Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectrices d'Ancien Régime

 | 
Isabelle Brouard-Arends

Introduction

Isabelle Brouard-Arends

Texte intégral

1Ce colloque international Lectrices d’Ancien Régime, modalités, enjeux, représentations, a réuni une soixantaine de participants les 27, 28, 29 juin 2002 à l’ufr alc, Université de Rennes II et au château des Rochers, près de Vitré, demeure bretonne de madame de Sévigné. Il s’inscrit dans la continuité d’une réflexion menée sur les femmes écrivains de l’Ancien Régime, au cours de quatre précédents colloques, Women and texts in pre-revolutionary France, à Waterloo au Canada, Pre-revolutionary women writers, strategies of emancipation, Saint louis, Etats-Unis, Réflexion et réflexivité dans les textes de femmes d’Ancien-Régime, Montréal, Canada et enfin, en Virginie, Etats-Unis, Les Femmes et la culture en transition.

2Les actes publiés dans ce volume manifestent la volonté commune de chercheurs réunis au delà des frontières géographiques et disciplinaires d’œuvrer, par la confrontation intellectuelle, à la connaissance de l’histoire de la vie sociale et culturelle des femmes, de leur activité intellectuelle, de leur production littéraire, confrontation dynamique dont l’enjeu est celui du savoir.

  • 1 Nies, Fritz, Imagerie de la lecture, exploration d’un patrimoine millénaire de l’Occident, Paris, P (...)
  • 2 Je vous renvoie, à ce sujet, à l’ouvrage de Nathalie Ferrand, Livres et lecture dans les romans fra (...)
  • 3 Voir R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien-Régime, Seuil, 1987.

3L’objectif de ce travail commun rassemblant des historiens du livre et de la lecture, des historiens de l’art dont l’apport à l’histoire des représentations est indéniable comme l’ouvrage de Fritz Nies, Images de la lecture1, en témoigne et qui met en évidence une féminisation dans les représentations du personnage et du livre, des historiens de la littérature, est de restituer une archive de la lecture 2 sur une longue durée, du Moyen-Age à la fin du xviiie siècle. L’histoire du livre et de la lecture tente de nouer deux histoires, celle des manières de lire et des objets lus, en mettant en évidence l’importance de la différenciation dans les appropriations, pratiques plurielles et diversifiées de biens communs, de gestes identiques qui trouvent leur caractérisation et leur unicité dans l’acte individuel de la lecture 3. Le travail collectif du colloque Lectrices dont ces actes restituent les analyses, met en évidence l’impossibilité de dissocier deux domaines d’investigation en une rupture arbitraire. Je vous renvoie, à ce sujet, à la synthèse de Yannick Séité, dans son article paru dans la Revue xviiième, en 1998, Pour une histoire littéraire du livre, nous pourrions ajouter de la lecture, dans laquelle apparaissent les évolutions essentielles en ce domaine, en particulier, la nécessité de relier histoire du livre et histoire de la lecture, pour dépasser le stade strictement quantitatif. Les travaux de ces journées se sont aussi attachés à développer une réflexion sur la dynamique interne à l’œuvre où se révèlent des figurations propres à un imaginaire collectif masculin et féminin dont les implications dans la construction d’une conduite éducative, morale (ou son contraire) marquent les chemins souvent fortement balisés de la lecture et de la lectrice. Pratiques et représentations iconographique et littéraire se trouvent ainsi associées en une triple perspective, sociologique, historienne et littéraire.

  • 4 Umberto Eco, Lector in fabula-Le rôle du lecteur, Grasset, Biblio Essais, 1979.

4On peut, d’ailleurs, s’interroger sur la légitimité d’un colloque portant sur la lecture, tant il peut sembler que les études, en la matière, sont nombreuses. A cela, je répondrai que l’approche qui a été donnée pendant ces trois journées a eu pour fonction de proposer un infléchissement original par rapport à l’étude de la lecture en général, pratique culturelle fondamentale de notre civilisation. Nous sommes partis à la quête d’une « lectrice in fabula », pour plagier l’expression d’Umberto Eco 4. Pas seulement la lectrice in fabula, dont les multiples représentations ont de fortes implications sur un lecteur ou une lectrice séduits, possédés parfois par un appétit de dévoration sans fin : l’étude, grâce à la présence d’historiens, se fait aussi en amont, pour qu’il y ait lectrice, il faut des livres, des bibliothèques mais il faut, également, un accès permis ou transgressif à la lecture. Les historiens ont montré que le rapport féminin à la pratique des langues et du savoir en général, est modalisé par des accès réglementés à la lecture. Interdits ou recommandations balisent le chemin dangereux de la lecture féminine. Seules quelques personnalités, sur l’ensemble d’une population féminine, pour des raisons qui tiennent souvent à un environnement familial propice, à une situation personnelle d’autonomie et d’indépendance, à un puissant appétit d’ouverture intellectuelle, ont pu franchir les obstacles. Pour ces femmes, la lecture a été un lieu de liberté, de savoir, de plaisir déclaré, parfois, le plus souvent en revanche, il est tenu secret ! Nombre de travaux montrent que la lecture constitue un tremplin vers une autre activité à caractère privé, solitaire ou réduite à un cercle familial, amical, l’écriture épistolaire dont on comprend qu’elle a été un facteur important pour échapper à l’ennui, la solitude d’une vie féminine sans intérêt particulier. Elle a été un puissant vecteur de sociabilité féminine par le partage d’émotions communes. La lecture et ses bénéfices a été un outil d’intégration, de passage de la sphère privée à la sphère publique grâce à la reconnaissance des talents auctoriaux féminins. Mesdames Dacier, de Graffigny, de Charrière, Roland, parmi les plus proches, Christine de Pizan, Marguerite de Navarre… L’éloignement dans le temps marque les restrictions, les amplifie. Seules subsistent quelques femmes singulières, illustres…

* * *

  • 5 Voir, à ce sujet, la revue Dix-huitième siècle, « Littératures populaires », 1986, PUF, n° 18, l’ar (...)

5Quelle justification épistémologique ? Elle est de l’ordre de la prise en compte de la différenciation comme critère d’analyse, non exclusif, je l’admets bien volontiers, mais nécessaire et déterminant. Il a été beaucoup traité du lecteur, considéré souvent comme une masse indistincte, la considération essentielle qui a longtemps prévalu a été de l’ordre de la catégorisation sociale. Je pense, en particulier aux travaux importants menés sur la littérature et le lectorat populaires, expressions à employer avec prudence car elles manifestent un ethnocentrisme culturel dangereux, J. Quéniart qui a ouvert nos travaux a bien mis en évidence la limite incertaine entre « édition » populaire et « édition » savante 5.

6Le critère social est toujours opératoire et les différents travaux de ces trois journées interrogent une pratique savante, la pratique d’une femme lettrée, le champ historique qui est le nôtre en est la cause, pratique de lecture qui, en une double dynamique, conduit à une production littéraire, à l’écriture, pour un interlocuteur réel par la relation épistolaire, ou fictif dont rend compte la fable à l’intérieur desquelles il est souvent fait mention de la lectrice et de l’acte de lecture, en des représentations qui évoluent au fil des siècles. Peu à peu, s’élaborent des stratégies auctoriales qui montrent à l’évidence la prise en compte de l’émergence d’un public littéraire, d’un lectorat sur lequel s’appuie l’auteur en quête d’adhésion à son projet. Les lettres de madame de Sévigné sont un bon exemple de la recherche d’une coopération interprétative de la part de sa lectrice privilégiée, madame de Grignan, sa fille mais aussi d’un public plus large dont elle savait fort bien qu’il attendait ses propos avec impatience.

7La bibliothèque lue, je reprends, ici, une expression de J. Goulemot, interpénétration entre l’expérience littéraire acquise et l’expérience quotidienne de chacun, active un phénomène d’innutrition que la parole féminine, en particulier, mentionne à maintes reprises dans ses propos, en un souci de justification référentielle mais aussi, devant être comprise, en certaines occasions, comme une démarche d’allégeance à l’égard d’une parole masculine. La question de l’intertextualité est fondamentale dans l’étude de la lecture féminine, elle révèle des constructions autodidactes dont les lectrices font fréquemment mention. Etre lectrice est le premier acte identifié, déclaré par les auteures menant à l’écriture. Le rapport au livre, à la lecture devient création. Les femmes dépassent alors la seule compétence autorisée, le savoir lire. Le rapport féminin à la lecture se double d’un rapport féminin à l’écriture, cette question a été maintes fois évoquée au cours de ces trois journées.

8Il faut cependant remarquer que le passage de la lectrice à l’écrivaine convie à un autre passage : les livres de femme ont beaucoup été écrits d’abord pour d’autres femmes, complicité affective, mise en commun d’intérêts privés, sentimentaux ou familiaux qui se dévoilent plus encore dans la correspondance. Cette situation particulière explique le caractère spécifique de nombre d’ouvrages de femmes jusqu’à la fin du xviiie siècle. Œuvres éducatives, roman pédagogique, théâtre à caractère édifiant, traités de morale, de savoir vivre, d’hygiène, fiction centrée sur des destins de femme : production classée dans un espace dévalorisé de l’activité littéraire. La réduction imposée de l’espace féminin de la lecture va de pair avec la dépréciation portée sur l’écriture des femmes.

9Plusieurs travaux montrent l’importance de l’enjeu identitaire que représente et la lecture et l’écriture. Du Moyen Age à la période des Lumières qui opère une clôture historique étant donné la périodisation du colloque, nous constatons un mouvement important de double appropriation : celle des femmes lisant se construisant ainsi une identité qui les amène à la posture d’un sujet écrivant et celle des hommes écrivant pour des femmes à partir desquelles il fonde leur discours, phénomène qui connaît une amplification particulière au xviiie siècle. L’exemple de La Nouvelle Héloïse est remarquable mais non singulier. L’ouvrage mêle habilement lecture de divertissement, pédagogique et de salut (J. J. Rousseau déclare, dans son Entretien sur les romans entre l’éditeur et un homme de lettres, qu’il choisit d’écrire un roman plutôt qu’un traité, il a « changé de moyens mais non pas d’objet »). La captation de la lectrice, sciemment recherchée, abolit la distance entre l’imaginaire et le réel : le roman se transforme en hagiographie. La conduite de séduction, par la représentation idéalisée du personnage féminin, par le choix d’une cible, la lectrice, opère et captive sens et intelligence. Julie peut être considérée comme un modèle exemplaire de figurations des lectrices qui lui succèderont. Dans un registre différent, le roman libertin construit lui aussi sa propre hagiographie dont les visées se veulent tout aussi opérantes : songeons à Thérèse philosophe, élève de la nature, lectrice libertine, lectrice philosophe…

* * *

10Prendre en compte la lecture des femmes en englobant pratique et représentation, son historicité, ses évolutions, tel a été l’objet de ce colloque. Les paroles émises au cours de trois belles journées nous convient maintenant à devenir des lecteurs, lectrices, ravis, possédés par la lecture de ce recueil.

Notes

1 Nies, Fritz, Imagerie de la lecture, exploration d’un patrimoine millénaire de l’Occident, Paris, PUF, 1995.

2 Je vous renvoie, à ce sujet, à l’ouvrage de Nathalie Ferrand, Livres et lecture dans les romans français du xviiie siècle, PUF, Ecriture, 2002.

3 Voir R. Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien-Régime, Seuil, 1987.

4 Umberto Eco, Lector in fabula-Le rôle du lecteur, Grasset, Biblio Essais, 1979.

5 Voir, à ce sujet, la revue Dix-huitième siècle, « Littératures populaires », 1986, PUF, n° 18, l’article de Jean Quéniart, « Un enjeu de la pastorale religieuse », pp. 65-74.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540