Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

III. Enjeux

Grandeurs et décadences de la poésie française dans l’histoire littéraire de Lanson

Luc Fraisse

Texte intégral

  • 1 Annales littéraires et politiques, 1909.
  • 2 Hachette, collection des « Grands écrivains français », 1906.
  • 3 Hachette, 1887.
  • 4 Hachette, 1920.
  • 5 Hachette, 1898.
  • 6 Hachette, l892.

1Peut-on expliquer par l’histoire littéraire les floraisons et les déclins d’écoles poétiques – le sommeil et le réveil alternatifs des Muses ? Telle est la question que nous voudrions ici poser, à travers l’Histoire de la littérature française de Lanson. Mais pour ce faire, il nous faudra en préambule traverser une autre interrogation : est-il opportun de poser cette question précisément à Lanson ? Celui-ci en effet pourrait être plus facilement tenu pour un spécialiste de la prose que de la poésie : en témoignent son très fin ouvrage L’Art de la prose1, mais aussi sa prédilection pour l’esprit et le style de Voltaire, auquel il a consacré une monographie2. En fait de poésie, il privilégierait la dramatique, et ce depuis sa thèse sur Nivelle de La Chaussée et la comédie larmoyante3 qui préparait déjà sa très riche Esquisse d’une histoire de la tragédie française4, en passant par le Corneille5. Point d’histoire de la poésie française en revanche, à peine une monographie sur un poète, le Boileau6 qui intéresse surtout la doctrine du classicisme.

  • 7 Librairie Champion.
  • 8 Paris, Eugène Figuière et Cie.
  • 9 Hachette. 1915.
  • 10 Revue Suisse et Bibliothèque universelle, décembre 1882.
  • 11 Revue universitaire, 15 avril 1896.
  • 12 Ibid., 15 janvier 1900.
  • 13 Revue d’Histoire littéraire de la France, t. XIV, 1907, p. 163-167. L’ouvrage d’Albert Cassagne, in (...)
  • 14 « La poésie contemporaine : M. Stéphane Mallarmé », Revue universitaire, 15 juillet 1893. Voir auss (...)

2Cette sorte de réserve s’explique, on le verra dans un instant, par les rap particuliers que Lanson prête à la poésie et à la France, mais aussi par une répugnance plus générale à réfléchir sur les genres, qui étaient la spé de Brunetière, le maître bientôt dépassé, et dont l’étude comportait en outre le risque de faire retomber la jeune histoire littéraire dans les clas de l’ancienne rhétorique. Mais l’auteur de l’Histoire de la littérature française ne néglige nullement pour autant de s’interroger sur l’évolution de la poésie en France : il préface, en 1916, la traduction de l’Essai sur l’histoire du vers français de Hugo Paul Thieme7, et déjà en 1913, une Anthologie des poètes nouveaux8 ; son édition des Méditations poétiques de Lamartine9 a longtemps constitué un modèle. Dans le détail, la poésie du xvie siècle suscite en lui l’exercice de plusieurs disciplines : l’histoire des thèmes lorsqu’il étudie « La religion de Marot » dès 188210, la biographie littéraire lorsqu’il examine « Marguerite de Navarre et ses dernières poésies »11, l’étude des sources lorsqu’il se demande « Comment Ronsard invente »12. Le xixe siècle lui inspire diverses enquêtes sur la génération romantique, mais aussi sur le milieu du siècle lorsqu’il rend compte de La Théorie de l’Art pour l’art d’Albert Cassagne13, enfin sur la poésie alors toute contemporaine, notamment à travers une étude écrite à chaud sur Mallarmé en 189314.

  • 15 Revue du mois, 10 octobre 1910, p. 385-413.
  • 16 Art. cit., reproduit dans les Essais de méthode de critique et d’histoire littéraire rassemblés et (...)
  • 17 Gustave Lanson, Histoire de la littérature française (1894), Hachette, 17e édition, 1922, XVIII-126 (...)

3En dépit de quelques embûches donc, Lanson se trouve assez fréquemment mis en présence des poètes français : et ces poètes, il les aborde, non selon la méthode classificatoire de la rhétorique, mais au point de vue de l’évolution historique. Dans son texte canonique (mais trop oublié) sur « La méthode de l’histoire littéraire »15, le codificateur de la discipline postule que celle-ci se subdivise en une histoire des genres, une histoire des courants intellectuels et une histoire du goût16. Ces trois approches se conjuguent dans l’Histoire de la littérature française, parue chez Hachette en 1894, mais dont il convient d’utiliser l’édition la plus complète, la dix-septième, révisée par Lanson en 1922, qui nous servira pour l’essentiel de référence17. Lanson se livre à une approche rationnelle de la poésie, du phénomène poétique faudrait-il dire, et il faut d’abord dénombrer les composantes qui, selon lui, doivent être présentes pour qu’il y ait poésie ; car dès lors, c’est, on le verra, l’émergence ou l’éclipse de ces composantes qui déterminera, à ses yeux, les périodes de déclin, ou au contraire d’apogée, de la création poétique en France ; ainsi apparaîtront pour finir les leçons que ces sommeils et ces réveils de la Muse francaise peuvent livrer à la discipline même de l’histoire littéraire.

***

4Qu’est-ce que la poésie ? La question est si vaste qu’elle serait rendue vaine si précisément, les réponses relativement simples qu’y apporte Lanson ne suffisaient à définir par la suite, et ce par le simple jeu de leur combinaison, l’essor ou le déclin des écoles poétiques.

5Aucun chapitre, à vrai dire, de l’Histoire de la littérature française, n’est consacré à cette question ; mais elle est implicitement posée puisqu’on rencontre des éléments de réponse, échelonnés sur toute la surface de ce vaste récit ; bornons-nous aux réponses essentielles. La poésie incarne d’abord la part féminine qui se trouve dans la nature humaine. La section de la partie sur le Moyen Âge intitulée « Ancien lyrisme français » explique les origines de notre poésie lyrique par la place de la femme dans la civilisation médiévale : « Il était naturel que la femme, à qui, surtout en ce temps-là, l’action était interdite, vécût un peu plus de rêves et d’émotions et les épanchât en poésie. À la femme, en effet, se rapportent les origines de notre littérature lyrique » (p. 83).

6La spécificité de la poésie repose en fait sur une tournure d’esprit double, qui suppose l’attention au concret et l’épanchement des émotions. La poésie naît à la fois des « formes figuratives des choses concrètes » et des « propriétés évocatrices des émotions » (p. 840). Une œuvre sera poétique si et seulement si l’on y rencontre « des sensations personnelles et de la nature observée » (p. 850), qui sont présentes même dans la poésie antiquisante d’André Chénier, ce qui lui confère toute sa profondeur. Le poète est celui qui sait communiquer « les impressions de son âme » (p. 841). Aussi l’ennemi de la poésie est-il l’abstraction, la notion pure, qui à la fois dérobe le concret et oblitère l’impression personnelle. Parallèlement au raisonnement abstrait qui la volatilise, la poésie est au fond une pensée par images, dont Victor Hugo est le meilleur représentant (p. 1055). Voilà qui explique un jugement qui peut faire sourire, quand Lanson recueille de son ancien maître Brunetière la leçon, selon laquelle « pour établir la valeur d’un poète, il suffit presque de l’interroger sur trois points : comment a-t-il parlé de la nature, de l’amour, de la mort ? » (p. 243). Observation et sentiment personnel, tout est là dans ces thèmes.

7La poésie se définit encore, non plus dans son essence, mais dans sa réalisation, comme une expression détournée des choses. Lanson y voit un danger intrinsèque au genre : « rendre l’idée par l’expression la plus éloignée de l’idée », et dès lors peut-être à terme « prendre le contre-pied de la nature » (p. 147). Ici, il apparaît que le poète est celui qui n’a « rien à dire » et qui, n’ayant rien à dire, se fait « adroit tisseur de rimes et enlumineur de mots », afin de détourner « du fond vers la forme l’attention de son public » (p. 148). Ce danger a toutefois pour revers, ou pour avers, le fait que la poésie incarne, au sein de la littérature, l’une de ses tendances qui est la recherche de la perfection de la forme, qu’il ne faut jamais oublier si l’on veut comprendre la création poétique. L’oublier, c’est ce qu’a fait justement Nisard : « s’il sent la perfection artistique de la forme chez les écrivains du xviie siècle, il réduit la littérature à l’analyse psychologique et au discours moral. Il entend la poésie de telle façon qu’il en élimine l’élément poétique » (p. 941). Or, cette perfection de la forme poétique n’est pas seulement architecturale, car pour finir, la poésie est essentiellement musique : elle forme « un dessin mélodique » (p. 1132), et « sa vraie nature d’art » se livre dans « l’accompagnement musical uniquement et exclusivement propre à chaque vibration intime de l’être » (p. 1133).

8Assurément, ces quelques éléments ne suffiraient pas même à ébaucher un traité d’esthétique. Mais pour l’historien de la littérature, nous tenons là toutes les clefs permettant de comprendre l’essor et le déclin des grandes époques de la poésie française.

9Les floraisons poétiques peuvent-elles dans une certaine mesure s’expliquer ? Lanson en a connu une de son vivant, celle de la poésie symboliste. Le témoin direct qu’il fut ne peut ici expliquer exactement le pourquoi, mais il peut du moins décrire le comment. Il a vu, autour de 1885, la double réaction au Parnasse et au réalisme, créatrice d’un grand mouvement d’ensemble :

Des jeunes, groupés en écoles ou en coteries, autour de quelques revues batailleuses, ont déclaré la guerre à la tradition de la poésie française et annoncé l’aurore d’une poésie nouvelle. Le public a connu cette agitation par les étiquettes voyantes de poésie décadente, ou symboliste, ou romane ; il a entendu parler de vers libérés, libres, ou polymorphes. Il a entendu porter aux nues, avec Baudelaire, qui était mort, deux vivants, Mallarmé et Verlaine : les vers énigmatiques de l’un, la vie scandaleuse de l’autre l’ahurissaient. La bizarrerie et l’obscurité des œuvres, le fracas fumeux des doctrines, le nombre des noms étrangers parmi ces restaurateurs de la poésie française, la légèreté railleuse des informations des journaux, plus occupés d’amuser le lecteur que de l’éclairer, tout, pendant un temps, fit croire qu’il n’y avait là qu’une immense mystification, ou une immense prétention, une furieuse réclame, et un magnifique avortement. En réalité le mouvement était sérieux et fécond, et la révolution tumultueuse enveloppait une très raisonnable évolution. (p. 1128-1129)

10Pour les époques lointaines, beaucoup de documents sont à la disposition de l’historien, qui toutefois n’obtiendra jamais la synthèse mentale qu’on vient de lire sous la plume d’un témoin qui a traversé un réveil des Muses. Quelles conditions accompagnent néanmoins de tels réveils ? Au plan général, une renaissance poétique prend volontiers son essor sur un fond de civilisation déjà raffinée, et ce dès les origines médiévales de la poésie française : « Aux primitives et brutales ardeurs de la société féodale correspond l’épopée guerrière et chrétienne, à la délicatesse de ses mœurs adoucies une poésie romanesque ou lyrique » (p. 12-13).

11L’éclosion poétique résulte du rapport harmonieux entre un certain type de société et certaines formes poétiques, comme on le voit durant le premier xviie siècle, au temps des poètes et romanciers précieux : « Comme la société est très intelligente et très avide du plaisir littéraire, on voit éclore alors une prodigieuse abondance de sonnets, de rondeaux, d’élégies, de chansons, de stances, dont la galanterie en général fait le fond » (p. 384). En un sens, il faut donc à la poésie renaissante un temps de paix et de loisir : Lanson explique l’éclosion du lyrisme provençal, à la fin du xie siècle, par l’ouverture d’une ère paisible, à l’origine d’une littérature où domineront l’harmonie et l’amour (p. 84). Même le personnage du poète famélique est sécrété, par contraste, au moment où se mettent en place les sociétés prospères (p. 111).

12Disons plus précisément qu’il faut que la culture donne lieu à une intense activité, – ce qui n’exclut donc pas le rôle des périodes plus agitées dans certaines floraisons poétiques, comme celle, au xvie siècle, de l’école lyonnaise : « La vie de l’esprit y était intense [à Lyon, au xvie siècle] : dans ce monde inquiet et ardent, les poètes étaient nombreux, et les poétesses presque autant » (p. 276). De son côté, l’essor du romantisme est à l’évidence lié à la chute de l’Empire « qui, fermant brusquement la réalité aux activités inquiètes et aux ambitions énormes, les dériva vers le rêve et l’exercice de l’imagination » (p. 936). De toute façon, le réveil des Muses se rattache toujours à la vie nationale, comme le montre le cas de l’épopée, genre où collaborent l’entreprise poétique et un réveil national, – au point que la signification de la Franciade semble à Lanson résider plus dans le bruit qui précéda cette œuvre que dans l’œuvre elle-même (p. 287). À l’inverse, le renouveau semble parfois naître du plus étroit bureau d’esprit, – tel celui de Malherbe : « Dans sa chambre de l’hôtel de Bellegarde, dont les six ou sept chaises étaient toujours occupées, il donnait des arrêts qui décidaient du sort des mots » (p. 360) ; mais si l’on y regarde de plus près, les choses ne sont pas aussi particulières, car dans le fond Malherbe « exprimait le besoin de paix, d’ordre, de discipline, qui était celui de toute la France » (p. 364).

13À court terme, la nouvelle école est souvent née d’une réaction à un état de la littérature, parfois aussi de la société, une réaction quelquefois si locale que la postérité n’en conserverait pas, sans le travail de l’historien, la mémoire ; mais comment oublier par exemple que le romantisme s’est élaboré en réaction au rationalisme de l’âge précédent (p. 13), ni que le symbolisme est né par réaction au scientisme contemporain (p. 1106 et 1115) ? Dans ce cas, l’exigence de renouveau s’appuie souvent sur une redécouverte du passé, ce qui explique l’engouement pour l’Antiquité que l’on retrouve à la source de plusieurs floraisons poétiques, de la Pléiade à André Chénier, ce dernier semblant incarner en lui seul ce phénomène général de la poésie française, car « l’antiquité, je pourrais dire l’archéologie et l’art grec, ont leur poète à la fin du xviiie siècle, le plus grand, le seul grand de tout le siècle : et nous voici conduits à André Chénier » (p. 847). Plus précisément, Chénier nous donne, par sa création poétique, à comprendre cette loi essentielle, qu’une poésie antiquisante ne peut prendre son essor que si le poète se réapproprie intimement l’Antiquité, et la recrée de l’intérieur (p. 849-850). C’est ce qu’a su faire le poète des Bucoliques et des Élégies. Ce qui veut dire que les floraisons poétiques mettront toujours en œuvre un problème, celui d’établir un lien, d’instaurer une cohérence, entre imitation et originalité. Ce n’est donc pas un hasard si Chénier a concentré son attention sur cette question, entre autres dans son poème L’Invention, car dès l’époque de la Pléiade, la question est de savoir si « la force du tempérament est capable de soulever ou d’écarter la masse énorme des réminiscences » (p. 284), dans la mesure où seul un tel effort peut être source de « cette véritable invention qui ne consiste pas à créer la matière, mais à lui donner âme et forme » (p. 286).

14Il ne faut pas en outre que cet héritage culturel entrave une authentique observation du monde réel qui, on s’en souvient, est une composante fondamentale de la poésie : et de fait, si l’on peut une fois du moins voir se préparer l’éclosion d’une école poétique, c’est celle du romantisme, dont les méditations lyriques ont été annoncées, à la fin du xviiie siècle, par l’apparition des rêveries sur les paysages (p. 839). L’ouverture à la réalité, et notamment à la nature, constitue donc une circonstance de renouveau dans l’histoire de la poésie française.

15De Ronsard à Chénier, il est apparu que les renaissances poétiques sont aussi affaire de tempéraments de poète. Du Bellay n’a pas exactement le tempérament propre aux renaissances poétiques (p. 286), mais Ronsard en est doté (p. 287), comme plus tard Victor Hugo, car si « Du Bellay n’avait pas l’étoffe d’un chef d’école : il avait trop de délicatesse, trop de facilités à suivre ses goûts », au contraire « par la force du talent, par la splendeur de l’effort, par l’éclat du succès, Ronsard est le maître de la poésie du xvie siècle ». Par son tempérament, un Charles d’Orléans peut imposer sa figure isolée au milieu d’une décadence générale, parce qu’il incarne « un type si complet et si pur, qu’il est unique en son temps » (p. 169-170). Chénier précisément joue un rôle semblable, sinon que lui accompagne une renaissance générale : « nous verrons reparaître inopinément la poésie et l’art avec André Chénier » (p. 644).

16Il serait juste de dire qu’en fait, une renaissance poétique résulte de la combinaison de plusieurs au moins de ces facteurs. La Pléiade semble ainsi née de trois circonstances : l’étude à l’origine d’un corps de doctrine ; la condition sociale de ces poètes qui leur donnait de l’ambition ; et l’opposition au milieu ambiant, comme aussi à Marot, poète de Cour et poète populaire (p. 277-278). Trois circonstances semblent de même réunies pour expliquer le rôle déterminant que s’est trouvé jouer Malherbe : de s’inscrire contre l’époque qui précède (« Malherbe fit la liquidation générale du xvie siècle ») ; de s’harmoniser au contraire avec ses contemporains (« il était de son temps ; et c’est pour cela qu’il réussit ») ; de travailler sur un double registre : « Il fut grammairien autant que poète ; il se donna pour mission de réformer la langue et le vers » (p. 360). Cette dernière circonstance est d’importance : une renaissance de la création poétique résulte le plus souvent d’une rénovation conjointe de la langue et du vers, chez Malherbe, mais déjà dans la Défense et illustration de la langue française, puis chez Chénier encore, et même dans l’essor du romantisme (p. 942). La réussite de Malherbe donnerait ainsi le schéma complet des renaissances poétiques en France. Mais le romantisme l’incarne mieux encore : il nous donne accès à une poésie pure, peut-être même à la pure poésie, dégagée enfin aussi bien des réminiscences culturelles que de l’emprise mondaine et de la rhétorique (p. 936 et 943), si bien qu’il ne lui reste à manifester qu’une essence, au-delà même des genres (p. 943), une essence qui récupère l’abstrait, mais pour se faire chant (p. 945). Toutes les composantes essentielles de la poésie sont enfin harmonieusement réunies.

17 A contrario, nous détenons maintenant toutes les clefs nécessaires pour comprendre les échecs et les décadences poétiques. L’éclipse d’une composante suffit au déclin général. Parce que la poésie est observation du réel, elle s’affaiblira chaque fois que la littérature reposera davantage sur un héritage et surtout une convention culturels : Lanson a plusieurs fois insisté dans l’Histoire de la littérature française (p. 494-495) comme dans le Boileau, sur le fait que l’auteur des Satires était un grand poète réaliste brimé et amoindri par les contraintes antiréalistes de son siècle. Mais la poésie est aussi sensibilité personnelle : aussi sera-t-elle mise en difficulté, et donc devra se trouver des chemins particuliers, chaque fois que le moi ne peut occuper le premier plan, au Moyen Âge et au xviie siècle, chaque fois aussi que la spéculation intellectuelle prend le pas, au xviiie siècle notamment. Mais à ces composantes explicatives, il manque encore la dimension du temps pour être déterminantes. Aussi un échec poétique peut-il être dû – l’exemple de Boileau (qui n’est pas celui d’un échec, mais d’une réussite inachevée) vient de le montrer – à l’anachronisme simple de la tentative poétique dans son siècle : ici, le lecteur reste il est vrai perplexe, dans la mesure où Lanson englobe dans cette loi toute la poésie de la Pléiade. Ronsard introduit trop tôt « le goût des substantifs abstraits mis à la place des adjectifs » (p. 283), que réformera de ce fait Malherbe, mais que les poètes romantiques légue aux romanciers naturalistes, parce que le moment est maintenant venu.

18Mais il y a plus grave, pour menacer la poésie française. C’est, Montesquieu et Vauvenargues l’avaient dit, Balzac même le répétera dans Illusions perdues, l’esprit français. On discute pour savoir si le Français a ou non la tête épique, mais on pose dès le départ sans hésitation que la poésie sera toujours, chez nous, en butte à l’esprit français. La nation française, précise Lanson dès l’ouverture de son ouvrage, est « peu rêveuse, peu poétique, médiocrement artiste, et, selon le degré d’abstraction et de précision que comportent les arts, plus douée pour l’architecture que pour la musique, curieuse surtout de notions intelligibles, logiciennes, constructive et généralisatrice » (p. 8). Ce peu d’aptitudes au départ explique, aux yeux de Lanson, les trois ou quatre floraisons poétiques de notre histoire littéraire (p. 82), c’est-à-dire que la poésie n’y soit pas continue, ni donc naturelle. « L’intelligence en France, ajoute l’historien dans une note de 1922, se mêle à tout, ce qui rend plus rare chez nous que chez d’autres la poésie pure, la notation artistique du sentiment séparé de tout élément intellectuel » (p. 644).

  • 18 L’Art de la prose, op. cit., p. 141-142.

19De là résulte que même dans notre poésie, l’idée est plus importante que le rythme, – par quoi Marot est typiquement français : « Il est bien français encore en ce que l’idée chez lui, si peu de chose qu’elle soit, est la substance même et le tout de la poésie ; le rythme, le mot, n’ont de valeur que par l’idée, et relativement à l’idée » (p. 244). La poésie française creuse en fait un perpétuel débat interne entre pensée et expressivité, – débat interne à la doctrine même de Lanson. On pourrait croire en effet qu’il reprendrait volontiers à son compte le procès intenté à la poésie par Houdart de La Motte, selon lequel le poète déformera nécessairement sa pensée par les contraintes techniques, mais Lanson conclut : « La Motte parle de la poésie comme un aveugle des couleurs » (p. 640). Certes, chez Théodore de Banville, « tout naît de l’allure des mètres et du jeu des rimes ». « Stérile fantaisie » ? L’historien l’a d’abord cru, qui s’objecte pour finir à lui-même : « un poète n’est pas obligé de penser » (p. 1059). Ce que l’on considérait à l’époque comme la fausse floraison poétique du xviiie siècle incarnait l’apogée de ce phénomène français, l’apogée de « la poésie sans poésie » : alors « le vers et le versificateur pullulèrent ; on n’en eut pas plus de poésie et de poètes » (p. 641). Cette poésie apparaît mort-née, parce qu’elle ne peut vivre dans l’atmosphère que lui fait la raison philosophique, qui réclame la prose (p. 641) : de façon significative, l’épigramme permet à cette époque certaines réussites en vers, mais parce qu’on en écrivait beaucoup en prose (p. 643-644). La thèse d’Houdart de La Motte semblerait un instant triompher dans ce « désir du vrai, qui est la marque caractéristique du [xviiie] siècle. De là vient l’effort pour écarter l’affection, la passion, la poésie, choses qui altèrent la perception en déformant les objets »18.

20À ce point de l’enquête sur les causes d’échecs et de décadences poétiques, voici que nous nous heurtons à d’irréductibles contradictions. Une première se joue dans les rapports entre poésie et société. Elles sembleraient solidaires dans l’essor ou le déclin des Muses puisque telle décadence poétique résulte du désintérêt subit d’une classe sociale pour la littérature. C’est ainsi qu’au Moyen Âge, « le lyrisme savant décline » dès que « nos barons se refroidissent et le délaissent » (p. 89) : finie la floraison permise par Aliénor d’Aquitaine. Mais d’un autre côté, il n’est pas certain que la perpétuation d’un climat social favorable eût prolongé pareille floraison, car de façon générale, Lanson note que la mondanité, et la littérature qui en résulte, sont ennemies de l’authentique poésie, en instaurant un idéal qui rejette l’individualité, l’intensité et la sincérité (p. 840), toutes exigences pourtant nécessaires au poète. Que penser dès lors au juste de la poésie de Cour ? En un sens, la poésie se dégrade dans la poésie de Cour, en se mettant au service de la publicité et de la polémique (p. 230), ce qui arrive autour de Louis XII. Ce sont pourtant François Ier, poète lui-même et amateur de poésie et sa sœur Marguerite de Navarre, qui suscitent Marot (p. 231), lequel incarnera la perfection de la poésie de Cour (p. 242), une poésie aux contraintes au fond difficiles : « Pour se faire lire de ces sei et de ces dames qu’entouraient toutes les élégances et que tous les plaisirs sollicitaient, il fallait être bref, pour ne pas ennuyer, clair, pour ne pas fatiguer, spirituel, pour divertir. Pour un public léger, égoïste, il ne fallait pas trop de sérieux ni de douleurs : railler et rire, c’était le mieux. Tout cela, Marot le fit en perfection ». Un milieu littéraire peut au total être aussi contraignant pour les formes poétiques que les règles internes du sonnet.

21L’éclosion poétique, avons-nous vu, résultait volontiers d’une intensité culturelle mêlée d’inquiétude. C’est donc la quiétude des temps qui met en danger la profondeur de la poésie, et la fait doucement entrer en décadence. À un point de vue voisin, le rationaliste qu’est Lanson explique la faiblesse de la poésie lyrique au Moyen Âge par le fait que les interrogations religieuses et métaphysiques sont confiées à l’Église, qui y apporte ses réponses (p. 82-83). Encore l’inquiétude peut-elle contrarier à son tour l’essor des écoles poétiques, que l’on voit en récession notamment en période de troubles – nous sommes ici plus précisément au xive siècle –, parce que l’agitation du présent retient trop l’esprit public pour laisser un champ libre à l’imagination (p. 146).

  • 19 Rappelons que tout l’ouvrage d’Édouard Guitton, Jacques Delille (1738-1813) et le poème de la natur (...)

22Quittant les conditions extérieures, envisageons les critères internes de la poésie. Les mêmes contradictions se rencontrent, dans les causes de son déclin. Il apparaît à Lanson qu’une école poétique se met dès l’abord en danger si elle commence par théoriser avant de déployer sa pratique. Le chapitre consacré aux « Théories de la Pléiade » comporte cette mise en garde préliminaire : « Il est toujours fâcheux pour des poètes de travailler sur des theories arrêtées à l’avance, et de réduire leur génie à l’application méthodique d’un système : mieux vaut que leurs œuvres fassent naître les théories » (p. 278). L’historien a déjà en tête ses sections sur « L’erreur de la Pléiade » (p. 283-284) et sur la « Disparition de Ronsard » (p. 295-297). Mieux vaudrait donc, pour les poètes, se lancer dans l’observation de la nature et l’évocation des sentiments, puisque là est l’essentiel ? Jusqu’à un certain point seulement, car à ce compte, on tombe dans le descriptif, – « le descriptif, ressource ordinaire des inspirations épuisées » (p. 294)19.

23Reste à la poésie le culte de la forme, la perfection formelle. Et de fait, Lanson estime que la Muse lyrique sommeille au Moyen Âge, à cause d’une absence de souci de la forme. Le Moyen Âge reste aveugle à l’héritage poétique de l’Antiquité, – « ce Moyen Âge qui lut les chefs-d’œuvre de la poésie antique sans y remarquer la fine splendeur des formes » (p. 16). Le malheur est qu’il y a par ailleurs récession de l’inspiration poétique chaque fois (et ce dès le xive siècle) que la poésie se donne pour finalités essentielles les difficultés techniques, car alors l’âme se retire de la poésie (p. 146-147). Lanson en conclut même, de façon générale, que pour cette raison, la poésie est par excellence sujette aux décadences, parce que, plus que les autres genres, elle repose sur des exigences formelles, et donc finit toujours par « s’immobilise [r] […] dans la répétition mécanique de quelques procédés » (p. 148).

24On pourrait bien sûr porter les diverses contradictions qui précèdent au compte des prétendues incohérences du lansonisme. Mais elles nous donnent bien autre chose à conclure. Et pour y parvenir, il faudrait lire le passage sur l’éclosion, au Moyen Âge, de la poésie provençale (p. 86-87) : voilà peut-être la première fois, dans la littérature française, que la poésie parvient à un apogée ; mais les conditions mêmes de cet apogée conduisent aussitôt à la décadence, parce que la poésie trouve sa perfection dans ce qui l’achemine vers ailleurs qu’elle-même, c’est-à-dire vers la prose intellectuelle. De même, Malherbe réforme durablement la poésie, il codifie la poésie française, – mais c’est pour ne pas la distinguer de la prose : « Aussi sa doctrine, en dehors des règles techniques du vers, s’applique-t-elle à toute littérature aussi bien qu’à la poésie » (p. 360).

25Ainsi l’esprit français n’explique-t-il pas tout, dans les sommeils et réveils alternatifs de la Muse lyrique en France. Car en fait, Lanson propose une progressive approche du mystère même de la poésie, dont l’essence paraît être de trouver sa perfection dans ce qui la volatilise. Les écoles poétiques éclosent, à la recherche d’un seuil idéal, que leurs œuvres sont sur le point d’atteindre au moment où la poésie se transforme en autre chose qu’elle-même. Dès lors, le trajet à répétition, de l’éclosion à l’apogée, et de l’apogée à la décadence, ne ferait que trouver dans le contexte historique des points d’appui toujours variés, mais suivrait en fait une logique interne à la poésie, une poésie appelée à vivre plusieurs vies dans l’histoire d’une littérature, cherchant à réaliser sa perfection dans ce point volatil.

  • 20 L’Art de la prose, p. 208.
  • 21 Ibid., p. 221.

26Ainsi s’expliquerait pour finir un aspect des floraisons poétiques : celles-ci s’annoncent, semble-t-il, assez souvent par un détour de la poésie hors de ses sentiers spécifiques. La poésie, Lanson la traque, l’appréhende dans son Art de la prose, ce qui n’est pas si paradoxal, si l’on suit son analyse des prodromes du romantisme. Voici, décrite dans cet ouvrage, la fin du xviiie siècle : « Au moment où le vers est encore ligoté par les règles classiques, la prose, vraiment, se met à faire toutes les fonctions du vers »20. Si bien que l’on constate qu’à cette époque de transition, la renaissance du vers passe par la prose : « il faut remarquer que Chateaubriand a compris, avant les poètes romantiques, la valeur de l’épithète, non pas morale, ni non plus vague, mais imprécise, illimitée, de l’épithète non formelle, qui efface au contraire le contour et ajoute une impression d’immensité »21. Et voici naître l’école romantique d’un groupe de prosateurs assisté d’un poète :

  • 22 Ibid., p. 222.

Chateaubriand, par son maniement de la prose, livrait au poète le secret du remaniement du vers. Le réalisme, à la fois coloré et plastique de Bernardin de Saint-Pierre, aidé de l’art pompéien de la fin du xviiie siècle, avait montré la voie à André Chénier : des épithètes infinies de Chateaubriand et des profondes harmonies de sa phrase sortira l’art des poètes romantiques.22

27Ici, la Muse lyrique se réveille par la prose ; souvent aussi, un renouveau de la poésie nationale s’annonce par un dialogue intensifié entre les arts. Juste avant l’éclosion du romantisme, quels sont, demande un titre de chapitre de l’Histoire de la littérature française, les « Signes de la prochaine transformation » ? L’éveil des sens qui ouvre la littérature aux autres arts : Diderot vient de montrer la voie (p. 835), et dans son sillage, « les littérateurs hantent les peintres, les sculpteurs, les architectes ; les uns et les autres font échange de pensées, de goût, d’idéal » (p. 835). Mais voici qui est essentiel pour l’éclosion poétique : « Alors commence le règne de la musique, où l’on savoure le maximum de puissance émotionnelle uni au minimum de détermination intellectuelle » (p. 837), – ce qui nous rapproche de l’essence de la poésie telle que l’a définie Lanson lui-même. Essence inobservable si l’on veut la fixer, la poésie, avant de naître à elle-même, séjourne un moment dans une forme d’art voisine, et ce transfert, mieux qu’un apogée, lui permettra durablement d’exister.

***

28Lanson, qui n’est pas Brunetière, ne peut que se réjouir de ce mystère, à la faveur duquel la poésie déjoue la classification des genres, selon l’esthétique précisément romantique du temps. Il est vrai que l’histoire littéraire a partiellement été mise à mal, dans cet examen des éclosions et des décadences poétiques. À cause d’elles en effet, l’inspiration poétique reste rebelle aux périodisations, souci majeur de la nouvelle discipline : « on ne sait trop où arrêter la poésie lyrique du Moyen Âge » (p. 120). On ne sait trop non plus ce que deviennent les concepts hérités de Taine de milieu et de moment : oui, Malherbe, on l’a vu, arrive au bon moment, mais presque jamais l’éclosion d’un poète n’est explicable par le milieu : « Si l’on veut se rendre compte des restrictions que comporte la théorie des milieux, de l’effrayant inconnu que nulle détermination scientifique des œuvres littéraires ne peut réduire, il ne faut que considérer les deux plus purs poètes de notre xviie siècle : La Fontaine et Racine. Ils sont tous deux Champenois » (p. 555), – mais combien différents ! L’essence de la poésie semble bien se situer hors du champ de l’histoire des idées, et révèle en outre le rôle primordial, dans la création littéraire, de la singularité du créateur.

  • 23 Pour plus d’explications sur ce point, voir notre article intitulé « La définition du grand écrivai (...)

29Tels que les aperçoit à son époque Lanson, les siècles de notre littérature dessinent une symétrie entre deux pôles : de la Pléiade à Malherbe, les renouveaux poétiques ont tendu vers la codification ; puis du romantisme au symbolisme, vers la transgression. Le xixe siècle constitue en fait le véritable apogée de la poésie, ce qui remet en question la conception pyramidale que se fait, de la littérature française, l’auteur de cette histoire. Car pour Lanson, notre littérature a atteint sa perfection formelle dans l’esthétique classique de Boileau, et sa perfection de pensée dans la philosophie des Lumières incarnée en Voltaire23. Or de renouveaux en décadences, l’histoire de la poésie française se refuse à dessiner une telle toiture, constituée d’un avant préparatoire et d’un après diversifié, répartis de part et d’autre de l’apogée. Lanson est conduit par ses propres principes à penser que la véritable poésie est advenue en France en son temps, dans le romantisme continué par le symbolisme. Ils ont été précédés par une succession heureuse d’essais : par les erreurs de la Pléiade et l’oubli de Ronsard, par Malherbe réduisant la poésie à une technique, et en somme à la prose, par Boileau manquant sa vocation de poète réaliste, par la poésie précieuse que grève l’influence prépondérante du milieu, par la poésie du xviiie siècle que prive de poésie le primat de l’intellect, enfin par une galerie d’« attardés et égarés », de Charles d’Orléans à d’Aubigné puis Chénier, porteurs isolés de flambeaux dans une période de transition. Mais à présent, la poésie autrefois codifiée, a transgressé ses codes après les avoir pleinement assimilés, et si le romantisme a incarné comme l’essence même de la poésie (p. 958), le symbolisme permettra l’éclosion poétique déjà prête pour demain (p. 1137).

  • 24 « La Méthode de l’histoire littéraire », art. cit., repris dans Essais de méthode…, op. cit., p. 46
  • 25 « L’Histoire littéraire et la sociologie », Revue de Métaphysique et de Morale, t. XII, 1904, p. 62 (...)

30Pourquoi enfin la poésie renaît-elle toujours après ses somptueuses décadences ? Parce qu’elle donne à entendre en fait une mélodie continue dans la littérature, celle de la vie rêvée en contrepoint de la littérature réaliste. Et c’est par là que, dépassant la réalité que pourtant elle doit observer, la poésie se trouve – qui le croirait ? – rencontrer l’histoire littéraire qui lui semble d’abord si étrangère. Une histoire littéraire qui dépasse l’héritage de Mme de Staël continuée par Villemain, en ces termes : « La littérature est l’expression de la société : vérité incontestable, qui a engendré bien des erreurs. La littérature, souvent, est complémentaire de la société : elle exprime ce qui nulle part ailleurs ne se réalise, les regrets, les rêves, les aspirations des hommes »24. Parce que « la littérature est complémentaire de la vie », qu’elle « exprime aussi souvent le désir, le rêve, que le réel »25, ne peut-on penser que pour Lanson, la poésie offre la quintessence de toute littérature, et comme la fin dernière à atteindre par les enquêtes d’histoire littéraire ? Héritier du romantisme, témoin de la floraison symboliste, attentif au mystère qui se joue et se dérobe dans l’éveil toujours renouvelé de la Muse française, Lanson suspend sa plume d’historien, au seuil du xxe siècle, parce qu’il attend toutes les révélations de la poésie de demain.

Notes

1 Annales littéraires et politiques, 1909.

2 Hachette, collection des « Grands écrivains français », 1906.

3 Hachette, 1887.

4 Hachette, 1920.

5 Hachette, 1898.

6 Hachette, l892.

7 Librairie Champion.

8 Paris, Eugène Figuière et Cie.

9 Hachette. 1915.

10 Revue Suisse et Bibliothèque universelle, décembre 1882.

11 Revue universitaire, 15 avril 1896.

12 Ibid., 15 janvier 1900.

13 Revue d’Histoire littéraire de la France, t. XIV, 1907, p. 163-167. L’ouvrage d’Albert Cassagne, intitulé précisément La Théorie de l’Art pour l’art en France chez les derniers romantiques et les premiers réalistes, avait paru chez Hachette en 1906 (IX-487 p.).

14 « La poésie contemporaine : M. Stéphane Mallarmé », Revue universitaire, 15 juillet 1893. Voir aussi « The new Poetry in France », The International Monthly, octobre 1901.

15 Revue du mois, 10 octobre 1910, p. 385-413.

16 Art. cit., reproduit dans les Essais de méthode de critique et d’histoire littéraire rassemblés et présentés par Henri Peyre, Hachette, 1965 ; voir p. 45.

17 Gustave Lanson, Histoire de la littérature française (1894), Hachette, 17e édition, 1922, XVIII-1266 p. Pour ce seul ouvrage, sur lequel s’appuie l’essentiel de notre analyse, les réfé de pages seront désormais données dans le texte.

18 L’Art de la prose, op. cit., p. 141-142.

19 Rappelons que tout l’ouvrage d’Édouard Guitton, Jacques Delille (1738-1813) et le poème de la nature en France de 1750 à 1820 (Klincksieck, 1974), propose une analyse et une discussion fouillées de ce problème.

20 L’Art de la prose, p. 208.

21 Ibid., p. 221.

22 Ibid., p. 222.

23 Pour plus d’explications sur ce point, voir notre article intitulé « La définition du grand écrivain dans l’histoire littéraire de Lanson », dans le numéro spécial de la Revue d’Histoire littéraire de la France sur Les Hiérarchies littéraires (1999, n° 3) que nous avons dirigé.

24 « La Méthode de l’histoire littéraire », art. cit., repris dans Essais de méthode…, op. cit., p. 46.

25 « L’Histoire littéraire et la sociologie », Revue de Métaphysique et de Morale, t. XII, 1904, p. 621-642 ; repris dans Essais de méthode…, ibid., p. 74.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540