Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éveil des Muses

 | 
François Moureau
, 
Madeleine Bertaud
, 
Catriona Seth

II. Poétiques

Un poème pastoral-épique à Genève en 1789 : La Franciade de François Vernes

François Rosset

Texte intégral

  • 2 Partie centrale d’un retable réalisé pour la cathédrale Saint-Pierre à Genève, ce tableau a notamme (...)

1Au Musée d’Art et d’Histoire de Genève, on peut voir un tableau bien connu du peintre souabe Conrad Witz, La Pêche miraculeuse (milieu du xve siècle)2. Le Christ auréolé attend, sur le rivage, des apôtres affairés dans leur barque, hissant un filet plein de truites et de brochets ; saint Pierre, lui, s’est déjà précipité vers le Maître et s’enfonce maintenant dans l’eau jusqu’aux aisselles. La scène est saisie dans la promptitude de l’instant, alors que l’eau est calme tout autour et le paysage imperturbable. Nous ne sommes toutefois pas en Galilée ; aux berges de Tibériade, le peintre a substitué la rade de Genève, garnie de bâtisses diverses, entourée de champs et de bocages au flanc des collines, dominée, dans le fond, par la masse blanche et accidentée des Alpes. Dans sa vivacité même, l’épisode évangélique est figé au cœur d’un espace exprimant la sérénité d’un monde qui a rejeté dans le lointain, mais sans les abolir, la froidure et la hauteur inquiétantes des glaciers.

  • 3 La Franciade ou l’ancienne France. Poëme en seize chants par M. Vernes, Fils, Citoyen de Genève, La (...)
  • 4 Article « Vernes » (Jacob), Paris, À la Librairie historique, t. XXVIII, 1825, p. 186-187.

2D’une certaine manière et mutatis mutandis, on pourrait comparer au procédé du peintre l’opération tentée par François Vernes (1765-1839) dans La Franciade ou l’ancienne France. Poème en seize chants, publié en deux volumes à Lausanne en 17893. Mais là, c’est tout à la fois la Genèse, l’Iliade et le Paradis perdu qui se trouvent replacés, sous l’autorité de Jean-Jacques Rousseau, de Salomon Gessner et d’Albrecht von Haller, dans l’enceinte dessinée par les entours du Lac Léman. On pourrait penser avoir dit ainsi l’essentiel de ce poème pastoral-épique développé pourtant sur plus de six cents pages, intéressant à plus d’un titre, amusant ici ou là, saisissant même parfois – mais trop rarement – au détour de telle page plus inspirée. Voilà trop peu de qualités, il est vrai, pour contester l’oubli dans lequel cette œuvre finit par tomber après son unique édition, même si la Biographie nouvelle des contemporains concède à Vernes, encore de son vivant, qu’il « a produit une foule d’ouvrages en prose et en vers. On accorde quelque estime à son poème en seize chants, intitulé La Franciade »4.

3Ce qui est incontestable, en revanche, c’est que ce poème pastoral-épique présente plus d’un trait permettant de le regarder comme un produit littéraire moyen, mais représentatif d’une époque et d’un lieu considérés comme axes organisateurs d’une certaine conscience culturelle. Dans ses pages les plus naïves et les plus ennuyeuses comme dans ses passages les plus réussis, La Franciade révèle comme en miroir l’habitus poetae : les valeurs morales et esthétiques, les modèles littéraires, les figures et les lieux communs dont l’écriture de Vernes se nourrit.

4Le livre s’ouvre sur un épanchement :

Que ces lieux dont J.-J. Rousseaua, le premier, célébré l’enchantement, et dont l’habitant simple et heureux se contente encore de jouir en silence, quoique les richesses de la nature eussent dû y développer, depuis longtemps, toutes celles de l’imagination ; que ces lieux remuent fortement l’âme, qu’ils l’intéressent et l’attachent ! Qu’ils seraient dignes d’avoir été le berceau de l’âge d’or ! À leurs charmes, à leur fraîcheur, on se croit au premier printemps de la terre. (t. I, i)

5Le ton est donné et les conséquences seront aussitôt tirées : il s’agira de laisser l’imagination peupler les bords du Léman des citoyens de l’âge d’or, bergers et bergères comme il se doit, situés dans un temps affranchi de l’Histoire, soit à l’époque des premiers Francs qui ne sont toutefois pas les sujets de Clovis, mais un peuple antérieur, ancêtre des Gaulois :

dans ces temps si justement regrettés, vivaient les peuples pasteurs, appelés Francs, qui portèrent, dans la suite, le nom de Gaulois, puis, reprirent leur nom primitif. Leurs peuplades occupaient tous les pays connus sous le nom de Franciade, dont la France actuelle n’est qu’un démembrement. Le Lac Léman, qui se trouve maintenant aux frontières de ce royaume, était au centre de la Franciade ; elle comprenait les pays qu’on a nommés, depuis, les Gaules, l’Helvétie, la Savoye, le Piémont, l’Italie, tous ces lieux, enfin, que du haut du Mont, l’homme a essayé en vain d’embrasser du regard. (t. I, 2-3)

6Ainsi, deux sommets, deux points de repère se partagent l’autorité sur cet univers pastoral : l’un, littéraire et contemporain, Jean-Jacques Rousseau, l’autre, géologique et immuable, le Mont-Blanc. L’un fournit un slogan à la fois poétique et philosophique, l’autre, un point de vue emblématique. Les bergers qui paraissent à leurs pieds sont non seulement purs et vertueux dans leur simplicité bucolique, mais ils ont aussi d’intéressantes qualités littéraires : ils exécutent des airs, des hymnes et des chants (le héros, Aldée, s’avère le créateur du fameux Ranz des vaches qui s’appelait à l’origine Air du Léman !), mais surtout, ils racontent toutes sortes d’histoires dotant cet âge d’or d’une profondeur chronologique aussi vertigineuse qu’un gouffre alpin, puisqu’elle nous conduira très vite jusqu’à l’avènement du premier homme sur la terre.

7Les bergers (qui portent des noms comme Aldée, Genève, Nyon, Meillerie, Clarens, etc.) sont donc dépositaires d’une genèse qui leur est propre. Créé par la divinité sur une terre encore informe, le premier homme se nomme… Omen. De son reflet sur les ondes du Léman prendra forme une figure inerte à laquelle les baisers et les caresses vont donner vie : c’est la naissance de la femme par les désirs de l’amour. Omen appellera sa compagne Ali ou Charme de la vie. C’est pour célébrer sa beauté que la création sera poursuivie : la lumière ajoute les nuances, la pluie vient arroser les fleurs, de petits animaux peuplent les bocages et les oiseaux se mettent à chanter dans les arbres. Il n’en faut pas plus pour tirer Ali de son premier sommeil. Puis, ce sont les poissons qui apparaissent dans les eaux du lac, le cycle des saisons qui est institué, la lune qui est sus pour adoucir les nuits qu’Ali trouvait trop noires. Les beautés de la nature sont ainsi parachevées par la grâce de l’énergie amoureuse émanant du couple originel.

8Mais pour que l’œuvre se réalise sur toute la terre, il faudra que l’homme et la femme soient transportés dans toutes les contrées : « À chaque retour de l’aurore, Omen et Ali se réveillaient dans une région nouvelle, où leurs désirs faisaient éclore les charmes du jardin de l’Univers » (t. I, 77). Enfin, lorsque la création sera partout accomplie, ils reviendront sur les lieux de leur naissance. Là, ils feront la découverte des sens et comprendront comment se réalisera la promesse qu’un ange leur avait faite au sujet de l’humanité tout entière qu’ils auraient pour descendance…

  • 5 Dans son « Introduction », Vernes se dit très fier de la trouvaille de cette création par les désir (...)
  • 6 Pour une synthèse sur la question, voir André Neyton, L’Âge d’or et l’âge de fer, Paris, Les Belles (...)

9On le voit, Vernes ne manque pas d’imagination5. Au récit fondateur de l’éden dont il n’escamote aucune des composantes canoniques6, il apporte une version rafraîchissante qu’il suspendra toutefois au moment crucial de la chute : le péché originel ne sera pas commis sur les bords du Léman. Dès lors, les bergers vertueux, descendants d’Omen et d’Ali, pourront légitimement peupler le théâtre et le temps de l’âge d’or.

  • 7 « chantre aimable de l’Helvétie, qui formas des accords si touchants sur la flûte pastorale, permet (...)
  • 8 Pour mesurer l’intérêt de ce nouveau récit des origines, on peut se référer au bilan et aux analyse (...)

10Ces bergers, Vernes leur prêtera aussi des capacités d’invention. Ce sont eux en effet qui, poussés par des nécessités et circonstances diverses, vont instituer successivement les techniques et les arts : de la navigation à la sculpture, en passant par l’écriture, le chant, la pantomime, le dessin, l’invention de l’aqueduc et celle de l’arc, la découverte du cheval et celle de la voile, la production des premiers instruments de musique. À chaque fois, c’est le sentiment amoureux qui poursuit son œuvre primitive en stimulant l’esprit créateur des bergers. Au fil de ces scènes souvent bien enlevées et divertissantes, Vernes manifeste aussi sa tendance à gloser sur le chapitre de la littérature, de ses modèles et de ses codes. Ainsi, nous apprenons pourquoi la cascade de Meillerie devint pour toujours le lieu d’élection des cœurs blessés (t. II, 44 et suivantes) ; nous sommes priés de comparer la scène de l’invention de la navigation avec celle racontée par Gessner dans Le Premier Navigateur, sans manquer de constater le réalisme de Vernes qui s’oppose au fond mythologique constitué par Gessner7 ; nous suivons les étapes de l’invention de l’écriture sous une pesanteur qui révèle toute la fierté de l’auteur devant les produits de sa propre imagination (t. I, 150 et suivantes) ; nous avons à comprendre encore que l’invention de l’arc et de la flèche n’a pu qu’aboutir à la création d’un lieu commun célèbre : « de là l’usage de représenter l’Amour dans un char tiré par des colombes, et le bras armé de traits » (t. II, 79). Le roman ne nous prive donc de rien : premier homme et premier jardin, premiers gestes, premiers langages, premières inventions, mais aussi premières représentations, génératrices des premiers lieux communs8. Il n’eût manqué, dans ce monde idyllique où Satan fut toujours impuissant, que la première guerre si elle ne finissait tout de même par se déclarer à la fin du roman ; car il fallait bien que la Franciade ait son Hélène (ce sera Genève, enlevée par Léonce, chef des Lyonnais) autant que ses Pâris et Ménélas (ce sera le duel entre Léonce et Aldée).

  • 9 Voir Jean-Marie Roulin, « La réflexion sur l’épopée en Suisse au dix-huitième siècle », in Patrick (...)
  • 10 « J’aurai, du moins, payé mon tribut à l’humanité, en tâchant d’ajouter quelques grains de sable à (...)

11Au lecteur patient et généreux de ses efforts, le poème pastoral-épique fournit donc, en fantasia (comme le voulait Muratori) ou en Witz (selon les attentes de Bodmer et Breitinger)9 un dédommagement appréciable. Mais il permet aussi de s’interroger sur la question de la forme et du genre, sur le projet littéraire qui le sous-tend et sur les instruments investis pour le réaliser. Ces questions, l’auteur commence par les aborder lui-même dans son « Introduction ». Celle-ci débute, nous l’avons vu, par une évocation de Rousseau, elle s’achève sur une allusion transparente à Jacques Necker, moins au ministre qu’à l’auteur de De l’importance des opinions religieuses (1788)10. Les deux illustres Genevois seront encore loués dans un passage enthousiaste du dernier des seize chants, comme s’il s’agissait de rappeler tout ensemble l’auteur de la Nouvelle Héloïse et l’homme public vertueux, fidèle à sa religion. Car il faut ajouter à l’aperçu trop rapide de La Franciade esquissé ci-dessus, que la ferveur religieuse des bergers n’est jamais mise en doute ; elle est, au contraire, célébrée et décrite à toute occasion.

  • 11 Citons pour l’essentiel, outre La Franciade : Le Voyageur sentimental ou Ma Promenade à Yverdun (Dr (...)

12Religieux, François Vernes l’est dans cette œuvre comme dans tous ses autres écrits11. Ainsi que le Mont-Blanc domine la Franciade, la divinité règne sur la vision du monde et sur la motivation littéraire de l’auteur. Fils du célèbre pasteur Jacob Vernes qui s’était illustré comme contradicteur de Voltaire autant que de Rousseau, François Vernes ne présente pourtant pas, dans son œuvre, de doctrine calviniste orthodoxe. On le sent bien plus proche du catéchisme du curé savoyard, de la sensibilité religieuse de Rousseau qu’il admire par-dessus tous et qu’il célèbre dans la plupart de ses œuvres. On le sent surtout, dans ses jeunes années, animé d’un esprit très ouvert, soucieux d’égalité et de justice, manifestement favorable aux idées républicaines (son Voyageur sentimental dans la France de Robespierre, 1799, témoigne encore d’un engagement clairement républicain, en dépit des excès de la Terreur), mais toujours persuadé que la foi et le respect de la divinité (qu’il nomme différemment selon les circonstances) sont les fondements indiscutables de la vie morale des individus et des communautés (La Franciade contient de nombreuses descriptions de cultes communautaires à la divinité et d’hymnes religieux individuels). Datée de 1789, La Franciade se ressent évidemment des premières secousses de l’actualité (les Francs s’y réunissent en « États généraux » !) et s’achève sur une déclaration enthousiaste à la gloire de la révolution qui vient de triompher à Genève.

  • 12 Pour mesurer à quel point l’âge d’or de Vernes est d’actualité littéraire en 1789, on peut consulte (...)

13Les temps dans lesquels est jeté le jeune François Vernes sont ceux d’un espoir de réformes au milieu d’un monde bien sombre : l’âge d’or brille d’autant plus dans son imagination par le contraste qu’il apporte en face de la réalité. D’où ces qualificatifs qui se multiplient, plus éloquents et plus convenus les uns que les autres : « cet âge heureux auquel la dépravation du nôtre empêche de croire » (t. I, iii), « ce siècle d’égoïsme, où tous les liens se relâchent, où les vertus de l’âge d’or, et même celles du nôtre sont traitées de chimères » (t. I, viii), « séduit par les prestiges de l’âge d’or, forcé de traîner les chaînes de la vie dans ce siècle dépravé, je m’abandonne […] tel qu’un malheureux prisonnier, qui, du fond de son sépulcre, aperçoit dans le lointain la patrie qui lui est chère » (t. II, 230-1)12.

14Il faut pourtant bien admettre que ces déclarations pathétiques font saillie dans une œuvre que ne traverse aucune véritable tension dramatique, aucune confrontation de tonalité. Nous sommes maintenus constamment dans le registre de l’idylle, sans que le genre sollicité, la pastorale-épique, soit exploité dans son ambivalence essentielle. À croire que l’écrivain n’a pas eu conscience des implications poétiques inhérentes au genre qu’il a choisi. Au reste, les justifications de Vernes sur cette question ne manquent pas d’étonner :

Ne trouvant pas, dans la Littérature, de genre qui convînt au plan que j’avais embrassé, j’ai tâché d’en créer un qui eût le double avantage de réunir le sublime de l’Epopée, et les grâces naïves et touchantes de la Pastorale. Pourquoi placer toujours la Muse épique sur un trône, ou à la tête des armées ? Ne peut-on la concevoir se délassant de ses travaux, au milieu des bocages, dans les bras de quelques bergères, de quelques amours, qui cachent son casque sous des fleurs, et son baudrier sous la ceinture de Vénus ? (t. I, iv-v)

  • 13 Pour une riche synthèse sur la question, voir Françoise Lavocat, Arcadies malheureuses, aux origine (...)
  • 14 C’est l’expression utilisée par Markus Winkler dans son excellent article « The Poetics of the Enli (...)

15Comment Vernes a-t-il bien pu faire pour ne pas trouver, dans la Littérature, d’exemple de mariage de la pastorale avec l’épopée ? Passons sur les xvie et xviie siècles où la question du roman pastoral avait alimenté déjà bien des débats concernant, précisément, le rapport entre poésie pastorale et poésie héroïque13. Plus près de Vernes, le xviiie siècle européen s’est partout interrogé sur les modalités d’une possible régénération de l’idylle ; les uns (tels Addison, Dubos ou Marmontel) plaident pour une représentation plus réaliste du monde des bergers ; d’autres (Gottsched) entendent qu’on abandonne le cadre antique classique de l’idylle pour remonter plus haut dans le temps et mettre en scène des hommes qui soient les plus proches possible de l’état de nature ; quant à Gessner que Vernes a manifestement lu et qu’il prétend même imiter, il est influencé par ses compatriotes Bodmer et Breitinger, lesquels, dans une optique protestante, soulignent la mission éducative d’utilité morale qui devrait incomber primordialement à toute production poétique. Ces courants qui postulent une sorte de « rationalisation de l’idylle »14 posent conjointement les questions de la vraisemblance, du lien entre les registres du simple et du sublime, de cette tension qu’il convient de créer pour entretenir l’intérêt du lecteur et servir l’efficacité des leçons morales, lesquelles présentent aussi, le plus souvent, une dimension politique.

  • 15 Voir tout au moins Édouard Guitton, Jacques Delille (1738-1813) et le poème de la nature en France (...)
  • 16 Voir la livraison n° 8 des Cahiers Roucher-André Chénier, 1988, en particulier des articles de Robe (...)

16Plus généralement encore, on ne peut oublier les discussions poétiques engagées par Houdar de La Motte, l’abbé de Pons ou l’abbé Trublet qui voulurent promouvoir une plus grande rationalité du langage poétique et proposèrent d’écrire désormais la poésie en prose. Plus d’un auteur s’y allait essayer, parmi lesquels Morelly (Naufrage des îles flottantes, ou Basiliade du célèbre Pilpaï, 1753), Bitaubé (Joseph, 1767) ou Cousin de Grainville (Le Dernier Homme, édition posthume 1805) qui, tous, pratiquèrent la contamination de l’épopée par des genres moins nobles15. Sans parler de Florian qui venait, dans son Essai sur la pastorale de 1788, de prôner, dans l’écriture de la pastorale, l’usage des procédés romanesques hérités de l’épopée16.

17Évidemment, Vernes ne fait pas non plus figure d’innovateur en donnant un poème en prose, agrémenté de nombreux hymnes, romances et chansons versifiées : « le Poème pastoral-épique conserve, néanmoins, de la versification, ce que la nature, la raison et la langue en comportent, les hymnes des pasteurs, et les chants des bergères » (t. I, v). Vernes croit-il sincèrement à l’originalité de ses trouvailles ? Rien ne permet d’en douter. Le paradoxe, c’est que tout en avançant si candidement dans la carrière poétique, Vernes donne un écho nettement perceptible de toutes les discussions que son temps avait engagées sur le problème des genres et des enjeux de la création poétique. Il est visiblement imprégné d’une atmosphère intellectuelle qu’il perçoit au travers de ses auteurs de prédilection, même s’il paraît n’avoir jamais entendu parler des grands ouvrages de poétique produits par ses contemporains. Preuve que ces derniers étaient bien au diapason des questionnements partagés par les plus grands écrivains autant que par les humbles ; preuve aussi d’une cohérence, certes chahutée et problématique, dans le paysage poétique européen du temps.

18Cela dit, La Franciade ne se voulait pas seulement nouvelle sur le plan de la forme ; elle devait aussi, selon son auteur, combler une lacune dans le patrimoine helvétique :

Toujours livré à ma rêverie, mon imagination échauffée fit naître les peuples pasteurs sur les rives Lémantines, chercha leurs mœurs, l’origine de leurs fêtes, de leurs usages, des villes nombreuses qui vivifient le Léman et les divers États qui l’entourent. Je fis passer en revue, devant moi, l’âge d’or. Chaque circonstance du roman que je forgeais s’adaptait si bien au superbe tableau qui se déployait à mes regards, que je résolus de ne point chercher d’autre théâtre aux scènes que je voulais décrire. Ce théâtre est d’ailleurs, encore vierge pour la poésie ; et si une belle page est, en quelque sorte, un autel où la nature doit recevoir notre encens, j’y aurai du moins apporté, un des premiers, mon faible hommage, et je l’aurai offert à ma patrie. (t. I, iv)

19De toute évidence, François Vernes n’avait pas eu connaissance des Poésies helvétiennes publiées en 1782 par Philippe-Sirice Bridel chez le même libraire lausannois qui devait imprimer La Franciade sept ans plus tard. Sans quoi, il n’aurait sans doute pas parlé du Léman comme d’un théâtre encore vierge pour la poésie, puisque l’œuvre centrale et majeure du recueil de Bridel est un poème, long et ronflant, intitulé, justement, Le Lac Léman. Mais peu importent les faiblesses de notre auteur : la question de la stérilité poétique de la Suisse francophone était bel et bien d’actualité.

  • 17 Mon bonnet de nuit, Neuchâtel, STN, 1784, p. 39. Mercier fustige la médiocrité des poèmes publiés p (...)
  • 18 Faute de place pour présenter ces textes et leurs tensions contradictoires, on ne peut que renvoyer (...)

20Comment se faisait-il, en effet, que le pays de Haller et de Gessner n’avait pas généré de poésie, chez ses habitants de langue française, pour célébrer les beautés du paysage ? Telle était la question qu’on se posait de l’extérieur (Louis-Sébastien Mercier : « Des Poètes suisses et du caractère de la nation . L’accouplement de ces deux premiers mots fait rire, n’est-il pas vrai lecteur ? »17) mais aussi de l’intérieur où la Société littéraire de Lausanne propose à ses membres, en 1782, de s’exprimer sur le sujet : Pourquoi le pays de Vaud a-t-il produit si peu de poètes ? Diverses réponses furent apportées (on connaît au moins celles de Bridel et de Samuel de Constant, l’un des oncles de Benjamin), mais dans leurs explications, les auteurs concernés trahissent, à travers leurs contradictions, tout l’embarras suscité par la question18.

  • 19 Vernes avoue lui-même ces sources anglaises dont on trouve des traces, par exemple, dans les pages (...)
  • 20 Le poème de Haller a été récemment réédité en traduction française par Ute Heidmann-Vischer (Genève (...)
  • 21 Les îles Pelew (ou Peliou ou Palaos), en Océanie, avaient été rendues célèbres par la publication d (...)
  • 22 La Nouvelle Héloïse, IV, 9. À ce sujet comme pour tout ce qui concerne le « mythe suisse », voir Cl (...)

21Le texte de Vernes, traversé en filigrane très apparent par ceux de Rousseau, Haller, Gessner, mais aussi de Young et Milton19, permet de saisir les causes profondes et irréductibles de cet embarras. On ne peut plus en effet, en 1789, prétendre inaugurer une poésie nouvelle, noircir la page blanche d’une nature que les voyageurs et les poètes ont déjà fixée dans une série d’images désormais convenues. C’est ce qu’avoue, sans s’en rendre compte, l’auteur de La Franciade lorsqu’il donne à ses bergers les noms de Clarens et de Meillerie, lorsqu’il réécrit (en particulier dans le chant V) les scènes les plus célèbres de la Nouvelle Héloïse et qu’il puise à pleines mains dans le poème Les Alpes (l’idée même de l’âge d’or situé en Suisse, la célébration des bergers et de leur simplicité raisonnable et naturelle, l’amour dépourvu d’entraves, l’opposition entre corruption des villes et pureté de la campagne, l’esprit divin animant la nature et le cœur de l’homme, tels motifs plus précis comme la lutte à la loyale ou l’insupportable nostalgie qu’éveille le Ranz des vaches dans le cœur des exilés, etc.)20 ou encore lorsqu’il compare l’âge d’or imaginé sur les bords du Léman à celui qui semble présider réellement sur les îles Pelew dont il vient de lire la description donnée par l’helvétophile anglais George Keate21, reprenant à son compte le rapport entre l’Élysée de Clarens et les îles Tinian opéré par Saint-Preux ou, plus largement, les nombreuses représentations de la Suisse comme terre vierge et nouvelle22. De toute évidence, le paysage du Léman en tant qu’objet poétique est déjà préformé dans une tradition littéraire riche et suffisamment cohérente pour qu’il soit permis de parler d’un « mythe suisse ». Toute nouvelle évocation de la Suisse en sera nécessairement dépendante. C’est ce que Vernes semble refuser de voir lorsqu’il affirme la nouveauté de son projet.

22Le mutisme ou la médiocrité des poètes suisses de langue française s’explique encore et complémentairement par le malaise marquant les relations culturelles avec la France qui est le plus souvent réduite, dans les imaginaires et les discours, à son centre, Paris. Parmi tant d’aspects bien connus (les oppositions ville-campagne, paraître-être, vice-vertu, luxe-sobriété, artifices, monarchie-république, etc.), il convient ici de rappeler les termes du malentendu en matière de poésie. Ainsi, dans son « Introduction » à La Franciade, Vernes se dira-t-il beaucoup plus inspiré par les poètes allemands et anglais que par la littérature française, car celle-ci

offre peu d’ouvrages qui joignent à la profondeur du sentiment, le feu du génie créateur. Vivant, la plupart, dans un tourbillon de sociétés, qui atténue les impressions de la nature, qui leur substitue je ne sais quel pointillage d’esprit, et communique à l’imagination, la sécheresse et la légèreté des tableaux qui s’y succèdent, nos Auteurs sont d’aimables copistes ou de faibles imitateurs. En vain chercherait-on dans leurs Écrits, cette continuité, cette vérité exquise de sentiment qu’on ne se donne pas, qui ne se traduit pas, mais qui naît dans l’âme, au milieu des campagnes, comme le baume qu’elles exhalent. En vain y chercherait-on ces images fortes et sublimes, que les Écrivains Anglais enfantent, dans le recueillement des nuits et de la solitude, et que les Allemands semblent lire sur le front des Alpes. (t. I, iv)

  • 23 Voilà bien grossièrement résumée une critique qui fut très lue et souvent adoptée par les génératio (...)

23Dans ces lignes, François Vernes ranime encore un lieu commun, couramment partagé dans son pays depuis les critiques sévères adressées par Beat de Muralt à l’encontre de la poésie française. On se souvient que l’auteur des Lettres sur les Anglais et les Français s’était permis de railler la tyrannie du « bel esprit » et surtout, celle du modèle classique incarné par Boileau : poésie de la tête et non pas du cœur, de l’artifice et non de la nature, de l’agréable plus que de l’utile, du beau plutôt que du vrai23.

24Quand Mercier, bien plus tard, reprochera aux poètes suisses de ne pas savoir tourner leurs vers, il est très certainement dans le vrai d’un point de vue parisien ; mais ce qu’il prend pour de l’ignorance peut être aussi compris comme le signe d’une profonde incompatibilité culturelle : aux antipodes de la cour et des salons, loin des sources du « bel esprit », à bonne distance aussi de l’Académie, la poésie française à la française était aussi peu goûtée que difficile à pratiquer. On le voit : en recentrant l’espace des Francs autour du bassin lémanique, Vernes faisait bien plus que d’amuser son lecteur ; il remettait en question, à son tour, la prééminence du modèle parisien dans l’espace culturel français.

  • 24 Selon l’expression consacrée, perpétuée par Bridel dans le « Discours préliminaire », op. cit., 178 (...)

25Face aux beautés du paysage, le poète qui rêve de « peindre son pays d’après nature »24 est animé des meilleures intentions, mais lorsqu’il cherche à s’exprimer, c’est une série de réminiscences littéraires qui l’assaillent en un bataillon de clichés. Pour s’en défaire, il aurait besoin d’une langue souple et énergique. Or le français et sa tradition poétique ne lui fournissent que des formes, des traits et des figures qui, lorsqu’ils ne sont pas animés par le « bel esprit », sont au vers ce que les clichés sont à l’objet qu’on voudrait représenter. S’il ne veut pas se contenter de lire l’allemand ou l’anglais, le poète doit alors se résigner, comme le laborieux Bridel, à façonner des vers réguliers mais sans prestiges poétiques et sans fard, c’est-à-dire sans grâce ni couleur ; mais il peut aussi, comme François Vernes fut au moins bien inspiré de le faire, choisir d’écrire la poésie en prose, sous le patronage, certes involontaire, de Jean-Jacques Rousseau.

Notes

2 Partie centrale d’un retable réalisé pour la cathédrale Saint-Pierre à Genève, ce tableau a notamment inspiré le romancier Guy de Pourtalès qui lui a emprunté le titre de son chef’œuvre, La Pêche miraculeuse (1937) et lui fait aussi jouer, dans le roman, un rôle structurel et symbolique important (voir Françoise Fornerod, Histoire d’un roman, La Pêche miraculeuse de Guy de Pourtalès, Genève, Slatkine, 1985, p. 124-137).

3 La Franciade ou l’ancienne France. Poëme en seize chants par M. Vernes, Fils, Citoyen de Genève, Lausanne, chez Jean Mourer, 1789. Dans les citations, l’orthographe est modernisée, la ponctuation respectée.

4 Article « Vernes » (Jacob), Paris, À la Librairie historique, t. XXVIII, 1825, p. 186-187.

5 Dans son « Introduction », Vernes se dit très fier de la trouvaille de cette création par les désirs de l’amour qu’il tient pour le motif le plus original de son œuvre. Il en donnera, quinze ans plus tard, une version en vers : La Création, ou les Premiers fastes de l’homme et de la nature, poème en six chants (Paris, 1804).

6 Pour une synthèse sur la question, voir André Neyton, L’Âge d’or et l’âge de fer, Paris, Les Belles Lettres, 1984.

7 « chantre aimable de l’Helvétie, qui formas des accords si touchants sur la flûte pastorale, permets que je substitue à tes fictions ingénieuses et mythologiques, les vérités de l’histoire, et que je glane quelques fleurs dans les champs qu’ont moissonnés tes heureuses mains » (t. I, 147).

8 Pour mesurer l’intérêt de ce nouveau récit des origines, on peut se référer au bilan et aux analyses donnés sur la question par Hans-Robert Jauss, « Mythen des Anfangs : Eine geheime Sehnsucht der Aufklärung », Studien zum Epochenwandel der ästhetischen Moderne, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1989, p. 23-66.

9 Voir Jean-Marie Roulin, « La réflexion sur l’épopée en Suisse au dix-huitième siècle », in Patrick Coleman, Anne Hofmann, Simone Zurbuchen (éd.), Reconceptualizing Nature, Science, and Æsthetics. Contribution à une nouvelle approche des Lumières helvétiques, Genève, Slatkine, 1998, p. 199-211.

10 « J’aurai, du moins, payé mon tribut à l’humanité, en tâchant d’ajouter quelques grains de sable à l’édifice de la Religion et de la Morale, qu’un grand homme vient à jamais d’étayer d’une colonne à jamais inébranlable » (t. I, xiv).

11 Citons pour l’essentiel, outre La Franciade : Le Voyageur sentimental ou Ma Promenade à Yverdun (Dresde, 1781), souvent réimprimé ; des Poésies (Londres, 1786) ; Le Francinisme ou la Philosophie naturelle (Londres, 1794) ; Adélaïde de Clarencé ou Malheurs et Délices du sentiment, roman (Paris, 1796, 2 vol.) ; Le Voyageur sentimental en France sous Robespierre (Genève 1799, 2 vol.) ; Odisco et Félicie, ou la Colonie des Florides, roman (Paris, 1803, 2 vol.) ; La Création, poème en six chants (Paris, 1804) ; Voyage épisodique et pittoresque aux glaciers des Alpes (Paris 1807) ; La Duchesse de La Vallière, tragédie (Paris, 1807) ; Les Aveugles de Franconville, comédie (Paris, 1807) ; Almed ou le sage dans l’adversité, roman (Paris, 1815, 3 vol.) ; Théâtre de ville et de société précédé de contes moraux et des Novateurs Gascons (Paris, 1820, 2 vol.) ; Nouveaux contes moraux en prose et en vers (Paris, 1821, 2 vol.) ; Mathilde au Mont-Carmel, ou Continuation de « Mathilde » de Mme Cottin, roman (Paris, 1822, 2 vol.) ; La Déicée ou Méditations nouvelles sur l’existence et la nature de Dieu, suivie d’Elvina, tragédie chrétienne (Paris, 1823) ; Rose Blanche, princesse de Nemours, nouvelle historique, suivie de Contes moraux (Paris, 1826) ; Idamore ou le Sauvage civilisé (Paris, 1827, 3 vol.) ; L’Homme religieux et moral (Paris, 1829), réédité sous ce titre : L’Homme politique et social (1831) ; Seymour, ou Quelques mots du secret du bonheur, roman (Paris, 1834).

12 Pour mesurer à quel point l’âge d’or de Vernes est d’actualité littéraire en 1789, on peut consulter l’ouvrage d’André Delaporte, Bergers d’Arcadie, le mythe de l’âge d’or dans la littérature française du xviiie siècle, Puiseaux, Pardès, 1988.

13 Pour une riche synthèse sur la question, voir Françoise Lavocat, Arcadies malheureuses, aux origines du roman moderne, Paris, Champion, 1998.

14 C’est l’expression utilisée par Markus Winkler dans son excellent article « The Poetics of the Enlightenment and Salomon Gessner’s Idylls », in Reconceptualizing Nature, Science, and Aesthetics, op. cit., p. 185-197.

15 Voir tout au moins Édouard Guitton, Jacques Delille (1738-1813) et le poème de la nature en France de 1750 à 1820, Paris, Klincksieck, 1974, en particulier p. 65-82 et Jean Roudaut, Poètes et grammairiens au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1971, en particulier p. 167-189.

16 Voir la livraison n° 8 des Cahiers Roucher-André Chénier, 1988, en particulier des articles de Robert Garapon, « Florian et L’Astrée », p. 53-59 et d’Yves Giraud, « Une épopée révolutionnaire : le Guillaume Tell de Florian », p. 121-137.

17 Mon bonnet de nuit, Neuchâtel, STN, 1784, p. 39. Mercier fustige la médiocrité des poèmes publiés par le Journal helvétique : « les poètes suisses n’ont pas encore daigné étudier les lois ordinaires de la versification : une poésie morte et sans mouvement, une inaptitude à saisir les idées poétiques ou les sentiments passionnés : voilà tout ce qui les caractérise ». Un autre aspect du rapport de Mercier à la Suisse, positif celui-là et nourri par les mythes alpestres et républicains, est présenté par Michel Delon, « Mercier à sa fenêre ou la Suisse paisible et sublime », Versants, 34, 1998, p. 21-31.

18 Faute de place pour présenter ces textes et leurs tensions contradictoires, on ne peut que renvoyer à Philippe-Sirice Bridel, « Discours préliminaire sur la poésie nationale » in Poésies helvétiennes, Lausanne, Mourer, 1982, p. vii-xvi, à Gonzague de Reynold, Le Doyen Bridel (1757-1845) et les origines de la littérature suisse romande, Lausanne, Bridel, 1909 et à Pierre Kohler, « Samuel de Constant et l’histoire de la poésie », Revue historique vaudoise, 39, 3, mai-juin 1931, p. 127-147.

19 Vernes avoue lui-même ces sources anglaises dont on trouve des traces, par exemple, dans les pages nocturnes du poème, dans l’évocation des anges ou la description du centre de la terre.

20 Le poème de Haller a été récemment réédité en traduction française par Ute Heidmann-Vischer (Genève, Zoé, 1995), laquelle a donné aussi une riche analyse de l’œuvre et de son contexte : « Idéal, image mythifiée et tableau “peint d’après la vie”, Muralt, Virgile, Scheu et les trois temps de la représentation dans Les Alpes d’Albert Haller », Colloquium Helveticum, 14, 1991, p. 5-27.

21 Les îles Pelew (ou Peliou ou Palaos), en Océanie, avaient été rendues célèbres par la publication du récit de voyage du capitaine anglais Henri Wilson, rédigée par son compatriote l’écrivain George Keate (auteur, entre autres, d’un Tableau abrégé de l’histoire ancienne, du gouvernement actuel, et des lois de la république de Genève, d’un poème Les Alpes – 1763 – d’une imitation du Voyage sentimental intitulée Esquisses d’après nature, dessinées et coloriées dans un voyage à Margate, 1779) : Relation des îles Pelew, composée sur les journaux et communications du capitaine Henri Wilson, et de plusieurs de ses officiers, qui, en août 1783, y firent naufrage. Le livre parut à Londres en 1788, puis, la même année, en traduction française. Sous la plume de Keate, les îles Pelew et leurs habitants paraissent bien propres à entretenir le mythe du paradis sur terre avec de bons et vertueux naturels pour habitants. Delille s’inspira d’un épisode de cette relation dans son poème L’Imagination. Les deux sources, Keate et Delille, sont très significatives dans la perspective de François Vernes ; il n’est certes pas possible de savoir exactement quelles ont été ses lectures, mais l’ensemble de son œuvre (en particulier ses deux romans sterniens) montre à l’évidence qu’il avait été marqué par Keate (historien de Genève et imitateur de Sterne) comme par Delille.

22 La Nouvelle Héloïse, IV, 9. À ce sujet comme pour tout ce qui concerne le « mythe suisse », voir Claude Reichler et Roland Ruffieux, Le Voyage en Suisse, anthologie des voyageurs français et européens de la Renaissance au xxe siècle, Paris, Laffont « Bouquins », 1998, ainsi que Roger Francillon, « L’helvétisme au xviiie siècle : de Béat de Muralt au Doyen Bridel » in R. Francillon (dir.), Histoire de la littérature en Suisse romande, t. I, Lausanne, Payot, 1996, p. 225-241.

23 Voilà bien grossièrement résumée une critique qui fut très lue et souvent adoptée par les générations suivantes. Dans les fameuses Lettres sur les Anglois et les François et sur les voiages (1725), voir en particulier la « Lettre cinquième » qui traite du bel esprit et de ses manifestations dans la littérature française du xviie siècle (Paris, H. Champion, 1933, p. 234-263). L’attaque contre Boileau est sévère et ne se limite pas à ces quelques lignes qu’on peut citer pour exemple : « On s’aperçoit que la recherche du Beau, d’un certain Éclat, en fait le grand ressort ; de la viennent les Bons-mots où il lui arrive si souvent de s’échapper, aussi bien que toutes ces Malignités hors d’œuvre, ces traits qui divertissent le lecteur, mais qui ne font pas honneur au Poëte » (p. 248).

24 Selon l’expression consacrée, perpétuée par Bridel dans le « Discours préliminaire », op. cit., 1782, p. xiii.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540