous intéresse.

  • 1 Les Enseignements d’Anne de France à sa fille Suzanne de Bourbon, éd. M.A. Chazaud, (...)
  • 2 Voir Eliane Viennot, « Rhétorique de la chasteté dans les Enseignements d’Anne de (...)

2 Les Enseignements d’Anne de France à sa fille Suzanne de Bourbon, texte fort méconnu de nos jours, a pourtant été publié à deux reprises au xvie siècle, ainsi qu’une fois au xixe siècle par un archiviste de l’Allier 1. Somme de conseils qu’elle pense nécessaires de dispenser à sa fille alors au seuil de sa vie adulte, ce traité d’éducation a trop souvent été réduit à un témoignage de l’austérité des mœurs de l’ancienne régente de France. Son titre, calqué sur Les Enseignements de Saint Louis à sa fille Isabelle, indique certes que le texte s’inscrit dans une tradition moraliste austère. Pourtant, derrière l’humilité et la chasteté qui y sont préchées sans surprise, une lecture plus attentive permet de découvrir une grande originalité, et autre chose que des conseils de repli, d’obéissance et de soumission. C’est qu’il est difficile pour elle, en pleine « querelle des femmes », de parler ouvertement 2. Un examen attentif du texte permet notamment de voir que, derrière le titre et au-delà des innombrables mentions des docteurs de l’Eglise, l’un des principaux modèles d’Anne — jamais avoué — est Christine de Pizan. Sous les apparences d’un discours bien plus lisse et résigné que celui de sa devancière, Anne de France partage en effet à la fois son analyse de la situation des femmes, et sa volonté farouche de résistance à leur marginalisation.

  • 3 M.A. Chazaud reproduit cet inventaire à la suite des Enseignements. Il avait été publié par Le Roux (...)

3Il est d’abord nécessaire de scruter quelques instants le fond de la bibliothèque de Moulins, où la duchesse semble avoir puisé l’essentiel des sources de ses Enseignements. L’inventaire de cette bibliothèque, réalisé en 1523 par un commissaire de François Ier3, montre que la duchesse conservait l’ensemble des œuvres de Christine. Notons, disséminés parmi les trois cent vingt-quatre volumes de la collection, un manuscrit du Livre des faits et bonnes mœurs du sage roi Charles V, deux exemplaires du Livre de la Cité des Dames, un autre du Livre du chemin de longue étude, deux volumes des Epîtres à Othéa et deux manuscrits du Livre des Trois Vertus, dont un qu’Anne tenait de sa mère, Charlotte de Savoie. Notons également une belle collection des œuvres de « l’advocate de la dignité féminine », en cinq volumes reliés en velours rouge et cités à la fin de l’inventaire :

« Ung volume ou a cent ballades, pluseurs lais et virelais, rondeaux, Jeux à vendre, l’Espitre au dieu d’Amours, Le Débat des deux amans, Les Troys jugemens, Le Dit de Poissy, Les Espitres sur le rommant de la Roze, en parchemin, à la main.
Ung autre ou est Le Livre du chemin de longue estude, Les Dits de la pastoure, Une Belle oraison de sainct Grégoire, et Le Livre dit duc des vraiz amans, en parchemin, à la main.
Ung autre volume contenant Les Troys livres de la cité des dames, en parchemin, à la main.
Ung autre volume des Espîtres que Othéa, déesse de prudence, envoya à Hector de Troye, en parchemin, à la main.
Ung autre volume ou est Le Livre de Prudence, Les Proverbes moraulx, une Espitre à la Royne de France, une autre à Eustace Morel, en parchemin, à la main. »

4La Cité des Dames, rédigée un siècle exactement avant les Enseignements, mettait en œuvre une pédagogie de l’exemple à l’adresse des femmes, à travers sa galerie de portraits féminins ; neuf dames des premières familles de France y tenaient une place importante. Anne était donc une lectrice privilégiée et même prédestinée de cet ouvrage dans la mesure où y figuraient ses propres ancêtres, présentées en outre comme des modèles à suivre. Le Livre des Trois Vertus ou Trésor de la Cité des Dames, traité d’éducation destiné à dispenser les conseils permettant aux dames d’entrer dans la Cité, avait également connu une grande diffusion dans les milieux princiers jusqu’au début du xvie siècle. Marguerite d’Autriche — élevée par Anne de France lorsqu’elle était encore promise à son frère — en possédait deux exemplaires au moins, tandis qu’un autre fut offert à Anne de Bretagne à l’occasion de ses noces avec Charles VIII, et c’est à cette même reine que fut aussi adressée la première édition du texte en 1497. Les ouvrages de Christine étaient donc du goût des grandes dames. Il faut croire, toutefois, que le discours christinien ne paraissait pas, aux yeux de « Madame la Grande », tout à fait suffisant ou pleinement adapté aux besoins de sa fille, puisqu’elle éprouva le besoin de coucher sur le papier sa propre « sagesse », sous l’apparence d’enseignements purement doctrinaux.

5Anne de France montre tout d’abord qu’elle s’inscrit dans la tradition en imposant en premier lieu l’enseignement des autorités religieuses et philosophiques. Elle brode en effet autour des nombreuses citations de saint Augustin, saint Bernard, saint Ambroise, saint Thomas, Boëce et Aristote. Les très nombreuses occurrences des verbes « fuir » et « se garder » fixent le but de l’énonciation : il s’agit de prévenir des dangers et de fuir les trois principales tentations qui guettent la femme chrétienne, la chair, le monde et le diable. Pour cela, Anne oppose sans cesse les vices aux vertus et les péchés du « siècle » à la chance de salut dans l’au-delà. Pourtant, la duchesse s’attache de moins en moins au souci de la référence au fur et à mesure qu’elle avance dans son propos. La voix directe de la mère et une observation du monde puisée dans l’expérience personnelle s’ajoutent donc imperceptiblement à l’enseignement des sages. Anne articule ses propres réflexions autour des raisonnements des autorités, et sous l’apparence d’un discours référentiel, perce un discours autonome.

  • 4 Et, pour mieulx vous sçavoir vivre et conduire en dévocion, je vous conseille que lis (...)

6En effet, parmi tous les impératifs qui saturent le texte de la duchesse de Bourbon, certains verbes plusieurs fois employés sont particulièrement représentatifs de son message. Avec « sachiez », « recongnoissez », « considérez », « pensez » et « advisez », Anne appelle à l’observation, à la raison et à la réflexion. Après avoir indiqué à Suzanne les ouvrages de référence dans le quatrième chapitre 4, elle écrit en effet au tout début du cinquième chapitre : « Et pour tant ma fille employez votre entendement du tout à acquérir vertus » (11). Si « n’est rien de plus delectable à voir chez une femme noble qu’un vertueux savoir » (123), la sagesse intellectuelle prônée ici doit permettre d’avoir suffisamment d’intelligence pratique ou encore de « bon sens » pour distinguer le bien et le mal. Face aux dangers de la cour, l’enseignement moral prime donc sur le savoir proprement dit.

7Anne valorise la pratique religieuse aux yeux de Suzanne, mais en adoptant un point de vue pragmatique. Elle met en scène les vertus dans un contexte réel et démontre que le respect des exigences divines permet par la même occasion de tenir sa place et d’assumer son rôle au sein de la société : ce qui ouvre la porte au paradis permet surtout « d’acquérir bon bruit ». Elle met sans cesse en parallèle la grâce de Dieu et celle du monde, comme lorsqu’elle montre « les grans biens que nous acquérons pour avoir pascience en noz adversitez ; car c’est une œuvre bien méritoire, et bien plaisant à Dieu, et où l’on acquiert bonne renommée » (60). Ce que Les Enseignements de la duchesse visent avant tout c’est bien cette renommée, ce bon bruit, termes qui y tiennent la vedette comme dans les ouvrages de Christine à qui elle semble emprunter cette « morale » pratique.

  • 5 Christine de Pizan, Le Livre des Trois Vertus, Introduction et notes par Charity Cannon Willard, (...)

8Dans Le Livre des Trois Vertus, après avoir traité des vertus chrétiennes, Christine donnait la parole à l’allégorie de la Prudence pour dispenser aux futures habitantes de la « Cité des Dames » les leçons morales leur permettant d’obtenir la grâce du monde. Les Enseignements trouvent leur origine dans ces leçons. Il suffirait presque de les résumer pour saisir le contenu du texte d’Anne : les deux premières ont trait au mariage, la troisième concerne les enfants, la quatrième la façon de se comporter en société, la cinquième la manière d’être avec ses sujets, la sixième la tenue d’une cour de dames tandis que la septième donne des conseils précis pour gérer un hôtel. Nous retrouvons là l’essentiel de la trame du texte d’Anne, dont les conseils sont bien plus adaptés à la réalisation pratique de la vie d’une grande dame dans un milieu mondain qu’à une simple direction spirituelle et religieuse. Grâce aux enseignements de Prudence Mondaine, Christine notait en effet : « pourra la sage dame acquerir los, gloire, renommee, grant honneur en cest monde et a la parfin paradis, qui est promis aux bien vivans 5. »

  • 6 Voir Françoise Autrand, « Christine de Pizan et les dames à la cour », Autour de Marg (...)
  • 7 Débat sur le Roman de la Rose, Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, (...)

9Elevée à la cour de Charles V, Christine de Pizan avait été initée aux codes de l’aristocratie française. Lorsque, dans La Cité des Dames, elle dressait le portrait des grandes dames, elle n’oubliait pas l’importance de la hiérarchie, ni le primat accordé aux qualités héréditaires des filles de France. Rappelons qu’elle accordait naturellement à Isabeau de Bavière la première place dans la Cité, et que, dans l’Epître à la reine, elle l’incitait à suivre l’exemple de son ancêtre Blanche de Castille qui avait, comme elle, exercé la régence 6. Christine posait donc comme modèle à suivre l’exemple des générations antérieures. Lorsqu’Anne de France prend pour matrice de son texte les enseignements de Prudence Mondaine, elle fait prendre conscience à sa fille de la place qu’elle doit tenir à l’intérieur d’une stricte hiérarchie et lui dicte en même temps les conseils qu’elle a elle-même mis à profit pour assumer son rôle de grande dame. C’est pour qu’elle serve de modèle à sa fille, ainsi qu’aux descendantes de la branche royale, qu’Anne trace son parcours en filigrane des Enseignements, dans lesquels on peut lire sous la forme d’un testament, d’un autoportrait, le cheminement de sa sagesse. Ceci nous conduit à affirmer que la duchesse rejoint la « méthode » pédagogique de Christine en se posant comme modèle à suivre. Christine parlait, selon la formule d’une de ses épîtres sur le Roman de la Rose, « de certaine science », car « de tant comme voirement suis femme, plus puis tesmoignier en ceste partie que cellui qui n’en a l’experience 7 ». Anne fait de même référence à son vécu comme lorsqu’elle écrit « et nous le voions par expérience » (95). Elle veut donc avant tout transmettre à sa fille cette « science » féminine dont parlait Christine, science ou savoir-faire dont elle a usé au cours de sa vie et qu’elle sait fort utile à la défense et à la protection des femmes. Pourtant, si nos deux auteures parlent d’après leur expérience, il y a une différence essentielle entre leurs deux positions énonciatives. Christine respectait le système hiérarchique, mais n’y était pas enfermée ; elle parlait « de l’extérieur » de la caste nobiliaire, ce qui lui conférait une certaine liberté. Anne, prisonnière de son rôle social, parle « de l’intérieur », ce qui ne lui permet pas d’être subversive comme sa devancière. Pourtant, l’atmosphère pesante de la querelle des femmes irrigue l’ensemble de son traité.

10Dès le prologue, Anne tente en effet de capter l’attention bienveillante des lecteurs qui pourraient la juger et prend la parole en toute humilité. Elle se dit femme de « povre rude et débile engin » telle Christine de Pizan qui se déclarait « povre pécharesse » dans ses premiers écrits, mais déclare vouloir éduquer sa fille en s’appuyant sur des arguments louables : « La parfaicte amour naturelle que j’ay à vous, ma fille […] me donne couraige et vouloir de vous faire, tandis que je vous suis présente, aucuns petis enseignemens » (1). Ainsi sont respectées les conventions littéraires qui attendent une justification de l’auteur et les conventions sociales qui voudraient qu’une femme se taise. L’ancienne régente connaît bien les lois du silence imposées à son sexe et, puisqu’elle « se pique d’écrire », elle s’attend à des critiques masculines. Elle indique donc qu’elle ne cherche pas à renverser l’ordre établi dans le rapport entre les hommes et les femmes, ce qu’elle rappelera plusieurs fois à Suzanne : « Or pensez donc, ma fille, puisque ainsi est, que vous qui estes féminine et foible créature, devez donc bien mectre peine, quelque heureuse fortune que puissez jamais avoir, à vous conduire gracieusement, en parfaicte humilité » (47-48).

  • 8 Christine de Pizan, op. cit., p. 47.

11La conduite à adopter nécessite donc beaucoup de sagesse et d’application. Christine savait que rien n’était pardonné aux femmes, et c’est pour cette raison qu’elle enseignait la façon d’être irréprochable : « en fait n’en dit, semblant, attour, contenance, maintien, estat, regard, n’aura riens ou il ait a redire ne reprochier 8 ». Anne conseille la même chose à Suzanne : « quoy que vous fassez, sur toutes riens, soiez véritable franche humble courtoise et léalle, et croiez fermement que si petite faulte ne mensonge ne pourroit estre trouvée en vous, que ce ne vous fust un grant reprouche » (11). Puisque son destin est d’occuper le centre des regards, la responsabilité de la femme noble concerne avant tout sa propre image. Un détail peut suffire à perdre une réputation, voilà pourquoi il faut contenter le regard si critique des hommes. Impeccable, Suzanne ne doit laisser transparaître ni sa jeunesse, ni son tempérament, ni son inexpérience, et elle adoptera la figure immuable de la chasteté, garante de son honneur.

« devriez mectre peine plus que oncques mais, d’acquerre l’amour de ses seigneurs et amys [de votre mari], tant pour eschever les mauvais jugemens, qui, à cause du deshonneste gouvernement des folz maris, sans cause se font sur les femmes souvent ; comme pour plus fort complaire à vostre mary […] en vous conduisant saigement et chastement, tant en faitz, comme en ditz : car la femme n’est pas chaste pour soy garder du fait sans plus. » (77-78)

  • 9 Ibid., p. 13.

12En effet, la femme est la cible de la moquerie et des jugements masculins, elle est une « proie » facile pour les hommes qui trouvent de la gloire à la déshonorer. Plus une dame est grande, plus le fait de la posséder devient un exploit, c’est pourquoi le haut rang de Suzanne constitue une raison de plus pour fuir les dangers de la séduction « car, comme dient plusieurs docteurs, il n’y a si homme de bien, tant noble soit, qui n’y use de traïson, ne à qui ce ne semble bon bruit, d’y abuser ou tromper femmes de façon, soient de bonne maison ou autres, ne leur chault où » (32). Si Christine conseille d’« eschiver les mauvaises accointances 9 », Anne insiste : « pour la plus grant seureté, je vous conseille que vous vous gardez de toutes privées et gracieuses acoinctances telles qu’elles soient, car on a veu, en ce cas, plusieurs honnestes commencemens, dont la fin a esté depuis deshonneste et préjudiciable » (35-36).

  • 10 Ibid., p. 31.

13Pourtant, où se situe le mérite d’un chevalier qui n’a jamais combattu ? Louis XI posait ironiquement cette question dans le Rosier des Guerres. Comment parler de mérite à propos d’une femme qui n’a jamais cédé, si elle n’a pas été tentée ? Christine écrivait : « ainsi que la rose flaire souef et est belle entre les espines poingnans, la pacient creature resplendist victorieusement entre ceulx qui s’esforcent de lui nuire 10 ». Anne explique à son tour que c’est « en ce misérable monde » (131), au cœur des vices du siècle, que la vertu féminine triomphe le plus brillamment, et elle transmet une vision plus glorieuse et plus puissante du rôle traditionnellement attribué aux femmes. Cette maîtrise d’elle-même qu’elle prône à la fin du texte nous offre les plus belles métaphores des Enseignements :

« Car, suppo [sé] que ung chasteau soit de belle et bonne garde, qui jamais ne fut assailly, si n’est-il pas à louer, ne le chevallier de sa prouesse à recommander, qui oncques ne furent esprouvez. Aussi, au fait contraire, la chose est de grant recommandacion, qui est au feu et ne peult ardoir ne empirer, et qui est ès terribles ondes de la mer, et ne se peult noyer, et qui est ès fanges de ce moncle, et ne se soulle, en manière qui soit. » (130-131)

  • 11 Ibid., p. 20.

14« Madame la Grande » a fréquenté les hommes dans leur milieu, la direction des affaires, elle sait que sans l’appui de la communauté masculine au pouvoir, une femme n’a pas d’autorité. Lorsqu’elle conseille à Suzanne de gouverner son hôtel et son domaine « en usant de conseil en [ses] affaires, sans rien faire de [sa] teste » (78) et de faire « bonne figure » à ses serviteurs, c’est parce qu’elle est consciente que seul le soutien des hommes lui permettra d’acquérir une grande audience. Christine avertissait déjà sa lectrice : « Et toy qui es simple femmellete, qui n’as force, poissance ne auctorité se elle ne t’est donnee d’aultrui, cuides pour tant se tu te vois enveloppe aucunement en aises et honneurs, suppediter et surmonter le monde a ton vouloir 11 ? »

15En accord profond avec sa devancière — même si elle est généralement plus prudente qu’elle — Anne de France formule néanmoins des conseils qui lui sont propres, et précisément appropriés à une femme qui devra tenir l’un des premiers rangs. Trois domaines retiendront notre attention. D’une part, Anne fait valoir l’intérêt du mécénat princier, stratégie qu’elle déploie elle-même pour s’entourer, et ainsi assumer son rôle. Si l’entourage des sages est ici mis en valeur, c’est surtout parce qu’il est, pour une dame, la « bannière » de sa vertu :

« Par quoy on ne peult les sçavans trop honnorer pour les vertus qu’ilz ont. Et si vous leur faictes plaisir, ilz le vous rendront au double, en honneur, ou en renommée, qui vous donneront partout où ilz se trouveront, et à telz gens fait il bon tenir doulx termes et ne faire pas comme font aucunes folles femmes qui pour ung rien se fument et courroucent […] ». (101)

  • 12 Ibid., p. 91.

16Anne explique aussi à sa fille l’intérêt qu’elle aura à tenir une cour féminine brillante. Lorsqu’elle donne des conseils précis pour tenir une cour de dames, elle écrit : « et tousjours leur donnez bon exemple, pour votre honneur et leur prouffit » (84). La duchesse est consciente, pourtant, que l’éducation des jeunes filles constitue une « charge bien dangereuse » (106). La raison, Christine l’avait bien expliquée un siècle plus tôt : « se les femmes n’estoient de belle ordonnance, aucuns pourroient supposer que non fust la maistresse, laquelle chose pourroit estre desacroiscement de l’onneur d’elle 12 ». Pour composer sa suite éblouissante de jeunesse, de beauté et d’esprit, Anne choisissait en effet des demoiselles dont on devine, à la lecture de son texte, qu’elle savait les diriger avec douceur et fermeté. Brantôme, lorsqu’il en témoigne, n’oublie pas de souligner l’ambition politique qui se cachait derrière cette volonté de faire valoir sa cour :

« Si a-elle faict de très-belles nourritures, ainsin que je tiens de ma grand’mere ; et n’y a guieres heu Dames et filles de grand’maison de son temps qui n’ayt appris leçon d’elle, estant allors la maison de Bourbon l’une des grandes et splendides de la Chrestienté. Aussi c’estoit elle qui la faisoit valoir. »

17Enfin, les visées pédagogiques d’Anne dépassent largement le groupe des femmes, comme l’atteste notamment la commande passée au Maître de Moulins du triptyque qui la représente accompagnée de sa fille et de sainte Anne, l’Éducatrice. Le texte qui nous intéresse en témoigne tout autant. Anne, fille de France, y indique la stricte ligne de conduite que doit suivre sa fille qui, à son tour devra se poser en « miroer patron et exemple » (65), aux femmes de sa cour bien entendu, à sa descendance assurément, mais aussi aux hommes de son entourage, voire à l’ensemble de la cour : « Soiez tousjours en port honnorable, en manière froide et asseurée, humble regard, basse parolle, constante et ferme, tous jours en ung propoz, sans fléchir » (129).

18Selon Anne de France, les femmes qui savent maîtriser leur corps aussi bien que leur esprit dans ce milieu hostile sont non seulement dignes d’une éternelle renommée, mais aptes à dominer les hommes, y compris les plus téméraires, car « par leur ferme chasteté et bonne vertu sont cause de réduire les folz, désordonnez en leur charnalité, à bonne voye » (131). L’honneur intouchable de la dame démontre au prétendant les limites de sa force puisqu’elle se refuse à lui — sans agressivité toutefois. Ainsi la dame vertueuse joue un rôle pédagogique en société puisque sa chasteté préservée enseigne l’honneur aux hommes, par exemple en repoussant doucement mais fermement leurs avances déplacées. Si les femmes doivent supporter les outrages sans mot dire, c’est qu’« il n’est point de si grand ire ne envye, que par la vertu de doulceur et d’humilité ne soit adoulcie » (22). La vertu acquiert le pouvoir de transformer en armes de défense la douceur et l’humilité qui, dans le discours misogyne constituent les attributs de la « pauvre femme ».

  • 13 Brantôme, Discours sur mesdames, filles de la noble maison de France, in Recueil de (...)

19Anne considère donc que les femmes ont les moyens de désarmer leurs adversaires, de triompher d’eux, voire de transformer leurs détracteurs potentiels en alliés. Pacificatrice, elle explique que les vertus passives peuvent se renverser et devenir attributs d’un certain pouvoir des femmes — ou d’un pouvoir certain, si le hasard y met son grain de sel. Un pouvoir, en tout cas, de correction des mœurs par l’éducation. C’est par l’éducation qu’Anne entend résister à l’offensive contre les femmes, et c’est peut-être en cela qu’elle se rapproche le plus de Christine !13

Notes

1 Les Enseignements d’Anne de France à sa fille Suzanne de Bourbon, éd. M.A. Chazaud, Moulins, Desrosiers, 1878. Reprint de Marseille, Lafitte, 1978. Les références du texte, puisées dans cette édition, seront désormais indiquées entre parenthèses dans l’article.

2 Voir Eliane Viennot, « Rhétorique de la chasteté dans les Enseignements d’Anne de France à sa fille Suzanne de Bourbon », in Jean-Jacques Vincensini (dir.), Souillure et pureté. Le Corps dans son environnement politique et culturel, Paris, Maisonneuve et Larose (à paraître).

3 M.A. Chazaud reproduit cet inventaire à la suite des Enseignements. Il avait été publié par Le Roux de Lincy dans Mélanges de la Société des Bibliophiles français, Paris, 1850.

4 Et, pour mieulx vous sçavoir vivre et conduire en dévocion, je vous conseille que lisiez le livret du preudhomme de sainct Lis, celui de sainct Pierre de Luxembourg, les sommes le roy, l’orologe de Sapience, ou aultres livres de vie des Saincts, aussi les dictz des philosophes et anciens saiges, lesquelles doctrines vous doivent estre comme droicte reigle et exemple, et c’est très-honneste occupation et plaisant passe temps. » (8-9).

5 Christine de Pizan, Le Livre des Trois Vertus, Introduction et notes par Charity Cannon Willard, Texte établi en collaboration avec Eric Hicks, Paris, Champion, 1989, p. 76.

6 Voir Françoise Autrand, « Christine de Pizan et les dames à la cour », Autour de Marguerite d’Ecosse, Reines, princesses et dames du xve siècle, G. et P. Contamine (dir.), Paris, Champion, 1999, p. 19-31.

7 Débat sur le Roman de la Rose, Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, éd. E. Hicks, Paris, Champion, 1977, p. 19.

8 Christine de Pizan, op. cit., p. 47.

9 Ibid., p. 13.

10 Ibid., p. 31.

11 Ibid., p. 20.

12 Ibid., p. 91.

13 Brantôme, Discours sur mesdames, filles de la noble maison de France, in Recueil des Dames, Paris, Gallimard, 1991, p. 171.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540